En juillet , il y a …


  93 ans , le 13 juillet 1927 plus précisément ……naissait une grande dame surtout dans la vie politique , mais pas uniquement ( à mon avis )… :

Une enfance juive :

    Née le 13 juillet 1927 à Nice, Simone Jacob est la benjamine des quatre enfants d’André et de Yvonne Jacob. Son père, architecte, n’a pas souhaité que son épouse travaille en dépit de ses études de chimie.

   Simone Jacob naît donc dans une famille bourgeoise, juive mais non-pratiquante et laïque.Yvonne Jacob à Nice avec ses enfants Denise, Jean, Simone et Madeleine (DR)

 En 1940,quand la France est envahie Nice est abandonnée par Hitler à son allié Mussolinimussolini (3) , qui ne se soucie pas de traquer les Juifs. La situation bascule après l’effondrement de l’Italien, en 1943. La ville passe alors aux mains des Allemands qui eux  organisent des rafles très violentes. Les Jacob sont arrêtés sur une imprudence de Simone.

   Arrivée à Auschwitz avec sa mère et sa sœur Madeleine, la jeune fille devient un numéro : 78651. Elle voit les Juifs hongrois marcher vers les chambres à gaz. Elle-même a la chance d’être affectée dans une usine Siemens.

SIEMENS S.A.S HAGUENAU 67506 :

   Fabrique :Instrumentation de mesure de pression. Transmetteurs de process. Analyseurs de gaz industriels. Détecteurs de proximité. Débitmètres. ) Siemens existe toujours !

à Bobrek,<p>Internés au travail forcé à l’usine Siemens. Camp d’Auschwitz, Pologne, 1940-1944.</p> avec sa mère et sa sœur.

    En 1945 les soviétiques approchent, l’usine est évacuée et, après une  » marche de la mort  », les trois femmes arrivent à Bergen-Belsen, près de Hambourg. Cependant qu’Yvonne Jacob succombe aux épreuves et au typhus, ses deux filles sont enfin libérées par les Britanniques le 15 avril 1945

Se reconstruire :

Alors que la France tente de se reconstruire moralement et matériellement, les déportés doivent trouver une place dans la société. Pour Simone Jacob, au sentiment de culpabilité et d’illégitimité (pourquoi est-elle vivante, elle plutôt que sa mère ou tant d’autres ?) s’ajoute le manque d’écoute de ceux qui ne veulent PAS savoir.

Accueillie par ses oncles et tantes à Paris, elle apprend qu’elle a obtenu son baccalauréat qu’elle avait passé le jour avant son arrestation. Gardant le souvenir de sa mère qui la poussait à faire des études pour travailler, ce qui était encore relativement rare pour les femmes de ce milieu social, elle décide de suivre des études de droit.

   Elle s’inscrit à l’Institut d’études politiques de Paris ( » Sciences Po  ») et fait sa rentrée à l’automne 1945.(âgée de 18 ans )

Cette première étape   vers le retour à la vie s’accompagne presque immédiatement d’un second  » pas  » : la rencontre de son futur mari, Antoine Veil Résultat d’images pour antoine veil en 1945 , lui aussi juif et étudiant à Sciences Po. Dès 1947, ils ont leur premier enfant, Jean. Suivra Claude-Nicolas en janvier 1949.Antoine et Simone Veil (DR)

Cette embellie est assombrie par la mort de Milou dans un accident de voiture en 1952. Simone, inséparable de sa sœur, est foudroyée. Il faut la naissance de Pierre-François en 1954 pour marquer un nouveau départ.

 

Simone Veil à la tribune de l’Assemblée nationale (26 novembre 1974)  on Vimeo.

 

Louis XV ……


…..comment serait il devenu Maître espion ? louis-XIV

Roi falot, Louis XV ?

     C’est oublier les intrigues du chevalier d’Éon et le  » Secret du roi  », ce réseau d’espionnage que les gouvernements successifs reprendront à leur profit ….

  À l’origine de tout, la Pologne….

   Dans les années 1740, l’Europe  » des Lumières  » est déchirée par la guerre de la Succession d’Autriche. Bourbons et Habsbourgs s’affrontent une fois de plus et chacun met en place un système d’alliances : l’Autriche compte sur la Russie, la France sur la Prusse. Le conflit s’achève par le traité d’Aix-la-Chapelle, en 1748, source de  déceptions en France, où l’on a le sentiment de s’être battu pour rien.

