Gironde : un enfant de 7 ans privé de cantine …..


……pour cause d’impayés et raccompagné chez lui par la police municipale !!!

Sa mère n’avait pas payé les derniers mois de cantine et devait 900 euros à l’école. 

Un petit garçon de 7 ans a été raccompagné par la police municipale au domicile de ses parents !!!!!!!!alors qu’il se trouvait à la cantine de son école lors de la pause-déjeuner. « Une scène d’humiliation », raconte la mère de l’enfant. Même si cette dernière n’a pas réglé les frais de cantine depuis de nombreux mois, elle estime qu’il n’est pas acceptable que son fils subisse ce genre de traitement devant tous les élèves de l’école. « Mettez les sirènes, va en prison »!!!!!!, criaient les enfants selon la mère. 

Une scène traumatisante pour les parents d’élèves 

Elle assure qu’elle comptait payer les frais dans les prochains jours au Trésor public, qui s’accumulaient depuis 2019. « Je n’ai pas eu d’autres choix pour récupérer l’enfant. Soit j’appelais la police, soit j’appelais les services sociaux », explique la maire du village de Saint-Médard-de-Guizières (Gironde). Les parents d’élèves interrogés devant l’école par les journalistes de France Télévisions sont « révoltés par ce geste qui aurait pu traumatiser l’enfant ». ( Moi aussi !!! ) Ce dernier aura l’autorisation de retourner à la cantine lorsque les dettes seront remboursées.

la pénicilline :


C’était il y a environ 93 ans : Alexander Fleming  » découvre  » la pénicilline :

Son travail avant la découverte de la pénicilline :

Résultat d’images pour Alexander Fleming
Alexander Fleming

Après la guerre, Fleming fit des recherches sur les agents antibactériens, parce qu’il avait été témoin de la mort d’un grand nombre de soldats, victimes de la septicémie. Malheureusement les antiseptiques tuaient les défenses immunologiques du patient  plus vite qu’ils ne tuaient les bactéries qui l’avaient envahi.

Dans un article  paru pendant la Première Guerre mondiale, Fleming avait expliqué pourquoi les antiseptiques tuaient plus de soldats que les maladies elles-mêmes. Ils travaillaient correctement sur la peau  , mais les blessures profondes avaient tendance à abriter des bactéries  » anaérobies  » ? et les antiseptiques paraissaient éliminer surtout des agents bénéfiques qui auraient protégé efficacement les patients. Sir Almroth Wright

A. Wright

soutint fortement les conclusions de Fleming. Malgré tout, pendant la Première Guerre mondiale, la plupart des médecins militaires continuèrent à utiliser des antiseptiques, même dans les cas où leur usage aggravait l’état des patients.

En 1922, Fleming découvre les propriétés antibactériennes d’une substance présente dans les sécrétions nasales et dans les larmes, fabriquées par le corps lui-même . Il l’appelle le lysozyme : c’est le premier antibiotique naturel identifié .Bien qu’elle n’ait pas donné lieu à des applications thérapeutiques, la découverte du  » lysozyme  » a joué un rôle important dans l’étude des mécanismes enzymatiques (certaines biomolécules catalytiques sont cependant constituées d’ARN et sont donc distinctes des enzymes: ce sont les ribozymes.) ?

Six ans plus tard, il découvrit ( en fait redécouvrit après Ernest Duchesne

: Médecin français qui découvrit que certaines moisissures pouvaient neutraliser la prolifération de bactéries.) la pénicilline par accident, lors de l’observation d’une moisissure qui tua les bactéries d’une de ses expériences, et surtout il comprit et fit comprendre son intérêt médical .

Antibiotiques :

La découverte accidentelle de Fleming en septembre 1928 permettant d’isoler la pénicilline a marqué le début des antibiotiques modernes. Très tôt aussi, Fleming s’est rendu  compte que les bactéries développaient une résistance aux antibiotiques chaque fois qu’on utilisait trop peu de pénicilline ou pendant une période trop courte. Almroth Wright avait prédit cette résistance aux antibiotiques même avant qu’elle eût été observée expérimentalement.

