S.D.F…( bientôt mon cas )….


Paroles de la chanson S.D.F par Allain Leprest

J’aim’rais qu’çà cesse – esse – esse
De s’dégrader – der – der
Sans un bénef – ef – ef
S.D.F.

Ce qui me blesse – esse – esse
C’est d’être soldé – dé – dé
Pour pas bézef – ef – ef
S.D.F.

J’ai pas d’adresse – esse – esse
Rien à garder – der – der
J’ai pas l’téleph – eph – eph
S.D.F.

Rien dans la caisse – aisse – aisse

Rien à fonder – der – der
J’ai pas d’sous-chef – ef – ef
S.D.F.

On me rabaisse – aisse – aisse
On veut m’céder – der – der
En bas-relief – ef – ef
S.D.F.

La politesse – esse – esse
Rien à glander – der – der
J’dis çà en bref – ef – ef
S.D.F.

M’am’ la Comtesse – esse – esse
Ne m’en gardez – dez – dez
Aucun grief – ef – ef
S.D.F.

J’ai trop d’paresse – esse – esse
Pour musarder – der – der
Dans votre fief – ef – ef
S.D.F.

Chacun sa messe – esse – esse
Et ses idées – dées – dées
Chacun sa nef – ef – ef
S.D.F.

C’est ainsi qu’naissent – aissent – aissent
Des Jésus, des – des – des
Marie-Joseph – eph – eph
S.D.F.

Pour qu’on s’redresse – esse – esse
C’est l’verbe aider – der – der

Qu’il faut qu’on s’greffe – effe – effe
S.D.F.

Allez, j’vous laisse – aisse – aisse
J’vais jouer aux dés – dés – dés
Chez l’père Youssef – ef – ef
S.D.F.

Allez, j’vous laisse – aisse – aisse
J’vais jouer aux dés – dés – dés
Chez l’père Youssef – ef – ef
S.D.F.

La vidéos : ( bof )

 

Un fruit à manger…..


…….religieusement : fruit passion…..La grenadille est une variété de passiflore originaire du Brésil . Connue sous le nom de  » fruit de la passion  ».         Pourquoi  » fruit de la passion  » ? Encore une histoire de curés lol .  Le nom de  » fruit de la passion  » est le fruit  de l’imagination des missionnaires quand ils évangélisaient les indiens d’Amériques Centrale . Le coeur de la fleur , selon ces missionnaires évoquait les divers  » instruments  » de la passion du Christ : Au centre , des filaments enchevêtrés symbolisaient , selon eux , la couronne d’épines , les pétales = les apôtres  et un pistil à plusieurs têtes rappelant le marteau et les clous  !

Bref , il suffit d’avoir la foi et une pointe d’imagination …..

 » à dada sur mon bidet  » !


En lisant le  » titre  » du billet ( en admettant que quelqu’un le lise ) , je présume que le lecteur va songer à  Résultat d’images pour images cheval à bascule ''ce jouet qui a presque disparu…..Mais non :

Il est question d’un autre bidet , objet presque disparu lui aussi :blanc de bidet illustration de vecteur

  Le bidet , banal meuble de salle de bain , a longtemps  » joui  » d’une réputation sulfureuse , surtout depuis que les G.I , qui l’ont découvert en 1939 – 45 dans les maisons closes , ont fait savoir au monde entier comment les Français se lavaient le derrière . En effet , à l’origine le bidet n’était pas destiné au lavage des pieds , comme ont l’a souvent raconté à certains enfants , mais bel et bien à celui des parties  du corps injustement qualifiées de  » honteuses  » . Aujourd’hui , le bidet semble passé de mode ,et on peut dire que c’est bien dommage ! car , outre ses vertus  avérées pour les soins et l’hygiène de notre   » séant » , il peut aussi être utile pour  bien d’autres usages comme la lessive à la main par exemple ….La baignoire baignoireoffre une plus grande contenance , mais…..Elle ne peut pas être chevauchée ….Quant au lavabolavabo , il est beaucoup trop haut pour nos  » popotins  » lol 

   __________________________________________________

      En français ancien, bidet veut dire petit cheval. On a  la possibilité de vous asseoir face aux robinets, ce qui est pratique, mais on peut aussi leur tourner le dos, comme si on s’asseyait sur les toilettes.