Alors qu’on pense de part et d’autre à en découdre de nouveau, la santé chancelante du roi de Pologne Auguste III laisse augurer d’une prochaine élection royale par la diète polonaise et ce pays devient l’enjeu de toutes les attentions… Les électeurs sont courtisés par toutes les chancelleries, désireuses de placer un des leurs ou à tout le moins un allié sur le trône de Pologne.

Le prince de Conti Description de cette image, également commentée ci-après , cousin du roi de France, se voit proposer par certains nobles polonais de se porter candidat. Cette idée arrange bien le roi Louis XV, qui cherche à éloigner les princes de sang susceptibles de se dresser contre son pouvoir et souhaite aussi placer un allié en Pologne.

 L’épisode ne serait qu’une péripétie de plus dans la  »tumultueuse histoire  » diplomatique du XVIIIe siècle si le roi n’avait chargé son cousin, au moment de partir pour la Pologne, en 1752, de mettre en place une correspondance secrète.         Ainsi naquît le  » Secret du roi  ». Son objectif est d’assurer la couronne de Pologne au Prince mais aussi de nouer des liens avec la Suède, la Prusse et la Turquie.

 

 » Secret du roi  » contre  » Cabinet Noir  »….

 Louis XV, d’un naturel secret, veut se réserver toutes les informations collectées par le prince de Conti, aux dépens de sa propre administration des affaires étrangères ! Le Prince recrute divers agents dans le corps diplomatique en les soumettant au secret absolu et en empêchant qu’ils se connaissent entre eux. Ces agents sont présents dans toutes les grandes capitales. Ainsi M. des Alleurs à Constantinople, M. des Issarts à Varsovie, le marquis d’Havrincourt à Stockholm, le chevalier de la Touche à Berlin. Les dépenses, pas moins de 10.000 livres par mois, sont payées par des bons du roi au porteur appelés  » ordonnance au comptant  » qui échappent à la comptabilité officielle mais sont consignées dans un livre rouge. Ainsi se met en place un réseau qui couvre une partie de l’Europe qui envoie au roi des informations via une correspondance codée.

Toutes ces précautions paraissent encore insuffisantes au roi qui craint que le  » cabinet Noir  » de son propre gouvernement n’intercepte les missives qu’il échange avec ses agents. (es employés des postes royales sont en effet autorisés à lire le courrier et à transmettre au gouvernement les extraits méritant l’attention ).         Ceux-ci sont collectés et éventuellement censurés par un service d’inquisition postale et de cryptographie, le  » Cabinet Noir  ». Louis XV crée alors un service de poste parallèle pour le  » Secret du roi  » ! Mais très rapidement, la maîtresse du roi, la marquise de Pompadour en prend ombrage ! ?. En 1763, elle dérobe la clé du cabinet où Louis entrepose sa correspondance. Elle découvre ainsi que le roi a missionné à Londres, auprès de son ambassadeur, le fameux chevalier d’Éon, et met le secrétaire d’État aux Affaires Étrangères Choiseul dans la confidence.!

 

   Drôle de nièce….

     La première mission notable du  »Secret du roi » concerne la Russie dont Louis XV souhaite se rapprocher en profitant de ce que la tsarine Elisabeth apprécie la France et son souverain. Le chancelier Bestucheff étant dévoué à la Prusse et l’Angleterre, il est exclu de lui envoyer un représentant officiel.

    Le prince de Conti propose donc d’envoyer Douglas Mackenzie sous la couverture d’un gentilhomme écossais en voyage d’agrément, accompagné d’un autre agent : le chevalier d’Éon travesti en femme et passant pour sa nièce ! Les deux hommes ont pour mission d’obtenir pour le prince de Conti, soit la main d’Elisabeth, soit le commandement de l’armée russe, soit encore la principauté de Courlande ! Conti convient avec Mackensie d’un code de correspondance sur le thème de l’achat de fourrure :
Mackensie :  » le renard noir »,
Si la mission réussit :  » Le renard est cher ,
Le vieux parti russe  » L’hermine est en vogue  »,
Si Bestucheff perd du crédit =  » Les martes zibelines sont en baisse  ».

Mais les Russes se méfient et Mackensie se fait arrêter à la frontière ! Mai sa  » nièce  » est autorisée à pénétrer sur le territoire ! Éon est donc présenté par Woronzeff (vice chancelier favorable au rapprochement France – Russie) à l’Impératrice qui fait de lui sa  » lectrice  ». Il peut donc lui remettre une lettre du roi qui était dissimulée dans la couverture d’un exemplaire de L’Esprit des Lois de Montesquieu !

