C’était il y a 44 ans :


L’affaire Empain, l’une des plus symboliques et médiatiques de la police judiciaire parisienne , défraye la chronique en 1978. Cela tient pour partie à la personnalité de la victime : le baron Edouard-Jean Empain est, à 40 ans, à la tête d’un des plus grands groupes industriels européens, le groupe Empain-Schneider, réunissant près de trois cents sociétés.

Paris Match et l'enlèvement du baron Empain en 1978Le 23 janvier 1978, vers dix heures trente, le baron est enlevé à la sortie de son domicile, dans le XVIe arrondissement parisien.

La victime est un proche du président de la République en fonction Valéry Giscard d’Estaing

Trente-six heures après l’enlèvement, un message est déposé dans une consigne de gare, à l’attention de sa famille, avec sa carte d’identité, des lettres et un flacon de formol dans lequel se trouve une phalange de l’auriculaire gauche de l’otage.

Les ravisseurs réclament quatre-vingts millions de francs (soit environ douze millions d’euros) de rançon. 

Six jours passent, durant lesquels sont portés au grand jour la passion du baron pour le poker ainsi que sa vie sentimentale et sexuelle extraconjugale dont la presse fera  »ses choux gras  ».

La famille et le groupe Empain-Schneider se rallient à l’idée de la police de livrer des billets factices. Les ravisseurs fixent un rendez-vous quatre semaines plus tard, le 22 février, à Megève, station de sports d’hiver huppée de Haute-Savoie.

Le lieu est surveillé par de nombreux policiers en civil. Mais les ravisseurs n’appellent pas et l’opération est annulée en fin de soirée. Un nouveau rendez-vous est fixé pour le 23 mars, à Paris. Le porteur de la rançon, un policier, est invité à se diriger vers la banlieue sud.   

Alors que sa voiture stationne sur une  bande d’arrêt d’urgence, une dépanneuse s’arrête derrière elle, la croyant en panne. Il sort de la voiture pour parler au dépanneur : c’est alors que deux personnes embusquées dans les fourrés s’emparent de la voiture et, après quelques centaines de mètres, s’arrêtent à proximité d’une porte de maintenance  dans le mur anti-bruit d’environ vingt mètres de haut qui borde l’autoroute A6 au niveau de L’Haÿ-les-Roses.

Une fusillade a lieu entre la police et les ravisseurs : l’un d’entre eux est tué et un autre arrêté. Deux policiers sont blessés.

Le 26 mars 1978, faute d’avoir pu conserver la rançon, les ravisseurs se résignent à libérer leur prisonnier. Ils seront finalement tous arrêtés.

Être  » asperger » ?


Enfants précoces, les frères Bogdanoff ont eu leur Bac à 14 ans et seraient ( étaient) »Aspergers »

Les frères Bogdanoff

Quel est le syndrome d’Asperger? Le syndrome d’Asperger est une forme d’autisme sans déficience intellectuelle, qui se caractérise par une difficulté à décoder les informations de son environnement. On estime qu’une personne autiste sur dix est atteinte du syndrome d’Asperger.

Avion …..


.….. 8 fonctions secrètes qui peuvent vous sauver la vie

Vous avez toujours eu peur en avion ? Pas de panique, voici 8 fonctions secrètes présentes à bord qui vont vous rassurer pendant votre prochain vol.

De mystérieux crochets jaunes….

Avez-vous déjà remarqué les crochets jaunes présents sur les ailes des avions ? Eh bien, sachez qu’ils sont plus utiles que ce que vous pouviez penser. En effet, ils servent en cas d’amerrissage : on peut passer à l’intérieur une corde de sécurité. Un bout est attaché à la porte de l’appareil tandis que l’autre est fixé à la base de l’échelle de secours. Cela permet aux passagers de pouvoir se stabiliser.

Pas de réservoirs d’oxygène

A force d’avoir pris l’avion, vous connaissez par cœur la manière dont il faut mettre un masque à oxygène sur votre visage en cas de problème dans l’appareil. Mais saviez-vous qu’en réalité, il n’y a pas de réservoirs d’oxygène à bord d’un avion ?

En effet, cela serait beaucoup trop encombrants. Cependant, pas de panique, il y a tout de même de l’oxygène. Lorsque vous êtes assis à votre place, levez les yeux. Au-dessus de votre siège se trouve un générateur d’oxygène dissimulé dans le plafond.

Lorsque vous tirez sur votre masque, cela active une réaction chimique et le chlorate de sodium, le peroxyde de baryum et le perchlorate de potassium présents dans le panneau se mélangent pour former de l’oxygène.

