Le mystère du géant …..


….. de Castelnau

Dans une nécropole de l’âge de bronze à Castelnau-le-Lez près de Montpellier, l’anthropologue Georges Vacher de Lapouge

Résultat d’images pour Georges Vacher de Lapouge
Georges Vacher de Lapouge

a découvert en 1890 d’étranges ossements attribués à un mystérieux géant de Castelnau.

Des fragments de trois os de tailles très supérieures à la normale qui correspondraient à un humain de 3,50 mètres selon le scientifique. (Pour rappel : l’homme le plus grand jamais mesuré est R.Wadlow -le géant d’Alton – avec 2,72 mètres.)

Le mystère du géant de Castelnau ossements

Comme l’illustration ci-dessus, l’os de gauche est un fragment de fémur de 14 cm de long et d’une circonférence de 16 cm. Celui de droite est la partie supérieure d’un tibia. Au centre se trouve un humérus de taille normale trouvé dans le même cimetière et placé entre les deux autres pour illustrer la différence de taille. En bas se trouve un fragment qui peut appartenir soit à un fémur, soit à un humérus.

Il écrit dans  »Nature » :

Je crois inutile de remarquer que ces os sont incontestablement humains malgré leur grosseur énorme, et le seul doute qu’ils puissent soulever porte sur la signification de ce volume insolite
Les os ont par la suite été analysés par différents spécialistes,

Celles-ci ont en volume plus du double des pièces normales auxquelles elles correspondent. À en juger par les intervalles habituels des points anatomiques, elles supposent des longueurs également à peu près doubles

Le sujet aurait eu une taille probable de 3m,50

Les os furent ensuite analysés par d’autres scientifiques qui ont admis qu’ils représentaient une  » très grande race  », mais de dimensions anormales et apparemment de  » croissance morbide  ».

Quelques années plus tard, en 1894, et à quelques kilomètres de là, des ouvriers creusant un réservoir d’eau un auraient découvert des crânes gigantesques, de 71 à 81 cm de diamètre, pouvant appartenir à des hommes mesurant entre 3 et 4 mètres de haut. Des crânes qui auraient été envoyés à l’Académie française des sciences de Paris et dont nulle mention n’a plus jamais été faite dans aucune revue scientifique.

(Ces découvertes étonnantes dans la région donnent un peu de crédit à une vieille légende locale stipulant qu’un géant occupait une caverne dans la vallée.)

Si le mystère de l’humanoïde d’Atacama ( »Ata » est un squelette humanoïde découvert en 2003 dans le désert chilien de l’Atacama. Il est, pour cette raison, baptisé  » l’humanoïde d’Atacama  ». Il mesure quinze centimètres de long et son crâne a une forme qui rappelle les représentations de supposés extraterrestres. ) a été résolu, celui du géant de Castelnau reste entier …..

(Ata était un foetus humain mutant atteint d’anomalies génétiques (type progéria, nanisme etc…) ce qui explique que ses os paraissent comme ceux d’un homme âgé de 6/8 ans.)

Les éléments qui auraient permis aux scientifiques modernes d’éclairer cette énigme ont probablement disparus, laissant ainsi peu d’espoir de jamais la résoudre.

Alfred Nobel : comment l’inventeur de la dynamite est-il …..


…devenu l’inventeur du prix Nobel?

En entendant le nom d’Alfred Nobel

A.Nobel

, la première chose qui me viendra à l’esprit sera bien entendu le célèbre prix éponyme à la renommée internationale, remis chaque année aux personnes « ayant apporté le plus grand bénéfice à l’humanité ». Toutefois, avant de créer cette récompense, Alfred Nobel portait un tout autre titre : celui d’inventeur de la dynamite.

