Toujours rien…………..


Plus je dors, plus j’ai envie de dormir …….

Parce que quand je dors , j’oublie mes soucies ? 

Bahhh çà ira mieux un de ces jours .

Soyez biens vous qui passeriez ……

Publicités

Stop…


7 heure déjà  ! 

Lurcy s’éveille et moi je me couche car c’est nécessaire ……Ces derniers temps , je dors longtemps  , ai toujours froid ….Ma grand-mère dirait que je  » couve  » quelque chose …Mais quoi ? 

   Sans compter que le période des fêtes de fin d’année approche  » à grands pas  » et çà ! berkkkkk! => Manu va certainement m’inviter pour un réveillon ( Noël ? Nouvel an ? ) Et ,comme mes petites filles ne seront pas là , je n’irais pas . Ma petite Camille me manque énormément ………..

  Puis, voir certains s’empiffrer bien au chaud alors que d’autres dormiront dehors n’ayant pratiquement rien à manger ! 

 

 

C’était il y a environ 111 ans


Le 13 novembre 1907, à Coquainvilliers, près de Lisieux, Paul Cornu réussit à s’élever pour la première fois à bord d’un hélicoptère. Ce jour-là, il atteint l’altitude de… 1 mètre 50 en envol vertical libre !Hélicoptère 1

Une invention qui vient de loin :
Le mot hélicoptère aurait été forgé en 1861 par le vicomte Ponton d’Amécourt à partir du grec helix (spirale) et pteron (aile). Mais quatre siècles plus tôt, Léonard de Vinci en avait déjà pressenti le concept à en juger par certains de ses croquis.
 Louis Breguet, un jeune industriel de 27 ans, conçoit la première aile tournante. Il s’inspire non de Léonard de Vinci mais de Jules Verne, qui évoque cette technique dans le roman de science-fiction Robur le Conquérant.
  Le 29 septembre 1907, il fait un premier essai dans la cour de son usine, à Douai, avec son ami le professeur Charles Richet.
 Avec à son bord un certain Maurice Volumard, l’appareil, baptisé   » Gyroplane   » N°1, doté de quatre voilures tournantes de 8,10 mètres de diamètre et d’un moteur de 50 CV, atteint non sans mal l’altitude vertigineuse de 1,5 mètre  lol .

  Mais quatre techniciens ont soin de le maintenir en équilibre, ce qui altère la portée de l’exploit.
   Trois semaines plus tard arrive le tour de Paul Cornu, un simple mécanicien à la tête d’une petite entreprise normande.
   Son engin a une envergure de plus de 6 mètres. Il comporte à chaque extrémité un rotor ou hélice avec de grandes pales horizontales recouvertes de soie et de 6 mètres de diamètre. Ces rotors sont entraînés par un moteur de 24 CV.
  Après plusieurs essais, l’engin s’élève à 1,50 mètre au-dessus du sol en vol vertical libre avec son pilote, sans personne au sol pour le maintenir en équilibre… (  le frère de Paul Cornu, qui mettait le moteur en marche, a dû se cramponner au châssis et monter avec l’engin ! )
L’exploit marque la véritable naissance de l’hélicoptère.
  L’année suivante, Louis Breguet récidive avec le Gyroplane N°2, qui a l’avantage de pouvoir se diriger grâce à une voilure fixe planante et deux rotors inclinés sur l’avant. Il s’élève à plus de quatre mètres et parcourt une distance d’une centaine de mètres. Mais l’engin est peu après détruit dans son hangar par une tempête.
   Les hélicoptères vont attendre un peu avant de prendre réellement leur essor. C’est seulement à la fin des années 1920 qu’un ingénieur espagnol, Juan de la Cierva, apporte une amélioration décisive en introduisant les pales articulées et le vol contrôlé.
   Les hélicoptères prouveront leur utilité dans le transport de troupes et les interventions difficiles à partir de 1942, grâce à l’industriel américain d’origine russe Igor Sikorski.

