Confinement …et après ?


Attestation déplacement papier et ensuite

attestation

Attestation déplacement dérogatoire numérique smartphone 6 avril .?

     Pas confiance. Version 4 la Puce ? L’attestation de déplacement dérogatoire devient numérique, sur smartphone à partir du 6 avril 2020.

   Grande annonce de Christophe Castaner, notre ministre de la surveillance, de l’Intérieur. Je n’ai pas confiance. Je sais ce n’est pas bien, de ne pas avoir confiance en son Ministre de l’Intérieur. Christophe Castaner précise, dans une Presse d’accompagnement des installés, Le Parisien…. :

    « Le service sera accessible en ligne, sur le site du ministère de l’Intérieur et du gouvernement. Désormais, les Français se sont approprié les règles du confinement, il convient donc de leur donner un peu de souplesse avec cet outil. »        Grâce au QR code, nos braves policiers et gendarmes n’auront pas besoin de prendre le téléphone en main, il scanneront l’écran. On peut même imaginer que cela facilitera la distribution des PV. Quant à la 4eme étape, on se demande s’il s’agira de la puce enfin incorporé dans l’oreille d’un humain, qui pourra ainsi circuler  » librement  » dans le pays s’il est testé négatif. Oui, on pourrait imaginer que seuls les citoyens muni d’une puce de suivi auront le droit désormais de circuler librement……

S.Ternoise ……

 

La honte !!!


  Ce Dimanche, je me suis éveillé à ……16 heures !!!! 

     Il est vrai que je me suis couché très tard ( ou tôt ce matin lol ) , puis , la changement d’heure …..mais tout de même …..Enfin , peut-être les  » soucis  » ( décès de ma mère , finances etc….) bahhh …..

  P.S : Après avoir fait un  » tour  » rapide sur mes blogs  /billets , je constate que bien que les lecteurs éventuels soient comme moi  » confinés  » , je n’ai qu’un nombre très infime de commentaires……C’est génial  et demande réflexion de ma part …..

LA RETOUCHE PHOTO C’EST D’LA TRICHE ?!


       On dit souvent que développer une photo est une deuxième prise de vue !

   La retouche d’une photographie permet de modifier des éléments négatifs de la photo numérique et argentique, pour en améliorer l’aspect. Il est également possible d’effectuer des montages à partir d’une ou de plusieurs photographies : suppression d’un détail, ajouter ou enlever une personne, retoucher les couleurs et la lumière

    Les photographes ont pour habitude d’utiliser les logiciels Photoshop et Lightroom logiciels Photoshop et Lightroom pour mettre en valeur (vendre) leurs clichés, mais aussi pour se démarquer des autres en trouvant leur style.

 

 Et hop ,c’est retouché !

QUOI ?

   Les agences de magazines sont les grands gagnants quand il s’agit de vendre du rêve. Ils savent très bien nous  » vendre de la beauté  » avec des portraits tellement retouchés que l’on pourrait ne pas reconnaître les acteurs ou les mannequins en les croisant dans la rue 

    Ceci – dit , certaines agences l’assume, c’est le cas de l’agence Rare. Cette agence new-yorkaise est reconnue pour s’être spécialisée dans la retouche photo. Elle a décidé de mettre en avant son travail par le biais de 3 making of (ou timelapse), on peut y voir comment elle est capable de créer des mannequins, qui n’existent pas, en 90 secondes.

____________________________________________________

  Les agences de voyages essaient de nous faire rêver en nous proposant des destinations grâce à  d’incroyables clichés. On peut y voir des mers tellement bleu/ cyan, voir fluo qu’on en du mal à en croire nos yeux. Il n’ y a pas un nuage, la mer est transparente et la plage est juste paradisiaque, sans aucun touriste (en slip).

C’est l’appât !copyright Voyage privé

La « photo du chirurgien » du monstre du Loch Ness

1

   Prise en 1934 par le Dr. Wilson, ce cliché très connu du monstre du Loch Ness a fait et continue à faire parler. On ne sait pas vraiment s’il s’agit d’un oiseau en plein plongeon, d’une marmotte, d’une maquette de sous-marin avec une tête en plastique fixée dessus, tout ce qu’on sait c’est qu’elle ne montre pas vraiment un monstre préhistorique vivant dans un lac écossais.

