Journée des….


…..familles !

La journée internationale des familles est fêtée le 15 mai ….. Elle a été proclamée par l’O N U dans la  » résolution  » du 20 septembre 1993 .

Cette journée est censée montrer l’importance de la famille et de sa situation? pour la communauté internationale ?

A cette date, des programmes télé ,des conférences devraient mettre en évidence les problèmes qui touchent les familles !

Et les familles sont encouragées à passer la journée ensemble , à faire des  » choses  » ensemble …….

Une Famille

N.B : Encore faut il avoir une famille …..Si oui , que les membres soient en bonne entente ( ce qui n’est pas mon cas par ex. )..

Bref : Une débilité de plus ( comme toutes ces journées de…ceci ou cela )

KLIK …

C’était il y a environ…


…..96 ans.

La conquête de l’air……

Qui , comme chacun le sait , commence par  »le plus léger que l’air  » est , dès le début française.

En effet ,les premiers furent les frères Montgolfier, fils d’un fabricant de papier du Vivarais. Ce qu’ils imaginèrent : le ballon à air chaud, auquel ils ont donné leur nom. Aussitôt, ils rêvèrent de rendre la montgolfière

image du net

dirigeable, mais ne réussirent pas.

Seulement un an après l’invention , la montgolfière le physicien Charles remplace l’air chaud par de l’hydrogène. Du coup , on le considéra comme le vrai créateur de  »l’art aérostatique  ». Cependant il ne fut pas le premier à s’élever dans l’air. Cet honneur revint à Pilâtre de Rozier

De- Rozier ?

, qui partira  » en captif ‘ tout d’abord : puis, bientôt, renouvellera son essai en ballon libre, en compagnie cette fois du marquis d’Arlandes

ascension qui dura vingt-trois minutes et permit d’atteindre l’altitude d’environ mille mètres. Après bien des péripéties, les premiers aéronautes prirent terre à huit kilomètres de leur point de départ. Toute la Cour avait assisté à l’ascension, en tête le roi lui-même et le dauphin. Louis XVI aurait même voulu que l’on en fît courir le risque à deux forçats, mais Pilâtre et d’Arlandes refusèrent.

Une semaine après Charles s’élevait en ballon à hydrogène, tandis que Pilâtre était en montgolfière. Charles atteint l’altitude de trois mille mètres. Puis c’est Blanchard qui traverse la Manche. L’idée des Montgolfier de rendre le ballon dirigeable, ne s’était pas perdue …

De nombreux français s’y attachent . Enfin, les capitaines Renard et Krebs bouclent, le 9 octobre 1884 le premier circuit fermé. La réussite de Renard et Krebs, qui se trouvaient à bord d’un dirigeable construit sur leurs plans et appelé  »La France  », renforce l’idée que c’est au plus léger que l’air qu’est réservé le rôle de vaincre l’élément ( qu’on nomme alors  » le plus perfide  »: L’air ! )

Clément Ader
Clément Ader

Mais un homme avait compris que c’était là erreur et qu’au plus lourd seul il appartiendrait de marquer l’étape définitive. Cet homme, Alsacien d’origine qui, après la guerre, était venu s’installer dans le Midi de la France puis à Paris, s’appelait Clément Ader. Dès sa première jeunesse , parait il ,il avait rêvé de l’homme devenu l’égal de l’oiseau. Comme il lui fallait une fortune pour la sacrifier à la réalisation de ce rêve, il la gagna grâce à une série d’admirables inventions d’appareils électriques. Riche, il se consacra au grand problème : Vaincre les lois de la pesanteur.

D’abord, il s’attache à comprendre ,étudier le mécanisme du vol des oiseaux ; Ader fait preuve d’une obstination incroyable à vouloir forcer la nature, » à vouloir la contraindre à lui révéler son secret peut-être le plus jalousement gardé  » . Un jour il est à Strasbourg et regarde voler les cigognes, le mois d’après il est en Algérie et considère des vautours. Puis il revient chez lui, dans son hôtel de Passy. Il y avait fait construire une volière ; et durant des heures, il y observait les oiseaux. Il en avait de toutes sortes, dont des tourterelles apprivoisées. Souvent il en saisissait une, l’endormait à l’aide d’un tampon de chloroforme et, penché sur l’oiseau , le contemplait, l’auscultait fiévreusement.

