Les  » Ugly Laws  » ?


Et si le  » délit de sale gueule  » n’était pas qu’une simple expression ? En effet , entre 1867 et 1974 ( seulement !! ) , dans certaines villes américaines ( comme Chicago ) , les personnes souffrant de mutilations et de déformations étaient interdites dans les espaces publics , en vertu de lois  » crûment  » nommées  » ugly laws  » ( laideur juridique ) ….


“Venez comme vous êtes !”… ou pas !

De nos jours les discours sur la bienveillance et l’acceptation de soi semblent très présents dans le discours ambiant, mais ,il n’en a pas toujours été ainsi au cours de l’Histoire, en particulier dans celle des États-Unis …

En effet, dès 1867, fut adopté , d’abord à San Francisco, puis dans diverses villes d’États de l’Ouest, du Midwest et de l’Est américain , des lois interdisant aux personnes “laides, mutilées et handicapées” d’apparaître dans l’espace public.

Nommées sèchement “ugly laws”, ces lois avaient pour but de “préserver la qualité de vie des concitoyens”, en évitant qu’ils soient offensés visuellement par des apparitions disgracieuses.!!!

Tout un programme…

Retour sur Terre :

Même si la “laideur physique” était pointée du doigt par les “ugly laws”, il semblerait , en réalité , que la vraie raison de l’existence de ces lois était de “débarrasser les rues des mendiants et des personnes les plus démunies”.
Il s’agissait alors d’une manière peu orthodoxe de maintenir l’ordre dans l’espace public.

En cas de désobéissance à l’ordre civil, les plus récalcitrants pouvaient écoper d’une amende oscillant entre 1$ et 50$… ou même se voir infliger une peine d’emprisonnement.

Finalement, après la Première Guerre mondiale et l’afflux de “gueules cassées”, les mentalités furent forcées d’évoluer et , du même coup ,l’attitude de la société civile envers les personnes souffrant de handicaps et de difformités devint plus tolérante.

Il faudra tout de même attendre quelques décennies avant que le conseil municipal des villes concernées ne vote pour l’abolition de ces lois cruelles et honteuses.

Ainsi, ce n’est qu’en 1974 que les “ugly laws” furent officiellement abrogées, mettant , du même coup , fin au long calvaire d’ un bon nombre de citoyens américains.)

Le Pony Express……


Le Pony Express est un service de distribution rapide du courrier aux Etats-Unis ,en service du 3 avril 1860 au 24 octobre 1861 …..

Le Pony Express reliait en une dizaine de jours Saint Joseph dans le Missouri à Sacramento en Californie ….Ceci en passant par les grandes plaines , les montagnes Rocheuses et la Sierra Nevada , ce système avait pour but de sortir l’ouest de Etats – Unis de son isolement géographique…

Le parcours .

Non rentable et Apparu peu de temps avant le télégraphe   qui le rendra obsolète, le Pony Express consistait à faire porter le courrier par des cavaliers  individuels lancés au galop au lieu de le faire transporter par des diligences. Ce service par cavaliers permettait un gain de temps de l’ordre de vingt jours.

Malgré sa courte histoire, le Pony Express fait partie du romantisme associé à la conquête de l’Ouest . Son mode de fonctionnement, basé sur les compétences et l’endurance de cavaliers solitaires plutôt que sur des innovations technologiques, correspondait à certaines valeurs d’individualisme d’une partie de la population américaine.

 » Ecocide  »….


C’est en 1970 qu’a été prononcé le terme d’écocide, alors que l’utilisation d’un herbicide très toxique par l’armée américaine au Vietnam est contestée, le terme d’écocide, qui caractérise des atteintes délibérées ( voulues ) à l’environnement, a fait du chemin. Jusqu’à se retrouver aux portes de la loi française

Bien qu’il ne soit pas inscrit dans la loi, le mot » écocide » s’est déjà imposé dans le vocabulaire militant. Le terme « écocide », que les membres de la Convention citoyenne pour le climat (CCC) espèrent voir graver dans le texte de loi qui sera présenté en Conseil des ministres le 11 février, fait débat depuis un demi-siècle. Députés, juristes, militants, médias… A l’aune des enjeux environnementaux qui se présentent à notre planète, ce mot, objet de toutes les interprétations, alimente espoirs et fantasmes.

De quoi parle-t-on exactement, lorsque l’on parle d’écocide ? 

