A ma mère ….


……qui vient de mourir :

Tachan  » dit  » qu’elle ne l’a pas aimé : Moi SI !! Nounous sommes aimés !!!!!

Les paroles :

Ma mère,
Pourquoi ne m´as-tu jamais donné
Le câlin chaud, le gros baiser
Qui vient du fin fond des entrailles?
Pourquoi, d´un air paisible et doux,
N´as-tu pas demandé au loup,
Au croquemitaine, qu´ils s´en aillent?
Tu sais, je me r´trouve aujourd´hui,
A trent´ -sept ans, toutes les nuits,
Encore privé de tes caresses,
J´ai pas d´mandé à voir le jour
C´est les parents qui font l´amour
Et les mères qui font les grossesses…

Ma mère,
Tu ne m´as sûr´ment pas voulu
Mais j´étais là, fragile et nu,
Les bras tendus comme des branches,
Un enfant a besoin de tout,
De feuilles mortes et de toutous,
Et de tendresse et de dimanches…
Ah! ces dimanches, auprès de toi,
A mon retour de l´internat,
Dieu! Que la semaine était lente
J´aurais voulu que tu me serres
Tout contre toi, tu sais, ma mère,
Et qu´on rie tous deux, et qu´on chante!

Ma mère,
Comm´ d´autr´s, tu avais tes problèmes,
Ça doit pas empêcher qu´on s´aime,
Qu´on ait de l´amour à revendre,
De l´amour, j´en avais des tonnes
Bloquées au niveau du sternum,

Et puis des envies de me pendre
Tu sais, je me r´trouve aujourd´hui
Devant les gens, devant la vie,
Recroquevillé dans ma peur
,
Er quand on s´rencontre un instant, (Moi = Dans mes rêves maintenant )
On parl´ de la pluie et du temps
Avec, entre nous, la pudeur!

Ma mère, Si j´ai fait cett´ petit´ chanson
C´est que ça ne tournait pas rond
Dans ma poitrine, c´est que je t´aime,
Le prochain jour que l´on se voit
Approche-toi plus près de moi :
Tu sais, je ne mords pas quand même…
Il nous reste si peu de temps
Pour rattraper les heures d´antan,
Avant que la mort ne nous prenne,
Pourquoi ne pas boire tous les deux
Là où boivent les gens heureux,
Ensemble à la même fontaine?

Pourquoi ne pas boire tous les deux
Là où boivent les gens heureux,
Ensemble à la même fontaine?

Noir……


Je suis conscient du fait que mes billets ( du moins les derniers ) sont  » noirs  » …..

1 ) çà peut s’expliquer par le fait que çà fera bientôt un an que ma mère est décédée ( le 8/03/2020 ) , et je pense beaucoup à elle

Un peu avant sa disparition …

: Tout ce que j’aurais du lui dire et que je ne lui ai pas dit , le contraire idem : Ce que je lui ai dit est n’aurais pas du ! Puis , je ne suis même pas allé à ses funérailles ( je ne vais JAMAIS aux enterrements , même à celui de ma grand -mère , je n’y étais pas allé ! ). En général , je remonte dans les Ardennes pour passer sur la tombe de ceux que j’aime , mais là , avec le virus et autres ennuis , je ne suis même pas remonté ….. ( Bien sur , j’ai eu droit à des réflexions , désobligeantes , voire méchantes de mon  » frère  » militaire / fasciste , raciste et j’en passe ….)….Par contre , j’ai été étonné , surpris par mon père : Il m’a assuré qu’il comprenais , que je passerais quand  » çà ira mieux  » …..

2 ) Le  » fric  » !

Plus de C.B ( seulement une pour retirer des espèces )

Résultat d’images pour images carte bancaire

! le compte : Pratiquement toujours négatif ! ( si Manu n’étai pas là ????)

3 ) Internet :Bientôt plus => pas pu payer ….( D’ailleurs , je me demande pourquoi j’y ai encore accès là ? Peut-être que mon fils a payé pour moi ? ), la télé étant connecté sur la même box , elle ne va pas  » tenir  » longtemps non plus …..

4 ) La santé : Il y avais longtemps , mais j’ai  »fais » un malaise il y a quelques jours…..( Pas de soucis me disent le médecins , tu parles ! )

Bref , j’en passe ,et ce ‘est pas la joie !

_____________________

Maman……

J’ai de toi une image
Qui ne vit qu’en mon cœur.
Là, tes traits sont si purs
Que tu n’as aucun âge.
Là, tu peux me parler
Sans remuer les lèvres,
Tu peux me regarder
Sans ouvrir les paupières.
Et lorsque le malheur
M’attend sur le chemin,
Je le sais par ton cœur
Qui bat contre le mien.

Maman….


Elle m’a ( nous ) a quitté il y a environ 9 mois……..Tant de choses que j’aurais du lui dire , ou ne PAS lui dire me reviennent….Les regrets me  » hantent  » , elle était si bonne , tolérante …….Elle a supporté tant de choses ( dont la violence de mon père autrefois , quand il était alcoolique ) ……Ce n’est pas  » juste  » , la vie n’est pas juste .

