Parce que internet m’a fait ch..cette nuit !


Ce n’est pas le mobilier urbain le plus élégant, mais en cas d’envie pressante, une  sanisette rend bien des services. Encore faut-il en trouver une, en état de degré, propre et bien fermée, notamment pour préserver la pudeur des utilisatrices…

La ville de Lyon et la métropole vont donc déployer dès ce mois-ci un parc de 16 sanitaires, dans des lieux qui en étaient dépourvus : les quais du Rhône, le parc Blandan, la place Louis Pradel et le quartier de la gare Saint-Paul.

Des sanitaires sans eau, des urines recyclées

Ces sanitaires d’un nouveau genre s’inscrivent dans le cadre d’une expérimentation menée jusqu’à fin septembre. Dans un communiqué publié ce vendredi, la métropole indique trois objectifs :  » l’amélioration de la salubrité publique, notamment dans les zones dépourvues d’équipements ; l’inclusivité, en offrant aux femmes une solution dans l’espace public ; et la valorisation d’une partie des urines pour l’agriculture  ».

Écologiques, ces sanitaires n’utilisent pas d’eau et leur entretien sera assuré par des agents circulant à vélo. Sept d’entre eux sont réservés aux femmes et deux sont accessibles aux personnes à mobilité réduite. Quant à l’urine, elle sera en quelque sorte recyclée.  » Le phosphore et l’azote récoltés grâce à la récupération de l’urine des sanitaires pourront être utilisés, après transformation de la matière première, comme fertilisants pour l’agriculture locale  », selon le communiqué. Un  »QR code  » sera posé sur la porte d’entrée pour alerter les services de propreté en cas de dégradation… ou de débordements.

La bougie  » connectée  » ?


Dans la série tout est connecté, je vous propose, j’ai lu…

…. la bougie ! Nous parlons bien du même bloc de cire avec une ficelle à l’intérieur, un dispositif qui existe depuis des millénaires, mais qui nécessitait toujours un allumage barbare traditionnel, à base d’allumettes ou de briquets. Le XXIe siècle méritait mieux

et , nous avons mieux !

La première bougie connectée permet d’allumer à distance une bougie composée toujours d’un bloc de cire naturelle de noix de coco et d’une mèche centrale. L’allumage se fait à l’aide d’une résistance qui est alimentée par une batterie rechargeable dans le socle. Une puce Bluetooth se charge de connecter l’ensemble à une app Android ou iOS et vous pouvez ainsi allumer jusqu’à 10 bougies en même temps.

Ce  »magnifique progrès » s’accompagne naturellement de quelques défauts rhédibitoires mineurs. Si l’on comprend bien, l’allumage se fait forcément en haut, donc si vous laissez la cire descendre trop, vous devrez changer toute la bougie. Et puis s’il est possible d’allumer la  » Candle Touch  » à distance, vous devrez l’éteindre en posant un couvercle dessus. On repassera pour la sécurité du XXIe siècle.

Si vous y tenez vraiment, vous pouvez précommander un exemplaire pour 62 € environ avec les frais de port pour la France. Les créateurs de cette bougie connectée évoquent un prix de 20 $ par recharge.


  1. Les plus pointilleux noteront que la bougie telle qu’on la connaît aujourd’hui est nettement plus récente, mais les chandelles sont apparues autour de 3000 avant notre ère et c’est grosso-modo la même idée. ?

Vidéos :

Et pour finir…..


Tour de France des coutumes funéraires !!!

Partout en France ?, on arrête les pendules

à l’instant du décès. On ne les remet en marche qu’après l’inhumation du défunt. Il s’agit de signifier à ce dernier que son heure est venue de rejoindre sa dernière demeure.

Dans le nord de la France, le corps des enfants mort-nés est sorti par la fenêtre des maisons. Et la coutume est de ne pas l’accompagner jusqu’au cimetière. (j’ai vécu dans le mort ,n’ai jamais vu ça ! )

En Bretagne, il est d’usage de déposer sur la tombe, après l’enterrement,  »l’écuelle  » du défunt, et parfois sa serviette. Selon la croyance antique que le mort a les mêmes besoins que de son vivant. Dans les maisons bretonnes, le 2novembre, jour des Morts ou An Anaon, on allume de grands feux pour que les âmes errantes des défunts puissent venir s’y réchauffer.