    Ainsi, le bidet servait pour l’hygiène intime des dames pendant les menstruations, mais aussi pour une hygiène intime après être allé à la selle.

   C’est l’époque aussi où notre  » chère  » Rika Zarai,Résultat d’images pour Rika Zaraï en plus de la chanson, s’intéressait à la santé naturelle et parlait du bain de siège avec de l’eau froide.

     Elle fut beaucoup raillée par les humoristes et pourtant, la méthode du bain de siège afin de refroidir l’organisme, que l’on peut aussi nommer hydrothérapie à de nombreuses vertus.

Enlèvement du pape Pie VII ?


6 juillet 1809
      En 1805, époque où les Autrichiens se reportaient en force en Italie, et où une armée anglo-russe était attendue à Naples, les Anglais avaient envoyé dans la Méditerranée une flotte destinée à seconder les opérations de leurs alliés.           Calculant que les forces combinées pourraient, en se portant sur l’Adriatique entre l’armée du prince Eugène Résultat d’images pour Eugène de Savoie-Carignan qui se trouvait alors sur l’Adige, et celle du général Gouvion Saint-Cyr , alors cantonnée dans le pays d’Otrante, interrompre leurs communications, Napoléon pria le saint Père d’admettre une garnison française dans la citadelle d’Ancône qui n’était pas gardée, et dont les alliés pouvaient se saisir ; il l’invita aussi à se liguer avec les autres puissances d’Italie pour l’intérêt commun, et à fermer ses ports aux Anglais.

    C’était au souverain temporel que ces demandes s’adressaient. Pie VII y fit, comme chef de l’Eglise, une réponse plus propre à édifier un chrétien, qu’à satisfaire un politique.

   La neutralité en pareil cas était hostile. Napoléon rappela à Sa Sainteté que Charlemagne n’avait investi le pape d’une souveraineté temporelle, que dans l’intérêt de l’Italie et de la catholicité. C’était lui donner beaucoup à entendre. La chose en resta cependant  là pour le moment.

Après la paix qui suivit la victoire d’Austerlitz, en 1805, Joseph Bonaparte ayant été mis en possession du trône de Ferdinand, ou plutôt du trône de Caroline, Rome devint le foyer des intrigues du ministère anglais avec la cour de Palerme.

Les Français étaient  assassinés chaque jour dans les Etats du pape. Napoléon le somma d’expulser leurs ennemis, de fermer ses ports aux vaisseaux anglais ; et parlant en maître cette fois, il le menaça, en cas de refus, de s’emparer de la partie du territoire romain, par laquelle le royaume de Naples communiquait avec le royaume d’Italie.

    Pie VII ayant répondu à cette menace de confiscation par une menace ayant répondu à cette menace de confiscation par une menace d’excommunicationPie 7 jpg  , Napoléon envoya le général Miollis avec six mille hommes occuper Rome, où Sa Sainteté conserva d’ailleurs toutes les apparences de l’autorité. L’état des choses était encore le même en 1808.

    Décidé  d’en sortir enfin, Napoléon déclara nettement alors au saint Père, qu’à refus par lui d’entrer dans la confédération italienne, la donation de Charlemagne serait tenue pour nulle. En effet, le pape ayant persisté dans son inaction, les provinces romaines sur l’Adriatique fuient réunies à l’empire français, et on ne lui laissa que celles qui sont entre les Apennins et la Méditerranée. De plus, les troupes françaises continuèrent d’occuper Rome, qu’elles ne devaient évacuer qu’après que ce démembrement aurait été sanctionné par le pape. Pour toute réponse, le pape rappela l’ambassadeur qu’il avait à Paris.