Je ne suis pas remonté dans les Ardennes pour ses funérailles , n’avais pas envie de voir certaines personnes hypocrites ( dont certaines de la famille comme mon frère le militaire fasciste / raciste ) mais je sais qu’elle ne m’en voudrais pas : elle me connaissait bien …..Je remonterais dans quelques temps , passerais sur sa tombe , ne ferais pas de prière évidemment , mais …..elle était très croyante donc comprendrait …... J’espère qu’elle avait raison ( d’être pieuse ) , qu’elle est bien maintenant ……

Elle était belle aussi , autant  » moralement  » que physiquement ( physiquement = quand elle était jeune ) . Jeune , je n’ai que deux photos ..Malheureusement !

chez mes parents il y à longtemps..

Une fille a…..


….. (aurait) ? accouché à l’âge de 5 ans !!!tétinetétine

Donner la vie : C’est un acte qui demande une certaine maturité, aussi bien physique que psychique…..
     …..Ou pas… En effet, à ce jour, la plus jeune mère recensée dans l’histoire de la médecine est une Péruvienne âgée de seulement… 5 ans et 7 mois, au jour de son premier accouchement.

Une maman précoce :

    Il y a des histoires dont on peine à admettre qu’elles sont vraies . Celle de Lina Medina Résultat d’images pour Lina Medinaen fait partie :

     Née en 1933, cette Péruvienne est en effet ( encore à ce jour ) la plus jeune maman recensée dans l’Histoire de l’humanité, puisqu’elle a donné la vie, le 14 mai 1939, à l’âge improbable de 5 ans, 7 mois et 17 jours.

    Si on ne connaît pas le père de ce bébé (et encore moins les circonstances de sa conception), il est communément admis que la (très) jeune maman a eu ses premières règles à l’âge de 3 ans.

   La grossesse fut découverte au bout de 7 mois, après que les parents de la fillette l’ont emmenée dans l’hôpital de la ville de Pisco, craignant qu’elle ait développé une tumeur à l’abdomen.

   Arrivée à terme, la grossesse aboutit finalement à la naissance d’un garçon, par césarienne, du fait de la petite taille du pelvis de la Péruvienne.

Le mystère reste entier

   Pesant 2,7 kilogrammes à la naissance, Gerardo (le fils de Lina) fut nommé ainsi en hommage au médecin qui avait participé à l’accouchement.

   Ayant très peu de différence d’âge avec sa mère, son enfance fut ( sans surprise )  très particulière.
  En effet, alors que Lina s’adonnait encore à des loisirs d’enfant, Gerardo grandit en pensant que cette petite fille était sa grande sœur. Ce n’est qu’à l’âge de 10 ans qu’on lui révéla ( à sa grande surprise ) la vérité.

   Lina, quant à elle, poursuivit son parcours de manière plus classique, jusqu’à avoir un deuxième fils, à l’âge bien plus mûr de 39 ans.

       À ce jour, il est toujours impossible de savoir si ( enfant ) elle fut réellement fécondée au cours d’un rapport sexuel ou si ( cas bien plus rare ) elle aurait été l’hôte d’un jumeau parasite, ayant achevé sa croissance sous la forme d’un fœtus in fœtus.

    Ce mystère a fait de la Péruvienne l’objet d’un culte dans son pays, la fillette étant parfois comparée à la Vierge Marie.!!!!

 

Un mois déjà …..


……que ma mère est décédée et…..je ne cesse d’y penser  , de penser à ce que je lui ai dis et n’aurais pas du lui dire , à ce que je ne lui ai pas dit et aurais du lui dire ….

Les cauchemars de mon enfance reviennent !!!  ( il y avait très longtemps  ! ) , j’essaie de  » compenser  » en parlant plus avec mon père ( qui vient d’ avoir 88 ans ) , maman aurait atteint ses 87 dans 2 mois ( le 28 juin ) , je sens qu’à lui aussi elle manque ….( Il va tous les jours sur sa tombe ) ……

Je bloque les commentaires : Inutiles 

marin-francis08@outlook.com

Un mois déjà……


Ecrit mal  » ficelé  » sorti de mon cœur  triste ,amer………………..

Mère, chère à mon cœur, ma mère

Tu es partie et ma vie en est amère

Vide et désespoir en moi  sont unis

Car sans toi, tout me semble fini

Je ne goûterais jamais plus à la paix

Même si le monde était parfait

Le bonheur vers l’inconnu s’en va

Me laissant seul à chaque pas

Avec mon chagrin qui ne s’éteint

Et la douleur qui , toujours ,  m’étreint

Le soleil semble avoir oublié le chemin

De mon  cœur qui se languit sans fin

N’être pas allé sur ta tombe je soupire

J’en oublie encore plus le temps et aspire…

Au jour dernier qui unit

Et où , disais tu, rien ne finit

Grâce à  » ton  » Dieu l’éternel

Je te resterai en mon cœur fidèle

Car l’amour maternel

Est un serment solennel

Sais tu que ton mari , notre père

Lui aussi , seul , se désespère ?

Ton départ nous a réunis …

Maman, je t’aime et te dis  » merci  »

F.