Votre siège résiste au feu

Lorsque vous voyagez, vous êtes confortablement installé sur un moelleux coussin. Saviez-vous que dans les années 67, ces mêmes coussins ont faire perdre la vie à trois astronautes ? En effet, après une mission Apollo sur la lune, la fusée a pris feu. Et après investigation, les enquêteurs se sont rendus compte que beaucoup de matériaux présents à bord était inflammables… comme la mousse de coussin des sièges. Depuis, celle-ci a été remplacée par un matériel non inflammable.( Et c’est rassurant !)

À quoi servent ces triangles noir ou rouge ?

Encore un petit pictogramme caché dans l’avion. Mais à quoi sert-il? Si vous avez un triangle à votre place, sachez que cela veut dire que vous avez la meilleure vue sur les ailes de l’avion. C’est aussi et surtout un repère pour le personnel qui peut à tout moment venir vérifier s’il y a un problème.

Il y a un petit trou sur la fenêtre…

Ce petit trou présent sur votre fenêtre vous a toujours intrigué… Non, ce n’est pas un défaut de fabrication rassurez-vous ! En réalité, il sert à empêcher votre fenêtre d’exploser. Cela est lié à la pression de l’air présente à l’intérieur de l’avion. En effet, celle-ci est beaucoup plus élevée qu’à l’extérieur. Et boum, ça ferait exploser le hublot. Alors, heureusement que le petit trou est là !

Les lumières tamisées…….

Pourquoi le personnel de bord s’évertue-t-il à baisser les lumières à baisser les lumières ?

Tout simplement pour habituer vos yeux à l’obscurité. En cas de problème, s’il est nécessaire de sortir de l’appareil, vos yeux se seront déjà familiarisés avec la nuit. Cela permet d’évacuer plus rapidement !!!!

Vous n’êtes jamais enfermés dans les toilettes

Sachez une chose : même si vous avez verrouillé la porte, vous n’êtes jamais vraiment enfermé dans les toilettes de l’avion : Si vous faites attention, à l’extérieur de la porte se trouve une petite plaque avec marquée « lavatoire ». En dessous, se trouve un verrou qui permet de déverrouiller la porte de l’extérieur. En cas de problème, le personnel de bord pourra venir à votre secours.

Il est interdit de fumer, mais il y a un cendrier dans l’avion ?

Si vous êtes attentif, vous avez remarqué que dans les toilettes de l’avion se trouve… un cendrier. Pourtant, il est interdit de fumer à bord des appareils depuis les années 80. Sachez que la présence de ce cendrier est également une mesure de sécurité. Et la raison est toute simple. Si un passager venait à braver l’interdiction, et choisisse quand même de fumer sa cigarette dans les toilettes, il vaut mieux qu’il ait un cendrier à disposition !( débile /contradiction)

Car en effet, s’il jetait son mégot à la poubelle qui est remplie de mouchoirs et autres objets inflammables, cela pourrait vite engendrer un incendie à bord de l’appareil. Alors, autant être prévoyant !!

…attraction touristique du 19eme siècle :


La morgue de Paris….

En 1868 Haussmann

Résultat d’images pour Georges Eugène Haussmann
Haussmann

a fait construire la morgue de Paris sur l’île de la Cité, quai de l’Archevêché, un lieu devenu rapidement une attraction touristique prisée.

Un bâtiment avec une allure de temple grec où étaient exposés sur des dalles de marbre les corps à identifier par la famille ou les amis.

La-morgue-de-Paris-attraction-touristique-du-19eme-siecle-1

La-morgue-de-Paris-attraction-touristique-du-19eme-siecle-2

La-morgue-de-Paris-attraction-touristique-du-19eme-siecle-3

La-morgue-de-Paris-attraction-touristique-du-19eme-siecle-4

La réfrigération n’étant arrivée qu’en 1882, de l’eau froide coulait en permanence du plafond afin de conserver les corps, leur donnant un aspect gonflé. Les cadavres devaient généralement être enlevés au bout de 3 jours à cause de la décomposition et une photo ou un moulage venait prendre la place du corps.

Une exposition publique où parfois plus de 50 personnes simultanément se pressaient contre les grandes vitres pour regarder et commenter les cadavres. Les journaux de l’époque spéculaient sur les identités des morts et certains corps sont ainsi devenus célèbres, attirant plus de 40000 visiteurs par jour.

