Blague qui a tué !


Publicités

çà pourrait porter à confusion !


Hitler et Lenin s’écharpent sur l’Altiplano

Dans un village péruvien, l’élection municipale oppose deux hommes aux noms surprenants : Hitler Alba Sánchez contre Lenin Vladimir Rodríguez Valverde

L'affiche electorale de Hitler Alba Sanchez . En Amerique latine, de nombreux prenoms sont donnes sans connaitre le contexte historique.
L’affiche électorale de Hitler Alba Sánchez . En Amérique latine, de nombreux prénoms sont donnés sans connaître le contexte historique………

   C’est un duel au sommet inattendu dans la petite ville de Yungar au milieu des Andes, au Pérou. Là-bas, à près de 3 000 mètres d’altitude, le candidat Hitler Alba Sánchez a dû faire face à Lenin Vladimir Rodríguez Valverde.
    Le second a tenté d’empêcher le premier de se présenter à l’élection organisée le 7 octobre prochain. En vain. Hitler, déjà maire de la commune entre 2011 et 2014, va pouvoir se représenter, relaie la radio péruvienne RPP. Dans le cadre de la campagne, des affiches surréalistes sont apparues sur les murs de la commune. Il y a notamment « Hitler revient » ou encore « Hitler avec le peuple ». Le candidat, qui insiste sur son rejet de l’idéologie nazie, se sent désormais obligé de préciser : « Je suis le gentil Hitler. »

Heu…. » prout alors ! »


      Les gens deviennent de plus en plus pudiques. Évidemment, je n’ai rien contre le fait de garder une certaine part de mystère…

     Mais parfois, il faut aussi juste dire les choses telles qu’elles sont. Surtout en ce qui concerne notre santé… Car oui, parler de la santé, ça veut parfois dire parler de sujets un peu “cracra” ! C’est pourquoi il est nécessaire d’aborder ouvertement certains sujets soi-disant « sensibles ».​

    Des sujets comme les bienfaits de dormir tout nu.

    Ou encore ce que notre caca dit sur notre santé.

    Ainsi un autre sujet un peu délicat : la flatulence, ou si vous préférez, les pets ! Les prouts, les vents, lâcher un « prout « , peu importe l’expression que vous utilisez…                   

    L’important est de savoir que les pets sont extrêmement révélateurs de notre état de santé. Alors sans plus attendre, découvrons les 7 bienfaits surprenants qui prouvent que péter est bon pour votre santé !

       Le b.a.-ba des prouts : Tout d’abord, il faut savoir que péter est une fonction du corps humain totalement normale et naturelle. En moyenne, nous pétons 15 fois par jour. Et malgré ce que l’on pourrait croire ????, les femmes pètent tout autant que les hommes !         Et oui, péter joue un rôle important dans le fonctionnement de l’appareil digestif :

    Pendant la digestion des aliments, notre appareil digestif dissout les aliments pour en extraire les nutriments. Les gaz intestinaux sont simplement une conséquence de cette digestion. Cela signifie que TOUT LE MONDE sur terre produit des gaz, et que c’est indispensable au bon fonctionnement de l’appareil digestif. De fait, ne jamais péter serait bien préoccupant pour notre santé !

      Bienfait N° 1 : Les pets soulage les ballonnements . Si vous avez des ballonnements après un repas copieux, c’est sûrement parce que vous n’avez pas lâché de pets. Pour la plupart des gens, les ballonnements sont synonymes d’une sensation de gonflement et d’une prise de poids passagère.Pet 1

    Ces symptômes ne sont pas forcément dangereux, mais en revanche vous sentirez que votre jean est un peu plus serré. Scientifiquement, les ballonnements résultent en partie d’une rétention d’eau excessive par votre organisme. Mais alors, d’où vient cette sensation désagréable de satiété associée aux ballonnements ? C’est tout simplement le résultat des gaz intestinaux qu’il faut laisser sortir.

     En lâchant des pets, vous soulagez instantanément la sensation pénible du gonflement des intestins !

    Bienfait N° 2 : Les pets sont excellents pour la santé du côlon . Lorsque vous étiez enfant, peut-être que votre maman vous disait qu’il ne fallait pas retenir vos pets ? Et bien, c’est un conseil fort judicieux, qu’il faut prendre très au sérieux !pet 2

     En effet, retenir vos gaz intestinaux pendant des périodes prolongées peut avoir des effets néfastes sur votre santé. Bien sûr, retenir un pet une fois de temps en temps pour éviter une situation embarrassante n’est pas forcément grave… En revanche, si vous êtes atteint de troubles digestifs, retenir vos gaz intestinaux peut potentiellement provoquer d’autres affections du côlon.

