çà s’est passé un 8/07 ……..


8 juillet 1853

Le  » commodore  » Perry débarque au Japon

Le 8 juillet 1853, le commodore Matthew Perry apporte à l’empereur du Japon un message d’amitié du président américain Franklin Pierce. En fait d’amitié, il s’agit d’une injonction à se soumettre.!!!!!

Les Japonais, qui s’étaient jusque-là tenus à l’écart des affaires du monde, se laisseront-ils assujettir comme, avant eux, les Chinois et la plupart des autres peuples d’Asie ?..Un message d’amitié en forme de menace

Le commodore (capitaine de vaisseau commissionné) s’inquiète auprès du gouvernement japonais des mauvais traitements qu’ont eu à subir des marins américains naufragés sur les îles japonaises.

Ses quatre  » bateaux noirs  », surnommés ainsi parce qu’ils utilisent du charbon et crachent de la fumée, provoquent un grand émoi chez les Japonais. Ces derniers prennent conscience de leur retard sur les  » Barbares  » d’Occident.

Il faut dire que l’archipel est soumis depuis 1603 aux  »shôguns  » de la famille Tokugawa . Ces maires du palais ont relégué l’empereur, le tenno (ou taino), dans un rôle religieux et honorifique. Ils ont dompté les grands seigneurs féodaux, les daimyo. Ils ont fermé l’archipel aux influences étrangères, avec interdiction quasi-générale d’entrer ou de sortir du pays… De ce fait , les Japonais mesurent mal les changements techniques et intellectuels qui se sont produits dans le monde et en particulier en Occident au cours des 250 dernières années.

Au cours d’une seconde visite, le 13 février 1854, le commodore Perry commande sept navires de guerre, dont quatre à vapeur. Il se fait menaçant et exige du shôgun qu’il ouvre les ports japonais aux navires de commerce et aux baleiniers américains.

Le shôgun s’incline et ses représentants signent un traité le 31 mars 1854 à Kanagawa par lequel ils garantissent le rapatriement des éventuels naufragés. Ils consentent aussi à ouvrir les ports de Shimoda et Hakodaté aux navires de commerce battant pavillon américain. Ils offrent enfin aux États-Unis un statut de faveur et accueillent en 1856 un premier consul américain, Townsend Harris.

( Harris )

Dans les années suivantes, le Royaume-Uni et les principales puissances européennes réclament et obtiennent des privilèges équivalents.

Les Japonais les plus lucides comprennent qu’ils doivent adopter rapidement les principes et les techniques des Occidentaux s’ils ne veulent pas être colonisés comme leur voisin chinois. D’autres préfèrent s’en prendre directement aux Occidentaux et se laissent entraîner à de sanglantes émeutes.

C’est le début d’un long conflit entre les réformistes et les conservateurs, ces derniers étant conduits par le shôgun. Il se termine en 1867 par la victoire des premiers et le renvoi du shôgun.

Le jeune empereur Mutsuhito

Mutsuhito

 (15 ans !) prend lui-même le pouvoir et entreprend à marches forcées de réformer le Japon. Il va en faire le premier pays industriel non occidental.

Dormons nous comme nos ancêtres ?


 » Le Sommeil de Saint Pierre  » de Giuseppe Antonio Petrini (1677-1759).

Notre nuit continue de huit heures est une invention relativement récente. Longtemps, l’homme s’est couché tard ( c’est mon cas ), a dormi peu ou de manière fractionnée.

Dès les années 1950, un psychologue américain, Frederick Snyder, avançait que chez les animaux vivant en groupe, certains restaient dans un état de veille pour protéger celui-ci des menaces nocturnes. Des chercheurs américains, qui ont comparé nos habitudes de sommeil à celles de centaines d’autres espèces, avancent que les hommes ont réussi, dans l’évolution, à tirer le meilleur profit de leur sommeil en dormant en groupe et autour du feu, la chaleur éloignant les prédateurs.