Bien sûr les jeunes femmes nues connaissaient un franc succès et la police n’hésitait pas à confronter publiquement un meurtrier présumé au corps de la victime.

Il faut dire que le rapport avec la mort à l’époque était bien différent de celui aujourd’hui, Nadar

Nadar ( photographe )

faisant même des catacombes un lieu touristique

La-morgue-de-Paris-attraction-touristique-du-19eme-siecle-5

La-morgue-de-Paris-attraction-touristique-du-19eme-siecle-6

La-morgue-de-Paris-attraction-touristique-du-19eme-siecle-7

La-morgue-de-Paris-attraction-touristique-du-19eme-siecle-8

La-morgue-de-Paris-attraction-touristique-du-19eme-siecle-9

La-morgue-de-Paris-attraction-touristique-du-19eme-siecle-10

La-morgue-de-Paris-attraction-touristique-du-19eme-siecle-11


La morgue de Paris a finalement été fermée au public par le préfet Lépine en 1907, au grand dam des commerces locaux, des vendeurs de rue et des journalistes.

Elle deviendra par la suite Institut Médico-Légal et déménagera dans un nouveau bâtiment de brique au quai de la rappée en 1923.

La-morgue-de-Paris-attraction-touristique-du-19eme-siecle-12

Le mystère du géant …..


….. de Castelnau

Dans une nécropole de l’âge de bronze à Castelnau-le-Lez près de Montpellier, l’anthropologue Georges Vacher de Lapouge

Résultat d’images pour Georges Vacher de Lapouge
Georges Vacher de Lapouge

a découvert en 1890 d’étranges ossements attribués à un mystérieux géant de Castelnau.

Des fragments de trois os de tailles très supérieures à la normale qui correspondraient à un humain de 3,50 mètres selon le scientifique. (Pour rappel : l’homme le plus grand jamais mesuré est R.Wadlow -le géant d’Alton – avec 2,72 mètres.)

Le mystère du géant de Castelnau ossements

Comme l’illustration ci-dessus, l’os de gauche est un fragment de fémur de 14 cm de long et d’une circonférence de 16 cm. Celui de droite est la partie supérieure d’un tibia. Au centre se trouve un humérus de taille normale trouvé dans le même cimetière et placé entre les deux autres pour illustrer la différence de taille. En bas se trouve un fragment qui peut appartenir soit à un fémur, soit à un humérus.

Il écrit dans  »Nature » :

Je crois inutile de remarquer que ces os sont incontestablement humains malgré leur grosseur énorme, et le seul doute qu’ils puissent soulever porte sur la signification de ce volume insolite
Les os ont par la suite été analysés par différents spécialistes,

Celles-ci ont en volume plus du double des pièces normales auxquelles elles correspondent. À en juger par les intervalles habituels des points anatomiques, elles supposent des longueurs également à peu près doubles

Le sujet aurait eu une taille probable de 3m,50

Les os furent ensuite analysés par d’autres scientifiques qui ont admis qu’ils représentaient une  » très grande race  », mais de dimensions anormales et apparemment de  » croissance morbide  ».

Quelques années plus tard, en 1894, et à quelques kilomètres de là, des ouvriers creusant un réservoir d’eau un auraient découvert des crânes gigantesques, de 71 à 81 cm de diamètre, pouvant appartenir à des hommes mesurant entre 3 et 4 mètres de haut. Des crânes qui auraient été envoyés à l’Académie française des sciences de Paris et dont nulle mention n’a plus jamais été faite dans aucune revue scientifique.

(Ces découvertes étonnantes dans la région donnent un peu de crédit à une vieille légende locale stipulant qu’un géant occupait une caverne dans la vallée.)

Si le mystère de l’humanoïde d’Atacama ( »Ata » est un squelette humanoïde découvert en 2003 dans le désert chilien de l’Atacama. Il est, pour cette raison, baptisé  » l’humanoïde d’Atacama  ». Il mesure quinze centimètres de long et son crâne a une forme qui rappelle les représentations de supposés extraterrestres. ) a été résolu, celui du géant de Castelnau reste entier …..

(Ata était un foetus humain mutant atteint d’anomalies génétiques (type progéria, nanisme etc…) ce qui explique que ses os paraissent comme ceux d’un homme âgé de 6/8 ans.)

Les éléments qui auraient permis aux scientifiques modernes d’éclairer cette énigme ont probablement disparus, laissant ainsi peu d’espoir de jamais la résoudre.

C’était il y a 92 ans ….