Dans le sud de la France, tout de suite après la mort, certains gestes sont nécessaires pour signifier à l’âme du défunt qu’il est temps de partir: extinction du feu, arrêt du travail et des horloges, pose d’un ruban noir sur les ruches quand meurt la mère de famille.

ruches noires ? ,

En Corse, après un décès, les hommes se laissent pousser la barbe et les cheveux, alors que les femmes se coupent les tresses. Encore sur l’île de Beauté, on sort le mort hors de la maison et on l’expose sur une table, la tola, autour de laquelle défilent alors parents et amis. Le défunt a ses pleureuses

pleureuses ?

, comme dans l’Antiquité. Les femmes chantent le voceru, exacerbant la souffrance. Puis suit une danse en escargot autour de la tola.

En Provence, une veuve doit porter un fichu blanc sur sa tête en signe de deuil. Toujours dans cette région, quand survient un décès, les laboureurs détèlent et on renverse les chaudrons, selon l’écrivain Frédéric Mistral en 1855.

A Rennes, les guetteurs de nuit parcourent les rues de la ville au milieu des ténèbres, en annonçant les heures. Lorsqu’il y a un mort dans une maison, ils s’arrêtent à la porte et crient:  » Réveillez-vous, gens qui dormez. Priez Dieu pour les trépassés.  » Puis ils annoncent le nom du défunt.

Dans les fermes du Limousin, les bovins !portent le deuil du maître des lieux. Lorsque ce dernier décède, l’héritier annonce la mauvaise nouvelle au cheptel en prononçant la formule rituelle :  » Lo Mestre es mort.  »

Sur l’île d’Ouessant, le proella est un rituel funéraire virtuel pour les marins disparus en mer. Attesté depuis 1734, il désigne le  » rapatriement des âmes au pays  ». Les funérailles se déroulent avec un corps matérialisé par une petite croix de cire jaune. Dans le cortège, cette petite croix, posée sur une serviette blanche, est portée à bout de bras, comme un cercueil .

En Oisans, dans les Alpes, lorsqu’un fermier disparaît, les ruches observent une période de deuil. On annonce alors de vive voix aux abeilles que leur maître a quitté ce monde !!. Puis on recouvre la ruche d’un tissu noir.

Dans le centre de la France, le défunt porte ses beaux habits. Mais il n’a pas de souliers, seulement des pantoufles, car une croyance veut que son âme risque de s’emmêler dans les lacets ? ! lol.

A L’Argentière, dans les Hautes-Alpes, la table du prêtre et de la famille est dressée au-dessus de la tombe, tandis que les amis banquettent autour du cimetière.

En Savoie, le veuf ou la veuve n’accompagne pas son conjoint décédé au cimetière.

Un passionné de la saga Harry Potter…


……. entrepris les démarches pour recréer dans son château la célèbre école de sorciers

Certains personnages de fiction ont marqué des générations entières ( pas moi lol ). C’est le cas de Harry Potter, un jeune sorcier anglais, dont les aventures ont été racontées par J. K. Rowling le temps de sept romans (adaptés en films), publiés entre 1997 et 2007.

Des décennies plus tard, la nostalgie est toujours là, et les fans bien présents. À tel point qu’une réunion des acteurs principaux, avec notamment Emma Watson

Emma Watson ?

, Rupert Grint et Daniel Radcliffe

Daniel Radcliffe ?( merci  »Clodo weg »)

, a été organisée pour une émission anniversaire intitulée  » Harry Potter : retour à Poudlard  », célébrant les 20 ans de la sortie du premier film.

Vue aérienne du château Le Rocher Portail (Ille-et-Vilaine)

Vue aérienne du château Le Rocher Portail (Ille-et-Vilaine).

En France, la magie continue aussi d’opérer. C’est ainsi qu’en Bretagne, Manuel Roussel

Manuel Roussel ?

a prévu de transformer une partie de son château Le Rocher-Portail, un château classé Monument historique au niveau national, situé à Saint-Brice-en-Coglès, en véritable Poudlard !!!!. Et plus particulièrement la Grande salle, où ont notamment lieu tous les repas des apprentis sorciers.

L’homme explique qu’il a eu l’idée de recréer le Great Hall dès le moment où il a acheté la demeure. La charpente et son énorme cheminée lui ont tout de suite fait penser à l’atmosphère de Harry Potter.

Une ouverture pour les vacances de la Toussaint 2022
Afin de ne faire aucune erreur dans la conception des lieux, Manuel Roussel a demandé conseil aux fans de la saga. Au programme, décors spécifiques pour respecter au mieux l’univers Harry Potter, tout comme l’utilisation de nouvelles technologies. Mais si les travaux ont déjà commencé, il faudra encore s’armer de patience pour pouvoir explorer les lieux.