Dans beaucoup de ses discours à travers le monde , Fleming a insisté sur une utilisation correcte de la pénicilline. Il a recommandé de ne pas l’utiliser sans raison et en dehors d’un diagnostic correct, de ne jamais en utiliser trop peu, ou pendant une période trop courte, car c’est précisément dans de telles circonstances que se développe la résistance des bactéries aux antibiotiques.

Purification sous une forme stable et production à échelle industrielle :

Howard Florey

Résultat d’images pour Howard Walter Florey

dirigeait une grande équipe de chercheurs à la  »Sir William Dunn School of Pathology  »de l’Université d’Oxford. L’équipe avait auparavant travaillé sur le Lysozyme de Fleming et Florey avait lu l’article de Fleming qui décrivait les effets antibactériens de la pénicilline. En 1938 il voulut essayer de purifier trois substances prometteuses, en espérant qu’au moins une d’entre elles pourrait s’avérer utile. Une de ces trois substances était la pénicilline.

Ernst Chain

Résultat d’images pour Ernst Boris Chain
Ernst Chain ( image du net )

trouva la façon d’isoler et de concentrer la pénicilline et il en théorisa correctement la structure. Peu de temps après que l’équipe eut publié ses premiers résultats en 1940, Fleming se présenta et demanda à voir où elle en était. Quand Chain lui eut demandé qui il était et que Fleming lui eut dit son nom, Chain s’écria  » Je croyais que vous étiez mort !  ».

Norman Heatley eut l’idée de transférer dans l’eau le composant actif de pénicilline pour changer son acidité. Il put alors produire assez de médicament  pour commencer à faire des tests sur les animaux.

Sir Henry Harris aurait dit en 1998 :  » Sans Fleming, pas de Chain ni de Florey ; sans Chain, pas de Florey ; sans Florey, pas de Heatley; sans Heatley, pas de pénicilline  ». De plus en plus de personnes s’impliquèrent dans l’équipe d’Oxford et, à un moment donné, c’est l’École Dunn entière qui se consacrait à la production de la pénicilline.

Après que l’équipe eut en 1940 mis au point une méthode pour obtenir enfin la pénicilline sous une forme stable et utilisable, plusieurs essais cliniques furent tentés, avec tant de succès que l’équipe chercha comment la produire en grande quantité  pour la distribuer massivement en 1945.

Fleming était modeste quant à sa participation à cette découverte et, en évoquant sa gloire, parlait du  » Mythe de Fleming  » ; il réservait ses louanges à Florey et Chain qui avaient su transformer cette trouvaille de laboratoire en un médicament utilisable !!! Fleming avait tout de même été le premier à isoler la substance active, et lui avait donné son nom : pénicilline. C’est lui aussi qui pendant douze ans avait conservé, cultivé et distribué la moisissure originale, et jusqu’en 1940 il avait continué à tenter de convaincre tout chimiste assez habile de la préparer sous une forme stable, susceptible d’être produite en masse . Beaucoup de tentatives échouèrent dans l’entourage de Fleming quand on voulut stabiliser la substance avant que Florey, en 1938, eût organisé à Oxford une équipe de recherche  biochimique nombreuse et expérimentée. C’est seulement alors qu’on put commencer ce travail immense et révolutionnaire.

çà s’est passé un 8/07 ……..


8 juillet 1853

Le  » commodore  » Perry débarque au Japon

Le 8 juillet 1853, le commodore Matthew Perry apporte à l’empereur du Japon un message d’amitié du président américain Franklin Pierce. En fait d’amitié, il s’agit d’une injonction à se soumettre.!!!!!

Les Japonais, qui s’étaient jusque-là tenus à l’écart des affaires du monde, se laisseront-ils assujettir comme, avant eux, les Chinois et la plupart des autres peuples d’Asie ?..Un message d’amitié en forme de menace

Le commodore (capitaine de vaisseau commissionné) s’inquiète auprès du gouvernement japonais des mauvais traitements qu’ont eu à subir des marins américains naufragés sur les îles japonaises.

