« On nous espionne « 


  Ce soir, je regarde une série que j’aime beaucoup  à la télé : « Personne of interest « 

A chaque fois je me demande si c’est vraiement de la fiction ? 

En effet, internet les téléphones portables sont facilement  » pistés  » . Un des inconvénients du  » progrès  »  ? On le constate en recevant des offres publicitaires ( souvent en rapport avec notre situation sociale ou…..)

Pour l’anecdote , moi , je sais que mon fils lit tous ce que j’écris sur le net  , ( même s’il n’a pas mes mots de passe ) , il connaît aussi le solde , les opérations de mon compte en banque ( là c’est parce que il est ami avec une fille qui travaille dans ma banque , banque qui est aussi la sienne ).

Publicités

Rare !


  C’est une PME lyonnaise qui a le vent en poupe, à tel point que son patron a décidé de verser des primes de 500 à … 35 000€ à ses 103 salariés, au prorata de leur ancienneté mais de façon égalitaire quelque soit le poste occupé. Une reconnaissance pour « l’investissement des équipes ».

 

  C’est pour fêter les 25 ans de son entreprise que Jean-Louis Brissaud a choisi de verser des primes de 500 à 35 000 € à ses 103 salariés, pour un montant total de 1,6 million d’euros. La somme est coquette et a fait le tour du net et des réseaux sociaux où les salariés ont salué la démarche.

 Il faut dire que ce grossiste en automobile multimarque qui vend aux garagistes (beaucoup) et aux particuliers (un peu) marche très fort avec un taux de progression de 28%. Et qu’il pratique également tous les mois une prime d’intéressement « C’est l’ADN de l’entreprise » précise Jean-Louis Brissaud. 

Employés

L’imbécilité à l’état pur !


C’est une demande particulière à laquelle a dû répondre Philippe Croizon dans un train SNCF samedi 23 septembre. Amputé des deux bras et des deux jambes, le sportif a dû prouver son handicap à un contrôleur en présentant sa carte d’invalidité.

Immédiatement, Philippe Croizon a partagé son expérience sur les réseaux sociaux. Sur Twitter, il a partagé son étonnement via un message accompagné d’une photo. « Dans le TER Rouen Paris, le contrôleur me demande ma carte d’invalidité pour vérifier si je suis bien handicapé ? », s’est-il interrogé.

 

« Les passagers se sont fâchés ils ont dit c’est n’importe quoi! »

Selon 20minutes, l’homme qui a traversé la Manche à la nage en 2010 a tout de suite relaté le déroulé des évènements aux dizaines d’internautes indignés ou compréhensifs face à la question du contrôleur. La publication a d’ailleurs suscité plus de 200 commentaires. « Moi je n’ai rien dit, mais les passagers se sont fâchés ils ont dit c’est n’importe quoi ! « , livre-t-il. Il précise aussi qu’après avoir répété sa demande plusieurs fois, le contrôleur a continué sa tournée des voyageurs.

  Philippe Croizon a tout de même tenu à préciser qu' »en général avec la SNCF, ça se passe super bien« . Et face à quelques commentaires insultants, il relativise : « Je voulais prendre les choses avec humour et ne pas en arriver à des insultes (…) ce monsieur a peut-être eu une mauvaise journée, il est peut-être fatigué je n’en sais rien. » 

Le sportif a rappelé que lors de la panne générale à la gare Montparnasse il y a quelques mois, l’entreprise l’avait raccompagné chez.

Handicapé sportif

 

 

 

 

Dans ma région :


 

  Un homme âgé de 35 ans qui purge une peine de prison de 2 ans et demi au centre pénitentiaire de Riom s’est évadé mercredi 16 août alors qu’il assistait aux obsèques du grand-père de sa petite-amie. Il a été conduit au cimetière d’Auzat-La Combelle dans le Puy-de-Dôme et sur place, pour éviter d’être exposé aux regards de tous, il a été démenotté « pour ne pas être l’objet de toutes les attentions » et « préserver l’intimité familiale lors de l’inhumation au cimetière », ont précisé à l’AFP le parquet de Clermont-Ferrand et les gendarmes. Il a profité de la fin de la cérémonie pour se soustraire à la surveillance des 3 gardiens (en civil et non armés) qui l’accompagnaient.cimetière

Un important dispositif de recherche a été immédiatement mis en place par les gendarmes, une quarantaine d’hommes au sol qui ont reçu le renfort de l’hélicoptère d’Egletons. Au lendemain de cette évasion, les recherches sur place n’ont pas repris, les enquêteurs étant convaincus que le détenu pourrait avoir bénéficié de l’aide de complices qui lui auraient permis de partir en voiture.

« invités » ! à rendre leurs indemnités !


 

 47 anciens salariés d’Ardennes Forge, à Nouzonville, dans les Ardennes,( près de là d’où je viens )   ont été invités à rendre une partie de leurs indemnités de licenciement. Sauf que le licenciement a eu lieu il y a 9 ans.

