Ce blog est NOIR

Emotion

Du bien-être à l’angoisse ……


  Ce dimanche fut ensoleillé avec un ciel bleu agréable : Bien qu’éveillé assez tard , je suis sorti faire une promenade dans le village désert ….Une heure après environ , je suis rentré  . Ai fait un peu de ménage puis regardé d’un oeuil distrait la télévision ….En fait , j’hésitais : Téléphoner à mon père ou non ( pour prendre des nouvelles de ma mère  ) : Comme chacun sait , lui et moi avons des difficultés pour communiquer ….Bref , prenant mon courage à deux main et le combiné homme téléphonedans l’autre  heuu non,( je n’ai que deux mains lol ) .

  Bref , je l’ai eu et les nouvelles n’étant pas très bonnes , je lui demandais le No de la chambre de Maman et l’appelais …..Rien qu’à sa voix, je su qu’elle n’était pas bien , je commençais par lui demander si les infirmières , le personnel était gentils elle me répondit un petit  » oui çà va  » , alors j’enchainais par des questions sur le traitement pris et les examens qu’elle a passé  ….Ils lui donnent surtout des anti-douleurs , même de la morphine ; elle a passé un doppler , mais n’en sait pas plus si ce n’est qu’elle souffre toujours autant …..

En plus, elle a le moral à zéro : Ne parle que de mourir (  » j’ai assez vécue comme çà , je ne sers plus à rien etc…. » )femme hôpital…..Evidemment j’ai tenté de la  » booster  » en lui parlant de Manu , Camille  qu’elle devait voir grandir etc…. ,mais sans grand succès….Puis elle a commencé à me parler d’Alain pffff , mon frère qui lui téléphone tous les jours est venu la voir etc……J’ai alors coupé court , lui ai dit que je compte  l’ appeler à nouveau  bientôt ….

  J’avoue que j’ai eu mal , mal de sentir sa souffrance, son envie d’en finir etc….Si j’étais croyant, je prierais pour qu’elle s’en sorte vite , mais ……


Indifférence………..


Ceci est une expérience , mais elle est  » parlante  » …A vous de juger  , de voir si vous aviez réagi , étiez intervenus …..Personnellement , je n’aurais pas pu ne rien faire . Là Une SEULE personne intervient : C’est effrayant ……….


Encore…..


Parce que  Tous les enfants n’ont pas la visite du même père Noël ………..

 

Les paroles :

 

Dis Papa, quand c’est qu’y passe
Le marchand d’ cailloux
J’en voudrais dans mes godasses
A la place des joujoux
Avec mes copines en classe
On comprend pas tout
Pourquoi des gros dégueulasses
Font du mal partout
Pourquoi les enfants de Belfast
Et d’ tous les ghettos
Quand y balancent un caillasse
On leur fait la peau
J’ croyais qu’ David et Goliath
Ca marchait encore
Les plus p’tits pouvaient s’ débattrent
Sans être les plus morts

Dis Papa, quand c’est qu’y passe
Le marchand d’ liberté
Il en a oublié un max
En f’sant sa tournée
Pourquoi des mômes crèvent de faim
Pendant qu’on étouffe
D’vant nos télés, comme des crétins
Sous des tonnes de bouffe

Dis Papa, quand c’est qu’y passe
Le marchand d’ tendresse
S’il est sur l’ trottoir d’en face
Dis-y qu’y traverse
J’ peux lui en r’filer un peu
Pour ceux qu’en ont b’soin
J’en ai r’çu tellement mon vieux
Qu’ j’ peux en donner tout plein
J’ veux partager mon Mac Do
Avec ceux qui ont faim
J’ veux donner d’amour bien chaud
A ceux qu’on plus rien
Est-ce que c’est ça être coco
Ou être un vrai chrétien
Moi j’ me fous de tous ces mots
J’ veux être un vrai humain

Dis Papa, tous ces discours
Me font mal aux oreilles
Même ceux qui sont plein d’amour
C’est kif-kif-pareil
Ca m’ fais comme des trous dans la tête
Ca m’ pollue la vie et tout
Ca fait qu’ je vois sur ma planète
Des ‘Inti Fada’ partout

Dis Papa, quand c’est qu’y passe
Le marchand d’ cailloux
J’en voudrais dans mes godasses
A la place des joujoux


Sans doute déjà mise mais….


   Je ne sais si c’est moi qui suis idiot , ça me touche, m’interpelle toujours autant….

 


 » L’humanité devra mettre un terme à la guerre, ou la guerre mettra un terme à l’humanité !!! « 



Décidément…..