…..le 14 janvier 1930

Construction de la ligne Maginot

Le 14 janvier 1930, André Maginot

A.Maginot

fait voter une loi en vue de construire une ligne fortifiée sur les frontières orientales de la France.

Très décriée après l’invasion de 1940, cette initiative n’en est pas moins approuvée dans l’instant par la grande majorité de la classe politique et du corps des officiers, y compris le capitaine Charles de Gaulle.

Il est vrai qu’elle a parfaitement joué son rôle défensif lors de l’offensive allemande de 1940, son seul vrai défaut étant de n’avoir pas été prolongée jusqu’à la mer…


La France engage en 1930 la construction de la ligne Maginot. Trois ans plus tard, Hitler arrive au pouvoir. La Sarre, consultée par plébiscite en 1935, rejoint le Reich hitlérien ; peu après, le Führer rétablit le service militaire obligatoire en violation du traité de Versailles…Une nécessité stratégique

Haut fonctionnaire, André Maginot (53 ans) s’est engagé comme simple soldat pendant la Grande Guerre. Il a fini celle-ci avec le grade de sergent et la médaille militaire.

C’est l’un des très rares parlementaires à présenter de tels états de service, de sorte que ses collègues n’osent rien lui refuser quand la patrie est en débat… En 1920, il organise le transfert du Soldat Inconnu   sous la voûte de l’Arc de Triomphe.

En 1930, ministre de la Guerre dans le gouvernement Tardieu, il reprend la suggestion émise par Paul Painlevé

Résultat d’images pour Paul Painlevé
P.Painlevé

en 1925 de fortifier les frontières orientales du pays. Il plaide pour une ligne de défense flexible, capable de suppléer à la diminution des effectifs militaires prévue à partir de 1935 en raison du déficit des naissances. C’est ainsi qu’il obtient des parlementaires un crédit de 3,3 milliards de francs sur quatre ans.

Mort de la typhoïde deux ans plus tard, André Maginot ne verra pas l’achèvement du chantier et c’est seulement en 1936 qu’un journaliste de L’Écho de Paris, Raymond Cartier, donnera son nom à l’ensemble de fortifications qu’il aura contribué à créer. 

Le chantier, le plus grand de son temps, va employer jusqu’à 20.000 ouvriers.

Ce réseau de fortifications à semi-enterrées comporte une cinquantaine de gros ouvrages équipés d’artillerie et quelques centaines de casemates et d’observatoires isolés. Il inaugure une conception purement défensive des stratèges français, à l’opposé de la conception offensive de leurs homologues d’Outre-Rhin. Il témoigne aussi d’une perte de confiance de la classe politique dans l’avenir des relations franco-allemandes… malgré la publication au même moment (1930) d’un mémorandum en faveur d’une union fédérale européenne par Aristide Briand.

Les fortifications débutent sur les bords de la Méditerranée, au-dessus de Menton, et s’égrènent jusqu’à la frontière belge et au-delà, y compris le long du Rhin. Mais dans le massif des Ardennes, jugé infranchissable par le haut commandement français, les autorités se contentent de fortifications légères.

Par ailleurs, les Belges refusent que les Français prolongent la ligne Maginot le long de leur frontière car ils craignent d’être sacrifiés en cas de nouveau conflit entre la France et l’Allemagne. C’est ainsi que le long de la frontière avec la Belgique, la ligne Maginot se réduit à quelques ouvrages fortifiés de modeste importance.

En définitive, les gros ouvrages de la ligne Maginot couvrent 140 km sur la frontière du nord-est, longue de 760 km de la mer du Nord à la Suisse.

De l’autre côté de la frontière, le gouvernement allemand réplique dès 1937 avec une autre série de fortifications : la ligne Siegfried. Beaucoup plus légère que la ligne Maginot, elle a surtout vocation à tromper les Français sur la capacité offensive de la Wehrmacht. Une réussite militaire, un alibi politique

Quand la guerre est déclarée à l’Allemagne de Hitler, moins de dix ans après la construction de la ligne Maginot, les fortifications remplissent dans l’ensemble leur office. De septembre 1939 à juin 1940, le fort de Schœnenbourg

fort de Schœnenbourg

, au nord de l’Alsace, tire à lui seul près de 20 000 obus en 10 mois. Invaincu, son  » équipage  » ne se rend que le 1er juillet 1940, six jours après l’armistice, sur ordre express du haut commandement français.