Pour comprendre ce concept aujourd’hui popularisé, il faut s’ intéresser à son origine ,rechercher le premier écocide identifié comme tel : L’utilisation par l’armée américaine, pendant la guerre du Vietnam, de l’ « agent orange », un puissant herbicide. Les conséquences  marquent encore aujourd’hui le pays et sa population. Il en sera question lors du procès qui s’est ouvert, ce lundi 25 janvier au tribunal judiciaire d’Evry,  après le dépôt de plainte de Tran To Nga

, une victime franco-vietnamienne, contre 26 fabricants de ces produits phytosanitaires. Ce drame environnemental et humain a permis l’émergence du terme « écocide », une nouvelle arme sémantique dans l’arsenal des défenseurs de la planète plus de cinquante ans après.

80 millions de tonnes de pesticides sur le Vietnam

Lors de la guerre du Vietnam , le principal problème pour les américains est : Comment déloger « l’ennemi » ? Comment percer la végétation dense qui recouvre le sud du Vietnam et permettre à l’aviation américaine de bombarder les combattants du Viêt-Cong qui s’y abritent ? Dès le début de son intervention militaire, en 1955, l’armée américaine se heurte à la forêt, aux champs et mangroves, alliés naturels des locaux. Pour en venir à bout, elle trouve sa réponse à domicile, dans ses propres terres agricoles.

« Aux Etats-Unis, on utilise des pesticides de façon industrielle dans l’agriculture intensive depuis la fin du XIXe siècle, explique Valérie Chansigaud

Résultat d’images pour valérie chansigaud

, historienne des sciences et de l’environnement. La Seconde Guerre mondiale favorise la diffusion de nouvelles familles d’insecticides, comme les DDT et DDTP. » L’industrie chimique américaine ( qui compte déjà dans ses rangs le géant Monsanto ) développe alors un puissant défoliant : l' »agent orange », particulièrement dangereux à cause de sa teneur en dioxine, une substance très toxique.

Dès 1961, les avions larguent leurs  » traînées blanches  » sur le sud du pays. En dix ans, on estime que 80 millions de litres de produits chimiques ont été déversés sur le Vietnam, ainsi que sur les zones frontalières avec le Cambodge et le Laos. Plus de 20% de la superficie du sud du pays a été touchée. Les retombées recouvrent des milliers de villages. La végétation meurt, laissant les populations sans moyens de subsistance et exposées à des taux de dioxine dévastateurs, à l’origine notamment de cancers et de malformations

Un avion de l'armée américaine arrose une forêt vietnamienne d'un herbicide puissant, l'"agent orange", le 3 mars 1967.  (AFP / UPI)
Un avion de l’armée américaine arrose une forêt vietnamienne d’un herbicide puissant, l' »agent orange », le 3 mars 1967.  

A l’époque, les dangers de ces substances pour la santé humaine défraient la chronique. « Dès 1963, la biologiste américaine Rachel Carson

Résultat d’images pour rachel carson

fait état dans son livre  »Printemps silencieux » de toutes les études réalisées depuis 1945 sur les dangers du DDT, DDTP et autres pesticides », souligne Valérie Chansigaud. « C’est un moment charnière où l’on commence à dénoncer ces produits », pointe-t-elle. Les biologistes du monde entier observent, médusés, le déroulement de l’opération Ranch Hand, qui consiste à épandre six herbicides pour détruire la jungle vietnamienne. 

Les biologistes popularisent le concept

Parmi ces biologistes , figure Arthur Galston

Résultat d’images pour arthur galston

, éminent professeur de biologie à l’université américaine de Yale (Connecticut). Jeune biologiste pendant la Seconde Guerre mondiale, il a lui-même aidé à développer les substances que l’on retrouve dans l' »agent orange », explique David Zierler

Résultat d’images pour david zierler
( photos : Pas sur que c’est ce monsieur )

, historien américain  »

A l’époque, l’ambition est de nourrir une population mondiale qui ne cesse d’augmenter. En 1945, Galston pensait avoir créer une belle technologie qui sauverait des millions de personnes de la famine », explique le spécialiste. « Quand il a découvert que l’armée utilisait cette invention au Vietnam pour tuer des gens, l’idée même que la technologie qu’il a développée pour l’agriculture ( avec de bonnes intentions ) était appliquée à la guerre l’a mis personnellement  » très en colère  ».  » 

Bert Pfeiffer à l’université américaine du Montana, Matthew Meselson à Harvard (Massachusetts)… Sur les campus, les pontes de la biologie sont aux premiers rangs de la contestation contre la guerre du Vietnam, explique l’historien. Mais avec leurs connaissances, c’est plus précisément contre l’utilisation des armes chimiques qu’ils vont se mobiliser. 

