C’était il y a….


….environ 79 ans :

18 octobre 1941:

Arrestation de Richard Sorge

Richard Sorge : Un espion double qui travaillait à la fois pour le NKVD soviétique et l’  »Abwehr  » ( L’Abwehr, mot allemand signifiant  » défense  » , organisation de contre- espionnage ) allemande . Sa carrière : Arrêté par les Japonais le 18 octobre 1941, il est pendu après que Staline a refusé de l’échanger. Il a cependant été fait Héros de l’Union soviétique en 1964. Il est devenu aussi une source d’inspiration pour Ian Fleming

Résultat d’images pour Ian Fleming

, l’auteur de la série des James Bond.

Une contribution déterminante à la défaite du nazisme….

Richard Sorge (4 octobre 1895, Sabunçu, Azerbaidjan ; 7 novembre 1944, Tokyo) Né le 4 octobre 1895 en Azerbaïdjan d’un père allemand et d’une mère russe, R.Sorge grandit et travaille en Allemagne où il lit les écrits de Karl Marx et adhère aux idées de ce dernier . Après avoir combattu dans la Reichswehr jusqu’en 1916, date à laquelle il est gravement blessé.

Repéré par le Komintern (Internationale communiste), il suit à Moscou une formation d’espion de 1925 à 1933 pour le compte du NKVD, se fait ensuite embaucher comme journaliste dans un grand journal allemand et devient son correspondant à Shanghai (Chine) puis à Tokyo où il arrive en septembre 1933.

 » Noceur  » et séducteur en diable, il devient la coqueluche de la haute société et des milieux diplomatiques.

Agent double pour le NKVD mais aussi l’Abwehr allemande, il se fait apprécier par Eugen Ott

Résultat d’images pour Eugen Ott ambassadeur
E .Ott

, ambassadeur d’Allemagne au Japon à partir de 1938. Il devient même son ami , son homme de confiance et participe aux réunions les plus confidentielles de l’ambassade.

C’est ainsi qu’il découvre le projet d’invasion de l’URSS par la Wehrmacht (projet  » Barbarossa  » ) , y compris la date d’exécution (22 juin 1941). Il en informe Moscou mais Staline, qui s’accroche envers et contre tout à son alliance avec

Résultat d’images pour Joseph Staline

Hitler, ne veut rien entendre. Quand l’invasion est déclenchée, il est totalement pris de court et l’Armée rouge balayée.

Bien que consterné , Sorge poursuit son travail d’espion. Il découvre ainsi que l’armée japonaise a commandé pour ses troupes… des shorts !. C’est la preuve qu’elle se prépare à attaquer dans les mers chaudes : elle ne se soucie donc pas de soutenir l’effort de son  » alliée  » allemande en attaquant l’URSS ! 

Gueorgui Joukov

Résultat d’images pour Gueorgui Joukov

, qui assure la défense de Moscou, prend le renseignement au sérieux. Il rapatrie sans attendre ses troupes d’Extrême-Orient vers le front occidental où elles vont jouer un rôle décisif dans la contre-offensive soviétique.

Sorge peut se flatter d’avoir ainsi joué un rôle déterminant dans la victoire soviétique sur le nazisme. Il ne la verra pas. Lui-même, malgré son bagout, est d’une discrétion à toute épreuve mais les Japonais n’en arrivent pas moins à démanteler son réseau d’informateurs, le détruire et l’arrêter lui aussi……

J’ai lu que…..


 » On  » dit que Néron

Résultat d’images pour Néron
a incendié Rome , mais ce serait faux !?

Le 18 juin de l’an 64 ,Rome fut victime d’un tragique incendie qui dura plusieurs jours , des milliers d’habitations , bâtiments publics et constructions anciennes furent détruits …..

Résultat d’images pour rome en 64 incendie illustrations

On lit que Néron aurait incendié Rome volontairement sa capitale pour pouvoir la reconstruire et bâtir une  » Néropolis  »….Mais d’autres dont Tacite

Résultat d’images pour tacite

, sont plus prudents …Ils font savoir qu’on ignore si la catastrophe est due au hasard ou non et soulignent que Néron était absent quand le feu s’est déclenché .