Dans le secteur frontalier de Maubeuge, les hommes du 87e RIF résistent au prix de lourds sacrifices à une percée des blindés de la 5° Panzer du général Schmidt. Dans le secteur frontalier de l’Escaut, à Bouchain, des hommes du 45e RI (régiment d’infanterie), sous le commandement du colonel Desroches, empêchent le franchissement du fleuve du 22 au 26 mai 1940. Ce fait d’armes provoque le 2 juin 1940 la venue de Hitler en personne. Courroucé, le Führer se fait expliquer du haut de la Tour de l’Ostrevant par le général commandant le 8e Korps pourquoi ses unités ont été tenues en échec par un simple régiment d’infanterie.

Le 54e RIF et le 43e RI paient également un lourd tribut en résistant pendant six jours et six nuits aux assauts ennemis, rendant possible l’évacuation des troupes anglo-françaises à Dunkerque.

Au vu de ces exploits, on peut s’interroger sur les résultats de l’offensive allemande si la frontière belge et les Ardennes avaient été plus solidement fortifiées. La ligne Maginot a péché moins par ses insuffisances techniques que par le fait qu’elle ait servi d’alibi aux pacifistes de tout poil qui ont successivement abandonné l’Autriche et la Tchécoslovaquie au prétexte que la France n’avait de toute façon rien à craindre.

Merci pour l’absence de commentaire

Un shampoing à la mayonnaise ..


………. est-il efficace contre les poux!!!!!!!

Votre ( mes petites filles ) enfant se gratte la tête ?

Les poux apprécient particulièrement les cheveux longs mais un shampoing à la mayonnaise semble être une arme redoutable. ©Phovoir

Chaque année, la rentrée scolaire annonce le retour des infestations de nos chères têtes blondes par les poux. La prise en charge de la pédiculose (c’est le nom de cette colonisation) repose sur l’utilisation de divers traitements antipoux et de produits chimiques comme des lotions, des gels, des shampoings… Toutefois, que faire si vous refusez d’administrer ce type de traitements à votre enfant ? Pourquoi ne pas tester l’option mayonnaise ? Ce vieux remède semble bien avoir fait ses preuves.

Les poux

pou

sont des insectes dits hématophages, c’est-à-dire qu’ils se nourrissent de sang. Côté anatomie , ils sont constitués d’une tête et d’un corps avec trois paires de pattes. Chacune d’entre elles se termine par une pince qui leur permet de s’accrocher solidement aux cheveux, aux poils et aux fibres des vêtements.

La transmission des poux:

Les poux ne sautent pas et ne volent pas. Ils se transmettent par contact direct. De cheveux à cheveux pour les poux de tête. Les filles qui ont les cheveux longs sont tout particulièrement atteintes. Chaque année, jusqu’à 20 % des enfants scolarisés sont infestés par ce type de poux. D’où la question cruciale, comme s’en débarrasser de façon naturelle sans avoir recours aux divers traitements antipoux ?

Un shampoing à la mayonnaise

Résultat d’images pour images tube de mayonnaise
mayonnaise

pour engluer les poux ?!

Parmi les remèdes de grand-mères, la mayonnaise tient un rôle de choix contre ces petites bêtes. En fait, différents travaux se sont déjà intéressés aux bienfaits de cette préparation culinaire. Le principe est très simple. Ce corps gras permet d’étouffer les poux en les engluant. La méthode, si efficace soit-elle, apparaît néanmoins peu ragoutante.

Un shampoing à la mayonnaise enlève aussi les lentes

Si beaucoup conseillent de se masser le cuir chevelu puis de le recouvrir d’un sac plastique  pendant deux heures avant de rincer abondamment, une étude israélienne a démontré que l’efficacité n’est avérée que si le shampoing reste posé au moins… 12 heures !

Enfin, dernier avantage de cette technique : la suppression des lentes. La mayo lubrifie en effet les cheveux et peut donc faciliter le peignage et enlever les œufs du cuir chevelu.

Le 30 décembre 1907……



…… débute l’épopée des Brigades du Tigre

Il y a environ 114 ans ( le 30/12/1907), Clemenceau mettait en place une équipe de fins limiers: les Brigades du Tigre étaient nées :

Ces brigades ont résolu de très nombreuses affaires criminelles depuis la bande à Bonnot en passant par l’affaire Landru, Petiot ( dit le  »docteur Satan » ) ou encore l’affaire Stavisky. De nos jours, devenues la police judiciaire (PJ), elles continuent de marquer l’histoire contemporaine par leurs enquêtes judicaires retentissantes: Guy Georges, le gang des postiches, Mesrine, l’affaire Elf…etc

Ce quelles avaient de particulier ( par ordre alphabétique lol ):

