Bien venu(e)s sur l’écran noir de mes nuits blanches ( sauf si vous êtes racistes , fascistes ….)


Sur ce compte, deux blogs coexistent :

Celui,  sur lequel vous êtes actuellement,

https://fralurcy.wordpress.com/

et celui d’Ermite Athée.

http://ermiteathee.wordpress.com/

Lorsque je me rend chez l’un d’entre vous, mes deux blogs étant liés, mon gravatar vous amène directement sur ce blog-ci.

A vous ensuite, de vous rendre sur celui que vous souhaitez. 😉

Parce que …..


  Camille ne me  » bassine  » jamais lol ….

    Je ne sais pas si le verbe   » bassiner  » est employé dans le sens d’ennuyer / énerver quelqu’un dans toutes les régions , mais je l’ai toujours entendu …….Alors je me suis demandé d’où vient cette expression, ai cherché sur le net et ailleurs  et  il semblerait qu’elle nous vienne de Suisse ? ( plaisant car ne manque pas , à mon avis , d’humour) 

  J’ai lu qu’à  Genève un atelier d’horlogerie de cette ville était fréquenté autrefois par un monsieur qui venait dire tous les jours où en étaient les travaux d’un bassin qu’il faisait construire dans sa propriété. Il ne parlait pas d’autre chose, et s’en allait heureux quand il avait tout dit sur son cher bassin.

  Cela dura aussi longtemps que la construction ( qui marchait du reste fort lentement ). Pour les ouvriers de l’horlogerie, ce visiteur aussi ennuyeux qu’assidu fut bientôt un bassin, qualification qui donna immédiatement naissance, dit on , à bassiner.(  Que ce soit là ou non l’origine  ,sens du verbe , toujours est-il qu’il se trouve défini ainsi dans le Glossaire genevois de Gaudry Lefort : « Bassiner, ennuyer, fatiguer : Oh ! qu’il me bassine ! Qu’il est bassinant ! »)

  Or, comme ce glossaire a été publié en 1827, et que depuis lors, beaucoup de Genevois  , probablement,  ont séjourné plus ou moins longtemps à Paris, on peut  en déduire  qu’ils y ont introduit bassiner, avec cette nouvelle signification , et que ce néologisme, après avoir été mentionné dans les recueils  consacrés à la langue populaire de la capitale, se soit comme souvent , répandu peu à peu en province.

Bassiner

çà s’est passé ( encore ! ) il y a…….


100 ans :

   Le 23  Avril 1919  ; la durée légale de la journée de  travail fut officiellement  » plafonnée  » à 8 heures et celle de la semaine de travail à 48 heures !

  Le contexte économique de l’après-guerre, propice aux revendications ouvrières en raison de la reconstruction du pays, permet le vote  » enthousiaste  »  de la loi des 8 heures. Elle est adoptée le 23 avril 1919, ( non sans quelques péripéties ) , la Chambre et le Sénat s’opposant sur son principe. Cette loi « contre-feu » intervient à quelques jours des célébrations du Premier Mai, qui ont fait de la journée de 8 heures un mot d’ordre central.
   Elle a une portée générale, s’appliquant aux salariés hommes et femmes. Elle énonce le principe de la journée de 8 heures et de la semaine de 48 heures, et consacre ainsi l’expression des « trois 8 » : 8 heures de travail, 8 heures de loisirs, 8 heures de sommeil pour l’ouvrier. L’ouvrier peut aménager son temps de travail de façon à bénéficier d’une journée et demie de repos : c’est ce qu’on appelle la « semaine anglaise ».
   La loi précise en outre que la diminution du temps de travail n’implique pas une diminution de salaire. Elle prévoit également des dérogations à la journée de 8 heures lorsque certaines circonstances propres à l’activité en question le justifient. D’une façon générale, la loi est bien appliquée et permet de stimuler encore la forte productivité déjà induite par la reconstruction. Elle ne sera remise en cause qu’à la veille de la Seconde Guerre mondiale, en raison de l’effort de guerre.

Camille !


    Comme prévu, Emmanuel et venu tout à l’heure vers 15 heure avec Camille et Justine….

