C’est quand la  » Saint Glin-Glin  » ?


Comme chacun sait ,  » reporter à la saint glin-glin  » signifie remettre à une date ultérieure , à plus tard ou même à jamais ….Comme ces derniers temps , j’ai tendance à la mettre  » en pratique  » , je me suis demandé d’où venait cette expression ….Bien entendu , il est inutile de chercher ce  » saint  » dans un calendrier lol …D’après ce que j’ai lu , l’expression aurait été utilisée pour la première fois en 1897 . Cette année là , la presse relate une décision du tribunal de police de Paris : après avoir promis à son créancier de le rembourser à la  » saint Glin-Glin  », le débiteur aurait été condamné à le payer le 1er novembre, à la Toussaint ….

 » la Saint Glin – Glin  » serait un jeu de mot jouant sur la similitude ( à l’audition ) entre  » saint et seing  » ( seing = signature ) et la déformation de l’onomatopée  » gling  »en  » glin  » . On peut donc penser que c’est le signal qui fait  » gling -gling  » , c’est à dire le son des cloches … Pourquoi les juges auraient ils choisi le jour de la Toussaint ? Parce que c’est la fête de tous les saints qui n’ont pas de jour dédié dans le calendrier …??? ( je ne savais pas ! , je pensais que , au contraire c’était la fête d’absolument tous …mais ,moi et la religion …….? ) , et que le matin de la Toussaint , les cloches sonnent  » à toute volée  » ..

Saint Glin- glin ne serait pas un saint , mais une cloche ( d’après ce que j’ai lu ) , en effet , le mot  » seing  » en ancien français ne désignait pas seulement une signature , mais aussi la cloche ( du latin  » signum  » = le signal ) et , dans certaines régions , une cloche  » glingue  » , donc elle donne le son  » glin glin  » . ? ( Dans ma région d’origine il est courant d’entendre le verbe  » déglinguer  » pour dire que quelque chose est démonté et pas réparable ) ?

Avec le temps , le seing glinglin qui sonnait à l’église est devenu Saint Glin-glin , aussi fictif que sa fête , la Saint Glin-Glin ……

Image ( trouvée sur le net ) d’un homme qui a attendu un appel de sa dulcinée jusqu’à la saint glin – glin :

Faut vraiment que je n’ai rien dans la tête pour  » pondre  » ce genre de billet ! Mais , il faut bien que je m’occupe et aussi que j’écrive ici en attendant la fermeture faute de paiement !

Tu seras un ….


TU SERAS UN HOMME…….MA…

( Bien entendu , il faut entendre , comprendre ici le mot  » homme  » comme  » humain  » ) lol

à la manière de Rudyard Kipling (« Tu seras un homme mon fils ») …

Lorsque et si …

Si on tremble encore à l’approche de l’autre,
Lorsque le doute encore est infiniment nôtre,
Lorsque les intuitions sont approximatives,
Lorsque devient l’humeur, souvent, agressive,
Lorsque la main est moite et le regard crétin,
Lorsque le tutoiement est encore incertain,
Lorsqu’on éclate en pleurs pour une peccadille,
C’est qu’on est amoureux, ma fille.

Si tu ne trembles plus, si tu n’as plus de doute,
Si ton humeur est droite ainsi qu’une autoroute,
Si galante est ta main
Et ton regard câlin,
Si tu en viens au tu sans tergiversation,
Si tu ne pleures plus avec obstination,
Si tu tires la langue à toute ta famille,
Tu seras un homme, ma fille.

