C’était il y a….


….environ 79 ans :

18 octobre 1941:

Arrestation de Richard Sorge

Richard Sorge : Un espion double qui travaillait à la fois pour le NKVD soviétique et l’  »Abwehr  » ( L’Abwehr, mot allemand signifiant  » défense  » , organisation de contre- espionnage ) allemande . Sa carrière : Arrêté par les Japonais le 18 octobre 1941, il est pendu après que Staline a refusé de l’échanger. Il a cependant été fait Héros de l’Union soviétique en 1964. Il est devenu aussi une source d’inspiration pour Ian Fleming

Résultat d’images pour Ian Fleming

, l’auteur de la série des James Bond.

Une contribution déterminante à la défaite du nazisme….

Richard Sorge (4 octobre 1895, Sabunçu, Azerbaidjan ; 7 novembre 1944, Tokyo) Né le 4 octobre 1895 en Azerbaïdjan d’un père allemand et d’une mère russe, R.Sorge grandit et travaille en Allemagne où il lit les écrits de Karl Marx et adhère aux idées de ce dernier . Après avoir combattu dans la Reichswehr jusqu’en 1916, date à laquelle il est gravement blessé.

Repéré par le Komintern (Internationale communiste), il suit à Moscou une formation d’espion de 1925 à 1933 pour le compte du NKVD, se fait ensuite embaucher comme journaliste dans un grand journal allemand et devient son correspondant à Shanghai (Chine) puis à Tokyo où il arrive en septembre 1933.

 » Noceur  » et séducteur en diable, il devient la coqueluche de la haute société et des milieux diplomatiques.

Agent double pour le NKVD mais aussi l’Abwehr allemande, il se fait apprécier par Eugen Ott

Résultat d’images pour Eugen Ott ambassadeur
E .Ott

, ambassadeur d’Allemagne au Japon à partir de 1938. Il devient même son ami , son homme de confiance et participe aux réunions les plus confidentielles de l’ambassade.

C’est ainsi qu’il découvre le projet d’invasion de l’URSS par la Wehrmacht (projet  » Barbarossa  » ) , y compris la date d’exécution (22 juin 1941). Il en informe Moscou mais Staline, qui s’accroche envers et contre tout à son alliance avec

Résultat d’images pour Joseph Staline

Hitler, ne veut rien entendre. Quand l’invasion est déclenchée, il est totalement pris de court et l’Armée rouge balayée.

Bien que consterné , Sorge poursuit son travail d’espion. Il découvre ainsi que l’armée japonaise a commandé pour ses troupes… des shorts !. C’est la preuve qu’elle se prépare à attaquer dans les mers chaudes : elle ne se soucie donc pas de soutenir l’effort de son  » alliée  » allemande en attaquant l’URSS ! 

Gueorgui Joukov

Résultat d’images pour Gueorgui Joukov

, qui assure la défense de Moscou, prend le renseignement au sérieux. Il rapatrie sans attendre ses troupes d’Extrême-Orient vers le front occidental où elles vont jouer un rôle décisif dans la contre-offensive soviétique.

Sorge peut se flatter d’avoir ainsi joué un rôle déterminant dans la victoire soviétique sur le nazisme. Il ne la verra pas. Lui-même, malgré son bagout, est d’une discrétion à toute épreuve mais les Japonais n’en arrivent pas moins à démanteler son réseau d’informateurs, le détruire et l’arrêter lui aussi……

Ching Shih a marqué l’histoire de la piraterie ?Pourquoi ….


Quelques femmes se sont illustrées dans l’histoire de la piraterie. La Chinoise Ching Shih

est probablement l’une des plus connues ( pas moi ? ! ). En effet, cette femme pirate a littéralement terrorisé le mers de Chine au début du XIXe siècle ; au point d’inspirer encore régulièrement dans des œuvres de fictions diverses.

Alcôve et piraterie :

Le parcours de Ching Shih n’a rien d’un long fleuve tranquille….

.

Alcôve et piraterie….

Avant d’être une pirate redoutée , la Chinoise a d’abord été… une prostituée officiant dans un bordel flottant, stationné dans le port de Canton (ville où Ching Shih serait née en 1775).

 » bordel  » flottant ?

Cependant, sa vie bascule lorsqu’elle est capturée par les hommes du redoutable pirate Cheng .

Amoureux de la jeune demoiselle, le chef pirate la demande en mariage (1801) et celle-ci accepte de devenir son épouse.

Cependant ,une légende raconte, que la cantonaise exigea que son futur époux la laisse commander une de ses flottes, une fois qu’elle serait mariée (ce que Cheng aurait accepté).

Cette décision n’avait rien d’anodin, puisque après la mort de Cheng (emporté par un typhon), Ching Shih (littéralement,  »la veuve de Ching ») pris étonnamment le contrôle des opérations.

Cœur de pirate…….

Dès son entrée en fonction, la pirate cantonaise s’illustre par son calme et son tempérament calculateur.
Elle se remarie par exemple à Chang Pao ( le fils adoptif de son défunt époux ) et l’installe à la tête de sa flotte.

Par ces subtils jeux d’alliances, la pirate finit ainsi par commander une armada absolument gigantesque pour son époque.
En effet, finalement, ce sont plus de 1800 navires et 60 000 hommes qui lui obéissent (étalés sur un territoire maritime allant de la Malaisie à la Corée).

