Parce que çà recommence….


Même ici dans les petits villages de campagne : Les gens partent en vacances et…..

 

Je trouve ce  » spot  » pour la S.P.A très touchant, mais sert il à quelque chose ??????

P.S : Pourquoi ce billet ( que pratiquement personne ne lira ) : Parce que Emmanuel a 2 chiens ( de la S.P.A justement ) , et quand ils partent en vacances , je vais chez eux pour garder la maison et…..Les chiens ………….

Publicités

1er MAI………….


Là où j’ai vécu de nombreuses années : Fourmies 59610 …

    Le 1er mai 1891 à Fourmies, la police tire sur des ouvriers. Une semaine plus tard, dans un discours devenu célèbre, Clemenceau rendra hommage aux victimes.

Ville industrielle du Nord de la France, Fourmies est le théâtre, le 1er mai 1891, d’un événement sanglant. Pour la seconde fois en France, le 1er mai est une journée consacrée à la manifestation, avec pour principale revendication la journée de huit heures et la hausse des salaires.

 Mais à Fourmies, alors qu’a lieu une manifestation pacifique d’ouvriers, la troupe mobilisée par les patrons locaux ouvre le feu sur la foule. Le bilan est de dix morts (dont deux victimes de 11 et 14 ans) et de trente-cinq blessés.

  Le journal  » l’Intransigeant  » écrit:

       Sous prétexte d’arrêter une émeute qui, en réalité, n’était qu’une manifestation pacifique de la classe des travailleurs, des arrestations illégales avaient été opérées dans l’après-midi. Tout à coup, sans provocation de la part des ouvriers, un gendarme tire un coup de revolver qui excite la colère de la foule. Les ouvriers poussent des cris, des huées. […] Subitement, l’officier qui commande la troupe ordonne un feu de peloton et les soldats tirent sur les ouvriers. Sept de ces malheureux sont tués sur le coup ; on relève des blessés de tous côtés ; plusieurs sont dans un état extrêmement grave. »

   Les députés ouvrent un débat à l’Assemblée nationale. Le 8 mai, Georges Clemenceau, clémenceaualors député radical du Var, prononce un discours à la Chambre qui restera célèbre: 

   « Monsieur le président du conseil, qui pourrait soutenir, ici ou devant l’Europe, devant le monde civilisé, que les faits qui se sont passés à Fourmies avant la fusillade justifient la mort de ces femmes, de ces enfants, dont le sang a pour si longtemps rougi le pavé ! […] Il y a quelque part, sur le pavé de Fourmies, une tache de sang innocent qu’il faut laver à tout prix ! »

    Rendant hommage aux victimes, il annonce la venue d’un « quatrième État » qui « se lève et qui arrive à la conquête du pouvoir ». L’expression, qui désigne le prolétariat, fait référence aux trois États de l’Ancien Régime (noblesse, clergé, Tiers Etat).

« Je dis que le fait capital de la politique actuelle, c’est l’inévitable révolution qui se prépare.  Ce quatrième État, vous devez ou bien le recevoir par la violence, ou bien l’accueillir à bras ouverts. . Le moment est venu de choisir. Si vous lui opposez la violence, c’est la guerre civile que vous léguez à vos enfants. Si vous l’accueillez avez un sentiment sincère de cordialité, si vous l’encouragez, si vous l’aidez, si vous écoutez ce qu’ont à dire ces travailleurs, pour chercher à démêler ce qui est immédiatement applicable et ce qui doit fatalement attendre alors, il faut être indulgent. Quand un malheur comme celui de Fourmies s’est produit il faut que la première parole qui s’échappe de vos lèvres soit : oubli ! Apaisement ! paix ! Je vous le demande, où prendrions-nous le droit d’être implacables ? »

   Clemenceau réussira à faire voter l’amnistie des manifestants arrêtés. On peut penser que c’est  avec la fusillade de Fourmies, que  le 1er mai s’enracinera dans la tradition du mouvement ouvrier.