« Ils étaient choqués par la guerre du Vietnam en général, mais plus encore par ce que faisait l’armée américaine de l’agent orange ». Ils ont donné l’alerte dès 1964 et les autorités leur ont assuré :  » Ne vous en faites pas, c’est sans danger pour la population. » !! Ce à quoi ils répondaient :  »Mais enfin, vous ne savez pas de quoi vous parlez ! », poursuit David Zierler

« Jeter des millions de litres d’herbicide sur le Vietnam avec des concentrations bien supérieures à ce que l’on utilise pour l’agriculture… Personne ne savait ce que cela pouvait causer comme dommage. « David Zierler, historien à France info….

Mais comment alerter le grand public et surtout, les autorités américaines ? Comment décrire une situation inédite ? A l’occasion d’une conférence scientifique à Washington en février 1970, Arthur Galston prononce alors un mot qui marque les esprits : pour stopper l’opération  »Ranch Hand  », il propose de passer par la loi et suggère « un nouvel accord international pour interdire l’écocide ». Ce qu’il définit alors simplement comme « la destruction délibérée de l’environnement », telle qu’elle est pratiquée au Vietnam par les Etats-Unis.

En effet , aucun texte ne permet alors de contraindre les Américains à arrêter l’usage de ces pesticides sur le peuple vietnamien, pas même le protocole de Genève qui, en 1925, a interdit l’usage des armes chimiques, après les horreurs liées à l’usage du gaz sarin et du gaz moutarde dans les tranchées de la Première Guerre mondiale. 

« Est-ce que nos armes conçues pour tuer les plantes comptent au même titre que le gaz moutarde et le chlore ?, relève David Zierler. A cela, Arthur Galston répondait :  »C’est cela qu’on appelle écocide  ». Elles ont peut-être été conçues pour tuer des plantes, mais en désignant leur action comme un écocide, on met en lumière le fait que vous ne pouvez pas juste tuer les plantes et prétendre qu’il n’y aura pas de conséquences sur les humains. » 

Les biologistes Arthur Galston (au centre), Arthur Westing (à droite) et Everett Mendsoln (à gauche), lors d'une conférence sur la guerre du Vietnam, le 28 décembre 1972.  (CHARLES GORRY / AP)
Les biologistes Arthur Galston (au centre), Arthur Westing (à droite) et Everett Mendsoln (à gauche), lors d’une conférence sur la guerre du Vietnam, le 28 décembre 1972.  

La question d’un terme nouveau pour décrire la spécificité des atrocités commises au Vietnam agite les universitaires dès le milieu des années 1960. A l’époque, tout le monde a en tête les travaux de Raphael Lemkin

Résultat d’images pour Raphael Lemkin
R.Lemkin

, le juriste américain à l’origine du terme « génocide », reconnue par L’O.N.U en 1948 . Les milieux intellectuels et scientifiques français, proches de leurs pairs vietnamiens, en débattent activement. « Ce qui fait polémique en France ( dans le sens scientifique du terme ) parmi les intellectuels qui s’opposent à la guerre du Vietnam, c’est avant tout de savoir si l’armée américaine est en train de commettre un génocide », explique l’historien Pierre Journoud

Résultat d’images pour pierre journoud vers 1950

, professeur d’histoire contemporaine à l’université Paul-Valéry Montpellier 3 et spécialiste de l’Asie.

Pendant qu’Arthur Galston met en avant ; l’écocide outre-Atlantique, eux s’accordent à reconnaître, au cours d’une conférence sur les armes chimiques organisées à Orsay en 1970 , « que l’on se trouve en face d’un génocide doublé d’un biocide« . L’idée étant de faire émerger un terme « qui puisse justement se distinguer de génocide, car tous voient bien que ce qu’il se passe au Vietnam est d’un tout autre ordre, qu’il s’agit de quelque chose de nouveau », poursuit Pierre Journoud.

Inscrit dans le Code pénal d’une dizaine de pays 

Quand les Etats-Unis mettent fin aux attaques chimiques sur le Vietnam, en 1971 , ( = quatre ans avant la fin de la guerre ), la reconnaissance de l’écocide devient le combat des juristes et environnementalistes. L’année suivante, Olof Palme

Résultat d’images pour Olof Palme
O.Palme ?

, Premier ministre suédois, reprend le mot à la conférence de Stockholm. Mais, si le débat sur l’écocide ressurgit sans cesse, jamais le mot ne parvient à s’imposer. « Constatant cet écueil dans le droit international, le Vietnam sera finalement le premier pays à décider de créer ce crime nouveau dans son propre Code pénal, en 1998« , 

Le Vietnam devient ainsi le premier pays à reconnaître juridiquement ce crime commis sur son sol. « Il ne le nomme pas écocide ». « L’article 342 de son Code pénal décrit le  »fait pour toute personne en temps de paix ou en temps de guerre, de massacrer massivement des habitants d’une région, de détruire des ressources d’existence, et la vie culturelle et spirituelle d’une nation, de bouleverser les bases d’une société en vue de la détruire ou de commettre tout autre acte de génocide ou de destruction de la vie des êtres vivants ou du milieu naturel' ».  Surtout, « il qualifie l’écocide vietnamien de guerre contre une terre et des non-nés », explique Valérie Cabanes.

