La bastille….


Une forteresse sinistre
    Au Moyen Âge, la bastille de Saint-Antoine, à l’est de Paris, constituait l’une des deux portes principales de l’enceinte d’Étienne Marcel, l’autre étant la bastille de Saint-Denis, au nord.
   En 1370, le prévôt de la ville, Hugues Aubriot, entreprit de remplacer la porte fortifiée de Saint-Antoine par une forteresse formée de deux tours massives de 25 mètres d’élévation entourées de douves. Cette paire de tours fut ensuite doublée à l’intérieur du rempart de deux tours supplémentaires, destinées à surveiller le quartier Saint-Antoine.
  Aubriot compléta encore la forteresse par quatre autres tours qui firent ainsi de l’ensemble une position décisive pour le contrôle de la capitale.Bastille__plan
   La Bastille était donc devenue beaucoup plus imposante que la Tour de Londres de Guillaume le Conquérant que l’on peut visiter encore. Une forteresse similaire était érigée à la même époque à Tarascon, sur les bords du Rhône. Ce  » château du roi René  »  continue quant à lui de dominer de sa masse la ville environnante…
   Après quelques temps  son importance militaire diminua, la Bastille allait assumer la fonction de geôle pour les détenus de marque, dont Aubriot lui-même fut le premier. D’un autre côté, le développement urbain allait amener les habitations à la serrer de plus en plus près, ce qui n’allait pas manquer d’en faire le symbole désagréable de la tutelle royale sur la ville.
    Il faut savoir que l’usage des lettres de cachet (décrets d’arrestation à la discrétion du roi) était devenu aux yeux de tous un abus de droit flagrant. Il y en eut environ  80.000 sous le règne de Louis XIV. Le duc de Nemours, le maréchal de Biron, le marquis de Belle-Isle (Fouquet), le cardinal de Rohan, le duc de Richelieu, le Masque de Fer, le marquis de Sade, Voltaire furent quelques-uns des prisonniers illustres de la forteresse.
   Les prisonniers de condition jouissaient toutefois d’un réel confort au cours de leur détention, pouvant conserver leurs officiers et leur maison, se promener à leur guise, s’y faire servir d’abondance, et recevoir la visite du gouverneur qui se tenait alors debout, chapeau bas… D’autres personnages, à les en croire, n’étaient pas si bien lotis :  »  En hiver, ces caves funestes sont des glacières. En été ce sont des poêles humides, où l’on étouffe, parce que les murs sont trop épais pour que la chaleur puisse les sécher  » 
   En 1789, la Bastille était donc formée de huit tours unies par des murs couverts de chemins de ronde, de mâchicoulis et défendues par 15 pièces de canon.         L’ensemble était entouré d’un large fossé contrôlé par les sentinelles en surplomb. Un bastion en demi-lune défendait l’accès du côté de la Seine et pouvait tenir sous son feu croisé d’éventuels assaillants.
   Venant de la rue Saint-Antoine, on entrait dans la Cour du Passage, puis l’Avancée donnait accès à un premier pont-levis précédant la Cour du Gouvernement, enfin un jeu de ponts-levis accouplés en parallèle amenaient à la porte principale de la forteresse proprement dite, fermée par deux grands battants cuirassés de plaques de fer. Un bâtiment construit sous Louis XV servait de logis aux officiers, et donnait sur une cour d’honneur qui occupait l’essentiel de l’espace compris à l’intérieur des murs.
      Le gouvernement avait prévu en 1784, bien avant le fatidique 14 juillet 1789, de raser la forteresse, vétuste et inutile, et de la remplacer par une place Louis XVI.
 Peu après la prise de la forteresse, un certain Amour de Saint-Maximim découvrit dans les décombres un rouleau de papier recouvert recto verso d’une écriture fine.     Il s’agissait des écrits clandestins du marquis de Sade, l’un des derniers hôtes involontaires de la Bastille. Il en était sorti quelques jours avant sa prise.

Pélerinage  » de chien  »


    En plein pèlerinage, il a reçu l’aide d’un bien étonnant compagnon durant 600 km !
Durant son périple, un pèlerin indien a été suivi par un chien errant sur 600 km.
Naveen est un homme de 38 ans qui s’est trouvé un ami : un chien qui l’a suivi du temple de Mookambika au temple de Kollur.
   C’est le deuxième jour de son pèlerinage que le chien s’est montré. Au début le pèlerin était inquiet car le chien l’approchait souvent. « Au bout de 80 km j’ai remarqué le chien. J’ai tenté de l’éloigner mais il refusait simplement de s’en aller ».
Au début, le chien guidait sa route éloigné d’une vingtaine de mètres devant lui. Il regardait constamment derrière pour vérifier que le pèlerin le suivait. Après quelques jours, il a commencé à marcher derrière lui reniflant en permanence ses pieds.

   Pendant un instant dans son périple il a cru que le chien était parti. Mais il s’est avéré que le chien avait simplement pris de l’avance et Naveen l’a rapidement retrouvé.
Sur le chemin du retour, il a raconté son histoire à un chauffeur de bus. Bouleversé par cette histoire, le conducteur a accepté que le chien monte avec Naveen. Durant tout le trajet, le chien a dormi sur les genoux du pèlerin.
   Cette amitié a duré 17 jours et continuera encore longtemps puisque Naveen a adopté le chien.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

çà s’est passé il y a 34 ans:


    Lancé en 1955 ( année de ma naissance  ) , le premier Rainbow Warrior est utilisé par l’organisme de protection de l’environnement Greenpeace (à partir de 1978) pour lutter contre les essais nucléaires français en cours dans les années 1980 dans le Pacifique, sur les îles polynésiennes de Moruroa et Fangataufa. Il n’est en effet pas rare que l’organisme utilise des navires pour mener des campagnes à travers les mers du globe (il en compte, encore à l’heure actuelle, trois : Le Rainbow Warrior III, le MV Arctic Sunrise et le MV Esperanza). En 1985, le navire est en route vers Mururora dans le but d’entraver les essais nucléaires et est amarré dans le port d’Auckland (Nouvelle-Zélande). Il est alors coulé par des agents des services secrets français : c’est l’affaire du Rainbow Warrior.