 

« Maison close  » de…..poupée !


 

Ouvert depuis le 1er février dans le XIVe arrondissement de la capitale, un établissement de location de poupées sexuelles fait bondir les élus du groupe communiste-Front de gauche. Ils réclament tout simplement sa fermeture, arguant qu’il s’agit d’une nouvelle forme de « lieu de prostitution ».

Un appartement parisien à l’ambiance tamisée, des pièces aux rideaux fermés et au milieu desquelles trône un lit. Sur ce lit, une femme nue semble attendre, le regard vide. Depuis le 1er février que Xdolls a ouvert ses portes, caché au cœur du XIVe arrondissement de Paris, elles ont déjà vu défiler du monde. « Les voisins ne sont même pas au courant ! » confie Joaquim Lousquy au Parisien. C’est lui, le fondateur et gérant des lieux, du haut de ses 29 ans.
Un appartement de 70 m² tout ce qu’il y a de plus classique ou presque. Les femmes qui peuplent les lieux sont… en silicone ! Des poupées sexuelles achetées plusieurs milliers d’euros pièce afin d’assouvir les fantasmes des visiteurs qui s’acquittent de 89 euros de l’heure en prenant rendez-vous par internet. « Ce sont des hommes surtout, 30-50 ans, plutôt CSP+ propres sur eux, ainsi que quelques couples qui viennent vivre une nouvelle expérience sexuelle », poursuit auprès du quotidien le maître des lieux, qui présente son entreprise comme une « maison close de location de poupées sexuelles pour adulte ».

   Tout pourrait aller pour son activité si Joaquim Lousquy ne devait pas faire face à la gronde des élus communistes et du Front de gauche parisiens. Ils ont décidé de demander la fermeture des lieux. Une question qui sera débattue mardi 20 mars prochain au Conseil de Paris. « Nous allons interpeller la maire de Paris pour étudier les procédures juridiques qui ont permis l’ouverture de cet établissement présenté comme une salle de jeu. Et que la ville envisage une procédure adéquate afin d’aller vers la fermeture de ces maisons closes », explique Nicolas Bonnet Oulaldj, président du groupe rassemblant les deux formations.

  « Une banalisation de la prostitution »
Pour les élus, Xdolls n’est rien de plus qu’un « lieu de prostitution avec un propriétaire pouvant être assimilé à un proxénète ». Selon eux, le lieu donne « une image dégradante de la femme ». « Nous assistons à une banalisation de la marchandisation du corps de la femme puisque l’on passe subrepticement de la femme objet à l’objet tout court », écrivent-ils.

  Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, va déposer une question écrite au Sénat pour dénoncer les poupées « robots sexuels ». Il déplore notamment que certaines, de par leur petite taille (dès 1,40 m) et leurs traits, rappellent des enfants. Ce qu’il apparente à une « banalisation de la prostitution » et « un moyen détourné pour amener l’acceptation par l’opinion du retour des maisons closes ».
    De son côté, Joaquim Lousquy prétend faire de la « location de jouets ». « On parle d’un squelette de métal, avec du silicone par-dessus », martèle-t-il dans les colonnes de 20 Minutes. « Nous proposons quelque chose de carré, propre et légal. Si on doit se plier, on se pliera, mais nous n’allons pas nous laisser faire. Et j’invite ces élus à venir ici pour voir la clarté du lieu. » Pas sûr qu’ils soient tentés par une visite des locaux…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Effrayant..


