C’était il y a 379 ans …..


…..le 17 mai 1642

Naissance de Montréal :

Métropole de l’actuelle province du Québec  , Montréal est née le 17 mai 1642 sur une grande île située au confluent du fleuve Saint-Laurent et de la Rivière-des-Prairies.

Une idée de Samuel de Champlain :

En 1615, Samuel de Champlain émet l’idée d’un poste sur le fleuve Saint-Laurent dans le but de promouvoir la religion catholique parmi les Indiens de la Nouvelle-France… et de développer le commerce de la fourrure.

L’idée est reprise sous le règne de Louis XIII par le baron de Fancamp et Jérôme de la Dauversière, un habitant de La Flèche. Ils songent à une grande île sur le fleuve, à 1500 km à l’intérieur des terres, que l’explorateur Jacques Cartier

Résultat d’images pour Jacques Cartier
J. Cartier

 a repérée un siècle plus tôt, le 2 octobre 1535, et baptisée  » Mons realis  » (Mont royal en latin).

Le 9 mai 1641, deux navires quittent La Rochelle pour la Nouvelle-France (le Québec actuel).

À bord des navires, une cinquantaine de personnes sous la direction de deux catholiques fervents, le gentilhomme Paul de Chomedey de Maisonneuve et l’infirmière Jeanne Mance.

L’expédition passe l’hiver à Québec et atteint le site de Montréal l’année suivante. 

Des débuts pénibles :

Aussitôt arrivés, les colons construisent une clôture. La messe de fondation a lieu le lendemain, dimanche 18 mai 1642. Le nouvel établissement est consacré à la Vierge et prend le nom de Ville-Marie (une dizaine d’années plus tard, il ne sera plus connu que sous le nom de Montréal).

Mais les débuts sont très pénibles et la ville doit se défendre contre les Iroquois

Iroquois ?

, farouches ennemis des Français depuis leur rencontre malheureuse avec Samuel de Champlain. L’arrivée de nouveaux colons permet de fortifier la colonie.

En 1653, le gouverneur Maisonneuve ramène de France une centaine de soldats pour mieux protéger sa ville. Celle-ci connaît enfin la sérénité avec la Grande Paix de 1701 conclue avec les Indiens.

Montréal devient bientôt la plaque tournante du commerce des fourrures,  » l’or de la Nouvelle-France  ».Le temps des Anglais

Mais arrive la guerre de Sept ans ….. La ville est assiégée  par trois armées anglaises et se rend sans combattre le 18 septembre 1760. Comme l’ensemble de la Nouvelle-France, elle passe dès lors à la couronne britannique. Deux siècles après sa naissance, elle compte 45.000 habitants.

Au milieu du XIXe siècle, c’est une cité en pleine expansion, qui tire sa richesse non plus du commerce des fourrures mais de son port fluvial accessible aux navires transatlantiques.

Beaucoup d’immigrants y affluent et le maire de la ville prend acte de cette nouvelle réalité en dotant la ville d’un drapeau qui rappelle la diversité de ses habitants avec la fleur de lys française, la rose anglaise, le chardon écossais et le trèfle irlandais.

Lunokhod…….


……un rover soviétique sur la Lune ! En 1970 …….????

Les Soviétiques ont conçu puis lancé avec succès le 17 novembre 1970 un rover, le Lunokhod vers la Lune, un an après qu’Armstrong en ait foulé la surface…….. Le 21 avril 2010, une équipe américaine testa un tir laser vers le réflecteur du rover et reçut une réponse.

Le Lunokhod ? ( image du net )

Lunokhod 1, également connu sous le nom de  » Аппарат 8ЕЛ № 203  », est le premier des deux robots lunaires rovers débarqués sur la Lune par l’Union soviétique dans le cadre de son programme Lunokhod.

Le vaisseau spatial Luna 17 transporte Lunokhod 1 sur la Lune en 1970. Lunokhod 1 est le premier robot télécommandé rover à se déplacer librement sur la surface d’un objet astronomique au-delà de la Terre. C’est aussi le premier engin à roues sur un autre corps céleste. Lunokhod 0, la première et précédente tentative en ce sens, avait été lancée en février 1969, mais ne réussit pas à atteindre l’orbite.

Bien que conçu uniquement pour une durée de vie de trois jours lunaires, Lunokhod 1 opéra sur la surface lunaire pendant onze jours lunaires et parcourt une distance totale de 10,54 km.

