» à dada sur mon bidet  » !


En lisant le  » titre  » du billet ( en admettant que quelqu’un le lise ) , je présume que le lecteur va songer à  Résultat d’images pour images cheval à bascule ''ce jouet qui a presque disparu…..Mais non :

Il est question d’un autre bidet , objet presque disparu lui aussi :blanc de bidet illustration de vecteur

  Le bidet , banal meuble de salle de bain , a longtemps  » joui  » d’une réputation sulfureuse , surtout depuis que les G.I , qui l’ont découvert en 1939 – 45 dans les maisons closes , ont fait savoir au monde entier comment les Français se lavaient le derrière . En effet , à l’origine le bidet n’était pas destiné au lavage des pieds , comme ont l’a souvent raconté à certains enfants , mais bel et bien à celui des parties  du corps injustement qualifiées de  » honteuses  » . Aujourd’hui , le bidet semble passé de mode ,et on peut dire que c’est bien dommage ! car , outre ses vertus  avérées pour les soins et l’hygiène de notre   » séant » , il peut aussi être utile pour  bien d’autres usages comme la lessive à la main par exemple ….La baignoire baignoireoffre une plus grande contenance , mais…..Elle ne peut pas être chevauchée ….Quant au lavabolavabo , il est beaucoup trop haut pour nos  » popotins  » lol 

   __________________________________________________

      En français ancien, bidet veut dire petit cheval. On a  la possibilité de vous asseoir face aux robinets, ce qui est pratique, mais on peut aussi leur tourner le dos, comme si on s’asseyait sur les toilettes.

    Ainsi, le bidet servait pour l’hygiène intime des dames pendant les menstruations, mais aussi pour une hygiène intime après être allé à la selle.

   C’est l’époque aussi où notre  » chère  » Rika Zarai,Résultat d’images pour Rika Zaraï en plus de la chanson, s’intéressait à la santé naturelle et parlait du bain de siège avec de l’eau froide.

     Elle fut beaucoup raillée par les humoristes et pourtant, la méthode du bain de siège afin de refroidir l’organisme, que l’on peut aussi nommer hydrothérapie à de nombreuses vertus.

Une pénurie d’ivoire …..


…..a conduit au premier plastique industriel ?

    Le premier plastique industriel fut le celluloïd, inventé durant la guerre de Sécession pour la fabrication de boules de billard lors d’une pénurie d’ivoire d’éléphant. A l’origine, les boules étaient faites en bois ou en argile, puis en ivoire, car elles s’usaient trop vite.

    Les plastiques à base de  » nitrocellulose  » sont légèrement antérieurs au celluloïd. Le collodion, inventé en 1848 et utilisé comme pansement et émulsion pour plaques photographiques, est séché en un film de type celluloïd.

   Le premier celluloïd en tant que matériau en vrac pour la formation d’objets a été fabriqué en 1855 à Birmingham, en Angleterre, par Alexander Parkes, qui n’a jamais pu voir son invention se réaliser, après que sa société a fait faillite en raison des coûts de  » mise à l’échelle  ». Parkes a breveté sa découverte comme Parkesine en 1862 après s’être rendu compte qu’un résidu solide était resté après l’évaporation du solvant du collodion photographique.

 

Parkes l’a breveté comme imperméabilisant pour vêtements pour tissus tissés la même année. Plus tard, Parkes a présenté Parkesine à l’Exposition internationale de 1862 à Londres, où il a reçu une médaille de bronze pour ses efforts. L’introduction de Parkesine est généralement considérée comme la naissance de l’industrie des plastiques. La parkésine était fabriquée à partir de cellulose traitée avec de l’acide nitrique et un solvant. Il est souvent appelé ivoire synthétique. La société Parkesine a stoppé ses activités en 1868. Des photos de Parkesine sont détenues par la Plastics Historical Society de Londres. Il y a une plaque sur le mur du site des Parkesine Works à Hackney, Londres.Résultat d’images pour parkesine? ( pas sur  bonne plaque ! )