 Comme chacun sait,  seront massivement utilisés pendant la guerre du Vietnam, dans les années 1970, et seront les véritables héros du film Apocalypse now de Francis Ford Coppola (1979).
  Au nombre d’environ 70.000, ils rendent aujourd’hui des services dans les liaisons entre aéroports et centre-ville, dans les opérations de sauvetage et dans le soutien logistique des militaires en opération.

çà s’est passé un 18 décembre………..


18 décembre 1737 : Mort de Stradivarius
   Le 18 décembre 1737, le célèbre luthier Antonio StradivariusStradivarius meurt à Crémone, dans la vallée du Pô, à 93 ans.
Le secret du « Stradivarius »
   Héritier d’une lignée de « facteurs » de violons, Antonio Stradivari, dont le nom a été latinisé en Stradivarius, a laissé derrière lui environ 1100 instruments de musique à la sonorité incomparable et encore jamais égalée. Il en reste environ 500 qui font le bonheur des virtuoses.violon
   Le luthier a été formé dans l’atelier de la famille Amati. L’ancêtre Andrea aurait inventé le violon vers 1560 en développant une variante de la viole médiévale.
   Le mystère demeure sur la perfection des violons de Crémone. On l’a attribuée au vernis ou à la forme de l’instrument. On l’a aussi attribuée à la qualité particulière du bois à l’époque du célèbre facteur. La dernière hypothèse en date vient d’un biochimiste texan : il incrimine un champignon local qui poussait sur le bois lors de son flottage sur les rivières de Lombardie et lui conférait après séchage d’exceptionnelles qualités vibratoires.!!!!?

Il ne  » joue  » certainement pas avec un Stradivarius  lol 

Horrible …..


 

Le chien affamé a été obligé de ronger sa patte pour se nourrir

La police de Caroline du Sud a retrouvé un dogue allemand famélique, abandonné par ses maitres qui l’avaient attaché à une poutre métallique sans nourriture ni eau. Pour survivre, le chien affamé n’a pas eu d’autre choix que de ronger sa propre patte. Regardez les images terrifiantes de cet animal qui a pu être sauvé in extremis, à qui il manque quasiment toute une patte arrière.

Le refuge de l’Arche de Noë, situé dans l’agglomération de Ware Shoals, en Caroline du Sud, est venu en aide d’un animal en grande détresse. Les services de protection des animaux ont trouvé « plusieurs chiens qui vivaient dehors », lorsqu’ils sont arrivés d’urgence pour une intervention. « Deux allaient bien, mais Luke, un dogue allemand, était tellement affamé qu’il avait mangé sa patte pour survivre. Il semblerait qu’il était dans cet état depuis au moins deux semaines », écrit le refuge sur sa page Facebook.

L’état de Luke est toujours instable

Emmené d’urgence à la clinique vétérinaire pour soigner son moignon à la patte, il souffre aussi de graves problèmes respiratoires et encore aujourd’hui, son état est instable. Toutes les opérations qu’on lui fait subir, il doit les supporter sans anesthésie, car son état ne permet pas de l’endormir. « Luke a eu deux bons jours, puis ensuite son corps n’a plus pu supporter les infections qui se répandaient. » Il faudra attendre quelques jours supplémentaires, le temps qu’il reprenne un peu de forces, avant de pouvoir envisager des opérations plus lourdes pour le sauver.

Les propriétaires des chiens ont été arrêtés

Depuis, la police a arrêté ses propriétaires. Jessica James et Skylar Craft, 32 et 38 ans, ont été inculpés pour maltraitance animale. Lors des interrogatoires séparés, ils n’ont pas livré la même version des faits, notamment en ce qui concerne la période durant laquelle les animaux avaient été laissés à l’abandon. Selon eux, ils ont essayé de soigner eux-mêmes les blessures de Luke, mais n’avaient pas assez d’argent pour l’emmener chez le vétérinaire. Il faut savoir que Luke est le surnom donné par le refuge. Lorsqu’il habitait chez lui, Luke s’appelait Lucifer. Cela indique déjà l’amour que ce couple portait à l’animal.

çà s’est passé un….