En réponse, l’impératrice demande à Louis XV de lui envoyer un représentant officiel. Mackensie et Éon (cette fois en homme !) sont renvoyés en Russie officiellement et Louis continue une correspondance secrète avec la tsarine. Les efforts conjugués de Mackensie, Éon et Woronzeff font que Bestucheff perd du crédit et, en 1757, par un traité conclu à Versailles, la Saxe, La Suède et la Russie rejoignent l’alliance franco-autrichienne. Cette mission débouche donc sur un succès mais il n’en sera pas de même pour toutes les autres !……

Baiser et poignée de main prohibés…


Pas de commentaire depuis plus de 5 jours => bloqués !
     Au début du XXe siècle, le journaliste Jean Frollo vitupère contre la nouvelle croisade d’hygiénistes qui, promettant de nombreuses maladies à ceux qui font usage du baiser et de la poignée de main, avancent d’irréfutables expériences scientifiques à l’appui nous ôtant en réalité toute raison de vivre…

    Nous n’en aurons jamais fini avec les hygiénistes, écrit notre chroniqueur. Ils nous ont privés de vin à cause de l’artériosclérose, de lait à cause de la tuberculose. Ils ont songé à nous priver d’eau à cause de l’appendicite et de la fièvre typhoïde. Aujourd’hui, ils reprennent une campagne commencée il y a quelques années contre le baiser.

    Donc, après nous avoir enlevé presque toutes les joies de la table, ils entendent nous refuser celles du cœur. Il ne faut plus s’embrasser. Il ne faut même plus baiser une jolie main. Il faut vivre seul, dans la peur du microbe et, comme disait le poète, perdre, pour vivre, les raisons de vivre. Je doute du succès de cette nouvelle croisade.

Le baiser. Chromolithographie de 1909
Le baiser  (  Chromolithographie de 1909 )

     Un journal américain vient d’ouvrir une enquête sur la question. On y relève des perles de ce genre. Deux personnes, en s’embrassant, risquent de se communiquer les germes de nombreuses maladies et partout où l’on s’embrasse trop les risques d’épidémies augmentent. Pourquoi ? Un article déjà ancien de la North American Review, retrouve parmi des curiosités d’autrefois  nous l’apprend…..

   La conclusion de cet article est formelle :  » Si une femme pouvait voir avec un microscope tous les germes mortels qui sont accumulés dans la moustache d’un homme, jamais elle ne se laisserait embrasser par lui.  » Une expérience scientifique a démontré ce péril. Voici comment :

   Vous prenez une jeune fille, dont vous stérilisez avec soin les lèvres, vous lui amenez un monsieur imberbe, qui vient de se promener par la ville partout où l’on peut rencontrer des microbes ; vous invitez le monsieur à embrasser la jeune fille, puis, avec une brosse non moins stérilisée que les lèvres de tout à l’heure, vous recueillez sur ces lèvres ce que j’appelle à regret le résidu du baiser. Le tout est placé dans un tube aseptique et envoyé à l’analyse.

    Vous reprenez la même jeune fille. Nouvelle stérilisation aussi consciencieuse que la précédente, vous lui amenez un second monsieur, mais celui-ci n’est pas imberbe. Il porte une moustache bien française, crânement retroussée et doucement caressante, un second baiser et une seconde cueillette de microbes. Encore un tube de verre, avec envoi à l’analyse.

      Or, savez-vous quel est le résultat de ces deux analyses ?

    Le monsieur sans moustache a donné un baiser à peu près inoffensif ; le monsieur à moustache, au contraire, a répandu sur les lèvres de la jeune personne une profusion de microbes, savoir microbes de la tuberculose, de la diphtérie, germes de putréfaction, même un certain duvet spécial provenant de la patte d’une araignée !

     Il est donc scientifiquement établi que le baiser est chose dangereuse. A la rigueur, on peut se permettre cette imprudence, quand on n’a ni barbe ni moustache. En tout autre cas, il est criminel d’embrasser une femme, car on ne sait pas quelles maladies on est exposé à lui communiquer.

    D’ailleurs, le baiser n’est pas seul proscrit. Je me souviens d’un congrès, vieux de cinq ans environ, où il fut savamment expliqué que la poignée de main est presque aussi dangereuse. Car, après la bouche, la main est, paraît-il, la partie du corps la plus riche en microbes. Il y a, dit-on, 25 000 microbes sur le bras et 80 000 dans la main. Cela tient aux sillons, aux  » lignes  »  où se lit l’avenir et où s’embusque aussi le germe nocif.