     Dans les années 1860, un Américain, John Wesley Hyatt Résultat d’images pour John Wesley Hyatt , a acquis le brevet de Parkes et a commencé à expérimenter avec du nitrate de cellulose avec l’intention de fabriquer des boules de billard, qui jusqu’à cette époque étaient en ivoire. Il a utilisé du tissu, de la poudre d’ivoire et de la gomme-laque, et le 6 avril 1869, il  breveta une méthode pour couvrir les boules de billard avec l’ajout de collodion. Avec l’aide de Peter Kinnear et d’autres investisseurs, Hyatt a formé l’Albany Billiard Ball Company à Albany, New York, pour fabriquer le produit. En 1870, John et son frère Isaiah ont breveté un procédé de fabrication d’un matériau semblable à une corne avec l’inclusion de nitrate de cellulose et de camphre. Alexander ParkesRésultat d’images pour Alexander Parkes et Daniel SpillSpill ont répertorié le camphre lors de leurs expériences précédentes, appelant le mélange résultant xylonite, mais ce sont les frères Hyatt  qui ont reconnu la valeur du camphre et son utilisation comme plastifiant pour le nitrate de cellulose. Isaiah Hyatt a surnommé son matériau celluloïd en 1872.

    L’inventeur anglais Daniel Spill avait travaillé avec Parkes et formé la Xylonite Co pour reprendre les brevets de Parkes, décrivant les nouveaux produits en plastique comme Xylonite. Il s’est opposé aux réclamations des Hyatts et a poursuivi les frères dans un certain nombre d’affaires judiciaires entre 1877 et 1884. Initialement, le juge a statué en faveur de Spill, mais finalement, il a été jugé qu’aucune des parties ne détenait une revendication exclusive et le véritable inventeur du celluloïd/la xylonite était Alexander Parkes, en raison de sa mention du camphre dans ses précédentes expériences et brevets. Le juge a statué que toute fabrication de celluloïd pouvait se poursuivre à la fois dans la British Xylonite Company de Spill et dans la Celluloid Manufacturing Company de Hyatts.

    Le nom Celluloid a en fait commencé comme marque de fabrique de Celluloid Manufacturing Company, d’abord d’Albany, NY, puis de Newark, New Jersey, qui fabriquait les celluloïds brevetés par John Wesley Hyatt. Hyatt a utilisé la chaleur et la pression pour simplifier la fabrication de ces composés. Au fil du temps , le celluloïd est devenu le terme d’usage courant utilisé pour ce type de plastique. En 1878, Hyatt a été en mesure de breveter un procédé de moulage par injection de thermoplastiques, bien qu’il ait fallu encore cinquante ans avant de pouvoir être réalisé commercialement, et plus tard, le celluloïd a été utilisé comme base pour le film photographique.

Il n’y a pas de…


 » sots métiers » :

   L’assemblée nationale  Résultat d’images pour assemblée nationale hémicycle images est un édifice particulier..per son histoire , bien entendu , mais aussi par les rites et coutumes qui l’animent ….Une de ces coutumes est officiellement connue sous le nom de  » Service du verre d’eau   » , elle consiste ( comme sont nom le laisse supposer ) , à servir des verres d’eau aux  » orateurs à la bouche  sèche   » . Des fonctionnaires sont dédiés à ce service et doivent s’assurer que personne ne manque de salive  lol …

Comme écrit au début de ce billet : Il n’y a pas de sot métiers de la République , et il faut parfois savoir…….se mouiller ! 

Owen Coffin fut victime de cannibalisme ?


   En 1817 Owen Coffin, un jeune Américain né le 24 août 1802 à Nantucket, se promit d’être un jour marin sur un baleinier, comme son cousin, le commandant Georges Pollard Jr, qui aimait lui conter ses aventures. Son rêve devint vite réalité puisqu’il embarqua le 12 août 1819 sur l’Essex, commandé par son cousin, pour une campagne de chasse au cachalot devant durer plus de 2 ans. Mais le rêve d’Owen Coffin se transforma vite en cauchemar……

Le naufrage :

Le 20 novembre 1820, alors qu’il voguait au large du pacifique, l’Essex rencontra un banc de cachalots et commença à les traquer. Se sentant menacé, un gigantesque spécimen de 25 m cannibalisme au moins percuta le baleinier, causant des brèches incolmatables dans sa coque. L’équipage aura juste le temps de récupérer quelques vivres avant d’embarquer sur 3 baleinières, ( sortes de pirogues utilisées pour pêcher la baleine au harpon ).