Pourtant , si Néron a pris toute une série de mesures pour secourir les victimes , le bruit de sa culpabilité s’est répandu….On raconte aussi que l’empereur , en costume de théâtre , aurait , face à la ville en feu , chanté sur le thème de la prise de Troie , envouté par la beauté des flammes !

Ceci dit , l’opinion des historiens de nos jours es tout autre : On considère que les origines du feu furent accidentelles ( au cœur d’un été particulièrement chaud ) .Si l’incendie offrit à Néron l’occasion de  » remodeler  » Rome , cela ne signifie pas qu’il en eut l’initiative …..

Déjà il y a environ….


79 ans : Ce n’était pas  » notre  » virus actuel , le coronavirus , mais le typhus ….. (Le typhus est une maladie infectieuse, contagieuse et grave, provoquée par des bactéries appelées rickettsies ». Ces bactéries sont portées par les rongeurs, tels que les souris et les rats,  » et sont transmises à l’homme par le biais des acariens, des poux de corps ou encore des puces, par morsure ou par leurs excréments « . Cette transmission se fait essentiellement dans les milieux insalubres où l’hygiène n’est pas correcte ) ….

Les survivants du typhus :

En 1941 , tout semble réuni pour que le typhus décime les 450 000 juifs entassé dans le ghetto de Varsovie

Résultat d’images pour ghetto de varsovie
Résultat d’images pour ghetto de varsovie

Pourtant , en octobre , la courbe de l’épidémie  » plonge  ». Une équipe de chercheurs a levé le voile sur ce mystère il y a peu de temps : Malgré la famine et la menace des exécutions nazies , la communauté juive s ‘est protégée de la bactérie ….Encouragée par des médecins du ghetto qui tenaient des réunions publiques , les personnes juives ont veillé à la propreté des logements , imposé des quarantaines et s’est efforcée de respecter une forme de distanciation…..

Avouez que çà ressemble beaucoup à ce que nous vivons actuellement ……

C’était il y a environ…


….507 ans…

Le 25 septembre 1513, le conquistador espagnol Vasco Núñez de Balboa

Résultat d’images pour vasco nunez de balboa

(38 ans) serait arrivé après plusieurs jours de marche à travers la cordillère d’Amérique centrale en vue d’un océan encore inconnu des Européens.

Il le baptise  » Grande mer du Sud  » ( » mar del Sur  » en espagnol ) et, pénétrant dans ses eaux, en prend possession au nom du roi d’Espagne.

Six ans après les rapports de voyage d’ Amerigo Vespucci , (traduits sur une carte du géographe Waldseemüller  ) , il démontre ainsi , que les terres découvertes par Christophe Colomb constituent bien un Nouveau Monde , séparé de l’Asie par un grand océan . L’océan Pacifique , colonisé depuis des siècles par les ancêtres des Polynésiens, devient une réalité pour les européens. Son nom actuel lui sera donné huit ans plus tard par Magellan

Résultat d’images pour magellan images

quand le grand navigateur portugais aura découvert la voie maritime permettant d’y accéder.

Qui était Balboa :

Après une jeunesse désordonnée, Balboa a quitté en 1500 son Estrémadure

Résultat d’images pour estrémadure
L’Etrémadure …

natale pour participer à la colonisation de l’île d’Hispaniola (Saint-Domingue).  En 1509, pour échapper à ses créanciers, il se joint clandestinement à une expédition destinée à porter secours à une petite colonie espagnole, sur la côte sud-américaine, près du golfe de Darién ( ou golfe de Panamá ) .

Toléré à contrecœur par le chef de l’expédition (l’adelantado) Fernández de Enciso

Résultat d’images pour fernández de enciso
F. de Enciso ?