Ses quatre  » bateaux noirs  », surnommés ainsi parce qu’ils utilisent du charbon et crachent de la fumée, provoquent un grand émoi chez les Japonais. Ces derniers prennent conscience de leur retard sur les  » Barbares  » d’Occident.

Il faut dire que l’archipel est soumis depuis 1603 aux  »shôguns  » de la famille Tokugawa . Ces maires du palais ont relégué l’empereur, le tenno (ou taino), dans un rôle religieux et honorifique. Ils ont dompté les grands seigneurs féodaux, les daimyo. Ils ont fermé l’archipel aux influences étrangères, avec interdiction quasi-générale d’entrer ou de sortir du pays… De ce fait , les Japonais mesurent mal les changements techniques et intellectuels qui se sont produits dans le monde et en particulier en Occident au cours des 250 dernières années.

Au cours d’une seconde visite, le 13 février 1854, le commodore Perry commande sept navires de guerre, dont quatre à vapeur. Il se fait menaçant et exige du shôgun qu’il ouvre les ports japonais aux navires de commerce et aux baleiniers américains.

Le shôgun s’incline et ses représentants signent un traité le 31 mars 1854 à Kanagawa par lequel ils garantissent le rapatriement des éventuels naufragés. Ils consentent aussi à ouvrir les ports de Shimoda et Hakodaté aux navires de commerce battant pavillon américain. Ils offrent enfin aux États-Unis un statut de faveur et accueillent en 1856 un premier consul américain, Townsend Harris.

( Harris )

Dans les années suivantes, le Royaume-Uni et les principales puissances européennes réclament et obtiennent des privilèges équivalents.

Les Japonais les plus lucides comprennent qu’ils doivent adopter rapidement les principes et les techniques des Occidentaux s’ils ne veulent pas être colonisés comme leur voisin chinois. D’autres préfèrent s’en prendre directement aux Occidentaux et se laissent entraîner à de sanglantes émeutes.

C’est le début d’un long conflit entre les réformistes et les conservateurs, ces derniers étant conduits par le shôgun. Il se termine en 1867 par la victoire des premiers et le renvoi du shôgun.

Le jeune empereur Mutsuhito

Mutsuhito

 (15 ans !) prend lui-même le pouvoir et entreprend à marches forcées de réformer le Japon. Il va en faire le premier pays industriel non occidental.

C’était il y a environ…


…..96 ans.

La conquête de l’air……

Qui , comme chacun le sait , commence par  »le plus léger que l’air  » est , dès le début française.

En effet ,les premiers furent les frères Montgolfier, fils d’un fabricant de papier du Vivarais. Ce qu’ils imaginèrent : le ballon à air chaud, auquel ils ont donné leur nom. Aussitôt, ils rêvèrent de rendre la montgolfière

image du net

dirigeable, mais ne réussirent pas.

Seulement un an après l’invention , la montgolfière le physicien Charles remplace l’air chaud par de l’hydrogène. Du coup , on le considéra comme le vrai créateur de  »l’art aérostatique  ». Cependant il ne fut pas le premier à s’élever dans l’air. Cet honneur revint à Pilâtre de Rozier

De- Rozier ?

, qui partira  » en captif ‘ tout d’abord : puis, bientôt, renouvellera son essai en ballon libre, en compagnie cette fois du marquis d’Arlandes

ascension qui dura vingt-trois minutes et permit d’atteindre l’altitude d’environ mille mètres. Après bien des péripéties, les premiers aéronautes prirent terre à huit kilomètres de leur point de départ. Toute la Cour avait assisté à l’ascension, en tête le roi lui-même et le dauphin. Louis XVI aurait même voulu que l’on en fît courir le risque à deux forçats, mais Pilâtre et d’Arlandes refusèrent.