 Une jeune fille âgée de 14 ans a été violemment agressée par des rats, subissant 45 lésions sur son visage, 150 sur la main et une trentaine aux pieds, rapporte France Bleu Nord, jeudi.

rats

 

 Une adolescente lourdement handicapée de 14 ans a été attaquée par des rats dans son lit, pendant son sommeil à Roubaix, dans le Nord, rapporte France Bleu Nord, jeudi 7 septembre.
 Les faits se sont déroulés le week-end du 2 et 3 septembre. L’adolescente a été découverte samedi matin, au réveil, avec de nombreuses plaies. Elle a été aussitôt conduite aux urgences pour être soignée et vaccinée contre la rage. Les médecins légistes ont relevé 45 lésions sur son visage, 150 sur ses mains et une trentaine aux pieds.
Le bailleur social mis en cause
Les parents de l’adolescente mettent en cause le bailleur social qui a aussitôt relogé en urgence la famille. Les enquêteurs ont découvert à l’extérieur de leur maison un dépôt d’ordures, qui pourrait avoir attiré les nuisibles.
Publicité

 Le père de l’adolescente a porté plainte. Le parquet de Lille a ouvert une enquête pour « blessures involontaires par manquement à une règle de prudence ou de sécurité

Pollu-actualité…….


océann pollué

 En 2050, il y aura plus de plastique que de poisson dans nos océans.

  C’est une honte. La moitié du plastique que nous fabriquons n’est utilisée qu’une seule fois, puis jetée, étouffant ainsi nos océans et les animaux qui y vivent.

  Mais dans quelques jours, nos gouvernements pourraient faire refluer cette marée et s’engager pour des océans propres au cours d’un sommet historique. La pression de l’opinion publique vient de forcer le 2ème pollueur au monde, l’Indonésie, à promettre de réduire de 70% ses déchets plastiques! Aujourd’hui, nous devons forcer la main d’autres grands pollueurs.

  Une pétition ….

https://secure.avaaz.org/campaign/fr/end_plastic_pollution_loc/?bmZUPkb&v=93208&cl=12642624011&_checksum=98ee4e4856effa47ae55a52dc103b5fdf0a09b775e9aa1d7e135b218fd2a9e79

Elections obligent……


Emmanuel ( encore lui ! ) m’a envoyé un SMS tout à l’heure pour  » m’inciter  » à aller  aux urnes ce dimanche : C’est important m’a -t -il dit , tu dois y aller ! ( Il connait mon aversion pour tous ces politiques qui nous abreuvent de belles paroles, promesses qu’ils ne tiennent jamais une fois élus  )…..Je lui ai promis que j’irais ….et je compte bien y allerbureau de vote ….Mais voter pour qui ?  ( Idem , lui me dit savoir pour qui je vais voter ! ) ?????

Je me demandais aussi comment çà se passe pour les Français vivant à l’étranger….

Si on habite à l’étranger, on peut  participer aux élections organisées en France, à condition d’être inscrit sur une liste électorale. On peut  choisir de voter dans son  pays de résidence (ambassade ou consulat) en s’ inscrivant sur les listes consulaires. Pour les élections locales, on peut  seulement voter en France (personnellement ou en donnant procuration).

  Inscrits au registre des Français établis hors de France, vous êtes inscrits automatiquement sur la LEC sauf opposition de votre part.

   Votre inscription sur la liste électorale consulaire détermine le lieu où vous devrez voter pour les différentes élections nationales : soit en personne, soit par procuration, sous certaines conditions.

 

Et bien entendu , pour finir , pour mon plaisir :

Enregistrer

Enregistrer

Les  » Enfoirés « 


Paroles :

C’est juste une p’tite chanson
Une p’tite chanson d’amour
Pour tous ceux qui sont pour
Qui y croient jusqu’au bout
Qui se battent malgré tout C’est juste une p’tite chanson
Une chanson pour un soir
Une chanson plein d’espoir
Pour tout repeindre en clair
Allumer les lumières

C’est juste une p’tite chanson
Qui d’viendra belle et grande
Si on chante tous ensemble
Si on unit nos voix
SI tu chantes avec moi

La la la la la la
La la la la la la

La la la la la la
La la la la la la, la la la la la la

La la la la la la
C’est juste une p’tite chanson
La la la la la la
Une p’tite chanson d’amour
La la la la la la
Pour tous ceux qui sont pour
La la la la la la, la la la la la la

