Carte géo….


……préhistorique !

Découverte dans le Finistère puis oubliée dans une cave pendant plus d’un siècle, la dalle de Saint-Bélec serait l’une des premières représentations cartographiques d’un territoire européen, selon des chercheurs de l’Inrap, de l’Université de Bournemouth, du CNRS et de l’université de Bretagne Occidentale .

dalle de Saint-Bélec ( carte )

Elle a failli tomber dans les oubliettes de l’Histoire.

La dalle de Saint-Bélec a été découverte deux fois avant de finalement dévoiler ses secrets : en 1900, c’est d’abord le préhistorien Paul du Chatellier

Résultat d’images pour paul du châtellier photos
Paul du Chatellier ?

qui découvrit le premier cette dalle dans un tumulus,( c’est-à-dire est tertre funéraire ), situé dans la ville de Leuhan dans le Finistère.  » En schiste de couleur d’origine locale  », la dalle mesure 2,20 m de longueur, pour 1,53 m de largeur et 0,16 m d’épaisseur et, elle ferme l’un des côtés de la tombe.

Une série de motifs reliés par des réseaux de lignes

La dalle , datant du Bronze ancien (2150-1600 avant notre ère) ,laisse voir une série de motifs tels que des cercles ou des carrés reliés par des lignes et formant un dessin en relief, orienté vers l’intérieur du coffre. Le préhistorien décide alors de transporter la dalle jusqu’à son château de Kernuz, qui tient aussi lieu de musée privé. Elle est conservée dans une l’une des douves du château, et tombe dans l’oubli à la mort du chercheur en 1911.

La dalle , retrouvée dans une cave du château ,va finalement se retrouver trois ans plus tard au cœur d’une grande étude menée par une équipe de chercheurs qui découvrent la signification de cette dalle gravée. Dans un communiqué Yvan Pallier

Yvan Pallier ?

chercheur à l’Inrap , explique :  » On estime que l’on est devant une carte quand des motifs se répètent et qu’ils sont reliés entre eux par des lignes pour former un réseau, dans un ensemble cohérent. Toute l’importance de l’étude de la technologie et des chronologies des gravures tient au fait qu’elle a démontré qu’il n’y avait quasiment pas de superposition de motifs, hormis quelques incisions qui ont été ajoutées dans un second temps.  Nous réunissons bien les critères pour reconnaître une carte, ou plutôt une représentation à caractère cartographique.  »

P.S :  » On  » m’a dit qu’il était impossible de mettre un commentaire sur mes billets ? Si un lecteur passe sur ce billet , ce serait sympa d’essayer de mettre un petit mot / com ….

Et si ce n’est pas possible : M’envoyer un mail pour me le faire savoir ( marin-francis08@outlook .com ou fralurcy085903@gmail.com ). Je sais que je suis ch…mais…..

KLIK………………. à ce soir ….peut être

Louis Lépine ….


Quand on entend / lit  » Lépine  » , on pense surtout au concours du même nom qui , tous les ans , récompense les inventeurs et inventions de toutes sortes , de  » tout poil  » . (je reviendrai certainement sur cet aspect de Mr Lépine

L.Lépine

) . Mais ce n’est pas la seule chose notable que Lépine ait créée ; en effet , il faut déjà savoir que Mr Lépine était préfet et , en tant que tel , il a légué un  » héritage  » important dans le domaine policier !

Par exemple ,c’est lui qui créa en 1912 la brigade criminelle , le brigade fluviale et la brigade  » cycliste  »

Résultat d’images pour 1912 brigade cycliste images

! C’est aussi lui qui équipa les policiers des célèbres bâtons blancs

et sifflets à roulette

Policier Sifflet

.Ingénieux , il créa même une brigade  » Berlitz  » dont les membres , formés à  » l’école linguistique  » du même nom , avaient pour mission de renseigner les touristes étrangers perdus dans Paris ! Parmi ses  » inventions policières  » , on trouve aussi les avertisseurs téléphoniques publics , la créations des sens giratoires

, sens uniques

et des passages piétons !Ainsi que les chiens sauveteurs !……Pour le moins prolifique Mer Lépine …..

C’était il y a environ …300 ans :


Le 5 avril 1722 exactement :

Jacob Roggeveen

Roggeveen

, explorateur hollandais aborde une île isolée en plein Pacifique. Comme c’est le jour de Pâques, il la baptise tout simplement… Île de Pâques.

