çà s’est passé il y a 51 ans


  Le 7/10 /1967

    Ernesto Guevara est exécuté . 

    Né en Argentine, dans une famille bourgeoise de Rosario, Ernesto Guevara suit des études de médecine puis, malgré un asthme chronique, accomplit en motocyclette, avec un ami, le tour de l’Amérique latine. Il relatera cette épopée dans des carnets de voyages qui seront publiés sous le titre : Voyage à motocyclette. On peut découvrir dans ces textes un Guevara victime de préjugés racistes, comme dans cet extrait où il évoque Caracas :
« Les Noirs, ces représentants de la splendide race africaine qui ont gardé leur pureté raciale grâce à leur manque de goût pour le bain, ont vu leur territoire envahi par un nouveau type d’esclaves : les Portugais.

     Et ces deux vieilles races ont commencé leur dure vie commune, émaillée de querelles et de mesquineries de toutes sortes. Le mépris et la pauvreté les unit dans leur lutte quotidienne, mais la façon différente dont ils envisagent la vie les sépare complètement. Le Noir, indolent et rêveur, dépense ses sous en frivolités ou en « coups à boire », l’Européen a hérité d’une tradition de travail et d’économies qui le poursuit jusque dans ce coin d’Amérique et le pousse à progresser, même au détriment de ses aspirations individuelles. » 
   Il fait en 1955 la connaissance au Mexique de Fidel Castro et s’engage à ses côtés dans la lutte contre le dictateur cubain Fulgencio Batista.
Après la chute de Batista et l’accession de Fidel Castro au pouvoir, le 1er janvier 1959, il organise la répression comme procureur du tribunal révolutionnaire.
    Brutal, il inaugure une forme de « goulag tropical » et procède à des centaines d’exécutions avec le soutien actif de Raúl Castro, frère cadet du « Líder Máximo ».

   ( comme quoi , l’histoire pourrait nous faire prendre des  » salauds  »  pour des héros !)
   Devenu ensuite ministre de l’Industrie, il convainc Fidel Castro de convertir l’économie au socialisme de type soviétique et nationalise sans ménagement les entreprises cubaines.
   Écarté des responsabilités par Castro en 1965, Guevara va créer un maquis révolutionnaire dans l’ex-Congo belge avec Kabila (le futur « tombeur » de Mobutu). C’est un nouvel échec.

    Empêché de revenir à Cuba, il tente à nouveau sa chance en Bolivie avec quelques Européens épris de révolution (parmi eux, le Français Régis Debray). Mais le « Che » (c’est son surnom, d’après une expression argentine pour désigner un homme) ne bénéficie d’aucun soutien local. Aucun paysan ne rejoint la rébellion !
    Il est traqué par l’armée bolivienne et, le 9 octobre 1967, au lendemain de sa capture, sommairement exécuté.
   Sa fougue révolutionnaire, son physique de jeune premier et sa mort vont faire de lui un mythe révolutionnaire. Son icône, reproduite sur des millions d’affiches :Guevara

Publicités

La sérendipité ????


Après avoir lu ce mot , j’ai voulu en savoir plus ! Et …..

  C’est la capacité, l’art de faire une découverte, scientifique notamment, par hasard :… Qu’ont en commun Horace Wells, Wilhelm Röntgen, George de Mestral, Stephanie Kwolek et Alexander Fleming ?
Pas grand chose en apparence.

     Wells est considéré comme le pionnier de l’anesthésie au protoxyde d’azote en raison de sa découverte réalisée en 1844 .

    Röntgen a découvert les rayons X en 1895

 

    Fleming a découvert la pénicilline en 1928 

   de Mestral est connu pour l’invention de la bande velcro en 1941 

   Kwolek a inventé en 1965 le kevlar.
Tous ont cependant en commun d’être devenus célèbres suite à une découverte ou une invention en apparence inattendue, fortuite ou simplement chanceuse. Ce type de réussite est associé aujourd’hui au concept de « sérendipité »

Il y aurait de nombreux exemples :

1) Le four à micro-ondes

   » çà  » commence par le Magnétron: Ingénieur chez Raytheon, Percy SpencerSpencer était chargé d’améliorer un magnétron, pièce centrale du radar qui transforme l’énergie cinétique en énergie électromagnétique sous forme de micro-ondes. Un jour il constate que la barre chocolatée qui était dans sa poche s’est ramollie alors qu’il faisait fonctionner le magnétron. Il en déduit que le magnétron dégage de la chaleur en même temps que les micro-ondes.