 

Amsterdam 1981

 

     L’affaire du Rainbow Warrior fut commanditée par le ministre de la Défense Charles Hernu (qui démissionne après cette affaire) avec, selon Pierre Lacoste , patron de la Direction Générale de la Sécurité Extérieure (qui sera limogé à cause de ce drame), l’accord explicite du président de la République François Mitterrand : les services secrets français sabordent, le 10 juillet, le navire, à quai en Nouvelle-Zélande et prêt à se rendre sur l’atoll Mururoa, pour protester contre les essais nucléaires français. Le naufrage fit, alors que ce n’était pas dans l’intention du gouvernement, un mort : le photographe Fernando Pereira indePereira qui retourna dans le navire pour rechercher son matériel et y laissa sa vie. Cet acte de violation de la souveraineté de l’État néo-zélandais fut à l’origine de tensions entre les deux pays et eut des impacts en termes de relations politiques et économiques.

 

L’atoll de Mururoa

 

  L’affaire commence le 19 mars 1985, selon l’amiral Lacoste, lorsque Patrick Careil, directeur de cabinet du ministre Charles Hernu, est convoqué pour préparer une opération contre le Rainbow Warrior. Au départ, ce navire, aux mains de Greenpeace, devait emmener d’autres bateaux vers l’atoll de Mururoa pour protester contre les essais nucléaires français et les gêner le plus possible.        

   Cependant, en novembre 1984, des rapports parviennent sur les bureaux de la Défense : l’organisation écologiste se prépare, selon des agents infiltrés, à une campagne virulente et agressive. Les services secrets français soupçonnent, de plus, Greenpeace d’être financé par des organisations proches de l’appareil de propagande soviétique !!? et d’espionner leurs essais nucléaires plutôt que de les dénoncer. L’opération de sabotage est préparée par les officiers du Service Action (unité militaire secrète) de la DGSE qui est sous la tutelle d’un nouveau chef depuis les attentats de Beyrouth le 23 octobre 1983, le colonel Jean-Claude Lesquer.

 

  En raison de délais trop brefs, il propose trois hypothèses d’action pour cette opération que l’on baptise « Satanique » : une charge explosive légère pour endommager l’arbre d’hélice ou le gouvernail du navire, ce qui l’obligerait à de lourdes réparations, une dysenterie accidentelle empêchant l’équipage de quitter la terre ou une charge explosive lourde pour couler le navire.

  Ce fut, la dernière hypothèse, plus radicale, qui sera retenue par le pouvoir politique pour que cesse définitivement l’activisme du Rainbow Warrior. Le 28 mai, François Mitterrand approuve l’opération, le 7 juillet, Charles Hernu fera de même.

 

   Les préparatifs ont commencé depuis plusieurs semaines : l’agent de la DGSE, Christian Cabon, alias Frédérique Bonlieu (lieutenant de l’armée française), infiltre un groupe de militants d’Auckland en avril / mai 1985 pour apprendre la date de l’arrivée du Rainbow Warrior en Nouvelle-Zélande. Trois équipes du Service Action sont dépêchées sur le terrain. L’opération se déroule le 10 juillet 1985. On transfère le matériel d’un van de location, utilisé par des agents, les  »faux époux Turenge  » (le commandant Alain Mafart et le capitaine Dominique Prieur, qui avaient prétexté un voyage de noce comme couverture de leur mission), vers un canot pneumatique piloté par trois nageurs de combat. Le pilote (que l’on identifiait comme l’homme au bonnet rouge et surnommait Pierre le Marin), ne serait autre que Gérard Royal, le frère de Ségolène Royal. Il quittera par la suite le service avec le grade de lieutenant-colonel.

 

    Deux mines magnétiques reliées entre elles sont collées par deux nageurs de combat à la coque du Rainbow Warrior : elles doivent exploser à cinq minutes d’intervalle. La première est de faible puissance, elle a pour but de provoquer l’évacuation du navire de ses douze membres d’équipage et du capitaine, la seconde est placée près de la salle des machines pour couler le Rainbow Warrior. A 23 h 48, une première explosion retentit : l’équipage quitte le navire qui commence doucement à prendre l’eau, mais le photographe néerlandais Fernando Pereira fait demi-tour et va rechercher dans sa cabine son équipement photographique. A 23 h 51, alors que la seconde explosion retentit, il meurt, piégé à l’intérieur du navire.

 

 

   Les faux époux Turenge sont bien vite arrêtés par la police d’Auckland à cause du van loué pour récupérer les plongeurs dont la mission était de placer les explosifs. Un certain nombre de cambriolages ont en effet eu lieu sur le port durant les jours précédents et le port est sans cesse sous la surveillance de vigiles : l’un d’entre eux voit le véhicule attendant les plongeurs discrètement dans un coin, il note son numéro d’immatriculation, ce qui aidera fortement la police à les retrouver lors de l’enquête. Le 12 juillet, les  » époux » sont interpellés à l’aéroport d’Auckland alors qu’ils y rendaient la voiture qu’ils avaient louée. ( Ils se font passer pour des touristes suisses en voyage de noce, mais sont en réalité deux agents secrets de la DGSE.)