B comme Brigades mobiles

Les Brigades de police mobile sont créées par le décret du 30 décembre 1907. La police s’enrichit d’une nouvelle force ayant pour  »mission exclusive de seconder l’autorité judiciaire dans la recherche et la répression des crimes et des délits de droit commun ». Le Figaro du 30 mars 1913 précise:  »Il est incroyable de penser que jusqu’à ce qu’existassent les Brigades mobiles, la recherche des malfaiteurs était abandonnée, en province, à l’inspiration bonne ou mauvaise, à la chance, aux maigres possibilités d’action de la police et des magistrats locaux. Aucune liaison, nul moyen de combiner l’action de la police d’une région avec celle de la région voisine. Cette liaison est désormais assurée par les brigades mobilestroupe nomade dont la fonction est de poursuivre, avec le concours des polices locales, le malfaiteur partout où il se cache, fût-ce à l’étranger. Ces brigades mobiles étaient au nombre de douze ». . Un nouveau décret l’été 1911 porte le nombre des brigades à quinze.

C comme Célestin Hennion

C.Hennion
Célestin Hennion dans Le Figaro 1913. Le Figaro

Son nom reste attaché à l’organisation des brigades mobiles dès son arrivée à la direction de la Sûreté générale en 1907. Il est considéré comme le père de la police moderne. Clemenceau en nommant un fonctionnaire «de la carrière» a rompu la tradition qui faisait placer à l’époque à ce poste, un préfet. Cette nomination est le point de départ de toute une réorganisation de la police et surtout d’une modernisation. Hennion allège les services administratifs et forme des services opérationnels répartis en «bureaux». Devant une insécurité grandissante en France, Clemenceau est décidé à utiliser les grands moyens pour combattre le crime.

D comme délinquance

En ce début du XXe siècle, des bandes sèment le trouble à grande échelle sur tout l’Hexagone. Les  » Apaches  » font frissonner Paris: leurs exploits sont à la Une de tous les journaux. La bande d’Abel Pollet multiplie crimes et meurtres en ville et à la campagne, les  »Chauffeurs de la Drôme » attaquent les personnes âgées ou encore  »la Caravane à pépère » des malfrats qui écument la campagne de la Touraine et de la Charente en perpétrant vols et escroqueries. Dans les premiers jours de juin 1907, une première opération de coopération entre gendarmes et policiers est orchestrée: la bande de soixante romanichels (la fameuse  »Caravane à pépère ») est arrêtée à La Tremblade.  »Cette capture fit grand bruit. Pour leur coup d’essai, qui était d’ailleurs un coup de maître, les policiers parisiens avaient su débarrasser nos villes et nos campagnes de dangereux malfaiteurs dont les exploits rappelaient à s’y méprendre ceux de Cartouche et de Mandrin. On exagérait. » ( Le Figaro du 9 août 1907).

P comme Progrès technique

Les brigades mobiles bénéficient de moyen d’action de plus en plus modernes. L’enquête judiciaire évolue et se tourne vers la police scientifique. Ainsi les brigades généralisent l’emploi des fiches anthropomorphiques avec les empreintes digitales des travaux d’Alphonse Bertillon

Bertillon

.  »Dans toutes les branches du service de la Sûreté générale, l’outillage a été amélioré et complété. Les commissariats d’une certaine importance et tous les commissariats spéciaux des frontières ont aujourd’hui le téléphone. Des ateliers de photographie “système Bertillon” ont été installées à la Sûreté, aux sièges des brigades mobiles et dans tous les commissariats où cela était nécessaire  » (Le Figaro du 30 mars 1913).

S comme Statistiques

Rapidement les brigades mobiles obtiennent des résultats et commencent à rassurer la population. Les autorités et la presse s’en félicitent. Ainsi dans son édition du 28 octobre 1909, Le Figaro révèle quelques chiffres du rapport du député Arago sur le budget intérieur et plus particulièrement sur le fonctionnement des brigades mobiles:  »Les brigades de police mobiles, dit en substance le rapporteur, sont placées sous la direction d’un commissaire principal, chargé du contrôle général du service, des recherches. […] Depuis sa création, ce contrôle a constitué 70.000 dossiers et ses archives s’enrichissent tous les jours de documents précieux. Le service photographique créé dance service -est également, une des innovations les plus heureuses de la nouvelle organisation et sa production moyenne, atteint actuellement plus de 3.000 épreuves par mois. Du 18 mars 1908 au 31 juillet 1909, c’est-à dire en moins d’un an et demi, le nombre des arrestations opérées par les brigades, maintenues, suivis de condamnations ou encours d’information s’est élevé à 4.272, parmi lesquelles 83 pour assassinats ou tentatives et 1.528 pour vols. Pendant la même période, les agents des brigades ont mensuré et photographie 7.790 nomades. » Il n’oublie pas de signaler que tous ces résultats ne sont pas ignorés au-delà de nos frontières.

