Beaudelaire le dit mieux que moi


Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle
Sur l’esprit gémissant en proie aux longs ennuis,
Et que de l’horizon embrassant tout le cercle
Il nous verse un jour noir plus triste que les nuits ;

Quand la terre est changée en un cachot humide,
Où l’Espérance, comme une chauve-souris,
S’en va battant les murs de son aile timide
Et se cognant la tête à des plafonds pourris ;

Quand la pluie étalant ses immenses traînées
D’une vaste prison imite les barreaux,
Et qu’un peuple muet d’infâmes araignées
Vient tendre ses filets au fond de nos cerveaux,

Des cloches tout à coup sautent avec furie
Et lancent vers le ciel un affreux hurlement,
Ainsi que des esprits errants et sans patrie
Qui se mettent à geindre opiniâtrement.

– Et de longs corbillards, sans tambours ni musique,
Défilent lentement dans mon âme ; l’Espoir,
Vaincu, pleure, et l’Angoisse atroce, despotique,
Sur mon crâne incliné plante son drapeau noir.

Aragon le dit mieux que moi


A cette pèriode de ma vie je suis persuadé que ce que Aragon a écrit,Brassens chanté est pure vérité!
 

Sa vie Elle ressemble à ces soldats sans armes
Qu’on avait habillés pour un autre destin
A quoi peut leur servir de se lever matin
Eux qu’on retrouve au soir désoeuvrés incertains
Dites ces mots Ma vie Et retenez vos larmes
          Il n’y a pas d’amour heureux

Mon bel amour mon cher amour ma déchirure
Je te porte dans moi comme un oiseau blessé
Et ceux-là sans savoir nous regardent passer
Répétant après moi les mots que j’ai tressés
Et qui pour tes grands yeux tout aussitôt moururent
          Il n’y a pas d’amour heureux

Le temps d’apprendre à vivre il est déjà trop tard
Que pleurent dans la nuit nos coeurs à l’unisson
Ce qu’il faut de malheur pour la moindre chanson
Ce qu’il faut de regrets pour payer un frisson
Ce qu’il faut de sanglots pour un air de guitare
          Il n’y a pas d’amour heureux

Il n’y a pas d’amour qui ne soit à douleur
Il n’y a pas d’amour dont on ne soit meurtri
Il n’y a pas d’amour dont on ne soit flétri
Et pas plus que de toi l’amour de la patrie
Il n’y a pas d’amour qui ne vive de pleurs

L’Amour de mon fils…..est la seule exception……..

Vide…..


Ma pensée est un souffle aride :
Mes paroles en sont l’écho vide.
Mon esprit vide ne dit rien, c’est tout.
Du tabac,les brumes envahissent tout?
Non!Mais ma vie devient inutile
Tout,en celle-ci me semble futile.
Depuis tout ce temps,ma solitude
est devenue simple habitude…..
 
Ma façon de vivre n’est qu’illusion….
sans ne plus trouver de vraies sensations.
La vie,c’est aimer,partager,rire?
Ce n’est pas ressasser les souvenirs!
Souvenir ne doit pas être regret…
C’est absolument ce que je voudrais.
Ce matin,commence un nouveau jour
Je "vis" pourtant plus la nuit que le jour
 
Allons,trève de ces "pleurnicheries"!
Allons retrouver "moumoun" et mon lit
…………………………………..
 
 
 
 
Croire en demain,conserver l’espoir…