En pensant à ma mère ….


……qui nous a quittés il y a déjà environ 11mois …( Il faut savoir que contrairement à moi, elle était très croyante)

A TOI qui me manques…

Ma mère il y a ….?

J’aimerais que le (ton) paradis soit équipé d’un téléphone pour entendre ta voix à nouveau. J’ai pensé à TOI aujourd’hui, rien de nouveau. J’ai pensé à toi hier et la journée d’avant aussi. Je pense à toi en silence, je  » mentionne » souvent ton nom. Tout ce que je possède ce sont les souvenirs et une photo ….dans un cadre.

 » Dieu  » t’a……dans ses bras, moi je t’ai dans mon cœur ….

Cette nuit:R.A.S ….


…..envie de rien alors….PAUSE …..

souvenir

1970 : Le Noël de la famille Sturm  ( des  » cas semblables existent toujours !)

La famille Sturm qui vit depuis plusieurs années dans un autobus aménagé au cœur du bidonville du Bras-Favé à Conflans-Sainte-Honorine. Le père, ancien marinier, a préféré débarquer en 1966 pour vivre avec sa femme et ses neuf enfants. Parents et enfants nous racontent leurs conditions de vie difficile dans cet autocar acheté chez un ferrailleur. Quelques mois après ce reportage de Raymond Meyer, les Sturm seront relogés et la télévision retournera les voir. La famille passait alors son premier Noël dans une vraie maison.

Vidéo :

Surpris !


Tout à l’heure, j’ai appelé mon père (savoir comment il va depuis le décès de ma mère) ….Et là !!!!

Il m’a dit :  » tu sais que je suis à la maison de retraite ?  » => Surprise de ma part. Je lui ai demandé pourquoi ?

Lui :  » Tu sais , j’ai 90 ans (depuis avril) , je ne peux plus vivre seul, puis sans ta mère  »…….etc…..

Bien sur , c’est  » logique  » , mais je fus surpris …..

Afficher l’image source
La maison / retraite après rénovation …..

Seul….


.…..mais parce que je l’ai voulu ….

Je  » parle  » bien entendu du  » réveillon  »……Mon fils est venu il y a quelques jours pour m’inviter ,mais j’ai refusé ….Lui s’en doutait car : 1 ) Il m’a amené de quoi faire un repas peu ….disons  » banal  » : Des escargots

, du saumon

, de la viande de gibier et de la glace (de petites buches glacées )

.

2) et……le  » top »’ : Mes deux petites filles l’accompagnaient !!!

Voilà , ce sera tout pour cette nuit ( sauf si insomnie ) ….J’espère que vous , qui , par hasard me liraient , avez passé un très bon réveillon ( en famille ? )

P.S : Une pensée pour les personnes qui sont sans abri cette nuit …..

Le son de la cloche….


Tiens, encore le glas qui sonne,

La cloche jusqu’à nous résonne.

Comme il sera triste ce soir,

Quelqu’un vivra le désespoir.

Un jour l’existence nous quitte,

Mais elle nous laisse la suite,

Lorsqu’un vieil homme disparait

C’est bien souvent qu’un enfant nait.

La famille s’est réunie,

Alors que renait la  »belle » vie

Autour du nouvel arrivant,

Tous étant là, le contemplant.

Quand la cloche de la chapelle

Pour un baptême nous appelle,

La gaieté revient à l’esprit

De nouveau la famille rit.

(en pensant à ma mère …)

A quoi çà sert….


Un beau matin
On vient au monde
Le monde
N’en sait rien
Puis on grandit
On recommence
La danse
De la vie
Et puis on use nos mains
À continuer le chemin
Qu’avaient commencé nos ancêtres
Je sais qu’un jour va venir
Où ce chemin va finir
Ce jour viendra bientôt, peut-être

Ça sert à quoi, tout ça?
Ça sert à quoi, tout ça?
Ne me demandez pas de vous suivre
Ça sert à quoi, tout ça?
Ça sert à quoi, tout ça?
Il nous reste si peu à vivre

On se connait
On dit quand même
Je t’aime
Pour toujours
L’éternité
N’est plus en siècles
Des siècles
Mais en jours
Si tu me donnes un enfant
Aura-t-il assez de temps
Pour arriver à l’âge d’homme?
S’il reste seul ici-bas
Avec une fille à son bras
Trouveront-ils encore des pommes?

