» Être aux trousses….


…de quelqu’un  » ? 

 

Pourquoi dit-on  » être aux trousses » de quelqu’un ?

     Comme chacun sait :  » Être aux trousses  » de quelqu’un signifie le poursuivre. On dit de celui qui est poursuivi qu’il  » a  »quelqu’un ou quelque chose à ses trousses, comme dans le titre du célèbre film d’Hitchcock   » La mort aux trousses  » .

En ancien français le mot  » trousse  » (  venu du latin  »tortus  » signifiant  » tordu  » ou  » roulé  » ) , est la réunion de plusieurs petites choses liées ensemble et que l’on garde avec soi comme une trousse de toilettes trousseou de linge. Le mot désignait aussi une petite culotte bouffante à la mode au 16ème siècle.

  Ces significations portent en elles l’idée d’une promiscuité. Dans les deux cas  » être aux trousses de quelqu’un  » consiste à serrer une personne de très près. Et  » avoir quelqu’un à ses trousses  »  désigne  bien la situation d’être suivi à très courte distance et souvent  de façon discontinue.

Un sourire……


   Un notaire Plaque de notaire, enseigne sur ruereçoit 3 candidats pour un poste d’employé, dont l’une des missions est de tamponner les actes notariaux, pouvant aller jusqu’à 10.

Le notaire demande au premier candidat de compter jusqu’à 10 :
– Oui, bien sûr : 10… 9… 8… 7… 6… 5… 4… 3… 2… 1… 0 !!
– OK, et dans l’autre sens ?
– Je ne sais pas… J’ai bossé à la NASA et j’ai toujours compté ainsi.
– OK, nous en resterons là.

Le notaire demande au second candidat de compter jusqu’à 10 :
– Oui, bien sûr : 1 – 10 – 11 – 100 – 101 – 110 – 111 – 1000 – 1001 – 1010
– Je ne comprends pas…
– J’étais développeur et j’ai toujours compté en binaire.
– OK, nous en resterons là.

Le notaire demande au troisième candidat de compter jusqu’à 10 :
– Oui, bien sûr : 1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6 – 7 – 8 – 9 – 10
– Parfait ! Où avez-vous travaillé avant ?
– Dans l’administration.
– Je n’en reviens pas ! Pouvez-vous continuer de compter après 10 ?
– Évidemment ! Valet, Dame, Roi !cates jeu

Activité W.Press…..


   Manifestement , mes billets ( ici ou sur mon autre blog ) n’intéressent personnes , n’amènent aucun commentaire …MIS à PART quelques  » abonnés  » dont particulièrement Yann , Yann qui me lit et met des commentaires très intéressants  qui complètent toujours mes billets……

  Alors , je continue tout de même , mais pour moi , mon plaisir , pour m’occuper  et apprendre …….

Le reste , je m’en MOQUE !

Superstitions…..


Puisque nous étions dans le sujet , continuons un peu  lol ….

Pourquoi ouvrir un parapluie à l’intérieur porterait malheur  ?parapluie-malheur.jpg

Il ne faudrait pas ouvrir un parapluie dans une habitation sous peine d’être frappé par la malchance.

  Cette croyance viendrait d’une réalité :

    Au début, quand les premiers parapluies à armatures métalliques furent mis au point et utilisés au 18ème siècle en Angleterre, leur   » constitution  » était rudimentaire et assez  dangereuse.

    Le risque de blessure venait surtout  des ressorts, qui  pouvaient se détacher sans prévenir. En plus les armatures, à la fois dures et tranchantes pouvaient blesser aussi bien  celui qui ouvrait le parapluie que ceux qui se trouvaient à proximité.

   Du coup ,  on s’est naturellement mis à conseiller d’ouvrir son parapluie dans un lieu sûr, dégagé, en extérieur. Et par opposition le faire dans une maison constituait un mauvais présage.