 

   Restant à la disposition de la police, ils sont logés dans un hôtel, mais commettent l’erreur malheureuse de téléphoner à un numéro secret, numéro de secours de la DGSE. Méfiant, le surintendant Alan Galbraith, chef de la Criminal Investigation Branch, envoie des télex à Londres et à Berne. Le 14 juillet, apprenant  que les passeports des  »époux  » sont des faux il fait arrêter, le lendemain, les deux agents.

    La presse néo-zélandaise commence à mettre en cause les services spéciaux français. Les protagonistes sont définitivement identifiés comme étant les poseurs de bombe grâce à leurs empreintes digitales retrouvées sous le canot pneumatique qui avait servi à poser la bombe. À cette époque, la technique pour relever des empreintes sur un objet ayant séjourné dans l’eau (comme ce fut le cas pour le dessous du canot) était très peu répandue. Cependant, une équipe d’experts internationaux, qui se trouvait sur place à cette époque, mit à disposition son savoir-faire, tout nouveau, et releva les empreintes qui, quelques mois auparavant, seraient restées inexploitables. Le 23 juillet, ils sont inculpés pour trois chefs d’accusation : Meurtre, incendie volontaire et association de malfaiteurs. David Lange, premier ministre néo-zélandais, accuse des éléments étrangers d’avoir pris part à l’attentat. Il vise de cette manière implicitement la France. Le 26 juillet, la justice néo-zélandaise lance un mandat d’arrêt international contre l’agent de la DGSE Christine Cabon.

 

Charles Hernu (à droite)

 

   Pierre Joxe, ministre de l’Intérieur en France, décide de lancer une enquête de police et organise la fuite des informations vers la presse, fuites qui permettent à l’enquête néo-zélandaise de progresser plus rapidement et de déclencher un important scandale médiatique. Le but de Pierre Joxe était, selon les différents participants à l’opération, de se débarrasser du ministre Charles Hernu, son rival politique au sein du gouvernement.

    Alors que Charles Hernu nie toujours toute implication de la DGSE, la publication de documents compromettants décide François Mitterrand à commander, le 6 août, un rapport à Bernard Tricot, conseiller d’État. Ce rapport lui est remis le 26 août et blanchit la DGSE, suscitant même les doutes de Laurent Fabius, alors premier ministre. Ce dernier fait une déclaration à la presse dans laquelle il nie totalement l’implication du gouvernement dans le sabordage. Le 17 septembre, les journalistes du Monde Edwy Plenel et Bertrand Le Gendre révèlent l’existence d’une troisième équipe alors que la Défense insiste sur l’impossibilité pour les faux époux Turenge et les plongeurs de l’Ouvéa d’avoir commis l’attentat. Le 20 septembre, Charles Hernu démissionne et Pierre Lacoste, patron de la DGSE, est limogé. Le 22 septembre, Laurent Fabius admet en direct à la télévision que les services secrets français ont mené l’attaque du Rainbow Warrior.

 

  Le 4 novembre 1985, Alain Mafart et Dominique Prieur, ( les faux époux ), comparaissent devant la cour d’Auckland pour leurs premières auditions : ils plaident coupable d’homicide involontaire sur la personne du photographe. Ils sont condamnés à dix ans de prison le 22 novembre et transférés en juillet 1986 sur l’atoll de Hao en Polynésie, affectés au 5e régiment étranger. Le procès a été filmé malgré l’opposition des Français, puis a été diffusé sur une chaîne nationale à partir du 26 septembre 2006. Les agents français ont été déboutés par les juridictions néo-zélandaises de leur opposition à la diffusion de la vidéo du procès.  

     Le 29 septembre 2006, Antoine Royal déclare à la presse que son frère Gérard Royal se serait vanté d’avoir lui-même posé la bombe, ce que l’intéressé a refusé de confirmer. Le premier ministre néo-zélandais a exclu toute nouvelle action concernant le Rainbow Warrior compte tenu des engagements internationaux pris entre la France et la Nouvelle-Zélande.

 

Dominique Prieur et Alain Mafart (les faux époux )

 

   Extrait du rapport soumis au Comité contre le terrorisme en Nouvelle-Zélande :  » Outre les infractions spécifiques créées par les instruments internationaux contre le terrorisme, la législation néo-zélandaise n’établit pas d’infraction générique dénommée “acte terroriste”. Toutefois, plusieurs actes terroristes sont considérés comme des infractions au titre de l’actuel Code pénal. C’est ainsi qu’en application de la loi sur la criminalité, ont été poursuivis deux agents responsables de l’attentat à l’explosif contre le Rainbow Warrior, la seule attaque terroriste perpétrée en Nouvelle-Zélande à ce jour. Le Gouvernement néo-zélandais est d’avis que l’  “activité terroriste” devrait être considérée comme un facteur aggravant dans la détermination de la peine au titre de la loi sur la réforme des peines et de la liberté conditionnelle dont le Parlement est actuellement saisi. L’“activité terroriste” figurera également parmi les facteurs justifiant une peine d’emprisonnement d’au moins 17 ans en cas de meurtre. Le Gouvernement est également d’avis que la deuxième loi sur le terrorisme devrait reconnaître la compétence extraterritoriale pour toute infraction commise par des citoyens néo-zélandais dans la perpétration d’un acte terroriste, tel qu’il est défini dans la loi sur la répression du terrorisme.