10 décembre :

  Il s’est passé beaucoup de choses un 10 décembre

   Chaque 10 /12 , de nombreux prix Nobel ont été remis, pour les premiers par testament d’Alfred Nobel décédé cinq ans auparavant. Parmi les primés au fil du temps, on trouve Sully Prudhomme, Romain Rolland, Churchill pour la littérature, Antoine Henri Becquerel, Pierre et Marie Curie, Marie Curie seule, Albert Einstein Einsteinpour la physique. Jean-Paul Sartre, pour sa part, refusera le prix Nobel de littérature en 1964.

1993 :
Les travaux du Tunnel sous la Manche se terminent.tunnel-sous-la-manche

1998
Le cours du baril de pétrole chute et passe sous la barre des 10 dollars.

pétrole

1999
Le lanceur Ariane 5 G effectue son premier vol commercial.

Ariane

1962
La série Bonne nuit les petits passe pour la première fois à la télévision française. lol ( çà c’est le TOP  lol )

bonne nuit les petits

 

 

 

Voler est il un crime lorsqu’on a faim ?


  En 2011, dans un supermarché de la banlieue de Gênes, au Nord de l’Italie. Un sans-abri ukrainien de 30 ans, Roman Ostriakov passe par la caisse, achète un paquet de  » gressins « … mais ressort avec, dans ses poches, deux morceaux de fromage et un paquet de saucisses. L’agent de sécurité du magasin l’arrête immédiatement.vol magasin

  C’est un gentil client zélé et bienveillant (j’ aime beaucoup ces gens-là !) qui l’a alerté sur le vol de Roman Ostriakov… Livré à la police, et rapidement présenté devant un juge, le jeune ukrainien est déjà connu pour avoir grignoté dans les supermarchés de la ville. Et cette fois, le tribunal décide de donner l’exemple.

   Six mois de prison et cent euros d’amende, pour un vol de quatre (petits) euros et sept (malheureux) centimes…

   Ce jugement a été confirmé à deux reprises mais Roman Ostriakov a continué à faire appel, jusqu’à ce que son cas soit soumis à l’appréciation de la Cour Suprême Italienne, qui vient d’annuler la peine de ce sans-abri ukrainien, officiellement pour vice de forme. Ostriakov a été jugé pour vol, mais la Cour a considéré qu’il aurait dû l’être pour tentative de vol car il n’a pas cherché à s’enfuir et n’avait pas quitté l’enceinte du supermarché lorsqu’il a été pris par la sécurité…

  En tous les cas c’est la version officielle. Mais les vraies motivations de la Cour sont ailleurs.: Si Ostriakov a essayé de voler, écrivent les juges de la Cour Suprême, c’est parce qu’il était affamé .

   C’était pour répondre à un besoin immédiat, et dans ce contexte « voler n’est pas un crime » pour les juges. « Le droit à la survie l’emporte sur la propriété ».

   Autre commentaire : celui du président de la Cour de cassation qui rappelle que « dans un pays civilisé, même le pire des hommes ne doit pas mourir de faim ».

Une décision saluée par l’éditorialiste du quotidien, La Stampa , qui ajoute que «chaque jour, en Italie, 615 personnes passent en dessous du seuil de pauvreté et que chaque année, en moyenne, un Italien gaspille 20 kilos de nourriture par négligence, par oubli, ou tout simplement parce qu’il n’a plus faim ».

Consommer…..


      Les professionnels du marketing rêvent, un jour, de connaître la formule secrète capable de pousser les consommateurs à acheter leurs produits. Les études de neuromarketing, qui se définissent comme l’application de méthodes de laboratoires en neurologie aux questions commerciales et de marketing, tentent de déceler les secrets enfouis du cerveau afin de rendre la publicité plus puissante, plus efficace, plus vendeuse. Cette discipline est encore toute récente. Une entreprise , à Atlanta, est la première à avoir lancé ce type de recherche en 2001. Mais comme on peut  le voir, ce type d’études – bien qu’ intéressantes –  pose un problème d’éthique très important.
 

