La guerre de ………


sept ans : ( suite à » naissance de Montréal » ) pffffffff! Confus ce billet !

    La guerre de Sept Ans (1756-1763), nommée par  les Anglais  » French and Indian War  »  (la guerre contre les Français et les Indiens), fut  la principale guerre du XVIIIe siècle. C’est aussi, d’une certaine manière, la première guerre mondiale !
Les début de la guerre :
Les hostilités avaient débuté deux ans avant la déclaration de guerre officielle avec une  » petite  » bataille  dans les forêts du Nouveau Monde : Une poignée de Virginiens sous le commandement d’un certain… George Washington G.Washington (22 ans), attaque une délégation française et tue son chef, Jumonville, dans le but de s’emparer de Fort-Duquesne, ( fort qui tient la vallée de l’Ohio, la « Belle Rivière »).
En réaction, Londres, qui n’arrive pas à l’emporter sur terre, ordonne la saisie de 300 navires de commerce français dans différents ports, partout dans le monde. La guerre générale devient dès lors inévitable… En prévision de celle-ci, le gouvernement anglais prend toutes les  précautions. C’est ainsi qu’il ordonne la déportation des Acadiens francophones susceptibles de trahir la couronne.
  Une guerre mondiale avant l’heure ?
( Se déroulant sur le continent européen mais aussi en Amérique, en Afrique, aux Indes et sur les mers, en impliquant toutes les grandes puissances européennes, cette guerre sera plus tard considérée par les historiens comme la première guerre mondiale !)
Elle est provoquée d’une part par l’amertume des Français qui, dans la guerre de la Succession d’Autriche (1740-1748) ont  » travaillé pour le roi de Prusse  » et sont ( outre-mer ), de plus en plus en concurrence avec les Anglais ; d’autre part par la soif de revanche des Autrichiens qui se sont vus enlever la Silésie par le roi de Prusse Frédéric II pendant la guerre précédente.
Mi janvier 1756, le roi d’Angleterre Georges II (également Électeur de Hanovre ?) signe à Westminster un traité de « neutralité » avec le roi de Prusse. Du coup, l’impératrice Marie-Thérèse et le roi de France Louis XV  » enterrent  »  officiellement une rivalité de 250 ans  (qui remontait à Charles Quint et François 1er ) et concluent le 1er mai 1756 un  » renversement des alliances  » prenant ainsi à rebours leurs opinions publiques. Ils s’allient à la tsarine Élisabeth, fille de Pierre le Grand, ainsi qu’à la Suède, la Saxe et l’Espagne.
  Retournements nombreux : 
La guerre commence très mal pour les Français. Le prince de Soubise est battu par Frédéric II à Rossbach en  novembre 1757 malgré l’écrasante supériorité numérique de son armée. Habile stratège, Frédéric II bat  les Autrichiens à Leuthen, le 5 décembre de la même année et les Russes à Zorndorf le 25 août 1758. Cela lui vaudra de porter désormais le qualificatif de Frédéric le Grand !
Mais la Prusse finit par être submergée sous le nombre des assaillants. Elle est un moment sur le point de disparaître après sa défaite à Kunersdorf, sur l’Oder, le 12 août 1759. Le roi Frédéric II est blessé et manque d’être capturé. Les troupes russes s’offrent même le plaisir  de défiler à Berlin.
    Heureusement pour la Prusse, la Russie se retire   » inopinément  » du conflit à la mort de la tsarine Élisabeth début  janvier 1762. Son neveu le nouveau tsar Pierre III, fervent admirateur de Frédéric II, n’a rien de plus pressé que de se retirer de la coalition contre la Prusse, sauvant son héros d’une situation désespérée. Il lui restitue la Poméranie et la Prusse-orientale.
La France de Louis XV et l’Autriche de Marie-Thérèse négligent de tirer profit de  leurs victoires et permettent ainsi ,  à Frédéric II de se ressaisir et même de reconquérir la Silésie.
A la même époque , les Anglais, dont la situation n’était guère plus brillante que celle des Prussiens, portent à la tête de leur gouvernement un homme d’une grande énergie, William Pitt l’Ancien (Pitt The Elder), 49 ans.

 

Les Français lui opposent un secrétaire d’État aux Affaires étrangères de talent, le duc de Choiseul.
La guerre outre-mer :
Outre-mer où  les Anglais sont très actifs, les choses se gâtent pour les coalisés. Fort-Duquesne est pris en 1758 par les Anglais et rebaptisé Pittsburgh en l’honneur de leur Premier ministre (c’est aujourd’hui une grande métropole industrielle du Middle West). Plus grave, la France perd sa colonie de la Nouvelle-France malgré le sacrifice de Montcalm devant Québec.
La guerre sévit aussi aux Indes où les Anglais ne tiennent pour encore que Bombay, Madras et Calcutta, tandis que les Français, grâce à Dupleix, dominent la moitié du sous-continent.
En juin 1757, une armée anglo-indienne commandée par Robert Clive bat l’armée du  souverain du Bengale (  » nabab  » ), alliée aux Français, à Plassey, près de Calcutta. Le 16 janvier 1761, Lally-Tollendal capitule à Pondichéry, l’un des derniers comptoirs qui restent aux Français.
La paix va venir des dissensions internes et de la lassitude, principalement en Angleterre. Bien que populaire dans son pays, William Pitt doit démissionner à l’automne 1761, un an après que George III (22 ans) ait succédé à son grand-père George II.

      Son successeur à la tête du gouvernement est le favori du nouveau roi, Lord Bute, qui reproche à Pitt de trop vouloir en faire sur le continent européen.
Il entame les pourparlers de paix, au scandale de l’opinion qui espérait cueillir plus d’avantages de ses efforts.
Ceux-ci sont suspendus à cause de l’entrée en guerre de l’Espagne aux côtés de la France et la guerre ne se terminera qu’en 1763 avec deux traités, à Paris et Hubertsbourg, qui  » dessineront  » pour un siècle et demi le nouveau visage de l’Europe.
L’Angleterre, lourdement endettée par l’effort de guerre, décide de taxer les colons américains qui en sont les principaux bénéficiaires. Quoi de plus normal, après tout ? Mais lesdits colons ne l’entendent pas de cette oreille. « No taxation without representation » (pas d’impôt sans représentants au Parlement), proclament-ils, ( ce qui ne manque pas non plus de logique )… Il va s’ensuivre une nouvelle guerre, dix ans plus tard, et l’indépendance des États-Unis d’Amérique.

 

 

Montréal ……. » naissance  »


     Montréal, métropole de l’actuelle province du Québec, est née le 17 mai 1642 sur une  grande île située au confluent du fleuve Saint-Laurent et de la Rivière-des-Prairies.
Une idée de Samuel de Champlain  ….
  

En 1615, Samuel de Champlain suggère  l’idée d’un poste sur le fleuve Saint-Laurent en vue de promouvoir la religion catholique parmi les Indiens de la Nouvelle-France… et de développer le commerce de la fourrure.

  L’idée fut reprise sous le règne de Louis XIII par le baron de Fancamp et Jérôme de la Dauversière, un habitant de La Flèche. Ces derniers songent à une grande île sur le fleuve, à 1500 km à l’intérieur des terres, que l’explorateur Jacques Cartier J Cartier a repérée un siècle plus tôt, le 2 octobre 1535, et baptisée « Mons realis » (Mont royal en latin).
  Le 9 mai 1641, deux navires quittent La Rochelle pour la Nouvelle-France (le Québec actuel).
  À bord des navires, une cinquantaine de personnes sous la direction de deux catholiques fervents, le gentilhomme Paul de Chomedey de Maisonneuve et l’infirmière ? Jeanne Mance.
  L’expédition passe l’hiver à Québec et atteint le site de Montréal l’année suivante.