Invention de la dynamite

Alfred Nobel naît en 1833 à Stockholm en Suède . À l’âge de 18 ans, il embarque pour les États-Unis, où il décide d’étudier la chimie, en travaillant quelques temps aux côtés de l’inventeur John Ericsson

Résultat d’images pour John Ericsson
John Ericsson

. Après le règne séculaire de la poudre à canon, la nitroglycérine est découverte par Ascanio Sobrero 

Résultat d’images pour Ascanio Sobrero
Ascanio Sobrero 

en 1847, et c’est avec le collègue de ce dernier que Nobel se dédie à l’étude des explosifs dès 1850.

Au cours de ses expérimentations, plusieurs explosions ont lieu dans l’usine familiale, dont une qui coûte la vie à son frère Emil et à quatre autres personnes. Nobel décide donc de sécuriser l’usage de la nitroglycérine et finit par découvrir qu’en la mélangeant à de la terre de diatomée ( celle qui peut être peut utilisée contre les punaises de lit !), celle-ci devient suffisamment stable pour être transportée sans risque et nécessite l’usage d’un détonateur pour exploser.

Le 25 novembre 1867, Nobel fait breveter son invention sous le nom de dynamite, puis, il dépose le brevet pour  »la dynamite extra » Nobel en 1875. Grâce à cette nouvelle forme d’explosif, désormais standard dans les activités minières, son créateur connaît un succès financier retentissant. Tout semble aller pour le mieux dans le meilleur des mondes, jusqu’à un jour fatal de 1888, qui va renverser la vie d’Alfred Nobel.

Du marchand de mort au prix Nobel

En 1888, Ludvig

Résultat d’images pour Ludvig Nobel
Ludvig Nobel

, le frère d’Alfred, décède lors d’une visite à Cannes. Un journal est toutefois persuadé que c’est l’inventeur de la dynamite qui est passé à trépas, et publie sa nécrologie !! Alfred Nobel est sous le choc en la lisant :  » Le marchand de la mort est mort. Le Dr Alfred Nobel, qui fit fortune en trouvant le moyen de tuer plus de personnes plus rapidement que jamais auparavant, est mort hier  ».

Cet événement inattendu , fortuit va complètement bouleverser la carrière de Nobel, qui s’aperçoit soudain de l’image négative qui lui est associée et commence à se demander quel héritage il souhaite laisser à la postérité. En 1895, il dresse son testament dans lequel il exprime le souhait que sa fortune soit mise de côté à sa mort pour que soit créé le prix Nobel, une récompense internationale qui serait remise annuellement.

Alfred Nobel meurt le 10 décembre 1896, sans femme ni enfant. L’ouverture de son testament provoquera la surprise de ses amis, de sa famille et de ses collègues qui n’avaient pas été informés de son initiative. En tout, c’est 94% de sa fortune qui sera consacrée à la création du prix, ( l’équivalent de près de 2 millions d’euros ). Un montant qui s’élève aujourd’hui à plus de 337 millions d’euros en prenant en compte l’inflation. Un héritage inestimable pour l’humanité.

P.S : Le prix Nobel de la paix récompense  » la personnalité ou la communauté ayant le plus ou le mieux contribué au rapprochement des peuples, à la suppression ou à la réduction des armées permanentes, à la réunion et à la propagation des progrès pour la paix  » selon les volontés, définies par le testament, d’ Alfred Nobel

Les vaccins….


……..c’est d’actualité …….

Le terme vaccinologie a été créé en 1976 par Jonas Salk

Résultat d’images pour jonas salk
Jonas Salk

(1914-1995), pour désigner une branche de médecine de santé publique consacrée aux vaccins (statut de médicament) et à la vaccination (action d’immunisation préventive). La vaccinologie est pluridisciplinaire avec un double aspect biomédical et politique (de santé publique)

La vaccination a bouleversé l’histoire de la médecine. Depuis les travaux pionniers d’Edward Jenner

Résultat d’images pour Edward Jenner
‘Edward Jenner?

et de Louis Pasteur

Résultat d’images pour Louis Pasteur
Louis Pasteur

les vaccins renforcent les défenses immunitaires. Aujourd’hui, ils font partie de notre vie courante même s’ils soulèvent certains problèmes.