Texte original par R. Kipling :

Si tu peux voir détruit l’ouvrage de ta vie
Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir,
Ou, perdre d’un seul coup le gain de cent parties
Sans un geste et sans un soupir ;

Si tu peux être amant sans être fou d’amour,
Si tu peux être fort sans cesser d’être tendre
Et, te sentant haï sans haïr à ton tour,
Pourtant lutter et te défendre ;

Si tu peux supporter d’entendre tes paroles
Travesties par des gueux pour exciter des sots,
Et d’entendre mentir sur toi leur bouche folle,
Sans mentir toi-même d’un seul mot ;

Si tu peux rester digne en étant populaire,
Si tu peux rester peuple en conseillant les rois
Et si tu peux aimer tous tes amis en frère
Sans qu’aucun d’eux soit tout pour toi ;

Si tu sais méditer, observer et connaître
Sans jamais devenir sceptique ou destructeur ;
Rêver, mais sans laisser ton rêve être ton maître,
Penser sans n’être qu’un penseur ;

Si tu peux être dur sans jamais être en rage,
Si tu peux être brave et jamais imprudent,
Si tu sais être bon, si tu sais être sage
Sans être moral ni pédant ;

Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite
Et recevoir ces deux menteurs d’un même front,
Si tu peux conserver ton courage et ta tête
Quand tous les autres les perdront,

Alors, les Rois, les Dieux, la Chance et la Victoire
Seront à tout jamais tes esclaves soumis
Et, ce qui vaut bien mieux que les Rois et la Gloire,

Tu seras un Homme, mon fils.

Rudyard Kipling

« Avaler des couleuvres  »


Je ne sais pas si cette expression est employée dans toutes les régions , mais ici et  » là d’où je viens  » elle est couramment utilisée …. Dans le sens … » croire tout ce qu’on nous dit  » ou  »Subir un affront sans pouvoir s’y opposer  ». Je me suis demandé d’où venait cette expression :

1) Une ancienne signification du mot  » couleuvre  » désignerait un sous-entendu perfide ou odieux, auquel on ne peut répondre ou se justifier, sous peine de s’enfoncer davantage, et que l’on doit encaisser sans broncher. Ou pour ainsi dire  » gober  » n’importe quoi pour ne pas se fâcher.

2) Me parait plus … »plausible  » : A l’époque où les anguilles des rivières étaient des mets de choix , certains cuisiniers trompaient leurs hôtes , clients en remplaçant ces anguilles par les couleuvres qui pullulaient dans les campagnes et, une fois découpées en tronçons et préparées en sauce … leur ressemblaient . C’est comme çà que les  » gourmets  » se faisaient abuser en avalant des couleuvres

à la place des anguilles

Résultat d’images pour images anguille

qu’ils croyaient déguster …

 »Ressembler au bon Dieu de Giblou » ?


Ressembler au bon Dieu de Giblou =

Comparaison populaire qui s’emploie en parlant d’un individu mal accoutré de plusieurs pièces d’habillement en mauvais état, qu’il porte l’une sur l’autre

Elle aurait pour fondement une tradition qui dit que les habitants de Giblou ou Gembloux, petite ville de Belgique, près de Namur, avaient coutume d’envelopper la statue de l’enfant Jésus de chiffons de toute espèce.

Exemple de  » ressembler au dieu de Giblou  »

Cette coutume n’était pas particulière aux gens de Giblou. Il y avait autrefois, en divers pays, des paroisses où l’on représentait le Dieu des pauvres couvert de haillons, afin de leur faire mieux comprendre par ce symbole frappant que sa divinité s’était unie à leur misère, pour la consoler et la protéger.

On dit aussi en proverbe : Le bon Dieu de Giblou a plus de ventre que de force. Hélas ! ce Dieu, en recommandant d’avoir soin des pauvres, en se déclarant leur protecteur, en s’assimilant à eux, n’est pas parvenu à les soustraire aux tribulations de leur sort, et c’est pour cela qu’on dit que le Dieu de Giblou a plus de vertu que de force.!

 » Aller où le roi ….


…… va seul et à pied  » ? Voilà encore une expression dont je ne connaissais pas le sens avant….d’aller chez mon médecin tout à l’heure ( docteur qui est une femme )……..