Le cannibalisme de survie :
Les vivres, emportés par les marins sur chaque baleinière, étaient suffisants pour tenir 8 semaines, malheureusement les naufragés dérivèrent durant 18 semaines. Les chaloupes finirent pas s’éloigner les unes des autres, mais les choses s’y passèrent de la même manière : les hommes, assoiffés, affamés et à bout de force mourraient les uns après les autres. Les premiers furent jetés à la mer, mais les suivants servirent de nourriture aux autres.!!

La malchance d’Owen :

  Le 2 février 1821, il ne reste que 4 rescapés sur la baleinière dirigée par Georges Pollard : Owen Coffin, Charles Ramsdell et Barzillai Ray. Tous sont vivants, mais savent bien que cela ne durera pas s’ils ne trouvent pas à manger rapidement. Une seule solution s’offre à eux : il faut sacrifier quelqu’un pour que les autres survivent. Après un tirage à la courte-paille, le sort désigne Owen Coffin. Son cousin Georges Pollard propose de prendre sa place ou de refaire un tirage, mais le jeune homme refuse. Un second tirage désignera Charles Ramsell pour mettre fin aux jours de son camarade d’une balle dans la tête.

( C’est cette histoire qui aurait inspiré Herman Melville pour l’écriture de Moby Dick,Moby Dick le livre qui l’a rendu célèbre.)

En ce moment ……


…..un garçon est circoncis toutes les 2.4 secondes dans le monde.Et , évidemment, il ne l’a pas demandé  et c’est pour sa vie  » entière  » …..Résultat d’images pour illustrations , images pénis circoncis

Résultat d’images pour illustrations pénis circoncis

Petite histoire : ( qu’il faut lire jusqu’à la fin sinon ….)

 Dialogue d’un couple

  » Peut-être qu’il faudrait le prévenir , tu ne crois pas ?  »

 » Mais non , ne t’inquiète pas , il s’en remettra , c’est un grand garçon ma chérie  »

 » Enfin , tout de même , quel choc quand il va s’en apercevoir !  »

 » çà s’est bien passé pour moi , je n’en suis pas mort. Et mes parents ne m’ont pas demandé mon avis , car c’est justement le rôle des parents de prendre ce genre de décision  » 

 » Tu sais pourtant que je suis contre  » .

 » C’est ton droit , mais en tant que chef de famille , c’est moi qui décide , puis de toute façon le rendez- vous est pris  ».

 » Je sais bien …mon pauvre petit , quelle épreuve  » 

_________                                                       ________________                             _____________

Kiki est le chien de la famille , un gentil caniche Résultat d’images pour images chien caniche tout blanc de quelques kilos . Une petite boule de poil qui se fond dans la neige en hiver et revient les pattes tachées de boue …

Kiki n’en fait qu’à sa tête …Il s’est déjà enfui plusieurs fois .Mais à chaque  » fugue  » , il retrouve son chemin et rentre à la maison fier comme Artaban . Fier , oui ,mais seulement jusqu’à la porte d’entrée ..après il baisse la tête , se fait discret car il sait pertinemment qu  » papa  » va se fâcher . Il attend donc que l’orage soit passé avant de se coucher dans sa panière en osier ..espérant être pardonné .

En fait ,  » papa  » ne voulait pas de chien. C’est beaucoup trop de contraintes , répétait-il .Mais maman a fini par céder à mon caprice d’enfant sur le point d’avoir quatre ans . 

  ( L’enfant ) : Comment  je m’y suis pris ? eh bien tout simplement en répétant tous les jours pendant des mois que je voulais un chien ..Tous les matins , au petit- déjeuner , je répétais que je voulais un chien .Pareil les soirs à l’heure du repas , je ne disais que ça et au bout du compte , ma stratégie a payé…Et c’est comme ça que Kiki est arrivé pour mon anniversaire . Ce jour là , j’avais invité quelques copains de ma classe pour une petite fête . Au moment d’ouvrir mes cadeaux , maman m’a amené une grande boîte avec un ruban couleur or . 

    Au début , j’avais un peu peur d’ouvrir la boîte , car j’entendais des gémissements et sentais quelque chose bouger . Finalement , maman m’a rassuré et j’ai ouvert la boîte et c’est là que j’ai vu mon petit chien pour la première fois . Il était tout petit , un petite peluche très douce . Je lui ai fait des bisous et il n’arrêtait pas de me lécher le visage …J’étais tout content et , depuis ce jour, il est mon meilleur ami ….