Aussitôt arrivés, les colons construisent une clôture.

   La messe de fondation a lieu le lendemain, dimanche 18 mai 1642. Le nouvel établissement est consacré à la Vierge et prend le nom de Ville-Marie (une dizaine d’années plus tard, il ne sera plus connu que sous le nom de Montréal).
  Cependant ,les débuts sont très pénibles et la ville doit se défendre contre les Iroquois, farouches ennemis    des Français depuis leur rencontre

 

malheureuse avec Samuel de Champlain. L’arrivée de nouveaux colons permetra de fortifier la colonie.Montreal 1647( croquis ,Montréal en 1647 )

  Vers 1653, le gouverneur Maisonneuve maisonneuve ramène de France une centaine de soldats pour mieux protéger sa ville. Celle-ci connaît enfin le calme avec la Grande Paix de 1701 conclue avec les Indiens.
   Montréal devient bientôt la plaque tournante du commerce des fourrures, « l’or de la Nouvelle-France ».

Le temps des Anglais  :

   Mais arrive la guerre de Sept Ans… La ville est assiégée par trois armées anglaises et se rend sans combattre le 18 septembre 1760. Comme l’ensemble de la Nouvelle-France, elle passe alors à la couronne britannique. Deux siècles après sa naissance, la ville  compte 45.000 habitants.
  Au milieu du XIXe siècle, c’est une cité en pleine expansion, qui tire sa richesse non plus du commerce des fourrures mais de son port fluvial accessible aux navires transatlantiques.portport 1
   Beaucoup d’immigrants y affluent et le maire de la ville voulant prendre  acte de cette nouvelle réalité en dote la ville d’un drapeau qui rappelle la diversité de ses habitants avec la fleur de lys française, la rose anglaise, le chardon écossais et le trèfle irlandais drapeau Montreal

Prix littéraire……….près de…..


  Là où je vis!

      Depuis 1986 , à l’occasion des journées du livres qui ont lieu pendant la seconde quinzaine de mai , la ville de Saint-Amand- Montrond dans le Cher décerne le prix Alain Fournier à un jeune écrivain n’ayant pas publié plus de trois romans …..

     Quelques romanciers , aujourd’hui bien connus , ont reçu ce prix ( Philippe Delerme en 1990 ,Amélie Nothomb en 1993 et Joël Elgloff en 2000 (  prix du livre Inter en 2005  ). Ce prix a été créé pour le centenaire de la naissance d’ Alain Fournier …Pourquoi A. Fournier ? On présume que c’est parceque son père était un instituteur du Berry ( proche de l’Allier )

   En effet , fils d’un instituteur du Berry ,Alain Fournier A.Fournier( de son vrai nom : Alban-Henri Fournier ) est l’auteur d’un seul livre : livreLe grand Meaulnes qui fut selectionné pour le prix Goncourt en 1913 ,année où la concurrence fut importante : J’ai lu qu’au dixième tour de scrutin ,  » Le grand Meaulnes  » obtint 5 voix alors qu’il en fallait 6 , et , surprise , au 11ème tour, le prix fut attribué à Marc Elder pour  » Le peuple de la mer  »

 

 

A.Fournier fut mobilisé en août 1914 , il est mort dans les environ de Verdun le 22 septembre 1914 ( il avait 22 ans ) …..Son corps ne fut retrouvé et identifié , qu’en 1991  ; il avait été enseveli dans une fosse commune creusée par les Allemands …Sa tombe est maintenant dans le cimetière militaire de Saint-Rémy -la-Calonne et son nom figure au Panthéon de Paris dans la liste des écrivains morts au champ d’honneur pendant la 1ère guerre mondiale …….

L’école qu’il a fréquentée enfant et où son père était instituteur est aujourd’hui transformée en  » musée du Grand Meaulnes  »…..

 

çà s’est passé il y a …..


  environ 78 ans ( ce billet sera peut-être long , trop long ? ) Mais…..peut on ,doit on oublier ? 

 » La rafle du billet vert  »  :

En mai 1941, à Paris, des milliers de Juifs étrangers reçoivent une convocation, le «billet vert» : ils sont «invités à se présenter» le 14 mai dans divers lieux de rassemblement «pour examen de situation».

    Leur liste a été établie grâce au fichier du recensement effectué à partir de septembre 1940 par les autorités françaises, sur ordre de l’occupant allemand.

   Ils doivent être accompagnés d’un membre de leur famille ou d’un ami. Persuadés qu’il s’agit d’une simple formalité, beaucoup s’y rendent. Ils sont alors retenus, tandis que la personne qui les accompagne est priée d’aller chercher pour eux quelques vêtements et vivres .

   3 700 Juifs sont ainsi arrêtés dans la région parisienne : c’est la «rafle du billet vert». Cette première rafle précède de quatorze mois la rafle du Vél d’Hiv.

embarquement

 

   Conduits à la gare d’Austerlitz en autobus, les Juifs sont transférés le jour même en train vers le Loiret, à une centaine de kilomètres au sud de Paris.

1 700 d’entre eux sont internés à Pithiviers, 2 000 à Beaune-la-Rolande. Ils y resteront  pendant plus d’un an, dans l’ignorance totale du sort qui leur est réservé. Beaune

 

    Le 8 mai 1942, 289 d’entre eux sont transférés au stalag de Compiègne-Royallieu, d’où ils sont majoritairement déportés vers Auschwitz le 5 juin 1942.

   Les autres connaissent  bientôt le même sort. Trois convois partent directement vers Auschwitz : le 25 juin et le 17 juillet 1942 de Pithiviers, le 28 juin de Beaune-La-Rolande.

    Les camps de Pithiviers et de Beaune-la-Rolande sont la concrétisation de la politique antisémite et de collaboration engagée par le régime de Vichy dès son arrivée au pouvoir.

    Un décret du 4 octobre 1940, signé par le maréchal Pétain, a permis d’interner «les ressortissants étrangers de race juive» dans des camps spéciaux, sur simple décision préfectorale et sans motif. Le «statut des Juifs», paru la veille, avait donné une définition «française» ( différente de  celle des nazis ) de la «race juive» et édicté les premières interdictions professionnelles (fonction publique, presse, cinéma …).

  Au printemps suivant, cette politique antisémite s’intensifie sous les pressions allemandes, avec la création du Commissariat Général aux Questions Juives et l’internement d’un total d’environ 5 000 Juifs étrangers de la région parisienne.

  C’est ainsi que sont créés les camps jumeaux de Pithiviers et de Beaune-la-RolandePithiviers. Le choix de ces petites villes du Loiret est dû à leur proximité de Paris, à une bonne accessibilité par le chemin de fer, à la possibilité de trouver sur place du ravitaillement et à la présence d’installations sécurisées (barbelés, miradors) qui ont déjà hébergé des prisonniers de guerre français, transférés depuis en Allemagne.

Les camps sont administrés par la préfecture du Loiret, à Orléans ; un Service des Camps a été mis en place.

Les internés sont installés dans des baraques en bois mesurant 30m sur 6m, avec soubassement de béton. Dans chaque baraque, de chaques côtés d’un couloir, deux rangées de châlits (lits à deux ou trois étages), remplis de paille ; paillasses et couvertures sont en nombre insuffisant ; 2 poêles seulement pour se chauffer, et aucune place pour le rangement.chalits

 

   Les conditions de vie y sont  très mauvaises. En particulier les installations sanitaires et médicales ne sont pas  » opérationnelles  » à l’arrivée des internés. La situation va un peu s’améliorer, mais l’alimentation reste insuffisante , l’hygiène très précaire (la prévention des épidémies étant le seul souci de l’administration ), le logement insalubre (les baraques sont étouffantes en été, très froides en hiver, à la fois mal isolées et non aérées).

