Pourquoi / superstition ?


Le pain aurait pu être  » malsain  » lol 
Je ne sais si cette » coutume » existe encore ni existe partout , mais chez mes parents et ma grand-mère , au moment des repas , avant de couper le pain , la maitresse de maison le marquait d’une croix sur la face » plate » …Et surtout , il ne fallait jamais poser le pain à l’envers ! La croix, je présume que c’était une façon de bénir la pain ….
Mais , pourquoi ne surtout pas le poser » à l’envers » ?
En fait , cette superstition daterait du moyen âge et perdurerait jusqu’à nos jours .
Au moyen – âge ,la peine capitale était monnaie courante , il y avait donc beaucoup de bourreaux , mais le bourreau étant un homme , il mangeait du pain comme tout un chacun …Le boulanger lui réservait donc un pain. Afin de le reconnaître et de ne pas lui servir celui d’un client ordinaire , le commerçant mettait sa miche à l’envers . Ce pain , disait on , portait en lui le mauvais oeuil et personne n’aurait voulu en manger n’y même s’en approcher !
    Aujourd’hui ,si d’aventure un pain est posé à l’envers , les croyant s’empressent de le marquer d’une croix à l’aide d’un couteau avant de le manger ( ma grand-mère le faisait )…..je présume que le bourreau , lui , ne voyait pas d’inconvénient à manger le pain de qui que ce soit …

Le  » pétrichor  » ?


   Si on aime l’odeur  qui remonte du sol après un orage , on  fait partie des personnes sensibles au pétrichor, cette odeur de pluie si particulière, capable de nous faire remonter en tête de nombreux souvenirs. Signifiant littéralement  » sang de pierre  », cette odeur caractéristique serait en fait une combinaison de senteurs.

  Les origines du pétrichor :

  Le pétrichor désigne à la fois un liquide huileux sécrété par les plantes et l’odeur caractéristique qui se dégage après un orage. Selon des études récentes, 4 phénomènes se mélangent pour former le pétrichor :

   Le premier est en rapport avec l’huile produite par les végétaux . Lors du choc thermique créé par le contact des gouttes sur le sol sec, ce liquide sera absorbé par l’air. Il se mélangera à la  » géosmine  », une molécule volatile produite lors de la multiplication des bactéries activées par l’eau. C’est le second phénomène responsable du pétrichor.

  L’odeur  de l’ozone s’ajoute à ces 2 odeurs . En effet, la foudre est responsable de la division des molécules de dioxygène, propice à la formation d’ozone. Enfin, un phénomène physique est responsable de la propagation de cette association d’odeur:     

   Lorsque les gouttes d’eau atteignent des surfaces poreuses telles que la terre, des bulles d’air se forment et dispersent rapidement les odeurs à la manière d’un aérosol. L’apparition du pétrichor est donc liée à une combinaison de phénomènes physiques et chimiques.

  Pourquoi le pétrichor est-il si agréable ?

   Il est assez rare que quelqu’un n’apprécie pas le pétrichor. Là aussi, la raison pour laquelle les humains trouvent cette odeur agréable peut être expliquée scientifiquement.

   Le pétrichor est bénéfique pour l’homme comme pour son environnement. Lorsque l’huile végétale est produite sous l’effet de la pluie, elle imbibe le sol, les végétaux et les graines. Grâce à elle, les végétaux renforcent leur barrière naturelle et sont capables de mieux résister aux périodes sèches.

  De plus, dans toutes les cultures, les humains dépendent de la pluie pour se nourrir et survivre. En effet, c’est la pluie qui rend les animaux et les végétaux plus abondants. Il est donc normal que notre conscience collective associe le pétrichor à des évènements positifs et l’interprète comme une odeur agréable.

Hier ,à la télé ……


   

( Pas  » obligé  » de lire , ni commenter )

 

    La télé est toujours  » allumée  » , sans que je la regarde ( un  » fond sonore  » ? ) …..Mais ce jeudi soir , un film m’a interpellé , touché ….

