La Face cachée de…..


.….Claude François ?

RMC Story diffuse ce lundi 11 octobre dès 21h05 le documentaire La Face cachée de Claude François : les secrets inavouables, dans lequel il est question des nombreuses relations qu’aurait eues le chanteur star avec des fans mineures.

Dans les années 70,Claude François  était l’un des chef de file de la vague  » yéyé  »avec Johnny Hallyday, Sylvie Vartan, Sheila et bien d’autres. Tous ces artistes suscitaient l’admiration de millions de jeunes qui s’arrachaient leurs disques. Mais le plus adulé de tous était sans aucun doute  » Cloclo  » qui provoquait l’hystérie à chacun de ses concerts. Une relation fusionnelle selon une ex-Clodette : les fans l’aimaient et il le leur rendait bien, surtout quand elles étaient jolies et… très jeunes. C’est ce qui ressort du documentaire diffusé ce lundi 11 octobre dès 21h05 sur RMC Story, la Face cachée de Claude François. En 2018, déjà, un documentaire diffusé sur Paris Première  révélait l’existence d’une femme, Julie ,fille cachée et fruit des amours du chanteur et d’une jeune fille prénommée Fabienne, qui n’avait pas alors 14 ans.

Georges Moréas, commissaire de police, était chargé d’auditionner Claude François :

L’enquête se poursuit donc sur RMC Story avec divers témoignages, dont celui de Julie mais aussi celui de Georges Moréas, commissaire de police qui a été chargé d’auditionner Claude François en 1977. En effet, les parents de Fabienne s’aperçoivent que celle-ci est enceinte au sixième mois de sa grossesse. La jeune fille avoue qu’elle a eu une relation sexuelle avec Claude François alors qu’il était en tournée en Belgique, où la famille réside. Avoir une relation sexuelle avec une mineure de cet âge est alors considéré comme un crime et la police belge ouvre alors une enquête.

Georges Moréas, alors commissaire à la brigade judiciaire de Versailles, est également contacté par Interpol. « Je reçois dans mon courrier une note d’une page et demi qui relate les faits avec deux petites photos d’identité d’une gamine, pour ne pas dire une enfant », se souvient-il à notre micro. « Je ne suis pas chargé de faire une enquête, simplement de faire une audition de Claude François pour qu’il s’explique sur ces faits. Mais à ce moment là, je ne sais pas s’il s’agit d’une affaire sérieuse ou simplement de racontars. Je suis dans l’incertitude ».

Claude François recevait des jeunes filles dans sa loge pour se décontracter ?

Le commissaire se rend alors chez Claude François, au moulin de Dannemoy  dans l’Essonne où il vit avec son épouse Isabelle et leurs enfants. Le chanteur se montre rapidement gêné par les questions du policier mais il parle assez librement. « En voyant la photo, il avoue qu’il y a beaucoup de gamines qui viennent le voir régulièrement et que celle-ci en fait sans doute partie. Il est sur la réserve. Bien sûr, il ne me dit pas qu’il a eu une relation avec cette jeune fille mais il m’avoue qu’il est courant qu’après ses concerts, il reçoive des jeunes filles dans sa loge pour se décontracter. Sans me dire ce qu’il faisait avec elles, il m’apparait néanmoins qu’il n’est pas impossible qu’il ait eu une relation avec la jeune fille de la photo. Mais il n’y a pas eu d’enquête approfondie ».

Claude François : 3 000 filles seraient passées dans son lit ?

Georges Moréas a rendu son rapport, mais n’a pas eu connaissance d’un suivi même en Belgique où une enquête de police avait été ouverte. Dans les années 70, les artistes sont nombreux à séduire de jeunes fans, et si cela est de notoriété publique, cela ne semble choquer personne. Mai 68 et la révolution sexuelle sont passés par là…

Le documentaire donne d’ailleurs la parole à d’autres admiratrices de Claude François qui lui-même s’était vanté auprès de la presse britannique d’avoir mis 3 000 filles dans son lit ! Son appétit sexuel est aussi connu que ses  » Clodettes  » , au point que Claude François lancera un magazine érotique dans lequel il photographie lui-même des modèles dénudés et très jeunes. L’une de ses fans, qui ne cache pas sa relation avec son idole, raconte comment de nombreuses filles dormaient tous les soirs sur le palier de la porte de son appartement parisien, sa garçonnière pendant que son épouse était dans leur maison de banlieue, sachant qu’il en choisissait une pour passer la nuit avec lui. Certaines d’entre elles se seraient faites avorter, le chanteur ayant clairement évoqué de ne pas souhaiter avoir d’autres enfants que ses deux légitimes, Marc et Claude François Jr.

