çà s’est passé il y a environ ….


200 ans :

  En mai-juin 1819, le Savannaha d’abord prévu comme navire à voile puis équipé d’une machine de 90 ch, effectua une première traversée de l’Atlantique partiellement à la vapeur. Il avait embarqué 75 tonnes de charbon et 25 tonnes de bois. Il poursuivit son périple jusqu’à Saint-Pétersbourg. Après son retour, la machine fut démontée….

Le Savannah Savannah 1er bateau à vapeurreprésente la première application réussie du moteur à vapeur sur un navire transatlantique, en 1819.
   Cette année-là, le navire appareille de la ville de Savannah, en Géorgie aux États-Unis le 24 mai. Il a été construit en 1818 aux chantiers Crock & Picket à New York, jauge 320 tonneaux, pour 45 mètres de long. Il est doté d’un gréement classique, avec voiles  »  aurique  » et carrées, c’est un trois-mâts. Mais il possède aussi un moteur à vapeur de 90 CV, propulsant deux roues à aubes ; sa cheminée est orientable pour éviter d’incendier la voilure. Il rejoint Liverpool, en 27 jours et 18 heures sur lesquels il avait marché 18 jours à la vapeur.

   L’embarquement combustible a été limité à 73 tonnes de charbon et 90 stères de bois. Cette cargaison était nettement insuffisante pour la traversée, il ne s’agissait que d’un appoint, le but n’étant pas une autonomie complète surtout pour une traversée d’est en ouest.
    Moses Rogers MosesRogers-Portraiten est le commandant. Il part d’abord à la vapeur, mais n’utilise les moteurs que par panne de vent. Il approche le port de Kinsale, en Irlande à la vapeur. Les garde-côtes qui aperçoivent la fumée croient à l’arrivée d’un bateau en feu !!!!

Bonnus lol : Moses Rogers (né environ en 1779, mort le 15 novembre 18211) était un navigateur américain, né à New London, Connecticut. Il a été impliqué dans certaines expériences, et dans la mise en œuvre, de la propulsion à vapeur des bateaux. Il était le capitaine du fameux bateau Savannah qui pour la première fois a traversé l’Atlantique avec l’aide d’un moteur à vapeur. Il a ensuite, vers la fin de sa vie, été le capitaine du bateau à vapeur Pee Dee, opérant celui-ci entre Georgetown et Cheras. Au moment de sa mort sa famille habitait Philadelphie. Il est mort de la fièvre jaune à Georgetown, Caroline du Sud. Il est enterré au cimetière de l’Église baptiste de Georgetown. 

çà ne rique pas de m’arriver …


    Une histoire qui pourrait arriver à tout le monde : un Britannique a trouvé une pièce d’or romaine totalement au hasard dans un champ. Celle-ci a ensuite été vendue 620 000 euros aux enchères !

  En se promenant dans un champ avec un détecteur à métaux, ( détecteur alors ? hasard ?) un Britannique a fait une trouvaille extraordinaire : il a déniché une pièce d’or de l’époque romaine, sur laquelle est frappé le visage d’Allectus, un ministre des Finances de l’Angleterre romaine pièce d'or

   Cette pièce vieille de 1700 ans a été authentifiée  par la  » British Muséum  » avant d’être mise en vente aux enchères . Estimée entre 70000 et 110000 euros ,elle aurait été vendue environ 6 fois cette estimation : 620000 euros ! Un record pour une pièce de monnaie ! ( Il faut savoir  qu’il ne resterait que 24 exemplaires de cette pièce dans le monde….)

   Le gars qui a trouvé ce trésor est donc possesseur d’une immense fortune….Mais il a dit ne pas vouloir garder le tout pour lui : Il a déclaré vouloir partager la somme avec le propriètaire du terrain sur lequel il a trouvé la pièce . ! 

Cali…..disparue !


  Ce matin , au réveil , je m’attendais à la présence de ma nouvelle petite féline compagne à mes côtés , comme chaque jour , avec ses câlins ….Mais……….Pas de Cali ? !