En plus d’imposer un commandement vertical (appuyé sur un véritable code de la piraterie), Ching Shih ordonne régulièrement le pillage de navires marchands ainsi que la mise à sac de villages rétifs à sa flotte (qu’on nomme alors  »les drapeaux rouges » ).

Lassée par une vie aussi éprouvante, Ching Shih finit cependant par rompre face au gouvernement chinois ; en acceptant de prendre sa retraite, vers la fin de sa vie.

Pouvant disposer de son large butin, elle revient ainsi à ses premières amours… en gérant une maison close.!

Riche et respectée, elle rendra finalement l’âme en 1844, à l’âge de 69 ans.

Un tramway nommé biscuit !


Jusqu’à la fin du 19 ème siècle , la plupart des épiceries vendaient les produits en vrac…

Quand il reprend ( en 1882 ) la biscuiterie familiale , le Nantais Louis Lefèvre –Utile

Louis Lefèvre-Utile

a l’idée de créer un nouveau conditionnement . » Pour susciter la gourmandise  » disait il .Les boites métalliques de ses célèbres biscuits , le Petit- Beurre LU

Résultat d’images pour le petit- beurre lu

les  » Pailles d’or  »

Résultat d’images pour pailles d'or
 »paille d’or  »

ou les  » Petits écoliers  »,

Résultat d’images pour petits écoliers biscuits lu images
Petit écolier

……deviendront des  »supports de communication  ».…Il suivirent le style  » Art nouveau  » ( Mucha , spécialiste en publicité )

Résultat d’images pour Alfons Mucha
Mucha

signe plusieurs illustrations pour la marque ) et s’adresse directement à la clientèle ciblée : Les femmes et les enfants , comme le démontre l’image ci dessous en forme de tramway , fabriquée en 1878 ….

Boîte à biscuits en forme de tramway, vers 1898, Jules Joseph Carnaud.

______________________________________________________________________

Et ce n’est pas tout :

Ce biscuit croquant aux 52 dents .. Et il y a une raison bien particulière : la forme que prendrait ce biscuit aujourd’hui devenu mythique, a longuement été réfléchie par son créateur. Si cette dernière semble s’inspirer des napperons sur lesquels on servait le thé auparavant, ses dents et ses trous sont en réalité une allégorie du temps, comme l’explique LU sur son site.

Le Petit-Beurre de LU compte en effet 52 dents (en comptant les quatre coins), ce qui représente les 52 semaines de l’année. Les quatre coins eux, symbolisent les quatre saisons. Tandis que les 24 petits trous du biscuit évoquent les 24 heures de la journée.

Une manière bien pensée de dire que ce biscuit peut-être mangé à toute heure de la journée, de l’année mais aussi à chaque saison !

 » Les gestes barrières  »….


Qui les a inventés ?

En 1842, la clinique obstétricale de l’hôpital général de Vienne est frappée par la fièvre puerpérale ( La fièvre puerpérale est une maladie infectieuse de la femme, qui survient après un accouchement ou une fausse couche, surtout dans le cas où l’expulsion du placenta n’a pas été complète ). qui décime les femmes qui y sont admises. Le médecin hongrois Ignace Semmelweis

trouve la parade pour enrayer la transmission de la maladie. A l’époque on connaît bien la maladie. Mais sa mortalité est alors si minime parmi les femmes accouchées que personne ne s’en inquiète encore .

Une épidémie qui devient de plus en plus mortelle :

Vers 1832 /33, l’arrivée massive d’étudiants dans l’établissement change la donne. La maternité est divisée en deux sections, l’une tenue par par des sages-femmes, l’autre, par les étudiants. Et la mortalité bondit dans cette dernière unité : La mortalité descend à 2,6% chez les sages-femmes, tandis qu’elle atteint le chiffre effrayant de 9,5% chez les étudiants. En 1842, elle s’y élève à 15,8% et, certains mois le seuil des 30% est franchi. Un vent de panique s’ installe dans la ville. »

L’efficacité du lavage de mains en milieu hospitalier

Comment expliquer une telle différence entre les deux sections ? Nouvelle literie, venue d’un prêtre pour chasser les mauvais esprits, changements de locaux… Tout semble avoir été tenté, et pourtant, la mort plane toujours sur la clinique. C’est le décès de l’un de ses plus proches collègues qui met la puce à l’oreille au médecin Ignace Semmelweis  : le professeur Jakob Kolletschka ….

Jakob Kolletschka

meurt d’une septicémie après une blessure à la main lors d’une autopsie.

Tout devient clair alors pour le professeur qui comprend que la contamination se fait par les cadavres autopsiés par les étudiants qui se rendent ensuite auprès des patientes. De cette conclusion naissent alors les premiers gestes barrière : Il interdit aux étudiants et aux médecins de quitter les salles de dissection sans s’être lavé les mains avec une solution de chlore avant de se rendre au chevet des femmes en travail, de changer de tenue d’un service à l’autre, d’utiliser les instruments de dissection à d’autres fins . La mortalité chute alors pour tomber à seulement 1%. !

lavage des mains avec chlore

Fier de sa réussite, Ignace Semmelweis publie ses recommandations dans des revues scientifiques prestigieuses mais ses confrères ne lui accordent pas la reconnaissance escomptée. Le directeur de la maternité de Vienne, le professeur Klein , sans doute jaloux de son succès, l’empêche même de continuer à travailler dans son établissement. Son nom est cependant passé à la postérité : grâce à la découverte d’Ignace Simmelweis, des milliers de vie ont sans doute été sauvées en milieu hospitalier, et ceci , avant même l’apparition de la notion de stérilité née des travaux de L.Pasteur

Pasteur

. ( Finalement , on peut dire que l’histoire se  » répète » : le corona….)