   Il sagit de  » l’emprise  » , histoire d’une femme / mère battue par son mari ……Le film m’a  » touché  » car il a réveillé des souvenirs de mon enfance souvenirs horribles …

 

  Si un lecteur éprouve  l’envie de lire mon billet , je lui conseille de voir la  » prestation  » de M.Lavoine dans le rôle de l’avocat général lors du procès à la fin du film !

P.S: Il faut l’avoir vécu pour comprendre……..

 

 

C’était il ya ……


43 ans …….

Le 14 août 1976 à 15 heures , exactement :

    Dans une ville des l’aisne ( Hirson ) ,  un  » jeune  » gars âgé de 20 ans 1/2 et une jeune fille  âgée de 19 ans 1/2 se disaient  » Oui  » devant le maire et ( ensuite ou avant ? ) devant le curé ! Elle vétue d’une magnifique robe blanche et lui d’ un costume  ( berkkk ) …..1er-mariage

   Un mariage  » en grandes pompes  » comme on dit  …..Tous , ou presque , les membres des familles étaient présents……Bref ,  » on  » mangea et bu   » à volonté  » …..Dans la nuit , les mariés purent  » s’éclipser  »  pour passer leur  » nuit de noce  » ……..

   Environ  4 ans plus tard  ( le 14 juin 1980 exactement )   naissait un magnifique bébé ( un garçon  )bébé 1……Ils vécurent de bons moments , les deux avaient un travail  , des amis …..Bref , tout allait bien …..Trop bien ?

  6 mois  après la naisance de l’enfant  environ , ( le 24 septembre 1981 ) , ils se séparèrent……Le divorce fut officiellement  » déclaré  » le 24 septembre 1981 dans le Nord ( où ils vivaient alors )…….

   A la surprise de tous, le père demanda et obtint la garde du bébé ! …….

Bien entendu , ceux et celles qui me connaissent auront compris : C’était MON premier mariage  lol …..

 

C’était il ya ….


environ 45 ans :  Le 26/06/1974 …… ( j’avais 19 ans lol !)

Sortait le film  » Emmanuelle  » …..

  La diffusion de cette production érotique française , interdite aux moins de 16 ans , fut un évènement et créa un scandale .   ( Aujourd’hui  booof  certainement pas de scandale ) 

   C’est la ruée dans les  » salles obscures  » , ….Le film de Just Jaeckin avec Sylvia Kristel ( mannequin néerlandais ) connut un immense succès ( 45 millions d’entrées dans le monde et près de près de 9 millions de spectateurs en France ! )….Il restera à l’affiche en france pendant environ 10 ans ! 

 

  Issue d’une famille bourgeoise, Sylvia Kristel est promise à un bel avenir. Avec des capacités intellectuelles supérieures à la moyenne, elle saute plusieurs classes et parle quatre langues : le néerlandais, le français, l’anglais et l’italien.!! Ses aptitudes lui assurent la promesse d’une stabilité professionnelle ; pourtant, dès l’âge de 17 ans, elle préfère s’orienter vers le mannequinat, et remporte le concours de Miss TV Europe en 1973. Elle se fait alors une place dans le milieu et est d’abord engagée pour divers spots publicitaires avant d’obtenir ses premiers rôles sur grand écran.

   Elle se retrouve propulsée au rang de vedette internationale lorsqu’elle devient l’héroïne du plus gros succès français de 1974 : Emmanuelle de Just Jaeckin, un » film de charme  » dans lequel la comédienne joue une épouse oisive qui trompe son ennui dans la luxure. La jeune actrice se fait alors remarquer par des poids lourds du cinéma, et gagne l’opportunité de s’éloigner du registre érotique pour travailler avec de grands noms.