Claude François à la police : « Je ne pouvais pas leur demander leur pièce d’identité ! »

« Nous étions assis sous sa véranda et il m’a effectivement raconté que les jeunes filles l’attendaient devant chez lui et que, de temps en temps, il ouvrait la porte et en faisait entrer une », confirme Georges Moréas. « Et sa seule excuse a été de me dire : ‘Je ne peux pas leur demander à chaque fois leur carte d’identité’. J’ai alors pensé en le quittant : ‘Quel salaud !' ».

Lorsqu’à 14 ans, Fabienne a accouché de Julie, sa fille lui a été enlevée aussitôt pour être confiée à l’assistance publique où le bébé a été adopté deux mois plus tard. Fabienne rencontrera néanmoins sa fille à 17 ans. Quelques semaines après la naissance de la fille naturelle de Cloclo, alors âgé de 39 ans, celui-ci a été victime d’une fusillade : des individus l’ont suivi puis dépassé en voiture alors que le chanteur rentrait à Dannemoy. Devant chez lui, ils ont fait feu en direction de sa voiture sans le blesser. « A l’époque, aucun rapprochement n’a été fait entre cette agression et la naissance de cette gamine, mais peut-être y avait-il un lien ? », s’interroge aujourd’hui Georges Moréas.

Claude François : un autre enfant illégitime aux EtatsUnis ?

Depuis qu’elle a fait la lumière sur sa véritable identité, Julie, qui avouait avoir souffert de ne pas être reconnue , a déposé ses tests ADN dans un laboratoire, dans le but qu’ils puissent être comparés à ceux d’autres personnes qui pourraient eux aussi être les enfants de Claude François. Un jeune homme, Sten, chanteur aux Etats-Unis et au physique qui n’est pas sans rappeler celui de l’artiste, prétend d’ailleurs être son demi-frère. Mais il n’a toujours pas voulu se plier au test ADN…

C’était il y a environ ….


…….40 ans :

La France abolit la peine de mort :

Le 18 septembre 1981, à Paris, l’Assemblée nationale vote la loi d’abolition de la peine de mort présentée par le garde des Sceaux, Robert Badinter

Badinter

, 53 ans. 369 députés votent en sa faveur et 113 s’y opposent. C’est la principale mesure qui reste des deux septennats du président François Mitterrand et celle qu ‘on a coutume de citer quand on évoque son bilan.

Cette initiative met la France au diapason des autres pays d’Europe occidentale. Elle est l‘aboutissement d’un débat qui a agité les cercles intellectuels et politiques d’Occident pendant trois siècles. Il n’empêche qu’en ce début du XXIe siècle, la peine de mort demeure en application dans les États qui rassemblent près des deux tiers de l’humanité...

Jusqu’au XVIIIe siècle, dans tous les pays du monde, les délinquants et criminels étaient sanctionnés soit par une amende, soit par une peine infamante (bannissement, fers, carcan ou pilori), soit par une mutilation, soit enfin par la peine de mort, avec des variantes innombrables : décapitation, strangulation ou empoisonnement à la ciguë (Athènes), décapitation ou lapidation (Hébreux), décapitation, précipitation, pendaison, crucifiement (Rome). L’incarcération était réservée aux prévenus en attente de jugement.

La France de l’Ancien Régime est au diapason de ces antiques exemples : décapitation (noblesse), pendaison, roue ou encore écartèlement (régicide). Mais la Révolution arrive et au nom de l’article 1 de la  » Déclaration des droits des droits des Hommes et du Citoyen  »(  » tous les citoyens sont égaux…  » ), elle généralise l’emploi de la machine du  » bon » docteur Guillotin

 :  » Tout condamné à mort aura la tête tranchée  » .

On peut dire que l’Angleterre l’a devancée dans la voie de l’égalité en généralisant la pendaison et en l’étendant à une multitude de délits, y compris de simples larcins ! Les exécutions sont publiques car on y voit une manière de dissuader les criminels potentiels. Elles ressemblent par leur succès populaire aux jeux du cirque antiques.

Mais dès la fin du XVIIIe siècle, la peine de mort fait l’objet d’une contestation courageuse. Elle vient d’un jeune marquis italien, admirateur de Montesquieu : Cesare Beccaria

Résultat d’images pour cesare beccaria
Beccaria
C. Beccaria

.

Dans un opuscule  » publié sous le manteau  » en 1764,  »Des délits et des peines  » , il écrit :  » L’État n’a pas le droit d’enlever la vie. La peine de mort est une survivance de rigueurs antiques et un anachronisme dans une société policée. Elle n’est pas seulement inutile parce que sa valeur d’exemple est nulle, elle est aussi nuisible  ». Sa protestation est relayée par Voltaire et même par Robespierre qui changera assez vite d’avis sous la pression des événements).