Une semaine après Charles s’élevait en ballon à hydrogène, tandis que Pilâtre était en montgolfière. Charles atteint l’altitude de trois mille mètres. Puis c’est Blanchard qui traverse la Manche. L’idée des Montgolfier de rendre le ballon dirigeable, ne s’était pas perdue …

De nombreux français s’y attachent . Enfin, les capitaines Renard et Krebs bouclent, le 9 octobre 1884 le premier circuit fermé. La réussite de Renard et Krebs, qui se trouvaient à bord d’un dirigeable construit sur leurs plans et appelé  »La France  », renforce l’idée que c’est au plus léger que l’air qu’est réservé le rôle de vaincre l’élément ( qu’on nomme alors  » le plus perfide  »: L’air ! )

Clément Ader
Clément Ader

Mais un homme avait compris que c’était là erreur et qu’au plus lourd seul il appartiendrait de marquer l’étape définitive. Cet homme, Alsacien d’origine qui, après la guerre, était venu s’installer dans le Midi de la France puis à Paris, s’appelait Clément Ader. Dès sa première jeunesse , parait il ,il avait rêvé de l’homme devenu l’égal de l’oiseau. Comme il lui fallait une fortune pour la sacrifier à la réalisation de ce rêve, il la gagna grâce à une série d’admirables inventions d’appareils électriques. Riche, il se consacra au grand problème : Vaincre les lois de la pesanteur.

D’abord, il s’attache à comprendre ,étudier le mécanisme du vol des oiseaux ; Ader fait preuve d’une obstination incroyable à vouloir forcer la nature, » à vouloir la contraindre à lui révéler son secret peut-être le plus jalousement gardé  » . Un jour il est à Strasbourg et regarde voler les cigognes, le mois d’après il est en Algérie et considère des vautours. Puis il revient chez lui, dans son hôtel de Passy. Il y avait fait construire une volière ; et durant des heures, il y observait les oiseaux. Il en avait de toutes sortes, dont des tourterelles apprivoisées. Souvent il en saisissait une, l’endormait à l’aide d’un tampon de chloroforme et, penché sur l’oiseau , le contemplait, l’auscultait fiévreusement.

D’autres fois, il allait à travers la campagne et c’étaient les feuilles de certains arbres emportées par la brise, le vent ou l’ouragan, qui retenaient son attention. Ainsi, après des années de recherches, l’observation lui permit d’établir les lois du vol. Entre temps, dans les ateliers qu’il avait fait aménager à cette intention, il se livrait à des essais sur chacun des organes de son futur appareil. Il baptisa celui-ci l’Eole, et ce fut à Armainvilliers, aux environs de Paris, que le 9 octobre 1890 il l’expérimenta pour la première fois. L’Eole quitta, la terre et plana sur un espace d’environ cinquante mètres. Tel fut le premier vol humain.!!!!

Mais si cette expérience aurait du assurer à celui qui en était le héros une destinée immortelle, elle ne lui valut que déboires, jalousies, haines : on le méconnut, on le vilipenda. On fit même plus : On nia les faits. A l’Eole n°1 avait succédé l’Eole n°2, puis l’Avion, nom que Clément Ader imagina pour le donner à son troisième appareil. Nom que l’usage a adopté. Ainsi il y a, en dépit de tout, une sorte de justice immanente : c’est le premier homme qui a volé qui a baptisé la machine sur laquelle on vole.

L'Avion : troisième aéroplane de Clément Ader, qu'il fit voler en 1890
L’Avion : troisième aéroplane de Clément Ader, qu’il fit voler en 1890

L’Avion vola durant trois cents mètres. Clément Ader était arrivé au bout de ses ressources ( financières) . Il aurait fallu lui venir en aide. Freycinet, le ministre de la Guerre, s’y refusa. Alors, ruiné, désespéré, Ader brûla dans le calorifère de ses ateliers ses modèles, ses papiers, comme pour imposer définitivement silence aux sollicitations des officiers étrangers. ces derniers venaient lui offrir des fortunes pour qu’il leur communique ses plans ; mais lui voulait que son appareil soit français ou qu’il ne fut plus. Dans cette effroyable débâcle, seul son aéroplane n°3, l’Avion, fut sauvé.