« Une terre désigne un environnement qui est en même temps un habitat. Et les non-nés, ce sont les générations futures. Or, ces deux sujets ne sont d’ordinaire pas des sujets de droit. On ne peut pas aller en justice pour les défendre aujourd’hui.  » (Valérie Cabanes )

Dans la foulée du Vietnam, huit autres Etats issus de l’ex-URSS, dont la Russie et l’Ukraine, ont inscrit leur version du « crime d’écocide » dans leur Code pénal. En 2010, la juriste britannique Polly Higgins a, à son tour, proposé à l’ONU que l’écocide constitue un crime contre la paix et demandé à la communauté internationale de légiférer en ce sens. Ailleurs, des juges ont reconnu des écocides, comme au Brésil, en Equateur ou au Guatemala. La Belgique débat actuellement de l’opportunité de se doter d’un tel concept. Alors que la France a, elle, décidé de privilégier la notion de « délit » environnemental à celle de « crime » dans son futur texte de loi. La menace a changé, explique Valérie Cabanes, qui pointe aujourd’hui non pas la force militaire, mais le poids des industriels. « Il devient nécessaire de réaffirmer la suprématie des droits humains sur le droit commercial, d’une part, mais aussi de reconnaître que nos droits fondamentaux sont conditionnés par le respect de normes supérieures définies par des lois biologiques », ( V.Cabanes )……..

Obtenir réparation, avec ou sans écocide

A moins d’être rétroactifs, ces textes de loi qui reconnaissent l’aspect délictuel ou criminel des écocides ne changeront rien pour les victimes de l’ « agent orange », qui continuent de se battre dans l’espoir de faire reconnaître par la justice la responsabilité du gouvernement américain et des fabricants. S’appuyant sur les lois déjà existantes, des vétérans de l’armée américaine ont réussi à contraindre, en 1984, ces groupes de l’industrie chimique à les dédommager pour les conséquences graves de l' »agent orange » sur leur santé.

Des victimes vietnamiennes de l'"agent orange" devant un tribunal de New York, aux Etats-Unis, à l'occasion d'une audience, le 18 juin 2007.  (STAN HONDA / AFP)
(Des victimes vietnamiennes de l' »agent orange » devant un tribunal de New York, aux Etats-Unis, à l’occasion d’une audience, le 18 juin 2007.  )

En revanche, les victimes vietnamiennes n’ont jamais obtenu gain de cause. En 2009, la Cour suprême des Etats-Unis a ainsi débouté de leurs plaintes une association les représentant contre les 37 entreprises ayant fabriqué le défoliant. La justice américaine a estimé « que ‘l’agent orange’ n’était pas un poison au regard du droit international », rappelle Valérie Cabanes. 

Si la France n’est pas encore dotée d’un texte pénalisant l’écocide, une décision en faveur de Tran To Nga créerait un précédent pour des centaines de milliers d’autres victimes potentielles. Le tribunal d’Evry pourrait être le premier à reconnaître la responsabilité des fabricants dans la dispersion de l’ « agent orange ». Une porte ouverte pour, peut-être, commencer à réparer les dommages multiples causés par l’écocide originel, plus d’un demi-siècle après

Harriet Tubman


…..libératrice d’esclaves:

Au péril de sa vie , après s’être enfuie d’une plantation ( du Mary Land ) , elle retourne dans cet état esclavagiste pour libérer d’autres esclaves opprimés , au péril de sa vie :
Un soir de 1849 , une femme court dans la nuit sans se retourner cette femme se nomme Harriet Trubman , elle s’enfuit de la plantation d’ Edward Brodess , propriétaire terrien du Maryland ; elle y est née en 1821 /22 . sous le nom d’Araminta Ross de parents esclaves comme elle , mais la petite  » Minty  » , comme on la surnomme ,a la résistance dans le sang ..Déjà , à 5 ans , louée à une voisine , elle vole du sucre et se cache pendant une semaine , mais elle est retrouvée et battue , à 13 ans , elle refuse d’aider un contremaître qui voulait rattraper une esclave cherchant à s’enfuir , celui-ci , furieux , la roue de coups ! En décembre 1849 , sachant qu’elle va être vendue , elle décide de s’enfuir …Cette nuit là , elle court  » comme une dératée  » et parcourt une cinquantaine de Kms ! ( son mari est resté )

Elle atteint Poplar Neck dans un comté voisin là , elle retrouve les membre de l’Underground Railroad (chemin de fer clandestin ) ,un réseau d’évasion important créé par des abolitionnistes et des quakers noirs et blancs . Elle prend alors  » la route de la liberté  » ( une route de 150 Kms ) pour atteindre la Pennsylvanie où l’esclavage est illégal ….