   Le personnel de surveillance, français, a une triple origine : des gendarmes venus de la banlieue parisienne, chargés d’assurer la sécurité extérieure, des douaniers repliés du sud-ouest, chargés de la sécurité intérieure, et, en renfort, des gardiens auxiliaires, recrutés localement.

   Le chef de camp est un capitaine de gendarmerie en retraite, plutôt âgé, attiré par le cumul emploi-retraite. Il est assisté d’un gestionnaire à plein temps et d’un médecin-chef, un médecin de ville qui assure quelques vacations, l’essentiel du travail étant pris en charge par des médecins juifs internés.

   Selon le comportement de la direction, le régime intérieur du camp oscille entre des périodes de laisser-aller indifférent et d’autres où la répression s’intensifie, avant finalement de se durcir considérablement suite aux reproches de la hiérarchie préfectorale, de la presse collaborationniste, et surtout des Allemands, qui obtiennent, en avril 1942, le remplacement du chef du camp de Pithiviers jugé trop laxiste.

  Les internés ne voient pratiquement jamais d’Allemands, si ce n’est à l’occasion de quelques visites d’inspection , et lors des «départs» en déportation, au moment de l’embarquement dans les wagons à bestiaux.

  Par contre, des pressions allemandes s’exercent sur la préfecture d’Orléans, vite suivies d’effets : la Feldkommandantur infléchit ainsi les pratiques d’internement des autorités françaises, au point, finalement, de les piloter. La seule réticence notable de la part des fonctionnaires du Loiret se manifeste lorsqu’ils demandent que les Allemands respectent la voie hiérarchique pour faire passer leurs exigences : en cela, ils sont d’ailleurs de zélés pratiquants de la collaboration d’État.

   Les réactions des internés devant le sort qui leur est fait sont diverses et varient au fil du temps. Ils cherchent des moyens d’échapper à une situation qui les inquiète de plus en plus, que ce soit un motif officiel de libération ou une filière clandestine pour s’évader. évasion L’évasion toutefois devient de plus en plus difficile au fil des mois, et fait en plus  l’objet d’un débat complexe entre les internés, entre les internés et leurs familles, entre les internés et les organisations de résistance. Ils s’efforcent cependant , de trouver des moyens pour améliorer leurs conditions de vie, grâce à un réseau d’amis ou par une  affectation qui offrirait des opportunités de sortie (travail ou corvées à l’extérieur du camp).

   Le temps passant, des groupes organisent une vie culturelle (conférences, cours, débats, théâtre, chorale, ateliers artistiques), aidée par la présence d’artistes, d’artisans et d’intellectuels internés. L’administration laisse faire : ces activités lui garantissent un certain calme, et elle peut user de leur privation comme d’un moyen de sanction.

  Des groupes d’internés réussissent à se structurer en un comité clandestin de résistance et à établir le contact avec des mouvements extérieurs au camp. C’est ainsi que s’organise une circulation clandestine de courrier. Deux journaux, clandestins eux aussi, sont rédigés par des internés ! Et recopiés à la main dans le camp.

   Les internés vivent leur enfermement en se retrouvant au sein de groupes variés : habitants d’une même baraque, équipes de corvées intérieures ou extérieures ( ces dernières étant les plus prisées car quand on sort, même sous surveillance et pour travailler, on peut nouer des contacts -, groupes d’activités culturelles, participants aux multiples débats plus ou moins informels, simples groupes d’affinités (les jeunes, les croyants, les lecteurs, les peintres etc.).

   Certains internés travaillent à l’extérieur ( dans des fermes, des usines, des chantiers forestiers, des carrières ) , qui à l’époque manquent tous de main d’œuvre. Travailler permet à la fois de sortir des barbelés, de tromper l’ennui, de trouver une meilleure alimentation et un maigre appoint financier ou de rechercher des opportunités d’évasion.

   Les internés peuvent rester en rapport avec leurs familles encore en liberté (mais confrontées à l’aggravation progressive de la persécution) par le courrier, par les visites, et même, dans un premier temps, par des permissions. Ils peuvent également recevoir des colis. Le lien maintenu est fragile : il est quelquefois brutalement interrompu par mesure disciplinaire.

Au cours de l’été 42 : nouvelles rafles
   Après la rafle du Vel d’Hiv, entre le 19 et le 22 juillet 1942, près de 8 000 personnes (parmi lesquelles plus de 4 000 enfants, souvent très jeunes ) , sont transférées dans les camps de Pithiviers et de Beaune-la-Rolande, conçus pour en accueillir moitié moins. Pourtant prévenue de l’arrivée de milliers de personnes, l’administration des camps n’a rien prévu, ni pour l’hébergement ni pour l’alimentation, en particulier pour de très jeunes enfants. La pagaille rêgne : Tout manque ( nourriture, médicaments, couvertures, vêtements) .Les femmes et d’enfants sont installés sur de la paille posée à même le sol. À Pithiviers, dès le 20 juillet, les baraques sont saturées. Le 21, ce sont plus de 2 000 personnes supplémentaires qui arrivent : elles sont entassées dans un hangar réquisitionné.

La situation sanitaire étant catastrophique, des épidémies se déclarent. Faute des soins nécessaires, plusieurs enfants meurent.

  Dès la mi juillet, l’administration française a exprimé «le souhait de voir les convois à destination du Reich inclure également les enfants».

   Or, à cette période, les nazis ne réclament que les adolescents de plus de 15 ans. En attendant l’autorisation de Berlin pour déporter les enfants Aline, il est envisagé de les séparer de leurs parents, qui doivent être déportés dans les jours qui suivent. Finalement çà se produit fin juillet dans les camps d’internement du Loiret.

  Fin juillet, la décision est prise de déporter les adultes, pour compléter l’effectif des convois prévu lors des accords franco-allemands.

   Brutalement séparés de leurs enfants les plus jeunes, les mères et les grands adolescents sont alors massivement déportés par 4 convois partant directement des gares de Pithiviers et Beaune-la-Rolande vers Auschwitz, du 31 juillet au 7 août.

    Les enfants restent seuls, livrés à une détresse absolue, matérielle et psychique.

   L’accord écrit pour la déportation des enfants arrive de Berlin mi août.

   Entre le 15 et le 25 août, les enfants sont transférés à Drancy , d’où ils sont déportés à Auschwitz-Birkenau, majoritairement par les convois du 17 au 28 août 1942. Ceux qui ne partent pas dans ces convois partiront un peu plus tard,  le 21 septembre , depuis la gare de Pithiviers (la plus jeune a 2 ans).

Aucun des enfants déportés n’est revenu.

  Après septembre 1942, les internés juifs de Pithiviers sont transférés à Beaune-la-Rolande. Le camp de Pithiviers enferme désormais, de septembre 1942 à août 1944, des «internés administratifs», essentiellement des communistes internés par décision préfectorale.

   Le camp de Beaune-la-Rolande absorbe, pour des durées provisoires, les sureffectifs du camp de Drancy, ou encore «héberge» les «catégories» d’internés jugées, au moins pour un temps, «non-déportables». La vie du camp est alors rythmée par le départ de quelques convois pour Drancy, par un va-et-vient de groupes de centaines d’internés, constamment reclassés et déplacés. Les Allemands décident, et l’administration française applique systématiquement leurs décisions.

    En juillet 1943, après une inspection d’Aloïs Brünner dans le Loiret, les internés seront tous rassemblés à Drancy, et le camp de Beaune-la-Rolande sera fermé.