La Révolution française accomplit un pas décisif vers la modulation des peines en introduisant la  prison. Inspiré de Beccaria, le code pénal adopté par l’assemblée législative  le 6 octobre 1791 prévoit donc des peines la prison avec une durée variable selon le délit ou le crime. Il va dès lors devenir possible de réserver la peine capitale aux crimes les plus graves.

En France, après la chute de l’Empire, des conservateurs éclairés par la foi chrétienne relancent le combat en faveur de l’abolition de la peine de mort. C’est le cas du journaliste et homme politique protestant François Guizot

Résultat d’images pour François Guizot
Guizot ?
F.Guizot

, qui échoue de peu à faire voter une loi dans ce sens.

La peine de mort fait de la résistance :

En France, après la vaine tentative de Guizot, le républicain Jules Simon tente une nouvelle fois en 1870 de faire passer l’abolition. Au tournant du siècle, les présidents de la République Emile Loubet  (1898-1906) et Armand Fallières  (1906-1913) utilisent systématiquement leur droit de grâce, en résistant avec courage à la pression de l’opinion publique.

En 1939, le gouvernement interdit les exécutions publiques. Celles-ci auront désormais lieu dans la cour des prisons. Mais, pendant l’Occupation, on ne rechignera plus à exécuter des femmes, ce qui n’était plus arrivé depuis 1906… Et à la Libération, la peine de mort n’est plus limitée à des crimes de sang mais étendue à des vols à main armée.

La guillotine revient en force pendant la guerre d’Algérie . Cela dit, en 1970, année sans exécution, le sombre rituel paraît voué à tomber en désuétude. Mais l’exécution de Buffet et de son complice Bontemps, le 28 avril 1972, anéantit les espoirs des abolitionnistes.

Le 10 mars 1976, une nouvelle condamnation envoie à l’échafaud Christian Ranucci, un jeune homme de 20 ans accusé du meurtre d’un enfant. Christian Ranucci se voit refuser sa grâce par le président V. Giscard d’Estaing , dont l’esprit d’ouverture se heurte à la pression croissante de la fraction conservatrice de son camp. Du coup, son rival socialiste François Mitterrand va faire de ce thème de l’abolition le marqueur de sa campagne de 1981 et même de son double septennat.

Image : = La peine de mort dans le monde en 2018

La peine de mort dans le monde en 2018 (Herodote.net)
Les régions où la peine de mort de mort n’es plus appliquées sont en blanc ….

Pfffff : ! NUL ce billet , même pas réussi à mettre les images de certains personnages !!

Gironde : un enfant de 7 ans privé de cantine …..


……pour cause d’impayés et raccompagné chez lui par la police municipale !!!

Sa mère n’avait pas payé les derniers mois de cantine et devait 900 euros à l’école. 

Un petit garçon de 7 ans a été raccompagné par la police municipale au domicile de ses parents !!!!!!!!alors qu’il se trouvait à la cantine de son école lors de la pause-déjeuner. « Une scène d’humiliation », raconte la mère de l’enfant. Même si cette dernière n’a pas réglé les frais de cantine depuis de nombreux mois, elle estime qu’il n’est pas acceptable que son fils subisse ce genre de traitement devant tous les élèves de l’école. « Mettez les sirènes, va en prison »!!!!!!, criaient les enfants selon la mère. 

Une scène traumatisante pour les parents d’élèves 

Elle assure qu’elle comptait payer les frais dans les prochains jours au Trésor public, qui s’accumulaient depuis 2019. « Je n’ai pas eu d’autres choix pour récupérer l’enfant. Soit j’appelais la police, soit j’appelais les services sociaux », explique la maire du village de Saint-Médard-de-Guizières (Gironde). Les parents d’élèves interrogés devant l’école par les journalistes de France Télévisions sont « révoltés par ce geste qui aurait pu traumatiser l’enfant ». ( Moi aussi !!! ) Ce dernier aura l’autorisation de retourner à la cantine lorsque les dettes seront remboursées.