Pourquoi je l’ai appelé Kiki ? Et bien tout simplement car c’est le premier mot qui m’est venu à l’esprit au moment de lui choisir un nom ….

Kiki a grandi très vite et surtout , il a pris de mauvaise manière que papa n’aime pas . Par exemple , à table , Kiki reste à mes pieds et je lui donne ce que je n’aime pas , il joue avec moi à la balle , et il a même le droit de dormir dans mon lit . Mon petit Kiki est très doux et je le brosse tous les jours en rentrant de l’école …

Moi , je me nomme Gabriel et je vis dans une belle maison d’un quartier tranquille .Maman s’appelle Isabelle , elle est très belle avec ses longs cheveux blonds et mon papa c’est Cyril .Il est plutôt dur avec moi et dit tout le temps que maman fera de moi un gamin pourri ,gâté . Je pense qu’il préfère ma petite soeur .Elle se nomme Sarah et a deux ans . Je crois que , comme toutes les petites sœurs , elle est un peu chipie . Elle prend souvent mes jouets pour les casser et jamais elle ne se fait gronder …Moi je trouve çà injuste !

Sarah n’aime pas mon chien Kiki . Elle préfère  Diamant , notre petite minette .Moi je suis comme Kiki , je n’aime pas les chats ; ils griffent, mordent et ne viennent jamais quand on les appelle , alors que mon chien , si .En plus , il m’apporte sa balle pour que je lui jette .

Aujourd’hui , je suis un peu inquiet , car papa et maman parlent souvent de Kiki .Mais je ne comprends pas bien ce qu’ils disent ….Cependant , j’ai bien entendu qu’il est question d’un rendez- vous pour lui . Pourtant , il n’a pas l’air malade mon Kiki . Peut-être que ce n’est qu’un contrôle pour mettre ses vaccins à jour ? 

Ce matin , papa a confirmé : On a rendez-vous pour Kiki en début d’après-midi . Après le repas , nous sommes partis avec Kiki . Dans la voiture , il s’est allongé à côté de moi , sa tête collée contre ma jambe …Il est mignon …Je le caresse et il s’endort tranquillement .Moi aussi d’ailleurs….

Je ne sais pas pur quoi je vous raconte cette histoire …C’était il y a longtemps …

Aujourd’hui j’ai vingt ans et je n’ai jamais revu mon petit Kiki comme je l’avais connu ………

Quand je parle de Kiki , il ne sagit pas de mon gentil chien . Non . Car le rendez -vous n’était pas pour mon chien Kiki , mais pour MON  » kiki  » à moi ! Ils me l’ont coupé , pas totalement mais assez pour que j’ai encore mal . Il m’ont volé une partie de moi même  . Un bout de mon  »kiki  » , un bout de mon corps . Sans rien me dire , quoique j’en pense , je me suis retrouvé à l’hôpital , sur un lit froid , avec un toubib et ses bistouris .  On m’a circoncis ; une mutilation dont j’ai encore en mémoire la douleur intense à mon réveil de l’anesthésie . Tout çà pour obéir à des pratiques ancestrales

J’en veux à mes parents de m’avoir coupé de la sorte , et à cet hôpital d’avoir accepté une chose pareille alors que je n’étais qu’un enfant .

J’ai rejoins une association et je défends désormais les droits des enfants contre les circoncisions et les excisions . 

Kiki , lui , il va avoir seize ans . Il est vieux à présent et ne joue plus beaucoup . Il reste le plus souvent dans sa panière et n’en sort que pour manger  ou pour ses promenades ….

Pauvre Kiki .Résultat d’images pour illustrations , images pénis circoncis

  Cette histoire , pour moi , ne concerne pas que la circoncision , les religions qui la pratiquent , mais aussi le baptême catholique par exemple , toutes les religions , traditions où le parents imposent aux enfants une  » cérémonie  » qui les  » casent  » dans une religion sans qu’ils le veulent et d’ où ( à ma connaissance ) on ne peut sortir …..