çà s’est passé un 10 mai


De 1774 à 1994 !  ( Trop long ? => pas obligé de lire / commenter )

10 mai 1774 : Mort de Louis XV

Le 10 mai 1774, le roi Louis XV,Louis 15 surnommé dans sa jeunesse le Bien-Aimé, meurt à 69 ans au milieu de l’opprobre générale, après avoir régné plus d’un demi-siècle.Ses deux fils l’ayant précédé dans la mort, c’est à son petit-fils de 20 ans, le duc de Berry, que revient le trône sous le nom de Louis XVI.

Le nouveau roi de France est le troisième fils du Dauphin Louis et de Marie-Josèphe de Saxe. C’est un garçon cultivé et intelligent mais doux et maladivement timide. La mort prématurée de ses deux aînés en a fait l’héritier de la couronne sans y avoir été préparé. Sa vie conjugale ne lui apporte guère de satisfaction depuis son mariage avec l’archiduchesse Marie-Antoinette, quatre ans plus tôt.

10 mai 1802 : « Le dernier cri de l’innocence et du désespoir »

   Le 10 mai 1802, le métis Louis Delgrès (36 ans) adresse « à l’univers entier le dernier cri de l’innocence et du désespoir ». En affichant cette proclamation sur les murs de Basse-Terre, en Guadeloupe, il revendique le devoir d’insurrection et lance un appel à la fraternité, par-dessus les barrières de races.

  Quelques jours plus tard, dans l’habitation Danglemont, à Matouba, dans les hauteurs de Basse-Terre (Guadeloupe), il se fait sauter avec ses hommes pour échapper à la cruauté du corps expéditionnaire du général Antoine Richepance (on écrit aussi Richepanse) et de Magloire Pelage. Son ami Joseph Ignace et beaucoup d’autres insurgés dont la mulâtresse Solitude sont tués ou exécutés…
Journée du souvenir de l’esclavage

   Le gouvernement français a institué en 2001 une Journée commémorative du souvenir de l’esclavage et de son abolition et, par une curieuse démarche, l’a raccrochée au 10 mai 2001, vote de la loi Taubira établissant cette journée !…

  Il aurait été plus  » logique  » de la raccrocher plutôt au 10 mai 1802, lorsque le métis Louis Delgrès (36 ans) adressa « à l’univers entier le dernier cri de l’innocence et du désespoir ».

  Ce brillant officier de la Révolution, fervent républicain et bonapartiste convaincu, se fit sauter avec ses hommes le 28 mai suivant, pour ne pas tomber entre les mains du général Richepance, lequel avait outrepassé les ordres de Paris en rétablissant l’esclavage sur l’île.

 

  10 mai 1804 : Formation de la Garde impériale  garde impériale

  La Garde consulaire, corps d’élite de deux mille soldats « qui se seront distingués sur le champ de bataille », est rebaptisée Garde impériale le 10 mai 1804, avant même que le Premier Consul ne soit désigné Empereur des Français sous le nom de Napoléon par le Sénat.

Cette Vieille Garde, constituée d’impressionnants grenadiers de grande taille avec bonnets à poil, sera ensuite complétée par une Moyenne Garde puis, après 1812, par une Jeune Garde. Les effectifs totaux atteignent 25 000 en 1809 et 40 000 en 1812. En raison même de ses qualités, l’Empereur la réserve pour les coups d’éclat et parfois, comme à Borodino, sur la Moskowa, s’attire le reproche de trop l’économiser.

10 mai 1806 : Napoléon 1er fonde l’Université

    Le 10 mai 1806, une loi de Napoléon 1er Napoléon 1er jette les bases de l’Université : « Il sera formé, sous le nom d’Université impériale, un corps chargé exclusivement de l’enseignement et de l’éducation publics dans tout l’Empire ».

L’Université apparaît d’emblée comme un corps enseignant investi d’un monopole, organisé et hiérarchisé à la manière d’un ordre religieux. L’écrivain Louis de Fontanes en est nommé grand maître en 1808. Rallié à Louis XVIII en 1815, il sera fait marquis.

10 mai 1933 : « Autodafé rituel des écrits juifs nuisibles »

  Le 10 mai 1933 au soir, à Berlin, des étudiants nazis escortent, en brandissant des flambeaux, deux camions de livres de la porte de Brandebourg jusqu’à la place de l’Opéra, ou Franz-Josef Platz, face à l’université de Berlin.

   Là, en dépit d’une pluie battante, ils déchargent le contenu des camions et organisent un « autodafé rituel des écrits juifs nuisibles ». 20.000 livres sont brûlés. Parmi les auteurs voués au feu figurent Heinrich Heine, Karl Marx, Sigmund Freud, Albert Einstein, Franz Kafka, Stefan Zweig, Felix Mendelssohn-Bartholdy.autodafé nazi

  Présent sur place, Joseph Goebbels, ministre de la Propagande du Reich, dénonce dans un discours radiodiffusé le « mauvais esprit du passé » et appelle les étudiants à lutter pour que «l’esprit allemand triomphe définitivement dans une Allemagne à jamais réveillée».

  Des manifestations similaires, soigneusement planifiées, ont lieu au même moment dans d’autres villes allemandes. C’est le point d’orgue d’une campagne d’épuration entamée dans les semaines précédentes dans les universités, contre les enseignants juifs ou réputés hostiles au régime nazi. Les oeuvres des artistes « dégénérés », tels Van Gogh, Picasso, Matisse, Cézanne et Chagall, sont par ailleurs bannis des musées 

10 mai 1940 : Hitler envahit la Belgique

  Le 10 mai 1940, sept mois après la déclaration de guerre de la France et de l’Angleterre à l’Allemagne, celle-ci rompt le front occidental.

Conformément au plan audacieux du général Erich von Manstein, le Führer porte son principal effort dans les Ardennes, une région montagneuse qui n’est pas protégée par la ligne Maginot et que le généralissime Gamelin n’a pas cru nécessaire de défendre.
10 mai 1940 : Churchill Premier ministre contre Hitler

  Le 10 mai 1940, tandis que les armées de Hitler rompent le front de l’ouest, Winston Churchill Churchilldevient Premier ministre de Grande-Bretagne. Il remplace à ce poste Neville Chamberlain, qui s’est déconsidéré par ses hésitations et ses reculades face au Führer.

Trois jours plus tard, le 13 mai 1940, Winston Churchill lance à l’adresse des députés et de ses concitoyens : «Je n’ai à offrir que du sang, de la peine, des larmes et de la sueur !…»

10 mai 1974 : « Vous n’avez pas, monsieur Mitterrand, le monopole du coeur »

   Le 10 mai 1974, un Face à Face télévisé oppose les deux candidats à la présidence de la République, Valéry Giscard d’Estaing,G.d'Estain ministre des Finances dans le gouvernement du précédent président, Georges Pompidou, décédé un mois plus tôt, et François Mitterrand,Mitterand candidat unique de l’opposition de gauche. Les deux candidats sont au coude-à-coude dans les sondages.

  Excédé par le ton moralisateur et condescendant de son rival, le représentant de la droite lance : « Je vais vous dire quelque chose : je trouve toujours choquant et blessant de s’arroger le monopole du coeur. Vous n’avez pas, monsieur Mitterrand, le monopole du coeur ».

  La réplique fait mouche et va faire basculer le sort en faveur de son auteur, qui l’emportera avec 426.000 voix d’écart lors du scrutin du 19 mai 1974. À peine élu, VGE donnera du corps à sa formule en réformant tambour battant la société française..