  Tout à l’heure , vers 11h je suis passé à mon ancien magasin ( il ouvre le dimanche matin ) car je n’avais plus rien à manger ( je monterais au super-marché ce lundi  ) .

Je trainais dans les rayonsallee-magasin et je vis une dame âgée accompagnée d’une  » petite  » fille âgée de 12/13 ans environ . Comme la vieille dame ne parvenais pas à attraper une boite de conserve sur le rayon du haut , je la pris pour elle …elle me dit merci  et…..là , la  fille ( sa petite fille je suppose  ) me dit « merci FRANCIS !!!, tu es gentil  » ????? pfffff Surpris ( parce qu’elle connait mon prénom ) , je lui répondis que c’était  » normal  » …Et là , elle me dit  » Ben tu as donné ton magasin ?  »

Abasourdis, je lui répondis que je l’avais vendu il y a longtemps déjà ( 10/11 ans je crois ) , puis lui demandais  comment çà se faisait qu’elle se souvienne encore de moi ….

  Elle :  » Ben tu étais gentil , quand je venais ,tu me donnais souvent des bonbons , même que je te faisais un bisous  » lol pfffff Bluffé moi ….Comment  une gamine peut encore se souvenir de moi après  une dizaine d’années ? ( Elle devais avoir deux ou trois ans à l’époque ) .Et la vieille dame renchérit en disant :  » c’est vrai , je m’en souvient aussi  » !

Bref , je me dirigeais ver la caisse en disant  » au revoir  » à la dame et à sa petite – fille et là elle me dit  » au revoir  » et……..me demanda un bisou !!!!!! ( que lui donnais avec plaisir  ) .

Ne me dites pas que je suis idiot , je le sais , mais cette brève rencontre m’a touché , je suis rentré sous une pluie froide , mais le coeur  » chaud  » …….

Pourquoi est ce que ce genre de  » truc  » me fait toujours craquer ? Ce n’est pas normal , je ne suis pas normal ! 


Vu il y a peu et….émotion …


L enfant De Buchenwald (film 2015 ) tiré d’une histoire vraie .

   En avril 1943, alors que sa femme attend un enfant, Hans Pippig est déporté au camp de concentration de Buchenwald. À son arrivée, le Kapo André Hofel (à la tête d’un réseau de résistants au sein du camp) le prend sous son aile, en souvenir de l’amitié qu’il portait à son père. Deux années passent et au printemps 1945, les alliés passent le Rhin. Quelques semaines avant la libération de Buchenwald, un Polonais, Marian, arrive au camp avec une valise dans laquelle Hans découvre un enfant juif de 3 ans, Stefan. Sa découverte par les SS entraînerait inévitablement sa mort. Hans, le Kapo Hofel et un groupe de prisonniers décident de le protéger au péril de leurs vies. Hofel et Marian sont torturés pendant des semaines par un SS sadique, sans jamais rien avouer concernant l’enfant et ses protecteurs. Malgré le danger de mort qui pèse sur lui, Hans est prêt à tout pour sauver Stefan dans lequel il voit l’enfant qu’il aurait dû avoir avant d’être déporté. L’enfant devient alors le symbole de l’espoir et de l’avenir dans l’enfer de la captivité…

 

Si je me souviens bien , dans ce film l’enfant juif se lie d’amitié avec le fils du nazi commandant du camp ….à travers la clôture ils se parlent ( le gamin allemand comprend mal mais apporte chaque fois que possible de quoi manger au gamin juif ) , à la fin , le fils du nazi se rase le crâne et met le même pyjama que les déportés => colère de son père . Et ( si je me souviens bien ) , il finit par être mis dans un train avec les déportés ….

Bref ,chacun en pense ce qu’il veut , mais moi je suis pour le fait que ce genre de film soit diffusé et qu’on oublie pas ……( en faisant attention à ne pas amalgamer tous les allemands et les nazis /néo nazis…)


La vieille dame……


  En pensant à ma grand-mère….(  » ils  » l’ont mise dans un « foyer de vieillards et…..elle y est décédée ) …Manu sait que je ne veux pas qu’on me mette dans ce genre d’établissement….Plutôt me suicider………..