Ils vont devoir rembourser le trop perçu des indemnités de licenciement.  Shutterstock
Rembourser jusqu’à 24 000 €
Selon  France Bleu Champagne-Ardennes, 47 anciens salariés d’une fonderie se trouvent dans une situation bien désagréable : ils ont été sommés par la justice de rendre une partie de leurs indemnités de licenciement. Des sommes pouvant aller de 6 000 à 24 000 €!. La Cour de cassation a en effet revu le montant de leurs indemnités à la baisse, 9 ans après la fermeture de leur usine et 7 ans après avoir touché ces indemnités.

7 ans, c’est long. Certains anciens salariés n’ont plus cet argent et se retrouvent dans des situations très difficiles. D’autres vivent avec des revenus très faibles, d’autres encore avec le RSA. Trouver quelques milliers d’euros du jour au lendemain leur paraît donc impossible. Ensemble, ils ont interpelé leurs élus pour réclamer un peu d’humanité. L’un des anciens salariés, Rémi Petitjean, a demandé une « grâce » au micro de France Bleu.

 

470 000 € de trop-perçu
Mais comment a-t-on pu en arriver à une telle situation ? En 2010, ils avaient obtenu 900 000 € d’indemnités des prud’hommes pour licenciement sans cause réelle et sérieuse et travail dissimulé. Mais la Cour de Cassation a estimé que le travail dissimulé, pour lequel les anciens dirigeants ont été condamnés, n’avait pas été pris en compte. Il a donc fallu revoir à la baisse les indemnités de licenciements des anciens salariés. Au total, ils vont devoir reverser 470 000 €.

« On est 47 et on n’a plus rien à perdre », ont-ils fait savoir au journal   l’Union. « On est au bout du bout. » Pour faire entendre leur voix, ils ont lancé une association « Les indignés d’Ardennes Forge ». Mais la décision de la Cour de Cassation confirmant celle de la cour d’Appel de Reims, il ne pourra pas y avoir de nouveau procès. Les élus locaux pourront-ils demander une faveur exceptionnelle au gouvernement ? Affaire à suivre…fonderie

Répulsif…..anti….Humains !!!!


 

  On ne sait exactement quelle odeur dégage le produit, mais son usage est bien clair: éloigner les visiteurs indésirables.

     Insectes, rongeurs, bactéries? Non, humains. Apparu sur le site de la société carougeoise Grellor, le liquide Mauvais’Odeur se vend au litre. 24 fr 62 (suisse) ? le flacon.
Après les ultrasons autour du Palais Eynard installés et retirés fissa en 2007, après les pics anti rassemblement au Lignon en 2016 (également démantelés quand la polémique a éclaté), c’est au tour du dispositif olfactif de faire des vagues.              Tombé par hasard sur la publicité pour cette potion anti squatteurs, Alfonso Gomez, conseiller municipal écologiste en Ville de Genève, a d’abord crié son indignation sur les réseaux sociaux. «Quand j’ai vu ça, j’ai d’abord cru à un gag. Elaborer un produit chimique contre les humains et faire de la publicité pour le vendre, il n’y a vraiment plus de limites, on se permet n’importe quoi contre ce qui n’est pas dans la norme», dit-il, écœuré. Son ressenti: «On vise les jeunes qui ont besoin de lieux pour se rassembler.»
Puis l’élu a contacté la société carougeoise afin d’obtenir des explications. Dans l’heure suivante, le texte de présentation de cette boule puante à usage professionnel était modifié. Le répulsif pour êtres humains devenait un répulsif tout court.
Pierre Grelly, directeur de la société spécialisée dans les produits d’entretien, reconnaît: «Le terme est critiquable, c’est vrai. Mais c’est un produit technique qui existe sur le marché.» Ce flacon-là, Grellor le commercialise depuis un an environ. Il est vendu avec la solution qui permet d’éliminer l’odeur nauséabonde. Qui sont les clients de l’entreprise? Vend-elle son répulsif à Genève? «Je ne peux pas donner de nom, mais il est utilisé dans plusieurs villes, surtout en France. C’est un moyen plus doux qu’un grillage ou un agent de sécurité», assure Pierre Grelly. Et cette fameuse odeur, alors? «Elle n’est pas dans notre mémoire olfactive et donc indéfinissable. Mais croyez-moi, elle est insupportable.»SDF

Boire ou conduire….


train 

Le cheminot ivre aux commandes de son train Paris-Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), mercredi soir, buvait du rosé en roulant !
Le cheminot contrôlé avec un taux de 3,34 g d’alcool par litre de sang après avoir grillé l’arrêt de son train en gare de Nevers, mercredi soir, a expliqué pendant sa garde à vue « avoir bu plusieurs bières à son domicile en région parisienne avant de prendre son travail, puis avoir continué à boire tout en conduisant », indique le procureur de la République, Lucile Jaillon-Bru.

« A l’intérieur de sa cabine », poursuit la magistrate, il a été découvert « un cubi de vin rosé de trois litres entamé ».
Arrêt manqué à Nevers : le cheminot conduisait son train avec 3,34 g d’alcool

 

Parti de Paris pour Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), l’agent SNCF avait finalement arrêté son train à Saincaize, quelques kilomètres après avoir traversé la gare de Nevers à 110 km/h, alerté par un feu rouge déclenché par le poste de commandement. Présentant des signes d’ivresse manifeste, il avait été aussitôt transporté à l’hôpital où une prise de sang avait été pratiquée.