Sommet émergé d’un massif volcanique sous-marin, à la différence de la plupart des autres îles du Pacifique, l’île de Pâques n’est pas protégée des vagues par une barrière de corail et un lagon, ce qui rend son approche en bateau difficile. Sur son sol aride de 171 km2 survivent quelques centaines de  » misérables  » Polynésiens.

Paradis perdu ou saccagé ?

Les ancêtres de ces malheureux ( ? )seraient arrivés en pirogue entre 900 et 1200 de notre ère, et avaient découvert  » un paradis  » doté d’une faune et d’une flore abondantes , qu’ils avaient appelé dans leur langue  » Rapa Nui  » .

Ils avaient semble – t – il , bâti une société prospère et même inventé une écriture idéographique, le  »rondorongo  ». Ils s’étaient même multipliés jusqu’à être 10 000 ou 15 000.

D’après les explorations , découvertes et études , la population était divisée en clans familiaux dont chacun était établi dans l’une des vallées sèches qui descendaient vers l’océan, cultivant ses jardins et honorant ses morts. Les dépouilles de ces derniers étaient déposées sur la grève.

Pour se protéger de l’océan hostile, chaque clan avait aménagé près du rivage une plate-forme en pierre surmontée de statues géantes, alignées comme à la parade, au regard impressionnant de vie, tournées vers les jardins et les habitants.

rivage avec statues

C’est vers 1600-1650 que les Pascuans ont commencé de sculpter les statues (les moaï) dans les flancs des trois anciens volcans de l’île. Ils les faisaient ensuite glisser jusqu’aux plates-formes de pierre qui leur étaient destinées (les ahu). Pour ça, ils fabriquaient des rails et des cordages avec les palmiers géants qui couvraient l’île.

Un total de 800 statues a été dénombré , représentant des hommes et des femmes d’une taille d’un mètre à 22 mètres , la majorité des statues sont restées sur les lieux d’extraction, en position couchée. 256 ont été déplacées dont 164 ont été érigées sur les plates-formes.

Le mystère de Pâques….

Les Européens qui ont exploré l’île, comme Lapérouse

Lapérouse Lapérouse prenant des repérages

et Cook au XVIIIe siècle, se sont , bien sur , interrogés sur l’arrêt subit de cette activité et le déclin brutal de la société pascuane, situé par les scientifiques vers le milieu du XVIIe siècle.  » Sept cents insulaires privés d’outils, d’habitations et de vêtements n’ont pas pu construire des plates-formes qui demanderaient des siècles de travail  », écrivit ainsi le capitaine Cook

Résultat d’images pour James Cook
Cook

en 1774.

Pour ce qui est du déclin / la disparition de cette civilisation , deux thèses s’affrontent : Une met en cause l’irresponsabilité des hommes, l’autre la fatalité de la Nature.

1 )  Les hommes coupables 

Selon l’anthropologue Jared Diamond

J.Diamond

, qui décrit le déclin de la société pascuane dans son livre  » Effondrement  », les chefs de clans, qui se partageaient l’île et se défiaient en érigeant des statues de plus en plus grandes, auraient fini par fortement altérer la forêt d’où ils tiraient rails et cordages.

Fragilisé par les coupes, le couvert forestier était devenu incapable de résister aux éléments et disparut de lui-même, entraînant aussi la disparition du sol végétal et de la faune. Victime de pénuries croissantes, la population ne tarda pas à décliner.

A la recherche de bois pour transporter les statues et surtout fabriquer les pirogues indispensables à la pêche, les clans se combattirent de plus en plus sauvagement. Le cannibalisme fit son apparition. Alors débarquèrent les Européens…( Jared Diamond voit dans le drame pascuan le sort qui menace notre propre civilisation dans l’hypothèse où celle-ci se montrerait incapable de maîtriser son développement.?! )

2 ) La nature responsable :

Plus  » prosaïquement  », il semblerait que le drame pascuan soit du à un changement brutal du climat. Quand les Polynésiens arrivèrent dans ce qu’ils allaient appeler le  » nombril du monde  », l’île était encore couverte d’une belle forêt vierge avec du mûrier et des palmiers géants propres à fournir tous les matériaux de construction utiles. Tout cela disparut sous l’effet du  » petit âge glaciaire  »  (XVe-XVIIIe siècles) et d’un dérèglement du courant océanique El Nino.