Magnétron : illustration ? magnetron

   Il n’est pas le premier à découvrir les propriétés chauffantes des micro-ondes. Les scientifiques le savaient déjà de même que les ouvriers de l’atelier qui venaient se réchauffer les mains sur le magnétron en hiver. Il est en revanche le premier à imaginer que les micro-ondes pourraient être utilisées pour cuire des aliments.

2) la pénicilline :

La pénicilline: Le 3 septembre 1928  ,comme chacun le sait ,elle fut  découverte  par Alexander FlemingFleming . En effet, ce dernier, alors médecin au Saint Mary Hospital de Londres, mène des recherches sur les staphylocoques et cultive ces bactéries dans des  » boîtes de Petri  » ?B.Pétri . De retour de vacances, il découvre, que l’une de ses boites de pétri, qu’il a oubliée sur sa paillasse, a été contaminée par les souches d’un champignon microscopique, Penicillium notatum, de son voisin de paillasse…

3) la vulcanisation ? 

    L’histoire de la découverte du procédé de vulcanisation relève elle aussi de la sérendipité. En effet, depuis des années Charles Goodyear Good Year1tentait désespérément (il sera emprisonné plusieurs fois pour dettes) de trouver un caoutchouc qui résiste aux variations de chaleur.En 1830, il traite le caoutchouc à l’acide nitrique mais ce traitement de surface s’avère provisoire et ne résiste pas aux grandes chaleurs.

   En 1839 il présente sa nouvelle formule, un mélange de caoutchouc et de soufre, chez Woburn.

   Excédé par leurs réactions, Charles Goodyear s’agite: Le morceau de gomme qu’il a dans les mains lui échappe et atterrit sur le poêle . Confus Charles Goodyear s’empresse de le retirer et s’aperçoit que curieusement le mélange n’a pas fondu mais « vulcanisé ». Sans le vouloir, il vient d’inventer la vulcanisation du caoutchouc. L’ajout du soufre permet en effet, après cuisson, de former des ponts entre les chaînes moléculaires qui rendent la matière beaucoup plus élastique et donc plus stable à long terme.

Appareil pour la vulcanisation ! :

vulcanisation

4) Les rayons X :

Wilhelm Röntgen Röntgennaît le 27 mars 1845 à Lennep, en Allemagne. Sa famille déménage durant son enfance à Apeldoorn, aux Pays-Bas, et il entre alors à l’institut Martinus Herman van Doorn. Il intègre en 1862 l’école technique d’Utrecht, mais il en sera expulsé pour avoir caricaturé un professeur. Trois années plus tard, il entre à l’université d’Utrecht où il étudie la physique, avant d’entrer à l’école polytechnique fédérale de Zurich et de s’y consacrer au génie mécanique. C’est en 1869 qu’il soutient sa thèse avant de devenir l’assistant du professeur Kunt.
  C’est à la chaleur spécifique des gaz qu’est consacré le premier article qu’il publie en 1870.  Cependant , l’apogée de sa carrière sera marqué par ses travaux sur les rayons cathodiques qui le conduisent à faire la découverte d’une nouvelle catégorie de rayons: Les rayons X
  Il constate , le 8 novembre 1895 , qu’un carton couvert, sur une face, de baryum platinocyanide ?? devient fluorescent lorsqu’il est frappé par les rayons émis à la décharge d’un tube enrobé de carton noir scellé afin d’en exclure toute lumière. Il constate que le phénomène persiste jusqu’à une distance de 2 mètres. En plaçant divers objets entre le tube et des plaques photographiques, il se rend alors compte que certains sont plus ou moins transparents. La célèbre photographie de la main main radiode son épouse constitue le premier Röntgenogram (la première radiographie) et lui permettra d’établir que la chair est plus perméable aux rayons que l’os ou l’alliage constituant l’alliance de son épouse. Ses expériences montreront finalement que le rayonnement est produit par l’impact des rayons cathodiques sur un objet matériel, rayonnement auquel il donnera le nom de Rayons X.
  Sa carrière s’est conclue par l’attribution du prix Nobel de physique en 1901. Il est dans une certaine mesure le précurseur de nombreuses techniques d’imagerie actuelles, notamment médicales.