Comme chacun sait, je suis  » anti militariste  » mais….


…. J’ai lu quelque chose qui m’ a  » interpellé  » : Le 369 ème régiment d’infanterie de l’armée U.S , rebaptisé 15 ème régiment de la Garde Nationale de New York en 1918 , est ( était ) ,une unité militaire hors du commun … » Confié  » à l’armée française en 1917 par un état – major américain qui doutait de ses capacités , ce régiment se distingua pourtant par son courage . Les Allemands , qui les craignaient particulièrement , les surnommèrent ( parait -il ) :  » Harlem Hellfigters  » ( les combattants de l’enfer de Harlem  » ) . Dans les rangs de l’armée française , en plus de leur ardeur au combat , on appréciait les reprises  » jazzy  » de la Marseillaise que certains des Harlem Hellfighters regroupés en orchestre , proposaient lors des défilés !

Pourtant, les combattants survivants de cette unité ne furent pas autorisés par le gouvernement français à défiler à Paris avec le reste des troupes à la fin de la guerre !

_______________________________________

Ces soldats noirs sont moins bien entraînés, habillés et nourris que leurs homologues blancs. L’administration du Président des U.S.A Woodrow Wilson

Résultat d’images pour président des u.s.a woodrow wilson

 étant réticente à les enrôler dans l’armée et ne leur montrant aucune estime, ils sont à leur arrivée en janvier 1918, relégués à des tâches de soutien (travaux de manutention ou de ravitaillement). Le général John Pershing

Résultat d’images pour John Pershing

, commandant en chef des forces américaines, envoie même une note secrète aux militaires français intitulée   » Secret Information Concerning Black American Troops  » dans laquelle il évoque le ‘‘ manque de conscience civique et professionnelle  » des soldats noirs, qui constituerait une  » menace constante pour les Américains  ».!!

Cependant ,après la guerre, le gouvernement français décerne au régiment la Croix de guerre décorée d’une étoile d’argent pour la prise de Séchault ( petite commune dans les Ardennes ). Ce sont les premiers Américains à avoir été ainsi décorés de la Croix de guerre française. 171 d’entre eux reçoivent également des distinctions à titre individuel.
Image illustrative de l’article 369e régiment d'infanterie (États-Unis)
 » Harlem Hellfighters  » en 1919.
Le 369e régiment d’infanterie défilant à New York en février 1919.
( intéressant , à mon avis )

.…..je suis anti militariste, mais aussi contre le racisme !

Sigmund Freud face cachée ? :


12 infos insolites sur Sigmund Freud….

( Il ne faut vraiment rien avoir à faire d’autre pour mettre un article comme çà ! )

Il a dénoncé les abus sexuels de son père

Il a dénoncé les abus sexuels de son père

En 1855, Jakob Freud, marchand de tissus en Moravie, épouse en troisièmes noces Amalia Nathansohn, une belle jeune femme de vingt ans sa cadette. Elle donne naissance l’année suivante à Sigmund, qui écrira que sa fratrie a subi dans l’enfance des abus sexuels de son père. Il passe sa vie tiraillé entre l’envie irrépressible de tuer son géniteur incestueux et l’amour qu’il lui porte : lorsque Jakob meurt en 1896, Sigmund est dévasté. Son traumatisme infantile est au cœur de sa démarche psychanalytique. Parent à son tour en 1887, il confirme sa théorie à son ami Wilhelm Fliess dans une lettre :  » C’est bien le père qui est le promoteur de la névrose.  »

Il est hypnotisé par le travail du professeur Charcot

Il est  » hypnotisé  » par le travail du professeur Charcot

En 1885, Sigmund, alors jeune diplômé en médecine, obtient une bourse d’études grâce à ses travaux sur les tissus nerveux. Il part faire un stage de six mois auprès du professeur Jean-Martin Charcot à l’hôpital de la Salpêtrière à Paris. Ce dernier pratique l’hypnose  sur ses patientes atteintes d’hystérie. Le jeune homme raconte avec emphase sa rencontre avec le Français dans une lettre à sa fiancée :  » Charcot est un des plus grands médecins dont la raison confine au génie, personne n’a jamais eu autant d’influence sur moi. Il m’arrive de sortir de ses cours comme si je sortais de Notre-Dame, tout plein de nouvelles idées sur la perfection…  » Fasciné par ce mentor, Freud délaisse l’étude des maladies physiques pour s’engouffrer dans celle des pathologies psychiques. Et son premier fils héritera même du prénom Jean-Martin, en hommage à Charcot.