Bien sur , comme à chaque visite , elle m’a fait un bref examen , pris le tension artérielle etc….avant de me poser la question :  » Et pour aller là où le roi va seul à pied , pas de problème ?  » . Comme elle voyait que je ne comprenais pas la question , elle m’ expliqua rapidement la signification de l’expression ( avec un léger sourire ) : Tout simplement çà signifie  » aller aux toilettes  » ( évidemment , j’ai cherché et , j’ai trouvé plusieurs explications :   »Aller où le roi va seul  » ou  » Aller où le roi va à pied  » ) , finalement les deux se valent :

Pour  »aller à pied  », le sens est plutôt clair :

En effet, comme chacun sait, un des privilèges royaux consistait à avoir le droit d’entrer partout à cheval, même dans les églises.
Cependant, il semble très évident que le roi , tout monarque qu’il soit nanti de ses privilèges, n’allait pas  » à la selle en selle  » lol ni même en chaise à porteurs.

Résultat d’images pour images chaises à porteur

même percée re lol

Voilà pour la question des pieds…..
Pour ce qui est de la solitude … c’est moins évident. En effet , tout le monde sait que la vie du roi était publique , très publique ….
Roi, ce n’était pas un métier intime : le lever, le coucher, la toilette, les repas, la nuit de noces…. TOUT (enfin presque) se faisait sous  » surveillance  » . Et même le  » pipi / caca  » se faisait souvent accompagné ! On peut même souligner qu’avoir l’honneur de partager ce  » petit moment de détente  » très personnel était un grand privilège , montrait qu’on était bien vu par le roi . !

On peut donc se demander pourquoi cette référence à une soi-disant solitude ? (Là , je n’ai pas pu résister au jeu de mot ….) : Parce qu’il existait bien un endroit où seul le roi peut aller : Sur le trône !!

pfff me suis bien amusé …..






 » holorime  »…


Qu’est ce que c’est  « holorime » ?

Ce sont des poèmes ,textes dont vers les sont entièrement homophones…C’est à dire :A la lecture ,on peut comprendre plusieurs sens….(

 Alphonse Allais les « maniait » avec virtuosité »  : Exemples: » Par les bois du djinn où s’entasse de l’effroi  »’ donne :  »Parle et bois du gin, ou cent tasses de lait froid.  »

ou encore : » Alphonse Allais de l’âme erre et se f… à l’eau donne : Ah ! l’fond salé de la mer ! Hé ! Ce fou ! Hallo. »

Il sait à l’occasion se moquer de lui-même, dans le vers suivant : » Ah ! Vois au pont du Loing : de là vogue en mer Dante. Hâve oiseau pondu loin de la vogue ennuyeuse.( si on reste poli ,sinon : Pas ennuyeuse , mais emmerd….te )  »

 » avoir du toupet  »…….


Un peu vieillotte,  » avoir du toupet  », consiste , comme chacun le sait , à avoir du culot, parvenir à réaliser des choses qu’un personne  » lambda  » n’ose pas accomplir. Cette formule date du 16ème siècle et son origine vient d’ Italie !

Les seigneurs pouvaient alors avoir recours à des  » bravis » , sortes de tueurs à gages, afin de se débarrasser d’opposants. Comme ce genre de mission avait un caractère dangereux, ils devaient conserver l’anonymat le plus total.

Alors, pour commettre leurs forfaits , ils se cachaient derrière une large mèche de cheveux rabattue sur le front, appelée  » toupet  ». Ils pouvaient la positionner de deux façons: soit la laisser retomber sur le visage pour cacher leur identité soit la masquer sous un chapeau quand ils n’étaient pas en mission. Autre attribut des  » navi  » , une barbe souvent fournie.

Résultat d’images pour illustrations homme avec chapeau et barbe
Beau homme aux cheveux mouillés — Photo

 »Etre réduit au bâton blanc »


       J’ai entendu cette expression ce mardi après-midi : Je suis sorti pour acheter pain Résultat d’images pour imagées baguetteet cigarettes    ( le minimum pour ma  » survie  » ) et au moment de payer ces dernières : C.B refusée !!! C’est alors qu’une dame âgée ( sans méchanceté ) m’a dit  » Vous êtes réduit au bâton blanc  » …..Je ne savais pas ce que  » çà  » signifiait , alors , en rentrant  , j’ai cherché et : =  » Etre entièrement ruiné  » ! ( tout de même pas encore mon cas ) …..