5 )De la nitroglycérine à la dynamite:

NobelNobel parvint à stabiliser la nitroglycérine parce qu’il était très au fait de la problématique de la maîtrise de la puissance de la nitroglycérine . Il sut en conséquence saisir le caractère anormal d’un accident :       Un flacon tombé dans la sciure sur le sol de son laboratoire n’avait pas explosé ! Cette observation lui permit d’entrevoir des perspectives nouvelles qu’il explora avec soin et donnèrent au final naissance au bâton de dynamite dynamite

( Ce qui m’intrigue toujours : Pourquoi le  » prix Nobel de la paix  » alors que Nobel a inventé un moyen de tuer !? )

  6 ) La  » bande velcro «  :

     La bande velcro est une invention due à l’ ingénieur suisse, George de Mestral en 1941.Maestral
Plus qu’une invention il s’agit plutôt d’une imitation astucieuse de la nature !
   L’idée aurait germé dans sa tête après une balade avec son chien… Dont le pelage était envahit de semences de bardane !bardane
  En effet le fruit de la bardane possède une multitude de petits crochets qu’agrippent aux poils des animaux (ce qui dans la nature permet la dissémination des semences…).
   Et voilà, ne restait plus qu’à imiter ce processus avec une bande de coton doux et une bande de polyester à crochets ! D’ailleurs le nom “vélcro” a été formé par la contraction des mots “velours” (le côté doux) et “crochets”.

7) Le Kevlar :

  Stephanie Kwolek est née le 31 juillet 1923 aux Etats-Unis  et elle est décédée dans le Delaware , le 18 juin 2014 (91 ans ! ). Stephanie Kwolek Kwolek est une chimiste américaine qui est l’inventrice du Kevlar, qui entre  dans la composition des gilets pare-balles par exemple. Le travail de cette chimiste a été récompensé à de nombreuses reprises. Sa découverte a véritablement bouleversé la conception de plusieurs produits.
      Stephanie Louise Kwolek est une fille d’immigrants polonais, Aniela « Nellie » Zajdel Kwolek (1898-1969) et John Kwolek (1892-1934). John Kwolek décède l’année des 10 ans de sa fille. Elle doit beaucoup à ses parents selon elle, car elle dit tenir son intérêt pour la science de son père, et pour la mode de sa mère. Elle a suivis un parcours scolaire scientifique, choisissant au collège de s’intéresser à la Chimie. En 1946, elle obtient le diplôme de Chimie du Margaret Morrison Carnegie College à Pittsburgh. Elle a pour principal objectif de travailler grâce à ce diplôme de chimie pour pouvoir avoir assez d’argent afin de payer ses études de médecine.
  En cette même année 1946, Stephanie Kwolek est choisie pour un poste de chimiste au sein de l’entreprise DuPont pour de la recherche.

    Elle est très vite envoyée à Buffalo (Etat de New York), au sein de l’équipe « Pioneering Research Laboratory ». En 1950, elle continue son travail dans le Delaware à Wilmington, abandonnant toute envie de devenir médecin. En effet, avec la chimie, Stephanie Kwolek a trouvé sa voie et elle s’y plaît.

   L’entreprise DuPont entreprend un programme de recherche pour diminuer la consommation d’essence des véhicules. En 1964, ce projet est proposé à Stéphanie Kwolek qui l’accepte. L’idée de base était de trouver une matière légère mais suffisamment solide pour pouvoir l’utiliser dans les pneumatiques des automobiles. Le travail de Kwolek consistait à produire une fibre légère afin de diminuer la consommation en essence des usagers. En 1965, Stephanie Kwolek par ses expériences crée une fibre synthétique résistante, avec » le poly-paraphénylène téréphtalamide  » et le polybenzamide. Elles obtenaient de ces deux polymères des cristaux liquides qu’elle devait ensuite porter en fusion à 200°C et les filer en même temps. Elle convainc le technicien Charles Smullen de tester sa nouvelle fibre (le poly(p-phénylènetéréphtalamide) (PPD-T)) ??? qui à première vu semblait fragile. Le résultat était sans appel, la fibre de Kwolek, le futur Kevlar était à masse égale, cinq fois plus solide que l’acier. Le directeur du laboratoire avait pris la mesure de la découverte de Stephanie Kwolek, et ainsi en 1971, le Kevlar est développé et commercialisé. Le Kevlar est utilisé dans de nombreux produits, grâce à sa résistance à la chaleur et au cisaillement, comme les gilets pare-balles Bulletproof vest from behind, les casques, des pneumatiques ou encore les gants.
  En 1986, Stephanie Kwolek prenait sa retraite professionnelle.
Elle décède le 18 juin 2014.( 91 ans) 

8 )Anesthésie / protoxyde d’azote : ( pas vraiment par hasard ? ) 

Le protoxyde d’azote a d’abord  été découvert en 1772 par Joseph Priestley (pasteur et chimiste). En 1798, Humphry Davy (chimiste)aurait  découvert ses propriétés  euphorisantes en l’essayant sur lui-même. Il sera ensuite utilisé en tant que gaz hilarant dans les foires dès la fin du XVIII° siècle. En 1844, le dentiste Horace Wells Wellsdécouvre ses propriétés anesthésiantes (lui-aussi par auto-administration) mais ne réussira pas à convaincre ses collègues.