   Il y a deux  autres explications :

   La première : Cette superstition viendrait des familles pauvres habitant des habitations dont le toit et le plafond n’étaient pas étanches. Quand il pleuvait, elles se protégeaient ainsi à l’intérieur de leur maison en servant d’un parapluie placé au dessus de leur tête, notamment dans les chambres ou la cuisine. ? !     Ainsi, ouvrir un parapluie dans une maison rappellerait cette pratique  » peu enviable  » et porterait malheur.

  La deuxième  explication fait référence à l’Egypte ancienne : Ouvrir un parapluie, ou plutôt, étant donné le climat , un parasol, à l’intérieur, donc loin du soleil, était une marque d’irrespect envers la divinité du Soleil, qui en guise de punition pouvait punir tous les habitants de la maison. En effet pour les égyptiens, la voûte céleste était formée par le corps de Nout (la déesse des cieux et considérée comme la mère de tous les astres) au-dessus de la Terre. Les parasols avaient donc la forme  de la déesse. Un sacrilège !

   ( A propos de la déesse Nout les égyptiens considéraient que son rire était le tonnerre, et ses larmes la pluie. Son corps protecteur symbolisait la voûte céleste et ses membres touchant le sol pour se tenir symbolisaient les quatre points cardinaux.)      

   Elle aurait enfin un rôle important dans le culte des morts , parce  qu’elle participait à la résurrection des morts en les faisant briller dans le ciel sous la forme d’étoiles sur son propre corps.

……….


Un jeune gars offre une poupée à sa fiancée …Elle s’énerve , prend la poupée et la jette dans la rue . Son fiancé arrive et lui dit :  » Pourquoi as tu jeté la poupée ?  » 

       Elle répond :    » Parceque je n’aime pas ton cadeau  »

    Lui va dans la rue et ramasse la poupée , soudain surgit une voiture qui le renverse ; il meurt sur le coup ……

Le jour de l’enterrement , la fille en larmes prend la poupée , la serre dans ses bras …..A ce moment la poupée dit :  » veux tu te marier avec moi ?  » 

Alors, impressionnée , elle laisse tomber la poupée , et de la poche de celle – ci tombent deux alliances ………

=>  » Aimes ce que tu as avant que la vie ne t’enseigne à aimer ce que tu as perdu  » ……………………

 

Il y avait longtemps…….


   Dans l’après -midi , je suis allé au bureau de tabac  pour acheter une  » bouteille de gaz  » et un paquet de clops …( la dame m’avait dit qu’ils en vendaient  ) , mais là il n’y avait plus ni les cigarettes que je fume , ni gaz……

  Je ne sais pas pourquoi , mais au moment de sortir , un malaise ( épileptique = subitement ) et je suis tombé ( même fais mal au bras et une  » bosse au crâne   » …..) ……Evidemment , ce fut la panique pour eux , mais la dame sait que j’ai toujours des valium sur moi => Elle m’en a fait prendre un avec un verre d’eau  et quelques minutes après ( minute ? je crois ) , je repris connaissance ….

  Et là , le mari m’a proposé de m’emmener au super- marché  en auto pour acheter le gaz ! J’ai accepté ….Il s’est occupé de tout ! ( a payé , m’a ramené chez moi …..) . demain , il faudra que je le rembourse ….Là , il  ne me reste qu’un mal de tête ….Alors pas de net . pour l’instant ……

P.S : J’ai tout de même remplacé cette fichue  »  bouteille  »  de gaz cube-butane, mais avec le trac comme toujours  (çà , à cause d’un mauvais souvenir )

Pourquoi j’écris çà ???? Nul moi !

Peut – être à plus tard …….

 

Le 8 mars 1910…………………


La Journée Internationale des femmes
Le 8 mars est devenu la Journée internationale des femmes suite à une décision du congrès des femmes socialistes, à Copenhague, en 1910 (en France, la journée est dite : Journée internationale des droits des femmes).
À l’initiative d’une journaliste allemande, Clara Zetkin, les congressistes décidèrent de consacrer cette journée  » à la propagande en faveur du vote des femmes  ». Les Françaises allaient devoir attendre la Libération pour l’accomplissement de ce voeu.
   En ce début du XXIe siècle, l’égalité politique des droits semble acquise dans la plupart des pays (à l’exception des pays islamistes comme l’Arabie séoudite et les émirats arabes) et les États dirigés par une femme ne font plus exception.
N.B : c’est de la célébration de la Journée internationale des femmes qu’est sortie la Révolution russe de Février 1917…

C’était il y a …..