Une résistante qui libérera près de 70 esclaves :

Pour éviter les  » chasseurs d’esclaves  » qui les traquent dans le but de toucher une récompense ,pour éviter d’être repérer , les fugitifs doivent se déplacer la nuit ….Après de longs jours de voyage , la jeune femme arrive en  » terre promise  » ..Elle dira  » je me sentais différente , me sentait comme au paradis  » …. Installée à Philadelphie , elle enchaîne les petits boulots .Pour la première fois de sa vie , elle est payée pour son travail !

Mais , quand elle apprend que sa nièce et ses deux enfants vont être vendus , elle prend une décision folle : Vêtue d’un costume d’homme , elle décide d’aller les chercher dans le Maryland ! C’est encore plus dangereux que sa fuite un an avant , car la répression s’est endurcie !

Prenant tous les risques , elle retourne dans la plantation qu’elle à fui .Elle parvient à conduire sa nièce et les enfants à Philadelphie , puis , elle retourne dans la plantation fuie pour sauver son mari , mais lui refuse de partir …..Elle  » embarque  » finalement une poignée d’esclaves . Au total , Harriet Trubman va mener 13 expéditions , prenant à chaque fois les routes de  » l’Underground Railroad  » .Elle parviendra à libérer près de 70 esclaves ; sans être capturée et sans qu’un seul ne soit repris . Rusée et intelligente, elle prépare soigneusement ses voyages et devient un as du déguisement .

 » La moïse noire  » :

C’est le surnom qu’on lui donnera en rapport avec le prophète qui a guidé les juifs hors d’Egypte ( comme lui , elle a ouvert la  » voie de la liberté  »). Sa mission ne s’arrête pas là : Pendant la guerre de Sécession , elle devient infirmière au côté de abolitionnistes . Et en 1863 ,quand Lincoln signe la proclamation d’émancipation qui abolit l’esclavage dans tous les Etats -Unis, elle se mêle aux raids qui libèrent les captifs dans les plantations ( En caroline du Sud , au cours d’un de ces raids , elle permet de libérer plus de 700 esclaves ) !

Une reconnaissance tardive :

La paix revenue ,elle milite pour le vote des femmes et contre le racisme . La reconnaissance ? Elle se fera attendre : 30 ans pour recevoir une pension ! L’argent gagné grâce à la publication de sa biographie parue en 1869 , lui sert à ouvrir un hospice pour le afro-américains à côté de sa maison à Auburn . C’est là qu’elle mourra le 10 mars 1913 à plus de 90 ans …..

Harriet Tubman devient une  » icône  » : C’est elle que les américains ont choisi en 2016 pour figurer sur les billets de 20 dollars ……

Recy Taylor……


Si vous avez regardé / lu jusqu’à la fin , vous avez constaté comme moi que tout ce que cette femme a obtenu par la justice , ce sont des excuses !

Qui était cette femme …..

Recy Corbitt ( son nom de jeune fille ) est née le 31 décembre 1919 dans les zones rurales de l’Alabama, où sa famille était ouvrier agricole / métayer . . À 17 ans, sa mère est morte et elle s’est souciée de ses six frères et sœurs. Elle a continué à travailler dans  » le métayer  » et à l’âge de 24 ans en 1944, elle avait épousé Willie Guy Taylor et ils avaient une jeune fille, Joyce Lee. Le 3 Septembre 1944, avec son ami Fannie Daniel et le fils adolescent de cette dernière , Joyce Lee rentrait de l’église quand un voiture arriva derrière eux  Dans la voiture se trouvaient  le soldat Herbert Lovett

Résultat d’images pour soldat Herbert Lovett dans l' affaire Recy taylor images, photos
H.Lovett ? ( photo du net )

de l’armée américaine et six autres hommes, tous armés. Lovett accusa la jeune fille d’avoir coupé la route à l’auto , ce qui était faux .  Les sept hommes ont forcé Taylor à entrer dans la voiture sous la menace d’une arme à feu et l’ont conduite jusqu’à une parcelle d’arbres sur le bord de la route. Ils l’ont forcée à enlever ses vêtements en disant :  » Enlève ces chiffons, ou je te tue et je te laisse ici dans les bois.  » .Après avoir été déshabillée de force, Taylor l’ a supplié de la laisser retourner à la maison de sa famille . Les agresseurs ont ignoré ses demandes ,ont tous enlevé leurs vêtements, et regardé Lovett ordonner Taylor de s’allonger lui disant  » d’agir comme vous le faites avec votre mari ou je vais vous trancher la gorge. » Elle a été violée par six des hommes, y compris Lovett. L’enlèvement de Taylor a été signalé immédiatement à la police par Fanny Daniel qui a identifié la voiture comme appartenant à Hugo Wilson, qui a admis avoir ramassé Taylor et, a dit,  »l’avoir la portée sur place  » et a mis le viol  » sur le dos » des six autres hommes..