   Les poignées de main sont particulièrement redoutables de la part de certaines personnes. Les plus malsaines sont celles des changeurs, qui manient toute la journée des pièces de monnaie qui ont beaucoup circulé. Puis viennent, par ordre de nocuité, les médecins, les coiffeurs, les bouchers et les charcutiers.

   Pour éviter ce risque, que faire ? Ne plus se serrer la main évidemment. Mais ne plus embrasser les femmes et ne plus serrer la main aux hommes, c’est, en vérité, trop peu, surtout pour ceux d’entre les Français à qui ces deux gestes sont également habituels. Faudra-t-il adopter le salut oriental, porter la main sur le cœur, sur les lèvres et sur le front ? Ou encore le salut militaire ?

     Edouard VII avait, d’ordinaire, la main droite seule gantée. Comme il était fort élégant et lançait les modes, on adopta cet usage, comme on avait adopté celui du pantalon relevé. Le roi en souriait et expliquait de la meilleure grâce du monde les raisons qui l’avaient décidé à garder la main droite seule gantée. C’est, disait-il, que c’est la plus exposée au contact des hommes et des choses, celle par conséquent qui demande à être le plus protégée.

   Si l’on songe à tout cela, mieux vaut mourir. C’est l’avis même qu’exprimait un Américain, président d’une ligue contre la tuberculose, en disant :  » Embrasser présente peut-être quelque danger. Mais celui qui n’ose courir quelques risques pour déposer un baiser sur de jolies lèvres n’est pas digne du nom d’homme.  » Voilà qui est parler, et cet hygiéniste fait honneur aux femmes de son entourage.

    Ne laissons pas, en effet, l’hygiène devenir persécutrice et défendons le droit au baiser. Il y a des pays où on le proscrit comme immoral. Il y en a d’autres ( à New-York par exemple ) où des règlements de police en limitent la durée. On y lit, en effet :  » Tout baiser d’une durée plus longue qu’une minute est immoral et, en conséquence, les agents ont le devoir et le droit de l’interrompre.  »

    Ne troublons pas les adeptes du baiser par la crainte du microbe s’ajoutant à celle du policeman. Car, à toujours tout redouter, on finit par ne se plaire à rien et si l’hygiène rend la vie impossible, mieux vaut sacrifier la première que la seconde.

En ce moment ……


…..un garçon est circoncis toutes les 2.4 secondes dans le monde.Et , évidemment, il ne l’a pas demandé  et c’est pour sa vie  » entière  » …..Résultat d’images pour illustrations , images pénis circoncis

Résultat d’images pour illustrations pénis circoncis

Petite histoire : ( qu’il faut lire jusqu’à la fin sinon ….)

 Dialogue d’un couple

  » Peut-être qu’il faudrait le prévenir , tu ne crois pas ?  »

 » Mais non , ne t’inquiète pas , il s’en remettra , c’est un grand garçon ma chérie  »

 » Enfin , tout de même , quel choc quand il va s’en apercevoir !  »

 » çà s’est bien passé pour moi , je n’en suis pas mort. Et mes parents ne m’ont pas demandé mon avis , car c’est justement le rôle des parents de prendre ce genre de décision  » 

 » Tu sais pourtant que je suis contre  » .

 » C’est ton droit , mais en tant que chef de famille , c’est moi qui décide , puis de toute façon le rendez- vous est pris  ».

 » Je sais bien …mon pauvre petit , quelle épreuve  » 

_________                                                       ________________                             _____________

Kiki est le chien de la famille , un gentil caniche Résultat d’images pour images chien caniche tout blanc de quelques kilos . Une petite boule de poil qui se fond dans la neige en hiver et revient les pattes tachées de boue …

Kiki n’en fait qu’à sa tête …Il s’est déjà enfui plusieurs fois .Mais à chaque  » fugue  » , il retrouve son chemin et rentre à la maison fier comme Artaban . Fier , oui ,mais seulement jusqu’à la porte d’entrée ..après il baisse la tête , se fait discret car il sait pertinemment qu  » papa  » va se fâcher . Il attend donc que l’orage soit passé avant de se coucher dans sa panière en osier ..espérant être pardonné .

En fait ,  » papa  » ne voulait pas de chien. C’est beaucoup trop de contraintes , répétait-il .Mais maman a fini par céder à mon caprice d’enfant sur le point d’avoir quatre ans . 