 » Dès janvier 2022, nous lançons un travail participatif avec quelques fans, professionnels du numérique et du spectacle pour offrir, dès les vacances de la Toussaint 2022, 15 soirées inspirées du premier film L’école des sorciers, annonce le propriétaire dans un communiqué. L’objectif de ces soirées est de faire vivre une expérience réelle dont les fans  » Potter Head » ont toujours rêvé. (…) Le projet consistera à faire vivre aux invités la première soirée d’Harry Potter à Poudlard. Chaque invité recevra sa lettre d’admission à l’école des sorciers ! (…) Puis ils vivront l’arrivée à l’école, le banquet de répartition et la découverte d’une maison.  »

Japon : des toilettes publiques …


….transparentes installées pour une étonnante raison

Des toilettes publiques transparentes ont été installées au Japon, pour une raison bien précise.

Explications :

Il vous est déjà arrivé d’avoir une envie pressante lors d’une ballade en ville et de devoir faire vos besoins dans des toilettes publiques  qui peuvent parfois… être sales ou tout simplement noires de monde.

Mais seriez-vous capable de vous rendre dans des toilettes transparentes, en plein cœur d’un parc très fréquenté ? Sûrement pas. Pourtant, il semblerait que cette innovation soit la nouveauté du moment. Explications :

Une idée très inspirée

Les toilettes en question présentes dans la ville de Tokyo  ont été conçues par l’architecte Shigeru Ban, lauréat du prix Pfitzner et dix autres designers. Elles ont été fabriquées à l’aide de « verre intelligent » qui varie entre le bleu, le rose et le jaune…

Pourquoi un verre intelligent ? Eh bien car lorsque quelqu’un se trouve à l’intérieur, tout devient opaque et les personnes à l’extérieur ne vous voient pas. Une fois dehors, les vitres redeviennent transparentes. Dingue non ?

Des toilettes pour « rassurer » Eh bien oui. L’objectif de ces toilettes est de permettre aux visiteurs du parc de vérifier leur propreté avant d’entrer, mais aussi de voir si personne « n’est secrètement en train d’attendre à l’intérieur », explique la Nippon Foundation. Elles s’illuminent également la nuit pour être rapidement repérées par les passants.

Depuis le 5 août dernier, elles ont été déployées progressivement dans la ville dans le cadre du Tokyo Toilet Project par la Nippon Foundation. Actuellement, on en compte 5 dans le quartier Shibuya de la ville japonaise. A priori, dès le printemps prochain, on devrait en compter 17.

Alors, vous seriez prêts à les tester ces toilettes du futur ? lol

Les vrais chevaucheurs…..


…… de cochon des années 1900 !

Au début des années 1900, il était possible de trouver de vrais chevaucheurs de cochon.!!

Loin du féroce chevaucheur de cochon de Clash of Clan et autre Clash Royal, il s’agissait plutôt d’hommes avinés en quête de défi, utiliser un porc comme un cheval représentant une forme de sport extrême.

Des personnes sous l’emprise de l’ivresse voulant jouer les cavaliers sur une monture pas forcément commode : des cochons chassant un ours de leur porcherie :

Cochons chassant un ours de leur porcherie

Certains allant même jusqu’à chevaucher un sanglier, à moins qu’il ne s’agisse d’un cochon laineux :

Cochon  » laineux  »

après une permanente.

Le genre de défi somme toute risqué, les gens de l’époque ayant souvent déjà du mal à tenir sur un âne :

Chevaucher un âne

et l’animal capable de belles ruades.

Quelques clichés des vrais chevaucheurs de cochon des années 1900 ou 1910, de fiers cavaliers à l’alcool joueur qui ont eu l’opportunité de se faire tirer le portrait en remportant leur challenge:

Les-vrais-chevaucheurs-de-cochon-des-annees-1900
Les-vrais-chevaucheurs-de-cochon-des-annees-1900
Les-vrais-chevaucheurs-de-cochon-des-annees-1900
Les-vrais-chevaucheurs-de-cochon-des-annees-1900

Plus difficiles à chevaucher encore, excepté pour les oiseaux marins, également les cochons nageurs des Bahamas :

Cochon  » nageur  »

Insolite …..



….un homme organise la crémaillère de sa future tombe

En Saône-et-Loire, un homme de 71 ans a organisé un évènement hors du commun. Il a invité tous ses proches à la crémaillère de sa future tombe.