     Bienfait N°3 : Les pets servent de système d’alerte . Les flatulences font partie de ces fonctions du corps auxquelles on ne peut pas échapper. Certes, lâcher un pet peut parfois être embarrassant… Mais saviez-vous que les pets sont également révélateurs de problèmes de santé importants ? En effet, les pets vous permettent de détecter des problèmes et d’en parler à votre médecin avant qu’il ne soit trop tard.pet 3

     Par exemple, les pets aux odeurs nauséabondes, à une fréquence de plus en plus élevée et qui sont associés à des douleurs sont des signaux d’alarme envoyés par votre corps. Ces signaux indiquent que vous souffrez peut-être de conditions médicales, pouvant aller d’une simple intolérance au lactose à une affection plus sévère tel qu’un cancer du côlon.

    Bienfait N°4 : L’odeur des pets est bonne pour la santé ! Parfaitement, vous avez bien lu !pet 4 Sentir l’odeur des pets est bonne pour votre santé. Aussi étrange que cela puisse paraître, des chercheurs de l’université d’Exeter ont découvert que le sulfure d’hydrogène, un composé que l’on trouve en quantité infime dans nos gaz intestinaux, empêche l’apparition de maladies graves. C’est d’ailleurs le sulfure qui possède cette odeur “d’œuf pourri” que l’on associe aux gaz intestinaux et qui est toxique en grande quantité. Mais en petite quantité, comme c’est le cas dans nos pets, le sulfure d’hydrogène diminue le risque de détérioration cellulaire, d’accident vasculaire cérébral (AVC) et de crise cardiaque.

    Bienfait N°5 : Les pets aident à avoir une meilleure alimentation . Une bonne santé est synonyme d’alimentation équilibrée. Or, vos pets servent aussi de signal sur le type d’aliments dont votre organisme a besoin.pet 5

    Explication : chaque aliment produit des gaz intestinaux distincts, en fonction de l’insuffisance ou de l’abondance de l’aliment en question. Par exemple, si vous ne lâchez pas souvent de pets, cela veut sûrement dire que vous devez augmenter votre apport en fibres, avec des aliments tels que les lentilles, les haricots ou le chou frisé. Inversement, les excès en viande rouge provoquent des gaz à l’odeur particulièrement nauséabonde, signifiant que vous devez réduire votre consommation de ce type d’aliments.

    Bienfait N°6 : Les pets sont le signe d’une flore intestinale en bonne santé . Voici une vérité qui risque de déranger : les personnes en bonne santé et sans problèmes de poids pètent beaucoup plus souvent. Autrement dit, le prix à payer pour une meilleure santé est peut-être de lâcher plus de pets malodorants. En effet, les aliments les plus bénéfiques à votre flore intestinale, c’est-à-dire ceux qui stimulent le fonctionnement de l’appareil digestif, sont des légumes comme le chou-fleur, le chou et les choux de Bruxelles. Grâce à ces légumes à feuilles vertes, vos micro-organismes intestinaux passent en vitesse grand V, ce qui signifie une digestion améliorée… et donc plus de gaz intestinaux.

     Bienfait N°7 : Lâcher des pets, ça fait du bien ! Soyons honnête. Qui ne connaît pas le soulagement intense que l’on éprouve lorsqu’on lâche un pet retenu depuis trop longtemps ? Oui, si l’on vous prend sur le fait, la situation risque d’être embarrassante pour vous.pet 7 Mais le risque en vaut la peine, car émettre des gaz nous apportent incontestablement un réel soulagement. De plus, retenir un pet peut nous rendre grincheux, mal à l’aise, voire hargneux. C’est pourquoi il faut donner libre cours à vos pets, car cela peut améliorer votre humeur de manière significative !​

Funeste méprise ou????


   Si se tromper de porte ou d’étage en regagnant son appartement constitue un micro-incident sans conséquence (clé qui ne rentre pas dans la serrure, voisin ou voisine qui ne comprend pas quel est ce bruit sur le palier), cette méprise relativement commune a mené à un drame absolument terrible, survenu jeudi dernier.

  Ce soir là , en rentrant chez elle après son service, une officière de la police de Dallas policières’est tout simplement trompée d’appartement. Une enquête tentera de déterminer si la fatigue est à l’origine de cette erreur relativement anodine.