  ( L’enfant ) : Comment  je m’y suis pris ? eh bien tout simplement en répétant tous les jours pendant des mois que je voulais un chien ..Tous les matins , au petit- déjeuner , je répétais que je voulais un chien .Pareil les soirs à l’heure du repas , je ne disais que ça et au bout du compte , ma stratégie a payé…Et c’est comme ça que Kiki est arrivé pour mon anniversaire . Ce jour là , j’avais invité quelques copains de ma classe pour une petite fête . Au moment d’ouvrir mes cadeaux , maman m’a amené une grande boîte avec un ruban couleur or . 

    Au début , j’avais un peu peur d’ouvrir la boîte , car j’entendais des gémissements et sentais quelque chose bouger . Finalement , maman m’a rassuré et j’ai ouvert la boîte et c’est là que j’ai vu mon petit chien pour la première fois . Il était tout petit , un petite peluche très douce . Je lui ai fait des bisous et il n’arrêtait pas de me lécher le visage …J’étais tout content et , depuis ce jour, il est mon meilleur ami ….

Pourquoi je l’ai appelé Kiki ? Et bien tout simplement car c’est le premier mot qui m’est venu à l’esprit au moment de lui choisir un nom ….

Kiki a grandi très vite et surtout , il a pris de mauvaise manière que papa n’aime pas . Par exemple , à table , Kiki reste à mes pieds et je lui donne ce que je n’aime pas , il joue avec moi à la balle , et il a même le droit de dormir dans mon lit . Mon petit Kiki est très doux et je le brosse tous les jours en rentrant de l’école …

Moi , je me nomme Gabriel et je vis dans une belle maison d’un quartier tranquille .Maman s’appelle Isabelle , elle est très belle avec ses longs cheveux blonds et mon papa c’est Cyril .Il est plutôt dur avec moi et dit tout le temps que maman fera de moi un gamin pourri ,gâté . Je pense qu’il préfère ma petite soeur .Elle se nomme Sarah et a deux ans . Je crois que , comme toutes les petites sœurs , elle est un peu chipie . Elle prend souvent mes jouets pour les casser et jamais elle ne se fait gronder …Moi je trouve çà injuste !

Sarah n’aime pas mon chien Kiki . Elle préfère  Diamant , notre petite minette .Moi je suis comme Kiki , je n’aime pas les chats ; ils griffent, mordent et ne viennent jamais quand on les appelle , alors que mon chien , si .En plus , il m’apporte sa balle pour que je lui jette .

Aujourd’hui , je suis un peu inquiet , car papa et maman parlent souvent de Kiki .Mais je ne comprends pas bien ce qu’ils disent ….Cependant , j’ai bien entendu qu’il est question d’un rendez- vous pour lui . Pourtant , il n’a pas l’air malade mon Kiki . Peut-être que ce n’est qu’un contrôle pour mettre ses vaccins à jour ? 

Ce matin , papa a confirmé : On a rendez-vous pour Kiki en début d’après-midi . Après le repas , nous sommes partis avec Kiki . Dans la voiture , il s’est allongé à côté de moi , sa tête collée contre ma jambe …Il est mignon …Je le caresse et il s’endort tranquillement .Moi aussi d’ailleurs….

Je ne sais pas pur quoi je vous raconte cette histoire …C’était il y a longtemps …

Aujourd’hui j’ai vingt ans et je n’ai jamais revu mon petit Kiki comme je l’avais connu ………

Quand je parle de Kiki , il ne sagit pas de mon gentil chien . Non . Car le rendez -vous n’était pas pour mon chien Kiki , mais pour MON  » kiki  » à moi ! Ils me l’ont coupé , pas totalement mais assez pour que j’ai encore mal . Il m’ont volé une partie de moi même  . Un bout de mon  »kiki  » , un bout de mon corps . Sans rien me dire , quoique j’en pense , je me suis retrouvé à l’hôpital , sur un lit froid , avec un toubib et ses bistouris .  On m’a circoncis ; une mutilation dont j’ai encore en mémoire la douleur intense à mon réveil de l’anesthésie . Tout çà pour obéir à des pratiques ancestrales

J’en veux à mes parents de m’avoir coupé de la sorte , et à cet hôpital d’avoir accepté une chose pareille alors que je n’étais qu’un enfant .

J’ai rejoins une association et je défends désormais les droits des enfants contre les circoncisions et les excisions . 

Kiki , lui , il va avoir seize ans . Il est vieux à présent et ne joue plus beaucoup . Il reste le plus souvent dans sa panière et n’en sort que pour manger  ou pour ses promenades ….