Son premier ouvrage fait un flop

Son premier ouvrage fait » un flop  »

En 1900, Freud publie L’Interprétation du rêve. Dix exemplaires seulement sont vendus l’année de sa sortie. En six ans, il n’en écoule que 365. Deux raisons à cet échec éditorial : d’une part, la concurrence d’un ouvrage de référence sur le même thème, La Clef des songes d’Artémidore de Daldis (un philosophe du IIe siècle), d’autre part la défiance de la communauté scientifique, qui considère que la psychanalyse   n’est pas une science. Freud, dépité, écrit à Wilhelm Fliess le 23 mars 1900 :  » Les éloges ressemblent à des aumônes, l’ouvrage est manifestement antipathique à la plupart des gens.  »

Avec les femmes, ce n'est pas simple

Avec les femmes, ce n’est pas simple

En 1926, Freud assimile la sexualité féminine à un  » continent noir  », une véritable énigme. Pour lui, les femmes sont dominées par leurs pulsions. Le psychanalyste fait une fixation sur le pénis : selon lui, les femmes sont des êtres inférieurs qui regrettent toute leur vie de ne pas en avoir. Pourtant, il passe sa vie entouré de figures féminines qu’il estime : son épouse adorée Martha, sa belle-sœur et confidente Minna, ses patientes et amies Lou Andreas Salomé et Marie Bonaparte

Résultat d’images pour princess marie bonaparte

… Mais cet  » homme à femmes  » n’en est pas un. Le traumatisme des abus sexuels de son père, son travail qui l’accapare, ses problèmes d’impuissance, l’envie de dominer ses pulsions sexuelles l’ont amené à renoncer à toute vie sexuelle à la naissance de sa dernière fille, Anna, en 1895. Selon l’historienne Elisabeth Roudinesco, Freud n’aurait été sexuellement actif que pendant neuf ans.

Au début, la grande guerre le réjouit

Au début, la grande guerre le réjouit !

Peu après le déclenchement de la 1ère guerrez mondiale Freud écrit à son ami Karl Abraham :  » C’est peut-être la première fois depuis trente ans que j’ai le sentiment d’être autrichien. …Le moral est partout excellent. L’effet libérateur de l’acte courageux, le ferme soutien de l’Allemagne y sont pour beaucoup.  » L’euphorie nationaliste ne dure pas. Dès le mois suivant, il écrit à un autre de ses amis :  » La montée d’enthousiasme, en Autriche, m’a d’abord emporté moi aussi. J’ai mobilisé tout d’un coup de la libido pour l’Autriche-Hongrie. Peu à peu, un malaise s’est installé avec la sévérité de la censure et le gonflement des plus petits succès. Je vois ma libido  tourner en rage.

C'est un père à qui l'on peut tout dire

C’est un père à qui l’on peut tout dire

 »Ma petite se développe magnifiquement et ne fait qu’un sommeil chaque nuit, ce qui est la plus grande fierté de chaque père.  » Papa Sigmund s’extasie après la naissance de son aînée, Mathilde, en 1887. Avec son épouse, Martha Bernays

Résultat d’images pour Martha Bernays

, ils auront six enfants. Pour resserrer les liens familiaux, la famille se retrouve dans un chalet en pleine nature chaque été. Freud ne leur impose rien mais les initie à la psychanalyse. Pas de leçon de morale, pas de tabou. Il aborde le sujet du corps ouvertement, n’hésitant pas à évoquer avec ses filles leurs règles Il leur écrit régulièrement jusqu’à la fin de sa vie.

Il a l'étrange phobie du chiffre 62

Il a l’étrange phobie du chiffre 62 !

Freud tente de guérir les phobies ,  mais n’y parvient pas complètement . Dans une lettre au psychiatre suisse Jung

Résultat d’images pour Carl Gustav Jung

, le 16 avril 1909, il affirme être ‘ nullement superstitieux  » mais craint pourtant  » le nombre 60, combiné avec 1 ou 2  ». Il a un pressentiment : il va mourir entre 61 et 62 ans, c’est sûr ! Lors d’un voyage en Grèce, il se sent particulièrement oppressé. Le 62 est  » sur tous les objets numérotés  ». Sa chambre d’hôtel à Athènes ? C’est la 31 !  » Tout de même la moitié de 62  », écrit-il à Jung. Une phobie non prophétique car le psychanalyste décède en 1939… à 83 ans…..

Il a dédicacé un livre à Mussolini

Il a dédicacé un livre à Mussolini !

 »’ A Benito Mussolini, avec le salut respectueux d’un vieil homme qui reconnaît en la personne du dirigeant un héros de la culture. Vienne, 26 avril 1933.  » C’est en ces termes que Freud dédicace au Duce un exemplaire de sa correspondance avec Albert Einstein  , Pourquoi la guerre ? Le psychanalyste raconte dans une lettre à Edoardo Weiss, confrère italien, que cette étonnante dédicace a été écrite à la demande d’un ami de Mussolini dont la fille était en traitement chez lui. Selon Weiss, elle fait uniquement allusion à la campagne de fouilles archéologiques menée à Rome par le régime du ducce

Il devient accro à la cocaïne

Il devient accro à la cocaïne….!