 » Bahh  » , me dis je , elle doit être en bas ….Mais là non plus elle n’était pas ! J’eus beau chercher partout  ( placards , derrière les meubles etc….) pas trouvée….Je suis même sorti pour chercher aux alentours de l’immeuble  mais….????

Ensuite, j’ai téléphoné à Emmanuel  pour savoir si il passe demain pour manger avec moi comme chaque mercredi et là ! Après son  » oui , je viens  » , il me dit  » Je suppose que tu as cherché la chatte ?  »  Comment pouvait il savoir ? 

En fait , ( comme çà arrive parfois ) , Cali est sortie par la fenêtre entr’ouverte et est retournée là où elle est née !……Son ancienne  » propriètaire  » avait téléphoné à mon fils pour lui dire ! Nous verrons demain si Manu me la ramène ……

 

La nuit s’en va….


  6 heures déjà  , au lit moi  qui ne vis pratiquement que la nuit ! A ce soir peut-être …

 » Que d’hommes ne sont humains, que la nuit tombée ! et l’on voudrait leur faire honte de cette défaillance ! Quand le visage de la Nuit prévaudra sur celui du Jour, nous n’aurons plus besoin d’être sauvés, car nous ne serons pas perdus. Que je l’admire enfin, la spontanéité des peuples archaïques, ils nous démontrent que la Chair n’est pas exempte de sagesse !  » 

Albert Caraco 

Paris insolite…………!


 

Pierres tombales, boulet de canon et Statue de la Liberté : 10 infos que vous ne connaissiez pas sur Paris ! ( En tous cas , moi , je ne savais pas !)

    Vous pensez bien connaître Paris ?

      La capitale cache pourtant des centaines de secrets.  En voici 10. Certains sont sous le nez des prisiens depuis toujours et pourtant ils passent  devant sans même vous en rendre compte. Peut-être que la prochaine fois, ils lèveront  la tête pour observer les détails de la ville Lumière. Si vous avez prévu un voyage pour découvrir la capitale ou si vous souhaitez simplement (re)découvrir la ville, ceci peut être intéressant . Des pavés de Notre-Dame à la Statue de le Liberté en passant par un film Disney : Quelques anecdotes que je ne connais pas sur Paris.

  1 ). Prendre un verre sur des pierres tombales :
    Le 26 rue Chanoisse, juste à côté de Notre-Dame, a une histoire un peu particulière. En effet, la cour de l’immeuble est constituée de… pierres tombales ! Ces dernières appartenaient à des moines enterrés dans l’un des nombreux cimetières de l’Île de la Cité. Quand des grands travaux d’aménagement ont été réalisés au 18ème siècle, les cimetières ont été rasés, mais les Parisiens ont fait des économies en recyclant les pierres tombales. On y trouve maintenant un petit café. Mais la rue Chanoisse abrite bien d’autres secrets. On y trouve par exemple la maison de Racine ou encore celle du poète Joachim du Bellay. Mais aussi une histoire bien plus sombre. Cette rue aurait abrité un barbier et un charcutier peu scrupuleux. Le premier coupait la gorge de ses clients tandis que l’autre les transformait en pâtés.Paris insolite 1

  2) . Souvenirs de la Révolution :
Saviez-vous qu’on peut encore trouver des vestiges de la Bastille ? La célèbre prison qui a marqué la Révolution française est encore présente dans la vie des Parisiens. Il ne reste que les fondations d’une tour, cachées derrière les arbres du square Henri Galli (4ème arrondissement). Ces vestiges ont été redécouverts en 1899 pendant la première vague de construction du métro parisien.