L’injonction à dormir huit heures par nuit n’est pas franchement fondée :

En fait, nous comptons parmi les mammifères qui dorment le moins, juste derrière les girafes et les éléphants . Mais nous dormons mieux, car d’un sommeil profond plus stable. Pour déterminer si cette hypothèse dite  » de la sentinelle  » s’appliquait à nos ancêtres, et surtout si le progrès avait fait diminuer, comme on le déplore souvent, notre temps de sommeil, des chercheurs se sont intéressés à des sociétés vivant en Afrique et en Amérique du Sud, dont le mode de vie était proche de celui des chasseurs-cueilleurs du paléolithique. Les résultats montrent qu’elles dorment seulement six heures vingt-cinq par nuit et que sur une période de trois semaines, il ne s’écoule que dix-huit minutes durant lesquelles aucun membre de la tribu n’est éveillé. Six heures vingt-cinq, donc, contre sept heures quarante-sept, le temps moyen de sommeil des Français, et il est précisé dans l’étude que ces peuples sont en bonne santé. Voilà qui suggère que l’injonction à dormir huit heures par nuit n’est pas franchement fondée… pas plus que celle de dormir d’une seule traite. C’est en relevant les termes « premier sommeil » et « deuxième sommeil » dans des documents d’archives que l’historien Roger Ekirch a mis en évidence, il y a une vingtaine d’années, le sommeil fragmenté qui étaient celui de nos congénères jusqu’à la fin du XVIIe siècle. Ils dormaient alors en deux fois, de la tombée au milieu de la nuit, d’un premier sommeil (profond), puis ils se rendormaient, d’un sommeil (matinal) qui amenait au réveil. Durant cette période d’éveil nocturne, l’on s’adonnait à de multiples activités : solitaires (prier, méditer…), de couple (faire l’amour ) , ou sociales (rendre visite à des voisins, vérifier que le groupe était en sécurité).

La lumière artificielle aurait modifié nos nuits

De nombreux psychologues confirment que se lever durant la nuit est tout à fait normal du point de vue physiologique. Accréditant l’idée que cette  »dorveille  » trouve peut-être une survivance dans certaines formes d’insomnie, malgré des sociétés plus  » sécurisées  ». Pour Roger Ekirch, c’est la lumière artificielle qui a modifié nos nuits et ce cycle de sommeil ancestral. Au début des années 1990, un psychiatre américain, Thomas Wehr, a cherché à savoir comment réagissaient des individus privés de lumière artificielle. Surprise ! Les sujets de son expérimentation clinique se réveillaient au milieu de la nuit, vers 1 heure du matin, et leur cerveau sécrétait de la prolactine, une hormone libérée aussi durant l’orgasme  qui contribue à la sensation de plaisir et de bien-être. Ce constat rejoint la thèse de Roger Ekirch selon laquelle cette période d’éveil nocturne, non anxieux, jouait probablement un rôle important dans la régulation naturelle du stress.

Après ce billet sans intérêt , à mon tour je vais tenter de dormir ………

à ce soir peut-être ….

La vaccination ….


14 mai 1796 : Déjà il y a 225 ans !

Édouard Jenner découvre la vaccination

Image : Le 14 mai 1796, un médecin de campagne vaccine un jeune garçon afin de le protéger contre la variole.

Il utilise pour cela du pus provenant d’une maladie apparentée mais bénigne, la  » vaccine des vaches  ».  En employant cette  » méthode  » , il se distingue de ses prédécesseurs qui, non sans risque, immunisaient leurs patients en leur inoculant la variole elle-même.

Par une action déterminée auprès de ses collègues,  Édouard Jenner  (47 ans) va donner à la vaccination une caution scientifique et la généraliser à l’ensemble de la population.

Une pratique ancestrale? mais mal maîtrisée ?

Très tôt, dès le Moyen Âge, on s’était aperçu que les personnes ayant survécu à la variole étaient définitivement immunisées contre le fléau. Le savant andalou Averroès y fait allusion et des praticiens ont l’idée d’inoculer la maladie à leurs patients, avec un maximum de précautions, afin de les protéger contre les fréquentes épidémies.

Mais cette protection préventive n’est pas sans danger et elle nécessite que le patient soit très soigneusement isolé afin qu’il ne provoque pas lui-même une épidémie. Elle est limitée pour cela aux milieux aristocratiques et bourgeois.

Jenner invente la vaccination :

Édouard Jenner, médecin de campagne passionné par la recherche, n’a pas eu peur de lancer une campagne préventive auprès de sa clientèle. Il s’est aperçu comme alors que plusieurs de ses patients étaient insensibles à l’inoculation. Après enquête, il a découvert qu’il s’agissait de valets de ferme en contact avec les vaches.

Il a pu faire le rapprochement avec la vaccine ou variole des vaches (en anglais,  »cow-pox »). Cette maladie bénigne était courante chez les valets qui trayaient les vaches et entraient en contact avec les pustules des pis. Elle a pour effet de les immuniser contre la véritable variole, le plus souvent mortelle.

