Elections obligent……


Emmanuel ( encore lui ! ) m’a envoyé un SMS tout à l’heure pour  » m’inciter  » à aller  aux urnes ce dimanche : C’est important m’a -t -il dit , tu dois y aller ! ( Il connait mon aversion pour tous ces politiques qui nous abreuvent de belles paroles, promesses qu’ils ne tiennent jamais une fois élus  )…..Je lui ai promis que j’irais ….et je compte bien y allerbureau de vote ….Mais voter pour qui ?  ( Idem , lui me dit savoir pour qui je vais voter ! ) ?????

Je me demandais aussi comment çà se passe pour les Français vivant à l’étranger….

Si on habite à l’étranger, on peut  participer aux élections organisées en France, à condition d’être inscrit sur une liste électorale. On peut  choisir de voter dans son  pays de résidence (ambassade ou consulat) en s’ inscrivant sur les listes consulaires. Pour les élections locales, on peut  seulement voter en France (personnellement ou en donnant procuration).

  Inscrits au registre des Français établis hors de France, vous êtes inscrits automatiquement sur la LEC sauf opposition de votre part.

   Votre inscription sur la liste électorale consulaire détermine le lieu où vous devrez voter pour les différentes élections nationales : soit en personne, soit par procuration, sous certaines conditions.

 

Et bien entendu , pour finir , pour mon plaisir :

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

Aux écrivains , poètes….internautes désabusés ……


Ne déchire pasP1000322
Il faut publier
Tu peux publier
Tu en a le droit
Publier même sans
Editeur tordu
Leurs sous-entendus
Et leurs boniments
Publier fait peur
Quand on ne sait pas
Qu’il suffit crois-moi
D’un bon imprimeur
Ne déchire pas

 

Moi je les lirai
Tes perles de nuit
Venues de sursis
Où tu ne dors pas
Je crierai tes vers
Sur la scène d’Alfort
Et même d’Astaffort
Devant Dieu le père
Je boug’rai des dolmens
Pour qu’on parle de toi
De cette nouvelle voie
Que les gens comprennent
Ne déchire pas
Ne déchire pas
Ne déchire pas
Ne déchire pas

Ne déchire pas
Qui retrouverait
Ces mots condensés
Que tu écris là
Je te parlerai
De ces savants-là
Qui ont eu cent fois
Des oeuvres refusées
J’te f’rai rencontrer
C’lui par hasard roi
Quand Gallimard pas-
Sa sans le signer
Ne déchire pas
Ne déchire pas
Ne déchire pas
Ne déchire pas

On a vu souvent
Destinés au feu
Des feuillets maintenant
Qu’on dit fabuleux
Il est paraît-il
Des vers brûlés
Qui feraient trembler
Plus d’une jeune fille
Après l’purgatoire
Où personne n’y croit
Le rouge et le noir
Ne s’impose-t-il pas
Ne déchire pas
Ne déchire pas
Ne déchire pas
Ne déchire pas

Ne déchire pas
Tu ne vas plus douter
Tu ne vas plus compter
Sur tout leur tralala
Tu vas t’éditer
C’est ça l’avenir
Tu vas leur montrer
Qu’on peut s’en sortir
Et même réussir
A sortir de l’ombre
L’ombre de ces nains
L’ombre de ces requins
Ne déchire pas
Ne déchire pas
Ne déchire pas
Ne déchire pas

Vrai discours de l’élu ?La sinistre vérité


homme politique
Chères concitoyennes, chers concitoyens
Je vous remercie vivement
De m’avoir élu si favorablement
A ce poste tellement compliqué
Mais Oh Combien important,
De sénateur-maire député
Président et vice-président
Ministre de la vérité.

Je vous entends déjà me dire
«Oui, il y a bien le mot vice
Dans les fonctions qui me sont allouées»,
Je vous réponds «Pas question que je me tire»
Même si la place n’est que factice
Et ça je peux vous le certifier;
Il n’y aura jamais avec moi
Quelques formes de langues de bois.

Je vous le dis solennellement
Il n’y aura plus de magouilles
Au seing de vos administrés,
J’y veillerai personnellement
Même si je dois faire des fouilles
Sur les bancs de notre assemblée,
Pour vous assurer de ma mauvaise foi
Que tout ça n’est rien d’autre que du blabla.

En ce qui concerne la transparence
Je vous promets que vous pourrez voir
Tout ce qu’il vous semble être dissimulé,
Mais ne vous fiez pas aux apparences
Nous faisons en sorte que vos regards
Se perdent dans la publicité;
Vos enfants croient aux œufs de Pâques,
Nous rendons tout le reste opaque.

C’est vrai qu’avant mon élection
On vous avait promis de dévoiler
Ce que nous avons comme patrimoine,
Mais nous avons écouté l’opposition
Qui voyait là de la curiosité
-faut quand-même pas nous prendre pour des moines-
Je reconnais qu’ils ont bien des raisons
De vouloir éviter leur démission.

Même si nous savons absolument tout
De ce que vous croyez posséder
Chez vous et sur vos comptes bancaires,
J’ai personnellement nommé un filou
Qui se charge de vous déposséder
Du plus que vous auriez pu faire,
Lui qui a raté son Bac S
Se réjouira de prendre vos bas de caisses.

Comprenez bien mes chers concitoyens
Que le moindre sou nous intéresse
Et que c’est pour ma bonne cause,
Il faut vous dire que dans concitoyen
Une syllabe vous rentre dans les fesses
Chaque fois que je m’arrose;
C’est normal nous y avons travaillé
Depuis que nous sommes nés.