Le mot  » vaccin  » tient son étymologie du mot  »vache ». Non parce que les bovidés en ont été les inventeurs lol , mais parce qu’ils souffrent d’une pathologie proche de la variole appelée  » vaccine  ». Le Britannique Edward Jenner fut le premier à comprendre qu’en inoculant cette maladie relativement bénigne à des êtres humains, il les protégeait contre les formes plus sévères de la variole. Des recherches qui ont inspiré Louis Pasteur, qui développa le premier un vaccin contre la rage.

Quels sont les effets des vaccins sur notre système immunitaire ? © Billion Photos, Shutterstock

Quels sont les effets des vaccins sur notre système immunitaire

Depuis, les connaissances en immunologie ont permis de comprendre les mécanismes fondamentaux expliquant l’efficacité ou l’échec de certains vaccins. Des progrès considérables ont été effectués, et ces traitements préventifs ont globalement fait reculer bon nombre de maladies autrefois fréquentes et parfois handicapantes, voire mortelles, comme la poliomyélite, la tuberculose ou encore la rougeole.

Les vaccins, qui aident le système immunitaire à mieux contrer certaines maladies, font partie de la vie quotidienne, alors qu'ils étaient inconnus voilà encore un siècle et demi. Même si les enfants n'apprécient pas toujours... © Pascal Dolémieux, Sanofi-Pasteur, Flickr, CC by-nc-nd 2.0

Les vaccins, qui aident le système immunitaire à mieux contrer certaines maladies, font partie de la vie quotidienne, alors qu’ils étaient inconnus voilà encore un siècle et demi. Même si les enfants n’apprécient pas toujours…

Afficher l’image source
Peur du vaccin ?

Comment le système immunitaire réagit au vaccin ?

  Le vaccin a pour but de stimuler le système immunitaire d’un organisme vivant afin d’y développer une immunité  » adaptative  » contre un agent infectieux.

La substance active ……

La substance active d’un vaccin est un antigène dont la pathogénicité du porteur est atténuée afin de stimuler les défenses naturelles de l’organisme (son système immunitaire). La réaction immunitaire primaire permet en parallèle une mise en mémoire de l’antigène présenté pour qu’à l’avenir, lors d’une vraie contamination, l’immunité acquise puisse s’activer de façon plus rapide et plus forte.

(La pathogénicité décrit le pouvoir pathogène d’un agent infectueux agent infectieux comme une bactérie, un virus ou un champignon, c’est-à-dire sa capacité à provoquer des troubles chez son hôte. Elle dépend de plusieurs facteurs :

-La virulence (capacité à générer une maladie ou des atteintes à l’organisme).

-l’invasivité (capacité à envahir les tissus des hôtes et à se multiplier à l’intérieur).

La pathogénicité se distingue de la contagiosité, qui mesure le risque d’infection entre individus ou entre espèces. Une maladie très transmissible n’est pas forcément très pathogène.

_______________________________________________________________________

Image : Le 14 mai 1796, un médecin de campagne vaccine un jeune garçon afin de le protéger contre la variole.

Gazette …..Origines de ce mot …


Des origines vénitiennes

Aujourd’hui, le mot gazette est employé couramment pour désigner un journal, mais j’apprends que ce terme tire ses origines de la Vénétie ….

L’histoire qui se cache derrière le mot  » Gazette » :

Au XVIe siècle, Venise, dont le port est alors l’un des plus importants d’Occident, décide de créer un journal rapportant les nouvelles du monde, collectées grâce à ses grands navigateurs.
Ces journaux sont baptisés Gazeta, du nom d’une pièce frappée par la Cité des Doges à cette époque. Cette pièce de monnaie qui équivaut à, environ, cinquante de nos centimes de franc

Résultat d’images pour pièce de centimes de franc images
1 centime

, correspond alors au prix du journal.