D’autres fois, il allait à travers la campagne et c’étaient les feuilles de certains arbres emportées par la brise, le vent ou l’ouragan, qui retenaient son attention. Ainsi, après des années de recherches, l’observation lui permit d’établir les lois du vol. Entre temps, dans les ateliers qu’il avait fait aménager à cette intention, il se livrait à des essais sur chacun des organes de son futur appareil. Il baptisa celui-ci l’Eole, et ce fut à Armainvilliers, aux environs de Paris, que le 9 octobre 1890 il l’expérimenta pour la première fois. L’Eole quitta, la terre et plana sur un espace d’environ cinquante mètres. Tel fut le premier vol humain.!!!!

Mais si cette expérience aurait du assurer à celui qui en était le héros une destinée immortelle, elle ne lui valut que déboires, jalousies, haines : on le méconnut, on le vilipenda. On fit même plus : On nia les faits. A l’Eole n°1 avait succédé l’Eole n°2, puis l’Avion, nom que Clément Ader imagina pour le donner à son troisième appareil. Nom que l’usage a adopté. Ainsi il y a, en dépit de tout, une sorte de justice immanente : c’est le premier homme qui a volé qui a baptisé la machine sur laquelle on vole.

L'Avion : troisième aéroplane de Clément Ader, qu'il fit voler en 1890
L’Avion : troisième aéroplane de Clément Ader, qu’il fit voler en 1890

L’Avion vola durant trois cents mètres. Clément Ader était arrivé au bout de ses ressources ( financières) . Il aurait fallu lui venir en aide. Freycinet, le ministre de la Guerre, s’y refusa. Alors, ruiné, désespéré, Ader brûla dans le calorifère de ses ateliers ses modèles, ses papiers, comme pour imposer définitivement silence aux sollicitations des officiers étrangers. ces derniers venaient lui offrir des fortunes pour qu’il leur communique ses plans ; mais lui voulait que son appareil soit français ou qu’il ne fut plus. Dans cette effroyable débâcle, seul son aéroplane n°3, l’Avion, fut sauvé.

Clément Ader lui-même a écrit à ce sujet :  »  Pour ne pas laisser perdre un objet fruit d’un travail inouï, le Conservatoire national des Arts et Métiers voulut bien le recueillir.  » Dans les derniers jours que l’Avion était demeuré chez Ader, des savants de toutes les parties du monde étaient venus le visiter ; l’un d’eux, le célèbre professeur Langley

( qui avait effectué à dessein le voyage des Etats-Unis en France ) fit à son à sujet, lors de son retour dans son pays, d’intéressantes communications. Elles furent la source de l’inspiration des frères Wright.

Vidéo :

Offrir du muguet le 1er mai est une tradition très ancienne…



Mais d’où vient cette tradition ?

Lors du 1er mai, fête des travailleurs, la tradition est d’acheter du muguet

chez les fleuristes , sur les stands , marchés

et aussi ( mais de moins en moins ) à des enfants qui l’ont cueilli dans les bois , comme nous le faisions mes frères et moi , et de l’offrir à son entourage , famille , amis etc…. 

De la Rome antique à Charles IX

Il faut , d’après ce que j’ai lu , remonter à l’Antiquité pour trouver les premières traces de cette coutume. Dans la Rome antique on fêtait déjà la floraison vers le mois d’avril et de mai. Certaines histoires, difficilement vérifiables, racontent qu’en l’année 1560, le roi Charles IX

aurait reçu en cadeau un brin de muguet dans le Dauphiné. Enchanté par ce geste, il aurait décidé d’offrir du muguet à toutes les dames de sa cour……

Le muguet, nouvel emblème de la journée internationale des travailleurs

L’emblème du 1er mai en France est , en 1889 , le triangle rouge puis l’églantine rouge,

( une fleur largement cultivée dans le nord de la France ) .
Le muguet fait petit à petit son retour. Par les grand couturiers d’abord qui l’offraient aux employées et aux clientes aux XIXe siècle. ( Christian Dior en fera même un de ses symboles ).