 

  Comme il a été déjà indiqué, les seules condamnations obtenues en Nouvelle-Zélande pour des activités terroristes avaient trait à l’attentat à l’explosif perpétré contre le Rainbow Warrior par des agents français dans le port d’Auckland le 10 juillet 1985. Deux des agents, le commandant Alain Mafart et le capitaine Dominique Prieur, ont été reconnus coupables d’homicide involontaire sur la personne d’un membre d’équipage mort lorsque le bateau a sombré et ont été condamnés à 10 ans d’emprisonnement. À la suite d’un arbitrage, les agents ont été expulsés vers l’atoll de Hao en Polynésie française, en application d’un accord conclu entre la France et la Nouvelle-Zélande. Ils ont été relâchés et sont retournés en France 18 mois plus tard. Une autre procédure d’arbitrage est arrivée à la conclusion qu’ils ont été libérés en violation de l’Accord. L’affaire a été réglée lorsque des excuses ont été présentées et un dédommagement versé à la Nouvelle-Zélande. »

 

   Dans un rapport confidentiel daté du 8 avril 1986 et resté secret jusqu’en juillet 2005, l’amiral Lacoste soutient que :  »  C’est le 19 mars 1985 que M. Patrick Careil, directeur de cabinet de M. Charles Hernu, lui a explicitement demandé de mettre en œuvre les moyens de la DGSE pour interdire au mouvement Greenpeace de réaliser ses projets d’intervention contre la campagne des essais nucléaires français à Mururoa, à l’été 1985.  » On précisera  que  » l’interdiction au mouvement  » sur zone, Mururoa, en pleine mer aurait pu être plus périlleuse : sommation tir de canon au but dans l’étrave avant immobilisation par l’assaut des commandos marine. Très certainement le souhait initial d’une  » interdiction au mouvement  » du navire le Rainbow Warrior, correspond à un sabotage à quai et non à un sabordage du navire. L’amiral Lacoste explique également que, selon lui, l’action contre Greenpeace a été donnée avec l’accord du président de la République, François Mitterrand :  » Reçu en audience par le président de la République, le 15 mai à 18 heures, j’avais mis cette question au premier point de l’ordre du jour (…). J’ai demandé au Président s’il m’autorisait à mettre en œuvre le projet de neutralisation que j’avais étudié à la demande de Charles Hernu. Il m’a donné son accord en manifestant l’importance qu’il attachait aux essais nucléaires. Je ne suis pas alors entré dans un plus grand détail du projet, l’autorisation était suffisamment explicite.  » C’est pour couvrir le président que Charles Hernu démissionne. En 1985, René Imbot remplace Pierre Lacoste à la tête de la DGSE.

 

   L’affaire du Rainbow Warrior va entraîner une grosse crise dans les relations entre la France et la Nouvelle-Zélande. Elle ne sera néanmoins pas traitée par la Cour internationale de justice, la France ayant abandonné en 1974 sa déclaration de juridiction obligatoire. Les deux parties font appel au secrétaire général de l’Organisation des Nations unies, Javier Pérez de Cuéllar, lui demandant de rendre un règlement obligatoire pour les deux parties, ce qui est mis sur pied en juillet 1986.

   La décision finale accorde une double réparation à la Nouvelle-Zélande : une satisfaction sous la forme   » d’excuses officielles  » ! de la France, puis une réparation de sept millions de dollars de dommages et intérêt. Le 9 juillet, trois accords sont signés sous forme d’échanges de lettres afin de régler le problème. Les deux agents français, conformément à ces accords, sont transférés, sur l’île d’Hao avec interdiction de revenir en métropole pendant les trois prochaines années. Le 14 décembre 1987, le chef de bataillon Mafart est rapatrié pour raisons médicales, le 6 mai 1988, ce sera le capitaine Maire qui sera autorisée à se rendre au chevet de son père mourant. La Nouvelle-Zélande porte l’affaire devant un tribunal arbitral : les relations entre les deux pays seront tendues de nombreuses années durant. En 1987, la France verse huit millions de dollars d’indemnités à Greenpeace. L’échec de cette affaire entraîne la mise en place de la cellule Alpha, chargée  » d’éliminer  »des personnes, fonctionnant de manière clandestine au sein du service Action de la DGSE. En raison des tensions entre les deux nations, la France s’abstient de s’opposer à l’entrée sur le territoire européen de viande d’agneau et de mouton en provenance de Nouvelle-Zélande, ce qui va à l’encontre de son habitude à défendre les intérêts des agriculteurs. Une autre ironie dans l’affaire est plus anecdotique : les radios de l’été 1985 diffusent « Chasin’ rainbows », chanson de Conway Twitty.     Aujourd’hui, Mafart, retraité de l’armée française depuis le 30 décembre 1994, est photographe animalier. Prieur, quant à elle, a été directrice des ressources humaines de la brigade de sapeurs-pompiers de Paris sous son nom de jeune fille. Le 6 septembre 2015, le colonel Kister, qui dirigea les nageurs de combat qui ont posé les charges explosives sur le bateau, accorde une interview à Mediapart et à la Television New Zealand pour exprimer ses  »  profonds regrets et ses excuses  »( tu parles ! )…..

    Aujourd’hui, l’épave du Rainbow Warrior repose toujours au large d’Auckland.