La la la la la la
C’est juste une petite chanson
Qu’on chante à l’unisson
Juste une petite chanson
Qui nous permet de voir l’horizon
C’est juste une petite chanson
Du coeur, de la raison
Pour rêver de la lune

C’est possible à l’unisson
C’est juste une petite chanson
Un truc sans prétention
Un p’tit bout d’mélodie
Une caresse, un rire, un frisson
C’est juste une petite chanson
Toute simple comme un bon choix
Une petite chanson, une chanson d’amour

C’est juste une p’tite chanson
(C’est juste une p’tite chanson )
Une p’tite chanson d’amour
(Une p’tite chanson d’amour)
Pour tous ceux qui sont pour
(Pour tous ceux qui sont pour)
Qui y croient jusqu’au bout
Qui se battent malgré tout
C’est juste une p’tite chanson

C’est juste une p’tite chanson
(C’est juste une p’tite chanson )
Qui d’viendra belle et grande
(Qui d’viendra belle et grande)
Si on chante tous ensemble
(Si on chante tous ensemble)
Si on unit nos voix
SI tu chantes avec moi

La la la la la la
(La la la la la la)
La la la la la la
(La la la la la la)
La la la la la la
(La la la la la la)
La la la la la la, la la la la la la
(La la la la la la, la la la la la la)

Une chanson d’amour
(Aujourd’hui on n’a plus le droit
Ni d’avoir faim ni d’avoir froid              Coluche
Effacé le chacun pour soi
Quand je pense à toi, je pense à moi)
Une pt’tite chanson d’amour, juste une pt’ite chanson
(Aujourd’hui on n’a plus le droit
Ni d’avoir faim ni d’avoir froid
Effacé le chacun pour soi
Quand je pense à toi, je pense à moi)

C’est juste une pt’ite chanson !

Même dans ma région…..


violences-scolaires        L’imbécilité cruelle est toujours d’actualité !
Pour s’être épris d’une jeune fille au cœur déjà conquis par un autre, un adolescent a été passé à tabac à Decize par le copain jaloux, la “douce” et leurs amis. Ils ont été arrêtés.

Le petit ami de l’adolescente, 16 ans, n’a pas aimé les textos enflammés que le garçon, 15 ans, envoyait à sa dulcinée de 17 ans. Il veut une explication entre hommes.
Le jeune s’attend à une discussion entre quatre yeux. Mais, dans une rue decizoise, il se retrouve face à six jeunes, mercredi dernier, en début de soirée, avant d’être conduit vers l’amoureux jaloux qui l’attend de pied ferme dans un lieu isolé.

Une heure de calvaire

Là, pleuvent les coups de pied et de poing assénés par cinq des sept individus tandis que les deux autres regardent l’adolescent se faire tabasser.

 

Ils le poussent dans une poubelle

Pour l’humilier un peu plus, ses agresseurs le poussent dans une poubelle qu’ils prennent un malin plaisir à faire rouler.
Puis ils le sortent, le ligotent avec une corde, lui tirent dans un bras avec un pistolet à billes et l’aspergent d’essence. Le calvaire dure près d’une heure avant que l’adolescent soit laissé tranquille.
Marqué psychologiquement, il garde le silence au retour dans sa famille puis finit par se confier à ses parents le lendemain. Il est conduit auprès d’un médecin qui lui notifie une interruption temporaire de travail de quatre jours.
Saisis d’une plainte, les gendarmes de la communauté de brigades de Decize et de la brigade de recherches de Nevers ont interpellé sept suspects de 14 à 19 ans, en début de semaine. Présentés devant le procureur de la République de Nevers ou le juge pour enfants à l’issue de leur garde à vue, mardi soir, ils ont tous été remis en liberté. Ils ont été placés sous contrôle judiciaire en attendant leur comparution devant la juridiction compétente.
Les cinq auteurs présumés des coups seront jugés pour violences aggravées. Les deux autres protagonistes, suspectés d’avoir été témoins passifs du tabassage, répondront de non-assistance à personne en danger.

Honte !