CanalettoLe grand Canal à hauteur de la basilique Santa Maria della Salute de Venise

La Gazette de France

Portrait de Théophraste Renaudot (1586–1653)

Au début du XVIIe siècle, la Gazeta vénitienne s’exporte dans toute l’Europe.

Pour suivre ce courant, la France crée la Gazette, d’après le nom de son homologue italien.
Le périodique est fondé en 1631 par Théophraste Renaudot, le médecin de Louis XIII sous  »l’impulsion » du cardinal de Richelieu.

Le journal, qui ne comprend pas plus de 4 pages au départ, parait chaque semaine. A l’origine,il est tiré entre 300 et 800 exemplaires.

La Gazette est considérée comme le premier périodique français. 

Publiée chaque samedi, la Gazette a pour objectif de propager l’actualité politique, mais également les nouvelles de la Cour, du Royaume et de l’étranger. 

Gazette de France du mardi 3 février 1789, (image du net)

Très rapidement, ce périodique obtient le monopole de l’information politique en France.

La Gazette gagne en notoriété jusqu’à gagner un tirage à plus de 8 000 exemplaires. Distribuée partout en France, elle prend le nom de Gazette de France, en 1762.

Au cours de la Révolution française, la Gazette de France continue ses publications, mais reste cependant très discrète sur les événements.

En 1792, elle change de nom au profit de Gazette nationale de France et devient un quotidien.

Sous la IIIe République, elle reprend finalement son nom de Gazette de France, avant de disparaître en 1915


Gazette Nationale de France du mercredi 19 décembre 1792, n°267

Parce Que je ne suis pas vacciné…


.…..contre le COVID :

Ces vaccins qui ont marqué l’histoire de la médecine:

1796: Les premiers pas de la vaccination

1796 : Les premiers pas de la vaccination

Alors que la variole, aussi appelée “petite vérole”, touche une grande partie de la population depuis des centaines d’années, le médecin anglais Edward Jenner constate que les personnes qui s’occupent de la traite des vaches ne développent pas la maladie. Les laitières sont en fait protégées de la variole par la maladie de la vache, une pathologie bénigne qui fait apparaître des pustules sur leurs mains et leurs avant-bras. Edward Jenner a l’idée d’injecter un peu de pus d’une laitière dans le bras d’un jeune enfant qui ne contractera jamais la variole. Pas encore connue sous ce nom, la vaccination est née.

Photo 1885: Pasteur découvre le vaccin contre la rage

1885 : Pasteur découvre le vaccin contre la rage

C’est l’une des maladies les plus effrayantes du moment : une fois contractée, la rage est à l’époque inexorablement mortelle. Lorsque Louis Pasteur débute ses recherches pour trouver un vaccin contre la rage, il s’est déjà illustré dans la conception de divers vaccins contre le choléra chez les poules, contre le rouget chez le porc ou encore contre la maladie du charbon chez les vaches.

Photo :1885: Pasteur découvre le vaccin contre la rage

1885 : Pasteur découvre le vaccin contre la rage

En 1885, après avoir fait des tests prometteurs sur des lapins, Louis Pasteur injecte pour la première fois son vaccin contre la rage sur à un jeune garçon. Mordu quatorze fois par un chien enragé, Joseph Meister reçoit dix jours de traitement qui l’empêchent effectivement de contracter la rage. C’est la consécration pour Louis Pasteur, dont l’institut aujourd’hui mondialement connu sera créé trois ans plus tard.

Photo
1921: La naissance du BCG

1921 : La naissance du BCG

Au début du XXè siècle, la tuberculose, aussi appelée “peste blanche”, fait 100 000 à 200 000 morts en France. Le vétérinaire Camille Guérin et le médecin Albert Calmette unissent leurs forces pour étudier la maladie. Pendant 13 ans, Camille Guérin se penche sur la bactérie responsable de la maladie chez la vache et développe un bacille tuberculeux inoffensif qui ouvre la voie à l’immunité.