Clément Ader lui-même a écrit à ce sujet :  »  Pour ne pas laisser perdre un objet fruit d’un travail inouï, le Conservatoire national des Arts et Métiers voulut bien le recueillir.  » Dans les derniers jours que l’Avion était demeuré chez Ader, des savants de toutes les parties du monde étaient venus le visiter ; l’un d’eux, le célèbre professeur Langley

( qui avait effectué à dessein le voyage des Etats-Unis en France ) fit à son à sujet, lors de son retour dans son pays, d’intéressantes communications. Elles furent la source de l’inspiration des frères Wright.

Vidéo :

Quelques citations ….


…….et mon avis :

L’Amour : ( citations )

 » Il vaut mieux être aimé  »

Sasha Guitry

Avis :

Oui , c’est plus sur car , l’amour de l’autre , il faut d’abord y croire !!!

 » Les émotions qu’on a cessé d’aimer paraissent toujours un peu ridicules  »

Oscar Wilde

Avis : Et si c’est moi qui a cessé d’aimer ? Mes émotions me paraissent ridicules ?

 » Si tu veux être aimé , aime !  »

Sénèque

Avis : ????? Faut voir ! …

 » Les enfants commencent par aimer leurs parents, devenus grands , ils les jugent  »

Avis : Normal ? Mais le jugement n’exclut toujours l’Amour pas l’Amour

 » Aimer , c’est essentiellement être aimé  »

Lacan

Avis : Certainement ! L’Amour demande à être réciproque .

 » Le mensonge tue l’amour a- t – on dit , et la la franchise donc !  »

Abel Hermant

Avis : Je crois que çà se discute ….

 » Aimer , ce n’est pas se regarder l’un l’autre : C’est regarder dans la même direction  »

Antoine de Saint Exupéry

Avis : çà , je pense que c’est bien vrai , aimer , c’est voir l’avenir ensemble

 » Les plaisirs de l’amour font oublier l’amour du plaisir  »

Alain

Avis : Pourquoi ? L’un n’empêche pas l’autre ……

 » On a peine à haïr celui ou celle qu’on a aimé  »

Corneille

Avis : C’est vrai ! ( je l’ai vécu et…)

 » En Amour comme à la chasse , le vrai plaisir , c’est de braconner  »

Balzac

Avis : Hoooo ! lol

 » Si vous jugez les gens , vous n’avez pas le temps de les aimer  »

Mère Thérèsa

Avis : Au début , oui , l’amour empêche le jugement , mais avec le temps……Puis , est ce que juger empêche d’aimer ?

 » Aimer une personne pour son apparence , c’est comme aimer un livre pour sa reliure  »

Laure Conan ?

Avis : Il est sur qu’on est d’abord attiré par l’apparence ,mais Aimer , c’est vouloir connaître et partager la  » profondeur  » , de l’autre

 » La débauche commence quand commence à se dissocier de l’Amour le plaisir  »

A. Gide

Avis : L’ Amour implique le plaisir ? Non ? ( Et le plaisir n’implique pas le débauche ) …

 » Dire qu’il faudra partir un jour alors que tant de gens continueront à faire l’Amour  »

P. Léautaud

Avis : C’est bien typique de Léautaud çà !

 » Les gens s’ennuient sans nuit d’Amour  »

Stéphane Ternoise

Avis : Joli jeu de mot ! Et en plus c’est vrai ….

 » Il est évidemment bien dur de ne plus être aimé quand on aime , mais cela n’a rien de mortel  »

Courteline

Avis : Pas sur : Et le suicide ?

 » Il faut se ressembler un peu pour se comprendre , mais il faut être un peu différents pour s’aimer  »

Paul Géraldy

Avis : Oui ; ainsi on partage plus de choses.