Édouard Jenner a l’idée d’inoculer par scarification non plus du pus de la variole mais du pus de la vaccine, beaucoup plus bénin et tout aussi efficace. Il prélève donc du pus sur la main d’une femme qui a été infectée par sa vache, Blossom, atteinte de la vaccine, et l’inocule à un enfant de 8 ans, James Phipps.

James Phipps contracte la maladie sous la forme d’une unique pustule et en guérit très vite.

Trois mois plus tard, indifférent au  »principe de précaution », le médecin lui inocule la véritable variole. À son grand soulagement, la maladie n’a aucun effet sur l’enfant. C’est la preuve que la vaccine l’a immunisé contre la variole en entraînant la formation d’anticorps propres à lutter contre l’infection.

Rapide diffusion de la vaccination :

Édouard Jenner diffuse avec courage le principe de la vaccination dans le public, en encourageant la vaccination de masse. Ses opposants contestent l’innocuités de sa méthode ou même parfois dénoncent la prétention de vouloir contrarier les desseins de la providence.!!!!!

Il publie à ses frais  » An inquiry into the causes and effects of the variolae vaccina  » (Enquête sur les causes et les effets de la vaccine de la variole) et jette les bases de l’immunologie appliquée à la variole. Il se contente d’une approche empirique et ne se soucie pas d’aller plus avant dans la compréhension du phénomène. Il appelle  »virus » le facteur mystérieux de la vaccine (d’après un mot latin qui signifie poison).

La pratique de la vaccination se répand très vite en Europe et en Amérique, contribuant au recul des épidémies. À ce jour, les grandes campagnes de vaccination contre la variole ont pratiquement éliminé ce virus de la surface de la terre.

Lunokhod…….


……un rover soviétique sur la Lune ! En 1970 …….????

Les Soviétiques ont conçu puis lancé avec succès le 17 novembre 1970 un rover, le Lunokhod vers la Lune, un an après qu’Armstrong en ait foulé la surface…….. Le 21 avril 2010, une équipe américaine testa un tir laser vers le réflecteur du rover et reçut une réponse.

Le Lunokhod ? ( image du net )

Lunokhod 1, également connu sous le nom de  » Аппарат 8ЕЛ № 203  », est le premier des deux robots lunaires rovers débarqués sur la Lune par l’Union soviétique dans le cadre de son programme Lunokhod.

Le vaisseau spatial Luna 17 transporte Lunokhod 1 sur la Lune en 1970. Lunokhod 1 est le premier robot télécommandé rover à se déplacer librement sur la surface d’un objet astronomique au-delà de la Terre. C’est aussi le premier engin à roues sur un autre corps céleste. Lunokhod 0, la première et précédente tentative en ce sens, avait été lancée en février 1969, mais ne réussit pas à atteindre l’orbite.

Bien que conçu uniquement pour une durée de vie de trois jours lunaires, Lunokhod 1 opéra sur la surface lunaire pendant onze jours lunaires et parcourt une distance totale de 10,54 km.

Une vidéo :

( Lunokhod 1 est un véhicule lunaire formé d’un compartiment en forme de baignoire avec un grand couvercle convexe sur huit roues à propulsion indépendante. Sa longueur est de 2,3 mètres. Lunokhod 1 est équipé d’une antenne en forme de cône, d’une antenne hélicoïdale hautement directionnelle, de quatre caméras de télévision et de dispositifs extensibles spéciaux pour tester le sol lunaire pour la densité du sol et les propriétés mécaniques. Un spectromètre à rayons X, un télescope à rayons X, des rayons cosmiques détecteurs et un laser dispositif y sont également inclus. Le véhicule est alimenté par des batteries rechargées pendant la journée lunaire par un réseau de cellules solaires monté sur la face inférieure du couvercle. Pour pouvoir travailler sous vide, un lubrifiant spécial à base de fluorure est utilisé pour les pièces mécaniques et les moteurs électriques sont enfermés dans des conteneurs pressurisés. Pendant les nuits lunaires, le couvercle est fermé et une unité de radioisotope polonium-210 maintient les composants internes à la température de fonctionnement.)

( dommage : commentaires en russe ! )

Le rover fonctionne pendant la journée lunaire, s’arrêtant occasionnellement pour recharger ses batteries via les panneaux solaires. La nuit, le rover » hiberne  » jusqu’au prochain lever du soleil, chauffé par la source radioactive.

Les petits cratères le long de sa traversée sont nommés officieusement pendant la mission. Les noms sont officiellement approuvés par  »l’AIU  » ? en 2012. Ils sont appelés Albert, Leonid, Kolya, Valera, Borya, Gena, Vitya, Kostya, Igor, Slava, Nikolya et Vasya.