Ça sert à quoi, tout ça?
Ça sert à quoi, tout ça?
Ne me demandez pas de vous suivre
Ça sert à quoi, tout ça?
Ça sert à quoi, tout ça?
Il nous reste si peu à vivre

Cette chanson
Quand je la chante
Je chante
Pour du vent
C’est la chanson
Du glas qui sonne
Personne
Ne l’entend
Tu as beau me répéter
Qu’on n’a jamais rien changé
Avec des notes et des phrases
Je continue de chanter
Les doigts en forme de V
En attendant que tout s’embrase

Ça sert à quoi, tout ça?
Ça sert à quoi, tout ça?
Ne me demandez pas de vous suivre
Ça sert à quoi, tout ça?
Ça sert à quoi, tout ça?
Il nous reste si peu à vivre

Ça sert à quoi, tout ça?
Ça sert à quoi, tout ça?
Pour le peu qu’il nous reste à vivre

Bonnus:

Quand on en a un peu la d’dans
On y reste pas bien longtemps
On s’arrange tout naturellement
Pour faire des trucs moins fatiguants
J’me faufile dans une méchante bande
Qui voyoute la nuit sur la lande
J’apprends des chansons de Bruant
En faisant des croches-pattes aux agents

J’en suis encore à m’demander
Après tant et tant d’années
A quoi ça sert de vivre et tout
A quoi ça sert en bref d’être né

Bien sûr la maison Poulagat
S’agrippe à mon premier faux-pas
Ça tombe bien mon pote t’as d’la veine
Faut du monde pour le F.L.N.
J’me farcis trois ans de casse-pipe
Aurès, Kabylie, Mitidja
Y a d’quoi prendre toute l’Afrique en grippe
Mais faut servir l’pays ou pas

Quand on m’relache je suis vidé
Je suis comme un p’tit sac en papier
Y a plus rien d’dans tout est cassé
J’ai même plus envie d’une mémé
Quand j’ai cru qu’j’allais m’réveiller
Les flics m’ont vachement tabassé
Faut dire qu’ j’m’étais amusé
A leur balancer des pavés

Les flics pour c’qui est d’la monnaie
Ils la rendent avec intérêts
Le crâne le ventre et les roustons
Enfin quoi vive la nation
Le juge m’a filé trois ans d’caisse
Rapport à mes antécédents
Moi j’peux pas dire qu’je sois en liesse
Mais enfin qu’est-ce que c’est qu’trois ans

En tôle j’vais pouvoir m’épanouir
Dans une société structurée
J’ferai des chaussons et des balais
Et je pourrai me r’mettre à lire
J’suis né dans un p’tit village
Qu’à un nom pas du tout commun
Bien sûr entouré de bocage
C’est le village de St Martin

L’amitié …..


Je ris avec tout le monde, je parle avec tout le monde,

Mais je ne suis pas l’ami de tour le monde

L’amitié à notre époque est sur la bouche d’un grand nombre de personnes,

mais dans le cœur de très peu d’entre elles Ils vous appelle  » ami  » quand ils ont besoin de vous

et ennemi quand vous ne leurs être plus utile. Voilà pourquoi je ne suis pas l’ami de tout le monde,

seulement de ceux qui savent ce que signifie vraiment l’amitié et qui savent respecter la mienne …..

Amis ?

En pensant à ma mère…


( d’après une chanson de V. Sanson )

Quand j’avais le goût des étincelles
Que j’étais beau et puis rebelle
Si j’avais toujours mes amours d’avant
Parmi mes amis, mes amours d’antan

Tous les gens qui ont tué mon innocence
Et mon corps qui a porté ma souffrance
Ça m’emmène du rire aux larmes
Ça m’empêche de prendre les armes encore
Une mise à mort, dans un corps à corps
J’pensais pas pouvoir le faire
Sans avoir appelé ma mère d’abord
Et je l’appelle encore

À genoux et entourée de fous
Contre tout, fallait rester debout
Moi j’aurais pu fuir le combat
Pas trahir les autres encore une fois
Pas de cinéma, pas ces ondes là
J’avais faim de leurs faire la guerre
Sans pouvoir appeler ma mère d’abord
Et je l’appelle encore
Et je l’appelle encore

Silence amoral
J’suis pas vraiment normal
Pour sortir des flammes
Sans plus jamais brûler mon âme

Quand je pouvais voir les hirondelles
Le temps d’avant et des ombrelles
Y a un goût amer qui reste longtemps
Parmi mes amis, mes amours souvent.

Quand j’avais le goût des étincelles
Quand j’étais beau et puis rebelle
Si j’avais toujours mes amours d’avant
Parmi mes amis, et mes amours d’antan