Trois témoins oculaires ont identifié Wilson comme étant le conducteur de la voiture, la police n’a fait appel à aucun des hommes que Wilson a désignés comme agresseurs, et Wilson a reçu une amende de 250 $ (l’équivalent de 3 630 $ en 2019) ! La communauté noire d’Abbeville a été outrée par les actions prises par la police, et l’événement a été rapporté à la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP) à Montgomery ( Alabama ).  La NAACP a envoyé leur meilleur investigateur et activiste contre des agression sexuelles sur des femmes noires : Rosa Parks

Résultat d’images pour Rosa Parks
(Rosa Parks à l’époque )

 Au début du mois d’octobre, le  » Chicago Defender  » ,   qui avait un public national afro-américain, publia un article en première page intitulé  » Victim of White Alabama Rapists  », qui décrit Taylor et l’affaire..

Premier grand jury: Parks a ramené l’affaire à Montgomery où elle a commencé à former un soutien pour Taylor avec l’aide de E.D Nixon  , Rufas A. Lewis, et E.G. Jackson, tous des hommes influents dans la communauté de Montgomery. Parks et ses alliés ont formé le » Comité de l’Alabama pour l’égalité de la justice  pour Taylor,  » avec le soutien des syndicats nationaux, des organisations afro-américaines et des groupes de femmes  ». Le groupe a recruté des partisans dans tout le pays et, au printemps de 1945, ils avaient organisé ce que le  » Chicago Defender  »  appelait la  » campagne la plus forte pour une justice égale  en une décennie  » ……….. L’audience du grand jury eut lieu du 3 au 4 octobre 1944, avec un jury tout blanc et exclusivement masculin !!

Cependant, aucun des assaillants n’avait été arrêté, ce qui impliquait que les seuls témoins étaient les amis et la famille noirs de Taylor. La famille de Taylor n’a pas pu identifier les noms des agresseurs, et comme le shérif Gamble  n’a jamais organisé  » file d’alignation  » ( alignement des suspects pour identification ) de la police, Taylor n’a pas pu identifier ses agresseurs au tribunal .  Après cinq minutes de délibérations, le jury a rejeté l’affaire. La seule façon de le ré-ouvrir serait par un acte d’accusation d’un second grand jury.

Intimidation violente : Dans les mois qui ont suivi le procès, Taylor a reçu de nombreuses menaces de  mort, et sa maison a été bombardée . Taylor, avec son mari et son enfant, a emménagé dans la maison familiale, où son père et ses frères et sœurs aideraient à protéger Taylor contre d’autres menaces de mort. Toute sa famille avait peur de sortir après la tombée de la nuit, et Taylor ne sortait même pas pendant la journée. Elle craignait non seulement les menaces des justiciers en colère  » de la ville, mais aussi les menaces de ses agresseurs la nuit de l’assaut. Benny Corbitt a pris garde dans un arbre tous les soirs avec une arme gardant Taylor et sa famille jusqu’à l’aube. Taylor et sa famille ont supposé qu’ils vivrait le reste de leur vie dans la peur. Mais , parler de  » viol brutal et d’audition bidon  » a résonné à travers les chapitres de la NAACP dans tout le sud et au sein des communautés noires. Ces organisations et d’autres se sont réunies pour défendre Taylor et exiger des sanctions pour ses agresseurs ainsi que pour la sécurité de Taylor

Activisme pour la justice : Les militants se sont réunis au Temple maçonnique nègre de Birmingham où maçonnique et les membres de la NAACP Montgomery et Birmingham, les rédacteurs en chef et les journalistes de l’Alabama Tribune et Birmingham World, plus les membres du  » Southern Negro Youth Congress  » , ont , entre autres ,coordonné les efforts pour rendre justice pour Recy Taylor .….Rosa Parks et d’autres activistes principalement féminines ont contribué à répandre l’histoire de Recy Taylor tout le chemin jusqu’ à la côte ,à Harlem , New York  Plusieurs histoires de l’agression l’assaut de Taylor ont été imprimées dans le Courier de Pittsburgh faisant : Le  » viol de Recy Taylor une injustice méridionale  » qui  » a immédiatement suscité l’intérêt national.  » . Cela conduisit à une publication dans le New York Daily News   intitulé  » Alabama Authorities Ignore White Gang’s Rape of Negro Mother  » et a attaqué la ségrégation durable et la défense de la féminité blanche ainsi que la  » manipulation du viol interracial pour justifier la violence contre les hommes noirs  »  Après diverses autres publications de journal et la connaissance répandue de l’attaque, les activistes noirs ont commencé à écrire au gouverneur de l’Alabama, Chauncey Sparks

