Ce blog est NOIR

poemes

Le bonheur ?


Heureux enfant ! que j’envie
Ton innocence et ton bonheur !
Ah ! garde bien toute la vie
La paix qui règne dans ton cœur !

Tu dors ; mille songes volages,
Amis paisibles du sommeil,
Te peignent de douces images
Jusqu’au moment de ton réveil.

Ton œil s’ouvre ; tu vois ton père,
Joyeux, accourir à grands pas ;
Il t’emporte au sein de ta mère,
Tous deux te bercent dans leurs bras.

Espoir naissant de ta famille,
Tu fais son destin d’un souris :
Quand sur ton front la gaieté brille,
Tous leurs fronts sont épanouis.

Heureux enfant ! que j’envie
Ton innocence et ton bonheur !
Ah ! garde bien toute la vie
La paix qui règne dans ton cœur !

Tout plaît à ton âme ingénue :
Sans regrets, comme sans désirs,
Chaque objet qui s’offre à ta vue
T’apporte de nouveaux plaisirs.

Si quelquefois ton coeur soupire,
Tu n’as point de longues douleurs ;
Et l’on voit ta bouche sourire,
À l’instant où coulent tes pleurs.

Par le charme de la faiblesse
Tu nous attaches à tes lois ;
Et, jusqu’à la froide vieillesse,
Tout s’attendrit autour de toi.

Heureux enfant ! que j’envie
Ton innocence et ton bonheur !
Ah ! garde bien toute la vie
La paix qui règne dans ton cœur !

 

 


Tu ris, tu pleures….c’est l’heure…


Une chanson que me fredonne l’automne,
les taches rousses de septembre, ma chambre,
une dernière cigarette, peut-être,
et puis je vais aller dormir.

Je pense à tous les solitaires sur terre
qui vont éteindre la lumière pour faire,
l’aller-retour, la vie, le rêve, je lève
mon verre à leur prochain sourire.

Un jour tu ris, un jour tu pleures,
un jour tu vis, un jour tu meurs,…
Départ mouchoir,
retour velours,
histoire d’amour…

Un jour ça va, un autre non,
un jour lilas, un jour flocons,…
C’est ça la vie:
Un jour tu pleures,
un jour tu ris.

J’étais au chaud dans ta romance, dimanche.
Lundi j’ai froid dans le silence, l’absence.
J’aurais peut-être une semaine de peine;
puis sûrement je t’oublierais.

Et je dirais d’autres « je t’aime », quand même.
Je feuillerais d’autres visages, les pages
du livre de cette aventure future,
ma vie, mes joies et mes regrets.

Un jour tu ris, un jour tu pleures,
un jour tu vies, un jour tu meurs,…
Départ mouchoir,
retour velours,
histoire d’amour…

Un jour ça va, un autre non,
un jour lilas, un jour flocons,…
C’est ça la vie:
Un jour tu pleures,
un jour tu ris.


L’amitié


L’amitié me fait penser à la tendre enfance
Synonyme de sagesse et de pure innocence.
L’amitié est toujours une aventure aux beaux souvenirs
Qui rafraîchissent nos coeurs et ne risquent de finir.
Dans notre vie, des évènements entrent et sortent.
Seuls l’Amitié et l’Amour restent et persistent.
En amitié, c’est toujours le premier pas qui compte.
Ne jamais s’en méfier car c’est sûrement un bon escompte.
Avec l’amitié, on peut aider l’autre sans rien lui offrir,
C’est une tâche paisible sans qu’on risque d’en souffrir.
L’amitié a le bienfait de soulager des âmes,
De combattre la souffrance et d’essuyer des larmes.
L’amitié germe et grandit dans les cœurs tendres,
Ne vieillit pas et n’est jamais cendres.
Les mots d’un bon ami peuvent consoler
Quand l’âme est perdue et déboussolée.
Pour un vrai ami, tu n’es plus une simple adresse,
Tu es la passion, l’espoir et la belle tendresse.
Même si l’amitié n’est parfois qu’un simple mirage,
C’est une vraie passion que beaucoup se partagent.
Alors, tendons nos bras et essayons de prouver
Que l’amitié nous aide à s’évader et à mieux se retrouver.


A ma petite fille


img_20150427_094216

Câline, si douce et gentille

A ton affection je tiens énormément

Mèches blondes et rebelles

Innocente encore pour le moment

Les liens qui nous lient ces jours ,

LAmour qui nous lie est pour toujours

Et de cela je t’en fais le serment……


L’homme au coeur blessé….