Les contrôleurs terminent la dernière session de communication avec Lunokhod 1 à 13h05 TU=  » Temps Universel  » ? le 14 septembre 1971. Les tentatives pour rétablir le contact sont finalement interrompues et les opérations de Lunokhod 1 cessent officiellement le 4 octobre 1971, ( anniversaire de Spoutnik 1 ! ). Au cours de ses 322 jours d’opérations , Lunokhod 1 parcourt 10 540 mètres et renvoie plus de 20 000 images télévisées et 206 panoramas haute résolution. En outre, il effectue 25 analyses de sol lunaire avec son spectromètre à fluorescence et utilise son  »pénétromètre  » à 500 endroits différents.

image / croquis U.R.S.S

L’emplacement final de Lunokhod 1 est incertain jusqu’en 2010, car les expériences de télémétrie laser lunaire n’ont pas réussi à détecter un signal de retour depuis 1971 ! Le 17 mars 2010, Albert Abdrakhimov trouve à la fois l’atterrisseur et le rover dans Lunar Reconnaissance Orbiter image. En avril 2010, l’équipe d’opération de télémétrie laser lunaire de l’observatoire Apache Point de l’Université de Californie à San Diego utilise les images LRO pour localiser le mobile suffisamment près pour les mesures de portée laser. Le 22 avril 2010 et les jours suivants, l’équipe réussit à mesurer la distance à plusieurs reprises. L’intersection des sphères décrites par les distances mesurées indique alors l’emplacement actuel de Lunokhod 1 à 1 mètre près. APOLLO utilise maintenant le réflecteur de Lunokhod 1 pour des expériences, car ils découvrent, à leur surprise, qu’il retourne beaucoup plus de lumière que les autres réflecteurs sur la Lune. Selon un communiqué de presse de la NASA, le chercheur APOLLO Tom Murphy déclare : » Nous avons obtenu environ 2000 photons de Lunokhod 1 lors de notre premier essai. Après près de 40 ans de silence, ce rover a encore beaucoup à dire  ».

En novembre 2010, l’emplacement du rover a été déterminé à environ un centimètre près. L’emplacement près du limbe de la Lune, combiné à la capacité de téléporter le rover même lorsqu’il est au soleil, promet d’être particulièrement utile pour déterminer les aspects du système Terre-Lune.

Dans un rapport publié en mai 2013, des scientifiques français de l’Observatoire de la Côte d’Azur dirigé par Jean-Marie Torre rapportent avoir répliqué les expériences de télémétrie laser de 2010 menées par des scientifiques américains après des recherches utilisant des images de l’orbiteur de reconnaissance lunaire de la NASA. Dans les deux cas, des impulsions laser sont renvoyées par le rétro réflecteur Lunokhod 1.

La décomposition ….


…..qu’est ce que c’est ?

En général , on répond : C’est ….

1.) état d’un corps en décomposition, putréfaction; état de ce qui est pourri.

2)(figuré) désagrégation, éclatement.

3)(chimie)altération d’un corps par une action chimique.

4)(mathématiques)action de diviser en éléments.

Mais , c’est aussi ( moins connu ) :

La décomposition (en allemand Zersetzung) était une technique de travail de la police secrète est-allemande,  » la Stasi  ». Elle avait pour but de combattre les opposants politiques, supposés ou avérés. Les  » mesures de décomposition  », définies dans le cadre d’une ligne de conduite de 1976, ont été effectivement utilisées dans le cadre des  » procédures opérationnelles  » (en allemand Operative Vorgänge ou OV). Elles ont remplacé la terreur ouverte de l’ère Ulbricht !

En tant que pratique de persécution répressive, la décomposition remplissait des fonctions étendues et secrètes de contrôle et de manipulation, jusque dans les relations personnelles de la cible. La Stasi s’appuyait pour cela sur son réseau de collaborateurs officieux , sur l’influence de l’État sur les institutions et sur la  » psychologie opérationnelle  ». Par des attaques psychologiques ciblées, la Stasi essayait ainsi d’ôter au dissident toute possibilité d’  » action hostile  ».

Grâce à de nombreux dossiers de la Stasi rendus publics à la suite du tournant en Allemagne de l’Est, l’usage des mesures de décomposition est bien documenté. Selon les estimations, le nombre de victimes de telles mesures serait de l’ordre du millier, voire de la dizaine de milliers, et parmi elles, 5 000 auraient subi des dommages irréversibles. Des  » pensions de dédommagement  » ont été créées pour les victimes.!!