  Plus tard, Colton (montreur de spectacle) et Smith (dentiste) monteront une clinique à New York et remettront à l’honneur le protoxyde d’azote anesthésie

Pfffffffff ! etc.………… lol 

 

Tolkien ?


         Tolkien  John Ronald Reuel Tolkien est né en 1892 à Bloemfontein, en Afrique du Sud où son père Arthur avait déménagé pour raisons professionnelles.

   En 1895, sa mère Mabel retourna en Angleterre avec Ronald et son frère cadet Hilary. Son père meurt en 1896 et sa mère en 1904. A la King’s Edward School, il découvrit ses talents linguistiques et étudia les anciennes langues anglo-saxonnes. Il fut diplômé d’Oxford et épousa Edith Bratt juste avant de partir pour la France en juin 1916 comme sous-lieutenant des Lancashire Fusiliers. Il combattit pendant la bataille de la Somme mais fut ensuite rapatrié pour avoir contracté la fièvre des tranchées. Il consacra les années suivantes à son travail d’enseignant en tant que professeur d’anglo-saxon et se révéla bientôt comme l’un des meilleurs spécialistes de philologie du monde.

  En marge de sa carrière académique, il continuait d’écrire un grand cycle de mythes et légendes situées dans un monde imaginaire appelé Terres-du-Milieu, qu’il avait entamé dès son adolescence. Il eut quatre enfants, pour qui il écrivit d’abord Bilbo le Hobbit en 1936. Celui-ci fut publié et ce fut aussitôt le succès, si bien que son éditeur réclama une suite. Tolkien travailla 14 ans à l’élaboration de cette suite, Le Seigneur des Anneaux, dont le premier tome ne parut qu’en 1954, et qui remporta un succès phénoménal dans tous les pays.
   Tolkien prit sa retraite à Bournemouth, où sa femme mourut en 1971 et où lui même décéda le 2 septembre 1973, laissant à son fils Christopher la tâche gigantesque mais passionnante de publier, notamment sous la forme d’un récit suivi et cohérent (Le Silmarillion), la masse énorme de manuscrits qu’il avait accumulé tout au long de sa vie.

çà s’est passé il y a …….


   Environ 509 /10 ans ! (  » environ   » car selon les chroniques , historiens de l’époque , les dates et autres  » données   » varient  ) 

  Le 20 septembre 1509 , MagellanMagellan 1  serait  parti  d’Espagne à la recherche de  » l’île aux épices « ….à la tête d’une flotte de cinq navires…….OLYMPUS DIGITAL CAMERA ( de ce genre lol ) : la  » Punta Aréna « 

gallionLes cinq bâtiments avaient pour nom : Punta Aréna , Santagio , Trinitad , San Antonio , Victoria .

 

Les préparatifs de l’expédition  :

   Les cinq navires sont remis en état pendant un an et demi avant de prendre le large. On y fait embarquer 58 canons, 3 mortiers lourds, 21 380 livres de biscuit marin (soit près de 10 tonnes !) et 5 700 livres de porc salé au quels  s’ajoutent 417 outres et 253 tonneaux de vin, soit deux rations de vin par homme et par jour pendant… deux ans. Les vivres constituent un rouage essentiel de l’aventure , mais pas uniquement.

   Par ses précédents voyages  ( sept ans de campagnes militaires en Inde )  Magellan avait remarqué le goût prononcé des indigènes pour les bibelots ; il en choisit donc quelques-uns pour les troquer avec les natifs : 20 000 cloches et clochettes, 400 douzaines de couteaux « made in Germany » (de qualité médiocre), et près de 900 miroirs sont emmenés ; les autochtones découvriront avec stupéfaction leur image pour la première fois de leur vie.

   Quant aux équipages, ils sont majoritairement Espagnols, mais comptent également dans leurs rangs une quarantaine d’étrangers (principalement Portugais). Fait surprenant, certains d’entre eux sont directement recrutés en prison ! ; ainsi le Basque El Cano, ex-bagnard dont le rôle sera capital: ( Il prit part à « la mutinerie de Pâques » au port de San Julián le 1er avril 1520 mais fut épargné par Magellan ainsi que 39 hommes ayant participé à la mutinerie. La Victoria fut confiée à Barbosa et la Conception à Juan Serrano.
Lorsque Magellan fut tué par des autochtones dans l’île de Mactan, aux Philippines, le 27 avril 1521, Duarte Barbosa fut nommé Capitaine-général et Juan Serrano, son second. Après le massacre du 1er mai 1521 à Cebu (26 membres de l’expédition tués), la flotte appareille précipitamment et le 2 mai, la Conception est incendiée, faute d’effectifs suffisants pour armer trois bateaux. Le 16 septembre seulement, Juan Sebastian Elcano devient capitaine de la Victoria qu’il mènera jusqu’à Séville, où il arrivera le 8 septembre 1522. Le 18 mars 1522, Elcano découvrit l’île Amsterdam, au sud de l’océan Indien, mais ne la nomma pas. )