Résultat d’images pour Chauncey Sparks

..Sparks qui avait promis pendant sa campagne électorale de  » garder le nez du gouvernement fédéral hors des affaires de l’Alabama  », ainsi après de nombreuses attaques, y compris des comparaisons de la police du comté d’Henry aux nazis  »le gouverneur Sparks accepta à contrecœur d’ouvrir une enquête.

Rosa Parks, dans son travail instrumental pour rendre justice à Taylor, a dirigé la création du  » Comité pour l’égalité de la justice pour Mme Recy Taylor  » ( CERJRT ). Il a rapidement recueilli le soutien national, avec des sections locales qui ont vu le jour à travers les États-Unis. Le groupe avait un nombre illustre de membres; des sommités , Le groupe  » illustre  » a attiré l’attention du FBI qui  a voulu fait valoir que le groupe était tout simplement une couverture pour le Parti communiste !

Enquête : Après que le gouverneur Sparks eut ouvert une enquête, le shérif Gamble a de nouveau été interrogé sur les mesures prises pour assurer la justice au nom de Taylor. Gamble a faussement affirmé qu’il avait ouvert sa propre enquête immédiatement après l’attaque. Il a également affirmé qu’il avait arrêté tous les hommes impliqués dans le viol deux jours après l’agression, et qu’il avait placé Hugo Wilson, l’homme identifié comme étant le propriétaire de la voiture, en vertu d’une caution de 500 $. Il a également accusé Taylor d’être  » rien d’autre qu’une pute autour d’Abbeville  » !!! et qu’elle avait été  » traitée pendant un certain temps par l’agent de santé du comté d’Henry pour une maladie vénérienne  ». Plus tard, d’autres hommes blancs d’Abbeville ont identifié Taylor comme une  » femme honnête et respectable qui respectait les mœurs raciales et sexuelles de la ville  » . Des policier ,investigateurs ont  » interviewé  » les violeurs, et quatre des sept hommes Qui auraient  » admis avoir eu des rapports sexuels avec Taylor, mais ont soutenu qu’elle était essentiellement une prostituée et participante consentante.  »

Certains d’entre eux ont nié savoir quoi que ce soit au sujet de l’attaque. Cependant, l’un des agresseurs, Joe Culpepper, a admis que lui et les autres violeurs étaient à la recherche d’une femme la nuit de l’attaque, que Lovett est sorti de la voiture avec une arme à feu et a parlé à Taylor, que Taylor a été forcé dans la voiture et plus tard forcé de sortir de la voiture et fait se déshabiller sous la menace d’une arme à feu, a été violée et plus tard les yeux bandés et laissé sur le bord de la route. Le récit de Culpepper de l’histoire correspondait au récit original de Taylor. Cependant, même avec ces informations, y compris plusieurs des témoignages présumés agresseurs, le procureur général n’a pas réussi à convaincre les jurés du comté d’Henry qu’il y avait suffisamment de preuves pour inculper les sept suspects quand il a présenté le cas de Taylor le 14 Février 1945 , le second jury composé d’hommes blancs a refusé d’émettre des actes d’accusation

La communauté noire a été choquée par le deuxième rejet de l’affaire Taylor. La couverture médiatique de la deuxième audience était plus hostile à Taylor en se fondant sur les fausses allégations selon qui elle était une prostituée. Le procureur général adjoint a déclaré que :  » Cette affaire a été présentée à deux grands jurys du comté d’Henry et les deux grands jurys n’ont pas jugé bon de trouver un acte d’accusation  », affirmant qu’aucun fait ou circonstances liés à cette affaire n’a été supprimé  » Malgré l’issu l’affaire a été considérée comme une victoire majeure pour la formation du mouvement des droits civiques en raison de la mobilisation réussie des militants à travers le pays :  » L’affaire Recy Taylor a réuni les éléments constitutifs du boycott des autobus de Montgomery dix ans plus tôt  »

Taylor a vécu à Abbeville avec sa famille pendant deux décennies après l’attaque. Elle a dit qu’au cours de ces années, elle vivait  » dans la peur, et beaucoup de Blancs dans la ville ont continué à la traiter mal, même après le départ de ses agresseurs.  » Elle a finalement déménagé en Floride où elle a travaillé la cueillette des oranges. Plus tard, elle s’est séparée de son mari. Leur seul enfant est mort dans un accident de voiture en 1967. Taylor a vécu pendant de nombreuses années à Winter Haven en Floride jusqu’à ce que sa famille la ramène à Abbeville, en raison d’un manque de santé. 