La sonnerie : J’ouvre et…..Camille en tête  :  » Bonjour Pappys , çà va toi ?  » , après mon  » oui ma puce, çà peut aller  » accompagné d’un bisou / calin ,  (comme elle dit ) , elle me répondit :  » çà peut seulement ? T’es malade ?  »  ….Je l’ai rassurée en lui répondant   » non , je ne suis pas malade  , puis comme tu es là , je me sens très bien  » . Elle :  » Ho ! c’est gentil çà  » lol ! puis :  » Tu prends bien tes cachets au moins ?  »  ! ( même çà elle le sait pffff …)….Bref , çà commençait  » fort  » …..( Elle vient d’avoir 5 ans le 29/03 ! )….

Après quelques minutes  , Emmanuel dit qu’il devait partir quelques heures pour aider une copine à ? Alors il dit à ma puce :  » Bon je te laisse un peu avec pappy , mais tu es sage hein , pas de caprice ni bêtise !  » , elle lu a répondu :  » Mais non , tu me connais avec pappy je suis toujours sage   » 

Donc nous voilà seuls tous les deux ……..

Et çà commence : La télé était allumée  =>  » qu’est ce que tu regardes ?  » , moi :  » boof , je ne sais pas , tu veux que je change ?  » Et là !  » Attends , je vais mettre les dessins animés  » en prenant la télé – commande et hop , elle met une chaine que je ne connais même pas où passent effectivement une foule de dessins animés …..

( j’ai droit à la descriptions des personnages : Les bons , les méchants etc…..) ….

  Bien sur , elle avait avec elle plusieurs poupées et accessoires : Elle commence à jouer (  » hà elle a faim , je vais lui donner son biberon  », puis  » Ho Prosper à fait pipi , je vais changer sa couche   » etc ,tout ceci en leurs parlant comme à de vrais bébés => je me sens obligé de la prendre au sérieux en lui faisant des réflexions style  » si tu leurs donnes trop à manger , ils vont être malades , digèreront mal etc….. » , 

   » Ben oui , je sais , faut pas qu’ils  » ont  » une gastro  » ! => Moi  » qu’est ce que c’est une gastro ?  »  » Pfff Pappy tu ne sais pas grand chose ! , çà veut dire qu’ils auront mal au ventre et peut-être de la fièvre , alors je devrais les montrer au médecin  » 

  Evidemment , sans penser à elle , par réflexe , j’allume une cigarette ….Et là :  » Ah non , tu peux pas fumer , ou alors , au moins , tu ouvres la fenêtre !  » => je m’éxecute et ouvre la fenêtre … Après quelques temps , je lui dis que je dois sortir pour acheter du pain et des cigarettes , je lui demande si elle veut m’attendre sagement ou venir avec moi ( il fait beau ) …..Elle décide de venir . D’abord les cigarettes : Avec un  » bonjour madame  »  de sa part à la buraliste qui lui répond  » bonjour mademoiselle  » ……Camille :  » Je m’appelle Camille , et lui c’est mon pappy ,le papa de mon papa tu sais  !  » => Un sourire accompagnée d’un  » d’accord , tu es bien mignonne , il est gentil ton pappy ?  » …. » Ho oui , très , moi , je l’aime beaucoup ! Et toi , tu l’aimes bien ?  » pfffff ( je ne savais pas où me mettre ) ….

Enfin , la boulangerie  où mes deux baguettes m’attendaient …..Là , je lui propose une patisserie , elle choisit un simple croissant  et le gars lui demande ( après m’avoir fait un signe demandant si j’étais O.K ) si elle veut un petit sachet de bonbons …Elle me regarde :  » je peux  ?  »  après ma réponse affirmative , elle accepte avec un  » merci monsieur , au revoir  » . Une fois dans l’appart. , elle mangea son croissant et ensuite vint le  » j’ai soif , tu as quelque chose ?  » …Moi,  » Ben j’ai seulement de l’eau et du coca  » ….. » Bon et bien je vais boire un coca , si tu veux bien  »  ..Elle finissait celui – ci quand Manu et Bérénice sont rentrés …Avec la sempiternelle question de Manu me demandant si çà  » avait été  »  , avant que j’ai répondu , Camille répondit  » Ho oui , très bien  » en commençant à narrer les quelques heures passées ensemble . 