Les fées de Cottingley

les fées 1917
    L’affaire des fées de Cottingley a défrayé la chronique en 1917 quand deux cousines sont photographiées au milieu de ce qui semble être de petites fées toutes mimi. Les clichés rencontrent un tel succès que sir Arthur Conan Doyle lui-même les utilise pour illustrer ses articles. Toute leur vie les 2 cousines nient avoir truqué quoi que ce soit, et ce malgré les analyses poussées prouvant le contraire. Il faudra attendre les années 80 pour les 2 femmes âgées de plus de 80 ans avouent leur méfait.

La  »  noyade  » de Bayard

3
Hippolyte Bayard était un pionnier de la photographie qui s’est un peu fait coiffer au poteau par Daguerre pour le titre « d’inventeur de la photo ». Un peu jaloux de son concurrent qui recevait tous les éloges, il décide de mettre en scène sa mort sur un cliché. Son suicide par noyade est totalement faux et s’il a perdu la paternité de la photo, Bayard pourra toujours garder celui de père du photomontage.

Les esprits de William H. Mumler :
   William Mumler était un photographe spécialiste des « esprits ». Il a affirmé avoir photographié un fantôme (celui de son cousin) pour la première fois au début des années 1860 même si on sait aujourd’hui qu’il utilisait juste une technique de double-exposition. Il en fait très vite un business très lucratif, pas mal de gens étant désireux de se rassurer après la mort d’un proche lors de la Guerre civile. Après un procès pour fraude et malgré sa relaxe, son business coule. Il se recycle alors dans la photo classique.

4La dame brune de Raynham Hall

 

fantôme

       Encore un esprit mais cette fois il s’agirait de celui de la dame brune de Raynham Hall, une silhouette translucide apparue sur le cliché d’un homme venu prendre en photo la grande demeure anglaise qu’est Raynham Hall pour un magazine en 1936. Personne ne s’est vraiment mis d’accord sur la technique utilisée pour truquer cette photo et certains pensent encore qu’il s’agit d’un vrai.

  soucoupe volante

     Billy Meier est un suisse un peu zinzin qui affirme avoir rencontré à de nombreuses reprises des alien, et d’ailleurs il a plein de photos pour le prouver. Les montages sont tellement réputés qu’il y en a un dans le bureau de Mulder, si ça c’est pas un accomplissement. Même si tout le monde sait que ces photos sont bidons, il faut reconnaître au bonhomme une certaine passion et un investissement impressionnant.

  Le touriste du 11 septembre :
Peu de temps après les attentats du 11 septembre 2001, cette photo a commencé à tourner sur Internet sous le nom de « tourist guy ». L’histoire voudrait que l’appareil photo ait été retrouvé dans les gravats mais tout cela est totalement bidon et la photo date en fait de 1997. Le montage regorge d’erreurs et de maladresses , ce qui le rend presque touchant.

7
Requin contre  Hélicoptère :
Sur la toile, pas mal de fake tournent beaucoup, jouant sur la crédulité d’un bon paquet d’internautes. Mais si on  » passe sa vie   » sur le web, l’ œil s’affine et de tels montages ne passent plus sa censure. Ce magnifique « shark vs helicopter » a énormément tourné par mail en 2001, mais on se demande s’il marcherait autant aujourd’hui ?.

 

8

     L’empreinte de pied du fœtus
      A moins  » d’avoir un petit Hulk bien fâché dans le bide  » , ce petit pied  apparaissant sur le ventre est une aberration. Arrêter d’y croire immédiatement. est certainement l’issu  lol 

foetus pied

       » Bébé Adolf  » 
     Ce presque mignon bébé n’est pas du tout Adolf Hitler, même si la photo s’est propagée en Autriche pendant la guerre avec une telle légende. Il s’agit simplement d’un montage basé sur la photo d’un nourrisson américain. On ignore cependant comment sa photo a pu se retrouver en Autriche puis placardée à la une de nombreux journaux à travers le monde.Le vrai Hitler : Résultat d’images pour propagande hitler bébé photos retouchées

 

1937 : Propagande photographique d’Hitler :

1937-hitler

   Encore ici, un bel exemple, de ce qu’ un dirigeant politique peut faire. Sur cette photographie, on peut y voir A. Hitler accompagné de 3 femmes et 2 hommes. Et il se trouve que l’un d’entre eux est J. Goebbels, le bras droit de Hitler. Celui-ci n’est plus visible sur la photo finale. La raison de le faire supprimer semble encore inconnue.