Louis Lépine ….


Quand on entend / lit  » Lépine  » , on pense surtout au concours du même nom qui , tous les ans , récompense les inventeurs et inventions de toutes sortes , de  » tout poil  » . (je reviendrai certainement sur cet aspect de Mr Lépine

L.Lépine

) . Mais ce n’est pas la seule chose notable que Lépine ait créée ; en effet , il faut déjà savoir que Mr Lépine était préfet et , en tant que tel , il a légué un  » héritage  » important dans le domaine policier !

Par exemple ,c’est lui qui créa en 1912 la brigade criminelle , le brigade fluviale et la brigade  » cycliste  »

Résultat d’images pour 1912 brigade cycliste images

! C’est aussi lui qui équipa les policiers des célèbres bâtons blancs

et sifflets à roulette

Policier Sifflet

.Ingénieux , il créa même une brigade  » Berlitz  » dont les membres , formés à  » l’école linguistique  » du même nom , avaient pour mission de renseigner les touristes étrangers perdus dans Paris ! Parmi ses  » inventions policières  » , on trouve aussi les avertisseurs téléphoniques publics , la créations des sens giratoires

, sens uniques

et des passages piétons !Ainsi que les chiens sauveteurs !……Pour le moins prolifique Mer Lépine …..

Pâques …….


Le païen que je suis ne peut tout de même pas éviter de  »parler  » de cette fête religieuse …

fête qui commémore la résurrection de Jésus . Il semblerait que le mot  » Pâques  » vienne de l’hébreu  » Pessa ‘h  » ( = le passage ) ,devenu par la suite  » Pascha  » en latin ….? Cette fête célèbre la fuite d’Egypte du peuple juif et le passage de la mer rouge ….Les juifs fêtent Pâques le jour de la pleine lune de printemps .. Or ,selon les évangiles , c’est la veille du Sabbat , pendant la préparation de Pessa’ h que Jésus fut crucifié ,sa résurrection ( 3 jours plus tard ) est célébrée par Pâques . Juive ou chrétienne , la fête porte le même nom , sauf que Pâques se dit au pluriel chez les chrétiens depuis le 16 ème siècle pour se démarquer de la fête juive et pour évoquer à la fois , la  »passion , la crucifixion et la résurrection de Jésus ?

Mais Pâques n’est pas seulement une fête religieuse : C’est aussi une fête païenne qui représentait autrefois la fête du printemps , du retour de la lumières ,

de la  » renaissance  » après les longs ,tristes mois de l’hiver

Image du net .

Déjà , dans l’antiquité , plusieurs légendes illustraient cette joie du renouveau souvent symbolisée par le retour sur terre ou le réveil d’un dieu ou d’une déesse .

P.S : La résurrection du christ est aussi célébrée chez les orthodoxes à l’occasion de Pâques . Des processions sont organisées pendant la  » semaine sainte  » et le jeûne débute le lundi et se termine le dimanche suivant avec la dégustation de  » l’agneau pascal  » ( l’agneau serait synonyme d’innocence et d’obéissance ) .

Même dans l’Islam , l’agneau est  » porteur de signification  » : La fête de l’Aid- al- Adhâ ( la grande fête ) qui commémore le sacrifice d’Abraham prêt à offrir son fils à Allah qui l’épargna contre une offrande de grande valeur ! ( Allah / Dieu faisait du  » troc  » ? ) .Pour les musulmans, cette offrande consiste à sacrifier un agneau le dixième jour du mois sacré ( douzième mois du calendrier musulman )

Les cloches :

En bronze ou en chocolat , elles rythment les évènements de la fête : Lors de la messe du jeudi saint , elles carillonnent et reste ensuite silencieuses jusqu’au samedi saint , pour respecter le souvenir du christ mort sur la croix ( je crois ??? ) ….

Elles profitent de ces quelques jours pour se rendre à Rome d’où elles reviennent laissant tomber sur leur passage quelques friandises, sucreries dans les jardins .…( pour le grand plaisir des enfants et…des parents qui s’amusent à les regarder chercher ces sucreries )

Enfin ,elles carillonnent le dimanches de Pâques pour fêter le Christ ressuscité …..

__________________________

Mais il y a d’autres symboles que les cloches :

Le lièvre / lapin sont considérés dans quelques pays ( Allemagne ,U.S.A ) comme messagers de Pâques ..