 

Résultat de recherche d'images pour "photos ,images vieille dame"

 

Je sais très bien que quelquefois
Ce n’est pas très drôle pour toi
De supporter son caractère

De la sentir à nos côtés
De n’avoir plus d’intimité
Bien que pourtant ce soit ma mère Je sais très bien que ça t’agace
Quand pour un rien elle m’embrasse
Comme si j’étais encore un gosse
Quand elle vient te conseiller
Sur la façon de te coiffer
Ou sur la couleur de tes robes Et quand tu as quelque chagrin
Ou que tu ne te sens pas bien
La voilà inquiète de suite
Elle reste là tout près de toi
Prête à faire ce que tu voudras
Parc’que pour elle tu es sa fille {Refrain:}
Quand on est vieux
On a besoin
De ses enfants
Pour finir le chemin Pour nous laisser en tête à tête
Sitôt dîné elle s’inquiète
De regagner vite sa chambre
Mais je sais que dès cet instant
Elle n’attend plus que le moment
Où nous serons encore ensemble

Quand par hasard tu lui achètes
Quelques bonbons quelques violettes
Elle en est émue jusqu’aux larmes
C’est comme si tu déposais
Tout le bonheur du monde entier
Dedans son cœur de vieille dame

Son grand bonheur sa grande joie
C’est quand je l’emmène avec moi
Faire une courte promenade
Prenant mon bras très tendrement
Elle se redresse fièrement
Croyant que tout l’monde nous regarde

{au Refrain}

Je sais que tu préfèrerais
Qu’elle vive ailleurs pour nous laisser
Pour nous laisser un peu plus libres
Pourtant c’est toi qui as voulu
Lorsque mon père a disparu
Qu’auprès de nous elle vienne vivre

Bien sûr il y a des maisons
Où l’on accepte en pension
Des vieilles dames de son âge
Sans rien te dire j’y suis allé
Mais quand j’ai vu comment c’était
J’ai senti fondre mon courage

Comment pourrais-je lui expliquer
Qu’après l’avoir tant dorlotée
Tout à coup on ne veut plus d’elle
Un jour aussi nous serons vieux
Pour nos enfants l’un de nous deux
Sera aussi le même problème


Il y a des gens bien !



Pourquoi ?


 

Parce que : C’est beau , émouvant…..

Parce que: Si nous ne sommes pas vigilants, 

çà recommencera dans peu de temps….

On le voit , l’entend , le sent malheureusement…………

Les paroles :

Dans ce monde borné de quel entre deux guerres
Où ceux qui font les lois les troussaient par derrière
Nous n’avions que cinq ans du pains sec au dessert

Pour cinq lettres de trop ou un pet de travers
On nous disait tu vois c’est la croix que Grand-Père

A gagné au Chemin des Dames et nos grands frères
Abandonnant le bleu pour un kaki douteux
Cocufiaient Madelon dans les bras de Marlène
Une fois l’an nous allions voir entre père et mère
La victoire en chantant nous ouvrir la barrière
Et nous nous en allions en suçant des bonbons
Jouer du revolver à deux sous le bouchon.

Et je me souviens, la petite juive
Elle me disait viens
Elle était jolie
On faisait des bêtises
Où on ne faisait rien
Elle s’appelait Lise
Et je m’en souviens

Dans ce monde truqué de quelle drôle de guerre
Tout ceux qui font le front le bradait à l’arrière
Nous n’avions que dix ans et dans nos gibecières
Une histoire de France qui tombait en poussière
On nous a fait courir, traverser des rivières
Sur des ponts d’Avignon qui dansaient à l’envers
Ça tirait par devant, ça poussait par derrière
Les plus pressés n’étaient pas les moins militaires
On nous a fait chanter pour un ordre nouveau
D’étranges Marseillaises de petite vertu
Qui usaient de la France comme d’un rince cul
Et s’envoyaient en l’air aux portes des ghettos

Et je me souviens, la petite juive
On lui a dit viens
Elle était jolie
Elle a fait sa valise
Un baiser de la main
Elle s’appelait Lise
Il n’en reste rien

Dans ce monde mort-né d’avant quelle autre guerre
Le Japon blessé lèche encore son cancer
Dans ce monde septique où ceux qui ont la foi
Ne savent plus si Dieu est devant ou derrière
Dans ce monde d’argent où la banque surnage
Comme une poisson ventru qui attend le naufrage
Nous n’avons que trente ans sainte horreur de la guerre
Et pourtant nous n’avons pas cessé de la faire
On nous a fait marner de Djébel en rizières
De Karib en Sylla, de cuvettes en civières
Comme si nous n’avions pas autre chose à faire
Qu’à montrer nos fesses aux quatre coins de la terre

Et je me souviens la petite Juive
Elle me disait viens
Elle était jolie
On faisait des bêtises
Ou on ne faisait rien
Elle s’appelait Lise
Et je m’en souviens.