 

Les paroles :

L’homme Au Coeur Blessé

Dans le jardin de l’homme au coeur blessé
L’herbe est brûlée pas une fleur
Sur l’arbre mort plus rien ne peut pousser

Rien que les fruits de sa douleur

Les quatre murs de sa maison n’abritent que l’absence
Où sont partis les compagnons avec leurs rires et leurs chansons
Où sont partis les compagnons avec leurs rires et leurs chansons

Parfois des larmes viennent abreuver l’herbe brûlée du souvenir
Mais quel soleil pourra-t-il réchauffer les jours enfuis ou à venir

Les quatre murs de sa maison n’abritent que l’absence
Où sont partis les compagnons avec leurs rires et leurs chansons
Où sont partis les compagnons avec leurs rires et leurs chansons

Jour après jour les jours s’en vont laissant la vie à l’abandon


Ode au chat………


ODE AU CHAT ( Pablo Neruda )
Au commencement
les animaux furent imparfaits
longs de queue,
et tristes de tête.

Peu à peu ils évoluèrent
se firent paysage
s’attribuèrent mille choses,
grains de beauté, grâce, vol…
Le chat
seul le chat
quand il apparut
était complet, orgueilleux.
parfaitement fini dès la naissance
marchant seul
et sachant ce qu’il voulait.

L’homme se rêve poisson ou oiseau
le serpent voudrait avoir des ailes
le chien est un lion sans orientation
l’ingénieur désire être poète
la mouche étudie pour devenir hirondelle
le poète médite comment imiter la mouche
mais le chat
lui
ne veut qu’être chat
tout chat est chat
de la moustache à la queue
du frémissement à la souris vivante
du fond de la nuit à ses yeux d’or.

Il n’y a pas d’unité
comme lui
ni lune ni fleur dans sa texture:
il est une chose en soi
comme le soleil ou la topaze
et la ligne élastique de son contour
ferme et subtil
est comme la ligne de proue d’un navire.
Ses yeux jaunes
laissent une fente
où jeter la monnaie de la nuit.

Ô petit empereur
sans univers
conquistador sans patrie
minuscule tigre de salon,
nuptial sultan du ciel
des tuiles érotiques
tu réclames le vent de l’amour
dans l’intempérie
quand tu passes
tu poses quatre pieds délicats
sur le sol
reniflant
te méfiant de tout ce qui est terrestre
car tout est immonde
pour le pied immaculé du chat.

Oh fauve altier de la maison,
arrogant vestige de la nuit
paresseux, gymnaste, étranger
chat
profondissime chat
police secrète de la maison
insigne d’un velours disparu
évidemment
il n’y a aucune énigme
en toi:
peut-être que tu n’es pas mystérieux du tout
qu’on te connaît bien
et que tu appartiens à la caste la moins mystérieuse
peut-être qu’on se croit
maîtres, propriétaires,
oncles de chats,
compagnons, collègues
disciples ou ami
de son chat.

Moi non.
Je ne souscris pas.
Je ne connais pas le chat.
Je sais tout de la vie et de son archipel
la mer et la ville incalculable
la botanique
la luxure des gynécées
le plus et le moins des mathématiques
le monde englouti des volcans
l’écorce irréelle du crocodile
la bonté ignorée du pompier
l’atavisme bleu du sacerdoce
mais je ne peux déchiffrer un chat.

Ma raison glisse sur son indifférence
ses yeux sont en chiffres d’or.

P1000271


En fumée………(sans bout doré pour moi )


illustrationsLa cigarette

Aujourd’hui le temps est épouvantable :
Il pleut et mon coeur s’embête à pleurer.
J’ai pris, d’un paquet traînant sur ma table,
Une cigarette au fin bout doré ;
Et j’ai cru te voir en toilette claire
Avec tous tes ors passés à tes doigts,
Traînant par la vie, élégante et fière
Sous les yeux charmés du monde et de moi.n

Ah ! la bonne cigarette
Que j’ai fumée…
Pourtant mon coeur la regrette,
O bien-aimée !
Ah ! la bonne cigarette
Que j’ai fumée…
Pourtant mon coeur la regrette,
O bien-aimée !

J’ai pris une braise au milieu des cendres
Et je me suis mis alors à fumer
En m’entortillant dans les bleus méandres
De ma cigarette au goût parfumé ;
Et j’ai cru sentir passer sur mes lèvres
Un baiser pareil aux baisers brûlants
De ta bouche en feu, par les nuits de fièvres
Où je m’entortille entre tes bras blancs.

J’ai jeté ce soir parmi la chaussée
Cigarette morte au feu du tantôt ;
Un petit voyou qui l’a ramassée
Part en resuçant son maigre mégot ;
Et, devant cela, maintenant je pense
Que ton corps n’est pas à moi tout entier,
Que ta chair connaît d’autres jouissances
Et que je te prends comme un mégottier.

Gaston Couté


Louise….


