Le pantalon


Résultat d’images pour images pantalons ''pattes d'eph' ''

 » pattes d’eph.  »

…….ne dateraient pas des années 60 !?

Même si les origines de ce genre de pantalon sont incertaines ,on les fait généralement remonter à une pratique courantes dans la marine U.S au début du 19ème siècle ….

Ce serait un tailleur ( ancien marin ) , installé à New-York qui aurait créé les première marques  » pattes d’eph.  » appelée  » Seafer  ».. Ses  » jambes  » évasées vers le bas avaient l’avantage , pour les marins , de pouvoir être facilement roulées pour marcher dans l’eau ou laver le pont ….

Résultat d’images pour images marin u.s sur le pont d'un navire

Une fois mouillé , le pantalon s’enlevait aussi plus facilement . Enfin , en cas de naufrage ,les pattes d’éléphant se gonflaient en laissant entrer une  » colonne d’air  » au moment de sauter du navire en perdition , et facilitaient ainsi la flottaisons ….

P.S : On trouve une allusion aux pattes d’eph. dans une chanson d’Aristide Bruant

Résultat d’images pour Aristide Bruant

 » Belleville- Ménilmontant  » ( de 1892 ) dans laquelle les pantalons sont  » minces des genoux et larges des pattes  » …Vers 1926 , Mistinguett utilise aussi l’expression  » pattes d’éléphant  » pour désigner des pantalons à la mode dans les années 1920….

Ces pantalons n’auraient donc eu un regain de popularité que grâce au mouvement Hippies de la  » contre- culture  » dans les années 60…..

La chanson de A . Bruant :

Le » géocaching » ??


Les chasses au trésor ont toujours excité la curiosité des enfants.( En tous cas , quand j’étais gosse , nous y jouions souvent ) :

  Vidéo chasse au trésor enfant :

Depuis une vingtaine d’ années ,ce sont des familles entières, et des passionnés de tous les pays, qui peuvent s’adonner à une nouvelle variante de ce jeu, appelée le  »géocaching ».

Le fonctionnement du jeu :

Les participants se munissent d’un GPS spécifique, facile à trouver dans le commerce, ou d’une application, qui leur indiquent leur position et celle des  »caches » à trouver. ( Les points jaunes précisent les caches déjà trouvées et les points verts celles qui restent à découvrir )….

 Les caches abritent des boîtes, qui contiennent de petits objets sans valeur. Il est possible d’en prendre un, à condition d’en placer un autre, de valeur équivalente, dans la boîte.

geocache

Les joueurs signalent leurs trouvailles, en mentionnant leur visite sur un petit registre, laissé à l’intérieur de la boîte, ou en la signalant sur un site dédié au jeu.!

Les joueurs peuvent chercher une seule cache ou suivre un itinéraire jalonné de trésors à découvrir. Dans d’autres cas, c’est un ensemble d’informations, géographiques et culturelles, qui permet de repérer le secteur où se trouve la cache.

Un jeu propice à des activités diverses :

Le géocaching  est un jeu , mais il offre bien des opportunités à ses nombreux adeptes. Celle d’abord de se retrouver en famille ou entre amis. Le jeu devient alors source de convivialité et favorise les interactions sociales.

   Parfois , il devient l’occupation principale des vacances. Certains adeptes, seuls ou en famille, sillonnent ainsi l’Europe, ou même le monde, après avoir fait le tour des caches offertes par leur propre pays.!!!

   Le géocaching devient ainsi un moyen original de découvrir des endroits et des pays que les joueurs n’auraient peut-être jamais connus sans cette originale course au trésor. Le jeu représente enfin une excellente occasion de faire du sport.

   En effet, si la découverte de certaines caches, dissimulées en milieu urbain, ne demande guère d’efforts physiques, d’autres, en revanche, se méritent. Certains trésors ne livrent ainsi leurs secrets qu’à l’issue d’une véritable randonnée, pendant laquelle les joueurs doivent gravir des sentiers pentus ou même escalader une zone de rochers.

L’Epiphanie …


Pour moi ( qui suis athée ) c’est un jour comme un autre , peut-être une portion de galette à la frangipane ? Mais……envie d’en savoir plus alors :

Le mot  » épiphanie  » vient d’un mot grec qui désigne une apparition, l’Épiphanie désigne plusieurs ? manifestations du Christ au monde : La Chandeleur (présentation de l’Enfant Jésus au Temple), le baptême du Christ dans le Jourdain et la transformation de l’eau en vin aux noces de Cana (premier récit d’un miracle de Jésus).