En 1884, une société pharmaceutique envoie à Freud des échantillons de cocaïne, synthétisée pour la première fois en 1855. Au nom de la science, le docteur viennois teste cette substance dont les dangers sont encore inconnus. Sa première prise lui provoque  » une euphorie durable  » . Aussitôt, dans un article, il la recommande aux ophtalmologistes pour soigner les yeux malades. Il préconise aussi la cocaïne pour les problèmes mentaux, l’asthme , les troubles alimentaires, les problèmes sexuels, les addictions à l’alcool et à la morphine, etc. Bref, pour lui, c’est le remède à tout ! Freud restera accro pendant douze ans.

Il dit non aux sirènes d'Hollywood

Il dit non aux sirènes d’Hollywood………

En 1925, le grand producteur du cinéma américain Samuel Goldwyn

Résultat d’images pour Samuel Goldwyn

fait le chemin jusqu’à Vienne pour rencontrer le père de la psychanalyse. Il prépare un film relatant la romance entre Antoine  et Cléopâtre, et propose à Freud d’être consultant pour aider les réalisateurs à saisir les enjeux psychologiques des protagonistes. Malgré les 100 000 dollars promis, celui-ci refuse. L’année précédente, le Chicago Tribune lui avait proposé 25 000 dollars pour  » psychanalyser  » les criminels Leopold et Loeb, en procès pour l’enlèvement et le meurtre d’un adolescent de 14 ans. C’était déjà non !

Il fuit l'Autriche nazie avec l'aide d'une princesse Bonaparte

Il fuit l’Autriche nazie avec l’aide d’une princesse Bonaparte

Le 12 mars 1938, les nazis entrent dans Vienne. C’est son amie et ancienne patiente Marie Bonaparte, arrière-petite-nièce de l’Empereur, qui va sauver Freud, doublement en danger en tant que juif et inventeur de la psychanalyse ( ses livres ont été brûlés en 1933 à Berlin ). En juin 1938, la princesse fait jouer ses relations diplomatiques afin de permettre à Freud, à sa femme et à ses enfants de quitter l’Autriche. Elle verse aussi aux nazis  une  » rançon  » colossale. Elle aide ensuite la famille viennoise à s’installer à Londres, après un bref passage par Paris.

Pour en finir avec son cancer, il choisit l'euthanasie

Pour en finir avec son cancer, il choisit l’euthanasie

Au bec ou à la main, Freud a toujours un cigare sur lui. Il en fume environ vingt par jour depuis l’âge de 24 ans et le justifie ainsi :  » Je suis resté fidèle à cette habitude ou à ce vice, et j’estime que je dois au  cigare un grand accroissement de ma capacité de travail et une meilleure maîtrise de moi-même.  » Il lui doit aussi un cancer de la mâchoire… A cause de sa maladie, il subira, à partir de 1919, trente-deux opérations chirurgicales. Le 23 septembre 1939, sa souffrance est telle que Freud demande à son médecin personnel ( et ami ) Max Schur

Résultat d’images pour max schur

de précipiter sa mort. Avec l’accord de sa fille Anna

Résultat d’images pour Anna Freud

, ce dernier lui injecte alors une dose de morphine qui lui permet de mourir paisiblement

C’était il y a environ 261 ans ….


13-14 septembre 1759….

Mort de Montcalm et Wolfe…

    Le 14 septembre 1759, le marquis de Montcalm Résultat d’images pour marquis de montcalm photos , imagesmeurt des suites d’une blessure reçue la veille, lors de la bataille des Plaines d’Abraham, en bordure des fortifications de Québec.

James Wolfe Résultat d’images pour james wolfele général Anglais , est lui aussi mort à l’issue de la bataille après  la victoire de ses troupes. La France perd du coup   la ville de Québec et bientôt de toute la Nouvelle-France.

( illustration du net ) 

              

La guerre de 7 ans  a débuté officiellement trois ans plus tôt…………

Pratiquement une véritable guerre mondiale avant l’heure. Elle oppose la France de Louis XIV alliée à l’Autriche et quelques autres États, à la Prusse, à l’Angleterre et au Hanovre.

 Dans le   » Nouveau Monde  », les hostilités ont en fait commencé avec la mort d’un officier français à Fort-Duquesne, le 28 mai 1754.

Au début, les Français du Canada remportèrent de nombreuses victoires avec l’appui de leurs alliés indiens . Mais le commandant des troupes françaises ayant été fait prisonnier, Paris le remplace en 1756 par un marquis de la métropole, Montcalm (44 ans).

Une stratégie inédite :

Le marquis, adepte  de la stratégie européenne de l’attaque en lignes et bataillons serrés, change de tactique. Avec un certain succès, il concentre ses offensives sur les forts, renonce aux coups de main et délaisse les alliés indiens. Mais il ne dispose pour cela que de quelques milliers d’hommes tandis que les Anglo-Américains en viennent à aligner 4000 hommes  ( 23.000 soldats de métier et le reste de miliciens ).

   En 1758, après une trêve relative de plusieurs mois, les Anglais lancent contre la Nouvelle-France trois offensives avec les plus grosses armées jamais réunies en Amérique du Nord ; l’une à l’ouest, dirigée contre Fort-Duquesne, l’autre au centre vers Montréal, la troisième à l’est vers la forteresse de Louisbourg et la ville de Québec.