Pendant la guerre, en 1941, Pétain

, par manœuvre politique , fait du 1er mai  la fête des travailleurs … avec comme emblème le muguet, trouvant l’églantine trop rouge, trop communiste.

Voilà ! J’aurais pu écrire quelque chose sur le 1er mai  » fête  » des travailleurs , en particulier à Fourmies , ville du Nord ,o ù j’ai longtemps vécu , mais j’en ai déjà  » parlé » plusieurs fois , alors ……

Le premier Mai c’est pas gai,
Je trime a dit le muguet,
Dix fois plus que d’habitude,
Regrettable servitude.
Muguet, sois pas chicaneur,
Car tu donnes du bonheur,
Pas cher à tout un chacun.
Brin de muguet, tu es quelqu’un. 

G . Brassens

Georges Brassens

Autre Brassens :  » le discours des fleurs  » :

Sachant bien que même si
Je suis amoureux transi,
Jamais ma main ne les cueille
De bon cœur, les fleurs m’accueillent.
Et m’esquivant des salons,
Où l’on déblatère, où l’on
Tient des propos byzantins,
Je vais faire un tour au jardin.

Car je préfère, ma foi,
En voyant ce que parfois,
Ceux des hommes peuvent faire,
Les discours des primevères.
Des bourdes, des inepties,
Les fleurs en disent aussi,
Mais jamais personne en meurt
Et ça plaît à mon humeur.

Le premier Mai c’est pas gai,
Je trime a dit le muguet,
Dix fois plus que d’habitude,
Regrettable servitude.
Muguet, sois pas chicaneur,
Car tu donnes du bonheur,
Pas cher à tout un chacun.
Brin de muguet, tu es quelqu’un.

Mon nom savant me désole,
Appelez-moi tournesol,
Ronchonnait l’héliotrope,
Ou je deviens misanthrope.
Tournesol c’est entendu,
Mais en échange veux-tu
Nous donner un gros paquet
De graines de perroquet ?

L’églantine en rougissant
Dit : ça me tourne les sangs,
Que gratte-cul l’on me nomme,
Cré nom d’un petit bonhomme !
Églantine on te promet
De ne plus le faire, mais
Toi tu ne piqueras plus.
Adjugé, marché conclu.

Les « je t’aime un peu beaucoup »,
Ne sont guère de mon goût,
Les serments d’amour m’irritent,
Se plaignait la marguerite.
Car c’est là, mon infortune,
Aussitôt que débute une
Affaire sentimentale,
J’y laisse tous mes pétales.

Un myosotis clamait :
Non je n’oublierai jamais,
Quand je vivrais cent ans d’âge,
Mille ans et même davantage.
Plein de souvenance allons,
Cent ans c’est long, c’est bien long,
Même vingt et même dix,
Pour un seul myosotis.

Mais minuit sonnait déjà,
Lors en pensant que mes chats,
Privés de leur mou peuchère,
Devaient dire : « Il exagère ».
Et saluant mes amies
Les fleurs, je leur ai promis
Que je reviendrais bientôt.
Et vivent les végétaux !

Car je préfère ma foi,
En voyant ce que parfois,
Ceux des hommes peuvent faire,
Les discours des primevères.
Des bourdes, des inepties,
Les fleurs en disent aussi,
Mais jamais personne en meurt,
Et ça plaît à mon humeur.

Le Chomolungma ?


Qu’est ce que c’est ?

Et bien , il s’emblerait que ce soit …….

……..L’ Himalaya !

Au milieu du XIXe siècle, les scientifiques britanniques mesurèrent un mont de l’Himalaya qui se révéla être le plus haut sommet du monde.