 

Existe-t-il un « bouton d’achat » dans notre cerveau ?
  Le cerveau est un organe bien mystique et passionnant. Acheter une veste chez Zara peut vous procurer la même émotion que lorsque vous avez réussi vos examens. Refuser d’acheter des places pour un concert auquel vous rêvez d’aller car celles-ci sont trop chères peut vous rendre aussi triste que lors d’une rupture amoureuse. Dans notre cerveau, trois zones seraient déterminantes pour effectuer ou non un achat selon le chercheur Brian Kuntson. On compte le noyau accumbens, le cingulaire antérieur et l’insula. Des mots poétiques…
 
Le noyau accumbens est responsable du sentiment de plaisir et s’activerait lorsqu’un achat est effectué. C’est ce qui explique que beaucoup de consommateurs deviennent des acheteurs compulsifs.

 

Le cingulaire antérieur, lui, est la zone du cerveau qui gère les conflits. C’est-à-dire que c’est elle qui permettrait d’orienter le choix du consommateur vers tel ou tel autre achat. C’est cette même zone qui s’active lorsque, par exemple, vous hésitez à aller à McDonald’s ou à Quick.

Enfin l’insula est – grosso modo – la zone de douleur. Elle s’activerait lorsque le consommateur se refuse d’acheter. En effet, nous souffrions si le prix d’un vêtement est trop cher, par exemple !

 

Finalement, ce que les professionnels du neuromarketing retiennent, c’est qu’ils doivent faire en sorte d’activer et donc de viser le noyau accumbens, cette zone qui nous procure du plaisir. On peut donc dire qu’il existe un « bouton d’achat », qui n’est autre que cette zone. Comment donc l’activer ?

 

L’expérience du Coca-Cola et du Pepsi :

Machine utilisée pour les IRM / source : irmba.fr

 

 

Il existe plusieurs manières, en neuromarketing, pour analyser le cerveau des consommateurs. Mais nous ne nous concentrerons que sur la plus connue et la plus controversée, à savoir l’IRM (Imagerie par Résonance Magnétique). L’IRM est normalement utilisée pour « scanner » notre cerveau. C’est en quelque sorte une radio.

 

Le neuromarketing l’a utilisé à des fins commerciales. L’expérience du Coca-Cola et du Pepsi est on ne peut plus célèbre pour cela.

   En quoi consiste cette expérience ?

    En 2004, le professeur Read Montague demande à ses cobayes de boire du Pepsi et du Coca. Dans un premier cas, certains sujets sont au courant du nom des marques. Dans l’autre, les autres sujets ne font pas la différence entre Cocacoca et Pepsi.pepsi Grâce à l’IRM, il a été montré que certaines zones s’activaient ou non selon que les participants étaient au courant des marques qu’ils goûtaient. Les résultats furent très intéressants.

   Lorsque les sujets savaient qu’ils buvaient du Pepsi et du Coca, ils disaient préférer le Coca. Mais quand ils n’étaient pas informés de la différence entre les deux marques, la majorité déclarait préférer Pepsi ! L’IRM a montré que dans ce dernier cas, les consommateurs ne jugeaient la marque qu’à son goût. Mais lorsque le cerveau était informé des différences de marque, l’IRM montrait qu’une certaine zone – appelée « cortex préfrontal médian » – s’activait. Ce qui signifiait que les sujets émettaient des jugements de valeurs et jugeaient donc plus la marque en elle-même que le goût. Coca-Cola ayant – apparemment – une image plus positive que celle de Pepsi, les participants préféraient donc Coca.

 

Les dangers de la manipulation :

 

    Cette expérience, sous ses airs amusants, a ouvert le champ à des études marketing de l’ordre de la manipulation. En France, les IRM sont formellement interdites dans le cadre du marketing ! Imaginez donc une entreprise capable de savoir mieux que nous-mêmes ce qui nous fait plaisir ? Le chercheur Jérôme Kagan, en 2002, a émis l’idée que notre cerveau serait commandé, à 90%, par notre inconscient. Si les entreprises ou même l’Etat étaient capables de connaître notre inconscient, cela mènerait à un monde digne de 1984 d’Orson Welles. McDonald’s – qui a rendu accrocs bon nombre d’entre nous – fut accusé d’avoir fait appel au neuromarketing.