Pauvre Kiki .Résultat d’images pour illustrations , images pénis circoncis

  Cette histoire , pour moi , ne concerne pas que la circoncision , les religions qui la pratiquent , mais aussi le baptême catholique par exemple , toutes les religions , traditions où le parents imposent aux enfants une  » cérémonie  » qui les  » casent  » dans une religion sans qu’ils le veulent et d’ où ( à ma connaissance ) on ne peut sortir …..

     C’est la raison pour la quelle je n’ai pas voulu que mon fils soit baptisé religieusement ( il n’est baptisé que civilement , ainsi il a un parrain et une marraine comme tous les enfants ) et s’il avait voulu , il aurait pu choisir une religion une fois devenu adulte …..

 

Là : Pas aimé du tout !!!


L’art n’excuse pas tout ( à mon avis )  : 

Charles Krafft est un artiste américain spécialisé dans la modification d’objets du  quotidien , qu’il orne de symboles nazis  » second degré  » ….Ses sculptures ( à ce que j’ai lu ) s’exposent et se vendent très bien , même auprès d’un public juif , qui y voit une  » superbe  » critique de l’idéologie nazie….Sauf qu’en 2013 , on a découvert que Krafft ne rigole pas tant que ça , et que son admiration pour les nazis n’a rien du second degré . Sa cote s’effondre alors et ses  » œuvres  » finissent dans les poubelles des acheteurs ! Une bonne chose !

Résultat d’image pour Charles Krafft céramisteRésultat d’images pour Charles Krafft céramiste

_____________________________

Dommage :Pas trouvé de version française de la vidéo …

Il y a environ….


…84 ans :

L’œuvre du Front Populaire

   Il s’agit d’une alliance à gauche entre trois tendances :

    Le PC, le S.F.I.O. et le parti radical. Le Front Populaire gagne les élections législatives autour du slogan « Le pain , la paix, la liberté », le 26 avril et le 3 mai 1936 ; le 4 juin, Léon Blum, socialiste, devient chef du gouvernement (président du conseil). À cette victoire de la gauche succède une vague de grève et des mesures sociales arrivent très vite : Les accords Matignon le 7 juin 1936 signés par le gouvernement de Léon Blum, les syndicats et le patronat : on est dans une ambiance de politique de relance de l’économie, de  » reflation  » : l’état pratique le déficit budgétaire. Il veut augmenter fortement les bas salaires, diminuer le temps de travail donc pratiquer une politique de grands travaux.

Les mesures principales étaient :

 l’augmentation des salaires entre 7% et 15%

 15 jours de congés payés par an

 la semaine de travail de 40 heures

 des conventions collectives (syndicats acceptés)

  Ces mesures seront accompagnées des quelques nationalisations (chemin de fer : S.N.C.F.), sur le plan agricole, il y a création d’un office du blé qui garantit les prix en plus d’une politique favorable aux loisirs et aux sports. Mais cette politique sociale a un coût très élevé, elle déclenche tout de suite l’hostilité des patrons.

Le Front Populaire face aux tensions 

    On va vers l’échec économique : le Front Populaire va dévaluer le franc 3 fois (-30%) mais beaucoup trop tard. Surtout les 40 heures et les congés payés entraînent une forte hausse des coûts de production. Le patronat n’investit plus dans l’achat des machines et une fuite des capitaux s’organise. En février 1937, Léon Blum annonce une pause pour se concilier avec les classes possédantes mais il suscite l’hostilité des classes populaires. De plus, la guerre civile espagnole (qui débute en juillet 1936 entre franquistes et républicains) va diviser la gauche française. Les socialistes (S.F.I.O.) pacifistes s’opposent aux communistes antifascistes qui veulent intervenir. Finalement seuls quelques groupes de combattants (les brigades internationales) et de grands artistes (Juan Miro, André Malraux) s’impliqueront dans cette guerre.

   En France, les ligues fascistes (« Croix de Feu », « La Cagoule ») se renforcent dans un climat de terreur et de suicide. En juin 1937, le gouvernement de Léon Blum chute (il a demandé les pleins pouvoirs économiques que le sénat lui refuse).
  Jusqu’à la guerre, trois gouvernements se succèdent sans succès : le Front Populaire a accompli une œuvre sociale remarquable (en améliorant le sort des ouvriers) mais il a échoué face à la crise économique.