Une vidéo :

( Lunokhod 1 est un véhicule lunaire formé d’un compartiment en forme de baignoire avec un grand couvercle convexe sur huit roues à propulsion indépendante. Sa longueur est de 2,3 mètres. Lunokhod 1 est équipé d’une antenne en forme de cône, d’une antenne hélicoïdale hautement directionnelle, de quatre caméras de télévision et de dispositifs extensibles spéciaux pour tester le sol lunaire pour la densité du sol et les propriétés mécaniques. Un spectromètre à rayons X, un télescope à rayons X, des rayons cosmiques détecteurs et un laser dispositif y sont également inclus. Le véhicule est alimenté par des batteries rechargées pendant la journée lunaire par un réseau de cellules solaires monté sur la face inférieure du couvercle. Pour pouvoir travailler sous vide, un lubrifiant spécial à base de fluorure est utilisé pour les pièces mécaniques et les moteurs électriques sont enfermés dans des conteneurs pressurisés. Pendant les nuits lunaires, le couvercle est fermé et une unité de radioisotope polonium-210 maintient les composants internes à la température de fonctionnement.)

( dommage : commentaires en russe ! )

Le rover fonctionne pendant la journée lunaire, s’arrêtant occasionnellement pour recharger ses batteries via les panneaux solaires. La nuit, le rover » hiberne  » jusqu’au prochain lever du soleil, chauffé par la source radioactive.

Les petits cratères le long de sa traversée sont nommés officieusement pendant la mission. Les noms sont officiellement approuvés par  »l’AIU  » ? en 2012. Ils sont appelés Albert, Leonid, Kolya, Valera, Borya, Gena, Vitya, Kostya, Igor, Slava, Nikolya et Vasya.

Les contrôleurs terminent la dernière session de communication avec Lunokhod 1 à 13h05 TU=  » Temps Universel  » ? le 14 septembre 1971. Les tentatives pour rétablir le contact sont finalement interrompues et les opérations de Lunokhod 1 cessent officiellement le 4 octobre 1971, ( anniversaire de Spoutnik 1 ! ). Au cours de ses 322 jours d’opérations , Lunokhod 1 parcourt 10 540 mètres et renvoie plus de 20 000 images télévisées et 206 panoramas haute résolution. En outre, il effectue 25 analyses de sol lunaire avec son spectromètre à fluorescence et utilise son  »pénétromètre  » à 500 endroits différents.

image / croquis U.R.S.S

L’emplacement final de Lunokhod 1 est incertain jusqu’en 2010, car les expériences de télémétrie laser lunaire n’ont pas réussi à détecter un signal de retour depuis 1971 ! Le 17 mars 2010, Albert Abdrakhimov trouve à la fois l’atterrisseur et le rover dans Lunar Reconnaissance Orbiter image. En avril 2010, l’équipe d’opération de télémétrie laser lunaire de l’observatoire Apache Point de l’Université de Californie à San Diego utilise les images LRO pour localiser le mobile suffisamment près pour les mesures de portée laser. Le 22 avril 2010 et les jours suivants, l’équipe réussit à mesurer la distance à plusieurs reprises. L’intersection des sphères décrites par les distances mesurées indique alors l’emplacement actuel de Lunokhod 1 à 1 mètre près. APOLLO utilise maintenant le réflecteur de Lunokhod 1 pour des expériences, car ils découvrent, à leur surprise, qu’il retourne beaucoup plus de lumière que les autres réflecteurs sur la Lune. Selon un communiqué de presse de la NASA, le chercheur APOLLO Tom Murphy déclare : » Nous avons obtenu environ 2000 photons de Lunokhod 1 lors de notre premier essai. Après près de 40 ans de silence, ce rover a encore beaucoup à dire  ».

En novembre 2010, l’emplacement du rover a été déterminé à environ un centimètre près. L’emplacement près du limbe de la Lune, combiné à la capacité de téléporter le rover même lorsqu’il est au soleil, promet d’être particulièrement utile pour déterminer les aspects du système Terre-Lune.

Dans un rapport publié en mai 2013, des scientifiques français de l’Observatoire de la Côte d’Azur dirigé par Jean-Marie Torre rapportent avoir répliqué les expériences de télémétrie laser de 2010 menées par des scientifiques américains après des recherches utilisant des images de l’orbiteur de reconnaissance lunaire de la NASA. Dans les deux cas, des impulsions laser sont renvoyées par le rétro réflecteur Lunokhod 1.

