Je présume que vous ne connaissez pas..


Ce Monsieur ? 

  J.Debrokart a été censuré pratiquement pour toutes ses chansons sur tous les médias …..

 

Mon cher député
Votre siège vous l’avez gagné, à une voix de majorité
Or cette voix, c’était la mienne

J’ai voté le dernier à 19 heures 59 et des poussières
C’est pas du bluff y’a des témoins qui s’en souviennent
Dans vos réunions, sur vos affiches, à la télé
Vous avez dit et répété que vous feriez tout pour nous plaire
C’est donc sans vergogne, cher ami, que je vous écris
Pour les trois ou quatre petits riens que voici

Ma sœur, voudrait bien la légion d’honneur
Mon frère ne pas faire son service militaire
Ma tante, oh pas grand-chose, le Jardin des Plantes
Ou à défaut, elle aime la nature un p’tit poste à l’agriculture

Mon fils, alors lui, n’importe quoi à la Justice
Mon père pareil, mais, aux affaires étrangères
Et moi, oh moi, j’ai pas d’ambition
Chargé de mission ça ça m’irait
Mais attention hein, sans précision
Monsieur, qui êtes député grâce à moi
Pas de nouvelles depuis des mois
Qu’est-ce qui se passe donc, je m’interroge, je m’étonne
Seriez-vous un menteur, un ingrat, un arriviste sans foi ni loi
Vous n’êtes pas là, jamais là, quand je téléphone
Alors je vous écris derechef
Pour vous rappeler que c’est moi, bref
Pour vous rafraichir un tant soit peu la mémoire
Je suis patient, mais j’ai mes limites
Ce que j’ai demandé je le mérite
Alors faites vite et sans histoire

Ma sœur, ben oui elle voudrait la légion d’honneur, c’est son droit
Mon frère ne pas faire son service militaire, quoi de plus simple?
Ma tante, une misère, le Jardin des Plantes
Ou à défaut, elle aime la nature un p’tit poste à l’agriculture
Je me répète évidemment, c’est vous qui m’y forcez
Mon fils à la Justice, mon père pareil mais aux affaires étrangères
Et moi, ah ben moi j’ai réfléchi, l’immobilier me tente assez
Je voudrais des crédits et puis du terrain, enfin trois fois rien

Bougre de salaud, ah si j’avais su ça plus tôt
J’aurais voté pour
Piazzano
Ouais, ouais, le radical de gauche
Je m’vengerai aux élections prochaines
Mais t’auras profité d’l’aubaine suffisamment
Pour plus jamais chercher d’embauche
Je m’suis renseigné, t’as placé tout ton monde, voyou
Dans le fromage t’as fait ton trou, dix trous, vingt trous, un vrai gruyère
Oh! mais ça n’en restera pas là, j’ameuterai la presse contre toi
J’dirai tout à la France entière
Sa sœur, ouais, ouais, ouais, sa sœur a la légion d’honneur, tel que
Son frère alors lui, il fait pas son service militaire, non, non, non
Sa tante dirige le jardin des plantes, son cousin Arthur
Ancien pédicure dit son mot à l’Agriculture
Son fils, c’est le comble, a son bureau à la Justice
Son père, gâteux, a le sien aux Affaires étrangères
Y a qu’une chose à faire si vous ne voulez plus voir ça
La prochaine fois qu’on vous demandera
De refaire des parlementaires
J’serai candidat, votez pour moi!

Publicités

Inauguration du nouveau look :


  Il est évident que seul je ne serais arrivé à rien , mais une amie  a pris  un long moment de son temps cet après-midi pour m’aider via le téléphone …( Il lui a fallu une grande patience car je ne comprenais pas la plupart des mots qu’elle employait ! ) .Je lui ai donc laissé mes données perso  sur W.P et ….Elle a tout fait !

  Je ne sais ce que vous en pensez , mais  moi ce nouvel aspect de  » sur l’écran noir de mes nuit blanches  » me satisfait pleinement….m^^eme si l’écran n’est plus  vraiment noir ( c’est encore mieux à mon avis ) .

Bref , je la remercie sincèrement pour sa patience et sa gentillesse . ( je ne cite pas son nom , elle le fera sur un commentaire si elle le désire ) 

 

Je présume que vous ne connaissez pas Mr J. Debronckart ( C’est un marginal …)

Une de ces nombreuses chansons :

Hommage…….


à Mme Jeanne Moreau ( J’aimais plus la chanteuse que l’actrice  )

La comédienne, chanteuse, actrice et réalisatrice Jeanne Moreau est morte le 31 juillet, à l’âge de 89 ans. Sa voix grave ravageuse, sa séduction troublante, sa personnalité insoumise et ses choix tout au long de sa carrière l’ont consacrée comme l’une des grandes stars françaises et internationales.