Photo 
1921: La naissance du BCG

1921 : La naissance du BCG

Décidés à le rendre accessible dans le monde entier, Guérin et Calmette refusent de déposer un brevet. Le BCG est le seul vaccin au monde qui porte les initiales de ses fondateurs.

Photo

1926 : La naissance des vaccins associés

Les années 1920 marquent la conception de nombreux vaccins tels que ceux contre la diphtérie en 1923 et contre le tétanos et la coqueluche en 1926. En travaillant sur la diphtérie et le tétanos, le vétérinaire français Gaston Ramon découvre que la combinaison de plusieurs vaccins dans une même seringue permet de bonnes réponses immunitaires. C’est la raison pour laquelle les vaccins contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche et la poliomyélite sont souvent rassemblés dans une même injection aujourd’hui.

Photo :1932: le vaccin contre la fièvre jaune

1932 : le vaccin contre la fièvre jaune

Dès le milieu du 19è siècle, les épidémies de fièvre jaune se multiplient en Afrique et en Amérique du Sud. Transmise par le moustique, la maladie provoque frissons, douleurs musculaires, maux de tête et une jaunisse chez certains patients. Après de longues et difficiles recherches, un premier vaccin voit le jour à l’Institut Pasteur de Dakar en 1932. Une découverte qui permet l’éradication de la maladie en Afrique francophone.

Photo 1932: le vaccin contre la fièvre jaune

1932 : le vaccin contre la fièvre jaune

La fièvre jaune est encore aujourd’hui un enjeu de santé publique dans le monde. Selon l’OMS, 200 000 cas de fièvre jaune sont détectés chaque année ainsi que 30 000 décès causés par la maladie. Comme le rappelle l’Institut Pasteur, la maladie refait actuellement son apparition dans certains pays africains et sud-américains où la couverture vaccinale n’est pas suffisante. Des cas de fièvre jaune ont également été déclarés en Chine pour la première fois.

Photo 1944: un premier vaccin contre la grippe

1944 : un premier vaccin contre la grippe

En 1944, le médecin Thomas Francis Junior est chargé de développer un vaccin contre la grippe pour protéger les soldats américains en pleine Seconde guerre mondiale. Grâce à des travaux réalisés sur un oeuf de poule ???, le premier vaccin et trouvé et la première campagne de vaccination antigrippe est lancée.

Photo 1955: Jonas Salk met au point le premier vaccin contre la poliomyélite

1955 : Jonas Salk met au point le premier vaccin contre la poliomyélite

Très contagieuse, la poliomyélite couramment appelée polio frappe principalement les enfants et peut provoquer une paralysie irréversible chez le malade. En 1955 (année de pa naissance), le médecine américain Jonas Salk met au point un vaccin qui arrive trois ans après une importante épidémie aux épidémies. Aujourd’hui, selon l’ONU, les efforts accrus de vaccination dans le monde rendent possible l’éradication complète de la maladie dans les années à venir.

Un shampoing à la mayonnaise ..


………. est-il efficace contre les poux!!!!!!!

Votre ( mes petites filles ) enfant se gratte la tête ?

Les poux apprécient particulièrement les cheveux longs mais un shampoing à la mayonnaise semble être une arme redoutable. ©Phovoir

Chaque année, la rentrée scolaire annonce le retour des infestations de nos chères têtes blondes par les poux. La prise en charge de la pédiculose (c’est le nom de cette colonisation) repose sur l’utilisation de divers traitements antipoux et de produits chimiques comme des lotions, des gels, des shampoings… Toutefois, que faire si vous refusez d’administrer ce type de traitements à votre enfant ? Pourquoi ne pas tester l’option mayonnaise ? Ce vieux remède semble bien avoir fait ses preuves.

Les poux

pou

sont des insectes dits hématophages, c’est-à-dire qu’ils se nourrissent de sang. Côté anatomie , ils sont constitués d’une tête et d’un corps avec trois paires de pattes. Chacune d’entre elles se termine par une pince qui leur permet de s’accrocher solidement aux cheveux, aux poils et aux fibres des vêtements.