Jacques Sicard a réuni sa famille et ses amis dans le cimetière de Cronat en Saône-et-Loire. L’homme de 71 ans a pendu la crémaillère de sa future tombe !!!! et paraissait très fier de la montrer. Ses proches ont bu à sa santé autour de son tombeau et l’ambiance était  »bon enfant  ».

Il organise la crémaillère de sa future tombe:

Une cérémonie que l’on ne voit pas tous les jours : Peu avant Halloween , Jacques Sicard, habitant de la petite commune de Cronat en Saône-et-Loire a invité ses amis et sa famille dans un cimetière. L’homme de 71 ans était très fier de revoir ses proches pour la pendaison de crémaillère de sa… future tombe !

Champagne à la main, Jacques a présenté à ses proches sa future sépulture et n’a pas caché son enthousiasme. Il était très heureux de la montrer, alors qu’elle se démarque des autres, selon les informations du Journal Saône -et-Loire . En effet, celle-ci représente en partie un voile de bateau et a été sculptée dans le marbre. Un petit clin d’œil à ses années passé dans la marine.

C’est Jacques qui a choisi le design de son tombeau et celle-ci lui a coûté plus de 8000 euros. Si sa pendaison de crémaillère peut paraître morbide peu avant la fête des morts, Jacques Sicard a surtout voulu convier ses proches pour avoir la cérémonie de ses rêves. « J’ai été opéré du genou, puis j’ai souffert d’un cancer de la prostate. Alors je me suis dit si je me retrouve tout seul, je préfère prendre les devants. Et faire à mon idée », a-t-il dit .

Petits fours et champagne au programme

Jacques Sicard a encore de belles années devant lui, mais a voulu installer sa tombe à l’avance afin d’être sûr d’avoir un bon emplacement. Puis, il voulait surtout que sa future demeure soit à son image. Un choix qui ne semble pas avoir choqué ses proches, bien au contraire. « Il a choisi sa résidence permanente et c’est très bien. Il a toujours été facétieux », a dit l’un de ses amis dans le Journal Saône-et-Loire.

Afin que ses invités soient à l’aise, Jacques Sicard avait tout prévu. Petits fours et champagne étaient servis près de sa sépulture et ses convives ont passé un très bon moment. Jamais Jacques n’aurait pensé voir ses amis rire et faire des blagues devant sa tombe. D’ailleurs, il n’a pas hésité à les inviter au restaurant après sa crémaillère.

Qu’on se rassure, même si Jacques a pris soin de préparer son décès, il n’a pas l’intention de mourir de sitôt. Il entend bien passer du temps avec sa famille et ses amis pendant encore de longues années. « Ma nouvelle demeure est prête mais je veux l’habiter qu’à partir de 99 ans », a-t-il dit. Ce qui est sûr, c’est que le septuagénaire est un bon vivant !

Recyclage lol ….


La construction d’un radeau en bouteilles plastiques !

Le youtuber bricoleur Chris Notap s’est attelé à la construction d’un radeau en bouteilles plastiques.

La-construction-d-un-radeau-en-bouteilles-plastiques-video

Des bouteilles de soda PET qu’il a consciencieusement nettoyé, intérieur comme extérieur, et dont il a enlevé les étiquettes avant de les mettre sous pression à 15 PSI, soit 1 bar.

Avec au départ un lot de 400 bouteilles, certaines, environ 5%, n’ont pas gardé la pression.

Les différentes bouteilles ont ensuite été collées les unes aux autres avec 18 points de contact via du silicone.

L’embarcation finale, comporte quelques 280 bouteilles.

Le bricoleur recommande d’être prudent avec les bouchons, ceux-ci pouvant finir par se dévisser en frottant sur des rochers ou autre et émet l’idée de les coller.

La construction :

insolite…


Plusieurs communes de France ont des noms insolites, répertoriés dans un livre réalisé par une Toulousaine.
Plusieurs communes de France ont des noms insolites, répertoriés dans un livre réalisé par une Toulousaine.
  • Les noms rigolos et fantasques des communes françaises.
  • A travers ces près de 500 toponymes on fait un tour de France à la découverte de Plurien et Plumieux ou encore de Lataule et La Tombe.
  • On y découvre les noms de leurs habitants parfois aux antipodes du nom de leur commune.