Il y a environ 212 ans……


Le 7 juillet 1807, le tsar Alexandre Ier et l’empereur Napoléon 1er , les deux plus puissants souverains d’Europe continentale, signent un traité secret à Tilsit, une petite ville fortifiée de Prusse-orientale (on écrit aussi Tilsitt).tilsit

   Avec ce traité et celui, public, qui sera signé deux jours plus tard, c’en est fini de la quatrième coalition européenne contre la France qui a vu la défaite de la Prusse à Léna et celle de la Russie à Friedland. Les deux nouveaux alliés se promettent   » paix et amitié  ». Mieux que cela, ils s’engagent sur un partage du continent : à l’Empereur l’Occident, au tsar l’Orient et Constantinople. Mais ces engagements ne dureront guère.!

   Quelques jours plus tôt, le 25 juin, les deux souverains s’étaient rencontrés pour la première fois à proximité de là, sur un radeau au milieu du Niemen, à la frontière de l’empire russe.

   Le tsar, battu à Austerlitz , Eylau et Friedland, souhaite gagner du temps dans la guerre contre l’usurpateur français. Il feint en conséquence de se réconcilier avec lui et il ne lui déplairait pas d’en tirer profit en étendant la domination de la Russie à Constantinople, capitale d’un empire ottoman décati.

    De son côté, Napoléon croit possible d’en finir avec la résistance de l’Angleterre, maîtresse des mers depuis la bataille de Trafalgar, en associant la Russie au  » blocus continental  » destiné à ruiner son économie.

  Il s’agit d’interdire aux Européens de commercer avec les Anglais. Les Espagnols et les Portugais, très dépendants du commerce britannique, y rechignent mais Napoléon ne s’en inquiète pas et se dit qu’il saura les y contraindre le jour venu. Et pour rallier l’Europe du Nord au blocus, rien ne vaut le concours de la Russie…

  Le jeune tsar, qui a 28 ans, soit vingt ans de moins que Napoléon,  ne cache que difficilement une certaine admiration pour celui-ci bien que tout les oppose.        Alexandre est l’héritier très cultivé de la grande dynastie des Romanov et parle français sans accent alors que Napoléon est un homme aux origines communes et aux manières brutales qui conserve l’accent rude de son île natale. L’Empereur des Français nourrit pour le jeune souverain russe une condescendance qui va se muer au fil des rencontres en une affection quasi-paternelle.!!!!

Par le traité de Tilsit : Tilsitz 1807

    Alexandre Ier apporte son soutien à Napoléon dans sa guerre contre l’Angleterre ; il reconnaît l’empire français et les nouvelles frontières de l’Allemagne. Dès le 7 novembre suivant, il rompt ses relations avec l’Angleterre, ce qui provoque comme prévu un début de crise économique dans les îles britanniques.

– En contrepartie de son soutien, le tsar conserve les mains libres dans sa guerre contre la Suède et dans son projet de dépeçage de la Turquie ; il doit toutefois retirer ses troupes de Moldavie et Valachie, deux provinces enlevées aux Turcs un an plus tôt.

– Napoléon démembre la Prusse , crée avec ses dépouilles le royaume de Westphalie à l’ouest et le grand-duché de Varsovie à l’est. Il respecte le voeu du tsar de ne pas dépecer totalement la Prusse, son ancienne alliée. Mais il reste flou sur son projet de restauration du royaume de Pologne, dont ne veut à aucun prix Alexandre.

   L’affaire a tout l’air d’un partage de l’Europe. Napoléon lui-même aurait dit à Lobanov, le représentant du tsar, en pointant du doigt la Vistule sur une carte :  » Voici la limite entre les deux empires… D’un côté doit régner votre souverain, moi de l’autre  ».

  Napoléon Ier semble à l’apogée de son règne avec le traité de Tilsit, trois ans à peine après son sacre !. Mais les embrassades au milieu du Niemen ne laissent guère d’illusions aux observateurs.

Sous-entendus et illusions :

    Beaucoup d’Européens sont réticents pour ce qui est de fermer leurs ports aux navires de commerce anglais ; les habitants des ports et les commerçants commencent à maudire l’occupation française, à commencer par les Russes qui ne peuvent plus exporter vers Londres leur chanvre, leur blé et leur lin. Le tsar rumine son amertume. Il supporte mal la résurrection de la Pologne à ses portes et l’évacuation de la Moldavie et de la Valachie.

   Et Napoléon Ier, trop sûr de son fait, commet la grande erreur de son règne en détrônant les Bourbons d’Espagne avec la même désinvolture que les Bourbons de Naples   le 27 décembre 1805. Il remplace le roi d’Espagne Charles IV par son propre frère Joseph.

   Le peuple espagnol se soulève aussitôt contre l’occupant français et pour ne rien arranger, les colonies espagnoles d’Amérique, s’estimant déliées de leur fidélité au nouveau roi, ouvrent leurs ports et leur commerce aux Anglais.

L’Espagne menace d’ébranler le fragile édifice napoléonien et déjà l‘Autriche redresse la tête. Napoléon a plus que jamais besoin du soutien du tsar. Il l’invite à en débattre à Erfurt, lors d’un congrès européen tout à sa gloire.