Il parait que, depuis l’antiquité , le lièvre considéré comme le symbole de la fécondité serait associé à la fête de Pâques depuis le XVIII ème siècle …

Et il y a aussi les œufs : Symbole de vie , de renaissance , l’œuf serait associé à Pâques depuis l’antiquité . Autrefois , pendant la période du carême , il était interdit de manger des œufs .…Mais ; les poules continuaient à pondre lol …Alors, on conservait les œufs, on les faisait bénir le jour de Pâques , puis après les avoir peint , on les donnait aux enfants ….

Œufs peints

Bien qu’il y ait des œufs  » sophistiqués  » (même en or ! ) , comme , par exemple ceux créés par Peter Carl Fabergé ,

Œufs de Fabergé
Etc…..

…..beaucoup de personnes se contentent d’œufs en chocolat , moins précieux , mais beaucoup plus savoureux …

Traditionnellement ,des chasses aux œufs sont organisées dans les cours d’écoles ou dans les jardins familiaux ( Perso , j’adorais voir Manu les chercher en suivant les  » indices  » que je lui donnais ) …Mais , j’ai lu que certains lieux en France tel que le labyrinthe géant des monts de Guéret ( Labyrinthe – Accueil (labyrinthe-gueret.fr) (<= kliker pour voir le labyrinthe ) ou de la cité fortifiée de Provins entr’autres proposent aujourd’hui , des chasses aux œufs de Pâques sous forme d’itinéraires pédagogiques et ludiques .

Pas trouvé le  » labyrinthe  » ……
Le labyrinthe de Guéret (pas loin de chez moi )

1913: Quand Hitler,


Trotsky, Tito, Freud et Staline vivaient tous au même endroit …!!!

En janvier 1913, un homme dont le passeport porte le nom de Stavros Papadopoulos débarque du train de Cracovie à la gare du terminal nord de Vienne. De teint sombre, il arbore une grosse moustache de paysan et porte une valise en bois très basique.

L’homme qu’il est venu rencontrer, écrira des années plus tard :  » J’étais assis à table lorsque la porte s’est ouverte en frappant et qu’un inconnu est entré. Il était petit … mince … sa peau brun grisâtre couverte de marques de poches … Je n’ai rien vu dans ses yeux qui ressemblait à de la gentillesse. »

L’auteur de ces lignes est un intellectuel russe dissident, le rédacteur en chef d’un journal radical appelé Pravda (Vérité). Son nom ? : Leon Trotsky. En fait ,l ’homme qu’il décrit n’est pas que  » Papadopoulos  ». Né Iosif Vissarionovich Dzhugashvili, il est connu de ses amis sous le nom de » Koba  » et est maintenant connu sous le nom de Joseph Staline. Trotsky et Staline ne sont que deux des nombreux hommes qui vivaient dans le centre de Vienne en 1913 et dont la vie est destinée à façonner, voire à briser, une grande partie du XXe siècle.

C’est un groupe , un trio disparate. Les deux révolutionnaires, Staline et Trotsky, sont en fuite. Sigmund Freud , lui , est déjà bien établi. Le psychanalyste,  » exalté  » par ses adeptes comme l’homme qui a ouvert les secrets de l’esprit, vit et exerce sa profession sur la Berggasse ( rue au cœur de la ville , de Vienne ).

Le jeune Josip Broz, devenu plus tard célèbre en tant que leader de la Yougoslavie, le maréchal Tito, travaille à l’usine automobile Daimler à Wiener Neustadt, une ville au sud de Vienne, et cherche un emploi, de l’argent et des bons moments.….

Ensuite, il y a le jeune homme de 24 ans originaire du nord-ouest de l’Autriche, dont les rêves d’étudier la peinture à l’Académie des beaux-arts de Vienne ont été anéantis et qui loge maintenant dans une maison à Meldermannstrasse près du Danube, un certain Adolf Hitler .

Dans sa majestueuse évocation de la ville de l’époque,  » Thunder at Twilight  » , Frédéric Morton

( un écrivain juif autrichien qui a émigré aux États-Unis en 1940 ) imagine Hitler haranguant ses camarades de logement sur la morale, la pureté raciale, la mission allemande et la trahison slave, sur les juifs, les jésuites et les francs-maçons. :  » Son toupet se balançait, ses mains tachées de (peinture) déchiquetaient l’air, sa voix montait à un ton d’opéra. Puis, tout aussi soudainement qu’il avait commencé, il s’arrêtait. Il rassemblait ses affaires avec un cliquetis impérieux, (et ) filait dans sa cabine.  » 

L’empereur Franz Joseph, qui règne depuis les grandes révolutions de 1848, préside sur le palais de la Hofburg. ( résidence de la plupart des dirigeants de l’histoire de l’Autriche )

Son successeur désigné, l’archiduc François-Ferdinand, réside au Palais du Belvédère à proximité, attendant avec impatience le trône. C’est son assassinat l’année suivante qui déclenchera la Première Guerre mondiale.