Souvenir….


Paroles :

Moi untel
Sous tous les cieux en toutes saisons
Quand s’allument les premiers néons
Je vais r’trouver mon grand patron
Le cirque
Moi untel
Perdu dans le flot des passants
Qui va vers lui je sens mon sang
Qui se réveille en le voyant
Le cirque

J’ai
Taille moyenne nez moyen
Signe distinctif néant
Et
Pour tous ces gens je ne suis rien
Et rien pour les petits enfants
Moi untel
On me regarde sans me voir
On ne rit pas de mes histoires
On s’en moque on est venu voir
Le cirque

Une table de maquillage
De l’or du rouge et puis du bleu
Il ne m’en faut pas d’avantage
Un’ ritournelle et les pleins feux
Et je deviens
Moi le clown
Dans mon costume de diamant
Sous le tonnerre étourdissant
De mille bravos je bondis dans
Le cirque
Moi le clown
Je joue du violon du saxo
Je fais des bonds je fais des sauts
A en crever le chapiteau
Du cirque


Je jongle avec dix mille étoiles
Signe distinctif géant
Et
Je vois briller toutes ces étoiles
Dans les yeux des petits enfants
Moi le clown
Je suis celui qui peut dev’nir
Le plus beau de leurs souvenirs
Un demi-dieu sur son navire
Le cirque

A minuit fini le miracle
Quand je regagne mon hôtel
Je suis redevenu untel
Untel jusqu’au prochain spectacle
Oui mais demain
Moi le clown
Dans mon costume de diamant
Sous le tonnerre étourdissant
De mille bravos j’entrerai dans
Le cirque

(ah les p’tits enfants vous êtes là)

Résultat d’images pour clown images

Pas de commentaire depuis plus de 5 jours : Je les bloque ….marin-francis08@outlook.com

Je voudrais qu’on le fasse pour moi ….


Dans les colonnes de L’Obs, le comédien et réalisateur Nicolas Bedos affirme qu’il a aidé son père Guy à mourir, car il voulait respecter la volonté de son père qui vivait des derniers instants insupportables.

C’est un témoignage émouvant et éprouvant .Nicolas Bedos  et ses proches ont aidé le comédien à mourir. C’est le sens du récit qu’il livre dans les colonnes de L’Obs, ce mercredi 12 mai.

Officiellement mort à 85 ans des suites de la maladie d’Alzheimer  Guy Bedos

G. Bedos

avait eu droit à d’émouvantes obsèques le 4 juin 2020, à l’église Saint-Germain-des-Prés. Sa fille Victoria -( fruit de son union avec Joëlle Bercot, qui jetait néanmoins un premier trouble sur les circonstances exactes du décès, puisqu’elle affirmait qu’il avait « fait une grève de la faim pour que ça s’arrête, que cette confusion mentale cesse » ). Mais, son frère aîné confesse aujourd’hui une version un peu différente. Il dit avoir avoir cherché des solutions pour aider le célèbre comédien et humoriste à s’en aller. Première tentative, un ami médecin de sa mère lui prescrit à son nom du Rivotril

Rivotril

(j’en prends tous les jours ! ) , afin de couvrir ce qui serait bel et bien une euthanasie . Ce médicament est un antiépileptique « couramment utilisé, dans ces cas-là », explique Nicolas Bedos en se remémorant les explications du médecin. « Et s’il y a une enquête », lui a demandé le comédien. Réponse du médecin :  » Il n’y en aura pas. Croyez-moi. Votre père est en fin de vie, il y a une tolérance tacite. Par contre, pensez bien à vider entièrement le flacon dans sa bouche.  »

« Acheter la mort de l’homme que j’aime le plus au monde »

« Je me revois sur mon scooter, me rendant à la pharmacie pour acheter la mort de l’homme que j’aime le plus au monde », lâche Nicolas Bedos

N. Bedos

. Mais il n’en aura pas besoin. Entre temps, le Docteur T., un ami de son père et un professionnel réputé pour aider les familles qui souhaite aider un proche à partir, a répondu à l’appel que la famille Bedos lui avait passé quelques jours plus tôt. Le praticien se rend au chevet de l’humoriste, l’examine. « La conversation que j’aurai ce jour-là avec lui est la parfaite illustration des limites de la loi actuelle, observe Nicolas Bedos. Elle laisse nos soignants dans un flou d’interprétation qui les plonge eux-mêmes dans des dilemmes éthiques. (…) Il convient parfaitement de l’issue inexorable et  » désagréable  » de la situation, mais aurait  » préféré  » , pour intervenir , que mon père soit dans un état plus somnolent,  » davantage coupé du monde  ».Ils conviennent alors d’une nouvelle visite le lendemain. Ce sera le jour des adieux.