, Balboa se rend populaire auprès de ses compagnons par son charisme et sa connaissance du pays. Avec le concours d’Indiens locaux, il transfère la colonie vers des terres fertiles et paisibles, proches de l’isthme de Panamá. 

Jugé trop rigide, Enciso est désavoué par ses hommes et ces derniers portent à leur tête Balboa qui s’octroie bientôt le titre de gouverneur de la nouvelle colonie, Santa Maria de Darién. Il poursuit de difficiles explorations dans l’actuelle Colombie en quête d’un mythique pays de l’or. Il apprend alors de la bouche des Indiens qu’il existerait une  »grande mer du Sud » de l’autre côté de la chaîne de montagnes (la cordillère qui traverse du sud au nord l’isthme centre-américain). 

Balboa se sait mal vu à Madrid du fait de sa promotion illégale par voie de mutinerie. Pour se donner une nouvelle légitimité, il décide de partir sans tarder à la découverte de cette mer. Il monte pour cela une expédition d’environ 200 Espagnols, bientôt renforcée par quelques centaines d’Indiens. La traversée de l’isthme de Panamá et le franchissement de la cordillère s’effectuent en un peu plus de trois semaines, ( entrecoupés de quelques combats avec les Indiens de rencontre ). 

Enfin, la petite troupe, du haut d’un col, découvre à ses pieds l’étendue maritime tant rêvée. C’est la preuve qu’il est possible de franchir l’obstacle américain et d’atteindre enfin les riches terres à épices d’Asie !

Ingratitude :

De retour à Santa Maria, Balboa n’est guère récompensé. La couronne espagnole, qui n’a pas oublié l’atteinte portée à son autorité, envoie dans la colonie une expédition de 1500 hommes, la plus importante qui ait jamais jusque-là traversé l’Atlantique. Balboa s’incline et remet la charge de gouverneur au commandant de l’expédition, Pedro Arias Dávila.

Résultat d’images pour pedro arias dávila

Il se console de sa rétrogradation en caressant le projet de reprendre l’exploration de la  » grande mer du Sud  ». Le nouveau gouverneur, jaloux de ses succès, l’en empêche mais consent tout de même à lui céder l’une de ses filles en mariage. La réconciliation ne va pas durer plus de deux ans. L’explorateur est arrêté sur ordre du gouverneur par un certain Francisco Pizarre

Résultat d’images pour francisco pizarro

 . Après un long procès, il est décapité avec quatre de ses compagnons à Acla (Panamá actuel) le 15 janvier 1519.!

C’était il y a environ 261 ans ….


13-14 septembre 1759….

Mort de Montcalm et Wolfe…

    Le 14 septembre 1759, le marquis de Montcalm Résultat d’images pour marquis de montcalm photos , imagesmeurt des suites d’une blessure reçue la veille, lors de la bataille des Plaines d’Abraham, en bordure des fortifications de Québec.

James Wolfe Résultat d’images pour james wolfele général Anglais , est lui aussi mort à l’issue de la bataille après  la victoire de ses troupes. La France perd du coup   la ville de Québec et bientôt de toute la Nouvelle-France.

( illustration du net ) 

              

La guerre de 7 ans  a débuté officiellement trois ans plus tôt…………

Pratiquement une véritable guerre mondiale avant l’heure. Elle oppose la France de Louis XIV alliée à l’Autriche et quelques autres États, à la Prusse, à l’Angleterre et au Hanovre.

 Dans le   » Nouveau Monde  », les hostilités ont en fait commencé avec la mort d’un officier français à Fort-Duquesne, le 28 mai 1754.

Au début, les Français du Canada remportèrent de nombreuses victoires avec l’appui de leurs alliés indiens . Mais le commandant des troupes françaises ayant été fait prisonnier, Paris le remplace en 1756 par un marquis de la métropole, Montcalm (44 ans).