Une bière ?


salaire bière      Si vous êtes un amateur de bière  ( ce qui n’est pas mon cas ), vous savez qu’avant de vous servir, le barman va passer le verre sous l’eau. Cette opération est nécessaire pour préparer votre chope dans les règles de l’art.

Un verre bien rincé…..

Les buveurs de bière connaissent le fin mot de l’histoire. Mais quelqu’un de moins averti pourra s’étonner du comportement du barman.

Si vous commandez une bière, en effet, il prend le verre ou la chope et, avant d’y verser le précieux breuvage, le place au-dessus d’un petit jet d’eau.

C’est alors que le soupçon vous prend. Le serveur aurait-il oublié de laver ses verres? Ou peut-être a-t-il l’intention de couper la bière d’un peu d’eau, de manière à économiser la boisson.

Rassurez-vous. Vous n’avez pas affaire à un barman négligent ou désireux de tromper sa clientèle. Ce geste a une autre explication.

Réduire la quantité de mousse

Tous les amateurs de bière vous le diront, la dégustation du précieux liquide serait gâchée par la présence d’une trop grande quantité de mousse dans le verre. Sa hauteur ne doit pas dépasser deux à trois centimètres.

Il en faut en effet un minimum, car c’est la mousse qui conserve les arômes et qui facilite la digestion du liquide. Mais, si elle est trop abondante, la mousse gâche votre dégustation. Il faut donc veiller à ce que votre verre de bière n’en contienne pas trop.

Pour cela, il faut débarrasser le verre, en en passant l’intérieur sous l’eau, de toutes les impuretés qui s’y accrochent encore. Même si le verre a été lavé, il subsiste de minuscules particules de poussière ou des microfibres de tissu, invisibles à l’œil nu.

Aussi petits soient-ils, ces éléments vont attirer le gaz libéré par la bière. C’est autour d’eux que se forment les bulles qui, si elles sont nombreuses, vont former une mousse trop abondante.

C’est en éloignant l’eau que ces petites impuretés, qui sont hydrophobes, favorisent l’apparition de bulles assez volumineuses.

Passer votre verre de bière sous l’eau peut avoir un autre avantage. Ce geste contribue à le rafraîchir, ce qui vous évite de déguster une bière tiède.

Sales les français ?


 Une petite partie des Français déclare se laver moins souvent qu’avant le début du confinement imposé pour enrayer le nouveau coronavirus, selon un sondage de l’IFOP publié mercredi par le site 24 matin .

  Oui, les gestes barrière et le lavage de mains répété ont été adoptés par une large majorité. Mais seulement 67 % des Français interrogés déclarent pratiquer une  » toilette complète  » au quotidien en période de confinement, contre 76 % avant, constate l’IFOP. L’institut compare ce sondage réalisé les 3 et 4 avril avec une autre enquête effectuée début février. 

   » Cette absence de toilette quotidienne constitue, comme dans les précédentes enquêtes, un phénomène plutôt masculin, affectant avant tout les seniors dont les pratiques en matière d’hygiène ont été inculquées à une époque où le confort sanitaire de base (comme l’eau courante, la salle de bain, la douche…) n’était pas aussi répandu  », soulignent les auteurs de l’étude. 

   61 % des hommes déclarent en effet procéder à une toilette complète au mois une fois par jour en moyenne, contre 74 % des Françaises. Et moins de la moitié (49 %) des hommes de 65 ans et plus déclarent se laver entièrement tous les jours, contre 67 % des jeunes de moins de 25 ans. 

   L’hygiène dépend aussi d’avec qui on est confiné: c’est chez les hommes vivant seuls que la fréquence de lavage quotidienne est la plus faible (49 %, contre 70 % des hommes vivant à quatre ou plus dans leur foyer). 

   Un peu moins propres, les Français confinés se changent aussi moins souvent. 68 % des hommes déclarent changer quotidiennement de sous-vêtements, contre 73 % avant la mise en place du confinement, alors que 91 % des femmes changent de culotte tous les jours

   41 % des hommes vivant seuls admettent notamment ne pas changer de slip ou de caleçon tous les jours, contre 15 % des femmes. ?!

  L’absence du port de sous-vêtements apparaît même comme  » la grande tendance de cette période de confinement  », selon l’IFOP. La proportion de femmes ne portant jamais ou presque jamais de soutien-gorge est passée de 3 % avant le confinement à 8 % trois semaines après sa mise en place, surtout chez les femmes jeunes ou vivant seules. 5 % des hommes disent aussi ne  » jamais  » porter de slip, ou  » presque jamais  », contre 1 % en février. 