La dernière nuit :

Nicolas Bedos se souvient des derniers moments passés avec son père : « La nuit suivante sera la dernière. Longue. Bouleversante. Le lendemain, le flacon est plein. Mon père n’en a pas eu besoin pour offrir à son médecin l’état somnolent apparemment nécessaire à une intervention ( qui eut lieu vers 17 heures ) . » Une fin qui le mène a dressé un constat cruel : « Il aura donc fallu qu’il baisse entièrement le rideau et ne pèse plus que quelques kilos pour que la société daigne choisir  » le jour et l’heure  ». » Guy Bedos et son fils avaient souvent discuté d’une fin assistée entre eux.  » Epicuriens assumés  » , ils s’étaient jurés ne pas vouloir se voir dépérir. Nicolas Bedos confie encore à L’Obs : « Il y a des pères qui partagent la passion du football ou de la guitare avec leur fils, mon père et moi avons toujours eu en commun une relation étroite avec  »l’envie de débrancher la machine  », faisant de cette idée une sorte de compagne presque réconfortante en cas de désespoir, de déroute affective ou intellectuelle ».

Faire l’école buissonnière .?


D’où vient cette expression ?

Expression qui , comme chacun sait signifie se promener au lieu d’aller à l’école ( qui ne l’a pas fait ? lol )

Cette locution serait une allusion aux escapades des écoliers de village qui, au lieu d’aller à l’école vont courir les champs et chercher les nids dans les haies et les buissons.

Image trouvée sur le net ….

J’ai trouvé plusieurs explications : 1 ) certains pédagogues , enseignants qui, jadis, pour échapper à un droit qu’il fallait payer aux chantres de l’église Notre-Dame, allaient établir leurs classes en plein air hors de la ville.

2 ) Elle serait venue de ce que les luthériens et les calvinistes dont on ne tolérait pas les écoles en avaient de clandestines qui se tenaient dans les bois. Le parlement rendit un arrêt le 6 août 1552 interdisant les écoles buissonnières.

3 ) Une autre origine historique prétend qu’on peut la trouver dans un poème de troubadours qui met en scène un théologien  » albigeois  » apostrophé par un missionnaire dominicain :  » Tu n’as garde de prêcher ta doctrine dans les églises , ni sur les places .Tu la prêches dans les bois , les broussailles et les buissons  » ( ceci durant la guerre faite aux Albigeois au 17 ème siècle )

marin-francis08@outlook.com

Après le 8 mai…..


….commémorant la victoire de 1945 : Que commémore-t-on le 10 mai de chaque année ?

Le 10 mai, plusieurs cérémonies commémorent l’abolition de l’esclavage. Une date instituée par Jacques Chirac, en 2006. Pourquoi le 10 mai ? Parce que c’est ce jour, 5 ans plus tôt, que fut adopté la  » loi Taubira  » :

La loi Taubira = Loi du 21 mai 2001 tendant à la reconnaissance de la traite et de l’esclavage en tant que crime contre l’humanité dite loi Taubira, du nom de Christiane Taubira,

Christiane Taubira

députée de l’Assemblée nationale française, ( 1ʳᵉ circonscription de Guyane, rapporteuse de la loi à l’Assemblée ), est une loi française concernant la reconnaissance, en France, comme crime contre l’humanité des traites et des esclavages pratiqués à partir du XVᵉ siècle sur les populations africaines, amérindiennes, malgaches et indiennes. La loi a été adoptée par le Parlement le 10 mai 2001 et promulguée le 21 mai 2001.? ! Seulement !

Le 10 mai marque la journée des mémoires de la traite négrière, de l’esclavage et leurs abolitions. Du XVe au XIXe siècles, plus de 11 millions d’hommes, de femmes et d’enfants ont été capturés en Afrique, transportés à travers l’Atlantique et réduits en esclavage pour travailler dans des conditions très dures dans des exploitations coloniales en Amérique.

Evolution rapide de  » l’Empire  » français.

1)Pourquoi coloniser?