  Erfurt :

erfurt

Ce fut  du 27 septembre au 14 octobre 1808 que se réunit un prestigieux congrès à Erfurt, en Thuringe, à l’initiative de Napoléon 1er et tout à sa gloire. Presque tous les souverains allemands y sont présents, ainsi que le tsar de Russie Alexandre 1er. Le roi de Prusse Frédéric-Guillaume III et l’empereur d’Autriche François 1er brillent par leur absence. Les fêtes s’enchaînent. Talma ? et la Comédie-Française jouent devant un  »parterre de rois »

Derrière la fête, les complots:

L’ambiance est  gâchée par les nouvelles de l’insurrection espagnole. Tout l’édifice européen laborieusement mis en place par Napoléon semble ébranlé. Le  »Blocus continental » destiné à ruiner l’Angleterre risque de ne pas avoir lieu . Et déjà l’Autriche relève la tête

Napoléon 1er veut aller en personne en Espagne combattre l’insurrection mais il a besoin d’assurer ses arrières avec le concours du tsar dont il s’est fait un allié à Tilsit. Dès le 27 septembre, une entrevue secrète est ménagée entre les deux souverains. Elle débouche sur une convention secrète datée  du 12 octobre par laquelle l’empereur demande au tsar de s’engager à ses côtés contre l’Autriche si celle-ci reprend la guerre.

Mais ses efforts sont ruinés par Talleyrand. Après la rencontre de Tilsit, celui-ci a  » troqué  » son portefeuille de ministre des Relations Extérieures contre un titre ronflant mais vain de grand chambellan. Lucide, il est conscient de l’impasse dans laquelle s’engage Napoléon et préfèrerait, dans l’intérêt de la France et de l’équilibre européen, qu’il se rapproche de l’Autriche.

  À défaut de le convaincre, il pousse Alexandre à lui résister. Arrivé à Erfurt un jour avant l’Empereur des Français,il aurait  accueilli le tsar par ces mots : «Sire, que venez-vous faire ici ? C’est à vous de sauver l’Europe, et vous n’y parviendrez qu’en tenant tête à Napoléon. Le peuple français est civilisé, son souverain ne l’est pas ; le souverain de Russie est civilisé, son peuple ne l’est pas ; c’est donc au souverain de la Russie d’être l’allié du peuple français».

Après la fête, la guerre

Napoléon  semble ne se douter de rien. Après le congrès, il part pour l’Espagne. L’Autriche, comme il pouvait s’y attendre, reprend les armes sans que la Russie s’y oppose. Napoléon repasse à la hâte le Rhin et écrase une nouvelle fois les Autrichiens à Wagram le 6 juillet 1809. 

  Il sait alors à quoi s’en tenir concernant le tsar mais tente une nouvelle fois de l’amadouer en demandant un mois plus plus tard l’une de ses soeurs en mariage ! Le tsar se dérobe et Talleyrand en profite pour arranger le mariage de l’empereur avec une archiduchesse autrichienne, Marie-Louise.

Les relations entre Paris et Saint-Pétersbourg commencent à sérieusement se dégrader, d’autant que le tsar voit monter les protestations des commerçants contre le blocus continental qui les empêche de commercer avec les Anglais et dans le même temps s’irrite de la renaissance d’une Pologne indépendante.

Pour s’assurer de la fermeture des ports du continent au commerce anglais, Napoléon annexe peu à peu  tous les États vassaux à la France. C’est le cas de la Hollande, des villes de la Hanse puis le 10 décembre 1810 du duché d’Oldenbourg dont le souverain n’est autre que le beau-frère du tsar. La guerre entre la Russie et la France apparaît inéluctable mais Napoléon, au regret de devoir la mener, va encore patienter dix-huit mois avant de s’y résoudre………….

Si quelqu’un a lu ce billet !!! Chapeau et merci ! ( Moi , ce fut pour mon plaisir , mais…..)

 » Baiser Lamourette  » ?


Encore un 7 juillet !!!!

7 juillet 1792 : Le  » baiser Lamourette  » ( Député qui portait bien son nom ! )
   Le 7 juillet 1792, les gouvernants français sont aux abois :L’ennemi est aux frontières et, à l’Assemblée Législative, à Paris, les représentants de la Nation se déchirent entre  Feuillants, Fayettistes, Brissotins, Montagnards…

assemblée législative

 
   C’est alors que le député Antoine-Adrien Lamourette, évêque constitutionnel de Lyon, monte à la tribune et en appelle à la réconciliation par un discours si émouvant que tous ses collègues tombent dans les bras les uns des autres. Ils réclament la publication de l’appel de Lamourette. Une délégation conduite par Lamourette va même au palais des Tuileries chercher le roi Louis XVI. Celui-ci se rend à l’Assemblée et, attendri, la félicite pour son esprit de fraternité.
    Mais dès le lendemain, au club des Jacobins, refuge des sans-culottes et des révolutionnaires les plus endurcis, Jacques Billaud-Varenne remet les pendules à l’heure :  » À voir certains membres se jeter dans les bras d’autres membres, il me semble voir Néron embrassant Britannicus et Charles IX tendant la main à Coligny  » .
En définitive, le  » brave  » Lamourette mourut sur l’échafaud dix-huit mois plus tard…………… 11 janvier 1794 ,guillotiné…………..

Un 7 juillet encore ……


Il y a environ 581 ans ………..

7 juillet 1438 : « Pragmatique Sanction » de Bourges

  Le 7 juillet 1438, le roi Charles VII publie à Bourges la « Pragmatique Sanction », qui régit les relations entre l’Église gallicane (c’est-à-dire française) et le pape. Plusieurs fois amendé, abrogé et rétabli, ce texte va être l’objet d’une mauvaise application jusqu’au  Concordat de Bologne de 1516. Il n’en constitue pas moins un pas important dans l’émancipation de la monarchie vis à vis du  » Saint-Siège  » .