L’archéologue Catherine Orliac

Afficher l’image source
C.Orliac

a recueilli en 1995 des résidus de combustibles dans les fours de cuisson des anciens habitants. De l’examen de 12 000 charbons, elle a conclu que les habitants, à partir de 1650 environ, ont cessé d’employer du bois pour cuire leurs aliments et se sont rabattus sur l’herbe !

L’archéologue met en relation ces observations avec la sècheresse brutale qui a affecté l’océan Pacifique sud à la même époque (et dont prouvent des lésions sur les coraux ) . Il s’ensuivrait donc que les arbres indispensables à l’équilibre économique de la société pascuane avaient disparu du fait de cette catastrophe climatique, bien avant que les Pascuans érigent leurs monumentales plates-formes.

De là à faire un rapport nos responsabilités dans la surexploitation actuelle de la planète, il n’y a qu’un pas .

Une lente résurrection :

Comme si la déforestation ne leur avait pas suffi, les Pascuans ont encore souffert de l’esclavage et du travail forcé suite à l’arrivée des Européens. Ils n’étaient plus que 111 en 1877.

En 1888, l’île passe sous la souveraineté du Chili. Un entrepreneur livre le sol à des milliers de moutons. Le surpâturage dévaste ce qui reste de ressources agricoles et relègue les derniers habitants dans un recoin misérable de l’île.

Dans les années 1950, diverses personnalités, comme Thor Heyerdal

, se penchent au chevet de l’île et remettent à l’honneur ses antiques statues. Les moutons sont chassés. L’île renaît lentement à la vie. Elle compte en ce début du XXIe siècle 4 000 habitants dont la moitié revendiquent leur filiation avec les sculpteurs des moaï.

P.S : Comme chacun sait , Thor Heyerdahl est un anthropologue, archéologue et navigateur norvégien, devenu internationalement célèbre en 1947 à la suite de l’expédition du Kon-Tiki, tentative de rallier les îles polynésiennes sur un radeau partant des côtes d’Amérique du Sud afin d’expliquer le peuplement de l’Océanie.

T. Heyerdahl / Kon-Tiki

Pâques …….


Le païen que je suis ne peut tout de même pas éviter de  »parler  » de cette fête religieuse …

fête qui commémore la résurrection de Jésus . Il semblerait que le mot  » Pâques  » vienne de l’hébreu  » Pessa ‘h  » ( = le passage ) ,devenu par la suite  » Pascha  » en latin ….? Cette fête célèbre la fuite d’Egypte du peuple juif et le passage de la mer rouge ….Les juifs fêtent Pâques le jour de la pleine lune de printemps .. Or ,selon les évangiles , c’est la veille du Sabbat , pendant la préparation de Pessa’ h que Jésus fut crucifié ,sa résurrection ( 3 jours plus tard ) est célébrée par Pâques . Juive ou chrétienne , la fête porte le même nom , sauf que Pâques se dit au pluriel chez les chrétiens depuis le 16 ème siècle pour se démarquer de la fête juive et pour évoquer à la fois , la  »passion , la crucifixion et la résurrection de Jésus ?

Mais Pâques n’est pas seulement une fête religieuse : C’est aussi une fête païenne qui représentait autrefois la fête du printemps , du retour de la lumières ,

de la  » renaissance  » après les longs ,tristes mois de l’hiver

Image du net .

Déjà , dans l’antiquité , plusieurs légendes illustraient cette joie du renouveau souvent symbolisée par le retour sur terre ou le réveil d’un dieu ou d’une déesse .

P.S : La résurrection du christ est aussi célébrée chez les orthodoxes à l’occasion de Pâques . Des processions sont organisées pendant la  » semaine sainte  » et le jeûne débute le lundi et se termine le dimanche suivant avec la dégustation de  » l’agneau pascal  » ( l’agneau serait synonyme d’innocence et d’obéissance ) .

Même dans l’Islam , l’agneau est  » porteur de signification  » : La fête de l’Aid- al- Adhâ ( la grande fête ) qui commémore le sacrifice d’Abraham prêt à offrir son fils à Allah qui l’épargna contre une offrande de grande valeur ! ( Allah / Dieu faisait du  » troc  » ? ) .Pour les musulmans, cette offrande consiste à sacrifier un agneau le dixième jour du mois sacré ( douzième mois du calendrier musulman )

Les cloches :

En bronze ou en chocolat , elles rythment les évènements de la fête : Lors de la messe du jeudi saint , elles carillonnent et reste ensuite silencieuses jusqu’au samedi saint , pour respecter le souvenir du christ mort sur la croix ( je crois ??? ) ….