     Elle apparaît ainsi au générique de plusieurs films d’auteur, comme Un Linceul n’a pas de poches de Jean-Pierre Mocky en 1974, puis Une Femme fidèle ? lol , de Roger Vadim. Entre temps, elle est forcée d’honorer son contrat avec la franchise qui l’a fait connaître et tourne dans Emmanuelle : L’antivierge. En 1976, elle rencontre Francis Girod qui lui confie le premier rôle féminin de René la Canne aux côtés de Gérard Depardieu. Sylvia Kristel enchaîne ensuite avec Alice ou la dernière fugue de Claude Chabrol. Malheureusement, son image de comédienne sulfureuse lui colle à la peau, et sa collaboration avec de grands réalisateurs s’arrête brusquement.

   Elle s’illustre ensuite dans des productions moins prestigieuses, et retourne vers un registre plus « coquin ». En 1981, elle retrouve celui qui l’avait dirigée dans Emmanuelle avec » L’ Amant de Lady Chatterley  » et se spécialise davantage dans des rôles « hot » avec des films plus ou moins libertins, comme Mata Hari, Casanova ou encore Dracula’s Widow et Hot Blood. Elle réalise également de nombreuses apparitions dans les innombrables suites de la saga Emmanuelle, comme « guest-star ».

   Depuis 1993, sa carrière est en perte de vitesse, conséquence néfaste en partie liée à son problème d’addiction à l’alcool et à la cocaïne. La comédienne elle-même a confessé avoir fait de mauvais choix de films par appât du gain dans les années 80, pour assouvir sa dépendance aux substances. De plus, Sylvia Kristel doit faire face à d’importants soucis de santé : fumeuse depuis son plus jeune âge, l’actrice lutte contre le cancer depuis le début des années 2000. Mais elle continue malgré tout d’exercer son métier et joue dans de nombreux films néerlandais, tout en prenant part à des petites productions européennes comme Two Sunny Days ou encore Le Ragazze dello Swing.

 

Aujourd’hui ….


18 juin , çà aurait été l’anniversaire de ma chère Léone ,

ma grand – mère  ….Quel âge ? , je ne sais pas , je n’ai jamais su ( ou ne me souviens ) pas de son année de naissance …………

Pour mon plaisir ….


Avant de dormir…………

Les paroles:

 

Vivre pour des idées
Il était à Teruel et à Guadalajara.
Madrid aussi le vit
Au fond du Guadarrama.

Qui a gagné, qui a perdu ?
Nul ne le sait, nul ne l’a su.
Qui s’en souvient encore ?
Faudrait le demander aux morts.

J’étais pas gros, je vous le dis,
Les yeux encore ensommeillés,
Mon père sur une chaise assis,
Les pieds, les mains attachés.
Et j’avais peur et j’avais froid,
Un homme m’a dit : «Calme-toi !»
Un homme qui était différent,
Sans arme, mais il portait des gants,
Une cravache qui lui donnait un air.

Un peu de sang coulait
Sur la joue de mon père.

Et j’avais peur et j’avais froid,
L’homme m’a dit : «Écoute-moi,
Je vais te poser une question,
La vie de ton père en répond :
Dis-moi quelle est la capitale,
Voyons… de l’Australie Australe ?»
Je n’risquais pas de me tromper,
On ne m’avait jamais parlé
Des grandes villes qui ont des noms si fiers.

Une larme coulait
Sur la joue de mon père.

Et j’avais peur et j’avais froid,
J’ai dû pleurer aussi je crois,
Mais l’homme a eu comme un sourire
Et puis je l’ai entendu dire :
«C’est un brave homme, coupez ses liens !
Ton enfant, tu l’éduques bien
Car tu as le sens du devoir,
Chacun son dû et son savoir.»
Ils sont partis au petit matin clair.

J’ai couru me blottir
Dans les bras de mon père.

Il m’a serré fort contre lui :
«J’ai honte, tu sais mon petit,
Je me demandais, cette guerre,
Pour quelle raison j’irais la faire ?
Mais maintenant je puis le dire :
Pour que tu saches lire et écrire.»
J’aurais voulu le retenir,
Alors mon père m’a dit : «Mourir
Pour des idées, ça n’est qu’un accident.»

Je sais lire et écrire
Et mon père est vivant.

Il était à Teruel et à Guadalajara.
Madrid aussi le vit
Au fond du Guadarrama.