Au revoir ….et ….bienvenue……


A vous mes mes amis et amies,ce texte vieillot je dédie………Ce blog va rester ouvert;j’y passerais encore  surement;mais comme il me semble maintenant "sombre et vieillissant";je vous invite à me retrouver sur mon autre espace :
 
Vous qui passez sans me voir
Sans même me dire bonsoir
Donnez-moi un peu d’espoir ce soir…
J’ai tant de peine
Vous, dont je guette un regard
Pour quelle raison ce soir
Passez-vous sans me voir ?
Un mot, je vais le dire : "Je vous aime"
C’est ridicule, c’est bohème,
C’est jeune et c’est triste aussi
Vous qui passez sans me voir
Me donnerez-vous ce soir
Un peu d’espoir ?

Les souvenirs sont là pour m’étouffer
Des larmes, de fleurs, de baisers
Oui je revois les beaux matins d’avril
Nous vivions sous les toits tout en haut de la ville.

Vous qui passez sans me voir
Sans même me dire bonsoir
Donnez-moi un peu d’espoir ce soir…
J’ai tant de peine
Vous, dont je guette un regard
Pour quelle raison ce soir
Passez-vous sans me voir ?
Un mot, je vais le dire : "Je vous aime"
C’est ridicule, c’est bohème,
C’est jeune et c’est triste aussi
Vous qui passez sans me voir
Sans me donner d’espoir
Adieu… Bonsoir…

Baisse un peu l’abat-jours


Abat-jour


Tu demandes pourquoi je reste sans rien dire ?
C’est que voici le grand moment,
l’heure des yeux et du sourire,
le soir, et que ce soir je t’aime infiniment !
Serre-moi contre toi. J’ai besoin de caresses.
Si tu savais tout ce qui monte en moi, ce soir,
d’ambition, d’orgueil, de désir, de tendresse, et de bonté !…
Mais non, tu ne peux pas savoir !…
Baisse un peu l’abat-jour, veux-tu ? Nous serons mieux.
C’est dans l’ombre que les coeurs causent,
et l’on voit beaucoup mieux les yeux
quand on voit un peu moins les choses.
Ce soir je t’aime trop pour te parler d’amour.
Serre-moi contre ta poitrine!
Je voudrais que ce soit mon tour d’être celui que l’on câline…
Baisse encore un peu l’abat-jour.
Là. Ne parlons plus. Soyons sages.
Et ne bougeons pas. C’est si bon
tes mains tièdes sur mon visage!…
Mais qu’est-ce encor ? Que nous veut-on ?
Ah! c’est le café qu’on apporte !
Eh bien, posez ça là, voyons !
Faites vite!… Et fermez la porte !
Qu’est-ce que je te disais donc ?
Nous prenons ce café… maintenant ? Tu préfères ?
C’est vrai : toi, tu l’aimes très chaud.
Veux-tu que je te serve? Attends! Laisse-moi faire.
Il est fort, aujourd’hui. Du sucre? Un seul morceau?
C’est assez? Veux-tu que je goûte?
Là! Voici votre tasse, amour…
Mais qu’il fait sombre. On n’y voit goutte.
Lève donc un peu l’abat-jour.

Paul Geraldy ("Toi et Moi")………………………..;Clin d'oeil