 Montcalm remporte une magnifique victoire à Fort Carillon, au sud du lac Champlain, en bloquant les 15.000 soldats du général James Abercromby qui se dirigent vers Montréal avec seulement 3.600 hommes dont 400 miliciens canadiens et Indiens. Les Anglais comptent 1944 morts et blessés alors que le camp français n’en comptent que 377.

Malgré cet exploit, il ne fait guère de doute que la conquête de la Nouvelle-France n’est que partie remise. Les Anglais peuvent encore aligner 30.000 hommes de troupes régulières face à seulement 7.400 Français.

Le gouverneur de la Nouvelle-France  » recrute  »  tous les hommes de 16 à 60 ans pour servir dans la milice. Manquant  d’hommes pour travailler les champs et assurer les récoltes, la colonie en vient à souffrir de la famine !

Montcalm, que les Canadiens connaissent maintenant très bien et qu’ils appellent couramment  » Le Grand Marquis  », ne peut empêcher la chute de Fort-Duquesne, qui sera rebaptisé Pittsburgh en l’honneur du Premier ministre anglais.

La chute de Québec:

Le 20 juin 1759, une armée de 40.000 hommes appuyée par 150 vaisseaux commence le siège de Québec, que protègent 6.000 soldats. Wolfe lance ses troupes à l’attaque le 31 juillet. Les assaillants sont repoussés avec de lourdes pertes.  D’autres assauts suivent mais  » infructueux  » pendant tout le mois d’août. Bien que malade ,le général anglais,  décide de livrer un assaut de la dernière chance.

Dans la nuit du 12 au 13 septembre 1759, il débarque avec ses hommes en face de Québec, à l’anse du Foulon. Pendant la nuit, la troupe emprunte un sentier qui la mène au sommet de la falaise où est établie la ville fortifiée de Québec.

À l’aube du 13 septembre, 4.800 soldats anglais occupent déjà le plateau. L’apprenant, Montcalm accourt sans attendre de renforts.

L’affrontement se déroule  » à l’européenne  », prenant de court les Canadiens et les miliciens français, fauchés par centaines par une fusillade nourrie. Il dure en tout et pour tout moins d’une demi-heure. Le marquis ordonne alors de faire retraite vers la ville.Il ferme la marche  lui-même, à cheval . Il est touché par une balle juste avant de franchir, l’un des derniers, la porte Saint-Louis.

Montcalm meurt à l’aube, à cinq heures du matin. Il a,parait il , quelques moments avant, demandé à son chirurgien combien de temps il lui restait à vivre :  » Quelques heures à peine  », lui fut-il répondu.  » Tant mieux, dit-il, je ne verrai pas les Anglais dans Québec  ».

En juillet , il y a …


  93 ans , le 13 juillet 1927 plus précisément ……naissait une grande dame surtout dans la vie politique , mais pas uniquement ( à mon avis )… :

Une enfance juive :

    Née le 13 juillet 1927 à Nice, Simone Jacob est la benjamine des quatre enfants d’André et de Yvonne Jacob. Son père, architecte, n’a pas souhaité que son épouse travaille en dépit de ses études de chimie.

   Simone Jacob naît donc dans une famille bourgeoise, juive mais non-pratiquante et laïque.Yvonne Jacob à Nice avec ses enfants Denise, Jean, Simone et Madeleine (DR)

 En 1940,quand la France est envahie Nice est abandonnée par Hitler à son allié Mussolinimussolini (3) , qui ne se soucie pas de traquer les Juifs. La situation bascule après l’effondrement de l’Italien, en 1943. La ville passe alors aux mains des Allemands qui eux  organisent des rafles très violentes. Les Jacob sont arrêtés sur une imprudence de Simone.

   Arrivée à Auschwitz avec sa mère et sa sœur Madeleine, la jeune fille devient un numéro : 78651. Elle voit les Juifs hongrois marcher vers les chambres à gaz. Elle-même a la chance d’être affectée dans une usine Siemens.

SIEMENS S.A.S HAGUENAU 67506 :

   Fabrique :Instrumentation de mesure de pression. Transmetteurs de process. Analyseurs de gaz industriels. Détecteurs de proximité. Débitmètres. ) Siemens existe toujours !

à Bobrek,<p>Internés au travail forcé à l’usine Siemens. Camp d’Auschwitz, Pologne, 1940-1944.</p> avec sa mère et sa sœur.

    En 1945 les soviétiques approchent, l’usine est évacuée et, après une  » marche de la mort  », les trois femmes arrivent à Bergen-Belsen, près de Hambourg. Cependant qu’Yvonne Jacob succombe aux épreuves et au typhus, ses deux filles sont enfin libérées par les Britanniques le 15 avril 1945

Se reconstruire :

Alors que la France tente de se reconstruire moralement et matériellement, les déportés doivent trouver une place dans la société. Pour Simone Jacob, au sentiment de culpabilité et d’illégitimité (pourquoi est-elle vivante, elle plutôt que sa mère ou tant d’autres ?) s’ajoute le manque d’écoute de ceux qui ne veulent PAS savoir.

Accueillie par ses oncles et tantes à Paris, elle apprend qu’elle a obtenu son baccalauréat qu’elle avait passé le jour avant son arrestation. Gardant le souvenir de sa mère qui la poussait à faire des études pour travailler, ce qui était encore relativement rare pour les femmes de ce milieu social, elle décide de suivre des études de droit.