Puis ils sont partis me laissant seul avec une impression bizarre de vide …..

Voilà ! Camille il y a quelques temps .

 

 

 

 

STOP !


J’ai passé un loooonnnnngggg moment à nettoyer mon P.C ( très vieux mails => supprimés )

Et cet après – midi , Manu passera vers 14 / 15 h avec mes deux PETITTES FILLES !!!!!

Alors là : Une dernière clop et au lit !

A ce soir probablement ………..

çà s’est passé il y a …


environ 75 ans :

   Le 21 avril 1944  , les femmes françaises obtiennent le droit de vote ! Par une ordonnance signée du général de Gaulle , les femmes deviennent enfin  » électrices et éligibles dans les mêmes conditions que l’homme  » . Leur premier vote aura lieu un an plus tard , à l’occasion des élections municipales de 1945 .

   La revendication était de longue date :  Olympe de Gouges ( ? ) , réclamait déjà le droit de  » monter à la tribune  » dans sa déclaration des droits de la femmes et de la citoyenne  » en……1791 ! 

Olympes de Gouges : Olympe de Gouge image (portrait aquarelle )

   Personnage secondaire de la Révolution française, Olympe de Gouges a été redécouverte à la fin du XXe siècle par les mouvements féministes qui se l’ont appropriée, à juste titre d’ailleurs. Nul doute qu’elle aurait soutenu leurs combats pour l’égalité des droits entre les sexes.
Libre de moeurs, libre de pensée
   Née en mai 1748 dans un ménage modeste de Montauban sous le nom de Marie Gouzes, elle se marie à seize ans. Veuve et mère deux ans plus tard, elle se remet sans attendre en ménage avec un entrepreneur qu’elle suit à Paris.
   À vingt ans, tandis que le règne de Louis XV arrive sur sa fin, la jeune provinciale entame une nouvelle vie, libre de toute contrainte… mais avec tout de même le soutien financier de son compagnon.
   Reniant ses origines quercynoises, elle prend le nom de scène Olympe de Gouges et fréquente assidûment les écrivains et intellectuels qui gravitent autour du duc d’Orléans.
   Quant arrive la trentaine, elle s’offre divers amants dont l’écrivain François Sébastien Mercier, auteur du Tableau de Paris, et écrit des pièces de théâtre et des romans qui fleurent bon les sentiments compassionnels à la mode. Mais son ton et ses idées ne tardent pas à mûrir…
   En 1785, elle publie pour le Théâtre-Français une violente dénonciation de l’esclavage. En 1788, elle récidive avec ses Réflexions sur les hommes nègres, qui lui valent d’être accueillie par les abolitionnistes dans la Société des Amis des Noirs.
  En 1786, elle écrit aussi une suite au Mariage de Figaro de Beaumarchais dans laquelle elle dénonce le mariage forcé des filles et plaide pour l’émancipation féminine.
Femme et révolutionnaire
    Quand survient la Révolution française, en 1789, Olympe de Gouges, déjà quadragénaire, redouble d’activité et multiplie brochures et libelles dans lesquels elle réclame avant toute chose l’égalité des droits entre tous les citoyens sans distinction de sexe, de couleur ou de revenu. Elle plaide aussi pour le droit au divorce (elle sera exaucée dès le 20 septembre 1792).
    Olympe de Gouges brave la bienséance révolutionnaire en publiant une parodie de l’auguste Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen sous l’intitulé : Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, avec une dédicace à la reine Marie-Antoinette, où l’on peut lire : « La femme a le droit de monter à l’échafaud, elle doit avoir également le droit de monter à la tribune » .
   En matière institutionnelle, Olympe s’en tient toutefois au souhait d’une monarchie constitutionnelle à l’anglaise et restera jusqu’à la mort attachée à la royauté.
    Sous la Convention, après la chute de celle-ci, elle milite au club des Jacobins. Elle y dénonce la peine de mort et revendique le droit de vote sans distinction de sexe… Hostile à la Terreur et proche des Girondins, elle est arrêtée sur ordre de Robespierre et guillotinée le 3 novembre 1793. « Enfants de la Patrie, vous vengerez ma mort ! » lance-t-elle avant de mourir.