10 mai 1981 : Mitterrand président de la République

Le dimanche 10 mai 1981, François Mitterrand est élu président de la République française…
10 mai 1994 : Mandela président de l’Afrique du Sud

Le 10 mai 1994, Nelson Mandela (76 ans) Mandelaest intronisé président de la République d’Afrique du Sud. La plupart des dirigeants de la planète se sont déplacés pour ce moment de grâce qui scelle la réconciliation des Sud-Africains après un siècle de ségrégation raciale, dans une période par ailleurs obscurcie par la guerre de Bosnie et le génocide du Rwanda…

.

 

 

 

 

 

Jean Richepin suite…


Biographie Richepin

«apôtre de la sensualité et de l’athéisme »

Jean Richepin est né à Médéa, en Algérie, le 4 février 1849. Son père est médecin militaire. Après de brillantes études il entre à l’Ecole normale supérieure en 1862. Il est licencié ès lettre en 1868.

  En 1870, il s’engage dans un corps de Francs-tireurs pendant la guerre contre l’Allemagne. Il mène ensuite, durant quatre ans, une vie errante. IL est successivement professeur libre, journaliste, matelot et débardeur à Naples et à Bordeaux. 

   Après avoir écrit, en 1871, dans les journeaux « La Vérité » et dans « Le Corsaire », il débute en 1873 comme acteur et auteur au théâtre. Il devient célèbre dans les cénacles du Quartier latin, effréné d’indépendance et d’excentricité. En 1875 il fonde un petit cercle de poètes « le groupe des vivants » qui rejette le joug des conventions sociales et culturelles. Il se dit lui-même issu de bohémiens dans une biographie imaginaire riche en couleur. En 1876 il connait un grand succès public avec « la chanson des gueux » où, laissant exprimer sa verve, il exalte sans réticence « la poésie brutale de ces aventureux, de ces hardis, de ces enfants en révolte à qui la société presque toujours fut marâtre, et qui, ne trouvant pas de lait à la mamelle de la mauvaise nourrice, mordent à même la chair pour calmer leur faim ». Le poème est saisi le 24 mai 1876 et Jean Richepin est condamné le 15 juillet à un mois de prison et 500 francs d’amende pour outrage à la morale publique et aux bonnes mœurs. Il purge sa peine à la prison de Sainte-Pélagie et continu d’écrire pour la gloire, le triomphe de la justice sociale et la défense des humbles et des opprimés.!!!!

    Dès 1872, Jean Richepin fait de nombreux voyages pour découvrir « des espaces exotiques C’est ainsi qu’il découvre l’Italie, L’Espagne, l’Allemagne, la Scandinavie, la Suisse, le Maroc. 

En 1908, c’est la consécration. Il est élu à l’Académie française

  Son œuvre comporte des recueils de poèmes, Les Caresses, Les Blasphèmes, La Mer, Mes Paradis, Le Glas ; des romans dans la veine populiste, Les Braves gens ; des pièces de théâtre, Nana Sahib, Le Chemineau. A noter également un insolite discours sur le tango dans une séance publique annuelle des cinq Académies le 25 octobre 1913.

Il décède à Paris le 12 décembre 1926 ( 77 ans )

Origines des marques …..encore !


  1) Est ce bien une marque ?  

Il est question de  la F.D.J ( Française des jeux)….F.D.J logo

Tous les jeux (  » euro – million  » , Loto ,loto etc……) gérés par la F.D.J sont fondés sur l’appât du gain ….Mais ils ont une origine pour le moins différente : La solidarité ! 

A la fin de la première guerre mondiale il y a en france environ 3 millions de blessés de guerre dont plusieurs milliers mutilés du visage ( ces derniers se nomment eux mêmes avec humour les  » gueules cassées  » gueule cassée !

et  » mettent en avant  » leurs malheurs  » pour subvenir à leurs besoins ….

Cependant ,pour l’état en 1920 , une balafre sur le visage n’empêche pas de travailler aux champs ou en usine …..Ces  » gueules cassées  » n’ont donc pas droit aux pensions d’invalidité ! !

Pourtant , les conséquences de ces mutilations sont une vraie catastrophe pour ces hommes : La chirurgie ne peut pratiquement rien pour eux , certains n’ont plus de nez , plus de machoir etc….Ce poilus ressemblent parfois à des monstres , certains sont même rejetés par leurs propres familles

Environ 15 mille d’entre eux se regroupent en une association pour s’entraider …C’est cette association qui a l’idée , pour pallier à leur besoin d’argent , de créer une première tombola nationale …..Dès lors, les dons affluent qui permettent de proposer des lots importants ( çà allait d’une voiture à une moto avec même pour gros lot  , un avion de tourisme ! ). La population se presse pour acheter les billets … 

Le succès de cette tombola / association est si important que beaucoup d’autres associations se montent pour créer leurs propres jeux d’argent ( les journalistes du Nord, l’allaitement maternel ! , la lutte contre le choléra etc……)……

Voyant la multiplication des tombolas , l’Etat organise une  » régulation  » et vers 1933 , autorise une loterie nationale uniquement dédiée aux  » gueules cassées  » . 

Ces derniers ainsi que d’anciens soldats non  » mutilés »  et des veuves de guerre se mettent à vendre des billets aux passants ( à Paris , on contruisit même des petites guérites à la sortie des métros . Bien que les billets coûtent chers ( environ 100 francs de lépoque ) et ont la taille de feuilles de papier A4 , les acheteurs sont nombreux ( ils rêvent tous d’emporter le gros lot ) ….. Le premier tirage qui eut lieu en novembre 1933 se transforma en véritable spectacle  ; il eut lieu au Trocadéro . La presse nationale y est présente ….

  La foule se presse pour observer les grandes sphères tournantes dans lesquelles sont des petites boules numérotées …..

Le premier gagnant remporta cinq millions de francs ! ( c’est un coiffeur de Tarascon ) …

Avec le temps , les joueurs oublient l’idée du geste au profit des victimes de guerre , la loterie nationale se transforma en Française des Jeux et beaucoup de français jouent désormais au loto ………Les  » gueules cassées  » continuèrent de percevoir une partie des gains jusqu’en 2008 je crois……….

( Moi , je ne joue jamais  lol ) 

c’était il y environ 83 ans :


  Le 3 mai 1936 avait lieu en France le deuxième tour des élections législatives. Le scrutin donna la majorité à une coalition de gauche, le Front populaire, conduite par un chef    »  charismatique  », le socialiste Léon Blum (64 ans).
   Une victoire longtemps attendue
   Le Front populaire ( comme chacun le sait ) = Une alliance électorale conclue deux ans plus tôt par les trois grands partis de gauche : le parti communiste de Maurice Thorez, le parti socialiste de Léon BlumL. Blum et, plus près du centre, le parti radical-socialiste d‘Édouard Daladier E. Daladier. Sa victoire souleva  dans les classes populaires un espoir d’autant plus grand que le pays était tétanisé depuis plusieurs années déjà par la crise économique ( dérivée du krach de Wall Street de 1929.)
   À peine le gouvernement est-il installé que se multiplient dans tout le pays les grèves et les occupations d’usines, de chantiers et de magasins, dans l’espoir d’un renversement du système capitaliste.
    Ces grèves sur le tas gagnèrent très vite l’ensemble du secteur privé. Au total 2 millions de grévistes. Elles se déroulent de manière pacifique et dans l’allégresse et la joie. Chacun croit à l’imminence d’une nouvelle révolution, certains pour s’en réjouir, d’autres  pour s’en alarmer.