  Au Moyen Âge, les papes papes au moyen- âge s’attribuaient le droit de régenter les monarchies chrétiennes mais le Grand  Schisme d’ Occident (1378-1417) avait beaucoup réduit leurs prétentions. Charles VII en profite pour enlever au pape  tout ce qui relève de l’administration des diocèses et des abbayes en lui laissant ce qui relève de la foi. Cette manière de voir est ce que l’on appelle le  » gallicanisme  ».……….

   La  » Pragmatique Sanction  » retire ainsi au pape le droit de nomination des évêques et abbés : les évêques sont désormais élus par les chanoines de leur cathédrale et les abbés par leurs religieux. Elle prévoit aussi de supprimer les  » annates  », autrement dit l’année de recette que tout nouveau titulaire d’un siège ecclésiastique (abbé, évêque) devait verser au Saint-Siège. Dans les faits, détournant ces dispositions, le roi et ses familiers vont s’immiscer dans les élections et imposer leur candidat, sans égard pour leurs aptitudes, en vue de s’approprier les revenus des diocèses et des monastères.

C’était il ya ….


environ 45 ans :  Le 26/06/1974 …… ( j’avais 19 ans lol !)

Sortait le film  » Emmanuelle  » …..

  La diffusion de cette production érotique française , interdite aux moins de 16 ans , fut un évènement et créa un scandale .   ( Aujourd’hui  booof  certainement pas de scandale ) 

   C’est la ruée dans les  » salles obscures  » , ….Le film de Just Jaeckin avec Sylvia Kristel ( mannequin néerlandais ) connut un immense succès ( 45 millions d’entrées dans le monde et près de près de 9 millions de spectateurs en France ! )….Il restera à l’affiche en france pendant environ 10 ans ! 

 

  Issue d’une famille bourgeoise, Sylvia Kristel est promise à un bel avenir. Avec des capacités intellectuelles supérieures à la moyenne, elle saute plusieurs classes et parle quatre langues : le néerlandais, le français, l’anglais et l’italien.!! Ses aptitudes lui assurent la promesse d’une stabilité professionnelle ; pourtant, dès l’âge de 17 ans, elle préfère s’orienter vers le mannequinat, et remporte le concours de Miss TV Europe en 1973. Elle se fait alors une place dans le milieu et est d’abord engagée pour divers spots publicitaires avant d’obtenir ses premiers rôles sur grand écran.

   Elle se retrouve propulsée au rang de vedette internationale lorsqu’elle devient l’héroïne du plus gros succès français de 1974 : Emmanuelle de Just Jaeckin, un » film de charme  » dans lequel la comédienne joue une épouse oisive qui trompe son ennui dans la luxure. La jeune actrice se fait alors remarquer par des poids lourds du cinéma, et gagne l’opportunité de s’éloigner du registre érotique pour travailler avec de grands noms.

     Elle apparaît ainsi au générique de plusieurs films d’auteur, comme Un Linceul n’a pas de poches de Jean-Pierre Mocky en 1974, puis Une Femme fidèle ? lol , de Roger Vadim. Entre temps, elle est forcée d’honorer son contrat avec la franchise qui l’a fait connaître et tourne dans Emmanuelle : L’antivierge. En 1976, elle rencontre Francis Girod qui lui confie le premier rôle féminin de René la Canne aux côtés de Gérard Depardieu. Sylvia Kristel enchaîne ensuite avec Alice ou la dernière fugue de Claude Chabrol. Malheureusement, son image de comédienne sulfureuse lui colle à la peau, et sa collaboration avec de grands réalisateurs s’arrête brusquement.

   Elle s’illustre ensuite dans des productions moins prestigieuses, et retourne vers un registre plus « coquin ». En 1981, elle retrouve celui qui l’avait dirigée dans Emmanuelle avec » L’ Amant de Lady Chatterley  » et se spécialise davantage dans des rôles « hot » avec des films plus ou moins libertins, comme Mata Hari, Casanova ou encore Dracula’s Widow et Hot Blood. Elle réalise également de nombreuses apparitions dans les innombrables suites de la saga Emmanuelle, comme « guest-star ».

   Depuis 1993, sa carrière est en perte de vitesse, conséquence néfaste en partie liée à son problème d’addiction à l’alcool et à la cocaïne. La comédienne elle-même a confessé avoir fait de mauvais choix de films par appât du gain dans les années 80, pour assouvir sa dépendance aux substances. De plus, Sylvia Kristel doit faire face à d’importants soucis de santé : fumeuse depuis son plus jeune âge, l’actrice lutte contre le cancer depuis le début des années 2000. Mais elle continue malgré tout d’exercer son métier et joue dans de nombreux films néerlandais, tout en prenant part à des petites productions européennes comme Two Sunny Days ou encore Le Ragazze dello Swing.

 

Charles Tellier ….