Ouf, enfin , je sais….


chez mes parents il y à longtemps..

chez mes parents il y à longtemps.. ( Mon père = à gauche )

Là , à Droite lol en 1976 !

    Qu’est ce que je sais ? …………..

Et bien : L’âge de mon père !!!!!!

   Ce 21/04 c’était son anniversaire , alors je lui ai téléphoné …. D ‘ habitude , je m’arrange  pour éviter de parler de son âge  . Aujourd’hui  , je me suis décidé à lui demander tout simplement : Il est né en 1932 => il a 87 ans …..Ce qui implique qu’il était âgé de 23 ans quand je suis né lol…..( moi , j’avais 25 ans quand Manu est né ) .

Ne pas connaitre l’âge de son père c’est tout de même quelque peu gênant ……

 

L’honneur……..


Avec les évènements récents qu’a subit Paris, cette citation prend tout son sens, malheureusement, beaucoup considère qu’un monument historique vaut la peine d’être reconstruit, même si des sans-abris n’ont toujours pas d’aide efficace pour avoir une vie acceptable:

  » L’honneur d’un pays ne réside pas dans la beauté de ses monuments, mais bien dans le fait que TOUS ses habitants aient un toit  »

Abbé Pierre

 

via L’honneur — Nuage Ciel d’Azur ( Merci à  » Nuage  » de m’avoir permis de rebloguer ce billet )

 » Qui cherche trouve  » ………


La fresque perdue de Léonard de Vinci vient d’être retrouvée à Florence, en Italie. La Bataille d’Anghiari   avait disparu à la mort du célèbre peintre.

    Maurizio Seracini a consacré quarante ans de sa vie à retrouver cette oeuvre, il sait désormais où elle se trouve. « On ne voit rien parce que la fresque a été recouverte et il a fallu beaucoup d’années, de technologies et de science, pour démontrer (…) que très probablement, la fresque se trouve derrière cette autre peinture », détaille le professeur en indiquant une toile immense de Giorgio Vasari exposée au Palazzo Vecchio.

  L‘enquête de Maurizio Seracini a rebondi lorsqu’il a compris qu’un indice codé se trouvait dans la peinture de Giorgio Vasari : « Qui cherche trouve », peut-on lire sur l’oeuvre. Une fois passée au scanner et au rayon infrarouge, la fresque a révélé que quelque chose se trouvait derrière le tableau. Pour découvrir la peinture de Léonard de Vinci, il faudrait détruire le Vasari et démonter un mur du Palazzo Vecchio. Un chef-d’ouvre caché, que personne ne peut voir pour le moment. 

çà s’est passé il y a….


Environ 76 ans :

 Le 19 avril 1943, les derniers Juifs du ghetto de Varsovie se soulèvent contre leurs oppresseurs. Sans espoir de survie, encore moins de victoire, ils vont tenir tête héroïquement aux soldats et SS allemands pendant un mois.

  C’est le premier soulèvement d’une ville dans l’Europe nazie et une manifestation éclatante de la capacité de résistance des Juifs. Une tragédie qui est aussi une aurore.

Le ghetto de Varsovie :

  En novembre 1940, quelques mois à peine après l’invasion allemande, les Juifs de la capitale polonaise et des environs, au nombre d’environ un demi-million, sont regroupés dans un quartier transformé en ghetto et isolé du reste de la ville par des barrières, des murs et des façades aveugles.

Le quartier étant coupé en deux par une artère, les Juifs passent d’un côté à l’autre par une passerelle. Le ghetto occupe 300 hectares, soit une densité d’environ 150 000 habitant/km2 (c’est quatre à cinq fois plus que le maximum observé dans une ville normale).