Présenté au parquet de Nevers, ce vendredi matin, puis au juge des Libertés et de la Détention, le cheminot a été remis en liberté sous contrôle judiciaire. Une mesure qui lui interdit de conduire tous véhicules et d’exercer sa profession. Il sera jugé par le tribunal correctionnel, le mercredi 30 août.
 

Pollu-actualité…….


océann pollué

 En 2050, il y aura plus de plastique que de poisson dans nos océans.

  C’est une honte. La moitié du plastique que nous fabriquons n’est utilisée qu’une seule fois, puis jetée, étouffant ainsi nos océans et les animaux qui y vivent.

  Mais dans quelques jours, nos gouvernements pourraient faire refluer cette marée et s’engager pour des océans propres au cours d’un sommet historique. La pression de l’opinion publique vient de forcer le 2ème pollueur au monde, l’Indonésie, à promettre de réduire de 70% ses déchets plastiques! Aujourd’hui, nous devons forcer la main d’autres grands pollueurs.

  Une pétition ….

https://secure.avaaz.org/campaign/fr/end_plastic_pollution_loc/?bmZUPkb&v=93208&cl=12642624011&_checksum=98ee4e4856effa47ae55a52dc103b5fdf0a09b775e9aa1d7e135b218fd2a9e79

Encore un débile nostalgique !


Isidore Heath Campbell, autorisé à prendre le nom d’Hitlernom-hitler

  Le nom Hitler doit-il être proscrit ? C’est la question qui revient sur le tapis après qu’un américain a été autorisé par la justice à remplacer son nom par celui du dictateur allemand. Un habitant de Pennsylvanie, Isidore Heath Campbell de son nom d’origine, a ainsi obtenu l’autorisation de s’appeler Hitler devant une cour du New Jersey en mars dernier.

Cette autorisation est devenue effective lundi selon MyCentralJersey.com. « C’est génial » a déclaré l’intéressé au site d’information local, « mon permis de conduire a déjà été modifié, mon assurance, ma carte d’identité, tout ce dont j’ai besoin a déjà été modifié ». Et l’homme d’ajouter « Je suis le nouveau Hitler ».!!!?

 

  Il est également fier des initiales de son nouveau nom : I.H.H (Isidore Heath Hitler) qui peuvent aussi signifier « I Hail Hitler » (ou « Je salue Hitler »). Dès lors, difficile de croire que l’individu tatoué au cou d’une croix gammée soit simplement admirateur du nom et pas du personnage historique qui l’a porté.

Uniforme nazi et violences domestiques

  Ses antécédents parlent également pour lui. Car ce n’est pas la première fois que I.H.H, néonazi et suprémaciste blanc notoire, apparaît sur la scène médiatique. En 2008, son cas avait fait grand bruit dans le New Jersey quand un supermarché local avait refusé d’inscrire sur un gâteau d’anniversaire le prénom d’un de ses 9 enfants appelé Adolf Hitler. Le père, vêtu d’un uniforme de la wehrmacht, avait alors déclaré à la NBC 10 que « les gens avaient besoin de sortir leur tête des nuages et de commencer à s’intéresser au futur et non pas au passé ». Sous-entendu : oublions la Shoah et préparons le Reich de demain.

Le gâteau d'anniversaire de son fils, prénommé Adolf Hitler
Le gâteau d’anniversaire de son fils, prénommé Adolf Hitler

C’est un péché ?


 Argentine: Une bonne soeur japonaise arrêtée pour abus sexuel
C’est la fin d’un mois entier de cavale. Une bonne soeur japonaise, Kosaka Kumiko s’est rendue aux autorités argentines vendredi. La religieuse de 42 ans a été arrêtée pour son implication dans une affaire d’abus sexuels commis sur 27 jeunes malentendants dans une école, ont annoncé vendredi des sources judiciaires. Deux curés et trois employés de l’institution, tous sous les verrous, sont également soupçonnés par la justice dans ce dossier.
   Selon les médias locaux, la bonne soeur était chargée de repérer les potentielles victimes parmi les élèves. Les faits se seraient produits à Mendoza, à l’ouest du pays, dans l’institut Provolo, destiné aux enfants avec des problèmes auditifs. Une enquête a été ouverte après de nombreuses plaintes et une trentaine de témoignages.
« Je suis innocente. Je n’ai fait que le bien », a déclaré la bonne soeur devant le procureur chargé de l’enquête, qui a ordonné son maintient en détention dans une prison pour femmes.Selon les médias locaux, la bonne soeur était chargée de repérer les potentielles victimes parmi les élèves. Les faits se seraient produits à Mendoza, à l’ouest du pays, dans l’institut Provolo, destiné aux enfants avec des problèmes auditifs. Une enquête a été ouverte après de nombreuses plaintes et une trentaine de témoignages.
« Je suis innocente. Je n’ai fait que le bien », a déclaré la bonne soeur devant le procureur chargé de l’enquête, qui a ordonné son maintient en détention dans une prison pour femmes.religieuse