 » Aimer un être , c’est s’enfoncer avec lui dans un chemin d’où on ne revient pas  » ( la mort )

Jean Rostand

Avis : De toute façon , on ne revient pas après la mort , alors autant vivre dans l’Amour ..

 » Aimer ,c’est préférer un autre à soi-même , dans ce sens là , je n’ai jamais aimé  »

Paul Léautaud

Avis : Encore typique de Léautaud , le misogyne qui préférait se chats aux homme , surtout aux femmes !

 » Jaime trop l’Amour pour bien aimer les femmes  »

J.Brel

Avis : ? A voir , méditer …..

 » Mieux vaut mourir que rester vierge  »

H. Pagani

Avis : ? Quand même : La mort est sans issue , la virginité si !

 » Comment franchir cet océan qui va de l’ami à l’amant  »

Avis : Souvent , cela n’est pas nécessaire ; ces deux sentiments sont différents , passer de l’un à l’autre n’est pas évident , gâche tout souvent ….

 » Quand l’Amour quittera le monde , si ce n’est déjà fait , tous les cœurs s’arrêteront de battre  »

Stephen King

Avis : Fort possible , et , comme il l’écrit :  » si ce n’est déjà fait  »

________________________________________________

Autres citations sur divers sujets : ( parfois sans les auteurs )

Les paroles de Jésus le charpentier ont gêné tout le monde , surtout les riches , les nantis, ceux qui avaient le pouvoir .  » Aimez vous les uns les autres  » ,  » donnez aux pauvres  » ,  » partagez  » ,  » heureux les simples d’esprit car le royaume des cieux leurs appartient  » etc……Alors : Ils l’ont tué ! ( en s’arrangeant , bien sur , pour que ce soit le peuple qui le fasse à leur place ! ) . Jésus parlait de  » redistribution volontaire des biens et du pardon de ses ennemis , ce qui a ennuyé fortement les riches, les  »méchants  » , les puissants . Alors, ils l’ont tué !

Lu dans Henri Vincenot

Avis : Que l’ont soit croyant ou non , ceci est une vérité historique ( souvent encore d’actualité )

 » La sottise , ça ne se détruit pas , ça s’analyse  » Auteur ?

Avis : La sottise, imbécilité serait vraiment indestructible ? Alors dur , dur…..!

 » L’ignorance d’un secret est parfois ( souvent ) plus fascinante que sa connaissance  »

Avis : Intéressant car l’ignorance entraine l’envie de connaitre ( n’est ce pas ce qui nous pousse ( devrait ) à évoluer, à vivre intellectuellement et  » pratiquement  » ? )

Il y a quelques siècles , les européens découvrant de nouveaux pays disaient :  » C’est captivant, intéressant !  » . Puis , le profit , la domination leurs fit dire :  » Tout ce qui est captivant doit être capturé  »

Avis : C’est la définition du colonialisme !

 » La naissance : Rien de bien joli , un cycle de neuf mois qui va du plaisir à la douleur  »

Avis : Vrai , mais aussi , si l’enfant est désiré : Quel bonheur qui efface , fait oublier ces douleurs ( je crois ,bien que je sois un homme lol )

 » Si on n’attend pas grand chose, on ne risque pas d’être déçu  »

Avis : C’est pour çà que je n’attends plus grand chose de la vie ….

 » Sage est celui qui sait ce qu’il doit perdre de vue  »

Avis : ? J’aurais été proche se la sagesse alors ! ( par exemple mon frère fasciste )

 » être vivant , c’est être ou entrer dans le regard d’un être aimant . Personne n’échappe à cette loi , pas même Dieu , qui est par principe ( car il est le principe supposé de tout ) ,n’est hors de cette loi  »

Avis : La première partie , je serais assez d’accord , mais la fin ???? comme je ne crois pas en un dieu quel qu’il soit ..