Mais qui a soulagé sa peine
Porté son bois porté les seaux
Offert une écharpe de laine
Le jour de la foire aux chevaux
Et qui a pris soin de son âme
Et l’a bercée dedans son lit
Qui l’a traitée comme une femme
Au moins une fois dans sa vie

Le bois que portait Louise
C’est le Bon Dieu qui le portait
Le froid dont souffrait Louise
C’est le Bon Dieu qui le souffrait

C’n’était qu’un homme des équipes
Du chantier des chemins de fer
À l’heure laissée aux domestiques
Elle le rejoignait près des barrières

Me voudras-tu moi qui sais coudre
Signer mon nom et puis compter,
L’homme à sa taille sur la route
Passait son bras, la promenait

L’amour qui tenait Louise
C’est le Bon Dieu qui le tenait
Le regard bleu sur Louise
C’est le Bon Dieu qui l’éclairait

Ils sont partis vaille que vaille
Mourir quatre ans dans les tranchées.
Et l’on raconte leurs batailles
Dans le salon après le thé

Les lettres qu’attendait Louise
C’est le Bon Dieu qui les portait
La guerre qui séparait Louise
C’est le Bon Dieu qui la voyait

Un soir d’hiver sous la charpente
Dans son lit cage elle a tué
L’amour tout au fond de son ventre
Par une aiguille à tricoter

Si je vous garde Louise en place
C’est en cuisine pas devant moi
Ma fille prie très fort pour que s’efface
Ce que l’curé m’a appris là

Et la honte que cachait Louise
C’est le Bon Dieu qui l’a cachée
Le soldat qu’attendait Louise
C’est le Bon Dieu qui l’a vu tomber

Y a cinquante ans c’était en France
Dans un village de l’Allier
On n’accordait pas d’importance
A une servante sans fiancé

Le deuil qu’a porté Louise
C’est le Bon Dieu qui l’a porté
La vie qu’a travaillé Louise
C’est le Bon Dieu qui l’a aidée


S.D.F…d’ici ou d’ailleurs


Les Bancs Publics

.
(Pour les nostalgiques de
« Les amoureux qui se bécotent sur les bancs publics, bancs publics … )
.
Dans la riche capitale
de la Wallonie picarde,
les autorités communales
émues se demandent
quelle décision prendre.
Des habitants aisés,illustrations
et des commerçants
s’en viennent plaignant
de tous ces essedéeffes,
ces pouilleux, ces mendiants
qui squattent les bancs publics.
.
Garder les bancs et chasser
tous ces va-nu-pieds, ces gueux.
Qu’ils aillent squatter ailleurs !
Mais ils vont revenir, c’est sûr.
.
Enfin l’idée lumineuse jaillit.
Supprimons les bancs publics !
Ça sert qu’à eux de logement,
l’entretien coûte de l’argent
à la commune et aux habitants.
De toute façon, les amoureux,
aujourd’hui c’est sur twitter
et facebook qui se bécotent.


ça va , ça va


J’ai parfois l’âme grise
Et si ce soir, tu me demandes
Comment ça va, ça va, ça va
Sur ma planète
J’te répondrai ça va, ça va, ça va
Comme-ci comme-ça
Les bières, les vins que je buvais en vain
N’ont plus le goût de la fête
Mais tant qu’on a le cœur qui bat, qui bat

Ça va, ça va

A toi l’ami
Le seul homme qui m’a tenu la main
Quand tous les jours j’en faisait
Pour les lendemains
Toi dont je sais que même blessé
T’es toujours là
Pour me porter
Pour abréger
Ma peine jusqu’à c’que je sois léger
J’ai parfois l’âme en crise
Ma joie de vivre qu’on me la rende
Mon bonheur me méprise
Et si ce soir tu me demandes

Comment ça va, ça va, ça va
Sur ma planète
J’te répondrai ça va, ça va, ça va
Comme-ci comme-ça
Les bières, les vins que je buvais en vain
N’ont plus le goût de la fête
Mais tant qu’on a le cœur qui bat, qui bat
Ça va, ça va

A ceux que j’ai parfois négligé
Peut être un peu libre
Pour pas déranger
Moi le naufragé
Sur mon bateau ivre
J’ai pas de bouée
Pas de feu de détresse
Je suis pas doué pour les caresses
Mais si jamais vous m’demandez
Quand tout me blesse

Comment ça va, ça va, ça va
Sur ma planète
J’vous répondrai ça va, ça va, ça va
Comme-ci comme-ça
Les bières, les vins que je buvais en vain
N’ont plus le goût de la fête
Mais tant qu’on a le cœur qui bat, qui bat
Ça va, ça va

Comment ça va, ça va, ça va
Sur ma planète
J’te répondrai ça va, ça va, ça va
Comme-ci comme-ça
Les bières,  que je bois à nouveau  en vain
N’ont pas le goût de la fête
Mais tant qu’on a le cœur qui bat, qui bat
Ça va, ça va………illustrations