Réformes tambour battant:
    Le gouvernement restaura la paix sociale en signant avec les représentants patronaux et syndicaux les accords Matignon dans la nuit du 7 au 8 juin 1936 (l’hôtel Matignon est la résidence du président du Conseil).
   Ces accords prévoient des augmentations de salaires, l’élection de délégués ouvriers dans les usines, l’établissement de contrats collectifs et non plus individuels... Le travail reprit alors peu à peu dans les entreprises.
     Léon Blum mène  » tambour battant  » des réformes sociales spectaculaires : congés payés (11 juin 1936) et semaine de 40 heures (12 juin 1936) pour tous les salariés.
    Il réforme aussi  l’organisation de la Banque de France (24 juillet 1936). Nationalise les principales usines d’armement (11 août 1936) et crée un Office interprofessionnel du Blé (15 août 1936) pour maîtriser le cours des céréales. Le 31 décembre 1936, Léon Blum prend le temps de savourer l’oeuvre accomplie : «Il est revenu un espoir, un goût du travail, un goût de la vie».
Orages en vue
     Malheureusement, le chômage ne s’améliore pas. La limitation à 40 heures de la durée hebdomadaire du travail (au lieu de 48 ou davantage) se solda par une relance du chômage ..
    Léon Blum procède à une dévaluation du franc, qui donne un peu d’air à l’économie mais vient trop tard. Le 13 février 1937, dans une allocution radiodiffusée, il se résigne à annoncer une «pause sociale»… Les atermoiements du gouvernement face à la guerre civile espagnole achèvent de le discréditer et, dès le 21 juin 1937, le leader socialiste doit remettre sa démission.
La fin des illusions
    Léon Blum fut alors remplacé à la tête du gouvernement par le radical-socialiste Camille Chautemps. Celui-ci donne du mou à la législation sur la semaine de 40 heures en facilitant les heures supplémentaires.
   Il poursuit par ailleurs les réformes en regroupant les compagnies privées de chemin de fer, gravement déficitaires, dans un monopole public, la SNCF. Mais communistes et socialistes réclament l’application intégrale du programme du Front populaire et provoquent sa démission.
    Léon Blum revint à la tête d’un gouvernement d’union nationale début  mars 1938 à un moment d’extrême tension internationale : la veille même, Hitler a annexé l’Autriche à l’Allemagne (l’Anschluss) !
   Il remet sa démission moins d’un mois plus tard et le radical-socialiste Édouard Daladier accède à la Présidence du Conseil. C’est lui  signera les  »détestables  » accords de Munich puis  la déclaration de  la guerre à l’Allemagne.

çà s’est passé il y a ….


500 ans :

    Le  2 mai 1519, à Amboise, au manoir du Cloux ; belle demeure appelée le Clos-Lucé.

C ‘est là  que disparu  Léonard de Vinci. Leonard-Vinci 

    Une légende tenace raconte que le maître italien aurait rendu son dernier soupir dans les bras du roi François Ier. Mais , on  sait aujourd’hui, indubitablement, que c’est faux. Mais l’image est belle,ce qui fait qu’ elle a été représentée par un autre génie de la peinture : Ingres.
   Pourquoi Léonard de Vinci était-il à Amboise à ce moment-là ?
   Le roi de France, François Ier, et sa mère, Louise de Savoie, l’avaient invité, en 1516, à venir s’installer en France. Le Maître a quitté l’Italie et traversé les Alpes à dos de mule, emportant avec lui quelques tableaux, dont la Joconde. Il a été nommé « Premier peintre, Premier ingénieur et Premier architecte du Roi » — un roi qui l’a hébergé, » pensionné  »et surtout laissé libre de travailler à sa guise.
L. de Vinci  a bien voulu travailler à des spectacles de Cour, et a fait quelques plans pour le domaine de Louise de Savoie. Travaux d’urbanisme, d’hydraulique et, bien entendu, de mécanique qui passionnaient ce génie vieillissant, bien plus que la peinture.
   Mais il n’a pas vraiment eu le temps de profiter de sa liberté nouvelle: Trois ans, à peine. Et puis la maladie a eu raison de lui, le 2 mai 1519. Un cortège de soixante mendiants (  c’était sa volonté ) l’accompagna jusqu’à sa dernière demeure, la collégiale Saint-Florentin du château d’Amboise. A son disciple, Francesco Melzi, il léguera ses pinceaux, ses livres et… ce qu’il lui restait de ses œuvres. Innombrables croquis, dessins et tableaux seront dispersés par la suite.

Quelques croquis sciences, machines de guerre etc….

 

( croquis foetus)

Ebauches  » machines de guerre  »

 

 

 

 

 

çà s’est passé il y a ….


  107 ans :

   Jules Bonnot est tué après avoir soutenu, dans une maison de Choisy-le-Roi (Val-de-Marne), un siège de cinq heures. Cette nouvelle a causé dans Paris une émotion extraordinaire. On s’est arraché les éditions spéciales qui donnaient les premiers détails sur le drame.

    La maison où se trouvait Bonnot était surveillée depuis plusieurs semaines par la police. Sans doute des agents ne montaient pas la garde jour et nuit devant la porte. Mais on contrôlait du plus près possible les allées et venues du locataire : Jean Dubois, un ami de Bonnot. Non pas un simple camarade, mais un ami, et un complice aussi. L’été précédent, le bandit avait passé trois mois chez lui. Les voisins le connaissaient bien. C’était, disaient-ils, un garçon fort gai et qui chantait du matin au soir à gorge déployée. Il se levait, allait faire sa toilette dans une espèce de potager misérable qui s’étendait derrière la maison. Et il chantait. Et puis il faisait un peu de gymnastique au trapèze, et il chantait encore. On ne savait pas son nom. Pour le désigner, on disait « le petit frisé ».

Bonnot 1Fiche de police de Bonnot  .

   Dubois et Bonnot avaient volé de concert l’année passée, à Blois, une automobile qu’ils ramenèrent à Choisy, où ils la réparèrent et maquillèrent comme ils savaient faire. Déjà Guichard, chef de la Sûreté, avait perquisitionné deux fois chez Dubois. Celui-ci avait été interrogé il y a quelques jours encore. Et l’on continuait de surveiller sa maison. Faut-il dire sa « maison » ? C’était, au milieu d’un terrain pelé, une bâtisse de plâtre et de mâchefer. Au rez-de-chaussée, un garage d’automobiles, et un appentis. Par un escalier extérieur, un escalier de bois, on gagnait deux petites chambres sous le toit. Elles étaient fort sommairement meublées. Un lit de fer, un vieux secrétaire, trois chaises, quelques objets vagues…
Ce bâtiment était complètement isolé au milieu du terrain. Il appartenait à Fromentin, qu’on appelait l’anarchiste millionnaire, et dont la confortable villa s’élevait à une très petite distance. Fromentin avait vendu, ou plus exactement donné, voici un an, le garage à Jean Dubois. Et celui-ci vivait sans inquiéter ses voisins. C’était un beau garçon, grand, blond, bien découplé et très poli. Il était vraiment « sociable », confiait un de ses voisins. A l’entendre, on n’aurait jamais pensé que ce fût un anarchiste. Il habitait là depuis trois ans, époque où il avait été poursuivi pour vols et abus de confiance.