 » La vérité , on ne peut l’avoir , seulement la vivre  »

Christian Bobin

Avis : Personne ne détient la vérité  » vraie  » ….Chacun a la sienne je crois …

 » Au cours d’une conversation , pas besoin d’entendre claquer une porte pour savoir qu’elle est fermée  »

Avis : La porte et la conversation ( souvent vrai dans certains couples , comme mon père et maman autrefois )

 » La mort , c’est le meilleur moment de la vie , c’est pour cette raison qu’on la garde pour la fin  »

G. Bedos

Avis : boffff tout juste un sourire

 » La difficulté n’est pas d’apprendre à aimer, c’est de désapprendre  »

Jacques Brel

Avis : Quand il s’agit d’Amour véritable , c’est vrai ( je ‘ai vécu UNE fois et je n’étais pas marié )

 » On peut très bien vivre sans culture , mais pas sans cœur  »

Auteur ?

Avis : C’est vrai ( encore plus de nos jours ! ) à mon avis , mais la culture aide tout de même à  » survivre  »

 » On sait très bien qu’un jour on n’aura plus d’idée : Ce n’est pas grave ;

ce qui est grave , c’est qu’un jour on aura de mauvaises idées  »

jacques Brel

Avis : C’est sur ce genre de  » bases  » que j’ai  » élevé  » ( je n’aime pas ce mot pour un enfant ! ) Emmanuel .

‘ Quand vous aimez une femme , c’est pour qu’elle vous aime et pour l’aimer ; pas pour qu’elle vous apporte quelque chose  »

Avis : Vrai à mon avis , mais …..se marier pour que l’autre apporte quelque chose = fréquent autrefois , et encore aujourd’hui parfois .( P.S : Vrai dans les deux sens : Aimer un homme etc…. )

 » On vit de ses rêves : C’est la seule chose importante dans la vie  »

Jacques Brel

Avis : Il est certain que rêver , imaginer est capital dans la vie , mais est ce la seule chose qui importe ?

 » Faut dire qu’ils ont ri quand ils m’ont vu pleurer  »

Jacques Brel

Avis : çà parait banal , mais c’est tellement vrai à notre époque : Personne ne compatit plus au mal de l’autre ….au contraire …

 » Vous qui entrez ici ( = dans la vie ) , abandonnez toute espérance  »

Dante

Avis : Le contraire de  » l ‘ espoir fait vivre  » . Chacun son avis …perso , mon ( mes ) espoir s’amenuise …..

 » Quoiqu’on fasse , on ne peut ignorer que chez tout enfant, pauvre ou riche : L’esprit est un palais !  »

( Entendu dans un film sur les débuts de l’école …en 1835 )

Avis : Effectivement ; un immense palais vide qui ne demande qu’à être  » habité  » et c’est le rôle des parents aidés des instits ,profs , de le  » remplir  »

 » L’artiste ne crée pas pour vivre , il vit pour créer  »

Molière

Avis : çà n’a pas toujours été vrai , pas pour tous les artistes en tous cas : Certains ont dus en arriver à  » peindre, écrire , créer  » pour survivre

 » Le cynisme est une forme d’humour  »

Auteur ?

Avis : Pas sur , le cynisme a tout de même un aspect  »méchant  » ( je serais plus O.K pour la satyre )

 » Ce qu’il y a de bizarre avec la solitude ,On en a d’abord peur , puis on finit par s’habituer , par l’apprécier  » !

Auteur heuu Moi ! ( d’où mes » pseu.  » sur le net : Ermite-Athée et Le Marginal / solitaire )

Avis : C’est de plus en plus vrai  » chez moi  » ( seules mes petites filles me manquent souvent , Manu le sait et vient avec elles chaque fois qu’il en a la garde ) . ( Et parfois ……les  » ami(e)s  » / relations du Net )

 » c’est le contact humain qui compte en ce monde : Contact de votre main avec la mienne signifiant bien plus pour un cœur affamé qu’ un toit ,du pain ,et du vin . Qu’est il besoin de toit quand la vie est finie . Et le pain ? Est ce qu’il rassasie plus d’une journée ? Mais….le contact de la main , le son de la voix chantent pour toujours dans l’âme ! »

Auteur : Stephen King

Avis : çà m’a interpelé ; sans Amitié, sans Amour ; a quoi sert de vivre , vit on ?