La transmission des poux:

Les poux ne sautent pas et ne volent pas. Ils se transmettent par contact direct. De cheveux à cheveux pour les poux de tête. Les filles qui ont les cheveux longs sont tout particulièrement atteintes. Chaque année, jusqu’à 20 % des enfants scolarisés sont infestés par ce type de poux. D’où la question cruciale, comme s’en débarrasser de façon naturelle sans avoir recours aux divers traitements antipoux ?

Un shampoing à la mayonnaise

Résultat d’images pour images tube de mayonnaise
mayonnaise

pour engluer les poux ?!

Parmi les remèdes de grand-mères, la mayonnaise tient un rôle de choix contre ces petites bêtes. En fait, différents travaux se sont déjà intéressés aux bienfaits de cette préparation culinaire. Le principe est très simple. Ce corps gras permet d’étouffer les poux en les engluant. La méthode, si efficace soit-elle, apparaît néanmoins peu ragoutante.

Un shampoing à la mayonnaise enlève aussi les lentes

Si beaucoup conseillent de se masser le cuir chevelu puis de le recouvrir d’un sac plastique  pendant deux heures avant de rincer abondamment, une étude israélienne a démontré que l’efficacité n’est avérée que si le shampoing reste posé au moins… 12 heures !

Enfin, dernier avantage de cette technique : la suppression des lentes. La mayo lubrifie en effet les cheveux et peut donc faciliter le peignage et enlever les œufs du cuir chevelu.

Un milliardaire norvégien …


………va financer le plus grand navire scientifique jamais construit

183 mètres de long, résistant aux icebergs, à la fois écologique et luxueux, le nouveau bateau d’exploration et de recherche océanique REV devrait prendre la mer cette année (2021). Il offrira des possibilités uniques aux scientifiques pour étudier l’écosystème marin.

Comme moi, vous n’avez probablement jamais entendu parler de Kjell Inge Røkke. Ce milliardaire norvégien de 60 ans a fait fortune dans la pêche, le pétrole et l’industrie marine. Une fortune dont il a décidé de faire profiter la recherche scientifique, en finançant le plus grand et le plus luxueux navire de recherche scientifique jamais construit. Présenté le 12 novembre lors d’une réunion de la Royal Society sur l’exploration en haute mer, le Research Expedition Vessel (REV) devrait mesurer 182,9 mètres de long, plus du double de ses rivaux, et être lancé début 2021. De quoi donner un coup de jeune à la recherche océanique, dont la flotte vieillissante peine à se renouveler. (Ainsi, le Nautilus, un bateau de 64 mètres appartenant au célèbre explorateur Robert Ballard, date de 1967).

Le Research Expedition Vessel (REV) mesurera 183 mètres de long, deux fois plus que les bateaux scientifiques actuels. © REV Ocean

Le Research Expedition Vessel (REV) mesurera 183 mètres de long, deux fois plus que les bateaux scientifiques actuels.

Des équipements scientifiques dernier cri…

 » Le REV sera un think tank flottant  », décrit Nina Jensen, la directrice du projet REV, qui englobe aussi un ‘ hub » de recherche environnementale, le World Ocean Headquarters, ainsi qu’une plateforme  »open data  » (open data, que l’on traduit par  » donnée ouverte  », est une pratique de publication sous licence) ouverte sur les océans et ses ressources. D’un coût total de 307 millions d’euros, il pourra embarquer plus de 60 scientifiques et 30 membres d’équipage. Conçu pour naviguer dans les eaux polaires truffées d’icebergs et d’une autonomie de 114 jours, le navire disposera de tout l’équipement d’exploration dernier cri : sonars haute précision pour localiser et écouter les mammifères marins, un étonnant  »aspirateur géant » pour capturer les poisons sans les blesser et un laboratoire intégré. Les chercheurs auront en outre la possibilité d’embarquer leur propre matériel, grâce à une grue supportant jusqu’à 15 tonnes. Mais son véritable bijou, c’est le petit sous -marin télécommandé se nichant dans un hangar latéral de 24 mètres, capable de descendre à 6.000 mètres de profondeur. Il sera  »épaulé » d’autres robot sous-marin autonomes non rattachés au bateau et déployés par hélicoptère.