Ses traveaux , découvertes nous sont bien utiles aujourd’hui :

  Fils d’un marchand épicier devenu industriel de la filature à Condé-sur-Noireau en Normandie mais ruiné par la Révolution de 1848, il étudie en faculté l’ammoniaque, un engrais concentré puis la production domestique de l’air comprimé.
  Le projet sur la production domestique de l’air comprimé est présenté à la ville de Paris, mais le baron Haussmann qu’aucune idée audacieuse n’effraie lui donne ce conseil :  » La glace manque à Paris quand les hivers sont chauds, vous devriez vous occuper de la fabriquer artificiellement.  »  Il faut dire qu’à l’époque, pour conserver les denrées, on remplissait un grand puits appelé glacière de deux cents tombereaux de neige et de glace. Cette conservation héritée des Romains était aléatoire.
  En 1856, Charles Tellier s’appuie sur les travaux de laboratoire de Faraday qui obtient une température de −11 °C et de Thilorien qui par liquéfaction arrivera à abaisser la température à −79 °C.
Deux ans plus tard, il crée sa première machine frigorifique à circulation de gaz ammoniac liquéfié, pour la production du froid à usage domestique et industriel.
  Cette invention qui bouleverse le monde moderne, est constamment améliorée et, en 1865, il construit une machine à compression mécanique à gaz liquéfié et l’installe dans la fabrique du maître-chocolatier Menier.
   En 1876, le navire Frigorifique parti de Rouen rapporte de la viande à Buenos Aires en bon état de conservation après 105 jours de mer.
   On lui doit également un nouveau procédé de séchage de la morue par air chaud qui avait séduit l’armateur Le Goaster.
   Quelques années plus tard en 1879, il entreprend avec Alexandre (Louis-Ernest) Bure,  ( comte héréditaire de Labenne, second fils naturel de Napoléon III et d’Eléonore Vergeot ), dont la famille s’est installé à Paimpol, la construction d’une usine grâce à la fortune de la femme de ce dernier : le 12 mars 1879, Labanne épousait en secondes noces à Paris, Marie-Henriette Paradis, âgée de 22 ans, riche héritière d’un banquier décédé en 1871. Mais l’opposition de certains hommes politiques et d’industriels de la région finit par décourager Tellier et ses deux associés l’armateur Le Goaster et Labenne ; ce dernier, déjà malade, abandonne la partie et regagne Paris où il meurt , le 11 janvier 1882, à 36 ans.
  Charles Tellier a découvert et mis au point la méthode du refroidissement par cascades, qui rend un fluide facilement liquéfiable, comme l’anhydride sulfureux, utilisé pour déterminer la liquéfaction d’un autre liquide plus difficile à liquéfier, comme l’anhydride carbonique. Ce principe sera utilisé et rationalisé vingt ans plus tard.

   Charles Tellier meurt à son domicile  de la rue d’Auteuil à Paris en 1913 dans la plus grande pauvreté et, peu avant de disparaître, il dira à un de ses proches :  » Le convoi des pauvres m’attend, mais ce sort final des travailleurs ne m’effraie pas…  ». Il repose au cimetière de Passy .Et une plaque se trouve sur le mur de la maison où il est mort 

çà se serait passé il y a…..194 ans ?


    Née d’une famille honnête de la Charité-sur-Loire, et âgée de vingt-sept ans, Henriette Cornier, femme Berton, sans mener une conduite régulière, ne s’était jamais signalée par aucun des actes que les lois punissent. Depuis deux ans ses mœurs étaient devenues plus rangées, mais son humeur avait perdu de sa gaieté : des tentations de suicide l’avaient même saisie à plusieurs reprises. Abandonnée depuis longtemps par son mari, elle avait servi en qualité de domestique dans diverses maisons.
     Le 4 novembre 1825, en l’absence de ses maîtres, elle se rend dans la boutique d’un fruitier nommé Belon, dont la femme tenait entre ses bras une petite fille âgée de dix-neuf mois. Henriette caresse l’enfant, prie la mère, qui résiste d’abord, de le lui confier, ajoutant qu’elle s’en amusera. Couvrant toujours l’enfant de ses baisers, elle l’emporte dans sa cuisine, de là dans sa chambre, où, le posant sur son lit, elle lui tranche la tête, et dépose ensuite le cadavre sur le carreau . Quand la malheureuse mère vient redemander sa fille :  » Elle est morte  » , lui répond froidement Henriette, et après que la femme Belon s’est convaincue de son malheur :  » Sauvez-vous, dit encore Henriette, vous serviriez de témoin.  »  Puis, ramassant la tête de l’enfant, elle la jette par la fenêtre ; le père lui-même la voit tomber, et la recueille.

    Interrogée sur les motifs qui avaient pu la porter à commettre ce crime, Henriette n’en allégua jamais d’autre que sa volonté, une idée vague, sa destinée !        Elle comparut le 27 février devant la cour d’assises ; mais un supplément d’instruction sur son état mental ayant été reconnu nécessaire, la cause fut renvoyée à une autre session. On transféra l’accusée dans l’hospice de la Salpêtrière, où sont traitées les femmes aliénées ; c’est là que les docteurs Esquirol, Adelon et de Pressac ont eu la facilité d’examiner son état moral, et de compléter l’instruction sous ce rapport.
    Le 24 juin 1876, Henriette Cornier fut amenée de nouveau sur le banc des accusés. Interrogée par la Cour, H.Cornierelle ne nia pas un seul instant son crime : un oui, brièvement articulé, fut sa réponse sur tous les faits connus ; mais Henriette CornierH.Cornier image 1 s’attacha toujours à éloigner les circonstances qui auraient pu constituer la préméditation  : on put remarquer en cela beaucoup d’ordre dans ses réponses. Six médecins, interrogés par le tribunal sur l’état d’Henriette, ne purent affirmer qu’elle fût atteinte de folie ou de monomanie ; mais ils soutinrent l’existence de cette dernière maladie, et en citèrent des exemples.

    Défendue par un avocat habile, Henriette Cornier fut déclarée coupable d’homicide volontaire, commis sans préméditation, et condamnée à la peine des travaux forcés à perpétuité et à la flétrissure. Elle entendit sa condamnation, comme elle avait commis son crime, sans manifester la moindre émotion.!