Ce blog est NOIR

pas obligé de les lire

Ce dimanche  » en vrac « 


  Le soleil a brillé toute la journée , mais  en moi , le noir est présent . Ou plutôt il y a du noir et du moins noir ….

  Comme je n’avais pas de nouvelle ( çà m’énerve , dans ma famille , » on  » ne me téléphone pratiquement jamais  ) ….J’ai donc téléphoné chez mes parents , c’est mon père qui m’a répondu . A sa voix, j’ai tout de suite perçu que çà n’allait pas . Effectivement, ma mère est encore à l’hôpital pour cette infection pulmonaire !  

       Là ,elle n’est vraiment pas bien : Elle souffre beaucoup et ne mange presque pas .  » ils  » lui donnent des antibiotiques , mais par perfusion  ( je crois que c’est le mot ? c’est à dire qu’un médicament lui est injecté en permanence dans les veines ) .perfusion

Le  » moins noir  »  , c’est que mon père m’a parlé longtemps et….reconnu qu’il avait beaucoup de torts , a été violent envers maman et nous les  » enfants  » . Il m’a même dit n’avoir aucune excuse pour ces actes passés , qu’il buvait trop à l’époque  etc….En fait, il n’a pas dit le mot , mais il exprimait des remords  et plus encore : Il me faisait comprendre qu’il aime ma mère , a peur de la perdre …..

J’avoue ne pas avoir su quoi lui dire . Il m’a dit aussi que mon frère  était chez Anita ( ma sœur ) .

C’est bien triste qu’il faille un  » évènement  » dramatique  pour qu’une telle conversation ait lieu ……….

Encore un déballage  qui n’a aucun intérêt pour mes éventuels lecteurs……


14 aout ….souvenir….


En 1976 ,le 14 aout , c’était un samedi  : Je m’en souviens car ce jour là , j’épousais la mère d’Emmanuel ! mariage

 3 ans et 8mois plus tard ( le 14 /06/1980 ) naissait Emmanuel ….bébéPuis…..environ 6 mois après la naissance de Manu : Divorce !!! Lors du quel , comme chacun sait j’ai obtenu la garde de mon  » bonhomme  » …..Là : Le top du bonheur pour moi vivre seul avec lui jusqu’à ce que je  » replonge  » !!!!!

 


Mercredi….


 Inhabituel  car Emmanuel n’est pas venu ce midi ( congé) ; heureusement car ,comme je l’écrivais il y a quelques jours, placards et réfrigérateurs étaient désespérément vides ….

  Je me suis extirpé de mon lit vers 13heures !!!! Après avoir pris mon  » en-cas  » habituel du lever et pris une douche bien fraiche ( chaleur oblige ) , je me suis lancé vers le super-marché  pour faire quelques achats nécessaire à ma survie . En revenant avec un sac plein à  » ras -bord  » , une douleur ( et oui encore ! ) est survenue le long de ma jambe et aussi dans le dos , ce qui fait que j’ai fait le parcours du retour en  » trainant la patte  » , boitillant,  » clopin – clopant  » .

  Me suis arrêté chez mon cher buraliste pour acheter mes clops . Ce dernier à tout de suite noté que j’avais mal . A sa question posée dans le but de savoir ce qui me faisait souffrir , je répondis que je venais du magasin et que j’avais mal dans le dos et la jambe ( sciatique ? ) . Là il me dit que je devrais acheter un  » cabas à roulettes  » cabas roulettes ( comme

 on en voit de plus en plus surtout pour les personnes âgées ) .

Devant mon air réticent et ma réponse :  » Je ne suis tout de même pas si vieux que çà  » , il me répondit que j’avais des préjugés  ( ce qui est relativement vrai ) ….Puis , il m’a dit  » votre fils n’est pas venu ce midi  »  , il aurait pu vous emmener en auto ? 

Ceci m’a surpris : Comment peut il savoir que Manu passe le mercredi ?

   Est ce que je parle trop ?  Surpris , mais content au fond : Ceci montre que la plupart des gens me connaissent ,si un jour le buraliste ou la boulangère ne me voient pas , ils seront  » inquiets  » , viendraient  voir chez moi , et peut-être même appelleraient ils Manu ? 

Sinon , j’ai téléphoné chez mes parents , mais personne n’a répondu ???? J’essaierais à nouveau ce jeudi , si toujours rien , j’appellerai ma sœur 


14 juillet pourquoi ?


C’est en 1880 que le gouvernement de la IIIe République, proclamée le 4 septembre 1870, décida que le 14-Juillet serait, chaque année, jour de Fête nationale.