Les pays qui colonisaient pour avoir plus de territoires au XIX éme siècle. Ils cherchaient à étendre leur domination sur le reste du monde.

2 ) La France et ces possessions:

Liste des pays colonisés par la France : Indochine ,Guyane ,Madagascar ,nord ouest de l’Afrique .( voir la vidéo  » évolution de l’empire français  » au début du billet )

3) Deux importantes colonies:

Le Royaume-Uni et la France étaient les deux plus grandes colonies. Le Royaume-Uni restait la première colonie avec 22,85 Km2 pour 400 millions d’habitants et la France possédait 11 millions de km2 pour 48 millions d’habitants.

4)Les types de colonisations:

On distingue de types de colonies:

1 : Colonie de peuplement = :Colonie qui s’ installent durablement et créent des petites industries.

2 : Colonie d’exploitation = : Colonie qui s’emparent des  richesses d’un territoire/pays (métaux précieux ,fourrures)et les revendent à leur profit. Ils se servent du pays pour gagner de l’argent.

Quelles sont les conséquences pour les peuples? Les pays qui colonisent imposent un régime : L »’ indigénat  » ( Régime administratif spécial qui s’applique aux indigènes. ) . Ils ne l’imposent qu’à certaines colonies .Ce régime est stricte car ils privent les personnes habitants sur ce territoire avant la   colonisation(indigènes) de vote au parlement, la justice spéciale et sévère pour eux ,ils payent des impôts particuliersetc…..

( Affiche montrant les différents pays colonisés par la France, ces pays sont représentés par des personnes dont on peut identifiés la provenance. donc le pays.)

Les populations d’origine ont du mal à s’intégrer dans la société coloniale .Les transformations de l’économie font apparaître des nouvelles classes sociales :la bourgeoisie et la classe ouvrière. ( qu’ils ne connaissaient pas avant la colonisation… )

La  » situation  » de nos jours ?

L’esclavage aujourd’hui :

Aujourd’hui dans la plupart des pays où l’esclavage est encore pratiqué, il est évidemment officiellement illégal ; mais cela ne l’empêche pas d’exister. Dans le monde, des millions de femmes, d’enfants, d’hommes, sont exploités dans des conditions qui ressemblent  » fortement  » à l’esclavage, même si ,évidemment , on n’utilise généralement pas ce terme. Ils sont en effet ou vendus comme des objets, soit forcés à travailler pour peu d’argent, voire pour rien du tout, et se trouvent à la merci de leur employeur. La traite des êtres humains constitue le 3ème trafic criminel le plus lucratif dans le monde après la drogue et les armes ! Selon des associations et ONG  aujourd’hui au moins 200 millions de personnes sont victimes d’asservissement à divers degrés et pour diverses raisons

Les nouvelles formes d’esclavage :

La servitude pour dettes toucherait  au moins 20 millions de personnes dans le monde.

Par exemple : Pour soigner un enfant malade , une mère emprunte de l’argent . Une dette à un taux d’usure remboursée en travaillant tous les jours de l’année sept jours sur sept dans des conditions abominables.

Un autre aspect de l’esclavage moderne : Le déplacement ou le commerce d’êtres humains .

Généralement des femmes à des fins commerciales !!!

Forcées à travailler comme employées de maison ou comme prostituées. Il y a aussi les mariages précoces ou forcés : Des femmes ou des jeunes filles sont mariées sans leur consentement et forcées à vivre en état de servitude. Et elles sont souvent  l’objet de violences et de sévices corporels.

Enfin l’esclavage traditionnel existe encore !!!! Des personnes sont achetées et vendues comme des objets. Elles sont souvent enlevées de leur foyer, peuvent être héritées ou données en cadeaux.!!

Esclavage moderne en France : « L’indifférence des gens est absolument terrible »

En 1848, la France abolit l’esclavage ( la traite  »négrière  » avait été abolie en 1831 ). 173 ans plus tard, l’esclavage existe toujours. Les esclaves modernes sont invisibles aux yeux de la société. Et les moyens de lutte sont encore limités.

Pour finir ce billet ( que peu de personnes liront ) : Une vidéo ( très longue ) :

 » de la servitude moderne  » :

c’était il y a ….