Toutefois si on observe bien, son ombre portée est toujours visible au sol. Le travail a été fait un peu trop rapidement, peut-être même en express…..

Mussolini (propagande )

mussolini

   Le grain et les nuages de la photo qui ont eux aussi disparu. Et le ciel a été renforcé pour renforcer la perspective sur Mussolini et donner plus d’impact à son épée par la même occasion. Une belle photo de motivation pour ses soldats et son peuple.

 

Pendant le 2ème guerre …


      Déjà il y a 82 ans : Pas de virus , mais  » sortez le moins possible  et protégez vous   » masque protection

 

Poussette anti-gaz 1938

 Les grandes villes britanniques renfermaient de nombreux abris antiaériens et disposaient de masques à gaz pour les citoyens, mais il y avait aussi un outil moins utilisé : la poussette anti-gaz. Cette photo a été prise en 1938, l’année où l’Allemagne occupait la région des Sudètes. Ces poussettes ressemblent davantage à des cercueils, ce qui expliquerait leur manque de popularité.

 » Boche  » , » Chleuh  »


   Pourquoi ces termes pour désigner péjorativement  nos  » amis  » Allemands ?

    L’envie de chercher ceci m’est venue après avoir parlé avec mon père tout à l’heure , je ne sais plus pourquoi il a parlé des Allemands  d’ailleurs …Mais ils emploie toujours ces mots pour en parler ….

   L’utilisation du mot boche (aussi écrit bosh ou boch) pour appeler nos voisins germaniques remonterait à la fin du XIXème siècle. Ce terme est une abréviation du mot d’argot  »  Alboche  » qui désignait à l’époque une personne à fort caractère et à l’esprit un peu obtus  (  »alboche  » = une tête de bois). Pour l’époque, ce surnom était tout trouvé pour désigner ces voisins germaniques plutôt têtus. Ce terme serait d’abord apparu dans l’est de la France et se serait étendu ensuite à l’ensemble du territoire…..soldat allemand

     Le mot  » chleuh  » (aussi écrit schleu ou chleu) tirerait , quant à lui , son origine du nom d’une tribu marocaine  ? colonisée par les français au début du XXème  siècle. Les habitants de cette tribu se nommaient les chleuhs mais ce nom a rapidement été donné par les troupes françaises à l’ensemble des colonies ou des opposants dont ils ne comprenaient pas la langue. Au cours de  la seconde guerre mondiale, ce surnom a donc été donné aux adversaires allemands car les troupes françaises ne comprenaient évidemment rien de ce que  » baragouinaient  » ceux d’en face. La consonance germanique du mot chleuh n’a donc rien à voir avec ce nom.

   De notre côté, les allemands/germaniques ont eu tout un tas d’autres surnoms mais on peut  supposer que les français soldat Français doivent être eux aussi affublés de sobriquets sympas  de l’autre côté de la frontière. ……

Désert…..


  Tout à l’heure , je suis sorti ( oui , j’ai osé ! ) , muni de la fameuse attestation , pour acheter pain et cigarettes , ( j’avais coché la case  » pour achat de produits de première nécessité  » ) , les clops = 1 ère nécessité ? Le désert ! Je n’ai croisé que quelques  » zombies  » masqués zombie, dont une mère avec un petit garçon qui , lui aussi , portait un masque dont il essayait de se débarrasser ; résultat : Une gifle de la mère ! Pauvre  »bonhomme  » , comme si il pouvait comprendre la  » psychose  » ambiante ……Bien entendu , les deux commerçants , buraliste , et boulanger étaient eux aussi affublés de cette  » pseudo -protection  »  dans les boutiques désertes ….ce qui fait que j’eus bien du mal à comprendre ce qu’ils disaient …

Bref , un paysage , une  » ambiance  » de film de science – fiction quelque peu effrayant ……

_____________________________________

Un jour le Diable vint sur terre, un jour le Diable vint sur terre
pour surveiller ses intérêts, il a tout vu le Diable, il a tout entendu
et après avoir tout vu, après avoir tout entendu, il est retourné chez
lui, là-bas.
Et là-bas on avait fait un grand banquet, à la fin du banquet, il s’est

levé le Diable, il a prononcé un discours et en substance il a dit ceci,
il a dit:Il y a toujours un peu partout
Des feux illuminant la terre ça va
Les hommes s’amusent comme des fous
Aux dangereux jeux de la guerre ça va
Les trains déraillent avec fracas
Parce que des gars pleins d’idéal
Mettent des bombes sur les voies
Ça fait des morts originales
Ça fait des morts sans confession
Des confessions sans rémission ça va