     »Alors que la peur d’être infecté par le virus a hissé les taux d’observance en matière de lavage des mains à des niveaux inégalés, le repli social lié au confinement a favorisé un relâchement de certaines habitudes en matière d’hygiène corporelle et vestimentaire, notamment chez les personnes isolées n’ayant plus besoin de donner une bonne impression aux autres  », souligne François Kraus, directeur du pôle Politique/Actualité de l’IFOP, dans un communiqué. 

   L’étude a été réalisée par questionnaire auto-administré en ligne du 3 au 4 avril 2020 auprès d’un échantillon de 1016 personnes, représentatif de la population âgée de 18 ans et plus résidant en France métropolitaine.

Ecole maternelle / Maison de retraite !


Une École Maternelle Dans Une Maison de Retraite ? Génial !

Crédit photo : Present Perfect film

     La vieillesse et la jeunesse font partie d’un tout, le cycle de la vie ! Vouloir absolument les dissocier n’a pas de sens. Aux États-Unis, dans la ville de Seattle, cette frontière entre le début et la fin de vie a été abolie. Comment ?

     En ouvrant une école maternelle au sein même d’une maison de retraite ! Une très belle idée : C’est au Providence Mount St Vincent qu’a eu lieu cette initiative. Là, résident 400 personnes âgées au milieu de toute une kyrielle d’enfants âgés de 3, 4 et 5 ans.

    Un film, réalisé pour rechercher des financements, montre le quotidien de ces très vieilles et très jeunes personnes. Il met en lumière ce qu’il y a de merveilleux quand les 2 extrêmes de la vie se côtoient quotidiennement.  Cette initiative ne comporte que des avantages. Aussi bien pour les enfants que pour les personnes âgées. Les enfants donnent beaucoup de joie et de bonheur aux plus vieux. Mais les personnes âgées apportent beaucoup également à la jeune génération. Grâce à l’école maternelle installée dans la maison de retraite, l’isolement des personnes âgées est enfin brisé. Elles sont au contact d’une ribambelle d’enfants pleins de vie. Des cris, des rires, des pleurs animent la maison de retraite. Les enfants sont avides d’histoires. Ils aiment parler, écouter, raconter et échanger avec les retraités, spontanément et simplement.

    Une expérience enrichissante pour tous . Ému jusqu’aux larmes, un des pensionnaires témoigne :  » Quand vous aimez quelqu’un et que cette personne vous donne quelque chose, vous le ressentez au plus profond de votre cœur…  »

    Les anciens, de leur côté, écoutent les enfants qui leur racontent leurs petits malheurs et grands bonheurs de bambins. Les personnes âgées les conseillent, donnent leur avis, leur font des remarques. Les enfants bénéficient chaque jour d’un trésor inestimable : la sagesse, l’expérience, les savoirs des anciens. Ils ont tant à apprendre et ces personnes âgées tant à transmettre !

    D’autant plus qu’ils ont du temps et de la motivation pour le faire. Chacun s’enrichit au contact de l’autre et c’est la société entière qui en ressort plus forte. Avec l’allongement de la durée de vie, chacun d’entre nous peut se retrouver dans la situation d’un de ces retraités. Vieillir sans craindre la solitude et le sentiment d’inutilité, n’est-ce pas ce que chacun espère ?

    Si la perspective de vieillir était aussi porteuse de valeurs positives, notre vie actuelle ne serait-elle pas plus légère ? À la recherche de la jeunesse éternelle, nos sociétés modernes relèguent la vieillesse derrière des murs pour ne pas la voir.!! Elles espèrent ainsi fuir la mort. C’est évidemment une ineptie. Mais il n’est jamais trop tard pour bien faire et vivre tous ensemble : jeunes et vieux, les uns avec les autres.

Crédit photo : Present Perfect film

Vidéo :

La nuit …seul … »on  »…


 

On grandit étrangement à l’intérieur
De la nuit

Plus fermés les yeux
Plus profond l’espace en nous

Plus profonde aussi
La lumière absente

Parce que par bonheur
Invisible

Seule demeure
Sa clarté définitive
Dans le sang

***

 

On boit parfois la nuit comme un vin
Versé dans un grand verre rond

Senteurs boisées

Le silence a du corps

Une épaisseur d’ombre
Chaude
Court dans le sang

L’ivresse a les mains douces

Joie obscure et apaisée
Dormante

Nuit longue en bouche

***Résultat d’images pour illustrations,images hommes seul la nuit