………….Moi ?


 

Les paroles 

Francis, où vas-tu ?
T’effraies les enfants sur la rue
Francis, ton chapeau
A l’air d’une env’loppe de coco

Francis, où couches-tu ?
Dans l’étable comme le p’tit Jésus
Francis, t’es tout nu
Pends-toi et qu’on n’en parle plus !

Francis, si t’as faim
Tu peux toujours manger du pain
Y’en a plein, tu vois bien
Aux vitrines des grands magasins

Francis, si tu veux
Tu vas patienter encore un peu…
Bientôt le printemps
Viendra parfumer tes vêtements

Tu vois bien qu’il se prépare
Derrière la montagne, il démarre
Francis, tous les oiseaux du monde
Viendront te chanter une ronde

Prends courage, Francis…

Publicités

Samedi…..


   La nuit de vendredi , j’ai très mal dormi ( aucun intérêt penserez vous ) , effectivement sauf que j’ai  » fait  » des cauchemars …..Autrefois , çà m’arrivait très souvent , mais , plus depuis longtemps : Ma mère morte ! Et Léone, ma grand-mère me tenant la main devant le cercueil ouvert cercueil….( surement dus à la lettre et aux photos jointes  reçu de maman hier  ) ….Je me suis réveillé en sueur ne parvenant pas à me débarrasser de ces  » images  » ………….

   Comme prévu , cet après-midi , j’ai téléphoné pour prendre des nouvelles , j’ai eu mon père qui m’a dit que ma mère se reposait , dormait ….Lui ai dit que je rappellerais dans la semaine…..( je suis angoissé , ai peur ) …..Je suis bien conscient qu’il faudra que çà arrive un jour, la mort nous attend tous mais…..

   Les photos reçues , mes problèmes  » financiers  » actuels m’ont rappelé mon enfance : Toutes les fins de mois , l’argent manquait à la maison : Alors il fallait tout de même acheter de quoi manger  ( et picoler pour le père ) ….évidemment, c’est nous les enfants qui étions envoyés chez les petits commerces du villages ( SPAR , Familistère )SPAR . Alain ( le militaire et moi en étions chargés )…..La liste de course en main, nous entrions dans le magasin , attendions qu’il n’y ait plus de client , puis présentions la liste à la dame en disant :  » Maman demande que vous le marquez s’il vous plait  » (  » marquer = noter sur la liste des achats dus )…..

Devant notre air ….pitoyable , elle nous servait  en disant à chaque fois :  » vous direz à vos parents que c’est la dernière fois  »  ( je me souviens encore du  visage de cette femme dont le fils était un de mes amis )……Bref , c’est la joie , çà  » baigne  » ( mais dans quoi ?)

ciao…..


(chant des partisans italiens )

Les paroles : (En français )

Un matin, je me suis réveillé
Ô ma belle au revoir (x3)
Au revoir, au revoir

Un matin, je me suis réveillé

 

 

 

 

Et l’envahisseur était là. 

Ô ! partisan emportes-moi
Ô ma belle au revoir (x3)
Au revoir, au revoir

Ô ! Partisan emporte-moi
Je me sens prêt à mourir.
Et si je meurs, de partisan
Ô ma belle au revoir (x3)
Au revoir, au revoir

Et si je meurs, de partisan
Tu devra m’enterrer.
Tu devras m’enterrer là-haut sur la montagne
Ô ma belle au revoir (x3)
Ciao, ciao Au revoir, au revoir

 

Tu devras m’enterrer la haut sur la montagne
A l’ombre d’une belle fleur.
Et les gens, ils passeront
Ô ma belle au revoir (x3)
Au revoir, au revoir

Et les gens, ils passeront
Et diront ‘Oh quelle belle fleur’.
Cette fleur est la fleur du partisan
Ô ma belle au revoir (x3)
Au revoir, au revoir

Cette fleur est la fleur du partisan
Mort pour la liberté. 

Souvenir……..


Merci à Gavroche….

Les paroles :

Jadis, avec Pierre et Gladys
On les voyait passer en robe blanche
Au ruisseau qui traînait nos rêves
Vers un écrin de joie
Nous suivions la trace des fées
C’était au mois de mai

Vole, blonde tête folle,
On les voyait quitter leur robe blanche
Un torrent de cheveux dorés
Léchait nos yeux de soie
Nous étions sur la trace des fées
C’était au mois de mai

J’étais le prince sur son carrosse
Ma muse pleurait aux étoiles
Puis je redevins le chien.

Jadis, cachées sous les fleurs de lys
On les voyait flâner en robe blanche
Au pays où la bise enlace les gens aux mille pleurs
Nous suivions la trace des fées
C’était au mois de mai

Vole, vole, blonde nympholle
On les entendait rire en robe blanche
Et le gazon du parc s’imbibait à nos pieds d’enfant
Nous étions sur la trace des fées
C’était au mois de mai

J’étais le prince sur son carrosse
Ma muse pleurait aux étoiles
Puis je redevins le chien.