Une stratégie inédite :

Le marquis, adepte  de la stratégie européenne de l’attaque en lignes et bataillons serrés, change de tactique. Avec un certain succès, il concentre ses offensives sur les forts, renonce aux coups de main et délaisse les alliés indiens. Mais il ne dispose pour cela que de quelques milliers d’hommes tandis que les Anglo-Américains en viennent à aligner 4000 hommes  ( 23.000 soldats de métier et le reste de miliciens ).

   En 1758, après une trêve relative de plusieurs mois, les Anglais lancent contre la Nouvelle-France trois offensives avec les plus grosses armées jamais réunies en Amérique du Nord ; l’une à l’ouest, dirigée contre Fort-Duquesne, l’autre au centre vers Montréal, la troisième à l’est vers la forteresse de Louisbourg et la ville de Québec.

 Montcalm remporte une magnifique victoire à Fort Carillon, au sud du lac Champlain, en bloquant les 15.000 soldats du général James Abercromby qui se dirigent vers Montréal avec seulement 3.600 hommes dont 400 miliciens canadiens et Indiens. Les Anglais comptent 1944 morts et blessés alors que le camp français n’en comptent que 377.

Malgré cet exploit, il ne fait guère de doute que la conquête de la Nouvelle-France n’est que partie remise. Les Anglais peuvent encore aligner 30.000 hommes de troupes régulières face à seulement 7.400 Français.

Le gouverneur de la Nouvelle-France  » recrute  »  tous les hommes de 16 à 60 ans pour servir dans la milice. Manquant  d’hommes pour travailler les champs et assurer les récoltes, la colonie en vient à souffrir de la famine !

Montcalm, que les Canadiens connaissent maintenant très bien et qu’ils appellent couramment  » Le Grand Marquis  », ne peut empêcher la chute de Fort-Duquesne, qui sera rebaptisé Pittsburgh en l’honneur du Premier ministre anglais.

La chute de Québec:

Le 20 juin 1759, une armée de 40.000 hommes appuyée par 150 vaisseaux commence le siège de Québec, que protègent 6.000 soldats. Wolfe lance ses troupes à l’attaque le 31 juillet. Les assaillants sont repoussés avec de lourdes pertes.  D’autres assauts suivent mais  » infructueux  » pendant tout le mois d’août. Bien que malade ,le général anglais,  décide de livrer un assaut de la dernière chance.

Dans la nuit du 12 au 13 septembre 1759, il débarque avec ses hommes en face de Québec, à l’anse du Foulon. Pendant la nuit, la troupe emprunte un sentier qui la mène au sommet de la falaise où est établie la ville fortifiée de Québec.

À l’aube du 13 septembre, 4.800 soldats anglais occupent déjà le plateau. L’apprenant, Montcalm accourt sans attendre de renforts.

L’affrontement se déroule  » à l’européenne  », prenant de court les Canadiens et les miliciens français, fauchés par centaines par une fusillade nourrie. Il dure en tout et pour tout moins d’une demi-heure. Le marquis ordonne alors de faire retraite vers la ville.Il ferme la marche  lui-même, à cheval . Il est touché par une balle juste avant de franchir, l’un des derniers, la porte Saint-Louis.

Montcalm meurt à l’aube, à cinq heures du matin. Il a,parait il , quelques moments avant, demandé à son chirurgien combien de temps il lui restait à vivre :  » Quelques heures à peine  », lui fut-il répondu.  » Tant mieux, dit-il, je ne verrai pas les Anglais dans Québec  ».

C’était il y a environ….


…..30 ans : 

Le 12 septembre 1990 :  » Traité 2+4 ou traité de Moscou  »

 

    Le 12 septembre 1990 était mis un terme diplomatique à la Seconde Guerre mondiale avec la signature à Moscou d’un traité de paix, dit2+4 (ou 4+2), entre la République fédérale d’Allemagne (RFA), la République démocratique allemande (RDA), les États-Unis, la République française, le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord et l’Union des Républiques socialistes soviétiques.