       Elle est alors entrée dans l’appartement de son voisin, qu’elle a pris pour un intrus. On ignore encore comment elle a pu entrer aussi facilement dans un logement qui n’était pas le sien, mais on peut imaginer que la porte n’était tout simplement pas fermée à clé.

Vraie méprise ou crime raciste?

   Sans hésiter, la policière a alors sorti son arme de service, qu’elle a utilisée pour abattre l’homme. Botham Jean, 26 ans, est mort sur le coup. Son nom s’ajoute à la longue liste des hommes noirs abattus par la police américaine. Si rien ne permet actuellement d’affirmer que la couleur de peau de la victime ait eu une influence sur l’acte commis par la policière, l’enquête tentera également de faire la lumière sur ce point.

  Décrit comme un homme sans histoires, Botham Jean serait la deuxième personne tuée par Amber Guyger, la policière texane ayant abattu en mai 2017 un homme nommé Uvaldo Perez, qui lui avait volé son Taser.

  Diplômé de l’université de Harding (Arkansas), Jean travaillait comme consultant pour une grosse entreprise depuis  2016. Il est décrit par son entourage comme un fervent catholique et un chanteur de talent.

A chacun de juger….


   Moi çà me répugne ce genre d’attitude . !

 

   Une mère en colère a appelé au boycott d’une chaîne de restaurants à pancakes américaine. Son fils de 3 ans, y a été mis à la porte parce qu’il y mangeait avec les pieds. Malheureusement, l’enfant est né sans bras et ne peut manipuler les objets et les aliments qu’avec ses pieds. Regardez la vidéo pour comprendre comment l’enfant s’y prend pour manger malgré son lourd handicap 

 

Le petit garçon sans bras mange avec ses pieds

   Alexis Bancroft a lancé un appel au boycott, samedi dernier, dès qu’elle est rentrée de sa sortie au restaurant. Elle raconte ce qu’il lui est arrivé alors qu’elle prenait un petit-déjeuner avec son fils, dans l’un des restaurants de la chaine IHOP (International House of Pancakes). Le restaurant à pancakes, situé à Hot Springs, dans l’Arkansa, ne s’est pas comporté de façon appropriée selon Alexis. Le gérant du restaurant les a priés de sortir, alors que le petit William se servait de ses pieds pour manger. Le garçon était assis sur la table et se servait des pots de sirop quand le manager a déclaré que ce n’était pas hygiénique.

Personne ne prend sa défense dans le restaurant

« Quand nous sommes arrivés, je l’ai pris avec moi et nous sommes allés aux toilettes pour lui laver les pieds afin qu’il puisse manger ». C’est ce qu’a répondu Alexis au gérant, pour lui prouver que les pieds de son fils étaient très propres. « Demandez-vous à tous vos clients s’ils se lavent les mains  avant de prendre un pot de sirop ? », répond-elle au manager. La situation a créé un petit scandale dans le restaurant car plusieurs employés se sont mêlés à la conversation. « Toute l’équipe s’est mise à parler de mon enfant et qu’il avait laissé tomber l’emballage de sa paille à terre. Gros coup de gueule aussi à ce vétéran qui était là-bas avec deux femmes et qui est parti dès que je me suis mise à défendre mon fils. Ils venaient de recevoir leurs plats et ils les ont abandonnés là. Je pense aussi à cette famille de joueurs de base ball à qui j’ai demandé s’ils avaient lavé leurs mains et qui ont répondu non, alors que tous leurs enfants avaient touché le sirop. »

 
 

 

Elle appelle au boycott de la chaine

Après l’incident, Alexis et sa famille ont quitté le restaurant, avant même que leur commande n’arrive à table. Ils n’ont pas payé pour les boissons qu’ils avaient déjà reçues. La chaine de télévision locale KARK a annoncé que le manager de ce restaurant avait été mis en congé et que l’équipe recevra des consignes de la chaine IHOP concernant l’attitude à adopter envers les handicapés. « IHOP ne tolère pas les actes de discrimination de n’importe quel type de la part de nos franchisés. Ce franchisé a contacté la famille pour présenter ses excuses et restent en contact avec eux jus qu’à ce que le problème soit réglé ».

 

 

Heu……


 

LES SAVOIRS INUTILES   !!!!!!

21 savoirs inutiles sur l’orgasme

Parce que jouir est bon pour l’humanité :  21 savoirs (pas si) inutiles sur l’orgasme.

Le mot orgasme vient du grec orga qui signifie « bouillonner d’ardeur ».

Pendant l’orgasme, c’est le cerveau archaïque qui est simulé chez l’homme…

…et le système limbique (la partie émotionnelle du cerveau) chez la femme.