Sir Waugh, un géographe anglais chef de l’équipe de mesure, proposa qu’il soit baptisé du nom de George Everest,

Afficher l’image source
G. Everest

son ancien chef et prédécesseur, alors qu’un nom local existait déjà : Chomolungma

George Everest n’avait donc aucun lien direct avec la montagne qui porte son nom, qu’il n’a jamais vu. Il était cependant responsable de l’embauche d’Andrew Scott Waugh

Afficher l’image source
( Waugh )

qui a fait les premières observations formelles de la montagne, et de Radhanath Sikdar

Résultat d’images pour Radhanath Sikdar
R.Sikdar ?

, qui a calculé sa hauteur. 

Avant qu’ on l’ai nommé  » Everest  » , le mont Everest était à l’origine connu comme le pic « B » et plus tard comme le pic XV. En mars 1856, Waugh écrit à la Royal Geographical Society d’annoncer que la montagne était considérée comme la plus haute du monde, et a proposé qu’elle soit nommée « d’après mon illustre prédécesseur », car elle était « sans nom local que nous pouvons découvrir » , « l’appellation indigène, si elle a tout, ne sera pas très probablement vérifié avant que nous soyons autorisés à pénétrer au Népal « . Il y avait en fait plusieurs noms indigènes parmi les Népalais et les Tibétains, mais ces régions étaient fermées aux Britanniques à cette époque et les gens vivant plus au sud de l’Himalaya n’avaient pas de nom spécifique pour le pic.  La proposition de Waugh fut largement débattue pendant pratiquement 10 ans par la Royal Geographical Society et des organismes similaires. D’autres savants de l’Inde ont avancé des noms indigènes qu’ils croyaient être corrects, comme « Deva-dhunga » de Brain Houghton Hodgson et « Gaurisankar » de Hermann Schlagintweit……

  Everest lui-même s’est opposé à ce que son nom soit utilisé, car « l’indigène de l’Inde » ne pouvait pas le prononcer et il ne pouvait pas être écrit en hindi. Néanmoins, en 1865, la société s’est officiellement arrêtée sur le  »Mont Everest » comme nom.

26 avril 1558 :


Mort du médecin Jean Fernel :

Jean Fernel, le plus célèbre des médecins français au seizième siècle, naquit à Clermont, près de Beauvais, en 1497. II termina ses études à Paris, au collège de Sainte-Barbe, où il professa ensuite la philosophie, en même temps qu’il cultivait la médecine. Aussitôt après sa réception, il abandonna les mathématiques et l’astrologie, auxquelles il avait consacré jusqu’alors son temps et sa fortune, pour ne plus s’occuper que de la pratique et de l’enseignement de l’art de guérir.

Nommé, en 1556, médecin de Henri II , il suivit ce prince au siège de Calais, et succomba bientôt après au chagrin que lui causa la perte d’une compagne qu’il avait choisie pour l’aider à supporter la vie. Ses ouvrages ont exercé une influence puissante en donnant l’exemple d’un langage élégant et purgé de toute obscurité, qui permettait par conséquent de distinguer le vrai d’avec le faux. Aucun de ceux qui ont paru depuis ne peut leur être comparé sous le point de vue littéraire, quoique beaucoup l’emportent sous le rapport de la doctrine, en raison des progrès immenses que la science de l’homme sain et malade a faits depuis le temps où l’auteur écrivait.

Il ne se borna pas au rôle de commentateur, et à faire un corps élégant d’une lourde et fastidieuse doctrine, et l’on doit sans hésiter le mettre au nombre de ceux qui ont le plus contribué à renverser l’autorité despotique du galénisme, en ramenant les esprits à la seule méthode, qui puisse conduire à la vérité, celle de l’observation, aidée d’une sage induction.

Jean Fernel
Jean Fernel

‘ Fernel, dit un de ses biographes, était d’un caractère mélancolique, peu communicatif, défiant, mais plein de bonté et de libéralité. Son visage, habituellement sévère et même triste, devenait riant et agréable lorsqu’il s’approchait d’un malade : il l’interrogeait avec douceur et avec beaucoup de soin, afin de ne rien laisser échapper de tout ce qui pouvait éclairer le diagnostic. Jamais il ne porta la terreur et le désespoir dans l’âme de ses malades lorsqu’il prévoyait que ses soins pourraient être inutiles. Il fut plus jaloux de servir l’humanité que d’augmenter sa réputation par des pronostics funèbres durement prononcés devant les malheureux qui attendent du médecin des consolations quand il ne peut plus rien pour leur guérison.  »

Aux dons brillants de l’esprit, Fernel joignait donc les qualités du cœur, plus précieuses encore. Il ne fut point créateur, ni réformateur, mais, auteur élégant et judicieux, il embellit des grâces d’un style digne du beau siècle de la latinité une science que déparaient alors les inutilités obscures de la dialectique.