Elles profitent de ces quelques jours pour se rendre à Rome d’où elles reviennent laissant tomber sur leur passage quelques friandises, sucreries dans les jardins .…( pour le grand plaisir des enfants et…des parents qui s’amusent à les regarder chercher ces sucreries )

Enfin ,elles carillonnent le dimanches de Pâques pour fêter le Christ ressuscité …..

__________________________

Mais il y a d’autres symboles que les cloches :

Le lièvre / lapin sont considérés dans quelques pays ( Allemagne ,U.S.A ) comme messagers de Pâques ..

Il parait que, depuis l’antiquité , le lièvre considéré comme le symbole de la fécondité serait associé à la fête de Pâques depuis le XVIII ème siècle …

Et il y a aussi les œufs : Symbole de vie , de renaissance , l’œuf serait associé à Pâques depuis l’antiquité . Autrefois , pendant la période du carême , il était interdit de manger des œufs .…Mais ; les poules continuaient à pondre lol …Alors, on conservait les œufs, on les faisait bénir le jour de Pâques , puis après les avoir peint , on les donnait aux enfants ….

Œufs peints

Bien qu’il y ait des œufs  » sophistiqués  » (même en or ! ) , comme , par exemple ceux créés par Peter Carl Fabergé ,

Œufs de Fabergé
Etc…..

…..beaucoup de personnes se contentent d’œufs en chocolat , moins précieux , mais beaucoup plus savoureux …

Traditionnellement ,des chasses aux œufs sont organisées dans les cours d’écoles ou dans les jardins familiaux ( Perso , j’adorais voir Manu les chercher en suivant les  » indices  » que je lui donnais ) …Mais , j’ai lu que certains lieux en France tel que le labyrinthe géant des monts de Guéret ( Labyrinthe – Accueil (labyrinthe-gueret.fr) (<= kliker pour voir le labyrinthe ) ou de la cité fortifiée de Provins entr’autres proposent aujourd’hui , des chasses aux œufs de Pâques sous forme d’itinéraires pédagogiques et ludiques .

Pas trouvé le  » labyrinthe  » ……
Le labyrinthe de Guéret (pas loin de chez moi )

Le masque-à-barbe de Léopold II …….


……pour se protéger des microbes !

( Léopold 2 roi de Belgique )

Léopold II hypocondriaque :

En vieillissant, le roi Léopold II devient un obsédé des microbes, s’imaginant une proie fatale pour la moindre maladie. Il est , par exemple ,très malvenu de tousser en sa présence, acte pour lequel tout aide de camp risque une sanction. Nappes et serviettes du palais doivent être bouillies tous les jours. Son journal, qu’il lit au lit, doit être préalablement repassé, pour anéantir toute bactérie…!!!

Le rhume est chez lui une obsession et, dit-on, il a été le premier à constater qu’il est contagieux. Sa maîtresse Blanche Delacroix se sert astucieusement de cette obsession :

Résultat d’images pour Blanche Delacroix
Blanche Delacroix

Elle éternue quand elle veut se retrouver seule et, pour écarter les femmes qui approchent le roi de trop près, elle prétend qu’elles sont enrhumées… Si, au cours d’une audience, quelqu’un éternue, Léopold II y met fin sur le champ.  » Celui qui a un rhume est stupide, disait-il, car il n’avait qu’à éviter l’enrhumé.  » Quand il va se baigner à la mer ou quand le temps est humide, il glisse sa longue barbe dans un sac imperméable qu’il a confectionné lui-même.!! Un jour, à l’occasion d’une balade dans les bois des environs de Bad-Gastein, par temps pluvieuse, Blanche Delacroix raconte l’apparition comique qu’il lui réserve :

 » …quelle ne fut pas ma surprise de le voir sortir de sa calèche, gainé jusqu’aux hanches d’épaisses bottes, et le torse emprisonné dans un suroît que les marins endossent les jours de tempête. Et ce n’était pas du tout ! De son menton pendait une longue poche de toile cirée retenue par des cordons à son large chapeau de feutre.