 

Quelques mots sur le groupe  » Ange  » :

  Le groupe naît, au quatrième trimestre 1969, de la fusion de l’orchestre de bal de Christian Décamps, « Les Anges », et du groupe de son frère Francis, « Évolution ». Christian a déjà plusieurs années de pratique de « groupe pop et de bal » et Francis tend plutôt vers le rock.

     Le 31 janvier 1970, Ange se fait connaître à Belfort, au centre culturel de La Pépinière, avec un très long opéra de trois heures, La fantastique épopée du général Machin, composé par Christian sur son tout nouvel orgue Hammond. Des extraits live de ce concert se trouvent sur le double album publié par RCA en 1978, sans l’accord du groupe, 1970-1971 – En concert. Après plusieurs passages à Paris, au Golf Drouot, le groupe finit par remporter le Tremplin et signe chez Philips, enregistrant immédiatement son premier single, Tout feu, tout flamme, à la fin de 1971.

  Soutenu par le magazine Best, notamment par le journaliste Hervé Picart et par Jean-Bernard Hebey sur RTL, Ange sort son premier album, Caricatures, en 1972. Sur leur rock théâtral et poétique, Christian Décamps, le leader et chanteur du groupe, utilise des mots et des tournures de phrases rares dans le milieu musical rock, donnant au groupe une originalité qui le démarque des autres formations françaises de l’époque. Pendant l’été 1972, le groupe tourne en première partie de Johnny Hallyday et de son Johnny Circus. Leur premier succès vient par leur reprise de Ces gens-là de Jacques Brel, sur l’album Le Cimetière des Arlequins, paru en 1973.

 Le 26 août 1973, Ange joue devant trente mille spectateurs au Reading Festival, au même programme que Genesis, The Spencer Davis Group et John Martyn. Le groupe est ovationné après un show très enlevé de quarante minutes1.

 

 

 


Les paroles :

J’écrase une cigarette à moitié pas finie
Dans le bol d’habitudes décaféinées
Le temps est comme moi, incertain et tout gris

Il est sept heures et quart, il est temps d’y aller
Il est sept heures et quart, il est temps d’y aller

Je referme la porte sur l’appartement vide
Et, le pied machinal, je descends l’escalier
Ce rituel commence à se faire des rides
Et moi, je fais celui qui l’a pas remarqué

Et moi, je fais celui qui l’a pas remarqué

Et ainsi, tous les jours, je me noie dans les autres
Dans le bus abruti qui me mène au boulot
Il faut savoir aimer la vie qui est la nôtre
Et se dire qu’on évite les problèmes conjugaux

{Refrain:}
Je vis tout seul, je parle tout seul
Je dors tout seul, je rêve tout seul
Je vis tout seul, je parle tout seul
Je dors tout seul, je baise tout seul

Et je vais retrouver mes collègues de bourreaux
Qui m’aident à tuer le temps, ces heures que j’assassine
Minutieusement, je s’rai comme ce bibelot
Que la poussière recouvre et les années patinent
Que la poussière recouvre et les années patinent

Un peu plus tard, j’irai devant une chaise fade
Bouffer un croque-madame parce que j’aime bien le nom
Chez le Turc d’en face où d’autres cœurs en rade
Pérorent leur solitude en levant le menton
Pérorent leur solitude en levant le menton

Il faudra que je pense à acheter des rasoirs
Une demi-baguette, des piles pour la radio
J’ai pas le temps, ça peut bien attendre ce soir
Là, j’ vais chercher fortune dans un Rapido

{au Refrain}

Vendredi soir, j’irai dépenser mon ennui
Errant à la recherche d’autres solitudes
Égarées comme moi et la soirée finie
Se fera dans les bras vides de l’habitude
Se fera dans les bras vides de l’habitude

Souvenirs….


  Ces derniers jours ( comme si c’étaient les derniers de ma vie ….) ; je range , trie , jette , garde …Des objets devenus inutiles ( inutilisables ) , j’en garde certains car ils sont importants pour moi ,même si inutiles ( comme la cafetière ancienne de ma chère grand- mère ) , mais j’en jette beaucoup …..c’est ainsi que je retrouve dans le fouillis de papiers gardés de vieux écrits , souvent semblants de poésies de mon  » cru  » . La naïveté était déjà bien ancrée en moi  à cette époque . La preuve 😦 je devais avoir 14 / 15 ans !)

    » Ma fiancée  » 

 Au tout début de la semaine ,

Elle arrive comme une aubaine .

Il fait très beau, c’est merveilleux 

Le ciel est bleu comme ses yeux.

La vie est rose en ce dimanche 

Et sur ses lèvres , je me penche .