Un yacht de luxe pour accueillir des VIP

Au-delà de son équipement scientifique, le REV sera aussi un véritable yacht de luxe, avec des suites design en style  »épuré et contemporain à la scandinave » et un spectaculaire atrium ouvrant sur les sept ponts du navire. De quoi se transformer à l’occasion en navire de croisière ou accueillir des invités de marque.

Les chercheurs auront la possibilité d'embarquer leur propre matériel pour leurs expériences. © REV Ocean

Les chercheurs auront la possibilité d’embarquer leur propre matériel pour leurs expériences.

L’écologie au cœur de la conception :

Seul point noir : le navire fonctionnera au diesel hybride.  » Nous avons cherché des alternatives  », assure Nina Jensen,  » mais ni l’hydrogène ni le GNL n’offraient la même autonomie  » (39.000 km). Pour limiter son empreinte carbone, le REV naviguera à une vitesse maximale de 17 nœuds. Ses trois batteries au lithium permettront en outre d’économiser 20 % à 30 % de carburant. Une de ses premières missions sera d’ailleurs de s’attaquer au plastique polluant les océans, explique Nina Jensen. Le bateau collectera ainsi les déchets à la surface, qui seront incinérés à très haute température pour produire de l’énergie utilisable à bord par les scientifiques et l’équipage.

 » L’open data » des océans

Kjell Inge Røkke a lancé sa Fondation l’an dernier pour lutter contre le changement climatique, la  » surpêche » et la pollution marine. Il est aussi signataire de Giving Pledge, l’initiative de Bill et Melinda Gates invitant les milliardaires à léguer une partie de leur fortune à des œuvres philanthropiques. Outre les 307 millions de la construction du REV, le milliardaire a dégagé 132 millions supplémentaires pour le faire fonctionner durant trois ans. À long terme, le navire sera réservé quatre mois de l’année comme yacht de luxe et quatre mois comme navire de croisière pour écotouristes. Un nouveau modèle de financement qui pourrait donner des idées à d’autres pour élargir les ressources disponibles en matière de recherche scientifique.

___________________________________________________

  • Le Research Expedition Vessel (REV) sera le plus grand bateau de recherche scientifique jamais construit.
  • Il sera équipé de matériel dernier cri et d’un sous-marin d’exploration.
  • À la fois écologique et confortable, il pourra se transformer en navire de croisière ou yacht de luxe.

Pourquoi parle-t-on du “fisc”?


Comme chacun sait , de nos jours, on entend par « fisc » une administration centrale, qui organise la mise en place, l’assiette, la perception et le contrôle des impôts.

L’évolution du mot « fisc »

Le mot « fisc » vient du latin « fiscus », qui désigne un panier, en jonc ou en osier. Il semble d’abord qu’il ait été utilisé pendant les vendanges. Puis cette corbeille a servi à recueillir les contributions versées par les citoyens romains.

Ensuite, par extension, ce terme finit par désigner le trésor personnel de l’empereur, puis, peu à peu, l’ensemble des recettes fiscales prélevées par l’Empire romain. Cette séparation entre le patrimoine privé du souverain et les recettes de l’État aurait eu lieu au début du IIIe siècle.

Les Nias d’Indonésie….


…….peuple des sauteurs de pierre

Sur l’île de Nias en Indonésie, au nord de Sumatra, se trouve un peuple dont le rituel  »Hombo Batu » l’a rendu célèbre pour être le peuple des sauteurs de pierre.