L’expédition n’aurait donc pris que 13 ans environ .!

carte T.M MagellanDétroit Magellanle détroit de Magellan : 

     Le détroit de Magellan est le canal qui sépare l’extrémité méridionale du continent américain du vaste amas d’îles qui forme la Terre de Feu. Ce détroit met en communication l’Atlantique et l’océan Pacifique. Il a une largeur qui varie de 4 à 33 km et un développement de 575 à 600 km, d’une bouche à l’autre…

Et voilà , long , mais …..j’ai appris certaines choses que je ne savais pas ou dont je n’avais aucun souvenirs ….. ( la durée qui me semble  » courte  » , que des membres d’équipage venaient de prison , et aussi qu’il y avait eu une mutinerie ! )

Enfin , aux lecteurs éventuels d’apprécier , juger ……

J’ai un fils formidable !!!


   Emmanuel est donc venu ce midi comme chaque semaine …..( le  » fameux  » couscous en boite ). 

 Après le  » bonjour , comment çà va ?  » lol et ma réponse   » mal très mal  » , il m’a bien évidemment demandé des détails …. J’ai commencé par le plus insignifiant : La télé lol , ( depuis quelques jours, je ne peux voir que quelques chaines ) …..Là , il prends son téléphone (  » smart- phone ? » ) smart phone???? et en quelques secondes , la télé  » revint à elle  » : Ne manquent que 2 ou 3 chaines , comment c’est possible çà ????? Un portable n’est pas une télé-commande ?  Bref …

Vint alors le plus grave : L’interdit bancaire !

   Je lui explique les faits :  » Il faut que je paie 325 euros environ et en espèces pour que l’interdit soit levé  » . Ce n’est pas une somme énorme , mais sans C.B ni chéquier ????? Comment me les procurer ? 

  Manu : » c’est tout ?  » Moi :  » ben oui apparemment  » . Alors !!!  Il me dit  » attends je reviens  » , et sort illico ……

Quelques minutes après , il revint avec une liasse de billets billets banque= à 320 euros !!!( pris au distributeur de la banque postale justement ) ….. » Tiens prends çà et tu vas à la poste , surtout demandes un reçu , et tu m’envoies un texto pour me dire comment çà a été , O.K ? « 

Moi , la gorge serrée , je n’ai pu que lui dire merci ……..

Il est parti sans même boire un café ( avec tout çà , il était en retard pour le travail )….

J’ai attendu l’heure de l’ouverture du bureau de poste et y suis allé …..C’est la jeune femme qui  » suit  » mon dossier qui était au guichet  ,elle m’accueillit par  un  » bonjour , vous avez des nouvelles ?  » Moi : » Oui  » en posant les billets sur le comptoir …En comptant l’argent , elle me lança un  » vous avez l’enveloppe ?  » ???? 

Tu parles que j’ai pensé à une enveloppe ! 

  Alors elle m’en a vendu une , m’a dit quelle adresse mettre dessus  » , a encaissé le prix de l’enveloppe plus quelques centimes de frais ?  » puis m’a donné le reçu…………

Théoriquement , encore une semaine environ et ce sera bon : Plus d’interdit bancaire ouffffffffffff!!!!!!

Sitôt rentré, j’ai envoyé le texto à Emmanuel …..

  Vous pouvez imaginer que c’est là que je ressens l’Amour qui nous lie , je ne regrette pas, ne regretterais jamais d’avoir demandé et obtenu la garde de  » mon » bébé de 6 mois en 1981 !!!!Il y a 37 ans déjà …….

P.S :C’est d’autant plus touchant , qu’il a aussi beaucoup de problèmes personnels de son côté en ce moment ……..

 

J.Higelin


 

  Dans « Le Berceau de la vie » (1994), Jacques Higelin chantait que « la mort est toujours proche »… tout en invitant aussitôt à « frapper du pied claquer de doigts, chanter la folie la jouissance l’amour de la vie ».

    Jacques Higelin s’est éteint ce vendredi 6 avril à l’âge de 77 ans. 