Devant cet accoutrement je ne pus garder mon sérieux. J’éclatai de rire. »

Mais, me dit le Roi,  » je suis très satisfait de mon invention. Avec cette poche, la pluie peut tomber, je ne crains rien : ma barbe restera sèche. Vous riez, mais vous ne riez pas quand une femme, après s’être lavé les cheveux, les sèche et les enveloppe dans une serviette. Vous ne riez pas, et c’est pourtant la même chose. Les femmes en séchant leurs cheveux, et moi en garantissant ma barbe de la pluie, nous ne faisons que nous préserver des rhumes !  »

la liquéfaction….


……. une alternative à la crémation

PUBLIÉ LE 26/10/2017( vu ce jour ! ) Depuis 2017 , je me demande si la  » liquéfaction » a plus ou moins de succès ?

Californie_la liquéfaction, une alternative à la crémation_wp
Machine high-tech d’hydrolyse alcaline

Il y a quelques temps , la Californie a ratifié une loi permettant aux individus de liquéfier leur corps après leur mort, une solution qui serait plus écologique et moins chère que l’incinération. C’est le 15e État des États-Unis à entériner une loi autorisant ce système pour les corps humains. Cette loi qui serait entrée en vigueur le 1er juillet 2020 ne connaît aucune équivalence en Europe.

Cette technique appelée  » aquamation  » ou  » crémation sans flamme  » consiste au processus chimique de l’hydrolyse alcaline. Ce procédé fut breveté aux États-Unis en 1888 pour le traitement des os et des déchets animaliers, modernisé par deux professeurs un siècle plus tard.

Le corps est ainsi liquéfié dans un  » bain chimique  » contenu dans une machine spéciale.

Ce bain est constitué d’eau et d’un alcalin ou d’un sel dérivé d’un métal alcalino-terreux, généralement de l’hydroxyde de sodium ou de potassium ou une combinaison des deux.

L’ensemble est chauffé durant plusieurs heures à 180°C pour une pression d’environ 10 bars. Cette solution dissout alors les protéines, le sang, les graisses, les muscles présents dans les tissus et les os, sachant que le pourcentage restant du corps humain est déjà de l’eau, aux alentours de 55 % chez une femme adulte de 70 kg et 60 % chez un homme aux mêmes critères. Lorsque la  » cuisson  » arrive à terme, le bain chimique devient un liquide de  »couleur café  » , dans lequel se retrouvent les os en poudre et les implants métalliques du défunt, les obturations dentaires en or ou en argent notamment. Les restes du corps sont retirés de la machine puis concassés dans d’autres appareils, identiques à ceux employés dans les crématoriums pour les éléments ayant résisté à l’incinération.!!! Les os en poudre, les  »cendres  », sont remis aux proches dans une urne, pratique interdite en France depuis 2008.

Californie_la liquéfaction, une alternative à la crémation_unité-d'hydrolyse-alcaline-Minnesota_wp
Unité d’hydrolyse alcaline dans un dépôt mortuaire à Windom (Minnesota )

Le prix de cette machine varie entre 150 000 dollars pour la plus basique et 500 000 dollars pour la plus luxueuse. Ce prix qui diffère est bien sûr en fonction du fabricant et de la rapidité de l’exécution. Par exemple, le fabricant  »Bio-Response Solutions  »facture 150 000 dollars pour une machine effectuant une dissolution complète en 16 heures et 220 000 dollar en 3 heures.

Selon la société californienne Qico, l’entreprise de  » crémation durable  », bien que cette méthode puisse paraître quelque peu rebutante, elle séduirait pourtant de plus en plus de directeurs de morgue aux États-Unis . D’ailleurs, elle n’hésite pas à mettre en avant sur son site Internet l’atout écologique de ce procédé :  » la liquéfaction émet un tiers de moins de gaz à effet de serre que la crémation  ». Elle prétend également que le coût de ce dispositif revient moins cher aux proches qu’un enterrement ou une incinération.

Cette alternative est , malgré tout , devenue un sujet à polémique outre-Atlantique, ce que le New York Times a rapporté : Des témoignages déplorent que le liquide soit rejeté dans les égouts locaux alors que ce fluide riche en nutriments pourrait servir d’engrais.!!!! Mais , cette controverse ne semble pas s’appliquer qu’outre-Atlantique, car même si cette pratique est utilisée pour les restes d’animaux, il n’est pas certain pour le moment que les Américains ni les européens adhèrent à cette méthode peu orthodoxe.

Californie_la liquéfaction, une alternative à la crémation_unité-d'hydrolyse-alcaline-Californie_wp
Unité d’hydrolyse alcaline de l’entreprise Bio-Response Solutions à Danville ( Californie )