   Mais pourquoi le choix de ce qui fut une journée d’émeutes, marquée par la prise de la Bastille ? Pourquoi, en célébration de cet été révolutionnaire et violent de 1789, ne pas avoir préféré le 4 août, où furent abolis les privilèges féodaux, ou le 26 août, où furent déclarés les Droits de l’Homme et du citoyen ?

  N’eût-il pas été plus en accord avec les idéaux de la Révolution de choisir le jour où furent solennellement reconnues la liberté et l’égalité des droits, fondements d’une société républicaine ?

  Certes, au moment de la décision, on pensa aussi au 14 juillet 1790, journée de commémoration et d’unité lors de la fête de la Fédération. Mais, surtout, le choix du 14-Juillet peut être justifié du fait que l’événement fut décisif dans la capitulation du roi Louis XVI. Le 17 juillet, pressé par la population parisienne, il arbore la cocarde bleue et rouge, qui, une fois ajouté le blanc de l’ancienne France, deviendra l’emblème révolutionnaire.

 Le 14-Juillet, on fête à la fois la révolution, la République et la nation. La révolution avec la passion de l’égalité ; la République par la conquête citoyenne de la liberté et de la souveraineté ; la nation par l’unité et une fraternité rendues possibles par la fin des privilèges de la noblesse et du clergé. Depuis l’été 1789, et jusqu’aux récentes élections, on trouve dans l’histoire française l’aspiration à une société fraternelle que, selon les moments, favorisent ou contrarient un besoin d’égalité et un goût pour la liberté. L’égalité et la liberté sont aussi parfois un couple qui se déchire.

 

L’empreinte de la guerre

  C’est dans les moments de danger que le sentiment de fraternité nationale est le plus fort. Nous en avons fait l’expérience lors des attentats terroristes où, dans une atmosphère de communion, on chante l’hymne national et brandit le drapeau tricolore. Effet passager de l’émotion ou retour aux origines ?

Nous pouvons alors comprendre qu’existe entre la République et la guerre une relation obscure, mais bien réelle, et répondre par là même à une question que, sous l’effet de l’habitude, nous ne nous posons pas : pourquoi le 14-Juillet est-il fêté par un défilé militaire ?défilé

Un 14-Juillet sans armes ni bataillons ? Un jour, peut-être, mais encore lointain.

Mr Brassens ( la mauvaise réputation ) :

Le jour du Quatorze Juillet
Je reste dans mon lit douillet
La musique qui marche au pas
Cela ne me regarde pas
Je ne fais pourtant de tort à personne
En n’écoutant pas le clairon qui sonne.


En pensant à ma mère……..


Mr Reggiani :

Moi qui ai vécu sans scrupules
Je devrais mourir sans remords
J’ai fait mon plein de crépuscules
Je n’devrais pas crier « encore »
Moi le païen, le pauvre diable
Qui prenait Satan pour un Bleu
Je rends mon âme la tête basse
La mort me tire par les cheveux

Vivre, vivre
Même sans soleil, même sans été
Vivre, vivre
C’est ma dernière volonté

Dites-moi que le Bon Dieu existe
Qu’il a une barbe et des mains
Que Saint-Pierre est le brave type
Qu’on m’a décrit dans les bouquins
Dites-moi que les anges ont des ailes
Dites-moi que les poules ont des dents

 

Que je jouerai du violoncelle
Là-haut dans mon costume blanc

Vivre, vivre
Même sans maison, même sans souliers
Vivre, vivre
C’est ma dernière volonté

J’avais le blasphème facile
Et j’entends d’ici mes copains
Crier: « le traître, l’imbécile
Il meurt comme un vulgaire chrétien »
Qu’ils m’excusent si je suis lâche
Je veux bien rire autant qu’on veut
Mais quand on se trouve à ma place
On prend quand même un coup de vieux

Vivre, vivre
Même bancal, même à moitié
Vivre, vivre
C’est ma dernière volonté

Je vois de la lumière noire
C’est ce qu’a dit le père Hugo
Moi qui ne pense pas à l’histoire
Je manque d’esprit d’à-propos
Non, je n’ai vraiment plus la force
De faire un dernier jeu de mots
Je sors par la petite porte
J’ai le trouillomètre à zéro

Vivre, vivre
Quand faut y aller, il faut y aller
Vivre, vivre
Monsieur Saint-Pierre, la charité

Vivre, vivre
En plein soleil, en plein été
Vivre, vivre
C’est ma dernière volonté

Vivre, vivre, vivre, vivre………..Vit encore longtemps s’il te plait maman …….


Dans le malheur……


On  » remet  les pendules à l’heure « …….

  Tout à l’heure , j’ai appelé mon père pour avoir des nouvelles de ma mère qui est toujours à l’hôpital ….