Camarade bourgeois :


Camarade bourgeois,

camarade fils à papa

la Triumph en bas d’chez toi ,

le p’tit chèque en fin de mois

regardes – toi » ah ah ah  » ( bis)

Camarade bourgeois,

camarade fils- à-papa,

t’as vraiment l’air con,

quand tu sors le dimanche

ton petit complet- veston

et ta chemise blanche,

regardes – toi  » ah ah ah  »

Camarade bourgeois,

camarade  » fils-à-papa »

tu roules en Ferrari

ou en Lamborghini,

tu roules des épaules

tu te crois super-drôle,

regardes toi ah ah ah ( bis )

Camarade bourgeois,

camarade fils -à-papa ,

je sais ,ton père est patron ,

faut pas en faire un complexe ,

le jour d’la révolution ,

on lui coupera qu’la tête .

regarde – toi ah ah ah (bis)

Camarade bourgeois ,

camarade fils-à-papa ,

tu passes ton temps au drugstore

sur les champs -Elysées

tu te crois très fort,

t’es jamais qu’un minet .

regardes – toi ah ah ah

Camarade bourgeois,

camarade fils-à-papa ,

rejoins les rangs de la pègre

tu prendras vraiment ton pied,

ne sois plus une petite  » pède  »,

nous sommes tous des défoncés,

regardes moi ah ah ah

La vidéo : ( première à la télé ! ) : Il avait environ 20 ans => l’émission date de 1972.


 » les gens de peu  »


 » Les gens de peu  »    Paroles:

 
 Je chante les petites gens
 
 Au quotidien pas très grisant
 
 Ceux dont on ne parle jamais
  
 Ou que l'on préfère oublier
 
 Lorsqu'ils passent sur le trottoir
 
 
 On les regarde sans les voir
 Ils sont discrets et silencieux
 Ceux qu'on appelle « les gens de peu »


 Et dans leur petit univers
 La vie semble bien ordinaire
 Ils ont ces  mots du quotidien
 Faire le repas sortir le chien
 Ils n'intéressent pas les médias
 Un peu comme s'ils n'existaient pas
 On ne les prend pas au sérieux
 Ceux qu'on appelle « les gens de peu »


 Ils n'ont guère pour s'évader
 Que les séries à la télé
 Les voyages , et le cinéma
 Ils n'ont pas les moyens pour ça
 Et les courses s'il faut les faire
 Ils se contentent du  nécessaire
 Le superflu, c'est pas pour eux
 Ceux qu'on appelle « les gens de peu »


 Ouvriers,  chômeurs , retraités
 Peuplant banlieues ou vieux quartiers
 Ils subissent l'indifférence
 Le mépris des « hautes instances »
 Mais ils ne se plaignent jamais
 Et font comme si de rien n'était
 Ils gardent  leurs blessures pour eux
 Ceux qu'on appelle « les gens de peu »


  Lorsque l'on fait un pas vers eux
 On peut lire au fond de  leurs yeux
 Les mots qu'on n'ose prononcer
 Amour et solidarité
 Et dans ce monde sans lumière
 Ces gens si simples nous éclairent
 Ils sont notre  coin de ciel bleu
 Ceux qu'on appelle « les gens de peu »


 Je chante les petites gens
 Au quotidien pas très grisant
 Mais qui parlent avec le cœur
 Et sont ce qu'on a de meilleur
 Je voulais faire cette chanson
 Écrire ces mots  sans ambition
 Pour que l'on pense un peu à eux
 Ceux qu'on appelle « les gens de peu »


 Parce que nous sommes  si proche d'eux
 Ceux qu'on appelle « les gens de peu »

C’était il y a…


Pas de commentaire depuis plus de 5 jours => je les bloque ! pffffffff

marin-francis08@outlook.com

……seulement 6 ans :

Le 23 mai 2015 

L’Irlande dit  »oui » au mariage gai

Les Irlandais ont voté en grande majorité OUI à la légalisation du mariage entre conjoints de même sexe. Selon le résultat officiel du référendum sur la question, l’appui populaire dépasse les 62%.

Un total de 1 201 607 personnes se sont prononcés en faveur et 734 300 ont voté contre, selon ce que rapporte la BBC.

À l’annonce des résultats, les milliers de personnes réunies devant le château de Dublin se sont mis à applaudir, à s’enlacer et à pleurer. Selon le diffuseur public britannique, une majorité de NON aurait été enregistrée dans une seule des 43 circonscriptions du pays, la  » très largement rurale  » Roscommon-South Leitrim.