Le jour qui vient…
Jacques Higelin disait encore en 2013 ne pas redouter la mort. « Comme disent les gens : ‘j’espère qu’il ne t’arrivera rien’. Moi, j’espère qu’il m’arrivera plein de choses, avant de mourir, avant de partir, y compris la mort, qui doit être un instant incroyable, confiait-il, ajoutant avoir « ressenti ça deux fois », mais ne pas avoir voulu « déranger, pour ça ». L’artiste parlait de la mort sans tabou, en souriant, regardant devant.

Les paroles:

Vingt-quatre heures sur vingt-quatre
Tournent les machines
Qui s’encrassent et se détraquent
Se calaminent
Et souvent tombent en panne
Vingt-quatre heures sur vingt-quatre
Mon cœur bat
Mon cœur bat
Et quand il tombera en panne
Surtout ne t’inquiète pas
Car le tien continuera de battre
Comme le cœur de mes frères
D’amour et de colère
A travers le mien
O bébé
La mort est toujours proche
La mort est toujours là
J’ai l’cerveau qui résonne
Comme une vieille cloche félée
baby bébé

 

La mort est toujours proche
La mort est toujours là
J’comprends pas c’qu’on m’reproche
Ni qui je suis ni c’que j’fous là
Mais bébé la mort
la mort est le berceau de la vie
laisse moi te..

Rouler une galoche
à la santé de l’amour fou
Pour compenser toutes ces taloches
Que la vie a filé
A mon papa
Garde le feeling au bout des doigts
Au bout des seins
Au creux des hanches
Et laisse le monter sur mes planches
Surtout ne le retiens pas
Loin des nostalgies résignées
Fais voir ta grâce et ta beauté
Dignes et jolies
Dignes et jolies
S’éclater sur le bois de mes planches
Frapper du pied claquer de doigts
Chanter la folie la jouissance
L’amour de la vie
Digne et jolie
Jusq’uà c’que mon cœur flanche

Oh bébé
la mort est toujours proche

Bébé baby
La mort est le berceau de la vie

Je ne peux plus dire je t’aime :

Les paroles:

Je ne peux plus dire je t’aime
Ne me demande pas pourquoi
Je ne ressens ni joie ni peine
Quand tes yeux se posent sur moi
Si la solitude te pèse
Quand tu viens à passer par là
Et qu’un ami t’a oubliée

   Après en être tombé….il  » y est remonté :
 
Tombé du ciel à travers les nuages
Quel heureux présage pour un aiguilleur du ciel
Tombé du lit fauché en plein rêve
Frappé par le glaive de la sonnerie du réveil
Tombé dans l’oreille d’un sourd
Qui venait de tomber en amour la veille
D’une hôtesse de l’air fidèle
Tombée du haut d’la passerelle
Dans les bras d’un bagagiste un peu volage
Ancien tueur à gages
Comment peut-on tomber plus mal ?

Tombé du ciel rebel aux louanges
Chassé par les anges du paradis originel
Tombé d’sommeil perdu connaissance
Retombé en enfance au pied du grand sapin de Noël
Voilé de mystère sous mon regard ébloui
Par la naissance d’une étoile dans le désert
Tombé comme un météore dans les poches de Balthazar
Gaspard ou Melchior les trois fameux rois mages
Trafiquants d’import export

Tombés d’en haut comme les petites gouttes d’eau
Que j’entends tomber dehors par la f’nêtre
Quand je m’endors le coeur en fête
Poseur de girouettes
Du haut du clocher donne à ma voix
La direction par où le vent fredonne ma chanson

Tombé sur un jour de chance
Tombé à la fleur de l’âge dans l’oubli

C’est fou c’qu’on peut voir tomber
Quand on traîne sur le pavé les yeux en l’air
La semelle battant la poussière
On voit tomber des balcons
Des mégots, des pots d’fleurs
Des chanteurs de charme
Des jeunes filles en larmes
Et des alpinistes amateurs

Tombés d’en haut comme les petites gouttes d’eau
Que j’entends tomber dehors par la f’nêtre
Quand je m’endors le coeur en fête
Poseur de girouettes
Du haut du clocher donne à ma voix
La direction par où le vent fredonne ma chanson

Tombé sur un jour de chance
Tombé par inadvertance amoureux
Tombé à terre pour la fille qu’on aime
Se relever indemne et retomber amoureux
Tombé sur toi, tombé en pâmoison
Avalé la ciguë goûté le poison qui tue

L’amour, l’amour encore et toujours

De beaux moments….


 Même pendant les guerres :

   ( je me demande pourquoi les guerres m’intéressent tant ces derniers jours ? )

  Henriette était une jeune femme bordelaise qui adorait sa ville …Pratiquement chaque jour, elle allait admirer le port port bordeaux. Un jour, Heinz , un marin de l’armée allemande lui fit remarquer qu’elle n’avait rien à faire là ….Après avoir échangé quelques mots ,banalités ; les deux jeunes gens se quittèrent en bons termes malgré leur appartenance à des camps opposés …

Ils se revirent souvent et…….devinrent amants , faisant de leur mieux pour vivre leur Amour au milieux de la tourmente ….