Tous les enfants aiment-ils le Nutella? Oui, sûrement…sauf ceux qui sont réduits en esclavage pour le produire. illustration-chocolat

Nous sommes en 2016 et pour accroître ses bénéfices, Ferrero — le géant du chocolat propriétaire de Nutella — va jusqu’à tirer profit de l’asservissement de pauvres enfants.

Arrachés à leurs familles et vendus aux plus offrants dans le pire des cas, ces enfants travaillent gratuitement dans des conditions extrêmement dangereuses. Le plaisir que nous prenons à déguster les tablettes de chocolat Ferrero a un prix : celui de leurs vies.

Si plusieurs entreprises ont déjà pris des mesures pour lutter contre ce fléau, Ferrero ne semble pas s’émouvoir du sort de ces jeunes enfants.esclaves-enfants

Il en sera ainsi tant que ses énormes bénéfices ne seront pas menacés.

Et si nous profitions de la période de fêtes qui approche pour demander des comptes au géant du chocolat ? À la veille de Noël, Ferrero souhaite éviter au maximum un scandale autour du travail des enfants. C’est une occasion rêvée pour demander à l’entreprise de mettre un terme à ces pratiques.

Dites à Ferrero de mettre fin à l’exploitation des enfants dans les plantations de cacao — tirer des bénéfices sur le travail d’enfants est intolérable!

Ferrero possède 8,8% du marché mondial du cacao. Avec les quatre autres plus grands groupes du monde, ils se partagent jusqu’à 100 milliards de dollars par an. C’est énorme! Mais au lieu de se servir de cet argent pour payer convenablement les producteurs locaux, Ferrero s’en met plein les poches.

Au lieu d’aller à l’école et de profiter de leur enfance, nombre d’enfants travaillent dans les plantations de cacao où il doivent manipuler des machettes et appliquer des produits chimiques qui dégradent leur santé. Pire: des trafiquants vont même jusqu’à arracher certains enfants à leurs familles et à les réduire en esclavage. 

Le travail forcé des enfants est l’une des conséquences les plus graves générées par la filière du cacao.  Ils sont 2,1 millions d’enfants à y travailler — en Afrique de l’Ouest — selon le Département étasuniens du Travail. Pour sensibiliser les consommateurs, une ONG étasunienne – Green America – propose chaque année un classement des efforts fournis par les 6 plus grandes marques de chocolat pour régler ce problème. En 2016, l’entreprise Ferrero était encore la dernière de la classe…


Grâce à la mobilisation de plusieurs ONG et de plus de 100 000 membres de SumOfUs, le géant Nestlé tenait lui le peloton de tête. Interpellée il y a plusieurs mois sur le sujet, l’entreprise s’était en effet engagée à prendre des mesures fermes contre le travail des enfants sur ses plantations de cacao. Au tour de Ferrero!

Dites à Ferrero que vous refusez de manger du chocolat produit par des enfants qui devraient être à l’école.

 

Anti Trump ….


Plus de mille épiceries gérés par des Yéménites ont fermé leurs portes le 2 février en résistance contre les suspensions de visas imposées par Trump.

À New York, de nombreuses épiceries du coin, souvent ouvertes 24 heures sur 24, sont tenues par des Yéménites, et le jeudi 2 février, plus de mille d’entre elles ont fermé leurs portes en signe de résistance contre la politique migratroire du président Donald Trump.

 En effet, un ordre exécutif signé par le président a suspendu les visas pour les ressortissants de sept pays à majorité musulmane, dont le Yémen, qui est actuellement en pleine guerre civile Pour manifester contre ce décret, les propriétaires d’épiceries, appelées bodegas, ont fermé boutique et se sont rassemblés à la mairie de Brooklyn, avec de nombreux drapeaux américains et des pancartes anti-Trump.

Avant d’aller manifester, de nombreux propriétaires avaient affiché des messages sur les portes de leurs commerces, comme celui-ci:  

«Fermé. Ma famille est détenue à JFK» (l’aéroport de New York).