Comme tous les ghettos, celui de Varsovie est administré par un conseil juif (« Judenraat »). Un ingénieur, Adam Czerniakow, a été désigné par la mairie de Varsovie pour le présider. Le 22 juillet 1942, les Allemands lui demandent une liste d’enfants en vue de les transférer vers l’Est, dans des camps de travail (c’est le motif officiel).

    Il est possible qu’Adam Czerniakow ait eu des informations sur la vraie nature de ces convois par le biais de Juifs évadés du camp d’extermination de Chelmno. Plus vraisemblablement a-t-il considéré qu’envoyer des enfants dans des camps de travail revenait de toute façon à les condamner à mort.

   En homme d’honneur, il ne supporte pas de participer à cette infamie et choisit de se suicider. Il laisse une lettre émouvante à ses coreligionnaires pour s’excuser de son geste mais ne fournit aucune information sur ce qu’il aurait pu savoir du sort des futurs déportés.

   C’est donc sans Czerniakow que les Allemands entament la « Grande déportation »… Jour après jour, 5 000 à 6 000 personnes sont emmenées à la Umschlagplatz et, de là, transférées en train vers Treblinka. 

Le 12 septembre 1942, quand cette première déportation s’achève, il ne reste que 60 000 survivants dans un ghetto dont la surface a été drastiquement réduite par les Allemands.

La révolte:

   Le 18 janvier 1943, au plus fort de la Seconde Guerre mondiale, tandis que la Wehrmacht est prise au piège à Stalingrad, les Allemands entament une deuxième « Aktion » (déportation). Mais cette fois, les ultimes survivants du ghetto de Varsovie n’ont plus guère de doute sur le sort qui les attend…

 Parmi eux figurent une centaine de responsables de mouvements de jeunesse qui n’ont pas connu les famines et les tourments des deux premières années du ghetto et ont conservé leur énergie intacte. Ils organisent immédiatement la résistance. Ils s’enfuient, se cachent et ripostent aux tentatives allemandes tant bien que mal, avec les quelques armes dont ils disposent.

Le 19 avril 1943, quand 850 soldats allemands pénètrent en force dans le ghetto pour liquider celui-ci, les résistants les attendent de pied ferme, barricadés dans leurs bunkers et leurs caves.

   Au nombre de 3 000 environ, ils sont regroupés principalement dans l’Organisation des Combattants Juifs, commandée par le jeune Mordechai Anilewicz, et dans l’Union Juive Arméede Pawel Frenkiel. 

Le général SS Jürgen Stroop, qui dirige l’opération, est pris de court par la rébellion. Il fait venir 2 000 hommes et des chars en renfort

   6 000 Juifs trouvent la mort dans les combats ou se suicident (c’est le cas de Mordechai Alinewicz, le 8 mai 1943), 7 000 sont fusillés sur place. Les autres sont déportés. Une poignée de miraculés vont échapper à la mort en s’enfuyant par les égoûts. 

  Le ghetto est rasé sitôt l’insurrection écrasée. Cette absolue tragédie va devenir pour les Juifs et les adversaires du nazisme le symbole de l’esprit de résistance et du renouveau.

  Ainsi le chancelier allemand Willy Brandt va-t-il s’agenouiller devant le Mémorial du résistant juif du ghetto le 7 décembre 1970 dans  (    un émouvant geste de contrition ?)  .

Un  » tire au flanc  » ?


 

. On l’utilise, vous le savez, quand quelqu’un fait semblant de travailler ou a un goût prononcé pour le repos.

   Cette formule aurait pour origine le langage militaire du  19e siècle. Elle servait à qualifier les soldats   » peu enthousiastes au combat  » , qui une fois l’ordre reçu d’aller combattre, se positionnaient non en première ligne, mais au contraire sur les côtés, les « flancs » du champ de bataille. Peu courageux, voire lâches, ainsi positionnés sur une partie extérieure au gros des combats ils avaient davantage de chances d’y survivre.

     Evidemment cette attitude ne leur attirait pas la sympathie des autres soldats et l’expression « se tirer vers les flancs » vit le jour pour désigner cette pratique honteuse.

   Avec le temps, l’expression est sortie du strict cadre militaire pour s’appliquer de manière générale à toutes les personnes  » reines de l’esquive  » dans leur travail.