 » A quoi sert à l’homme de conquérir l’espace extérieur s’il n’est pas capable de conquérir son  » espace intérieur  » ; à quoi sert d’aller vers une étoile lointaine , si on n’est pas capable d’aller vers l’étoile qui se trouve dans notre cœur  »

Auteur : Werber dans son livre ( le dernier que j’ai lu ) :  » Le papillon des étoiles  »

Avis : Si on ne se connait pas soi-même , à quoi sert de vouloir conquérir , connaître l’univers ?

 » Le pouvoir , la violence et la foi sont trois formes de dépendance  »

Auteur : Werber ! ( même livre )

Avis : C’est la pure vérité !

 » Si j’écris , c’est pour ne pas mourir  »

Auteur : J . H. Hallier

Avis : Idée toute simple , mais qui , à mon avis est vraie : Ecrire est une façon d’exister , et même , pour un écrivain , souvent d’exister même après la mort .

 » Problème avec le cerveau : C’est que le seul outil qui permette d’étudier et d’améliorer son fonctionnement c’est ……..le cerveau humain  » !

Auteur : Werber

Avis : çà me semble vrai …pousse à réfléchir ( avec son cerveau lol )

 » La morphine : Analgésique parfait pour la chair ‘

 » La télévision : Analgésique pour l’esprit  »

Auteur : Werber !

Avis : Dans notre société , c’est évident : On nous endort avec des images, des reportages , enquêtes soit disant faites sur le terrain . Sans oublier les séries bien  » sirupeuses  » qui nous font ( essaient de nous faire ) oublier la réalité en nous plongeant dans un monde féérique qui prétend être la réalité ou , au contraire , dans l’horreur pour nous montrer que nous n’avons pas à nous plaindre . Ainsi ,  » ils  » espèrent nous endormir , et supprimer en nous toute envie de changement …

Voilà , c’est tout pour cette nuit ……Encore des  » trucs  » à mettre mais…..je verrais déjà si ceci a été lu …..

La fin ????


J’ai régulièrement des  » notes  » de Word Press prévenant que ce blog va être  » inutilisable  » ( car pas payé ) …là la  » note  » dit :  »fralurcy.blog expires in less than 7 days!  » Dans 7 jours ..? Alors, j’espère que cet  » avertissement  » n’est pas valable pour mon autre blog sinon ..???

Bien sur , çà n’intéresse pas mes rares lecteurs , mais …..il y a tout de même quelques visiteurs assez fidèles alors , autant les avertir …

KLIK

Tous égaux ?


Les paroles :

On les a crus 2019

On les a crus les experts
Ils savaient ce qu’il fallait faire
Z’avaient des diplômes
Du baratin le décorum
Présentés comme des sur-hommes

On a cru les technocrates
Avec eux nos routes seraient droites
Nous serions heureux
En marchant en rang derrière eux
Fallait juste fermer les yeux

On a cru les candidats
A chaque élection c’est comme ça
La main sur le cœur
L’intérêt général blabla
Puis tais-toi sale électeur

On a cru les pollueurs
Ils nous apportaient le bonheur
Y’avait pas d’soucis
Ils la respectaient notre vie
Aucun danger c’est écrit

On a cru nos diplomates
De la paix les acrobates
Soyez rassurés
La compréhension du monde
Tournait dans leur tête bien ronde

On les a crus les menteurs
Quand ils juraient sur leur honneur
Tout p’tit Cahuzac
Se croyant plus grand que Balzac
Même pris la main dans le sac…

Refrain :
Devine devine
Qui fut roulé dans la farine
Devine devine
Qui profite des rapines
Démocraties qu’on assassine

Stéphane Ternoise