En 1913 , Vienne est la capitale de l’Empire austro-hongrois, qui comprend 15 nations et bien plus de 50 millions d’habitants. A l’époque , Vienne était son propre type de bouillon de culture et attiraient les ambitieux de tout l’empire .

J’ai lu que : Moins de la moitié des deux millions d’habitants de la ville sont nés dans le pays et environ un quart venaient de Bohême (aujourd’hui l’ouest de la République tchèque) et de Moravie (maintenant l’est de la République tchèque), de sorte que le tchèque était parlé aux côtés de l’allemand dans de nombreuses situations .=> Une douzaine de langues étaient parlées dans l’empire ! Les officiers de l’armée austro-hongroise devaient savoir donner des commandements dans 11 langues en plus de l’allemand, dont chacune avait une traduction officielle de l’hymne national.

Ce mélange unique aurait créé son propre phénomène culturel, le café viennois.???? ( Une des origines de la légende se trouverait dans des sacs de café laissés par l’armée ottomane après l’échec du siège turc de 1683 ) .

La communauté intellectuelle viennoise était en fait assez petite et tout le monde se connaissait et … cela permettait des échanges à travers les frontières culturelles. Les discussions dans les cafés de Viennes favorisaient ,aidaient les dissidents politiques et ceux en fuite…..  »Si vous vouliez trouver un endroit où vous cacher en Europe où vous pourriez rencontrer beaucoup d’autres personnes intéressantes, alors Vienne serait un bon endroit pour cela  » écrit Charles Emmerson dans  » 1913 : A la recherche du monde avant la Grande Guerre  »

Résultat d’images pour charles emmerson photos
< ==== le livre

La communauté intellectuelle viennoise était assez petite et tout le monde se connaissait et … cela permettait des échanges à travers les frontières culturelles. Ceci favorisera les dissidents politiques et ceux en fuite.

Le Café Landtmann,

le  » repaire  » préféré de Freud, se dresse toujours sur le Ring, le célèbre boulevard qui entoure la ville historique d’Innere Stadt. Trotsky et Hitler quant à eux , fréquentaient le Café Central, à seulement quelques minutes de marche, où les gâteaux, les journaux, les échecs et, surtout, les conversations étaient les passions des clients.….Une partie de ce qui rendait les cafés si importants était que  » tout le monde  » y allait .Il y a donc eu une  » fertilisation croisée  » entre les disciplines et les intérêts, en plus ,les frontières qui sont devenues si rigides ensuite étaient très fluides.

La montée en puissance de l’intelligentsia juive et de la nouvelle classe industrielle, rendue possible par l’octroi ( taxes indirectes établies au profit des communes sur les objets et denrées destinés à la consommation locale ) de Franz Joseph en 1867 , et le plein accès aux écoles et aux universités viennent s’ajouter à tout cela ..

Un certain nombre de femmes ont également eu un impact.

Alma Mahler ( dont le mari compositeur est décédé en 1911) était également compositeur et est devenue la muse et l’amante de l’artiste peintre Oskar Kokoschka

Résultat d’images pour oskar kokoschka
Auto -portrait

et de l’architecte Walter Gropius.

Bien que la ville ait été et reste symbole de musique, de somptueux bals et de valse, elle avait un côté particulièrement sombre :Un grand nombre de ses citoyens vivaient dans des bidonvilles et en 1913, près de 1 500 Viennois se suicidèrent.?

Personne ne sait si Hitler a rencontré Trotsky ou si Tito a rencontré Staline. Mais des œuvres comme » le Dr Freud vous recevra maintenant, M. Hitler  » ( une pièce radiophonique de 2007 !? de Laurence Marks et Maurice Gran ) sont des images vivantes de telles rencontres.

Une grande partie de la vie intellectuelle de Vienne a été détruite par l’incendie qui a éclaté l’année suivante .

L’empire a implosé en 1918, tout en propulsant Hitler

Résultat d’images pour photos d'hitler jeune
Hitler jeune ?

, Staline

Résultat d’images pour staline en 1918 photo
Staline  » jeune  » ?