Par ce ‘ texte  », les Allemands renoncent officiellement à l’arme nucléaire et reconnaissent leurs frontières comme  » inaltérables  », ce qui signifie  qu’elles ne peuvent être modifiées même par accord mutuel avec leurs voisins ! La ligne   » Oder-Neisse  » devient la frontière définitive entre l’Allemagne et la Pologne. Ce traité de paix, préalable à la réunification des deux Allemagnes, clôt le seconde guerre mondiale  !???

C’était en août il y a …


Environ 161 ans :

Le 27 août 1859 : Du pétrole à Titusville en Pennsylvanie !

Le 27 août 1859, du pétrole jaillit pour la première fois du sous-sol des États-Unis. La découverte survient à point nommé, à un moment où les besoins d’éclairage n’arrivent plus à être satisfaits avec les bougies traditionnelles et les lampes à huile. Le  » pétrole lampant  » va révolutionner la vie quotidienne ! Oubliées les bougies sales, coûteuses et fumantes lol ; voici, en attendant la lampe à incandescence , un éclairage propre, de bonne luminosité et relativement économique.

Le  » miracle » se produit au nord-est du pays, en Pennsylvanie, au lieu-dit Oil Creek (le ruisseau d’huile !) près de Titusville. ( C’est aujourd’hui un parc national ).

Son auteur est un bourlingueur du nom d’Edwin L.  Drake

Résultat d’images pour Edwin Drake

(39 ans). Il se fait abusivement appeler  » colonel Drake  ». Après avoir pratiqué tous les métiers y compris celui de conducteur de train, il s’établit avec sa famille à Titusville.

Contre l’avis des experts, il est convaincu qu’il pourrait extraire le pétrole du sous-sol par simple forage et s’est adjoint pour cela le concours d’un puisatier. Ensemble, ils ont creusé un puits grâce à un trépan suspendu à un câble et mis en mouvement par une machine à vapeur. Le  » précieux liquide  » aurait jailli lorsque le trépan a atteint 23 mètres de profondeur seulement.

Dès le premier jour, avec une production de l’ordre de huit ou dix barils, Drake multiplie la production mondiale de pétrole par… deux !

Drake en haut-de-forme devant son puits en 1866
Drake devant son puits (1866 )

Comme on peut s’y attendre, la découverte de Drake donne lieu à la première  » ruée vers l’or noir  » avec une particularité propre au droit américain : le sous-sol et tout ce qu’il renferme appartient au propriétaire de la surface.

La ruée vers l’or noir

Le colonel Edmin L. DrakeDu coup que chaque propriétaire de parcelle se donne pour objectif prioritaire de pomper le sous-sol… du voisin. C’est ainsi que chacun érige des puits en bordure de son terrain en réservant à plus tard l’exploitation du centre que personne ne peut lui voler. D’où un gaspillage énorme de ressources et une multiplication à l’infini des puits de forage.

La région se couvre de derricks et procure la fortune à de nombreux audacieux. Quand au  » colonel  » Drake, dépourvu du sens des affaires, il néglige de faire breveter son système de forage et sombre dans la pauvreté. Compatissants, les habitants de Titusville finiront par verser une pension à lui-même et à sa veuve.

 

Les raffineurs ramassent la mise

Mais » la mélasse noire et malodorante  » qui émerge des puits n’est pas utilisable en l’état. Il faut la raffiner. Le raffinage, indispensable, a pour premier but de produire du  » pétrole lampant  »,( autrement dit à l’usage des lampes à pétrole ) .

Ce qui implique que très vite, la domination du secteur pétrolier va passer des exploitants de puits aux raffineurs ou, plus précisément, à un raffineur :Davidson Rockefeller

John Davison Rockefeller (1839-1937) en 1885

, fondateur de la Standard Oil, un homme d’affaires rigoureux, rusé et sans état d’âme, caractéristique des grands entrepreneurs américains de la fin du XIXe siècle.

 

______________________________________________

Le pétrole est devenu l’énergie vitale de nos sociétés. Mais aujourd’hui, c’est non plus dans l’éclairage mais dans les transports et la production d’énergie qu’il trouve ses principaux débouchés. Jusqu’à quand ?