Cependant , la tradition populaire a limité l’usage du mot Épiphanie à la visite que rendirent des mages venus d’Orient à l’Enfant Jésus. Ces mages (sans doute des prêtres zoroastriens )symbolisent l’hommage de la science et du savoir à la pauvreté évangélique.

( Le zoroastrisme est une religion qui tire son nom de son prophète et fondateur nommé Zoroastre ou Zarathoustra

Zoroastre

, né au nord-est de l’Iran au cours du IIᵉ millénaire av. J.-C. ou de la première moitié du 1er millénaire av. J.-C.. Le nom persan de Zarathoustra a été transcrit en Zoroastre par les Grecs .Ses disciples s’appellent des zoroastriens ou, en français du XVIIIᵉ siècle, des  »guèbres  » ?. Le zoroastrisme est aussi couramment dénommé mazdéisme, du nom de sa divinité principale, Ahura Mazda.

Selon le récit qu’en ferait saint Mathieu  , les mages furent guidés jusqu’à la crèche de Bethléem par une étoile mystérieuse. Une fois arrivés, ils déposèrent devant la crèche l’or, qui évoque la richesse terrestre, la myrrhe, qui accompagne les hommages rendus à un roi à sa mort, et l’encens qui honore la divinité.

Ce récit, qui n’a pas de fondement historique, a été enjolivé au cours du Moyen Âge. Les mages sont devenus trois Rois prénommés Gaspard, Melchior et Balthazar. L’un d’eux est aussi devenu noir en témoignage de l’universalité du message évangélique.( je ne savais pas )

L'Adoration des Mages, miniature française (collection moscovite), XVe siècle

Résultat d’images pour rois mages images

L’Épiphanie est traditionnellement fixée au 6 janvier mais pour plus de commodité, l’Église catholique la célèbre le dimanche qui suit le 1er janvier.

C’est aussi ce jour-là qu’est tirée la traditionnelle galette des Rois

, sans doute une réminiscence des Saturnales romaines et de la fête païenne du Soleil  qui était représenté par une galette. La fève cachée dans la galette rappelait à l’origine l’Enfant Jésus que les mages avaient longtemps cherché en suivant l’étoile .

En Espagne, de façon toute logique, ce sont les Rois mages qui distribuent des cadeaux aux enfants sages le jour de l’Épiphanie (et non pas à Noël).

Pour patienter de Noël à l’Épiphanie, les petits Espagnols bénéficient en conséquence de trois semaines de vacances….

_____________________________

Sourire /souvenir :

La pandémie de coronavirus nous a confinés, éloignés de nos proches, angoissés, endeuillés.


Mais si nous voyons le verre à moitié plein, elle nous a aussi beaucoup appris sur nous-mêmes….

Il y a un an, alors que 2020 commençait avec pour certains de bonnes résolutions, pour d’autres de projets ou grandes ambitions, qui aurait cru que, douze mois plus tard, cette année aurait été celle que nous avons vécue?

Qu’à défaut de voyager, nous serions confinés . Qu’au lieu de partager du temps avec nos proches, nous serions dans la solitude (pour moi , çà n’a pas changé :Toujours la solitude , que j’aime ). Qu’à la place de nous rendre au travail, nous ne verrions nos collègues qu’en vidéo . Que 2020 serait à ce point marquée par le deuil, la maladie, la perte de tous nos repères.

Ce fut une année difficile, et ce n’est qu’un euphémisme. Et alors que 2021 est tout juste entamée, nous n’avons pas encore tourné la page de l’épidémie et devons faire face à des jours, des semaines, sûrement de mois de lutte contre le coronavirus. Mais  »’rien n’est jamais tout noir ?  » . Et les moments les plus douloureux d’une existence ne sont pas sans porter des leçons. En ce sens, 2020 n’aura pas fait exception. Elle nous aura imposé certaines bonnes habitudes que nous ferions bien de garder en tête

Comme : La bienveillance envers les autres

Lorsque tout a commencé, la peur de la contamination était proportionnelle à l’inconnu auquel nous faisions face et telle que des comportements individualistes ont rapidement émergé.: Stigmatisation, recherche de boucs émissaires, individualisme prononcé ont été certaines des premières conséquences de l’émergence du virus.