Environ 368 ans! :

Robinson Crusoé s’embarque pour l’aventure : 

Le 1er septembre 1651, Robinson Crusoé s’embarque pour 28 ans d’aventures…….

  C’est du moins ce que raconte Daniel Defoe Defoe dans son roman paru le 25 avril 1719. L’histoire s’inspire d’une situation assez fréquente à la grande époque de la marine à voile et de la piraterie, celle d’un marin abandonné par son capitaine sur une île déserte pour cause de désobéissance.
  Sous le titre original :  » The Life and Strange Surprizing Adventures of Robinson Crusoe  », l’ouvrage est considéré comme le premier roman d’aventures jamais écrit. Il est traduit en français dès l’année suivant sa publication et, depuis , figure parmi les grands succès de la littérature mondiale.

Roman tiré du fait divers ?
Le marin qui inspira le roman Robinson Crusoé s’appelle Alexander Selkirk selkirk. À 30 ans, il est recueilli par le capitaine Woodes Roger à bord du Duc le 2 février 1709 et, quatre ans plus tard, racontera ses aventures (Voïage autour du monde). Daniel Defoe en tirera l’histoire de son héros sans jamais avoir rencontré l’auteur.
   Né en 1676 dans la famille d’un tanneur écossais, Alexander Selkirk choisit de prendre la mer. Il s’embarque en 1704 (âgé de 28 ans ) en qualité de second sur le  » Cinq-Ports  », pour attaquer les colonies espagnoles de l’océan Pacifique. En remontant le littoral pacifique, il se plaint de l’état du navire et s’oppose à son capitaine Thomas Stradling sur l’opportunité de poursuivre la route. Enfin, quand le navire accoste sur un îlot inconnu à 600 kilomètres du Chili pour se ravitailler, il demande à être abandonné sur place (finalement, le  voilier s’échoua sur la côte péruvienne, ne laissant que huit rescapés… aussitôt emprisonnés par les autorités locales !).
   L’îlot ile Robinson sur lequel se retrouve Selkirk est un rocher escarpé à la végétation luxuriante qui culmine à 900 mètres. Il est habité par des milliers de chèvres mais aussi des chats, les uns et les autres abandonnées par de précédents naufragés, des phoques etc. Le      » nouvel Adam  » ne dispose que d’un mousquet, une livre de poudre, une hache, un couteau, une marmite et bien sûr une bible.

  Selkirk , s’habituant difficilement à la solitude , construit de ses mains une cabane et apprend à traire et tuer  des chèvres l’essentiel de sa nourriture (ainsi que ses vêtements). Il s’occupe l’esprit en lisant la Bible et récite à haute voix ses prières pour ne pas perdre l’usage de la parole…
  Un jour, un vaisseau accoste sur l’îlot mais il s’agit d’Espagnols , ennemis acharnés des Britanniques , qui prennent en chasse le malheureux ermite qui finalement leur échappe.

    Après plus de quatre ans de solitude forcée, Selkirk est enfin libéré par un équipage de compatriotes envoyé à sa recherche par son ancien employeur, le corsaire William Dampier.   Son sauveur Woodes Rogers décrit  » un homme vêtu de peaux de chèvres à l’air plus sauvage encore que leurs propriétaires originales  » . Il est cependant en excellente forme physique due à son mode de vie. Il est aussi apte à courir très vite !
  À la différence du futur Robinson, qui a pu s’octroyer la compagnie d’un serviteur noir, Vendredi, Selkirk n’a eu d’autre compagnons que des chats.
   De retour en Grande-Bretagne, il va rapidement réapprendre les usages sociaux et se mettre en ménage. Reprenant la mer comme quartier-maître, il mourra en pleine mer en 1721… deux ans après la parution de Robinson Crusoé.