Le pétrole fait l’objet d’une prospection toujours plus intense. On l’extrait des fonds sous-marins (offshore), jusqu’à six mille mètres sous le niveau de la mer (3000 mètres d’eau et autant de couches sédimentaires). On l’extrait désormais aussi des schistes bitumineux du Canada et des États-Unis, au prix de grands dégâts écologiques. C’est au point que les États-Unis sont redevenus massivement exportateurs d’hydrocarbures

Au grand dam des experts qui prédisent l’épuisement du précieux fluide depuis les années 1950, le fameux peak oil ( » pic pétrolier  ») à partir duquel la production mondiale doit décliner est repoussé de décennie en décennie. Et contre toute attente, sous l’effet de la surproduction et de la baisse relative de la fiscalité, le prix de vente des produits pétroliers diminue depuis les années 1980. Ce qui n’est pas sans conséquence sur le réchauffement climatique. 

Pas de commentaires depuis plus de 10 jours : Je les bloque !

C’était il y a environ ….


76 ans……

La Libération de Paris

Le vendredi 25 août 1944, à 15h 30, le général Philipe Leclerc de Hauteclocque 

Résultat d’images pour Philippe Leclerc de Hauteclocque

(43 ans) reçoit à Paris, devant la gare Montparnasse, la capitulation des troupes d’occupation de la capitale.

Le document est signé par le général Dietrich von Choltitz

Résultat d’images pour Dietrich von Choltitz

, commandant du 84e corps d’armée. Il est aussi contresigné par le colonel Henri Rol-Tanguy,

Résultat d’images pour Henri Rol-Tanguy

chef régional des FTP-FFI (Francs-tireurs et partisans des Forces Françaises de l’Intérieur).

De Gaulle, Leclerc et Chaban-Delmas (de dos) à la gare Montparnasse, le 25 août 1944Une heure plus tard, le général Charles de Gaulle  lui-même arrive à la gare et Leclerc lui remet l’acte de capitulation.……

Il se rend ensuite à l’Hôtel de Ville où il est reçu par Georges Bidault

Résultat d’images pour Georges Bidault

, président du Conseil national de la Résistance. Comme celui-ci lui demande de proclamer le rétablissement de la République, de Gaulle rétorque qu’elle n’a jamais cessé d’exister.!

Sur le perron, devant une foule enthousiaste et joyeuse, sous un beau soleil , il célèbre en des  » termes flamboyants  » la Libération de Paris : Le fameux   » Paris martyrisé ! mais Paris libéré  » . Aussitôt ,son discours improvisé est retransmis à la radio.

Le soir, de Gaulle s’installe au ministère de la Guerre en qualité de chef du gouvernement provisoire de la République française et le lendemain, le chef de la France libre descend en triomphe les Champs-Élysées, suivi de Leclerc et de ses fidèles de la première heure auxquels il a recommandé de se tenir derrière lui.….? !

Dans une joyeuse pagaille, acclamé par deux millions de Parisiens, il arrive à la Concorde. Là éclatent des coups de feu sporadiques. Puis le général gagne Notre-Dame pour un Te Deum passionné.???

S’insurger ou attendre ?

La Libération de Paris avait débuté le 10 août 1944 avec la grève des cheminots, tandis que les troupes allemandes commençaient de plier bagage.

Le général Pierre Koenig, chef d’état-major des Forces Françaises de l’Intérieur, souhaite qu’un soulèvement populaire précède l’arrivée des troupes alliées dans la capitale mais il est conscient des risques qu’il représente.

En effet, quelques jours plus tôt, le 1er août, les résistants de Varsovie ayant fait le même choix ont subi une répression d’une extrême violence. D’autre part, le risque existe d’un affrontement entre les gaullistes pilotés par Jacques Chaban-Delmas

Résultat d’images pour Jacques Chaban-Delmas

et les communistes sous les ordres du colonel Rol-Tanguy.