   La veille au soir de l’opération, le samedi 27 avril 1912, Guichard reçut certains renseignements qui le mirent en éveil. On avait vu un individu se glisser chez Dubois, et le chien, un terrible chien, n’avait pas aboyé. En outre, on n’avait pas vu l’homme sortir. Et puis enfin, on soupçonnait que Bonnot se cachait dans la région d’Ivry ou de Choisy. Guichard donna l’ordre d’interrompre la surveillance, afin de ne pas éveiller les soupçons de Dubois. Et il résolut d’aller perquisitionner dès le matin dans le garage. Bonnot pouvait être là. S’il n’y était pas, l’opération fournirait peut-être des renseignements qui guideraient les recherches.
    Et c’est ainsi que le dimanche matin, vers sept heures et demie, Guichard, accompagné de Legrand, sous-chef de la Sûreté, et de leurs deux secrétaires, arrivaient devant le garage. Quatorze inspecteurs de la Sûreté, qui l’avaient suivi en automobile, mirent pied à terre eu même temps que lui. En un clin d’œil, les rôles furent distribués. Plusieurs agents cernèrent la maison. Bonnot 2 encerclement de la maison Coisy-le-RoiLes autres se massèrent derrière Guichard, qui s’avança vers la grande porte du garage et l’ouvrit avec précaution. Le chef de la Sûreté était ceint de son écharpe et tenait son revolver à la main. Les agents avaient aussi l’arme au poing.

Ce bâtiment était complètement isolé au milieu du terrain. Il appartenait à Fromentin, qu’on appelait l’anarchiste millionnaire, et dont la confortable villa s’élevait à une très petite distance. Fromentin avait vendu, ou plus exactement donné, voici un an, le garage à Jean Dubois. Et celui-ci vivait sans inquiéter ses voisins. C’était un beau garçon, grand, blond, bien découplé et très poli. Il était vraiment « sociable », confiait un de ses voisins. A l’entendre, on n’aurait jamais pensé que ce fût un anarchiste. Il habitait là depuis trois ans, époque où il avait été poursuivi pour vols et abus de confiance.

La veille au soir de l’opération, le samedi 27 avril 1912, Guichard reçut certains renseignements qui le mirent en éveil. On avait vu un individu se glisser chez Dubois, et le chien, un terrible chien, n’avait pas aboyé. En outre, on n’avait pas vu l’homme sortir. Et puis enfin, on soupçonnait que Bonnot se cachait dans la région d’Ivry ou de Choisy. Guichard donna l’ordre d’interrompre la surveillance, afin de ne pas éveiller les soupçons de Dubois. Et il résolut d’aller perquisitionner dès le matin dans le garage. Bonnot pouvait être là. S’il n’y était pas, l’opération fournirait peut-être des renseignements qui guideraient les recherches.

La porte ouverte, Guichard se trouva en face d’un homme, debout, qui allait partir à motocyclette. Sa machine était à côté de lui. C’était Dubois. Un des agents braqua son revolver sur lui, et appuya sur la gâchette. Mais le coup ne partit pas. Dubois cria : « A l’assassin ! » et fit feu à son tour. L’agent Arlon fut légèrement blessé au bras. Ses collègues, aussitôt, tirèrent. L’homme riposta. Et pendant un court instant, on entendit le crépitement des balles. Guichard, qui ne perdait pas son sang-froid, ordonna aux agents de baisser leur armes. Et puis il cria à Dubois : « Haut les mains ! Sortez ! On ne vous fera pas de mal. »
Mais Dubois n’obéit pas à cette injonction. Il était blessé au défaut de l’épaule et au poignet. Il se recula vers le fond du garage, tenant son arme braquée sur les agents. Alors, l’inspecteur Arlon le visa à travers la fente d’une porte, et tira. Dubois s’abattit, les bras en croix, derrière une automobile. Il avait été atteint au cou par une balle qui avait tranché la carotide. Et il était mort sur l’heure.

Bonnot se défend
Guichard, cependant, jugea prudent de ne pas exposer ses agents à une nouvelle fusillade. Il sortit avec eux. A ce moment un homme en chemise apparut en haut de l’escalier extérieur. Il se tint debout sur le palier, bordé d’une balustrade, et qui formait balcon. Il avait un revolver à la main. Froidement, il visa les agents. L’un s’abattit, c’était l’inspecteur Augêne. Deux balles l’avaient atteint au ventre. La foule commençait à se rassembler. Il ne manqua pas d’hommes de bonne volonté pour transporter le malheureux dans un débit de vins voisin.
Le bandit continuait à tirer. Il rentrait de temps à autre dans la chambre, rechargeait son arme et visait à nouveau les agents. Selon le propriétaire d’une maison voisine, qui l’observait, Bonnot — car c’était lui — faisait preuve d’un extraordinaire sang-froid : le malfaiteur visait, tirait, puis rentrait, et réapparaissait bientôt pour tirer encore, sans aucun souci de sa vie. Mais Guichard, reconnaissant à quel redoutable bandit il avait affaire, prit toutes ses dispositions pour le combat. « J’ai pensé, confiera-t-il après les événements : la partie est engagée. Elle est belle, nous allons la jouer. Enfin, ce sera fini. » Il ordonna donc aux agents de s’accroupir sur le sol. Et il envoya prévenir le maire de Choisy-le-Roi. En même temps, un de ses hommes alla téléphoner à la Préfecture de police pour demander du renfort.

Le siège du garage :Bonnot fusillade
Un sergent de pompiers de Choisy, Kiffer, fut l’un des premiers avertis. Il prit son pistolet, et s’en fut demander des fusils à deux Sociétés de préparation militaire. Il eut huit fusils Lebel et deux cents cartouches. Il les porta lui-même sur ce qu’on peut, sans ridicule, appeler le champ de bataille. Il les distribua à quelques soldats en permission qui se trouvaient là. Et le siège commença.
De tous les coins du terrain les balles pleuvaient sur la maison, dont les murailles légères furent trouées en cent endroits. L’homme, cependant, ne se montrait plus. De temps à autre, il passait son bras derrière un panneau de bois sur lequel étaient inscrits ces mots : « Lotissement Fromentin ». On ne voyait qu’une main bandée tenant un revolver. Une main bandée. Tout de suite, le chef de la Sûreté pensa à Bonnot. Quelques jours plus tôt, à Ivry, lorsqu’il s’était enfui, du sang coulait de son bras. Il s’était blessé lui-même en tirant.
   De toutes parts, les secours arrivèrent bientôt. Le maire de Choisy avait un fusil en bandoulière. Les soldats et les habitants, à qui le sergent de pompiers avait remis des armes, continuaient à tirer, couchés sur l’herbe espacée du talus. Et puis une compagnie de la garde républicaine arriva bientôt en automobiles. Elle fut suivie, quelques instants après, par une brigade des agents de réserve, une foule d’inspecteurs de police et un détachement de gendarmes. Guichard ordonna de tirer sur les fenêtres, derrière lesquelles, de temps à autre, on apercevait la silhouette de l’homme. Les vitres volèrent en éclats. Mais le bandit ne désarmait pas. D’instant en instant, la main apparaissait, et une détonation éclatait.

  A dix heures, la situation n’avait pas changé, lors qu’arrivèrent Lépine — le préfet de police de Paris —, Touny, Hamard, Lescouvé, procureur de la République ; Mouton, secrétaire du parquet ; Kampmann, chef du cabinet du ministre de l’Intérieur, et d’autres notabilités.!
  Un cinématographe cependant, tournait la manivelle de son appareil. Les pompiers de Choisy apparurent soudain. Et puis une autre compagnie de la garde républicaine. Les tireurs, accroupis derrière le moindre abri, dissimulés contre un arbre ou au revers d’un talus, criblaient de balles, un peu au hasard, la baraque.       Sur les deux cents cartouches apportées par Kiffer, il n’en restait que soixante-quinze, et peut-être aucune n’avait atteint Bonnot. Car c’était Bonnot qui soutenait le siège.  C’était Bonnot, tout seul. Il avait tiré environ soixante cartouches. Il lui en restait quatre cents.