Hommage ….


 » Kindred Spirits  »

Cette sublime sculpture rend hommage aux Amérindiens qui ont aidé l’Irlande pendant la Grande Famine :

Entre 1845 et 1852 , la récolte de pommes de terre en Irlande a été mauvaise et a provoqué ce qui est resté dans l’histoire comme une période nommée  » la grande famine  » …Environ un million de personnes sont mortes de faim et deux millions ont fui le pays .Cette crise est devenue une des plus importante migration de masse humaine et a déclenché de graves conséquences économiques .

L’aide humanitaire est venue du monde entier , mais un groupe de personnes s’est distingué par sa générosité :

En 1847 , au plus fort de la famine , le peuple Chactas , une tribu amérindienne originaire du sud est des Etats – Unis a collecté 170 dollars ( soit 4300 euros de nos jours ) .

L’argent a permis de fournir de la nourriture à de nombreux Irlandais affamés , et le don a également créé un lien très étroit entre les deux cultures , lien qui se poursuit encore aujourd’hui via le relations qu’entretiennent leurs membres ….

La petite ville de Midleton , située dans le comté de Cork , en Irlande ,abrite aujourd’hui une sculpture qui commémore la contribution des Chactas . Cette sculpture est baptisée  » Kinder Spirit  » ( Esprits solidaires en français )




Créée par l’artiste Alex Pentek ( le sculpteur )

Alex Pentek

, lui-même originaire de Cork, cette œuvre de six mètres de haut est faite d’acier inoxydable. Elle comporte une série de plumes métalliques géantes qui symbolisent les celles utilisées dans les cérémonies traditionnelles organisées par le Chactas.

Les pièces sont disposées en cercle pour représenter la forme d’un bol vide, une image particulièrement forte pour les Irlandais qui ont souffert de la famine.  » Je voulais montrer le courage, la fragilité et l’humanité dont ils ont fait preuve dans mon œuvre  » a déclaré Alex Pentek. ( En voyant la beauté du résultat, on peut dire son pari est clairement réussi ) .

Si le peuple Chactas a éprouvé autant d’empathie et de sympathie envers la population irlandaise de l’époque, c’est aussi car elle a connu le traumatisme de quitter sa patrie et son territoire.

En effet, 16 ans à peine avant la Grande Famine, le gouvernement américain a expulsé de force les Chactas de leurs terres et leur a ordonné de se réinstaller dans certaines régions de l’Oklahoma, ce qui a évidemment été vécu comme un réel traumatisme.

Chez la tribu, cet événement très difficile est appelé  » le sentier des larmes et de la mort  ». Et pour cause, des milliers de Chactas ont parcouru plus de 1 600 km à pied avec à peine de quoi se nourrir et le peu de biens qu’ils ont pu emporter. Pendant le périple, 4 000 personnes sont mortes de faim, de froid et de maladie.

 » Contact irlandais / indiens  » ( tapisserie )
La sculpture illuminée

________________________________________

Aujourd’hui encore, les relations entre les Chactas amérindiens et l’Irlande sont très fortes

Outre le somptueux monument métallique Kindred Spirits, d’autres exemples montrent que les Chactas et les Irlandais continuent de se soutenir mutuellement et prouvent que la fraternité entre ces deux peuples, malgré la distance qui les sépare, n’a jamais cessé :

En 1990, plusieurs dirigeants Chactas amérindiens  se sont déplacés en Irlande pour participer à la première marche annuelle contre la famine à Doolough, dans le comté de Mayo. Quelques années plus tard, en 1995, la présidente irlandaise Mary Robinson a rendu visite aux Chactas pour la remercier de leur aide précieuse.