   Elle s’inscrit à l’Institut d’études politiques de Paris ( » Sciences Po  ») et fait sa rentrée à l’automne 1945.(âgée de 18 ans )

Cette première étape   vers le retour à la vie s’accompagne presque immédiatement d’un second  » pas  » : la rencontre de son futur mari, Antoine Veil Résultat d’images pour antoine veil en 1945 , lui aussi juif et étudiant à Sciences Po. Dès 1947, ils ont leur premier enfant, Jean. Suivra Claude-Nicolas en janvier 1949.Antoine et Simone Veil (DR)

Cette embellie est assombrie par la mort de Milou dans un accident de voiture en 1952. Simone, inséparable de sa sœur, est foudroyée. Il faut la naissance de Pierre-François en 1954 pour marquer un nouveau départ.

 

Simone Veil à la tribune de l’Assemblée nationale (26 novembre 1974)  on Vimeo.

 

Louis XV ……


…..comment serait il devenu Maître espion ? louis-XIV

Roi falot, Louis XV ?

     C’est oublier les intrigues du chevalier d’Éon et le  » Secret du roi  », ce réseau d’espionnage que les gouvernements successifs reprendront à leur profit ….

  À l’origine de tout, la Pologne….

   Dans les années 1740, l’Europe  » des Lumières  » est déchirée par la guerre de la Succession d’Autriche. Bourbons et Habsbourgs s’affrontent une fois de plus et chacun met en place un système d’alliances : l’Autriche compte sur la Russie, la France sur la Prusse. Le conflit s’achève par le traité d’Aix-la-Chapelle, en 1748, source de  déceptions en France, où l’on a le sentiment de s’être battu pour rien.

Alors qu’on pense de part et d’autre à en découdre de nouveau, la santé chancelante du roi de Pologne Auguste III laisse augurer d’une prochaine élection royale par la diète polonaise et ce pays devient l’enjeu de toutes les attentions… Les électeurs sont courtisés par toutes les chancelleries, désireuses de placer un des leurs ou à tout le moins un allié sur le trône de Pologne.

Le prince de Conti Description de cette image, également commentée ci-après , cousin du roi de France, se voit proposer par certains nobles polonais de se porter candidat. Cette idée arrange bien le roi Louis XV, qui cherche à éloigner les princes de sang susceptibles de se dresser contre son pouvoir et souhaite aussi placer un allié en Pologne.

 L’épisode ne serait qu’une péripétie de plus dans la  »tumultueuse histoire  » diplomatique du XVIIIe siècle si le roi n’avait chargé son cousin, au moment de partir pour la Pologne, en 1752, de mettre en place une correspondance secrète.         Ainsi naquît le  » Secret du roi  ». Son objectif est d’assurer la couronne de Pologne au Prince mais aussi de nouer des liens avec la Suède, la Prusse et la Turquie.

 

 » Secret du roi  » contre  » Cabinet Noir  »….

 Louis XV, d’un naturel secret, veut se réserver toutes les informations collectées par le prince de Conti, aux dépens de sa propre administration des affaires étrangères ! Le Prince recrute divers agents dans le corps diplomatique en les soumettant au secret absolu et en empêchant qu’ils se connaissent entre eux. Ces agents sont présents dans toutes les grandes capitales. Ainsi M. des Alleurs à Constantinople, M. des Issarts à Varsovie, le marquis d’Havrincourt à Stockholm, le chevalier de la Touche à Berlin. Les dépenses, pas moins de 10.000 livres par mois, sont payées par des bons du roi au porteur appelés  » ordonnance au comptant  » qui échappent à la comptabilité officielle mais sont consignées dans un livre rouge. Ainsi se met en place un réseau qui couvre une partie de l’Europe qui envoie au roi des informations via une correspondance codée.

Toutes ces précautions paraissent encore insuffisantes au roi qui craint que le  » cabinet Noir  » de son propre gouvernement n’intercepte les missives qu’il échange avec ses agents. (es employés des postes royales sont en effet autorisés à lire le courrier et à transmettre au gouvernement les extraits méritant l’attention ).         Ceux-ci sont collectés et éventuellement censurés par un service d’inquisition postale et de cryptographie, le  » Cabinet Noir  ». Louis XV crée alors un service de poste parallèle pour le  » Secret du roi  » ! Mais très rapidement, la maîtresse du roi, la marquise de Pompadour en prend ombrage ! ?. En 1763, elle dérobe la clé du cabinet où Louis entrepose sa correspondance. Elle découvre ainsi que le roi a missionné à Londres, auprès de son ambassadeur, le fameux chevalier d’Éon, et met le secrétaire d’État aux Affaires Étrangères Choiseul dans la confidence.!

 

   Drôle de nièce….

     La première mission notable du  »Secret du roi » concerne la Russie dont Louis XV souhaite se rapprocher en profitant de ce que la tsarine Elisabeth apprécie la France et son souverain. Le chancelier Bestucheff étant dévoué à la Prusse et l’Angleterre, il est exclu de lui envoyer un représentant officiel.