En 2012, elle avait reçu Le Monde dans l’appartement qu’elle occupait depuis vingt-huit ans, situé non loin de la Salle Pleyel, dans le 8e arrondissement de Paris. Lectrice passionnée, elle possédait tous les ouvrages de Walter Benjamin. Guillaume Apollinaire et James Joyce comptaient parmi ses auteurs de chevet. Les nombreux ouvrages qui s’empilaient sur ses étagères l’accompagnaient au quotidien. Ils ont joué un rôle décisif dans sa formation : « Je suis une très grande lectrice, comme tous les autodidactes. C’était interdit de lire à la maison. Mon père ne voulait pas, je lisais en cachette. J’achetais des bougies très bon marché, vous savez, qui laissent les trous de nez tout noirs », racontait-elle, amusée.

Une famille de substitution Née le 23 janvier 1928, à Paris, Jeanne Moreau a passé une partie de son enfance à Vichy, avant de revenir s’établir avec sa famille à Paris où elle achève ses études secondaires.

  Son père tient une brasserie dans le 9e arrondissement et sa mère, d’origine britannique, est danseuse. Jeanne Moreau se prend de passion pour le théâtre et suit les cours de Denis D’Inès, de la Comédie-Française. Un choix que désapprouve son père qui la jette dehors.

Elle trouve alors une famille de substitution : « J’ai été élevée au sein d’un couple passionné et déchiré, avec une mère anglaise qui ne parlait pas très bien le français. Mon père la trompait et j’ai été témoin de leurs disputes. On habitait dans un petit hôtel de passe à Montmartre. Je connaissais très bien les prostituées qui venaient là et quand mon père m’a chassée de la maison, elles se sont occupées…

Violence conjugale……


 J’ai trouvé cette vidéo  , elle m’a interpellé ( la violence est disons  » verbale, humiliante  » en publique , j’ai présumé qu’elle pouvait devenir  » physique  » au domicile) ..J’ai aussi pensé à mon père ( avant ) et à mon frère qui lui est exactement comme çà avec son épouse ) 

 La vidéo n’est pas très bonne , mais la réaction des gens ( ou non réaction ) porte à réfléchir …Bien sur , c’est filmé en caméra caché …..

A vous de voir si çà vous dit :

Ursidé contre VTT !


C’est une video effrayante dans laquelle un ours prend en chasse un VTTiste dans une forêt de slovénie.

Dusan Vinžík et son collègue étaient dans une descente à Malinô Brdo en VTT quand le plantigrade énervé à surgit, poursuivant le collègue en tête.

Difficile de savoir pourquoi l’animal a abandonné sa traque à pleine course, peut être a t il été effrayé par les cris de Dusan qui filmait la scène.

Heureusement aussi, le VTTiste pris pour cible par l’ours a stoppé sa descente avant un virage qui aurait pu le remettre directement sur la trajectoire de la bête.

Je ne suis pas  fan de VTT, mais , si je l’étais , j’avoue que je réfléchirais  à deux fois avant d’aller rider les forêts slovènes…

Utopie ???


Merci à Gavroche chez qui j’ai trouvé ( découvert ) cette vidéo .

Les paroles :

Sans haine, sans arme et sans violence.
De résistances en désobéissances.
C’est une évidence, nos vies n’ont plus aucun sens,
depuis que nos rêves sont indexés sur le prix de l’essence. (Bis)

La fronde commence sur cette place,
ces casques lourds qui nous font face.
Nous les défions, folie ou inconscience,
sans haine, sans arme, sans violence.
Nous sommes d’une espèce non protégée,
notre obsolescence est programmée.
Nous devons disparaître de leurs étales,
avant liquidation totale. (Bis)
Refrain
Sans aucune condition de ressources,
ils voudraient que l’on parte au pas de course.
Acheter des biens de grande consommation,
au premier tir de sommation.
Que nous leur portions cette marchandise,
objet de toutes leur convoitise
Leur précieux, leur cœur de cible,
Du temps de cerveau disponible.
Oh qu’ils chérissent tant ce cœur de cible,
ce temps de cerveau disponible.
Refrain
Sans haine, sans arme, sans violence (bis)
Prédicateur de la sainte finance,
toxicomane, accro à la croissance.
Nous sommes de ceux qui vous désobéissent,
la plèbe blasphématrice.
Jetez-nous l’opprobre, jetez-nous la pierre.
Vos grenades suffiraient-elles à nous faire taire ?
Croyez-vous que nos combats soient périssables,
nos engagements jetables ? (Bis).
Refrain
Sans haine, sans arme, sans violence (bis)
Sans haine, sans arme, sans violence (bis)