     C’est la raison pour la quelle je n’ai pas voulu que mon fils soit baptisé religieusement ( il n’est baptisé que civilement , ainsi il a un parrain et une marraine comme tous les enfants ) et s’il avait voulu , il aurait pu choisir une religion une fois devenu adulte …..

 

J’ai lu que ….en 1946/48 :


      Expérimentation pour le moins subversive, l’inoculation de la syphilis a été effectuée de manière volontaire chez divers cobayes humains guatémaltèques, de 1946 à 1948. Bien qu’étant dangereux, ce programme pensé par l’administration Truman s’est déroulé avec l’aval et la collaboration du président du Guatemala d’alors, Juan José Arévalo.


Une scabreuse expérience :

C’est un fait historique méconnu mais, malheureusement, bien réel.

   En effet, alors que des chercheurs américains souhaitaient développer des traitements contre la syphilis, la possibilité de mener des expériences médicales sur des humains est progressivement apparue comme étant indispensable, peu après la fin de la Seconde Guerre mondiale.

    C’est à ce titre qu’une commission d’experts, en relation avec l’administration Truman, décida d’inoculer volontairement (et secrètement ) des maladies sexuellement transmissibles à 5500 personnes (principalement des soldats, des prostituées Résultat d’images pour illustrations prostituée au guatémala en 1945et des malades mentaux) choisies pour leur vulnérabilité (sur une période allant de l’année 1946 à l’année 1948).

   Ces personnes/ cobayes  étaient exclusivement guatémaltèques, à la faveur d’un accord passé avec président du Guatemala, Juan José Arévalo.

   L’objectif était alors  »très simple   » : il s’agissait de savoir si la pénicilline permettait de guérir ( mais aussi de prévenir )les maladies sexuellement transmissibles.

De douloureuses séquelles :

   Malheureusement pour les malades, la molécule en question se révéla inefficace pour contrer les effets des maladies qui les affectaient. De ce fait, 83 de ces cobayes humains périrent, sans même savoir ce qui leur était arrivé.

   Toutefois, plus de 60 ans après les faits, la sombre affaire a refait surface, sous l’impulsion du président guatémaltèque Alvàro Colom (en 2011).

    Soucieux de mener une enquête sur cet événement, le chef d’État dirigea, ainsi, une commission spéciale pour éclaircir les zones d’ombre de ces expérimentations et honorer les victimes encore vivantes.

    De son côté, Barack Obama (alors président des États-Unis d’Amérique) prit pour résolution d’analyser les plus de 125 000 documents d’archives, avant de délivrer des conclusions définitives sur cette affaire.
   Des excuses officielles furent également prononcées, en compagnie de promesses certifiant que de telles expériences ne surviendraient plus.!?

     Une bien bonne résolution, puisque mener des tests médicaux sans le moindre consentement des sujets infectés peut, en effet, être assimilé à un crime contre l’Humanité.

Syndrome d’ auto- brasserie !


Syndrome  » d’auto-brasserie » : l’intestin de cet homme fabrique… de la bière !

     Après avoir été arrêté par des policiers en état d’ébriété, un homme a appris que son intestin produisait… de la bière ! Cette maladie peu connue porte un nom : le « syndrome d’auto-brasserie ».

Son intestin fabrique tout seul de la bière !!

Un homme de 46 ans, vivant en Caroline du Nord, n’aurait jamais pu deviner être ivre… depuis plusieurs années.

C’est lors d’une confrontation avec des policiers, où il niait « avoir consommé de l’alcool », qu’il a découvert être en état d’ébriété.

À l’hôpital, l’alcootest a indiqué que son taux d’alcoolémie était de 200 mg/dL, ce qui équivalait à environ « 10 boissons alcoolisées”.

L’homme a déclaré au personnel qu’au cours des trois dernières années, il avait connu de nombreux changements de personnalité, notamment une dépression, un “brouillard cérébral”, une perte de mémoire ou encore un comportement agressif.

   Il a aussi affirmé que ces problèmes avaient commencé une semaine après la fin d’une antibiothérapie pour une blessure au pouce.

  « Le personnel de l’hôpital et la police ont refusé de le croire quand il a nié à plusieurs reprises l’ingestion d’alcool », ont déclaré des chercheurs du Richmond University Medical Center à New York.