Le plus long orgasme du monde a duré 3 heures et a fini aux urgences. Une certaine Lise de Seattle aidée de son partenaire Eric.

Seules 30% des femmes parviennent à atteindre l’orgasme vaginal.

On peut avoir un orgasme en pensant à un orgasme.

Depuis le XVIe siècle, on désigne l’orgasme comme “la petite mort” à cause du court évanouissement et des frissons qu’il peut provoquer.

Quand la femme a un orgasme, ses tétons pointent, son cœur s’accélère et ses vaisseaux sanguins se dilatent, ce qui provoque des rougeurs sur la peau.

L’anorgasmie est l’impossibilité à atteindre l’orgasme.

Les couples hollandais ont plus d’orgasmes que les autres.????

47% des femmes ont eu leur premier orgasme en se masturbant. !!!

Un orgasme permet de brûler 2 à 3 calories.

Dans l’Egypte ancienne, une croyance voulait que le dieu Atome ait créé le monde en se masturbant et que la rivière du Tigre soit le sperme de Dieu.

Les premiers vibromasseurs servaient à guérir les femmes de l’hystérie.

Les Françaises sont celles qui simulent le plus avec leur partenaire.!!!!!!

Le missionnaire est la position qui favorise le plus l’orgasme féminin.

46% des Françaises déclarent jouir une fois par semaine.

Le coregasme est un orgasme provoqué par une activité sportive.

Le point G s’appelle en réalité le point de Gräfenberg.

CléopâtreCléopatre utilisait un cornet de papyrus rempli d’abeilles bourdonnantes pour se faire plaisir.

Depuis que vous avez commencé à lire cet article, 3 millions de personnes ont eu un orgasme dans le monde………….
I

 

Bizarre . …….


   Saviez-vous qu’un soldat japonais a continué de se battre pendant 29 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale simplement parce que son major n’était pas venu le chercher ? 

  À l’âge de 20 ans, la vie du Japonais Hiroo Onoda a basculé, avec celle de nombre de ses concitoyens. Appelé au combat au cœur de la Seconde Guerre mondiale, il va se battre pendant 30 ans, bien après la fin des hostilités. La raison ? Son major lui avait fait promettre de rester embusqué tant que personne n’était venu le chercher. Voici l’histoire d’un homme dont la détermination et le patriotisme en ont fait une figure historique des plus étonnantes.

Quoi qu’il advienne, nous viendrons vous chercher

   Lorsque Hiroo Onoda est réquisitionné pour aller combattre les Américains et défendre son pays, son sang ne fait qu’un tour. Le jeune homme quitte son travail et se rend à l’école de Nakano pour y être formé en tant qu’agent chargé du renseignement. Son objectif : se rendre derrière les lignes ennemies avec un petit groupe de soldats et y récolter des informations. Le 26 décembre 1944, il est envoyé sur l’île de Lubang, dans les Philippines.japonais soldat

  Sur place, les instructions de son supérieur, le major Yoshimi Taniguchi, sont simples : des soldats  viendront le chercher à la fin de sa mission d’infiltration, même si cela doit prendre des années. Tant qu’il possède au moins un soldat sous son commandement, il a pour ordre de s’en occuper. S’il doit vivre dans la misère la plus absolue et se nourrir de noix de coco, qu’il le fasse. Mais il a l’interdiction absolue de se donner la mort. Quoi qu’il advienne, on viendra le chercher.

   Le 28 février 1945, l’île de Lubang est prise par les Alliés. Onoda et les autres soldats se divisent en petit groupe de 3 ou 4 et se dispersent dans la jungle. Très vite, la plupart d’entre eux sont tués. Toutefois, la troupe d’Onoda survit, dans un premier temps. Ensemble, ils continuent de se cacher dans la jungle, complétant leur rations avec des fruits trouvés sur place et les ressources qu’ils volent dans des fermes. La vie est dure, mais Onoda et ses hommes tiennent le coup.

La guerre est finie ! Descendez des montagnes !

   Le 25 octobre, alors que la troupe d’Onoda mène un raid dans l’une des fermes locales, ils tombent sur un tract local proclamant : « La guerre a pris fin le 15 août ! Vous pouvez sortir des montagnes ! » De vives discussions s’ensuivent, mais la troupe décide qu’il s’agit probablement d’une propagande alliée et ignore le message. Ignorants des bombes tombées sur Nagasaki et Hiroshima, la défaite du Japon leur semble juste trop soudaine et improbable.