Alors que la défaite allemande se faisait de plus en plus certaine ,ses supérieurs ordonnèrent à Heinz de faire sauter le port où il avait rencontré sa dulcinée . Non seulement il refusa devant le nombre de victimes potentielle , mais il fit sauter à la place la réserve  de munitions allemande avant de s’enfuir !!!!

  Ayant obtenu sa naturalisation française et récompensé par la France à la fin de la guerre pour ses actes , il put revenir et épouser Henriette avec qui il vécu jusqu’à sa mort en 2010 !

 

 

Le  » braille « 


Début janvier ( le 4 je crois ) c’est la journée de l’écriture pour les aveugles( ou.. »non voyants  » ) ….: Le braille ……

  En Europe, l’idée d’un système d’écriture en relief à destination des non-voyants remonte à 1670. Cette année-là, le prêtre italien Francesco Lana de Terzi met au point un système de codage « permettant aux aveugles d’écrire couramment en traçant seulement des lignes et en faisant des points », ainsi qu’un procédé pour graver des signes et caractères d’imprimerie en relief sur du papier épais.

  Environ un  siècle plus tard, l’homme de lettres français Valentin Haüy réalise des impressions en relief de lettres de l’alphabet latin, et crée une institution destinée à l’instruction des enfants aveugles.
   C’est autour de l’année 1809 qu’un officier d’artillerie, Charles Barbier Ch . Barbierde la Serre, développe la « sonographie », système permettant de retranscrire 36 sons sous forme de points, disposés sur un rectangle de 2 unités sur 6 unités de côté. En 1821, il décline le procédé à destination des non-voyants, et le présente à l’Institution royale des jeunes aveugles, où est scolarisé un enfant de 12 ans dénommé Louis Braille…
L’invention de l’alphabet braille:
Louis BrailleL.Braille (né le 4 janvier 1809) offre immédiatement à l’inventeur de ce procédé enthousiasmant un retour d’expérience utilisateur. Premièrement, la transcription phonétique s’éloigne trop de l’écriture conventionnelle, et ne permet pas de rendre compte des nuances (notamment les homonymies) qu’autorise l’orthographe. Ensuite, l’utilisation de 12 emplacements pour transcrire 36 sons lui apparaît superflu. En utiliser moins permettrait de lire chaque caractère du bout du doigt, sans avoir à faire de mouvements…

Louis Braille  perfectionnera l’invention dans son coin. Cinq ans après la découverte de la sonographie, il achève la mise au point de son propre système ignorant l’idée de J.Barbier .

  En utilisant six emplacements, qui peuvent ou non être en relief, il peut coder jusqu’à 63 symboles différents (l’absence de points représente un espace). Plus qu’il n’en faut pour transcrire toutes les lettres de l’alphabet, la ponctuation, les chiffres, et même les notes de musique.alphabet Braille

  En 1839, il met au point le « décapoint », système d’écriture de l’alphabet latin à base de points en relief, qui fait écho à l’intention de Valentin Haüy de rendre un même texte lisible par des voyants comme par des non-voyants. Mais c’est bien l’alphabet « braille » qui, de par sa simplicité, trouvera le plus grand écho auprès du public.

P.S: La cécité de Louis Braille découle d’un accident survenu alors qu’il n’avait que 3 ans. Son père était bourrelier, métier consistant à travailler le cuir. Il se blesse à l’œil avec un outil destiné à percer des trous dans le cuir. L’infection se propagera aux deux yeux.

 

L’auteur …..


        Tolkien  John Ronald Reuel Tolkien ), plus connu sous la forme J. R. R. Tolkien, est un écrivain, poète, philologue et professeur d’université anglais, né le 3 janvier 1892 à Bloemfontein et mort le 2 septembre 1973 à Bournemouth. Il est principalement connu pour ses romans Le Hobbit et Le Seigneur des anneaux.

  Après des études à Birmingham et à Oxford et l’expérience traumatisante de la Première Guerre mondiale, John Ronald Reuel Tolkien devient professeur assistant (reader) de langue anglaise à l’université de Leeds en 1920, puis professeur de vieil anglais à l’université d’Oxford en 1925 et professeur de langue et de littérature anglaises en 1945, toujours à Oxford. Il prend sa retraite en 1959. Durant sa carrière universitaire, il défend l’apprentissage des langues, surtout germaniques, et bouleverse l’étude du poème anglo-saxon Beowulf avec sa conférence Beowulf : Les Monstres et les Critiques (1936). Son essai Du conte de fées (1939) est également considéré comme un texte crucial dans l’étude de ce genre littéraire.