La plupart de ses tests étaient normaux, cependant, son échantillon de selles montrait la présence de Saccharomyces cerevisiae, également appelée « levure de bière ». Ce champignon est bien connu dans l’industrie des boissons puisqu’il contribue à la fermentation des glucides et à la production d’alcool.

     Les médecins ont commencé à soupçonner qu’il souffrait peut-être de la maladie du « syndrome d’auto-brasserie (ABS) », également appelée syndrome de fermentation intestinale.

   L’alcool crée par l’intestin provient de la conversion des glucides ingérés en alcool, grâce à l’action de champignons dans le tractus gastro-intestinal.

  La maladie est si rare que seulement 5 personnes en ont été diagnostiquées au cours des 30 dernières années.

Le syndrome d’auto-brasserie : un facteur de la maladie du « foie gras »

   La maladie du foie gras (appelée aussi stéatose hépatique non-alcoolique ou NASH) touche particulièrement les pays industrialisés et les cas en France se multiplient d’année en année. Elle survient par un excès de graisse dans le foie.

Selon un communiqué de l’Institut Pasteur, 1 personne sur 5 serait désormais concernée.

   La cause ? Notre mode de vie moderne propice aux excès d’alcool et à une alimentation grasse.

   Les personnes totalement sobres peuvent aussi contracter cette maladie, suggère une nouvelle étude. La bactérie  » Klebsiella pneumonia  », dissimulée dans le microbiote de certains patients, serait en cause.

  La maladie du foie gras est liée de près à la consommation d’alcool ainsi qu’à certains troubles métaboliques comme l’obésité et le diabète. En effet, l’alcool altère le traitement des acides gras par l’organisme. Ils prolifèrent alors en trop grande quantité dans le sang avant de s’accumuler dans le foie. Dans les cas les plus graves, cette maladie implique une greffe du foie.

   Or, un nouveau facteur dans la survenue de cette pathologie vient d’être identifié. Il s’agit du microbiote intestinal. Les chercheurs ont analysé les selles d’un patient atteint de la maladie du foie gras. Ce dernier était également victime d’une affection nommée « syndrome d’auto-brasserie ». Son nom parle de lui-même : le microbiote intestinal produisait de l’alcool à partir d’une alimentation riche en sucres.

   D’après les analyses des selles, c’est la bactérie intestinale  » Klebsiella pneumonia »  qui serait responsable. Si cette dernière se trouve dans les intestins de l’ensemble des humains, celle de ce patient pouvait générer 4 à 6 fois plus d’alcool que chez les autres.

Cette bactérie présente dans 60 % des patients atteint de NASH

   L’équipe de chercheurs a donc décidé d’étendre leur étude à 43 patients souffrant de la maladie du foie gras. Ils ont retrouvé des souches de Klebsiella pneumonia dans le microbiote intestinal de 60 % des malades !

   Pour aller encore plus loin, les scientifiques ont injecté des souches de la bactérie prélevées chez le premier patient dans le microbiote intestinal de souris saines. Au bout de 4 semaines, elles ont développé la maladie du foie à leur tour. Le foie s’est même vu endommagé de façon irréversible.

   Or, en utilisant un antibiotique neutralisant Klebsiella pneumonia, les chercheurs sont parvenus à améliorer l’état du foie des souris.

« Notre étude montre que Klebsiella pneumonia endommage votre foie, tout comme l’alcool, malgré vous », notent les chercheurs.

Une bactérie détectable par un test simple

  Si les chercheurs ne connaissent pas les causes de l’effet de Klebsiella pneumonia, ils estiment que cette dernière pourrait constituer une cible thérapeutique. Le diagnostic de la maladie pourrait être amélioré : en effet, les chercheurs ont remarqué qu’une perfusion de glucose chez les souris malades pouvait détecter l’alcool dans le sang. Ce test pourrait servir d’indicateur pour constater la présence ou non de la bactérie.

Un  » Lazaret  » ?


   Pas de réaction : Commentaires bloqués !

marin-francis08@outlook.com

fralurcy085903@gmail.com

Qu’est ce qu’un lazaret ? 

Au Moyen Âge , les lazarets étaient des hôpitaux , souvent situés à l’écart des ports , dans lesquels on plaçait en quarantaine les passagers d’un navire soupçonnés d’être porteurs de la lèpre ou du choléraRésultat d’images pour images lazaret , au moyen âge …. Une pratique qui se rapproche beaucoup de la situation actuelle malheureusement ….