   C’est pourquoi lorsque le général Yamashita ordonne le largage de tracts au-dessus de la jungle demandant à ses hommes de rentrer, tous suspectent qu’il s’agit probablement d’un piège. Le Japon ne peut pas perdre le combat. Et quand le pays en sortira enfin victorieux, quel qu’un viendra directement récupérer les troupes pour les ramener chez eux.

    D’ autres  tracts, des journaux et des lettres des familles sont largués. Des officiels se rendent sur place armés de mégaphones pour inviter les soldats à rentrer au pays, tentant de les ramener à la raison. Mais toujours, la paranoïa de ces derniers les empêche de croire à la fin du combat. Les années passent, un homme d’Onoda déserte et un autre est tué quelque temps après lors d’une escarmouche. En octobre 1972, après 27 ans d’infiltration, le dernier compagnon d’Onoda est tué lors d’un combat avec une patrouille philippine.

Rentrez chez vous, Onoda

  L’identification du corps de ce dernier fait supposer au gouverment qu’Onoda, déclaré mort depuis des années, est peut-être toujours embusqué quelque part dans la jungle. Des recherches sont organisées, mais Onoda est simplement trop performant, et personne n’arrive à lui mettre la main dessus.

   Jusqu’au jour de 1974 où l’étudiant Nario Suzuki décide de voyager. Lors de son séjour, il se fixe trois objectifs : « trouver Onoda, un panda, et l’épouvantable homme des neiges. » 

  On ignore si Nario Suzuki a jamais trouvé les deux derniers items de sa liste, mais après un long périple dans la jungle, il découvre la cachette d’Onoda et l’irréductible soldat, qui refuse de l’accompagner. Les instructions sont claires : lorsque le combat sera terminé, l’armée viendra le chercher. Suzuki retourne donc au Japon et avertit le major Taniguchi de sa découverte. L’ancien militaire reconverti depuis en libraire accompagne Suzuki sur place et, après 29 ans de recherches infructueuses, peut enfin annoncer à Onoda Honodaqu’il peut rentrer chez lui.

   Le choc de ce dernier est pour le moins compréhensible. À 52 ans, le soldat voit soudain la mission qui a dicté sa vie prendre fin et s’aperçoit du nombre de morts inutiles que lui et sa troupe ont causées. Il se demande pourquoi ses compagnons sont morts. Pourquoi il a passé sa vie à mener un combat qui n’avait plus de raison d’être. Voici l’histoire d’un homme dont la folie et le dévouement inspirent autant d’indignation que de respect.

Bonnes notes en échange de  » faveurs « 


Du sexe en échange de bonnes notes
Yokasta M. est une professeure mariée de 40 ans originaire de Colombie. L’enseignante encoure pas moins de 40 ans de prison pour avoir forcé des mineurs à coucher avec elle. Les faits remontent 2016. L’enseignante exerçait dans une école de Medellin. La femme draguait ses élèves, tous âgés entre 16 et 17 ans. Mais le pire, c’est qu’elle les menaçait de les faire échouer s’ils n’acceptaient pas ses faveurs sexuelles. En effet, Yokasta M demandait le numéro de téléphone des adolescents « pour les aider dans leurs devoirs ». Ou bien elle les ajoutait sur les réseaux sociaux. Elle leur envoyait des photos d’elle dénudée et dans des positions suggestives. Ensuite, elle profitait de l’absence de son mari pour les inviter dans son appartement. Là, elle leur demandait d’assouvir ses besoins en échange de bonnes notes à l’école.

40 ans de prison pour l’enseignante
Pendant plusieurs mois, l’enseignante perverse a réussi à cacher ses pratiques aux parents ainsi qu’à l’établissement. Yokasta M. a menacé une quarantaine d’élèves pour ses faveurs sexuelles. Et certains ont accepté pour ne pas rater leur année. Mais finalement, c’est le beau-père d’un élève qui va découvrir la ruse de la professeure. En fouillant dans le portable de son garçon, l’homme est tombé sur les photos d’elle nue. Rapidement, il a dénoncé l’enseignante, et cette dernière a été arrêtée. La femme pourrait être condamnée à 40 ans de prison. De plus, son mari a demandé le divorce après avoir appris ses horribles pratiques. Un des élèves a partagé les photos de Yokasta M. sur les réseaux sociaux pour dénoncer l’enseignante. « Voici l’enseignante Yokasta, qui dit qu’elle va nous réprimander si nous n’avons pas des relations avec elle », a écrit l’une des victimes.

L’histoire n’a pas tardé à faire le tour du monde et a indigné de nombreux internautes.