Des combats sporadiques éclatent un peu partout. Le 19 août 3.000 policiers de Paris rejoignent la Préfecture de police de l’île de la Cité, au cœur de la capitale, en tenue civile et avec leur arme de service et le drapeau tricolore est hissé au sommet du bâtiment. Mais les Alliés n’étant pas attendus dans la capitale avant le 1er septembre, les gaullistes jugent l’insurrection prématurée. Ils le font savoir à Rol-Tanguy par le biais d’une note transmise par l’intermédiaire de Jacques Chaban-Delmas…

Après une violente discussion, les représentants du Comité national de la Résistance décident de négocier une trêve avec l’occupant. ( Dans les faits, elle ne sera appliquée que de façon sporadique puis plus du tout.)

Lourd bilan :

Entre le 10 août et l’entrée des troupes du général Leclerc le 25 août suivant, la Libération de la capitale aura causé la mort de 76 soldats de la 2e division blindée ainsi que de 901 résistants des FFI et de 3.200 Allemands (12.800 soldats allemands sont aussi faits prisonniers).

Parmi les drames les plus désolants : 35 garçons et filles qui avaient maladroitement confié à un agent double leur désir de combattre. Dans la nuit du 16 au 17 août, ils sont livrés par celui-ci à la Gestapo  qui les fusille sans délai près de la cascade du bois de Boulogne.

Pourquoi les américains ….


…ont-ils transmis sciemment la syphilis ?!

syphillis

Une expérimentation pour le moins subversive, l’inoculation de la syphilis a été effectuée de manière volontaire chez divers cobayes humains guatémaltèques, de 1946 à 1948. Bien qu’étant dangereux, ce programme pensé par l’administration Truman s’est déroulé avec l’accord et la collaboration du président du Guatemala d’alors, Juan José Arévalo.Résultat d’images pour Juan José Arévalo

Une scabreuse expérience :

 C’est un fait historique méconnu mais, malheureusement, bien réel.

   En effet, alors que des chercheurs américains souhaitaient développer des traitements contre la syphilis, la possibilité de mener des expériences médicales sur des humains est progressivement apparue comme étant indispensable, peu après la fin de la Seconde Guerre mondiale.

    C’est à ce titre qu’une commission d’experts, en relation avec l’administration TrumanTruman , décida d’inoculer volontairement ( et secrètement ) des maladies sexuellement transmissibles à 5500 personnes ! (principalement des soldats, des prostituées et des malades mentaux) choisies pour leur vulnérabilité (sur une période allant de l’année 1946 à l’année 1948).

   Ces dernières étaient exclusivement guatémaltèques, à la faveur d’un accord passé avec président du Guatemala, Juan José Arévalo.!

    L’objectif était alors très simple : il s’agissait de savoir si la pénicilline permettait de guérir ( mais aussi de prévenir ) les maladies sexuellement transmissibles.

De douloureuses séquelles :

  Malheureusement pour les malades, la molécule en question se révéla inefficace pour contrer les effets des maladies qui les affectaient. De ce fait, 83 de ces cobayes humains décédèrent, sans même savoir ce qui leur était arrivé.

   Toutefois, plus de 60 ans après les faits, la sombre affaire a refait surface, sous l’impulsion du président guatémaltèque Alvàro Colom Résultat d’images pour Álvaro Colom(en 2011).

   Soucieux de mener une enquête sur cet événement, le chef d’État dirigea, ainsi, une commission spéciale pour éclaircir les zones d’ombre de ces expérimentations et honorer les victimes encore vivantes.

  De son côté, Barack Obama Obama(alors président des États-Unis d’Amérique) prit pour résolution d’analyser les plus de 125 000 documents d’archives, avant de délivrer des conclusions définitives sur cette affaire.
  Des excuses officielles furent également prononcées, en compagnie de promesses certifiant que de telles expériences ne surviendraient plus.