…..76 ans ….Le 8 mai 1845 :

( Bien sur , si je mets un billet sur la fin de la guerre , çà parait , c’est banal , mais personnellement , je crois qu’il ne faut pas oublier ne serait ce que pour que cela ne recommence pas ! )

___________________________________

Fin de la guerre en Europe

La Seconde Guerre mondiale se termine officiellement en Europe le 8 mai 1945, à 23h01 (heure allemande), le lendemain de la capitulation sans condition de l’Allemagne nazie, signée le 7 mai à Reims .( j’ignorais que çà s’est passé à Reims !! )

Ce conflit laisse un bilan sans équivalent dans l’Histoire avec plus de cinquante millions de morts militaires et majoritairement civils (400.000 Américains, autant de Britanniques, 600.000 Français, huit millions d’Allemands, dix à vingt millions de Soviétiques etc.).

Défaite totale de l’Allemagne nazie

J’ai lu que c’est la bataille d’El- Alamein , en octobre 42 qui a marqué le début de la défaite allemande …

À partir de cette date, les armées allemandes subissent défaite sur défaite et reculent sur tous les fronts. En février 1945,Dresde  est écrasée sous les bombes. Les troupes soviétiques et anglo-américaines se rejoignent le 25 avril 1945 au milieu de l’Allemagne, sur l’Elbe.

Le 30 avril, le suicide de Hitler , met fin aux espoirs allemands .

C’est donc son successeur, l’amiral Dönitz

Résultat d’images pour karl dönitz
Dönitz

, qui doit demander la cessation des combats aux puissances alliées. Dönitz envoie le général Alfred Jodl, chef d’état-major de la Wehrmacht, à Reims, au quartier général des forces alliées du général Dwight Eisenhower

Eisenhower

.

Signature de la capitulation à Reims (7 mai)

Capitulation du IIIe Reich à Reims : on  voit de dos le général Alfred Jodl Dans la nuit du 6 au 7 mai, à 2h41 du matin, le général A. Jodl signe la capitulation  sans condition de l’Allemagne. Quelques mois plus tard, il sera condamné à mort par le Tribunal de Nuremberg pour avoir contresigné des ordres d’exécution d’otages ou de prisonniers.

Le chef d’état-major du général Eisenhower,( commandant suprême des Alliés) , et le général soviétique Ivan Sousloparov signent l’acte de capitulation au nom des vainqueurs. Le général français François Sevez

Résultat d’images pour François Sevez
F. Savez

, chef d’état-major du général de Gaulle, est invité à le contresigner à la fin de la cérémonie en qualité de simple témoin ! ? .

La cessation des combats est fixée au lendemain 8 mai, à 23h 01.

Mais , pour Staline

, il ne suffit pas que la capitulation ait été signée à Reims, dans la zone occupée par les Anglo-Saxons. Il faut aussi qu’elle soit ratifiée à Berlin, au cœur du IIIe Reich, et dans la zone d’occupation soviétique.

Bien que la France se soit officiellement retirée de la guerre avec l’armistice du 22 / 06/1940 , le gouvernement du général de Gaulle obtient de Staline de se faire représenter par le chef de la 1ère armée française, le général Jean de Lattre de Tassigny

.

Cette  » formalité  » se tient au quartier général des forces soviétiques, sous la présidence du maréchal Gueorgui Joukov. Après que le maréchal Wilhelm Keitel, chef d’état-major de la Wehrmacht, a signé les protocoles de la capitulation, la délégation allemande est poussée vers la sortie et les vainqueurs donnent libre cours à leur joie dans un banquet qui se prolonge jusqu’au matin.

NB : la ratification de la capitulation à Berlin ayant été enregistrée en URSS le lendemain, à 01h01 (heure de Moscou), c’est le 9 mai que, Soviétiques et Russes commémorent leur victoire dans ce qu’ils nomment la  » Grande Guerre patriotique  ».

Les chefs d’État et de gouvernement alliés, dont le général de Gaulle, peuvent annoncer simultanément sur les radios la cessation officielle des hostilités en Europe.

Cependant , la guerre continue : Malgré la capitulation de l’Allemagne nazie, son allié le Japon poursuit un combat désespéré contre les Américains dans l’océan Pacifique.( Comme tout le monde le sait ) , Il faudra les deux explosions atomiques de Hiroshima et Nagasaki, les 6 et 9 août 1945, pour le contraindre à capituler, près de quatre mois après l’Allemagne……

P.S : Environ 5 ans après , le 9 mai 1950 , naissait l’Union Européenne que nous connaissons aujourd’hui … ! L’Allemagne y adhère bien entendu ….