 

3.) Walt Disney à Paris :
   Vous avez déjà vu le film Ratatouille ? Alors vous reconnaîtrez forcément cette boutique. Le plus célèbre dératiseur de Paris a inspiré les studios Disney pour une scène du film. On y voit Rémy qui découvre ce que les hommes sont capables de faire aux rats. Les animaux morts sont les mêmes depuis 1925 ! La boutique est toujours en activité et se trouve dans le quartier des Halles (au cas où vous auriez des problèmes de nuisibles) .Paris insolite 4

4.) Interdit d’interdire :
    Il n’y a aucun panneau STOP à Paris. Jusqu’en 2013, on en trouvait un seul, dans le 16 ème arrondissement, mais il a été retiré. C’est la priorité à droite qui est reine à Paris, ce qui rend plus dur le travail des moniteurs d’auto-école. En septembre 2018, Anne Hidalgo était tombée dans le panneau (c’est le cas de le dire) quand Rémi Perrot lui avait posé la question.Paris insolite 5

5.) Alerte générale à Paris :
   Située au 1 rue Royale, à côté de l’église de la Madeleine, cette affiche est un vestige de la Première Guerre mondiale. Il s’agit d’un avis de mobilisation générale destiné aux soldats et aux nouvelles recrues de l’armée. L’affiche originale était trop abîmée, elle a donc été remplacée par une copie protégée par un cadre du même bleu que celui des uniformes français.Paris insolite 6

6). Un kilomètre à pied, ça use, ça use  lol 
Saviez-vous que le point de départ de toutes les routes de France se trouve… sur le parvis de Notre-Dame ? En effet, juste devant la cathédrale, on trouve une plaque indiquant l’emplacement du kilomètre zéro. Un point qui marque en quelque sorte le centre de la France. Et dire que des millions de touristes marchent dessus sans s’en rendre compte !parvis
7). Quel boulet !
   Sur la façade de la bibliothèque Forney (4ème arrondissement) on peut retrouver… un boulet de canon. Il est arrivé là le 28 juillet 1830 pendant la Révolution de juillet. Les Parisiens ne l’ont jamais décroché et il est donc incrusté dans le mur depuis presque 190 ans !

boulet

 

8) Le mètre de Paris
    À la Révolution, l’Académie des Sciences souhaite imposer un nouveau système de mesure. Jusque-là, on mesurait avec des pieds et des pouces. Mais ce n’était pas assez précis. Avec le mètre, on obtient une mesure beaucoup plus stable. Pour représenter le mètre et que la population l’intègre, l’Académie créée 16 mètres étalons qu’elle disperse dans tout Paris. Celui du 36 de Vaugirard dans le 6ème est le dernier encore à sa place d’origine.mètre Paris

  9). Vieille branche
   À côté de la cathédrale Notre-Dame de Paris, se trouve le plus vieil arbre de la capitale. C’est un Robinier d’Amérique du Nord planté en… 1601 ! Il faisait plus de 15 mètres de haut et en 2010, un banc circulaire a été installé pour le protéger car  » le vieux monsieur » est fragile. Depuis plus de 400 ans, il veille patiemment sur le square Réné-Viviani avec Notre-Dame de Paris comme voisine.

vieille branche

 

  10). Paris – New York en 3 arrêts de métro
Pas besoin d’aller à New York pour voir la Statue de la Liberté. On peut  même faire un   »combo  » en allant rendre visite à celle du pont Grenelle. En effet, derrière elle se trouve la Tour Eiffel. Sinon, on peut aussi en voir une au jardin du Luxembourg. Ces deux statues de la Liberté parisiennes sont en réalité des maquettes tests pour celle de New York.Statue liberté Paris

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 » Date limite  » paroles …


….( Maxime Le Forestier )

Çà commence par un coup d’bol,
Qn arrive on connaît personne
On tombe sur des gens sympas,
Qui nous aiment déjà
Çà commence par du pas mal,

Des filles en blouse d’hôpital
Un cordon qui nous relie
À la femme de not’ vie
C’est comme un … drôle de cadeau…
Un chef d’œuvre qu’on lit
Sans en comprendre grand mot
Va savoir quand elle nous quitte
L’insouciance
Va trouver la date limite
De l’enfance

Çà part souvent plutôt bien,
Le foot avec les copains

Tous ces jours qui s’additionnent,
Sans pleurer personne
Les quatre accords qu’on répète,
Sur une guitare qu’on nous prête
Chaque photo qui nous sourit,
C’est la femme de not’vie
On sait pas
Trop c’que ça vaut
L’enfance est un jardin
Qu’on visite un peu tôt
Va savoir quand elle nous quitte
l’insouciance
Va trouver la date limite
De l’enfance
Surtout qu’avec les années
Elle a tendance
à s’effacer.