T comme Tigre

Résultat d’images pour g.clémenceau image jpg
Clemenceau  » le Tigre ‘
Actuel logo de la police judiciaire. Police nationale

Les brigades sont passées à la postérité sous le nom de  »Brigades du Tigre » en souvenir du surnom donné à Georges Clemenceau

Résultat d’images pour g.clémenceau image jpg

. C’est lui, en tant que président du Conseil et ministre de l’Intérieur, qui a mis en place ces troupes d’élite, sur les conseils de Célestin Hennion. Le logo actuel

Afficher l’image source
Le logo

de la Direction de la police judiciaire représente un tigre noir sur fond blanc ; et à droite de l’animal, on distingue le profil du visage de Georges Clemenceau. .

V comme Voiture

Eh oui ce sont des  »policiers en auto »: une par brigade à partir de 1912.

Voici ce qu’écrit Le Journal amusant au début de l’automne 1911 :  »Depuis quelques jours, le service de la Sûreté générale possède quatre voitures automobiles. Ces véhicules, dont l’acquisition avait été jugée nécessaire lors de la réorganisation des brigades mobiles, sont du type landaulet et double phaéton. Elles sortent de la maison Dion-Bouton. Elles sont extrêmement rapides, ce qui n’enlève rien à leur confortable. » La commission de réception, vient de se réunir à l’effet de procéder à l’examen et à la réception de deux voitures : un landaulet et un double phaéton. Ces voitures ont effectué leurs essais de vitesse et de résistance. Parties à 7 heures du matin de la cour d’honneur du ministère de l’Intérieur, elles se sont rendues à Rouen. Elles étaient de retour à la place Beauvau, l’après-midi, à 4 heures un quart. À l’aller comme au retour, les deux autos se sont très vaillamment comportées, réalisant une vitesse moyenne de près de soixante à l’heure. L’une de ces voitures va être affectée à la direction de la Sûreté générale. Les trois autres seront mises à la disposition des brigades mobiles les plus chargées en affaires. Les chauffeurs chargés de piloter ces voitures ne sont pas, comme on pourrait le croire, des conducteurs d’autos ordinaires. Ce sont de véritables fonctionnaires. Ils sont assimilés aux inspecteurs de police mobile et assujettis aux mêmes obligations que ces derniers ».

_______________________________________________

Vidéos :

D’où vient….


…… le signe  » &  », alias l’esperluette ?

Lettre, esperluette

Le signe  » &  », = l’esperluette, serait une ligature esthétique de la conjonction de coordination  » et  » : elle est née de la fusion des lettres E et T pour ne plus en former qu’une. De la même manière le W est la fusion de deux V, ou Y celle de deux I. Son inventeur est le linguiste romain Marcus Tullius Tiro

Résultat d’images pour marcus tullius tiro
Marcus Tullius Tiro ?

au Ier siècle avant J.C.

Une lettre commerciale ?

Jusqu’au XIXe siècle, le signe  » &  » sera considéré comme la 27e lettre de l’alphabet . Il est parfois appelé le  » et commercial  », du fait qu’en France, il sert presque exclusivement dans les dénominations des raisons sociales, comme dans  »Black & Decker  ».

Pas de commentaire depuis environ 5 jours => je les bloque !

marin-francis08@outlook.com

fralurcy085903@gmail.com

Le massicot ?……Que ce que c’est ?


MASSICOT
  1. :

L’histoire du massicot

utilisation d'un massicot

L’HISTOIRE DU MASSICOT 

La nécessité d’être aidé d’une machine à couper le papier se fait ressentir bien avant l’invention du fameux  » MASSICOT  ». En effet, c’est en 1830 que les premières machines voient le jour et seulement en 1844 que Guillaume MASSIQUOT (son nom où le  »qu » a été remplacé pour désigner l’appareil ,et son utilisation avec le verbe  » massicoter  ») est resté ,dépose un brevet pour sa machine ! d’où le nom de celle-ci.

Bienfaiteur du papetier, du relieur, du photographe, de l’éditeur… il invente l’outil génial qui rend son nom commun.