Ce résultat signifie que le mariage entre personnes du même sexe aura le même statut constitutionnel qu’un mariage hétérosexuel. Les couples gais mariés seront reconnus comme des familles au sens de la loi et bénéficieront des protections constitutionnelles associées à ce statut. L’Irlande devient ainsi le premier pays à légaliser le mariage entre conjoints de même sexe à la suite d’un vote populaire. Le ministre de la Santé de l’époque, Leo Varadkar, qui a avoué son homosexualité au début de la campagne référendaire, a souligné que cette manière de procéder à faite de l’Irlande un  »phare de liberté et d’égalité pour le reste du monde » .Celui qui est devenu le premier ministre et l’un des quatre élus ouvertement gai de l’histoire du pays a ajouté que ce jour  »était une journée pour être fier d’être Irlandais » . »Pour moi, ce n’était pas juste un référendum. C’était plutôt une révolution sociale », a-t-il conclut. Les analystes politiques d’expérience s’entendaient pour dire que les résultats du référendum étaient la preuve d’un remarquable changement  » générationnel  » depuis les années 1980, alors que les électeurs appuyaient fortement l’Église catholique et votaient en grande majorité contre l’avortement et le divorce.

Selon l’analyse Sean Donnelly, qui couvrait la politique nationale depuis les années 1970, les Irlandais vivent maintenant  »dans un nouveau pays » .La vice-première ministre, a d’ailleurs déclaré que l’Irlande devenait  »une nation arc-en-ciel d’une grande diversité », alors que par le passé, les couples gais devait  »vivre dans l’ombre et séparément  ».De son côté, le leader du groupe de discussion et de réflexion catholique  » Iona Institute  », David Quinn, s’est dit troublé par le fait qu’aucun parti politique n’ait appuyé le camp du Non.

Le chef du parti d’opposition Fianna Fail ( traditionnellement le plus près de l’Église catholique ) a répondu qu’il ne pouvait pas appuyer les opposants au mariage gai, car  »au XXIe siècle, c’est tout simplement mal d’opprimer des gens à cause de leur orientation sexuelle ».

Journée des….


…..familles !

La journée internationale des familles est fêtée le 15 mai ….. Elle a été proclamée par l’O N U dans la  » résolution  » du 20 septembre 1993 .

Cette journée est censée montrer l’importance de la famille et de sa situation? pour la communauté internationale ?

A cette date, des programmes télé ,des conférences devraient mettre en évidence les problèmes qui touchent les familles !

Et les familles sont encouragées à passer la journée ensemble , à faire des  » choses  » ensemble …….

Une Famille

N.B : Encore faut il avoir une famille …..Si oui , que les membres soient en bonne entente ( ce qui n’est pas mon cas par ex. )..

Bref : Une débilité de plus ( comme toutes ces journées de…ceci ou cela )

KLIK …

Les  » Ugly Laws  » ?


Et si le  » délit de sale gueule  » n’était pas qu’une simple expression ? En effet , entre 1867 et 1974 ( seulement !! ) , dans certaines villes américaines ( comme Chicago ) , les personnes souffrant de mutilations et de déformations étaient interdites dans les espaces publics , en vertu de lois  » crûment  » nommées  » ugly laws  » ( laideur juridique ) ….


“Venez comme vous êtes !”… ou pas !

De nos jours les discours sur la bienveillance et l’acceptation de soi semblent très présents dans le discours ambiant, mais ,il n’en a pas toujours été ainsi au cours de l’Histoire, en particulier dans celle des États-Unis …

En effet, dès 1867, fut adopté , d’abord à San Francisco, puis dans diverses villes d’États de l’Ouest, du Midwest et de l’Est américain , des lois interdisant aux personnes “laides, mutilées et handicapées” d’apparaître dans l’espace public.

Nommées sèchement “ugly laws”, ces lois avaient pour but de “préserver la qualité de vie des concitoyens”, en évitant qu’ils soient offensés visuellement par des apparitions disgracieuses.!!!

Tout un programme…

Retour sur Terre :

Même si la “laideur physique” était pointée du doigt par les “ugly laws”, il semblerait , en réalité , que la vraie raison de l’existence de ces lois était de “débarrasser les rues des mendiants et des personnes les plus démunies”.
Il s’agissait alors d’une manière peu orthodoxe de maintenir l’ordre dans l’espace public.

En cas de désobéissance à l’ordre civil, les plus récalcitrants pouvaient écoper d’une amende oscillant entre 1$ et 50$… ou même se voir infliger une peine d’emprisonnement.

Finalement, après la Première Guerre mondiale et l’afflux de “gueules cassées”, les mentalités furent forcées d’évoluer et , du même coup ,l’attitude de la société civile envers les personnes souffrant de handicaps et de difformités devint plus tolérante.

Il faudra tout de même attendre quelques décennies avant que le conseil municipal des villes concernées ne vote pour l’abolition de ces lois cruelles et honteuses.

Ainsi, ce n’est qu’en 1974 que les “ugly laws” furent officiellement abrogées, mettant , du même coup , fin au long calvaire d’ un bon nombre de citoyens américains.)