Et vidéo : ( vidéo = boof )

 

 

 

 

 

C’était il y a ….


Environ 203 ans :

  Dans la nuit du 16 juin 1816, les poètes Lord Byron  et Percy Shelley discutent avec leurs compagnes respectives, Claire C. Byron et Mary M.Shelley  , ainsi qu’un ami, le docteur John Polidori Polidori, dans une belle villa des bords du lac Léman, la villa Diodati , près de Genève.
  En raison d’un été exceptionnellement pourri, consécutif à l’éruption du volcan Tambora en Indonésie, cela fait plusieurs jours qu’ils ne peuvent sortir.

   Pour passer le temps, Les jeunes Anglais à la réputation sulfureuse commencent  un concours d’histoires macabres sur une suggestion de Lord Byron :  ( » Nous allons chacun écrire une histoire de fantôme  »).
   C’est alors  que la maîtresse de Shelley, Mary Godwin (19 ans), raconte l’histoire du docteur suisse Victor Frankenstein, qui tenta de créer la vie à l’égal de Dieu.
   À partir de quelques cadavres, Frankenstein crée un monstre de grande taille et lui  » insuffle  »  la vie. Mais sa créature ne tarde pas à échapper à son emprise : Le monstre  lui réclame une compagne. Le docteur ayant refusé , sa créature  se révolte, commet des méfaits et s’enfuit jusqu’au-delà du cercle arctique…

Frankenstein
   L’histoire lui est inspirée par la vie d’un alchimiste allemand du siècle précédent, Konrad Dippel et par les expériences du physicien Luigi Galvani sur la réanimation électrique des cadavres…..Elle prend forme dans les jours qui suivent, après quelques nuits cauchemardesques aggravées par le deuil de la jeune femme, qui a peu avant perdu son bébé.
Elle débouche sur la publication à Londres le 11 mars 1818 de trois petits volumes tirés à 500 exemplaires sous le titre Frankenstein ou le Prométhée moderne.

    Ce roman va inspirer un nouveau genre littéraire, la fiction scientifique, et devenir l’un des grands mythes de l’Occident contemporain et une mine intarissable pour les scénaristes du cinéma .
Moins inspiré par la pluie du lac Léman, Byron livre quant à lui une petite histoire de vampires qu’il réemploiera plus tard dans son poème Mazeppa. Shelley déclare forfait.
Et le plus inattendu est le docteur Polidori,  » souffre-douleur  » de Byron, qui produit une histoire de femme à tête de mort qui va déboucher en 1819 sur le roman Vampire et inspirera beaucoup plus tard, en 1897, à Bram Stoker le roman Dracula, autre mythe moderne. 

   La suite est obscurcie par des drames en série :

     Harriet, la femme légitime de Percy Shelley, se suicide, n’en pouvant plus des frasques de son génie de mari.
   Le poète se remarie avec Mary Godwin fin  novembre 1816 et part avec elle en Italie. Ils ont un deuxième et un troisième enfants qui meurent en bas âge, enfin un quatrième, un garçon, qui seul leur survivra.
   Percy lui , meurt en mer le 8 juillet 1822, à 30 ans, au large de La Spezia. Il est incinéré sur la plage, d’une   » manière très romantique  » , en présence de son ami Lord Byron. Ses cendres seront inhumées à Rome. Lord Byron,  lui, mourra de maladie le 19 avril 1824, à 36 ans, en participant à la défense de Missolonghi, aux côtés des Grecs.
    Mary Shelley décédera beaucoup plus tard, le 1er février 1851, à 54 ans, à Londres, d’une tumeur au cerveau,  laissant en héritage le monstre du docteur Frankestein.

Extraits film :