Rien ne se vend mais tout s’achète
L’honneur et même la sainteté ça va
Les États se muent en cachette
En anonymes sociétés ça va
Les grands s’arrachent les dollars
Venus du pays des enfants
Les hommes ils en ont tant vu
Que leurs yeux sont devenus gris ça va
Et l’on ne chante même plus
Dans toutes les rues de Paris ça va
On traite les braves de fous
Et les poètes de nigauds
Mais dans les journaux de partout
Tous les salauds ont leur photo
Ça fait mal aux honnêtes gens
Et rire les malhonnêtes gens.
Ça va ça va ça va ça va

C’était il y a environ….


……194 ans : Mort  de P.Blancart  (qui introduisit le chrysanthème Résultat d’images pour images, photos fleur chrysanthèmeen France )
 
 
      P.Blancart était , parait il ,  » doté  » d’une  intelligence remarquable se portant vers les observations scientifiques,  passionné pour les voyages et les aventures, le capitaine au long cours Pierre Blancard rapporta en France de ses nombreux voyages le chrysanthème ou  »  fleur d’or  »…

______________________________

    Pierre Blancard naquit à Marseille, le 21 avril 1741, d’une famille connue depuis le XVe siècle  ( qui a donné son nom à la gare et au quartier de la Blancarde ) . À l’âge de 25 ans, influencé par son  son père, capitaine de navire, et investi de la confiance de plusieurs grandes maisons de commerce de la ville, il fit d’abord, aux Antilles, une dizaines de campagnes en qualité de  » subrécargue  »  ( dont une année en course sur la frégate La Fortune ) qui lui permirent de devenir capitaine.

En 1769, le privilège exclusif de l’ancienne Compagnie des Indes orientales étant supprimé, les différentes villes de commerce s’empressèrent de faire des armements pour ces contrés, et Blancard fut chargé des opérations commerciales de la frégate La Thétis, que le gouvernement avait accordée à une maison de Marseille .

Médaillon donnant le portrait de Pierre Blancard et apposé sur la tombe de celui-ci

Médaillon donnant le portrait de Pierre Blancard et mis sur sa tombe .

 Le  » hardi et savant   » navigateur accomplit donc, de 1769 à 1793, d’importants voyages aux Indes, au cours desquels il se livra à d’utiles observations d’hygiène navale et à des travaux fort estimés sur les problèmes de longitude, la direction et la vitesse des courants à diverses époques de l’année et aux environs de la ligne équinoxiale, etc.

  Il est même allé  jusqu’à Batavia en 1772 ; à Moka, en 1774, il força le gouverneur à se conformer aux clauses du traité conclu pour la France en 1737 par la  » Garde-Jazier  ». En 1777, la frégate  »Le Duras  », qu’il commandait, fit naufrage le 12 avril, sur les écueils  bordant les Maldives. La guerre qui éclata en 1778 entre la France et l’Angleterre, puis le rétablissement de la Compagnie des Indes, après la paix, obligèrent Blancard à naviguer sous les pavillons toscan et autrichien et à effectuer son retour à Livourne et à Ostende.

  Dans une de ses dernières traversées, il fut obligé,  suite aux événements qui se déroulaient alors en Europe, de se diriger vers l’Amérique du Nord pour échapper aux dangers que pouvait courir la riche cargaison de son navire, et, malgré croisières et corsaires, il atteignit Philadelphie après avoir effectué 3 200 lieues marines en 71 jours, soit une moyenne de 46 lieues par 24 heures, ce qui constituait, pour l’époque, un véritable record.

 À l’âge de 52 ans, Pierre Blancard abandonna la navigation et se retira dans sa ville natale. C’est à Marseille qu’il écrivit son Manuel du Commerce des Indes Orientales et de la Chine, ses Observations Nautiques et son Essai sur un nouveau moyen de reconnaître les courants en mer.

Blancard fut reçu à  l’Académie de Marseille  en 1808 .  » Notre  » capitaine de marine mourut à Aubagne le 16 mars 1826, à l’âge de 85 ans.