Résultat d’images pour images drapeau de l'europe

Mais çà , c’est une autre histoire ……..

KLIK ….A un de ces jours / nuits peut- être…….

A ma mère ….


……qui vient de mourir :

Tachan  » dit  » qu’elle ne l’a pas aimé : Moi SI !! Nounous sommes aimés !!!!!

Les paroles :

Ma mère,
Pourquoi ne m´as-tu jamais donné
Le câlin chaud, le gros baiser
Qui vient du fin fond des entrailles?
Pourquoi, d´un air paisible et doux,
N´as-tu pas demandé au loup,
Au croquemitaine, qu´ils s´en aillent?
Tu sais, je me r´trouve aujourd´hui,
A trent´ -sept ans, toutes les nuits,
Encore privé de tes caresses,
J´ai pas d´mandé à voir le jour
C´est les parents qui font l´amour
Et les mères qui font les grossesses…

Ma mère,
Tu ne m´as sûr´ment pas voulu
Mais j´étais là, fragile et nu,
Les bras tendus comme des branches,
Un enfant a besoin de tout,
De feuilles mortes et de toutous,
Et de tendresse et de dimanches…
Ah! ces dimanches, auprès de toi,
A mon retour de l´internat,
Dieu! Que la semaine était lente
J´aurais voulu que tu me serres
Tout contre toi, tu sais, ma mère,
Et qu´on rie tous deux, et qu´on chante!

Ma mère,
Comm´ d´autr´s, tu avais tes problèmes,
Ça doit pas empêcher qu´on s´aime,
Qu´on ait de l´amour à revendre,
De l´amour, j´en avais des tonnes
Bloquées au niveau du sternum,

Et puis des envies de me pendre
Tu sais, je me r´trouve aujourd´hui
Devant les gens, devant la vie,
Recroquevillé dans ma peur
,
Er quand on s´rencontre un instant, (Moi = Dans mes rêves maintenant )
On parl´ de la pluie et du temps
Avec, entre nous, la pudeur!

Ma mère, Si j´ai fait cett´ petit´ chanson
C´est que ça ne tournait pas rond
Dans ma poitrine, c´est que je t´aime,
Le prochain jour que l´on se voit
Approche-toi plus près de moi :
Tu sais, je ne mords pas quand même…
Il nous reste si peu de temps
Pour rattraper les heures d´antan,
Avant que la mort ne nous prenne,
Pourquoi ne pas boire tous les deux
Là où boivent les gens heureux,
Ensemble à la même fontaine?

Pourquoi ne pas boire tous les deux
Là où boivent les gens heureux,
Ensemble à la même fontaine?

C’était il y a environ…


…..96 ans.

La conquête de l’air……

Qui , comme chacun le sait , commence par  »le plus léger que l’air  » est , dès le début française.

En effet ,les premiers furent les frères Montgolfier, fils d’un fabricant de papier du Vivarais. Ce qu’ils imaginèrent : le ballon à air chaud, auquel ils ont donné leur nom. Aussitôt, ils rêvèrent de rendre la montgolfière

image du net

dirigeable, mais ne réussirent pas.

Seulement un an après l’invention , la montgolfière le physicien Charles remplace l’air chaud par de l’hydrogène. Du coup , on le considéra comme le vrai créateur de  »l’art aérostatique  ». Cependant il ne fut pas le premier à s’élever dans l’air. Cet honneur revint à Pilâtre de Rozier

De- Rozier ?

, qui partira  » en captif ‘ tout d’abord : puis, bientôt, renouvellera son essai en ballon libre, en compagnie cette fois du marquis d’Arlandes

ascension qui dura vingt-trois minutes et permit d’atteindre l’altitude d’environ mille mètres. Après bien des péripéties, les premiers aéronautes prirent terre à huit kilomètres de leur point de départ. Toute la Cour avait assisté à l’ascension, en tête le roi lui-même et le dauphin. Louis XVI aurait même voulu que l’on en fît courir le risque à deux forçats, mais Pilâtre et d’Arlandes refusèrent.