    Sur ces entrefaites éclata la coalition de 1809. A cette nouvelle, la population de Rome ayant pris une attitude menaçante, le général français qui commandait dans cette ville ayant demandé des renforts , il reçut ordre d’incorporer les troupes romaines dans l’armée française, et fut autorisé à prendre les mesures les plus propres pour se faire respecter, tout en conservant pour le chef du gouvernement le respect auquel il avait droit comme chef de l’Eglise. C’est alors que, enhardi par le résultat douteux de la bataille d’Essling, Pie VII crut pouvoir fulminer une bulle d’excommunication contre Napoléon. « Que les souverains, y est-il dit, apprennent encore une fois qu’ils sont soumis par la loi de Jésus-Christ à notre trône et à notre commandement ; car nous exerçons aussi une souveraineté, mais une souveraineté bien plus noble, à moins qu’il ne faille dire que l’esprit doit céder à la chair, et les choses du ciel à celles de la terre. »

     Retiré dans son palais de Monte-Cavalo, où il s’était barricadé, le saint Père, cependant, s’y faisait garder par quelques centaines de sbires, qui exhalaient leur bravoure en menaces. Cela exaspéra l’humeur des soldats français. Déjà ils avaient échangé des injures avec les soldats du pape, et l’on avait lieu de craindre que des paroles les troupes n’en vinssent aux faits, et qu’il ne s’engageât un combat dans lequel les jours de Sa Sainteté elle-même seraient exposés. Les balles ne respectent personne, dit Napoléon. Le général français, dont les remontrances n’avaient pas été écoutées , crut, pour éviter un plus grand malheur, devoir enlever de nuit le pape de son palais, et le faire partir aussitôt pour Florence.

    L’empereur n’apprit pas cet événement sans déplaisir. De Schœnbrünn, où il se trouvait alors, il envoya ordre au gouvernement de Florence de mettre à la disposition de Pie VII la plus belle maison de campagne du grand-duché, et d’entourer le pontife des égards dus à son » saint caractère  ». Le prince qui commandait en Piémont reçut aussi ordre d’en user de même dans le cas où le pape viendrait à Turin. Enfin, dans le cas où Sa Sainteté aurait franchi les Alpes, elle devait, d’après les ordres de l’Empereur, être dirigée sur Savone, où le palais  » archiépiscopal  » serait mis à sa disposition.

      Cette dernière volonté est celle qui fut exécutée. Pie VII supporta son sort avec une résignation bien plus redoutable pour la puissance séculière que l’emportement auquel plusieurs de ses prédécesseurs s’étaient livrés en pareille circonstance. Conservant une simplicité tout apostolique au milieu du luxe dont Napoléon s’étudiait à l’environner, et toujours intraitable sur l’article de la renonciation aux domaines qu’il tenait de ses prédécesseurs, il appela sur lui cet intérêt que la constance appelle toujours sur la faiblesse opprimée. Il ne négligea pas toutefois de riposter, par les moyens que lui fournissait la puissance spirituelle, aux déplaisirs que la puissance temporelle lui suscitait. C’est de Savone que furent lancés plusieurs brefs qui, en d’autres temps, eussent troublé la France, et que fut adressé à l’Eglise de Paris celui par lequel était improuvée la conduite du cardinal Maury, qui, nommé au siège de cette métropole par Napoléon , en avait pris possession sans avoir reçu de Rome les institutions canoniques.

   Le 17 février 1810, un sénatus-consulte réunit néanmoins à la France les Etats romains, et attribua au prince impérial le titre et les droits de roi de Rome, déclarée seconde ville de l’Empire. Le pape disparaissait ainsi de la liste des souverains séculiers ; et, comme le même acte portait qu’il aurait un palais à Paris, et le mettait, quant à ses revenus, dans la dépendance de l’empereur, est-ce bien lui qui devait être désormais le chef de l’Eglise ?

Une fille a…..


….. (aurait) ? accouché à l’âge de 5 ans !!!tétinetétine

Donner la vie : C’est un acte qui demande une certaine maturité, aussi bien physique que psychique…..
     …..Ou pas… En effet, à ce jour, la plus jeune mère recensée dans l’histoire de la médecine est une Péruvienne âgée de seulement… 5 ans et 7 mois, au jour de son premier accouchement.

Une maman précoce :

    Il y a des histoires dont on peine à admettre qu’elles sont vraies . Celle de Lina Medina Résultat d’images pour Lina Medinaen fait partie :

     Née en 1933, cette Péruvienne est en effet ( encore à ce jour ) la plus jeune maman recensée dans l’Histoire de l’humanité, puisqu’elle a donné la vie, le 14 mai 1939, à l’âge improbable de 5 ans, 7 mois et 17 jours.

    Si on ne connaît pas le père de ce bébé (et encore moins les circonstances de sa conception), il est communément admis que la (très) jeune maman a eu ses premières règles à l’âge de 3 ans.