D’après lui , elle va  » un peu  » mieux ….Mais , nous n’en sommes pas restés là , nous avons beaucoup parlé  ( surtout du passé , de notre passé )  , et c’est là que j’ai ressenti quelque chose difficile à décrire , à exprimer : Il avait une voix bizarre , comme si il pleurait en me parlant….Nous avons beaucoup parlé de l’époque  et il a reconnu ( ce sont ses mots)   » qu’il nous en avait fait baver  » ,avait été un mauvais père et même qu’il avait été violent envers nous et ma mère …..A reconnu son alcoolisme de l’époque ….Je n’ai pas su quoi lui répondre , puis lui ai trouvé quelques  » excuses  »  : Il avait un travail très dur ( employé dans une fonderie ) évoquant des faits de ces années de galère ( par exemple , je lui ai dit me souvenir que quand il rentrait du travail , il était tellement épuisé et sale , c’est ma mère qui l’aidait à se laver . Evidemment : Pas de salle de bain à l’époque  )….Mais , çà ne s’est pas arrêté là , il a dit que ce n’ était pas une excuse , qu’il n’avait pas à être violent , à ME mépriser parce que j’aimais lire par exemple . Bref , un déballage incroyable de sa part  qui m’a laissé  ébahi et ….ému …..

Nous nous sommes quittés après qu’il m’ait donné le No de portable de maman ( je ne savais même pas qu’elle en a un ! )  , pour que je puisse l’appeler , mais de préférence en fin d’après-midi  car mon frère ( le fasciste ) passe la voir tous les jours et……Pas envie de  » tomber  » sur lui ….Donc je téléphonerais à ma mère ce vendredi ……

 Désolé pour ce déballage « personnel » qui n’intéresse personne  , mais …..il fallait que  » çà sorte  » 


Inquiet……..


   Oui , inquiet : Mon père m’a téléphoné tout à l’heure ( rare ) , il voulait m’annoncer que ma mère est hospitalisée  ! D’après lui , elle s’est évanouie en se plaignant de douleurs à la poitrine …..Bien sur, il a appelé un médecin et celui -ci à diagnostiqué une crise cardiaque et l’a fait hospitaliser d’urgence ( dans la ville la plus proche ) . A l’hôpital , il ont dit qu’elle a de l’eau dans les poumons ? 

Pour l’instant , je n’en sais pas plus , le père m’a promis de me tenir informé ….

  Bien sur, mon frère ( le fasciste militaire ) qui était chez ma sœur , s’en est pris à mon père disant que c’était de sa faute etc….( Mon père est loin d’être « parfait  » , mais il n’est tout de même pas responsable du fait que ma mère ait fait ce « malaise  » )…..Possible que je vois avec Manu pour remonter chez mes parents  si c’est possible pour lui …..

  Et moi qui lui avais envoyé une carte postale pour son anniversaire ! ( d’habitude je lui téléphone à cette occasion ) .

Tout çà pour dire que je ne suis pas du tout  » en forme  » 

 Et le  » classement  » de mes papiers que demande Manu n’est pas  » au goût du jour » ( Sauf peut-être si çà m’aide à ne pas penser  )…..

 

 


C’est reparti pour…


7 jours …..D’em…bêtements..

  Je suis d’abord passé à la pharmacie pour le renouvellement de mon ordonnance et là: Un des médocs que je doit prendre quotidiennement ( 1 une fois  par jour )était manquant ….En remplacement ,ils m’ont donné le même , mais…..au lieu du  » 100 mg » , il ne restait que du « 10 mg  »  ,ce qui implique que je devrais en prendre DIX !!! chaque soir !!!!

  Puis toujours cette saleté de carte bancaire  que j’ai reprise à la banque , mais là , je ne vais m’en servir que pour faire des retraits  d’espèces au distributeur . Ainsi pendant un temps indéfini , je paierais en espèces le reste étant réglé par virement….

Sinon , mon bonhomme m’a téléphoné pour prendre des nouvelles j’ai essayé de le rassurer  mais…..En plus il m’a donné des conseils / ordres ( dont je ne me souviens déjà plus !) Et m’a dit qu’il ne viendra pas manger mercredi  (stage ) .

  Bref : Tout va bien dans le meilleur des mondes ……………

  Maintenant je me déconnecte , retourne vers l’autre écran  ( c’est bien pour ne pas penser la télé  )

  Puis j’essaierais de dormir  …….