Une trêve
    Vers onze heures moins le quart, soudain, la main cessa d’apparaître derrière le panneau. Il n’y eut plus un seul coup de revolver. Et quelqu’un émit l’opinion que le bandit s’était suicidé. A quoi Guichard répondit qu’il était peu probable qu’un homme comme celui-là se décidât à la mort avant d’avoir essayé d’abattre un de ses adversaires. Il avait raison. Bonnot, comme on l’a su plus tard, était occupé à écrire une manière de testament. Et les coups de feu qui trouaient les murailles ne le détournaient point de son dessein.
Attaque à la dynamite :
    Cependant, un peu inquiets de ce silence, les chefs de la police décidèrent de tenter une opération énergique. A onze heures et quart, un feu d’ensemble fut dirigé contre la maison. Mais rien n’y bougea. Bonnot écrivait. Soudain, les curieux virent un lieutenant de la garde républicaine qui se dirigeait vers la maison, poussant devant lui une petite voiture chargée de matelas. Mais à peine eut-il avancé de quelques mètres que les matelas tombèrent. Et l’on chercha un autre expédient pour s’approcher sans danger de la maison, et y placer une cartouche de dynamite. Car Lépine venait de décider de faire sauter la maison.

Deux habitants de Choisy amenèrent une voiture chargée de paille.Voiture-PailleIls firent reculer le cheval jusqu’à la maison. Cependant, le lieutenant Fontan, abrité derrière la paille, s’avança au pied du mur. Mais à ce moment le chien de Dubois se jeta sur l’officier et voulut le mordre. Il fallut abattre l’animal à coups de revolver.     

     Le lieutenant plaça une cartouche, reliée à cordon Bickford, et puis, sur un grand coup de fouet, le cheval partit. Et les trois hommes, protégés par la voiture, s’éloignèrent. Mais la cartouche n ‘explosa pas . II fallut recommencer.
Bravement, le lieutenant Fontan recommença. Accroupi sous la voiture, il se rapprocha du mur et plaça une nouvelle cartouche. Cette fois, le coup partit. Mais la brèche fut insignifiante. Sans se lasser, l’officier et les deux camionneurs reprirent leurs dispositions. Toutefois, le propriétaire du cheval refusa de conduire l’animal à reculons. Il le prit par la bride et s’avança vers la maison, sans trembler. Il était environ midi. Le lieutenant plaça cette fois plusieurs cartouches et puis revint en arrière. Quelques minutes après, une explosion formidable retentissait. Et une fumée épaisse s’éleva.Bonnot explosion

   Quand elle fut dissipée, on vit que la moitié de la façade s’était écroulée. Et puis, le long des murs entamés, une flamme monta. L’incendie suivait l’explosion. La foule, qui s’était amassée derrière les barrages, se rua vers cette maison qui flambait. Elle criait : « A mort ! A mort ! On tient Bonnot ! A mort, Bonnot ! » Puisque la brèche était faite, et que les flammes s’élevaient, le bandit ne pouvait rester dans son repaire. Et les bras se tendaient déjà pour le saisir. A grand’ peine les agents et les gardes parvinrent à repousser cette foule furieuse. La besogne de la police n’était pas finie. Il fallait encore s’emparer du bandit. On ordonna aux pompiers d’éteindre l’incendie. Et, au bout de vingt minutes, il fut possible d’entrer dans la maison.

    Dans le repaire du bandit
   On ramena donc la voiture de paille et on fit avancer le cheval vers la maison. Derrière cet abri, Lépine, Guichard et son frère (commissaire de police des Halles venu sur les lieux ) , le lieutenant Fontan et une dizaine d’agents marchaient.                   Lorsqu’ils furent devant le garage, ils se jetèrent à plat ventre et rampèrent, arme au poing, dans l’intérieur. Ils n’y trouvèrent qu’un cadavre, celui de Dubois, que l’inspecteur Arlon avait tué quelques heures auparavant. Le corps était déjà froid. On ne voyait pas la blessure. Le mort était revêtu d’une cotte bleue et d’un pantalon noir. On l’étendit sur l’herbe. Et le bruit courut aussitôt que Dubois s’était pendu ou bien empoisonné.
   Les frères Guichard, le lieutenant Fontan et plusieurs inspecteurs s’engagèrent alors dans l’escalier extérieur qui menait au premier étage. Guichard et le lieutenant Fontan pénétrèrent dans une première chambre, qui était vide. Ils avancèrent dans une seconde chambre contiguë. « Attention ! chef, cria un inspecteur. — Laissez ! répondit Guichard. »

Bonnot criblé de balles
   Et ils entrèrent. Le lieutenant Fontan, tenant d’une main un matelas avec lequel il s’abritait tant bien que mal, et de l’autre un revolver, tira quatre coups de feu au hasard. A ce moment, un matelas placé sur le sol remua. Bonnot, qui était caché dessous, tira sur l’officier, qui ne fut pas atteint, et puis essaya de se loger une balle dans la tête. A ce moment, les inspecteurs envahissaient la pièce. Ils tirèrent sur Bonnot, qui reçut onze blessures, dont trois au visage, près de l’œil gauche, et une dans le sein gauche.Bonnot la fin Il avait eu le temps de dire : « Tas de v… »

 
   On lui arracha aisément le browning qu’il tenait encore. Guichard et trois inspecteurs le saisirent alors, tout sanglant, et le transportèrent en bas. La foule les avait vus quand ils étaient sortis sur le palier extérieur. Elle brisa les barrages, bouscula les agents, et se rua sur le blessé en criant : « A mort ! » On eut grand’ peine à protéger le moribond contre la poussée de ces centaines de furieux. Le cadavre de Dubois fut foulé aux pieds ; on put repousser la foule et faire avancer une automobile. Le frère du chef de la Sûreté y monta avec Bonnot qui déjà râlait, qui était couvert de sang et murmurait encore, avec une rage survivante, des injures.
   Il avait reçu onze blessures dont plusieurs mortelles. Il vécut pourtant vingt minutes encore. Il mourut lorsque la voiture qui le menait à l’Hôtel-Dieu franchissait le pont Notre-Dame. On le transporta néanmoins à l’hôpital. Et de là, la mort ayant été régulièrement constatée, le cadavre fut envoyé à la Morgue. Quelques instants après, le cadavre de Jean Dubois y était également amené.

    Le soir, les journalistes ont été autorisés à défiler devant les deux cercueils voisins. Les corps lavés étaient d’une pâleur effrayante. Sur le visage maigre de Bonnot, déjà la barbe avait poussé. On n’osait pas regarder ses terribles blessures.
   Pendant ce temps , la maison de Choisy achevait de brûler. Au bout d’une heure, elle n’était plus qu’un amas de poutres calcinées et de fers tordus. Seul restait debout un petit appentis. On trouva néanmoins sur place des documents, armes et autres effets personnels de Dubois et Bonnot, et notamment le testament de Bonnot, auquel il mettait la dernière main pendant le siège. Le chef de la Sûreté se refusa à communiquer le texte entier, constituant selon lui une « apologie de faits qualifiés crimes » dont la loi interdit la publication. Il n’en livra que quelques phrases, que voici :
« Depuis la mort de ma mère, je n’ai plus rencontré une seule affection. »
« Je suis un homme célèbre, la renommée claironne mon nom aux quatre coins du globe et la publicité faite autour de mon humble personne doit rendre jaloux tous ceux qui se donnent tant de peine à faire parler d’eux et qui n’y parviennent pas. »
« Ce que j’ai fait, dois-je le regretter ? Oui… peut-être. Mais s’il me faut continuer, malgré mes regrets, je continuerai. »
« Il me faut vivre ma vie. J’ai le droit de vivre. Tout homme a le droit de vivre, et puisque votre société imbécile et criminelle prétend me l’interdire, eh bien ! tant pis pour elle ! tant pis pour vous tous. »
Il y avait quinze grands feuillets.