Et en 2020, les Irlandais ont collecté près d’un million d’euros pour tendre la main à la Nation navajo pendant la pandémie de COVID-19. Il s’agit d’un territoire semi-autonome localisé dans le nord-est de l’Arizona qui constitue la plus grande réserve amérindienne aux États-Unis.

En tout cas, cela fait chaud au cœur de voir que les peuples et les Homme sont capables de s’entraider avec autant de vertus et de volonté !

Pour finir : Une vidéo

Parodie de la chanson de Nino Ferrer


….par Suzanne Gabriello

Votez hein bon !

Qu’est-ce que j’ai fait du papier
Qui me dit d’aller voter ?
Des bull’tins qu’mon voisin
M’a remis hier matin
En m’disant : « Lisez tout, faites votre choix
Et ne vous en moquez pas !
Vo-tez hein bon ! »

Où est l’adresse du bureau ?
Où sont les clés d’mon auto ?
Où est donc l’isoloir ?
Où je dois faire mon devoir ?
Oui je sais, je perds tout mais pas mes droits
Et vous moquez pas de moi !
Vo-tez hein bon !

Quel nom m’a dit mon mari
Mon père ma meilleure amie
Ma belle-soeur de Hambourg
Et ma tante de Saint-Flour ?
Où sont donc les photos des candidats ?
Ah oui ça y est les voilà !

Mmmmmh… ouais !
Ouais.
Si on veut.
Ouais.
Ah ouais !
A la rigueur.
Vo-tez hein bon !

Quelles initiales m’a-t-on dit
Pour repérer les partis ?
ONM, TNP
RTF, RAPT
LS qui ? C’est SK, non c’est pas ça
SVP n’vous moquez pas !
Vo-tez hein bon !

SNCF, T & E
PMU, SGDG
EDF, HLM
CIC, CQFD
J’abandonne, j’suis K.O. y a trop de choix
Mais ne faites pas comme moi !
Vo-tez hein bon !

Oh lalala lalala
Lalala lalalala
Lalala lalala
Lalala lalalala
Oh lala lalala lalalala
Oh lala lalalala
Wouof !

La vidéo ( INA) :

Vidéo originale :

Avec les paroles originales :

Z’avez pas vu Mirza? Oh la la la la la la
Z’avez pas vu Mirza? Oh la la la la la la
Z’avez pas vu Mirza? Oh la la la la la la

Où est donc passé ce chien
Je le cherche partout
Où est donc passé ce chien
Il va me rendre fou
Où est donc passé ce chien
Oh – ça y est je le vois!…
Veux tu venir ici,
Je ne le répéterai pas
Veux-tu venir ici,
Mmmmm, sale bête va!…
Veux-tu venir ici
Oh – Il est reparti…

Où est donc passé ce chien
Je le cherche partout
Où est donc passé ce chien
Il va me rendre fou
Où est donc passé ce chien
Oh ça y est je le vois!…
C’est bien la dernière fois
Que je te cherche comme ça
Veux tu venir ici
Je ne le répéterai pas
Veux tu venir ici
Ohé ne bouge pas
Veux tu venir ici
Oh yeah! satané Mirza

Si vous connaissez çà , vous n’êtes pas né hier lol

_______________________________________________

Suzanne Yvonne Henriette Marie Galopet dite Suzanne Gabriello, née le 24 janvier 1932 à Paris 18ᵉ et morte le 9 août 1992( il y a environ 29 ans ! ) à Paris 13ᵉ, est une actrice et chanteuse française. Elle était la fille de l’acteur et chansonnier André Gabriello.

________________________________________________________

Nino Ferrer, nom de scène d’Agostino Arturo Maria Ferrari, est un auteur, compositeur et chanteur italien, d’expression principalement francophone, né le 15 août 1934 et mort le 13 août 1998, naturalisé français à sa demande en 1989.

P.S : S. Gabriello a été l’une des compagnes de Jacques Brel, qui écrivit pour elle Ne me quittes pas, bien que ce soit lui qui l’ait quittée. Son poste de présentatrice à l’Olympia a aidé la montée en succès de Brel.