 Le fait de la vie de Blancard, qui devait le faire passer à la célébrité, remonte à l’année 1789. En mai 1787, il quitta Bombay et fit voile vers la Chine. Début  août, il atteignit  Canton, et y découvrit une fleur inconnue en Europe, la fleur sacrée, la fleur d’or : Ju Hua, symbole de l’Empereur, la fleur aux 16 pétales brodée sur des vêtements sacrés, le Kikumon (issu de kiku, le chrysanthème, et de mon, le blason) ; une plante extraordinaire que la mythologie chinoise fait éclore sur l’île de la Libellule et qui possède la vertu de conserver une permanente jeunesse. Evidemment, la fleur est protégée.

Et c’est en 1789 que Pierre Blancard, à bord du Saint-Charles, rentra à Marseille de   son cinquième voyage aux Indes, rapportant trois variétés de   »chrysanthèmes indicum   »qu’il avait cachés sous sa houppelande. Pour l’arroser et le conserver, il avait restreint les rations d’eau de son équipage. Il remit les trois variétés à l’abbé Thomas de Ramatuelle, d’Aix-en-Provence, qui les fit parvenir au Jardin des Plantes de Paris. Une seule, à fleurs pourpres, survécut. Le chrysanthème venait de faire son apparition en Europe…..

 En 1808, reçu à la Malmaison, Pierre Blancard offrit à l’Impératrice, charmée, les premiers chrysanthèmes dont il avait rapporté la plante en France et qu’il avait pieusement cultivés dans son petit jardin d’Aubagne. Il s’était retiré dans cette ville et y avait rédigé le récit de ses campagnes aux Indes, ouvrage brillant qui lui ouvrit, cette même année 1808, les portes de l’Académie de Marseille, le capitaine de marine faisant également partie du Conseil d’Agriculture, des Arts et du Commerce de cette ville.

Pierre Blancard mourut à Aubagne le 16 mars 1826, à l’âge de 85 ans. Sur sa tombe est inscrit :  » A cause d’une fleur, on se souvient de lui  ».

Ce qui fait le poison…..


……c’est la dose : Ce n’est pas VoltaireVoltaire qui dirait le contraire , et encore moins son médecin ..En effet , il parait que notre brillant philosophe était victime d’une addiction très marquée au café  ( un peu comme moi ) : J’ai lu qu’il en consommait entre 40 et 50 tasses tasse cafépar jour ! ( a l’époque , le café était mélangé avec du chocolat , mais tout de même …..) …..Son médecin personnel le  » suppliait  » régulièrement d’arrêter ; il lui répétait encore , alors que Voltaire avait 80 ans !       Selon la légende , le médecin lui aurait dit et répété  » le café est un poison !  » ….et Voltaire lui aurait répondu avec malice :  » Alors , c’est un poison bien lent : Regardez moi  !  » ….ce n’est pas le café qui le tua , mais un cancer de la prostate  ( âgé de 84 ans environ )…Comme quoi il ne faut pas toujours écouter les médecins ? 

 

Ville lumière?


.
       De nombreux surnoms et périphrases existent  pour désigner la capitale française, Paris. Par exemple : Paname, La capitale de la mode, ou encore le plein de modestie  » La plus belle ville du monde  ».

   Cependant  la formule la plus célèbre ou peut-être la plus mystérieuse est  »La ville lumière ».

   Cette appellation  daterait  du 17e siècle et n’aurait , curieusement , aucun lien avec les philosophes des Lumières  apparus un siècle plus tard. Ce sont tout bêtement les visiteurs de la capitale qui l’ont nommée de cette façon, impressionnés alors par la lumière de la ville. Non pas la lumière naturelle mais celle de l’éclairage public qui était tout nouveau à l’époque et qui constituait même une première dans le monde.

    En effet, un nombre considérable de lanternes à bougie et de torches se trouvaient dans les rues et sur les façades des immeubles, conformément au souhait de Nicolas De La Reynie, alors premier lieutenant général de la police de Paris. En place sur ordre de Louis XIV il avait pour mission de renforcer la sécurité dans les espaces publics pendant la nuit, dans le but de faire diminuer le nombre de crimes commis sur les passants.

  On dit même qu’il aurait été demandé aux habitants d’allumer des bougies sur leurs fenêtres pour éclairer les rues!