  Sur le Net , j’ai lu ceci aussi :

  On prétend que cette expression est une allusion à l’ancien usage d’après lequel les soldats d’une garnison qui avait capitulé sortaient de la place avec un bâton à la main, c’est-à-dire avec un bois de lance dégarni de fer.

  Mais on se trompe certainement ; car l’usage dont on parle ne fut introduit que parce que le bâton dépouillé de son écorce était un symbole de dénuement et de sujétion affecté particulièrement aux suppliants et aux prisonniers. On sait qu’aux termes de la loi salique, le meurtrier, obligé de quitter le pays lorsqu’il ne pouvait payer la composition, sortait de sa maison, en chemise, déceint, déchaux et bâton en main, palo in manu.

 » Je ne plains pas les garçons, dit Luther : un garçon vit partout, pourvu qu’il sache travailler ; mais le pauvre petit peuple des filles doit chercher sa vie avec un bâton blanc à la main  »

 » déconfinement  »….


Le  »déconfinement »: un nouveau mot dans le dictionnaire

Avec  »covid »,  »télétravailler »,  »sexto »,  »cloud » et…  » avoir le cul dans le beurre  »!!!!?

Sur toutes les lèvres mais absent du lexique, le mot “déconfinement” fait enfin son entrée dans le dictionnaire à côté de mots moins réjouissants comme  »covid ».

 »Parfois, tout s’emballe, et des mots qu’on n’avait pas forcément vus venir s’imposent massivement dans l’usage courant. C’est ce qui arrive avec les mots  »covid »,  »déconfinement » (…)  »télétravailler » ou encore  »téléconsultation »… passés dans l’usage quotidien avec la même brusquerie et la même rapidité que la pandémie à laquelle il nous faut faire face », ont expliqué jeudi les rédacteurs du Petit Robert en présentant l’édition 2021 de leur dictionnaire.

 »Covid », mot masculin ou féminin, précise le Petit Robert ou  »déconfinement » ne seront insérés que dans les éditions numériques du Robert. Il faudra encore un peu patienter pour les trouver dans la version papier.

   Plusieurs définitions ont été complétées. Ainsi, au mot  »barrière » est venue s’ajouter l’expression  »geste, mesure barrière » (précaution prise dans la vie quotidienne pour limiter la propagation d’un virus, d’une maladie). A la définition de  »cluster » on trouve aussi désormais  »foyer épidémique ».

Au-delà de la maladie…

   Les mots nouveaux de la version papier de l’édition 2021 du Petit Robert (en librairie à partir du 4 juin) ne se limitent pas à la sphère sanitaire.

   Parmi les mots nouveaux on relève  »cloud”,  »collapsologie » ou  »sexto ». Si beaucoup de nouveaux mots sont d’origine anglo-saxonne on se régale avec les mots venus de la francophonie.

  On apprend ainsi qu’en Belgique, lorsqu’il fait  »douf », c’est que le temps est lourd. On qualifie de  »nareux » ceux qui se montrent difficiles quant à la propreté de la nourriture et des couverts. Un  »succès bête » est un succès considérable alors qu’un  »bête papier » est un papier ordinaire, sans importance.

    »Avoir le cul dans le beurre », c’est vivre dans l’aisance. Quant à l’expression  »pincer son français », elle signifie ‘parler le français avec une certaine préciosité ou avec l’accent parisien ».

   En Suisse, on peut être  »déçu en bien », c’est-à-dire agréablement surpris, et  »bobet  »signifie  »idiot, nigaud ».

 

 »Loin d’être restée confinée, la langue française telle que la présente ce dictionnaire manifeste sa vitalité, sa force d’expansion, son ouverture et, pour employer un mot à la mode, sa résilience cette année  » , s’est félicité le linguiste et lexicographe Alain Rey.