 

   En effet, le service marketing du fast-food a fait en sorte que l’odeur dégagée par les restaurants soit aussi attrayante que possible. Comment ? En utilisant les IRM ! En effet, l’émission Cash Investigation a prouvé, en 2012, que McDonald’s avait scanné le cerveau de mères de famille afin de connaître quelle odeur artificielle serait la meilleure pour les restaurants.

 

    Mais qu’on se rassure, comme l’affirmait le chercheur Gérard Zaltman : « Le cerveau ne se laisse pas décoder aussi facilement. » Il n’est pas encore possible de « lire les pensées d’un consommateur ». Mais restons sur nos gardes, on se sait pas ce que l’avenir de la technologie a en réserve.! 

çà se…..


SERAIT ??? Passé en 2015 :

   Deux Polonais ( restés anonymes ) ,chercheurs de trésors amateurs Prétendent avoir découvert l’emplacement d’un train rempli d’or datant de la seconde guerre mondiale ….Ceci , dans l’une des galeries souterraines de la région de Walbrzych ? Ces galeries servaient d’usine d’armement et de cache pour les trésors nazis…galerie

   Les galeries, creusées par des prisonniers , courent sur des centaines de Kms => Certaines d’entre elles n’ont jamais été explorées …. Les deux  » héros  » auraient tenté de négocier avec le gouvernement polonais pour obtenir , conclure un accord satisfaisant ( financier ?) avant d’indiquer l’endroit précis de leur découverte , sans ( dit – on ) résultat ……….Mais , ce train chargé d’or alimente de nombreuses rumeurs dans la région , les  » études  » géophysiques que ces deux personnages auraient réalisées pour le localiser sont toujours largement contestées par les chercheurs de l’académie des Mines ….

Alors  , vrai ou faux ? Le gouvernement aurait il bien trouvé le train et le trésor et gardé sans n’en parler à personne ? N’y avait il ni train ni cargaison  » dorée » ? Mystère………..

 Si le train existe : Montant auto-estimé du butin = plusieurs millions de dollars.

Peu de détails
Zygmunt Nowaczyk s’est cependant abstenu, au cours d’une conférence de presse retransmise en direct, de toute autre précision sur la découverte qui avait relancé les spéculations sur le mystère de trains censés contenir des trésors nazis et disparus dans la région à la fin de la guerre.

« L’endroit est gardé secret », a ajouté M. Nowaczyk qui a poussé la prudence jusqu’à éviter de parler d’un train, lui préférant le terme de « trouvaille » qui, quoi qu’elle représente, appartient à l’Etat polonais, en vertu d’accords passés avec l’Allemagne.
  Le conseiller juridique des découvreurs qui souhaitent rester anonymes, Jaroslaw Chmielewski, a indiqué qu’ils avaient informé officiellement les autorités régionales et centrales et « décrit les paramètres de leur trouvaille », censée être une rame blindée longue de 120 à 150 mètres.

Quoi qu’il en soit, il est sur ,  qu’ à la fin de la Deuxième guerre mondiale, les nazis en déroute ont vraisemblablement tenté de soustraire aux armées soviétiques un fabuleux trésor amassé par le IIIe Reich. Selon d’anciennes rumeurs, colportées depuis 70 ans, 300 tonnes d’or, de bijoux, d’argent et d’armes auraient ainsi été rassemblées dans un train. Le convoi s’évanouit dans la nature entre Wroclaw (à l’époque Breslau) et Walbrzych.         D’aucuns avancent que ses traces s’arrêtent près du château de Ksiaz, à trois kilomètres seulement du cabinet d’avocats où les deux chasseurs de trésor sont allés déclarer leur découverte. 

  Une rame de chemin de fer blindée de 150 mètres de long ne disparaît pourtant pas comme ça, sans laisser de trace… Elle aurait été tractée dans de mystérieuses galeries désormais inaccessibles, construites par le régime nazi et connues sous le nom de code Riese (Géant)