Une tradition qui remonte à plusieurs siècles quand les grands propriétaires terriens se faisaient la guerre afin d’accroitre leurs richesses et de pouvoir organiser des fêtes. Car ceux qui gouvernaient, le faisait plutôt grâce aux divertissements de leur population plutôt que par la force, et celui qui organisait le plus de  »owasa » devenait chef.

(A l’ouest de Sumatra, l’île de Nias est célèbre pour ses villages et maisons traditionnelles ainsi que pour ses anciennes sculptures et stèles de pierre. Parmi les vestiges les plus connus, on mentionne le muret de pierre souvent placé au centre des villages ancestraux : le saut de ce mur, aujourd’hui devenu un spectacle pour les visiteurs, était initialement un rituel de préparation au combat ou à la guerre)

A cette époque, les villes étaient protégées par des murs, parfois hérissés de pointes de bambous, et le Hombo Batu permettait au chef d’entrainer les troupes. Un entrainement très réaliste puisqu’il fallait aux valeureux soldats sauter des hauteurs de plus de 2.3 mètres avec des pointes de bambou bien sûr, ce qui occasionnait des blessures voir des décès.

L’époque des combats et pillages révolus, le rite a perduré pour prouver la valeur des jeunes garçons, un passage initiatique au statut d’homme. Le courage des sauteurs de pierre leur valait également les faveurs des jeunes femmes, ce qui malheureusement n’est plus le cas, celles-ci préférant désormais d’autres atouts…

Par contre les touristes raffolent toujours de ces guerriers en armes capables de faire d’incroyables bonds, permettant à ce folklore de vivre encore, à côté des spots de surf.

Quelques clichés des Nias d’Indonésie, le peuple des sauteurs de pierre :

Les-Nias-d-Indonesie-peuple-des-sauteurs-de-pierre

Les-Nias-d-Indonesie-peuple-des-sauteurs-de-pierre

Les-Nias-d-Indonesie-peuple-des-sauteurs-de-pierre

Les-Nias-d-Indonesie-peuple-des-sauteurs-de-pierre

Les-Nias-d-Indonesie-peuple-des-sauteurs-de-pierre

Les-Nias-d-Indonesie-peuple-des-sauteurs-de-pierre-6

Les-Nias-d-Indonesie-peuple-des-sauteurs-de-pierre-7

Les sauteurs de pierre en action, en videos:

Quelle est l’origine ….


…….du Black Friday?

Le vendredi 26 novembre de nombreux magasins proposent d’importantes réductions, à l’occasion du désormais fameux  » Black Friday  » Mais d’où vient cette tradition ?

Elle puise ses origines aux Etats Unis, au milieu du 20e siècle. Plus précisément elle y est apparue dans les années 1960 pour désigner le vendredi suivant immédiatement Thanksgiving, c’est à dire le quatrième jeudi de novembre. (le Thanksgiving est censé commémorer la fondation des États-Unis et l’entente cordiale entre les colons et les populations natives).

Le Black Friday :

Cette journée du vendredi qui suivant donc le Thanksgiving, marque le début de la période des achats de Noël… une journée durant laquelle les Américains se ruaient déjà à l’époque dans les magasins.

Aussi, rapidement, les commerçants se mirent à proposer des rabais pour que les clients profitent de ce jour férié pour consommer davantage.

et petit à petit, les Américains se sont habitués à réaliser ce jour-là les premiers achats de Noel à prix cassés.

Voilà pour le “Friday”!

Mais pourquoi ce vendredi est-il qualifié de “noir” ?

La légende veut que les commerçants qui tenaient leur comptabilité (à la main, à cette époque), utilisaient des couleurs différentes selon qu’il s’agissait de comptes déficitaires ou de comptes bénéficiaires (selon qu’ils avaient ou non gagné de l’argent donc).

Les résultats négatifs étaient retranscrits en rouge, les comptes bénéficiaires eux, l’étaient en noir.

Or durant cette journée, les comptes étaient systématiquement bénéficiaires ! Donc tenus en noir !

Voilà l’explication du “Black” !