  Tolkien commence à écrire pour son plaisir dans les années 1910, élaborant toute une mythologie autour de langues qu’il invente. L’univers ainsi créé, la Terre du Milieu, prend forme au fil des réécritures et compositions. Son ami C. S. Lewis l’encourage dans cette voie, de même que les autres membres de leur cercle littéraire informel, les Inklings. En 1937, la publication du Hobbit fait de Tolkien un auteur pour enfants estimé. 

  Sa suite longtemps attendue, Le Seigneur des anneaux, est d’une tonalité plus sombre. Elle paraît en 1954-1955 et devient un véritable phénomène de société dans les années 1960, notamment sur les campus américains. Tolkien travaille sur sa mythologie jusqu’à sa mort, mais ne parvient pas à donner une forme achevée au Silmarillion. Ce recueil de légendes des premiers âges de la Terre du Milieu est finalement mis en forme et publié à titre posthume en 1977 par son fils et exécuteur littéraire Christopher, en collaboration avec Guy Gavriel Kay. Depuis, Christopher Tolkien publie régulièrement des textes inédits de son père.

   De nombreux auteurs ont publié des romans de fantasy avant Tolkien, mais le succès majeur remporté par Le Seigneur des anneaux au moment de sa publication en poche aux États-Unis est, pour une large part, à l’origine d’une renaissance populaire du genre. Tolkien est ainsi considéré, pour certains, comme le « père » ou l’un des « pères » de la fantasy moderne. Son œuvre a eu une influence majeure sur les auteurs ultérieurs de ce genre, en particulier par la rigueur avec laquelle il a construit son monde secondaire.

Revu à la télé aujourd’hui ( Film  » La traque ) …


 Chacun pense ce qu’il veut , moi je crois que les Klarsfeld  sont de grands personnages  et qu’il ne faut pas oublier les horreurs nazis ( toujours présents sous des noms différents , comme le F.N en France )

 

C’est un nom définitivement associé à la chasse aux nazis. Les Klarsfeld ont mené ce combat toute leur vie. Beate et Serge Klarsfeld. De leur rencontre à Paris en 1960 à la traque incessante des responsables de la Shoah, ils livrent un témoignage fort et nécessaire.

   Leur rencontre n’était pas évidente. Elle est la fille d’un soldat de la Wehrmarcht et lui, un juif d’origine roumaine dont le père est mort à Auschwitz. Et pourtant, à Paris en 1960, la magie opère sur le quai du métro. Ces deux-là ne se quitteront plus. La jeune allemande n’avait pas vraiment conscience de la responsabilité de son pays pendant la seconde guerre mondiale. Elle ne l’a pas appris à l’école. C’est donc Serge qui se charge de transmettre à Beate ce qu’il sait sur cette période sombre de l’histoire. Elle le confie  » C’est lui qui m’a enseigné l’histoire, et les événements nous ont conduit à agir ». 

Une vie de combat que ce couple hors du commun n’avait pas vraiment envisagé de raconter. Il a fallu que les éditeurs insistent. Car Serge Klarsfeld l’avoue : « J’ai écrit beaucoup sur les victimes et les événements historiques. Donc on a pas tellement envie d’écrire sur soi quand on a fait ce genre de travail ». 

Pourtant, leur témoignage est nécessaire et toujours d’actualité. 

Très vite, avec le soutien de Serge, Beate Karsfeldlivre en Allemagne un combat acharné pour empêcher d’anciens nazis d’accéder à des postes à haute responsabilité.

   Sa méthode : le coup d’éclat permanent. Elle traite ainsi de nazi le chancelier Kurt Georg Kiesinger en plein parlement, puis le gifle en public lors d’un meeting à Berlin, geste qui lui vaut de devenir le symbole de la jeune génération allemande. Leur combat les conduit aux quatre coins du monde. En France, ils traînent Klaus BarbieK.Barbie devant les tribunaux et ont un rôle central dans les procès Bousquet, Touvier, Leguay et Papon. Ni les menaces ni les arrestations – notamment lors de leur tentative d’enlèvement de Kurt Lischka, ancien responsable de la Gestapo – ne parviennent à faire ployer un engagement sans cesse renouvelé jusqu’à aujourd’hui. Dans une  autobiographie croisée, Beate et Serge Klarsfeld reviennent sur quarante-cinq années de militantisme, poursuivant par ce geste leur combat pour la mémoire des victimes de la Shoah.