   La grossesse fut découverte au bout de 7 mois, après que les parents de la fillette l’ont emmenée dans l’hôpital de la ville de Pisco, craignant qu’elle ait développé une tumeur à l’abdomen.

   Arrivée à terme, la grossesse aboutit finalement à la naissance d’un garçon, par césarienne, du fait de la petite taille du pelvis de la Péruvienne.

Le mystère reste entier

   Pesant 2,7 kilogrammes à la naissance, Gerardo (le fils de Lina) fut nommé ainsi en hommage au médecin qui avait participé à l’accouchement.

   Ayant très peu de différence d’âge avec sa mère, son enfance fut ( sans surprise )  très particulière.
  En effet, alors que Lina s’adonnait encore à des loisirs d’enfant, Gerardo grandit en pensant que cette petite fille était sa grande sœur. Ce n’est qu’à l’âge de 10 ans qu’on lui révéla ( à sa grande surprise ) la vérité.

   Lina, quant à elle, poursuivit son parcours de manière plus classique, jusqu’à avoir un deuxième fils, à l’âge bien plus mûr de 39 ans.

       À ce jour, il est toujours impossible de savoir si ( enfant ) elle fut réellement fécondée au cours d’un rapport sexuel ou si ( cas bien plus rare ) elle aurait été l’hôte d’un jumeau parasite, ayant achevé sa croissance sous la forme d’un fœtus in fœtus.

    Ce mystère a fait de la Péruvienne l’objet d’un culte dans son pays, la fillette étant parfois comparée à la Vierge Marie.!!!!

 

J’ai lu aussi ….


….Mais vrai ???? Je le  » livre  » tel que lu :

       Si exceptionnellement quelqu’un passe et lit , et qu’il sait quelque chose là dessus , ce serait bien qu’il l’écrive , mais….c’est SI quelqu’un passe et çà ??

1) André Malraux était un pilleur de temples ?

L’écrivain qui a été Ministre de la Culture n’a pas toujours été une figure exemplaire. En 1923, il était totalement  » fauché  » à cause de mauvais investissements en bourse. Du coup, il s’est dit que ce serait une bonne idée d’aller au Cambodge avec son épouse pour voler des statues dans des temples khmers afin de les revendre et se faire un peu de fric. Ils ont fini par se faire arrêter et André a fait de la prison. Selon les mémoires de sa femme Clara, il justifiait ses vols par une bonne phrase »  d’enflure  » :  » Vous ne croyez tout de même pas que je vais travailler ?  » Sacré André.Résultat d’images pour André Malraux

2) Ernest Hemingway Hemingwayaimait tuer des animaux ?

Hemingway était un grand fan de chasse. Pas juste la chasse pour se nourrir, hein, la chasse pour  » buter  » des animaux et en faire des trophées. Il posait fièrement avec leurs cadavres ; le genre de photo qui aujourd’hui soulève systématiquement l’indignation (à raison). Il a même établi la liste des Big Five, ces 5 animaux de la savane (Buffle, lion, léopard, éléphant et rhinocéros) qu’il fallait tuer si on voulait être un  »  vrai chasseur  ». Ou  » une vraie enflure  », plutôt.

3 )  Guy de MaupassantRésultat d’images pour Guy de Maupassant  partageait volontiers ses MST ?

L’écrivain  était connu pour passer sa vie dans des bordels et coucher avec toutes les prostituées du coin. Forcément, un jour, ce qui devait arriver arriva : il a  » chopé  » la vérole.   On aurait pu croire que ça allait le calmer, mais pas du tout. A la place, il s’en est vanté auprès d’un ami dans une lettre, expliquant que maintenant, au moins, il n’avait plus peur de choper la vérole, vu qu’il l’avait déjà.     Et il lui a bien expliqué que cette absence de peur lui permettait de coucher avec encore plus de prostituées. Dans le texte, ça donne ça :  » je baise les putains des rues, les roulures des bornes et après les avoir baisées je leur dis  »J’ai la Vérole ». Et elles ont peur et moi je ris, ce qui me prouve que je leur suis bien supérieur.  » Ce mec était un grand malade.

4 ) Jean-Jacques Rousseau Rousseaua abandonné ses 5 enfants ?