, Trotsky

Résultat d’images pour Léon Trotski
Trotsky  » jeune  » ?

et Tito

Résultat d’images pour Tito en 1918 photos
Tito ?

dans des carrières qui marqueront à jamais l’histoire du monde.!!!

KLIKKKKKKKKKKKKKKKKKKKKKKK!

pfffffff

Je n’en ai jamais mangé mais …..


.…le steak tartare ?

Un steak tartare ..

Qu’est ce que c’est , et…d’où vient il , d’où vient ce nom ?

Le steak tartare est une recette à base de viande de bœuf ou de viande de cheval crue, généralement hachée gros, ou coupée en petits cubes au couteau (d’où l’appellation de tartare au couteau) 

On trouve plusieurs théories sur les origines du steak tartare , et plusieurs histoires et légendes entourent l’existence de ce plat  »mythique  ».

Son nom viendrait d’un peuple nomade du Moyen Age originaire d’Asie centrale : les Tartares . Ces tribus des steppes avaient parait il , pour habitude, lors de leur voyage de découper une pièce de viande puis de la placer sous leur selle afin de l’attendrir et d’évacuer le trop-plein de sang. Ensuite, ils la dégustaient en la hachant avant , pour l’attendrir encore plus.

( Vidéo = les  »Huns  » , pas trouvé les  » autres  » lol )

Une autre histoire explique que le steak tartare tel que nous le connaissons aujourd’hui nous proviendrait plus probablement de la ville de Hambourg, en Allemagne, où l’on servait un plat de viande hachée assaisonnée et généralement crue, accompagné d’oignons et de chapelure.

( perso , je préfère la première explication ( plus originale ,amusante )

Donc je m’en tiens à :

Ce sont bel et bien les peuples nomades d’Asie centrale qui ont inspiré, de très loin, l’inventeur du steak tartare. ( Aujourd’hui l’Asie centrale c’est le Kazakhstan, le Kirghizistan et la Mongolie.)

Dans ces pays, on mange beaucoup de viande, essentiellement de la viande de cheval ou de mouton. ( L’une ou l’autre ou les deux, ces viandes ne sont pas particulièrement réputées pour leur tendresse, sauf si on les fait mijoter en ragoût pendant des heures ).

Ces peuples d’Asie Centrale ont très longtemps été nomades, passant leurs journées à chasser, se déplaçant de steppe en steppe. Que fait-on lorsque l’on a pas le temps de s’arrêter pendant des heures pour faire  » la popote  » ? lol Et bien on mange de la viande crue.

Un procédé bien précis :

Seulement, pas facile de croquer à pleine dents dans un steak de cheval. Les Tartares coupaient donc la viande en fines tranches, qu’ils plaçaient ensuite entre leur selle et le dos du cheval, avec du gros sel dessus pour en chasser le sang. Et une fois la viande attendrie grâce à ce stratagème, ils hachaient la viande menue et la mangeait avec les doigts, tout simplement.

N.B : le plat traditionnel au Kazakhstan, s’appelle Bishbarmak. Il est à base de viande de cheval et de mouton (cuite). Et la traduction littérale de  » Bishbarmak  », en langue kazakhe, c’est  » cinq doigts”, pour rappeler qu’il se mange avec la main…

Ce serai dons cette façon de consommer la viande, attendrie, purgée de son sang, puis hachée menue, qui a inspiré l’inventeur du steak tartare. 

Je n’en mangeais jamais car il est bien connu qu’il faut bien cuire la viande de bœuf ou de porc avant de la consommer pour ne pas ‘ attraper le  » vers solitaire  » ( ou ténia ) ….Je connais car j’en ai attrapé un il y a longtemps !

Mon trésor…..


….(public )..

 » mon trésor  » est souvent employé pour parler ( dire à ) d’un enfant qu’on l’aime

Résultat d’images pour images maman

….Mais…

Faire un enfant , ce ne serait pas seulement une initiative personnelle , c’est aussi un  » acte citoyen  » qui permet de soutenir la natalité nationale et de  » booster  » l’économie .

A tel point qu’en 1938 , les jeunes couples français qui n’avaient pas d’enfant dans les années suivant leur mariage se voyaient réclamer une  » taxe de compensation familiale  » ! Cette taxe fut mise en place par le gouvernement Daladier

Résultat d’images pour Édouard Daladier
Daladier ?

pour soutenir la croissance du pays et son repeuplement après la guerre !

On aurait pu se demander  » à quand l’acte sexuel notarié  »

acte notarié

? lol