De la réalité … au mythe
    Véritable phénomène de société en Angleterre et sur le Continent, le roman Robinson Crusoé va  » alimenter  » la croyance des lecteurs du XVIIIe siècle en un bonheur simple près de la nature, loin des artifices de la société. L’îlot sur lequel a vécu Alexander Selkirk, appelé Mas a Tierra, sera d’ailleurs rebaptisé Robinson Crusoé !
   Le phénomène culminera avec la publication de Paul et Virginie en France, en 1788, à la veille de la Révolution. Ce court roman aura un grand succès et nourrira le moralisme rédempteur des bourgeois de la Convention. ( Son auteur, Bernardin de Saint-Pierre, fut un fervent lecteur de Robinson Crusoé.) 
   Plus près de nous, en 1971, le romancier Michel Tournier s’est également attiré un immense succès planétaire avec son roman Vendredi ou la vie sauvage qui revisite le mythe avec le regard du serviteur noir de Robinson. Evidemment, le cinéma a aussi traité le mythe de toutes les façons possibles, mais sans qu’un chef-d’oeuvre en soit jamais sorti…

Des livres et B.D  » à foison  »

Robinson livreRobinson crusoé B.D

C’était il y 84 ans……


Le stakhanovisme : ?

Le mouvement stakhanoviste doit son nom au mineur de choc Alexeï Grigorievitch Stakhanov (1905-1977) Stakhanov 1935.

    Lors d’un concours organisé par le Komsomol, ce mineur du Donbass accomplit quatorze fois la norme dans l’extraction du charbon le 31 août 1935. Cette performance, à laquelle fut faite une énorme publicité, a été le point de départ de toute une campagne soutenue et encouragée par le parti communiste de l’U.R.S.S. pour relever, dans le cadre du IIe Plan quinquennal (1933-1937), le niveau extrêmement bas de la productivité.

Pour info : Donbass ( Le Donbass (en jaune) à l’est de l’Ukraine.)

      L’attribution du titre de stakhanoviste, titre honorifique pour récompenser les ouvriers de choc, introduit le principe de l’émulation dans la production, et le mouvement s’étend de l’industrie à l’agriculture et aux transports. Le plénum du comité central de décembre 1935 donne les directives pour transformer le mouvement des records isolés en une augmentation planifiée de la productivité. Stakhanov lui-même est admis au P.C.U.S. en 1936 ; il fait des études à l’Académie pour l’industrie à Moscou jusqu’en 1941, entre au ministère de l’Industrie houillère en 1943. Il a aussi été député au Soviet suprême !

En France ….( dans le Nord )…….

La tirelire : pourquoi souvent …..


En forme de cochon ? 

     Posséder un cochon donnait autrefois  l’assurance de manger à sa faim. Dans les campagnes, les familles propriétaires d’un porc disposaient, après l’avoir tué, de viande fraîche puis de charcuterie et de salaison pendant une grande partie de l’année. Et selon la célèbre expression  :  » tout est bon dans le cochon  ».

    Non seulement, presque la  totalité de ses morceaux est comestible et on peut transformer son sang en boudin, mais ses poils servent à fabriquer des brosses et pinceaux, et sa graisse, des bougies et du savon.

    Le cochon, qui mange à peu près n’importe quoi et n’a pas besoin de pâturage, a en outre l’avantage d’être facile à élever. Avec la temps , il a ainsi été associé à l’argent, et les premières tirelires en forme de cochon ont fait leur apparition au XVIIIe siècle.

P.S :

Pourquoi une fois  » cochon  » et parfois  » porc  » ?

On parle de porc quand on entend « viande de porc ». Il s’agit donc de la chair destinée à être consommée.

   Alors qu’on utilise le mot  » cochon  »  pour désigner l’animal, qui lui est encore bien vivant. cour de ferme avec cochons
   Une exception existe : celle de “cochon de lait”, on utilise ce terme pour désigner l’animal consommé lorsqu’il est encore jeune.