 Rousseau a, entre autres, écrit sur l’éducation, encourageant les gens à faire des enfants et à les élever. C’est très noble de sa part. Ce qui l’est moins, c’est qu’il a lui même abandonné ses 5 gosses à l’hospice des enfants trouvés, contre l’avis de leur mère, alors même que des proches s’étaient proposés de les adopter. Dans Les Confessions, il a essayé de se justifier en expliquant que c’était une manière de leur offrir l’éducation publique, un peu comme dans La République de Platon, mais on ne nous la fait pas à nous : ce mec est une grosse enflure.

5) Louise Colet Résultat d’images pour louise coletn’a pas hésité à sortir son couteau ?

La poétesse du 19e siècle n’a pas apprécié un article du journaliste Alphonse Karr. Il y dévoilait la relation adultère entre Louise et Victor Cousin, un philosophe qu’on a un peu oublié aujourd’hui. Ni une ni deux, elle s’est rendue chez le journaliste pour le poignarder dans le dos. Le journaliste l’a raccompagnée chez elle et lui a présenté ses excuses. Alors ok, son article n’était pas très cool, mais quand même : planter des gens quand on n’est pas content, c’est un peu extrême.

6 )  Gustave Flaubert Résultat d’images pour gustave flaubertclashait violemment tous les écrivains de son époque ?

 

    Si vous avez lu Mme Bovary, vous savez déjà que ce bon vieux Gustave pouvait ne pas être très tendre avec ses personnages, mais il était pareil avec ses homologues. A propos de Lamartine, il a écrit :  » C’est un esprit eunuque, la couille lui manque, il n’a jamais pissé que de l’eau claire.  » Et sur Balzac :  » Quelle homme eût été Balzac, s’il eût su écrire !  » Il y en a encore plein d’autres comme ça, mais on vous laisse les découvrir dans les bouquin s. En tout cas, on peut dire que le mec savait se faire des amis.

7) Edgar Allan Poe Résultat d’images pour Edgar Allan Poea épousé sa cousine de… 13 ans ?

Lui en avait 26. Alors oui, on peut dire que les mœurs ont changé, etc., mais il faut savoir que ce mariage était déjà très mal perçu à l’époque, et que la (très) jeune mariée avait dû mentir sur son âge pour qu’on puisse célébrer leur union. C’est pas très net, tout ça, si vous voyez ce qu’on veut dire.

8 ) Arthur Rimbaud Résultat d’images pour Arthur Rimbauda empoisonné des tas de chiens ?

Déjà il faut se souvenir d’un truc dont on ne parlait que brièvement au lycée : Rimbaud a fait du trafic d’armes, ce qui n’était pas bien glorieux. A côté de ça, il faisait aussi du commerce de café en Ethiopie. C’est un domaine un peu moins problématique, sauf que pour protéger ses stocks des chiens qui venaient pisser dessus, il foutait du poison partout autour, ce qui lui a valu une réputation de tueur de chiens. Il y avait sûrement d’autres moyens de protéger son café sans commettre de génocide canin.

9) Alfred Jarry Jarryavait une manière bien à lui d’aborder les femmes ?

Une anecdote raconte que le célèbre auteur de l’absurde Jarry s’est posé un jour en terrasse à côté d’une femme qui l’attirait. Comme elle ne faisait pas attention à lui, il aurait sorti son revolver pour tirer dans le miroir de l’établissement, puis se serait exclamé :  » Maintenant qu’on a brisé la glace, on peut causer.  »  Difficile de dire si tout ça est vrai, mais ce qui est sûr c’est qu’aujourd’hui le mec qui fait ça part direct en garde à  vue’ (et heureusement).

10) VoltaireVoltaire (2)   était bien plus sexiste que  » ton oncle bourré  »

Certains prétexteront que  » boh, c’était comme ça à l’époque  », mais il suffit de rappeler qu’il a écrit :  » Les femmes ressemblent aux girouettes : elles se fixent quand elles se rouillent.  »  pour comprendre qu’il ne tenait pas la femme en très haute estime. On vous laisse quand même vous faire votre propre avis, mais nous on a choisi. Ça veut pas dire qu’il faut brûler tout Voltaire dès demain, mais qu’on peut avoir du recul sur la personne. On aurait aussi pu parler de son homophobie, de son antisémitisme et du fait qu’il a fait du commerce avec des esclavagistes, mais après ça fait long.

