Le sourire :


C’est un peu le regard du cœur
Celui qui nous vient de l’enfance
Une arme faite de pudeur
Pour combattre l’indifférence
Le sourire

C’est cent fois mieux qu’un long discours
Surtout quand on ne sait plus quoi dire
C’est plein de tendresse ou d’humour
Ou d’humour jusqu’à la satire
Un sourire

Il en est qui sont séducteurs
Qui cajolent et qui ensorcellent 
D’autres qui ne sont que frimeurs
Et puis certains qui sont cruels


Des sourires

Il y a celui que l’on reçoit
Avant même qu’on ne le donne
Et celui qui est maladroit
Il arrive même qu’on pardonne
D’un sourire

Celui qui donne le frisson 

De peur ou bien de gratitude
Mais c’est souvent la seule façon
De rompre avec la solitude
Un sourire

Celui à peine dessiné
Tant il renferme de tristesse
Pour arriver à demander
Du plus profond de sa détresse

Un sourire

Parfois il ne dit pas son nom
Tant cela semble ridicule
Alors on rit par dérision
Pour taire l’angoisse que dissimule
Un sourire

Il y a en a qui vous diraient
Que c’est le rire en minuscule
Que ce n’est rien mais moi je sais
Que c’est la vie en majuscule
Le sourire, le sourire

J.Marie Vivier .

La vidéo :

C’était il y a….


Après re lecture , je ne peux que constater que ce billet n’est que fouillis , pratiquement incompréhensible !

Environ 128 ans :

   Arthur RimbaudRimbaud décédait 

 Jean Nicolas Arthur Rimbaud est né le 20 octobre 1854 à Charleville-Mézières dans les Ardennes.  ( Les Ardennes : là où je suis né ) Il est le deuxième enfant de la famille qui en compte cinq.       Son père, capitaine d’infanterie, est souvent absent jusqu’au moment où il abandonne femme et enfant. Sa mère les élève seule, suivant des principes stricts. Le jeune Arthur est un élève brillant, il remporte des prix de littérature dès son adolescence. Il saute la classe de cinquième. Grâce à sa plume talentueuse, il remporte divers prix dont le premier prix du Concours académique en 1869. Jeune homme révolté contre l’ordre des choses, il voit la poésie comme un moyen de les faire évoluer.

Les poèmes d’Arthur Rimbaud :
    C’est en 1870 ( âgé de 16 ans )  qu’est publié son premier poème « Les Etrennes des orphelins ». Un nouveau professeur, Georges Izambard Izambard (prof Rimbaud ), vient enseigner dans le lycée d’Arthur. Grand amateur de poésie, l’enseignant l’initie à cet art. Rimbaud découvre notamment la poésie  »parnassienne  »  ( =Se dit du mouvement de poésie française (XIXe siècle) caractérisée, en réaction contre les épanchements romantiques, par une poésie savante et impersonnelle.) . En mai, Arthur adresse quelques-uns de ses poèmes à Théodore de Banville, afin d’être publié dans le Parnassien contemporain. Mais cette tentative reste infructueuse.

    En août, la France entre en guerre contre la Prusse. Arthur, alors âgé de 16 ans, fait sa première fugue à Paris. Il écrit le célèbre poème « Le Dormeur du Val ». C’est son professeur Georges Izambard qui le fait sortir de prison. Libéré début septembre, il fait une deuxième fugue vers la Belgique début octobre. Il envoie à Paul Demeny deux lettres dites « du voyant ». Dans l’une d’elle, il exprime sa volonté de devenir un voyant, et ce par un « long, immense et raisonné dérèglement de tous les sens ».?????????

Arthur Rimbaud et Paul Verlaine :
     Paul Verlaine, à qui Rimbaud a envoyé ses écrits, est touché par les vers du jeune homme et l’invite à Paris : « Venez, chère grande âme, on vous appelle, on vous attend ». Rimbaud s’y rend aussitôt, emportant avec lui son poème « Le bateau ivre ». S’ensuivent deux années d’errance et de vagabondage. Ils vivent à Paris chez Verlaine (lui-même étant marié et vivant en ménage) et mènent une vie de bohème en fréquentant les bars du quartier Latin. Puis, les deux amants ? passent par Bruxelles et Londres.

    Leur liaison s’achèvera violemment

    Le 8 juillet 1873, Verlaine et Rimbaud se disputent et décident de se séparer. Verlaine, en état d’ébriété, tire sur Rimbaud et le blesse. Verlaine sera condamné par la justice belge à deux ans de prison. Peu après, Rimbaud achève et publie « Une saison en enfer », dans laquelle il témoigne de sa souffrance. Sa blessure sera la cause de sa mort. Celui que Verlaine avait surnommé « l’homme aux semelles de vent » poursuivit seul ses voyages. Il écrit le recueil Illuminations qui comprend 57 poèmes, parus en 1886.