Cela ne veut pas de dire que ces habitudes ont disparu. Mais d’autres ont pris une place importante dans la lutte contre l’épidémie. À commencer par une forme de bienveillance pour autrui. ( C’était l’une des hypothèses émises par Marie-Claire Villeval

Résultat d’images pour Marie Claire Villeval
M.C Villeval

, directrice de recherche au CNRS, spécialiste d’économie expérimentale et comportementale ), qui travaillait sur la manière dont les interactions sociales allaient évoluer durant la pandémie: celle d’une société plus bienveillante.  » Les réseaux sociaux ont permis aux gens de garder contact, ils ont pris conscience du manque de l’autre, de ce qu’était la vie sans les autres. Cette prise de conscience peut avoir un effet sur la bienveillance vis-à-vis des autres  ». Cette année , bien que dans notre bulle ,peut-être plus que les autres, nous avons été attentifs au monde qui nous entoure, qu’il soit proche ou moins proche .

Responsabilité envers autrui

C’est peut-être par bienveillance que nous avons aussi pris sur nous en termes de responsabilisation. Confinements, multiples restrictions allant de la simple impossibilité de partager un verre dans un bar à celle de ne pas pouvoir rendre visite à nos aînés… En 2020 peut-être plus que jamais, notre liberté s’est arrêtée là où commençait celle des autres.

Cette responsabilité qui, comme l’écrit Sartre

, est le penchant de notre liberté. Pour Sartre, la liberté absolue implique la responsabilité absolue. » C’est parce que l’homme est libre qu’il est responsable (…) nos actions et nos choix impactent les autres qui nous entourent, et c’est précisément parce que ces actions sont libres que nous devons répondre de leurs conséquences  » Même confinés, nous avons été libres, libres de choisir la responsabilité. Et c’est l’addition de ces responsabilités individuelles qui fait que nous avons évité plus de décès que nous n’en connaissons déjà.?

Prendre le temps

Bien qu’elle ait été tumultueuse, l’année 2020 nous a aussi énormément appris sur nous, et notamment en termes de patience. Confinés, le temps s’est étiré. Parfois pour le pire, mais parfois, aussi, pour le meilleur. Un temps qui ne doit plus être rempli, mais simplement structuré et organisé, avec quelques rendez-vous dans la journée, mais, surtout, des intervalles vides.  »Ces intervalles sont vitaux, ce sont de vraies respirations temporelles, de potentielles sources de créativité. Pour une fois, on peut passer une demi-heure à boire son café, et simplement jouir du temps qui passe  », soulignait la philosophe Hélène L’Heuillet . À la fin, affirmait la philosophe,  »on aura gagné en termes de connaissance de soi-même”.

Libération de certaines injonctions

En avons profité pour nous libérer de certaines injonctions pour cette raison ? Oui, le confinement a accru la charge mentale portée par les femmes ainsi que les inégalités entre les femmes et les hommes. Cela nous ne pouvons pas le nier . Mais, en parallèle, cette parenthèse forcée a permis à certaines de se libérer de certaines injonctions . Comme laisser ses cheveux respirer, nouveau souffle pour le  »no bra », c’est à dire ne plus porter de soutien-gorge, et aussi délaissement du maquillage : En 2020 les femmes se sont libérées de  » certains diktats  » .

Une expérimentation temporaire qu’il faudrait faire durer ?

Enfin, et c’est peut-être le plus important, sans oublier bien sûr que de nombreuses personnes ont souffert, souffrent et souffriront encore de la pandémie: 2020 nous a montré que nous étions capables de nous adapter, même dans l’urgence, à une situation donnée. Avec des hauts et des bas, certes, mais il semble qu’il s’agit d’une excellente leçon à appliquer dans de tous autres domaines.

Bref : Positivons ! ……..?

 »Ressembler au bon Dieu de Giblou » ?


Ressembler au bon Dieu de Giblou =

Comparaison populaire qui s’emploie en parlant d’un individu mal accoutré de plusieurs pièces d’habillement en mauvais état, qu’il porte l’une sur l’autre

Elle aurait pour fondement une tradition qui dit que les habitants de Giblou ou Gembloux, petite ville de Belgique, près de Namur, avaient coutume d’envelopper la statue de l’enfant Jésus de chiffons de toute espèce.

Exemple de  » ressembler au dieu de Giblou  »

Cette coutume n’était pas particulière aux gens de Giblou. Il y avait autrefois, en divers pays, des paroisses où l’on représentait le Dieu des pauvres couvert de haillons, afin de leur faire mieux comprendre par ce symbole frappant que sa divinité s’était unie à leur misère, pour la consoler et la protéger.