Alors vraiment chers contribuables
Acceptez qu’on vous passe de la vaseline
Vous sentez bien que ça fait moins mal,
Je deviendrai Grand-Connétable
Et atteindrai le point sublime
En vous disant de garder le moral;
Si vous parvenez à la retraite
Il vous restera quelques miettes.

Mes amis grâce à nos bonnes actions,
Nos lois qui n’arrangent que notre beurre
Ou les guerres que nous avons inventées,
Je vous remercie de tous vos dons
Qui servent à payer nos tueurs
Et qui ne seront que très peu attribués,
Même si je sais que c’est très moche
Sachez que ça fini dans nos poches.

Vous me dites de n’avoir pas d’argent
Que les débuts de mois sont difficiles
Car les factures mangent vos salaires,
Soyez heureux il y a le surendettement
Qui vous rendra la vie plus facile
Avant de vous laisser dans la misère;
Vous deviendrez alors des pestiférés
Après que les huissiers soient passés.

Mes très chers amis électeurs
Puisque vous êtes encore devant la télé
Et que vous n’avez que ça à faire,
Je vous conjure d’être bien à l’heure
La prochaine fois qu’il faudra voter
Que je puisse continuer mes affaires;
De vous seuls dépend ma fortune
Quitte à vous laisser sans une tune.

Mes très chères brebis chéries que j’aime
Non, vous n’êtes pas que des esclaves
Vous êtes aussi une corne d’abondance,
On s’occupe de vos bas de laine
Alors restez bien dans votre enclave
Devant vos programmes d’ignorance;
Vous m’avez élu ministre de la vérité,
Je vous dois La Sinistre Vérité.

Déjà mis il y a quelques temps , mais…..


Toujours d’actualité quand je vais chez Lise et Manu…. (parodie d’une magnifique chanson de Mr Brel )

 

Chez ces  » gens là « …….

photos Camille et famille(A ne pas prendre au sérieux lol)

Chez ces gens là on ne fume pas

Pas à l’intérieur en tous cas…

Non , on n’fume pas m’sieur

Ou il faut sortir pour çà !

C’est Lise et Manu qui disent çà .

Et ils font comme çà,ne fument pas :

Pour eux, fumer,c’est mourir à petit feu.

Alors, chez eux , je fais comme eux ..

Quand on aime , une clop en moins , c’est peu …

Et je les aime ,oui, je les aime monsieur

Chez « ces gens là  » y a des chiens ,y en a deux …

Je n’aime pas beaucoup les chiens , mais eux

Ben ils m’aiment ;même qu’ils dorment avec moi !

Puis il y a Camille , Camille ma petite fille !

Joli bébé au beau sourire, dont les yeux brillent

Camille que j’aime comme j’ai aimé et aime mon fils

Dites m’sieur,vous croyez qu’elle m’aimera aussi Camille ?

Quand je serais vieux , encore plus vieux …

Quand ils seront gris mes longs cheveux .

Quand elle sera une femme , belle et radieuse

Sera- t- elle comme ses parents heureuse ?

Mais là je suis chez moi ,seul mais bien

Pour être heureux , il suffit d’un rien …

Quelques jours dans une maison avec deux chiens

Mais ces jours chez  » eux  » ce n’est pas  » rien « 

L’original !!!!

Pensée  » parodique  » ( excuses à Mr Brel )


Chez ces  » gens là « …….

photos Camille et famille(A ne pas prendre au sérieux lol)

Chez ces gens là on ne fume pas

Pas à l’intérieur en tous cas…

Non , on n’fume pas m’sieur

Ou il faut sortir pour çà !

C’est Lise et Manu qui disent çà .

Et ils font comme çà,ne fument pas :

Pour eux, fumer,c’est mourir à petit feu.

Alors, chez eux , je fais comme eux ..

Quand on aime , une clop en moins , c’est peu …

Et je les aime ,oui, je les aime monsieur

Chez « ces gens là  » y a des chiens ,y en a deux …

Je n’aime pas beaucoup les chiens , mais eux

Ben ils m’aiment ;même qu’ils dorment avec moi !

Puis il y a Camille , Camille ma petite fille !

Joli bébé au beau sourire, dont les yeux brillent

Camille que j’aime comme j’ai aimé et aime mon fils

Dites m’sieur,vous croyez qu’elle m’aimera aussi Camille ?

Quand je serais vieux , encore plus vieux …

Quand ils seront gris mes longs cheveux .

Quand elle sera une femme , belle et radieuse

Sera- t- elle comme ses parents heureuse ?

Mais là je suis chez moi ,seul mais bien

Pour être heureux , il suffit d’un rien …

Quelques jours dans une maison avec deux chiens

Mais ces jours chez  » eux  » ce n’est pas  » rien « 

Z’avez déjà entendu çà ?


j’ai adoré cette parodie par S.Gabriello ….

 

Le texte original ( Nino Ferrer ) ….Pas trouvé la vidéo …
Z’avez pas vu Mirza? Oh la la la la la la
Z’avez pas vu Mirza? Oh la la la la la la
Z’avez pas vu Mirza? Oh la la la la la la

Où est donc passé ce chien
Je le cherche partout
Où est donc passé ce chien
Il va me rendre fou
Où est donc passé ce chien
Oh – ça y est je le vois!…
Veux tu venir ici,
Je ne le répéterai pas
Veux-tu venir ici,
Mmmmm, sale bête va!…
Veux-tu venir ici
Oh – Il est reparti…

Où est donc passé ce chien
Je le cherche partout
Où est donc passé ce chien
Il va me rendre fou
Où est donc passé ce chien
Oh ça y est je le vois!…
C’est bien la dernière fois
Que je te cherche comme ça
Veux tu venir ici
Je ne le répéterai pas
Veux tu venir ici
Ohé ne bouge pas
Veux tu venir ici
Oh yeah! satané Mirza