    Le prince de Conti propose donc d’envoyer Douglas Mackenzie sous la couverture d’un gentilhomme écossais en voyage d’agrément, accompagné d’un autre agent : le chevalier d’Éon travesti en femme et passant pour sa nièce ! Les deux hommes ont pour mission d’obtenir pour le prince de Conti, soit la main d’Elisabeth, soit le commandement de l’armée russe, soit encore la principauté de Courlande ! Conti convient avec Mackensie d’un code de correspondance sur le thème de l’achat de fourrure :
Mackensie :  » le renard noir »,
Si la mission réussit :  » Le renard est cher ,
Le vieux parti russe  » L’hermine est en vogue  »,
Si Bestucheff perd du crédit =  » Les martes zibelines sont en baisse  ».

Mais les Russes se méfient et Mackensie se fait arrêter à la frontière ! Mai sa  » nièce  » est autorisée à pénétrer sur le territoire ! Éon est donc présenté par Woronzeff (vice chancelier favorable au rapprochement France – Russie) à l’Impératrice qui fait de lui sa  » lectrice  ». Il peut donc lui remettre une lettre du roi qui était dissimulée dans la couverture d’un exemplaire de L’Esprit des Lois de Montesquieu !

En réponse, l’impératrice demande à Louis XV de lui envoyer un représentant officiel. Mackensie et Éon (cette fois en homme !) sont renvoyés en Russie officiellement et Louis continue une correspondance secrète avec la tsarine. Les efforts conjugués de Mackensie, Éon et Woronzeff font que Bestucheff perd du crédit et, en 1757, par un traité conclu à Versailles, la Saxe, La Suède et la Russie rejoignent l’alliance franco-autrichienne. Cette mission débouche donc sur un succès mais il n’en sera pas de même pour toutes les autres !……

Parce que je viens de lire que….


( Commenter n’est absolument pas nécessaire )

    Ce monsieur ( que je ne connaissais pas ) vient de mourir ,Raymond Gurême  ( c’est son nom ) Résultat d’image pour Raymond Gurême aurait eu 95 ans en août prochain…..

 

RAYMOND GURÊME :

      Raymond Gurême est né en 1925 en France dans une famille de nomades d’origine manouche qui tenait un cirque et un cinéma ambulants. Il est le dernier survivant de la communauté tsigane internée au camp de Linas-Montlhéry pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Le 4 octobre 1940, à 6 heures du matin, à Petit-Couronne, près du port de Rouen, il est arrêté à l’âge de 15 ans avec toute sa famille, ses parents et ses huit frères et sœurs, avec qui ils se trouvaient dans la caravane familiale dans un champ.    La seule et unique raison invoquée est le fait qu’il soit détenteur d’une carte de forain établie selon la loi du 16 juillet 1912.

La famille est d’abord internée dans le camp de rassemblement de nomades de Darnétal en Seine-Maritime. Puis ils sont déportés dans des wagons à bestiaux avec 200 autres familles et arrivent le 27 novembre 1940 dans le camp de Linas-Montlhéry. Ils y subissent des coups et souffrent de malnutrition et de froid.

En juillet 1941, son frère et lui, s’échappent pour la première fois du camp mais les deux seront retrouvés. Raymond Gurême fait une deuxième tentative 3 mois plus tard,  par la suite , il se retrouve dans une maison de redressement pour mineurs faisant partie de l’hôpital d’Angers. Il s’enfuit de nouveau mais cette fois-ci, il est déporté dans un camp de travail à Francfort puis plus tard, s’en évade avec l’aide d’un chauffeur français.!

Pendant ce temps, sa famille est transférée plusieurs fois à Mulsane dans la Sarthe puis à Montreuil-Bellay dans le Maine-et-Loire. Il parvient  à les suivre et réussit parfois à s’introduire dans le camp pour leur faire passer de la nourriture. Il vit désormais une vraie vie de cavale en France et rejoint la Résistance. Pris alors qu’il tentait de voler un camion pour la résistance, il est conduit en prison puis dans un camp en Allemagne dont il réussit à s’échapper une nouvelle fois.

Revenu en France, il poursuit ses activités dans la résistance. Lorsque la capitale est libérée, il est âgé de 19 ans. Neuf ans plus tard, il retrouve sa famille par hasard en Belgique. Une partie rentre avec lui mais  » Trois de mes sœurs n’ont jamais voulu  revenir en France, parce qu’ils nous ont fait trop souffrir, disaient-elles  ».

RG4

Ils reprennent leur vie de nomade, se déplaçant en fonction des travaux agricoles puis finissent par se fixer dans les années 1960. Raymond Gurême s’est longtemps tu jusqu’à sa rencontre avec une association de gens du voyage et une historienne dans les années 2000 qui réussit à faire ouvrir les archives du camp de Linas-Montlhéry. En 2010, il publie son histoire :  » Interdit aux nomades  »

RG5

 Demandée en 1983, il finit par recevoir de la France sa carte d’interné politique en 2009 mais son rôle dans la Résistance n’a jamais été reconnu et il n’a jamais réussi à obtenir sa carte de déporté résistant.!

Agé de 94 ans, malgré des séquelles importantes tant psychologiques que physiques, il continue de témoigner en public, en particulier dans le milieu scolaire. Il continue de vivre dans une caravane, sur le terrain de la maison qu’il a fait construire à quelques mètres du camp de Linas-Montlhéry. Il y vivait avec sa famille  désormais sédentarisée…..