Une semaine après Charles s’élevait en ballon à hydrogène, tandis que Pilâtre était en montgolfière. Charles atteint l’altitude de trois mille mètres. Puis c’est Blanchard qui traverse la Manche. L’idée des Montgolfier de rendre le ballon dirigeable, ne s’était pas perdue …

De nombreux français s’y attachent . Enfin, les capitaines Renard et Krebs bouclent, le 9 octobre 1884 le premier circuit fermé. La réussite de Renard et Krebs, qui se trouvaient à bord d’un dirigeable construit sur leurs plans et appelé  »La France  », renforce l’idée que c’est au plus léger que l’air qu’est réservé le rôle de vaincre l’élément ( qu’on nomme alors  » le plus perfide  »: L’air ! )

Clément Ader
Clément Ader

Mais un homme avait compris que c’était là erreur et qu’au plus lourd seul il appartiendrait de marquer l’étape définitive. Cet homme, Alsacien d’origine qui, après la guerre, était venu s’installer dans le Midi de la France puis à Paris, s’appelait Clément Ader. Dès sa première jeunesse , parait il ,il avait rêvé de l’homme devenu l’égal de l’oiseau. Comme il lui fallait une fortune pour la sacrifier à la réalisation de ce rêve, il la gagna grâce à une série d’admirables inventions d’appareils électriques. Riche, il se consacra au grand problème : Vaincre les lois de la pesanteur.

D’abord, il s’attache à comprendre ,étudier le mécanisme du vol des oiseaux ; Ader fait preuve d’une obstination incroyable à vouloir forcer la nature, » à vouloir la contraindre à lui révéler son secret peut-être le plus jalousement gardé  » . Un jour il est à Strasbourg et regarde voler les cigognes, le mois d’après il est en Algérie et considère des vautours. Puis il revient chez lui, dans son hôtel de Passy. Il y avait fait construire une volière ; et durant des heures, il y observait les oiseaux. Il en avait de toutes sortes, dont des tourterelles apprivoisées. Souvent il en saisissait une, l’endormait à l’aide d’un tampon de chloroforme et, penché sur l’oiseau , le contemplait, l’auscultait fiévreusement.

D’autres fois, il allait à travers la campagne et c’étaient les feuilles de certains arbres emportées par la brise, le vent ou l’ouragan, qui retenaient son attention. Ainsi, après des années de recherches, l’observation lui permit d’établir les lois du vol. Entre temps, dans les ateliers qu’il avait fait aménager à cette intention, il se livrait à des essais sur chacun des organes de son futur appareil. Il baptisa celui-ci l’Eole, et ce fut à Armainvilliers, aux environs de Paris, que le 9 octobre 1890 il l’expérimenta pour la première fois. L’Eole quitta, la terre et plana sur un espace d’environ cinquante mètres. Tel fut le premier vol humain.!!!!

Mais si cette expérience aurait du assurer à celui qui en était le héros une destinée immortelle, elle ne lui valut que déboires, jalousies, haines : on le méconnut, on le vilipenda. On fit même plus : On nia les faits. A l’Eole n°1 avait succédé l’Eole n°2, puis l’Avion, nom que Clément Ader imagina pour le donner à son troisième appareil. Nom que l’usage a adopté. Ainsi il y a, en dépit de tout, une sorte de justice immanente : c’est le premier homme qui a volé qui a baptisé la machine sur laquelle on vole.

L'Avion : troisième aéroplane de Clément Ader, qu'il fit voler en 1890
L’Avion : troisième aéroplane de Clément Ader, qu’il fit voler en 1890

L’Avion vola durant trois cents mètres. Clément Ader était arrivé au bout de ses ressources ( financières) . Il aurait fallu lui venir en aide. Freycinet, le ministre de la Guerre, s’y refusa. Alors, ruiné, désespéré, Ader brûla dans le calorifère de ses ateliers ses modèles, ses papiers, comme pour imposer définitivement silence aux sollicitations des officiers étrangers. ces derniers venaient lui offrir des fortunes pour qu’il leur communique ses plans ; mais lui voulait que son appareil soit français ou qu’il ne fut plus. Dans cette effroyable débâcle, seul son aéroplane n°3, l’Avion, fut sauvé.

Clément Ader lui-même a écrit à ce sujet :  »  Pour ne pas laisser perdre un objet fruit d’un travail inouï, le Conservatoire national des Arts et Métiers voulut bien le recueillir.  » Dans les derniers jours que l’Avion était demeuré chez Ader, des savants de toutes les parties du monde étaient venus le visiter ; l’un d’eux, le célèbre professeur Langley

( qui avait effectué à dessein le voyage des Etats-Unis en France ) fit à son à sujet, lors de son retour dans son pays, d’intéressantes communications. Elles furent la source de l’inspiration des frères Wright.

Vidéo :