Guillaume MASSICOTNé le 5 septembre 1797 à 4 heures du matin à Issoudun..
(19 fructidor de l’an 5 de la République Française
)
Décédé à Paris en 187
0 ( à 73 ans ). Si le massicot est un outil  »familier  », notamment en bureautique, qui se soucie de son inventeur et de l’origine de ce mot à la sonorité aussi coupante que sa lame ?
Quand Guillaume Massicot vient au monde, en 1797, dans le pays berrichon d’Issoudun, son père est maréchal-ferrant. Le jeune homme, lui-même habile au travail du métal et épris d’indépendance quitte, dès 16 ans, sa ville natale pour monter à Paris. Formé à la coutellerie, ce travailleur manuel doué et ingénieux fait son tour de France( comme s’était l’usage pour devenir  » compagnon » ) . Il séjourne deux ans à Paris, un an à Lyon autant à Marseille et Bordeaux, puis trois ans encore dans la capitale avant de s’installer comme coutelier à Bourges ( pas très loin de chez moi ) .
Là, son habileté lui vaut le titre de coutelier du duc de Bordeaux. En 1840, une maladie grave l’oblige à revenir à Paris. il met à profit sa convalescence pour inventer et perfectionner le  » rogne-papier  » qui porte encore son nom, aujourd’hui. A cette époque et depuis une quinzaine d’années déjà, on utilise, pour couper le papier, des machines à lames fixes. Mais avant de faire breveter son invention le 18 mars 1844, ce précurseur construit un modèle à levier tel qu’on peut le voir encore de nos jours. Sa machine, entraînée manuellement, utilise le principe de la  » lame contre support  » qui est toujours celui des massicots contemporains. Ses recherches sont aussi le début d’une grande série d’innovations et de créations de machines pour beaucoup de métiers. L’invention de Guillaume Massicot connaît un succès immédiat dans les imprimeries et papeteries, et lui apporte de nombreux prix dans les expositions de 1846 à 1855. Il devient membre de l’Académie de l’industrie et de plusieurs autres sociétés .Travailler le fer avec grande précision est l’affaire de cet inventeur qui se dit  » serrurier-mécanicien  ». Il possède une entreprise à Châteauroux d’où sortent des machines à battre, tarares, châssis en fer pour serres et toitures, sonnettes… Il emploie une trentaine d’ouvriers qu’il paie jusqu’à trente francs en moyenne par jour en 1874.Il possède aussi une scierie à Châteauroux pour la production de planches et de parquets. On peut dire que cet inventeur visionnaire a grandement facilité la vie des coupeurs de papier, de cuir et de tissus. Et le massicot fait partie des outils indispensables à l’imprimeur, au relieur, au photographe… ainsi qu’à l’usager de l’ordinateur. Si cette machine a pris le nom de son créateur, c’est un hommage rendu à Guillaume Massicot, artisan minutieux, perfectionniste, amateur de bel ouvrage et sachant bien  » couper le papier en quatre  ». Décédé en 1870, il est inhumé au cimetière du Père – Lachaise .

 Grâce à ses recherches, la création et l’innovation d’autres machines pour beaucoup de métiers voient le jour. Son innovation rencontre un succès auprès des imprimeries et papeteries et remporte suite à ça de nombreux prix dans les expositions de 1846 à 1855.

découpe papier au massicot

Le MASSICOT est destiné à couper à l’angle de Marge imprimeur et est présent principalement dans le secteur de l’imprimerie. Il existe plusieurs massicots avec des formats différents, à plusieurs lames… etc…

Le MASSICOT est construit de cette manière: un bâti solide ; une table de travail et une arche contenant la presse et la lame. Pour le faire fonctionner, il suffit d’appuyer simultanément sur une pédale et sur deux boutons qui déclenchent la descente de la presse et de la lame, ce qui permet donc la mise en sécurité des personnes qui utilisent la machine. Cependant, sa manipulation nécessite tout de même un savoir-faire.

MASSICOT
un massicot ?

En effet, par le passé les massicots ont provoqué de nombreux accidents, mais aujourd’hui la sécurité est vraiment renforcée, déjà par l’obligation d’utiliser ses deux mains et un pied pour déclencher la descente, elle est aussi équipée d’une cellule photoélectrique qui permet de détecter la présence d’un objet/corps étranger et qui stop tout de suite la machine.  

Le massicot procède en 2 étapes :

1ère étape : Une presse bloque une pile de papiers qu’il faut découper.

2ème étape : Une lame effectue la tâche de découpe.

Fonctionnement :