Lui donnant un tendre baiser 

Qui la fait presque chavirer …

C’est évident, elle est très belle 

Et tous les autres sont fous d’elle ,

Mais je suis son premier Amour 

Et le resterai pour toujours.

C’est de moi qu’elle s’est éprise ,

De sa présence je me grise ,

Quand j’entends son rire joyeux

Près d’elle enfin je suis heureux .

Et lorsque nous sommes ensemble,

Bouleversé, parfois , j’en tremble ,

C’est merveilleux ,tout ce bonheur ,

Tout le plaisir est dans mon cœur .

écoliersenfant écrivant

 

 

 

Je présume que vous ne connaissez pas..


Ce Monsieur ? 

  J.Debrokart a été censuré pratiquement pour toutes ses chansons sur tous les médias …..

 

Mon cher député
Votre siège vous l’avez gagné, à une voix de majorité
Or cette voix, c’était la mienne

J’ai voté le dernier à 19 heures 59 et des poussières
C’est pas du bluff y’a des témoins qui s’en souviennent
Dans vos réunions, sur vos affiches, à la télé
Vous avez dit et répété que vous feriez tout pour nous plaire
C’est donc sans vergogne, cher ami, que je vous écris
Pour les trois ou quatre petits riens que voici

Ma sœur, voudrait bien la légion d’honneur
Mon frère ne pas faire son service militaire
Ma tante, oh pas grand-chose, le Jardin des Plantes
Ou à défaut, elle aime la nature un p’tit poste à l’agriculture

Mon fils, alors lui, n’importe quoi à la Justice
Mon père pareil, mais, aux affaires étrangères
Et moi, oh moi, j’ai pas d’ambition
Chargé de mission ça ça m’irait
Mais attention hein, sans précision
Monsieur, qui êtes député grâce à moi
Pas de nouvelles depuis des mois
Qu’est-ce qui se passe donc, je m’interroge, je m’étonne
Seriez-vous un menteur, un ingrat, un arriviste sans foi ni loi
Vous n’êtes pas là, jamais là, quand je téléphone
Alors je vous écris derechef
Pour vous rappeler que c’est moi, bref
Pour vous rafraichir un tant soit peu la mémoire
Je suis patient, mais j’ai mes limites
Ce que j’ai demandé je le mérite
Alors faites vite et sans histoire

Ma sœur, ben oui elle voudrait la légion d’honneur, c’est son droit
Mon frère ne pas faire son service militaire, quoi de plus simple?
Ma tante, une misère, le Jardin des Plantes
Ou à défaut, elle aime la nature un p’tit poste à l’agriculture
Je me répète évidemment, c’est vous qui m’y forcez
Mon fils à la Justice, mon père pareil mais aux affaires étrangères
Et moi, ah ben moi j’ai réfléchi, l’immobilier me tente assez
Je voudrais des crédits et puis du terrain, enfin trois fois rien

Bougre de salaud, ah si j’avais su ça plus tôt
J’aurais voté pour
Piazzano
Ouais, ouais, le radical de gauche
Je m’vengerai aux élections prochaines
Mais t’auras profité d’l’aubaine suffisamment
Pour plus jamais chercher d’embauche
Je m’suis renseigné, t’as placé tout ton monde, voyou
Dans le fromage t’as fait ton trou, dix trous, vingt trous, un vrai gruyère
Oh! mais ça n’en restera pas là, j’ameuterai la presse contre toi
J’dirai tout à la France entière
Sa sœur, ouais, ouais, ouais, sa sœur a la légion d’honneur, tel que
Son frère alors lui, il fait pas son service militaire, non, non, non
Sa tante dirige le jardin des plantes, son cousin Arthur
Ancien pédicure dit son mot à l’Agriculture
Son fils, c’est le comble, a son bureau à la Justice
Son père, gâteux, a le sien aux Affaires étrangères
Y a qu’une chose à faire si vous ne voulez plus voir ça
La prochaine fois qu’on vous demandera
De refaire des parlementaires
J’serai candidat, votez pour moi!

Inauguration du nouveau look :


  Il est évident que seul je ne serais arrivé à rien , mais une amie  a pris  un long moment de son temps cet après-midi pour m’aider via le téléphone …( Il lui a fallu une grande patience car je ne comprenais pas la plupart des mots qu’elle employait ! ) .Je lui ai donc laissé mes données perso  sur W.P et ….Elle a tout fait !

  Je ne sais ce que vous en pensez , mais  moi ce nouvel aspect de  » sur l’écran noir de mes nuit blanches  » me satisfait pleinement….m^^eme si l’écran n’est plus  vraiment noir ( c’est encore mieux à mon avis ) .

Bref , je la remercie sincèrement pour sa patience et sa gentillesse . ( je ne cite pas son nom , elle le fera sur un commentaire si elle le désire ) 

 

Je présume que vous ne connaissez pas Mr J. Debronckart ( C’est un marginal …)

Une de ces nombreuses chansons :