Vieillir….


Vieillesse commençante

 

C’est en vain aujourd’hui que le songe me leurre.
Me voici face à face inexorablement
Avec l’inévitable et terrible moment :
Affrontant le miroir trop vrai, mon âme pleure.

Tous les remèdes vains exaspèrent mon mal,
Car nul ne me rendra la jeunesse ravie…
J’ai trop porté le poids accablant de la vie
Et sanglote aujourd’hui mon désespoir final.

Hier, que m’importaient la lutte et l’effort rude !
Mais aujourd’hui l’angoisse a fait taire ma voix.
Je sens mourir en moi mon âme d’autrefois,
Et c’est la sombre horreur de la décrépitude !

Renée Vivien (1877-1909)
Haillons

François Calvat…


Je découvre ….je  » partage  » :

  L’artiste isérois François Calvat, âgé de 94 ans, a travaillé toute sa vie autour de la mémoire paysanne en transformant des objets de récupération glanés près de chez lui en œuvres d’art. Depuis des décennies, il explore toutes les variations d’une couleur : le noir, qu’il obtient à l’aide de son chalumeau. 

   C’est à 13 ans que François a la révélation en découvrant Les cerisiers en fleurs de Van Gogh Vincent van Gogh Amandelbloesem-Almond Blossom poster 50x70cm.( Pas sur que  l’image corresponde ) mais il va très vite délaisser la peinture pour des matériaux de récupération : tôle en zinc, plomb, caoutchouc, cuir mais aussi les éléments de la nature comme les brindilles, les fagots, les piquets de vigne, les écorces, etc. 

Un atelier-musée :

Il a fait don de nombreuses œuvres à la mairie de Saint-Martin-d’Uriage, mais la plupart dorment chez lui. Son atelier est le musée d’une vie. Exposé à Paris ou à Los Angeles, son travail a eu une certaine reconnaissance.

  » Je cherche à noircir les petites baguettes qui sont encore blanches ». A 94 ans, l’œil de François Calvat est toujours aussi aiguisé. Comme le peintre désormais centenaire Pierre Soulages, il explore l’infini du noir. Seule la technique diffère. Mais ses palettes de bois brûlé ressemblent à s’y méprendre à des tableaux.  »Je me suis rendu compte avec le bois brûlé qu’en coupant des petites baguettes et en les redisposant d’une certaine manière, la lumière s’accroche différemment ». 

Une vie d’artiste:

  C’est à treize ans qu’il a une révélation artistique, en découvrant le tableau de Van GoghImage du produit, Les cerisiers en fleurs. Mais après quelques années de peinture, il se détourne des toiles et des pinceaux pour se consacrer aux matériaux de récupération ainsi qu’au éléments de la nature. Il aime particulièrement le monde paysan. « Les paysans mettaient des bâches pour couvrir les plantes. Je les récupère et parfois des racines de plantes sont toujours accrochées » raconte-t-il. « C’est un peu la mémoire paysanne que je travaille ». Son credo : matière, mémoire et lumière. « Je rends hommage à la nature et aux hommes qui ont travaillé sur la nature ». 

François Calvat a fait don d’une partie de ses œuvres à la mairie de Saint-Martin-d’Uriage. Celui qui a exposé notamment à Paris ou à Los Angeles garde tout de même la plupart de ses trésors dans son atelier. 

 

Tout le monde s’en fiche………..mais


   Trop d’emmerdes ( oui je sais : c’est grossier mais c’est le mot qui convient  )  pour passer sur le  »virtuel  »….

   1 ) Je suis en  » interdit bancaire  » !

2) Donc bientôt plus de net ….

   3 ) Peut-être bientôt S.D.F ! ( expérience intéressante  n’est ce pas ? )

  4 ) Manu fait ce qu’il peut pour m’aider financièrement et aussi  » administrativement  » ,  surtout moralement mais……

Alors …Pour l’instant , télé pour ne pas trop penser …..puis ????? Peut-être que je passerais tard dans la nuit pour visiter les blogs que j’aime ….Peut-être ….

Que disais je ? ha oui , Télé ; et bien non : plus de télé non plus !