   Une autre explication existe : Selon celle-ci, l’inventeur de l’éclairage au gaz, Philippe Lebon, qui a promu et développé son invention à Paris dans les années 1820 aurait conduit une dizaine d’années plus tard à nommer Paris  » La ville des Lumières  » , face au magnifique éclairage de la ville.

                                  _____________________________________________

    Pourquoi Marseille est  » La cité phocéenne  » ? Cela viendrait du fait qu’il y a 2 600 ans, des colons grecs venus de Phocée (aujourd’hui en Turquie) découvrirent les côtes françaises. Leur chef épousa la fille du roi de la cité qu’ils nommèrent alors Phocéa. Seulement plusieurs centaines d’années après les Romains, la renommèrent Massilia qui devint Marseille.

Là où je vis :


   Le château de Béguin à Lurcy-Lévis, dans l’Allier, est un très bel édifice de 3.800 m2, construit entre le XVe et le XVIIIe siècle sur des fondations du XIIe siècle. Il est, depuis 2003, loué notamment pour des mariages et des séminaires. L’activité est au ralenti l’hiver. Nous l’avons visité pour vous. Même vide et froid, il vaut le détour.

Comment ne pas avoir le béguin… pour le château de Béguin ? Même vide et froid ! Le magnifique bâtiment et son grand domaine de 23 hectares (dont 18 hectares de forêt, sans chasse), situés à deux pas de Street Art City, à Lurcy-Lévis, fonctionnent malheureusement au ralenti en hiver, sauf Noël et Nouvel an.

Ce sont les chevreuils qui sont contents, et qui viennent jusque devant la terrasse, s’attaquant parfois aux rosiers.

« Entre le 1er mai et la fin octobre, il est souvent privatisé dans son entier pour des mariages et des séminaires, précise Karen Ayvazyan, directeur de la société gérante du site. La salle de réception peut accueillir 120 personnes assises, et le château peut loger 50 personnes pour la nuit. La piscine est accessible, s’il fait beau, jusqu’à la mi-octobre, car elle est chauffée ».

Des chambres, des courts de tennis, une aire de jeux…

  Le château dispose de vingt chambres, dont dix en « catégorie supérieure », une suite, une grande chambre familiale, ainsi que des chambres « standard ». Mais aussi des courts de tennis, une aire de jeu pour les enfants, un grand parc dont un site particulièrement propice aux « cérémonies de mariage laïc, sous arche de fleurs ».

  Les investisseurs qui ont transformé le château en hôtel misent sur une clientèle internationale

   Ces « privatisations » représentent « 80 % du chiffre d’affaires ». Les 20 % restant correspondent à des nuitées d’hôtel, le restaurant ayant cessé de fonctionner « il y a deux ans. Quand nous avons besoin, nous travaillons avec des traiteurs de la région ». Sur le site : le directeur et sa famille. Et puis, quand il y a besoin en main-d’oeuvre, « nous faisons appel à l’association intermédiaire Nord Bocage ».

 En 2020, la plupart des week-ends ouvrables « sont déjà réservés. Il doit me rester un ou deux week-ends en juin. Je loue régulièrement les lieux pour une semaine entière. Ce sont surtout des étrangers qui viennent, des Américains, des Suisses, des Allemands, des Anglais. Ceci dit, il y a beaucoup plus de Français pour 2020 parmi les réservations. Pour notre activité, je ne vous cache pas qu’on ne compte pas sur la clientèle locale, mais on compte sur des clients qui souhaitent sortir des grandes villes, découvrir la France, une France authentique « .

   Trois idées  » vitaminées  » que les habitants de Lurcy-Lévis émettent pour leur bourg

   Le site du château le site du château vante en effet « le charme de la province française ».

     Il faut compter entre 4.800 et 6.000 € la nuit pour la location de tout le site, ou de 11.200 à 14.000 € pour une semaine.

Le directeur reçoit également des amateurs de circuits, « qui viennent chez nous, et sur les circuits de Lurcy-Lévis et de Magny-Cours. Il y a beaucoup plus de manifestations en saison haute. C’est aussi pour ça qu’on n’ouvre pas l’hiver. On n’a par contre aucune demande pour les balades nature. J’avais essayé de voir du côté de la forêt de Tronçais et de la chasse, mais cela n’a rien donné pour le moment « .