On dit aussi en proverbe : Le bon Dieu de Giblou a plus de ventre que de force. Hélas ! ce Dieu, en recommandant d’avoir soin des pauvres, en se déclarant leur protecteur, en s’assimilant à eux, n’est pas parvenu à les soustraire aux tribulations de leur sort, et c’est pour cela qu’on dit que le Dieu de Giblou a plus de vertu que de force.!

On dit …


…..chez moi , que la coccinelle est  » la bête du bon dieu  » , porte bonheur ….Ma grand-mère disait qu’on ne devait jamais la tuer et que , si une se posait sur nous , nous devions faire un vœu …..

J’ai cherché et lu : Mais ?

Au moyen-âge , alors qu’un condamné à mort allait être décapité , au moment où le bourreau levait sa hache ,

Résultat d’images pour image bourreau avec hache

une coccinelle se posa sur le cou du condamné ( qui selon la légende était innocent ) ….Bien que le bourreau ait chassé l’insecte pour accomplir son  » office  » ( comme si la vie d’une coccinelle valait plus que celle d’un humain ) , la coccinelle revenait sans cesse !

Le roi qui , était présent , pensa que c’était un signe du  » bon  » dieu et gracia le malheureux condamné .Condamné qui , toujours selon ce que dit la légende était innocent !

Le fait que l’homme était innocent entraina dans le peuple l’idée que c’était dieu qui avait envoyé la coccinelle ……Coccinelle qui depuis est souvent ( dans ma région en tous cas ) appelée  » la bête du bon dieu  » .

…..Il ne faut jamais la tuer , mais la laisser s’envoler en faisant un vœu que le bon dieu est sensé exaucer …….

Une bien jolie légende …..Aujourd’hui , on ne voit pratiquement plus de coccinelle ( certainement à cause des pesticide et autres  » cochonneries  » que l’homme épand partout ….

Résultat d’images pour image homme avec insecticide
Résultat d’images pour image homme avec insecticide

D’où vient cette expression …..


……Qu’on entend souvent sans faire attention à son origine :  » Le tiers monde  » : L’expression  » pays du tiers-monde  » a été créée en 1952 par Alfred Sauvy

Résultat d’images pour Alfred Sauvy
Notre époque – Alfred SauvRésultat d’images pour Alfred SauvyRésultat d’images pour Alfred Sauvy<<<=====A. Sauvigny .

, un démographe français. Toujours largement utilisée aujourd’hui, elle déclenche parfois certaines polémiques, tant ses contours sont flous et sujets à interprétation.

L'expression pays du tiers-monde, inventée par le démographe Alfred Sauvy, désigne les pays les plus pauvres de la planète. © Claude Waddell, Wikimedia Commons, DP
L’expression pays du tiers-monde, inventée par le démographe Alfred Sauvy, désigne les pays les plus pauvres de la planète
Alfred Sauvy invente l’expression pays du tiers-monde:

Le 14 août 1952, le démographe français Alfred Sauvy publie un article intitulé  »Trois mondes, une planète  », dans les colonnes de l’hebdomadaire L’Observateur,( devenu aujourd’hui Le Nouvel Observateur ) . Alors qu’à cette époque, le monde est plongé dans la guerre froide   qui oppose les États-Unis à l’URSS, Alfred Sauvy affirme que cette vision du monde est une forme de négation de l’existence d’un troisième monde qui regroupe les pays dits sous-développés.

C’est alors qu’il imagine l’expression  » pays du tiers-monde  », en référence au Tiers-État et écrit cette phrase :  » Car enfin, ce tiers-monde ignoré, exploité, méprisé comme le Tiers-État, veut, lui aussi, être quelque chose.  »

L’expression  » pays du tiers-monde  » amène des polémiques….

Dès la parution de l’article, l’expression est largement reprise ,non sans quelques polémiques partout sur la planète. En effet, elle ne correspond pas à une définition précise, et il est souvent difficile de savoir quels sont les pays faisant partie ou non du tiers-monde. Selon que l’on se place d’un point de vue économique, démographique, politique ou géographique, les pays en voie de développement ou du tiers-monde ne sont pas toujours les mêmes. Cette expression a d’ailleurs pratiquement disparu du lexique de l’économie, même si elle reste très utilisée, notamment par les médias.

En 1969, le père Joseph Wresinski
a inventé l’expression  » quart-monde  » pour désigner les personnes les plus défavorisées et qui ne bénéficient pas des mêmes droits que leurs compatriotes, quelle que soit leur nationalité.

Dans la même optique : Guénon

René Guénon : lire » les trois mondes  »

C’était il y a 209 ans ! :


Une médaille en sucre pour Delessert !