Non, les habitants du Cercueil ne vivent pas tous au cimetière de cette petite commune paisible de l’Orne, tout comme ceux de La Tombe en Seine-et-Marne ne sont pas près de passer l’arme à gauche. Ces deux villages à la toponymie pour le moins mortuaire pourraient se jumeler avec brio et s’associer à Deuil-la-Barre pour créer une confrérie bien vivante. Tous ont la particularité d’avoir un nom qui marque les esprits  , comme Montcuq , dans le Lot

Daniel Prévost

, rendu célèbre en 1976 par un sketch de Daniel Prévost.

C’est, parait il , en passant un jour par Fourtou, dans l’Aude, qu’Hanaé Lecasio

Hanaé Lecasio

a eu l’idée de partir à la recherche des noms de villages les plus loufoques et d’en faire un livre.  » J’ai regardé sur un site où figurent les 36.000 communes de France et leur histoire dans le temps. J’en ai trouvé plus de 1.000 que je trouvais drôles et originaux. J’en ai retenu que la moitié et je les ai classés par thème plutôt que par région, afin de faire découvrir au fur et à mesure tous les coins de France, donner envie aux gens d’y aller  », explique cette correctrice de métier, amoureuse de la langue française.

Sur la trace des Thons et Trecon

A la section animale, on trouve ainsi Chatte et ses Chattois et Chattoises, Etalon et ses Étaloniens et Étaloniennes.

Mais aussi Autruche, dans les Ardennes ( J’y suis né pas à  »Autruche  »lol ), ou des Autruchiens ont décidé en 1999 de lancer un élevage de ces grands oiseaux pour freiner la chute de ses populations. Des anecdotes qu’elle a glanées au fil de ses recherches. En appelant aussi souvent les mairies pour savoir comment s’appelait ses habitants, curieuse de ne rien trouver comme gentilé (  »’ gentilé  » désigne les habitants d’un lieu, d’un village, d’une ville, d’un département, d’une région, d’une province, d’un pays, d’un continent, par référence au lieu où ils habitent ou d’où ils sont originaires..)  » J’étais persuadé que chaque commune en avait un et j’ai découvert que ce n’était pas le cas. C’est étonnant. Ce serait bien d’en trouver un car cela donne une identité  » .

Ainsi Les Thons, Casanova ou encore Les Pauvres sont à la recherche du leur. On pourrait proposer de les appeler les Beaux, les Tombeurs ou les Riches, mais c’est à ceux qui y vivent d’en juger.  » Il y a des gentilés très rigolos, comme les Hanchois de Hanches, en Eure-et-Loir. Et puis ceux qui n’ont rien à voir avec le nom de la commune, comme les Couchetards qui habitant à Longcochon dans le Jura  », poursuit l’auteure qui se défend d’être historienne.

Car autour d’un nom, il y a parfois diverses hypothèses sur son origine. Certaines sont connues comme pour Argentine en Savoie. Elle ne doit pas son toponyme à un aventurier revenu d’Amérique du Sud dans son village natal, mais aux mines de plomb argentifère qui y ont été exploitées durant des années. Par contre, difficile de savoir pourquoi Touille en Haute-Garonne porte cette appellation, on n’y a pas retrouvé sur place de fabrique de cuillères.

Hachiet-le-Grand, Verrue, Larrée ou encore Glaire

De même, dans ce road trip des noms, on peut se retrouver à bavarder avec des Montréalais en allant dans l’Aude, le Gers ou encore l’Yonne. Trois villages portent en effet le même nom que la métropole du Québec.

D’autres destinations sont plus  » imagées  », comme Hachiet-le-Grand, Verrue, Larrée ou encore Glaire. Hanaé Lecasio a toutefois voulu en faire un livre familial, pour se payer une bonne tranche de rigolade, sans devoir effacer les noms trop osés. Exit le trop célèbre Montcuq, son synonyme Anus, un lieu-dit en Bourgogne, Sainte-Verge, La Trique ou encore Belbèze-de-Lauragais qui se trouve à quelques encablures d’Issus.

Elle a préféré évoquer Poissons jumelée depuis 1999 avec Avril. Et imagine d’autres associations de ce genre. Elle verrait bien Plurien et Plumieux, toutes deux en Côtes d’Armor se serrer les coudes, Les Pieux, dans la Manche, convertir Athée en Mayenne pour défier Mâlain (Côte d’Or), Pompiey répondre à Sos, ou encore voir naître une belle amitié entre Parent (Puy-de-Dôme) et Baby (Seine-et-Marne). Et pourquoi pas, voir les habitants de Saligos, Benêt, Trécon, Looze et Conneaux se donner rendez-vous dans l’une ou l’autre Maisons, dans l’Aude ou l’Eure-et-Loir, pour faire démentir leur nom.