Encore en pensant à…..


….ma grand-mère ( qui a eu 7 enfants ..)

La vidéo est le témoignage poignant d’une mère de famille ayant eu 10 enfants dans une société qui ne lui permettait pas alors de choisir sa vie. Elle parle de la difficulté de ses grossesses, de la pauvreté, de la mesquinerie des gens du village, de l’éternelle suite des tâches ménagères et de la joie que lui procure ses enfants

Pour l’instant : Télé ….


Le souvenir de toi ….

En 1944, à Auschwitz.Tomasz Limanowski, un prisonnier polonais, et Hanna Silberstein, une jeune juive, tombent amoureux. Quand il apprend qu’Hanna est enceinte, Tomasz met au point un stratagème pour s’enfuir du camp avec elle. Le couple découvre que la propriété familiale de Tomasz est réquisitionnée par la Wehrmacht. Le jeune homme décide de rejoindre le maquis. A son retour, sa mère lui apprend qu’Hannah est morte.

Film tiré d’une histoire vraie ! Le souvenir de toi - Anna Justice - critique du téléfilm

A tout à l’heure ….peut-être ..

https://video.lefigaro.fr/tvmag/video/le-souvenir-de-toi-vf-diffuse-le-22-01-21-a-20h55-sur-arte/

La porcelaine de Limoges…


…… histoire d’un succès :

Un artisanat qui fait la fierté de la France

La porcelaine  et la capitale limousine sont devenues indissociables dans l’esprit des Français. Lorsque ceux-ci admirent les assiettes quasi-translucides finement décorées d’arabesques élégants, ils pensent immédiatement à Limoges ….
Ce n’est que depuis la fin du XVIII -ème siècle que la porcelaine ,certes , fait la richesse et la renommée du Limousin,  lorsque l’aventure de la porcelaine connaît un vrai tournant :

La porcelaine de Limoges fête cette année son 250e anniversaire, à cette occasion :Toute l’histoire de cet artisanat qui fait la fierté de la France :

Le prêtre et l’alchimiste

( Porcelaine chinoise, dynastie Qing, fin de la période Kangxi (1662-1722) )

Depuis les temps anciens, la porcelaine est l’apanage de la Chine. Très coûteuses et très recherchées, les pièces de porcelaines sont acheminées dans les Cours d’Europe, d’abord par la Route de la Soie, puis par voie navale, via la route des Indes. 

C’est à la fin du XVIIe siècle, qu’un Européen s’intéresse particulièrement à la fabrication de ces précieuses faïences : le père François-Xavier d’Entrecolles

Résultat d’images pour père françois xavier d'entrecolles
père François-Xavier d’Entrecolles ?( image du Net )

, jésuite originaire du Limousin, qui étudie en Chine, relate de manière détaillée le procédé de fabrication et de cuisson de la pâte à porcelaine, auxquelles il assiste.
Hélas, même le plus habile des artisans européens ne parvient pas à produire cette matière translucide sans défaut ni cassure
!

C’est en 1710 que le secret de la porcelaine est percé, à Meissen, en Saxe : Un jeune alchimiste nommé  Johann Böttger

 Johann Böttger ?

, qui recherche sans succès » la pierre philosophale  », se rabat sur la porcelaine, plus rentable et moins risquée : c’est un succès !

Les débuts d’une épopée limousine :

Portrait de Turgot ( ci – dessus )

Dans les années 1760, on découvre dans les environs de Limoges, à Saint-Yrieix-la-Perche précisément, une poudre blanche, ( que les femmes utilisent parfois pour leur lessive ).
En réalité il s’agit de kaolin, un des ingrédients essentiels à la préparation de la porcelaine, avec le quartz et le feldspath. Il s’avère que de nombreux gisements de kaolin existent autour de Limoges

Turgot, alors intendant du Limousin, comprend rapidement tout l’intérêt économique de cette découverte. La Cour de France représente un marché important, car le roi et ses courtisans importent à grand prix de la porcelaine de Saxe.