  Une  » bien bonne résolution  », puisque mener des tests médicaux sans le moindre consentement des sujets infectés peut, en effet, être assimilé à un crime contre l’Humanité.!!

C’était en juillet il y a environ 51 ans :


.
   En théorie , le football est un jeu…

    Pourtant, en juillet 1969, un match du  »sport le plus populaire du monde » a déclenché une guerre sanglante, entre le Honduras et le Salvador. Lourde de près de 6000 morts  !!, cette  » guerre des 100 heures  » avait, toutefois, des causes bien plus profondes qu’une simple rivalité sportive.

Plus que du football…

   L’Amérique latine est réputée pour être une  »terre » où le football déchaîne les passions, parfois même jusqu’à la folie.

   La guerre qui a opposé le Honduras au Salvador confirme quelque peu  à cette analyse, même si le football est loin d’être la seule cause qui a motivé cet affrontement : 

    En 1969, alors que les deux pays centr-américains doivent s’affronter dans le cadre des qualifications pour le mondial (devant se dérouler au Mexique, un an plus tard ) la situation politique du Salvador et du Honduras est bien particulière.     Les deux pays voisins sont, en effet, principalement centrés autour de leur secteur agricole et, au Honduras, près de 20 % des ouvriers ruraux sont salvadoriens.

   Très dépendant des États-Unis , le marché local doit se (re)structurer en fonction des besoins du géant américain.

   Ainsi, au cours de la même année, le président hondurien ( Osvaldo Lopez Arellano Illustration. )  décide de céder une grande partie des terres cultivables du pays à une compagnie américaine, du nom de United Fruit Company    logo(déjà propriétaire de 10 % des terres honduriennes).!

   Particulièrement touchés par cette réforme, 300 000 paysans salvadoriens doivent retourner , sans le sou ,dans leur pays d’origine.

   C’est dans ce contexte  » électrique   »que se déroule donc une série de  »matchs couperets ‘, entre les deux nations.

Une situation devenue incontrôlable :

   Alors que des migrants salvadoriens sont persécutés par le groupe clandestin hondurien de  »La Mancha  Brava  », les joueurs de  »La Selecta » (le surnom de la sélection salvadorienne) doivent faire face à un assiègement de leur hôtel, une fois arrivés à Tegucigalpa.

    Du coup, après avoir passé une nuit désastreuse, les joueurs salvadoriens s’inclinent finalement 1-0 en terre hondurienne.

   À cette défaite déjà très mal vécue s’ajoute un sinistre fait divers. En effet, accablée par la défaite de son équipe favorite, une jeune salvadorienne (de 18 ans) ( nommée  d’Amelia Bolaños  Résultat d’images pour amelia bolaños) décide de se donner la mort !!!!!!???

  Ce suicide  extrêmement médiatisé  donne lieu à un enterrement national… ainsi qu’à une intensification de la haine, du côté salvadorien.

    Lors du match retour, le drapeau du Honduras est donc brûlé dans le stade de San Salvador et remplacé par un chiffon déchiré. Remportée 1-0 par l’équipe locale, la rencontre donne finalement lieu à un match d’appui, se déroulant ( sur terrain neutre )  au Mexique.

    Ce match  » couperet  », la sélection salvadorienne le remporte sur le score de 3-2 (après prolongations)… mais l’essentiel est ailleurs, car les supporters des deux équipes commencent à en découdre à Mexico, ainsi qu’à la frontière de leurs deux pays.

   En conséquence, l’armée du Salvador déclenche des frappes aériennes sur son voisin hondurien,!!!! le 14 juillet. Les ripostes ne se font pas attendre et le bilan atteint rapidement le nombre de 6000 morts (pour quelques milliers de blessés et près de 50 000 personnes délogées).

    Négocié par l’Organisation des États américains (OEA), un cessez-le-feu officialise la fin du conflit, le 18 juillet 1969. Sur le terrain de la guerre, il ne pouvait y avoir que des perdants.

Et  » on  » se demande pourquoi je n’aime pas le sport !