Le Savon de Marseille …


  Depuis que le Coronavirus sévit , un des conseils est de bien se laver les mains avec un gel ou plus simplement du savon ….peut-être de Marseille…

Alors :

savon-marseille-contre-coronavirus

hygiène

J’ai lu que le savon de Marseille a vu le jour à Marseille au 15e siècle. Les graisses animales utilisées dans le savon ont rapidement été remplacées par des huiles végétales, comme l’huile d’olive.

  En 1688, c’est l’édit de Colbert qui fixe les règles de fabrication du savon de Marseille. Il impose l’utilisation d’huiles d’olive pures sans aucun mélange de graisses (beurre ou autres matières). Depuis, la recette pour faire le savon de Marseille n’a presque pas changé ! En 1789, l’invention de la soude caustique permet d’augmenter encore la teneur en huile du savon de Marseille.

     En 1840, l’utilisation de l’huile de palme, d’arachide et de coprah permet au savon d’avoir une belle couleur blanche et des propriétés moussantes accrues. L’ajout du lin donne au savon sa couleur jaune. Grâce à toutes ses propriétés, le savon de Marseille est devenu un produit d’hygiène incontournable. Il a même contribué à la baisse de la mortalité infantile et des maladies infectieuses au 19e siècle. En 1913, 90 savonneries produisaient 180 000 tonnes de savon de Marseille ! Un vrai succès populaire ! Mais l’arrivée des détergents et des lessives en poudre qui  »lavent plus blanc que blanc  », vendus grâce à  de nombreuses publicités, est un coup dur pour le savon de Marseille…      Jusqu’à aujourd’hui son efficacité pour éliminer le virus en se lavant les mains s’avère vraie . Un savon 100% naturel…

  Pas de commentaires de puis plus de 5 jours alors, je les bloque…..Bientôt : Blogs fermés !

marin-francis08@outlook.com

Le projet  » MK ultra  » ?


 Dans le climat de guerre froide qui s’installe après  la Seconde Guerre mondiale, les autorités américaines voulaient disposer de nouveaux moyens d’action pour freiner l’expansionnisme du camp soviétique. Ils mettent donc au point un projet secret, baptisé MK ultra, destiné à tester, sur des sujets volontaires ou non, de nouvelles techniques de manipulation mentale.

Origines et objectifs du projet :

    Au lendemain de la seconde guerre  mondiale, les Américains ont été informés, par  » divers canaux  » , des procédés utilisés par les Soviétiques et leurs alliés pour briser la résistance mentale de prévenus ou de prisonniers politiques et en faire des exécutants dociles. ! ?

    Avant et après la guerre, les services soviétiques avaient ainsi réussi à faire avouer à des accusés célèbres des crimes improbables. De même, pendant la guerre de Corée, des prisonniers américains, soumis à des méthodes efficaces de lavage de cerveau, s’étaient mis à critiquer publiquement leur pays !?

   C’est pour ces raisons qu’ au début des années 1950, la CIACIA met au point, avec la  » discrète  » collaboration des autorités américaines, des programmes secrets qui seront regroupés sous le nom générique de projet MK ultra.

  Des programmes de manipulation mentale

    Le projet MK ultra comprend de nombreux projets secondaires. Certains visent à étudier les effets d’un certain nombre de substances. D’autres à augmenter les capacités mentales des sujets ou à provoquer une amnésie temporaire, d’autres encore cherchaient à altérer leur personnalité ou accroître leur résistance à la torture.

    Certains projets avaient pour but la mise au point d’un véritable sérum de vérité, donnant aux interrogatoires une efficacité optimale. D’autres se consacraient aux effets des drogues.

   Il s’agissait  particulièrement  d’étudier le comportement de personnes à qui on venait d’administrer du LSD ou des barbituriques.

    Pour mener ces expériences,   »on  » avait recours à des volontaires mais aussi à des personnes ignorant tout des tests qu’on pratiquait sur elles à leur insu. C’est ce qui arriva à des militaires ou à des employés de la CIA.

   On se servit également des clients de certaines maisons closes. Les responsables de ces projets n’auraient pas même hésité à soumettre des enfants, dans le cadre d’un traitement médical, à des techniques de manipulation mentale.!