Mort d’Arthur Rimbaud

A 19 ans, Rimbaud choisit d’abandonner la poésie. Cet abandon est pour certains l’aveu de son échec de faire évoluer le monde au travers de ses poèmes.       D’autres pensent que c’est simplement pour gagner sa vie qu’il arrête d’écrire et se tourne vers le commerce. Rimbaud enchaîne les destinations : Hollande, Suisse, Allemagne, Italie, Chypre… En 1880, il devient gérant d’un comptoir commercial en Abyssinie. En 1886-87, il se lance dans le trafic d’armes dans l’espoir de devenir riche ! L’affaire fut un désastre. En 1891, il souffre de douleurs au genou et se fait rapatrier en France. A Marseille, les médecins découvrent une tumeur au genou. Rimbaud doit immédiatement se faire amputer de la jambe droite. La maladie progresse et Rimbaud meurt le 10 novembre 1891 à Marseille à l’âge de 37 ans. Il est enterré au cimetière de Charleville-Mézières.Tombe Rimbaud Il existe un doute quant à la version finale de certaines lettres et écrits de Rimbaud. Plusieurs versions de poèmes ont été retrouvées sans savoir laquelle était la version finale. Poussé par une volonté de créer une langue nouvelle,  résumant tout, parfums, sons, couleurs, de la pensée accrochant la pensée , Arthur Rimbaud a créé un style moderne, loin de la poésie traditionnelle et de son lyrisme.

________________________________________________

Ces trafics l’enrichirent presque. Il avait amassé une cinquantaine de mille francs et s’était établi pour, son compte. Les espoirs de Verlaine et des jeunes hommes qui attendaient une édition  de la Saison en enfer n’auraient reçu aucun commencement de satisfaction sans la maladie qui affligea Rimbaud : une tumeur arthritique lui vint au genou droit ; une opération délicate devenant nécessaire, il dut se rembarquer pour la France.
   À ce moment, et par une coïncidence qu’on peut trouver mystérieuse, les journaux parlèrent de lui. Vanier et Genonceaux le réimprimèrent. Cependant la nouvelle de sa mort survenue le 10 novembre 1891 ne parvint qu’avec retard aux rédactions. L’Écho de Paris du 6 décembre 1891 en fait mention. Quant au célèbre journal Le Gaulois, il consacre l’entrefilet suivant intitulé Échos de province dans son numéro du 22 décembre 1891 :
   » Il vient de mourir à Charleville, un poète, Arthur Rimbaud, que l’école décadente avait adopté comme une sorte d’apôtre de l’art nouveau.
 » Le curieux, c’est que le poète n’était connu que par ses premiers vers, non publiés, pour la plupart, mais colportés en manuscrits dans les petits cénacles.
   »Il avait disparu depuis environ dix-huit ans sans se préoccuper de ses admirateurs. C’est le bruit fait récemment autour de son nom qui, attirant enfin l’attention d’une de ses sœurs, a décidé celle-ci à écrire à un journal une lettre , adressée au Petit Ardennais  rectifiant pieusement certaines légendes trop fantaisistes. C’est par cette lettre qu’on a connu, à Paris, la mort du poète, survenue le 10 ou 12 novembre dernier.  »
    La mort d’Arthur Rimbaud n’avait à ce point pas été signalée à la presse que dans son numéro du 12 novembre 1891, soit deux jours après la disparition du poète, le journal Le Figaro consacre un article à la saisie du Reliquaire, volume de poésies de Rimbaud faisant l’objet d’une plainte de son préfacier. Inséré dans la rubrique Au jour le jour, l’article, signé Gaston Davenay et  révéla qu’on ignorait complètement ce qu’était devenu Rimbaud, est ainsi libellé :
   » Un fait assez rare, on pourrait même écrire exceptionnel en France, vient de faire naître une émotion extraordinaire dans le jeune monde littéraire : c’est la saisie, chez l’éditeur du livre, d’un volume de poésies intitulé Reliquaire, d’Arthur Rimbaud, avec une préface de Rodolphe Darzens, sur la requête de ce même Rodolphe Darzens, et ce, en vertu de l’article 3 de la loi du 19-24 juillet 1793, de l’article 1er de la loi du 25 prairial an III, et des articles 425-427 du Code pénal, visant la contrefaçon.

 

 

 

……….


Un jeune gars offre une poupée à sa fiancée …Elle s’énerve , prend la poupée et la jette dans la rue . Son fiancé arrive et lui dit :  » Pourquoi as tu jeté la poupée ?  » 

       Elle répond :    » Parceque je n’aime pas ton cadeau  »

    Lui va dans la rue et ramasse la poupée , soudain surgit une voiture qui le renverse ; il meurt sur le coup ……

Le jour de l’enterrement , la fille en larmes prend la poupée , la serre dans ses bras …..A ce moment la poupée dit :  » veux tu te marier avec moi ?  » 

Alors, impressionnée , elle laisse tomber la poupée , et de la poche de celle – ci tombent deux alliances ………

=>  » Aimes ce que tu as avant que la vie ne t’enseigne à aimer ce que tu as perdu  » ……………………

 

Pour finir…..


un poème de  Y Chodzko  ?