Le 2 janvier 1812, Napoléon Ier

Résultat d’images pour napoléon images

…rend visite à Benjamin Delessert  

Résultat d’images pour Benjamin Delessert

Dans sa fabrique de Passy, près de Paris, cet homme d’affaires de 39 ans, avisé mais aussi philanthrope, s’est lancé dans la production de sucre à partir de betteraves

Benjamin Delessert et Napoléon 1er (gravure d'époque)
Gravure d’époque : Napoléon et Delessert .
Betterave sucrière
image betterave sucrière ???

, sur la base d’un procédé révolutionnaire.

Devant les ouvriers et son ministre de l’Intérieur Montalivet

, l’empereur, séduit, épingle sur le champ sa propre croix de la Légion d’honneur

sur la poitrine de l’entrepreneur !

Benjamin Delessert recevra aussi plus tard le titre de baron d’Empire.

Tout cela est d’abord du à ce que le procédé de Delessert a un intérêt stratégique.

En effet : Napoléon voit dans ce procédé la perspective de remplacer le sucre de canne, lequel n’arrive plus en France à cause de la guerre maritime avec les Anglais, de l’ indépendance d’Haïti

HAÏTI

principal producteur mondial, et du Blocus continental   (interdiction de tout commerce avec les Anglais).

______________________________________________________

Betterave et canne à sucre :

Depuis extrêmement longtemps , les Européens s’approvisionnaient en sucre de canne auprès des planteurs orientaux puis des planteurs américains. Le sucre, prisé des familles bourgeoises, restait cher, même luxueux…

Très tôt, on a cherché à le produire à partir de végétaux plus accessibles que la canne, à commencer par la betterave. Originaire du Moyen-Orient, celle-ci est cultivée depuis 2500 ans !! Ses feuilles servent à l’alimentation du bétail et, de ses racines, on a longtemps extrait un miel végétal. Dès 1575, l’ agronome Olivier de Serres a remarqué sa forte teneur en sucre (jusqu’à 7%).

En 1747, un chimiste prussien, Andreas Sigismund Marggraf

Marggraf à 70 ans

, réussit à en tirer du sucre cristallisé, à raison d’une once ( = 25 à 34 grammes) un quart de sucre pour une livre et demie de betterave. En 1786, à l’instigation du roi Frédéric II

un pharmacien d’origine huguenote, Charles-François Achard, construit la première sucrerie à betterave à Kürnen-sur-Oder, en Silésie. Elle traite 70 kilos de betterave par jour selon le procédé de Marggraf. Mais l’entreprise tourne court.

Sucrerie  » de betteraves  »

Quand Napoléon éprouve la nécessité de remplacer le sucre des Antilles, les scientifiques français lui déconseillent le sucre de betterave. Le célèbre Parmentier   recommande le sucre de raisin. Mais l’empereur n’en offre pas moins cent mille arpents de terre à qui voudra cultiver la betterave. 32 000 hectares sont ensemencés dès 1811 !

Il subventionne aussi les recherches des industriels à hauteur d’un million de francs. Il veut aller vite : un décret du 25 mars 1811 interdit purement et simplement le sucre de canne à partir du 11 janvier 1813. Son obstination est récompensée quand Benjamin Delessert réussit à industrialiser le procédé de Marggraf avec le concours d’un pharmacien de l’Académie des Sciences, Nicolas Deyeux

N.Deyeux

.

Tirant parti de cette réussite, Napoléon Ier délivre 500 licences pour la fabrication du sucre de betterave. Un décret du 15 janvier 1812 décide de la création de cinq fabriques impériales de sucre et du triplement de la surface des terres semées en betteraves. Cet activisme ne sauvera pas l’Empire de la déconfiture, d’autant qu’il se heurtera à la résistance des planteurs antillais. En 1814, la production de ce substitut au sucre de canne n’est encore que de 4 000 tonnes.

Soutenus par une intense recherche agronomique, les betteraviers finissent par l’emporter et leur sucre ne tarde pas à concurrencer avec succès la canne à sucre. En moins d’un siècle, le prix courant du sucre sera divisé par… 200 (de 15 francs à 7 centimes le kilo).

Illustration : Sucrerie ?

Usine , fabrication sucre de betterave ? ( Net )

Booof çà m’occupe ( j’y ai pensé après le W.E chez Manu : Le morceau de sucre avec le verre de  » gnole  » extra forte ! )= Ils nomment çà  » le canard  »