 


Du bien-être à l’angoisse ……


  Ce dimanche fut ensoleillé avec un ciel bleu agréable : Bien qu’éveillé assez tard , je suis sorti faire une promenade dans le village désert ….Une heure après environ , je suis rentré  . Ai fait un peu de ménage puis regardé d’un oeuil distrait la télévision ….En fait , j’hésitais : Téléphoner à mon père ou non ( pour prendre des nouvelles de ma mère  ) : Comme chacun sait , lui et moi avons des difficultés pour communiquer ….Bref , prenant mon courage à deux main et le combiné homme téléphonedans l’autre  heuu non,( je n’ai que deux mains lol ) .

  Bref , je l’ai eu et les nouvelles n’étant pas très bonnes , je lui demandais le No de la chambre de Maman et l’appelais …..Rien qu’à sa voix, je su qu’elle n’était pas bien , je commençais par lui demander si les infirmières , le personnel était gentils elle me répondit un petit  » oui çà va  » , alors j’enchainais par des questions sur le traitement pris et les examens qu’elle a passé  ….Ils lui donnent surtout des anti-douleurs , même de la morphine ; elle a passé un doppler , mais n’en sait pas plus si ce n’est qu’elle souffre toujours autant …..

En plus, elle a le moral à zéro : Ne parle que de mourir (  » j’ai assez vécue comme çà , je ne sers plus à rien etc…. » )femme hôpital…..Evidemment j’ai tenté de la  » booster  » en lui parlant de Manu , Camille  qu’elle devait voir grandir etc…. ,mais sans grand succès….Puis elle a commencé à me parler d’Alain pffff , mon frère qui lui téléphone tous les jours est venu la voir etc……J’ai alors coupé court , lui ai dit que je compte  l’ appeler à nouveau  bientôt ….

  J’avoue que j’ai eu mal , mal de sentir sa souffrance, son envie d’en finir etc….Si j’étais croyant, je prierais pour qu’elle s’en sorte vite , mais ……


Ces personnes oubliées….


Qui ont pourtant fait beaucoup …..

.Felix Kersten, l’extraordinaire médecin de Himmler:Kersten

Felix Kersten était un médecin masseur finlandais. Souhaitant se perfectionner dans les massages thérapeutiques, il se rend à Berlin avant la guerre et y fait la connaissance du Dr Kô, un tibétain qui lui enseigne son savoir. Son enseignement terminé, le Dr Kô décide de rentrer chez lui et lègue à Kersten sa clientèle. La réputation de Kersten dépasse alors les frontières allemandes, il soigne ainsi la famille royale de Hollande et exerce tant à La Haye, à Berlin qu’à Rome.

Malgré ses réticences et suivant les conseils de son ambassade, qui voit là un moyen de recueillir des informations, Kersten devient le médecin personnel du chef des SS, le Reichsführer Heinrich Himmler, en 1939. Ce dernier souffre de terribles convulsions à l’estomac. Kersten, mieux que la Morphine, parvient à le soulager. C’est alors une étrange relation qui lie les deux hommes.
Pendant six ans, seul et à demi-prisonnier, profitant de la maladie de Himmler, il monnaye ses soins contre la libération de dizaines de milliers de prisonniers et en sauve des millions de la mort.
Il réussit à convaincre Himmler, malgré les ordres de Hitler,  de ne pas déporter 3 millions de Hollandais en Pologne. En 1945 il sauve 2 700 Juifs des chambres à gaz.

La même année, Hitler ordonne de faire sauter les camps de concentration si une armée ennemie s’en approche, cela aurait tué la grande majorité des 800 000 internés qui s’y trouveraient encore. Kersten intervient auprès de Himmler et négocia un extraordinaire accord.

Les camps de concentration ne seront pas dynamités.
Le drapeau blanc flottera à l’entrée de ceux-ci.
On n’exécutera plus un seul Juif.
La Suède pourra envoyer des colis individuels aux prisonniers juifs.

Et pourtant , il ne sera jamais  » compté  » parmi les  » justes  » par Israël …..

Justes ?

La Shoah, la nuit du monde et des consciences…
Six millions de juifs, dont 1,5 million d’enfants, furent assassinés pendant la Shoah dans les pays occupés par l’Allemagne nazie.

Une grande partie de l’Europe est alors sous la domination nazie et la majorité des Etats et des peuples garde le silence sans intervenir et pire encore, certains collaborent avec les assassins.

Et cependant, des lumières d’humanité…
Et cependant, quelques-uns, au risque de leur propre liberté ou même de leur vie, tendent une main secourable pour sauver des enfants ou des familles juives..

Yad Vashem, le mémorial de la Shoah, en Israël avait identifié, au 1er janvier 2006, à travers toute l’Europe, plus de 21 000 personnes auxquelles un hommage est rendu dans le cadre d’un projet créé par une loi de 1963. Ce sont les « Justes parmi les nations ».