Un rêve

Je dormais d’un sommeil hanté d’étranges rêves
Le corps las du combat, secoué de frissons,
Je rêvais d’une femme et ses paroles brèves
Restent dans mon esprit gravées comme des sons.

Elle était jeune et belle et ses yeux d’émeraude
Laissaient tomber sur moi un regard attendri,
Je sentais dans ma main sa main superbe et chaude,
Elle me dit : Je suis la Vie et j’ai souri.

Plus tard je la revis sur un champ de bataille
Qui maintenant mon bras me montrait l’ennemi,
Des palmes de lauriers enguirlandaient sa taille,
Elle me dit : Je suis la Gloire et j’ai frémi.

Et puis je l’ai revue inhumaine et farouche,
Les yeux étincelant d’un triomphant mépris,
Elle a glacé mon sang d’un baiser sur la bouche,
Elle m’a dit : Je suis la Mort et j’ai compris.

Octobre 1914 tranchée

Ma vie …celle d’un oiseau…



cd VIVRE AUTREMENT
 

Ma vie contre celle d’un oiseau

 

 

La vie d’un oiseau
On s’dit
C’est sans soucis
Mais quand même
On leur jette un bout d’pain
On sait que quand ils ont faim
Z’ont pas l’frigo à porté de main

Même si des nuits, j’en ai envie
J’échangerais pas ma vie
Contre celle d’un oiseau

Même s’il est plus beau que Sophie Marceau

La vie d’un oiseau
On s’dit
C’est sans souci
Mais quand même
Quand flotte le mazoute
Z’ont pas comme nous en août
L’écriteau baignades interdites

Même si des nuits, j’en ai envie
J’échangerais pas ma vie
Contre celle d’un oiseau

Même s’il est plus beau que Sophie Marceau

La vie d’un oiseau
On s’dit
C’est sans souci
Mais quand même
Tous ces coups de fusils
C’est encore plus dangereux
Qu’à pied de traverser la banlieue

Même si des nuits, j’en ai envie
J’échangerais pas ma vie
Contre celle d’un oiseau

Même s’il est plus beau que Sophie Marceau

La vie d’un oiseau
On s’dit
C’est sans souci
Mais quand même
La liste des prédateurs
Est plus fournie que pour l’homme
J’en vois qu’un identique à cette heure

Même si des nuits, j’en ai envie
J’échangerais pas ma vie
Contre celle d’un oiseau

Même s’il est plus beau que Sophie Marceau

 

En vrac….nullités


Histoire de dire que je suis toujours en vie ……je crois….

  En fait , je suis dans les vaps depuis mon réveil  ( tardif çà va de soi ) ….Peut-être suite au temps  » bizarre  » pour la saison ( orage , puis vent froid plus pluie …pffff..) le début de malaise y est peut-être aussi pour quelque chose ? .Bien entendu , je ne suis pas monté au super marché  ( le temps est une bonne excuse ) …..Un ras le bol s’insinue  chez moi encore une fois ….( ce n’est pas une nouveauté ! )….

  Donc , revenons en à nos moutons , même si le 1er avril étant là depuis plus de deux heures déjà , pas  » à nos poissons  » ……..Ce jeudi fut d’une banalité presque quotidienne : Ne suis sorti que pour acheter le pain et ma dose de nicotine quotidienne ….Ha si , mon buraliste m’a accueilli par un  » j’ai quelque chose de nouveau pour vous ! » …..Devant mon air étonné , il m’a présenté un paquet de 25 cigarettes brunes sans filtre le paquet bleu ressemble à s’y méprendre au paquet de gauloises ……Mais ce sont des  » Che  »  ( Che – Guevara  ) ….Le prix ( pour 25 clops ) est « modeste  » ….Bien entendu , j’en ai acheté et lui m’a dit qu’il était sur que çà me plairait …Pourquoi ? …Est ce que mon aspect , ma façon de vivre amènent à penser que je suis un nostalgique de l’époque du  » Ché  » ?  Che

Alors ma chère gitane vais-je te laisser choir ?

De toute façon che ou gitane diminuent l’espoir ….

  Et moi , l’espoir..peu m’en reste il faut le savoir

De vivre encore longtemps , ne plus voir tout en noir..

Alors , fumons , survivons , mourrons….mais de mort lente……

Résultat de recherche d'images pour "paquets de cigarettes images"

 

Seulement …


  Un passage rapide seulement pour montrer que je suis toujours en vie lol  au cas où cela intéresserait un(e) de mes contacts ….

J’ai tenté de me connecter plusieurs fois ce soir déjà , mais c’était le bin’s ! Impossible de me connecter , finalement après moult manipulations , j’ai réussi ….

De toute façon , je n’avais rien à écrire : Ce fut une journée brève  lol ( me suis éveillé en catastrophe vers 15h30 , 16h 00 !!!! ) et encore , c’est Fripon qui a insisté pour que je finisse par  m’extirper des bras de Morphée ! Sinon , le temps  = brrrrr : Pluie froide  et vent .

Bien entendu , le coiffeur est remis à une date ultérieure …….

Voilà : Sur ces mots sans intérêt , je retourne devant la télé puis au lit ….

A demain….