L’eau de la Vienne fera tourner les moulins, les forêts regorgent de bois de chauffage, et il y a à Limoges des faïenciers experts : Turgot appuie le projet d’une manufacture à Limoges. En 1771, une porcelaine dure est produite pour la première fois à Limoges

Le roi Louis XV  fait de cette fabrique une manufacture royale ,qui passe ensuite sous le contrôle du comte d’Artois , frère de Louis XVI. 

La clairvoyance des limougeauds a permis la naissance de cet  » or blanc  », qui va devenir une manne pour la région. 

Le sacre de la porcelaine de Limoges :

( Photo d’époque d’employés de magasins de porcelaine à Limoges )

Après la Révolution, un nom revient souvent à Limoges, celui de François Alluaud

Résultat d’images pour françois alluaud
F. Alluaud ?

. Propriétaire de la manufacture des Casseaux, il est un pionnier du développement industriel de la porcelaine à Limoges. Il innove et améliore les procédés de fabrication, et achète la totalité des gisements de kaolin de la région

Au début du XIXe siècle, les manufactures fleurissent dans la ville : chaque décennie voit une dizaine de nouvelles entreprises fondées. Elles créent des milliers d’emplois, nourrissent des familles entières et poussent les artisans à parfaire sans cesse leurs compétences.

La porcelaine de Limoges devient de plus en plus réputée en Europe, et ses gisements alimentent en kaolin les manufactures allemandes, suisses, russes et d’Europe du Nord.

Les manufactures, multinationales avant l’heure :

Avec l’arrivée du new-yorkais David Haviland à Limoges en 1842, l’histoire de la porcelaine connaît un nouveau rebondissement.
Sous son impulsion, on commence à exporter la porcelaine de Limoges outre-Atlantique. Les Américains dépensent sans compter pour obtenir les pièces si délicates et élégantes devant lesquelles ils se pâment.

Haviland fait également la promotion de la porcelaine dansle Paris du second Empire , où elle remporte un franc succès. Les retombées économiques du travail de Haviland permettent d’investir dans des matériaux encore plus précieux et d’améliorer la qualité de la décoration.

Sortie de la manufacture Haviland avenue Garibaldi à Limoges :

( Four industriel du site du four des Casseaux )

Les innovations techniques de la fin du siècle sont également à l’origine du succès des manufactures.

En 1878, un nouveau système de four industriel est créé et breveté à Limoges. Il permet de faire deux cuissons à des températures différentes dans un seul four ! ( L’un des derniers fours de ce type peut encore se visiter sur le site du four des Casseaux ) .

L’arrivée du chemin de fer, quant à elle, permet de transporter plus facilement les matériaux et réduit le risque de briser les précieuses pièces de porcelaine destinées à la vente. 

De nouveaux horizons pour la porcelaine de Limoges :

(Porcelaine dans les ateliers de fabrication Bernardaud )

Au début du XXe siècle, le temps se gâte pour la porcelaine de Limoges. La crise économique de 1905 secoue le secteur et de nombreux mouvements sociaux ainsi que des grèves dures mettent en péril la production. Dans les décennies qui suivent, ce sont les deux guerres mondiales et la crise de 1929 qui ébranlent fortement le milieu. 

Depuis les années 1980, les manufactures traversent une crise profonde et durable, due à la concurrence sans merci des fabricants asiatiques et à la délocalisation des ateliers.
Plusieurs manufactures ferment, les clients se font moins nombreux, et la porcelaine de Limoges devient un marché de niche, comme beaucoup d’entreprises de l’artisanat d’art . Cela ne l’empêche pas d’être inscrite en 2008 à l’Inventaire du Patrimoine Immatériel en France

Toutefois, l’aventure ne s’arrête pas là… Aujourd’hui, la porcelaine de Limoges est certes le symbole de l’excellence   des grandes maisons d’artisanat françaises, comme Haviland, ou Bernardaud, mais, elle est également à la pointe de l’innovation dans les domaines techniques, médicaux, militaires, car elle possède de nombreuses propriétés insoupçonnées. 

________________________________________

Fabrication vidéo :