La publication du livre de Danielle L. McGuire At the Dark End of the Street: Black Women, en 2011 a donné lieu à des excuses officielles de la législature de L’Alabama à Taylor au nom de l’État  » pour son incapacité à poursuivre ses agresseurs » !!!! Une résolution commune a été adoptée par la législature de l’Alabama le 21 avril 2011, déclarant :

 » QU’IL SOIT RÉSOLU PAR LA LÉGISLATURE DE L’ALABAMA, LES DEUX CHAMBRES DE CELUI-CI CONCURRING, Que nous reconnaissons l’absence de poursuites pour les crimes commis contre Recy Taylor par le gouvernement de l’État de l’Alabama, que nous déclarons un tel défaut d’agir a été, et est, moralement odieux et répugnant, et que nous exprimons par la présente de profonds regrets pour le rôle joué par le gouvernement de l’État de l’Alabama dans le non-poursuite des crimes.

QU’IL SOIT ENCORE RÉSOLU, Que nous exprimions nos plus sincères condoléances et nos regrets solennels à Recy Taylor et à sa famille et à ses amis

En 2018,0prah Winfrey , a parlé de Taylor en disant:  » Ils ont menacé de la tuer si jamais elle a dit à quelqu’un … Recy Taylor est morte il y a 10 jours… pendant trop longtemps, les femmes n’ont pas été entendues ou crues si elles osaient dire leur vérité à la puissance de ces hommes … Et j’espère juste que Recy Taylor est morte en sachant que sa vérité  va jouer un rôle important  » en discutant du contexte historique, Danielle McGuire, a noté:  » Des décennies avant le mouvement des femmes, des décennies avant qu’il y ait des paroles ou quelqu’un qui dit  » moi aussi  », Recy Taylor a témoigné au sujet de son agression à des gens qui auraient très facilement pu la tuer -, qui ont essayé de la tuer. En décrivant Taylor plus tard dans sa vie, McGuire a dit :  » Elle était drôle, pleine d’esprit. C’était une pasteur d’église. Elle adorait aller à l’église, elle aimait chanter. Elle était très accueillante …  »

Taylor est morte dans son sommeil dans une maison de retraite à l’âge de 97 ans à Abbeville, Alabama, le 28 décembre 2017, trois jours seulement avant son 98e anniversaire. Elle a été enterrée à côté de la tombe de sa fille à l’église baptiste New Mount Zion

Il arrive , mais ….


.…….d’où vient il ? ……

Le Père Noël

( Il ne faut pas le dire aux enfants ! Ils comprendront quand il seront grand , laissons les rêver pour l’instant …..)

saint-nicolas-1


Le Père Noël aurait pour origine Saint Nicolas. On retrouve dans sa représentation toute la symbolique de St Nicolas (barbe blanche, manteau rouge…).
Le père Noël voyage dans un traîneau tiré par des rennes

Résultat d’images pour le père noël en traîneau

, Saint Nicolas voyageait sur le dos d’un âne

Résultat d’images pour saint nicolas sur un âne

. Malgré la réforme protestante du XVIe siècle qui supprima la fête de St Nicolas dans des pays d’Europe, les Hollandais gardèrent leur Sinter Klaus (nom hollandais pour Saint Nicolas) et sa distribution de jouets.
Quand ils s’installèrent aux États-Unis, Sinter Klass devint Santa Claus.
Santa Claus subit des transformations vestimentaires et culturelles pour se transformer en un Père Noël plus convivial.

Clément Clarke MOORE :

clement-clarke-moore-3000-3x2gty


Clément Clarke MOORE écrivit en 1821 un conte de Noël pour ses enfants intitulé  » The night before Christmas  » (La nuit d’avant Noël ) dans lequel le Père Noël apparaît dans son traîneau tiré par des rennes.

Il écrivit aussi un texte intitulé  » A Visit From St Nicholas  » (la visite de St Nicolas) qui parut dans le journal  » Sentinel  » de New York le 23 décembre 1823. Ce texte parlait de lutins

Résultat d’images pour lutins

qui distribuaient des cadeaux aux enfants par la cheminée et se déplaçaient dans une carriole tirée par 8 rennes ( nommés Blitzen, Dasher, Dancer, Comet, Cupid, Donder, Prancer et Vixen).

Un neuvième renne aurait été rajouté en 1939 : Rudolf, qui fut chargé d’éclairer le chemin du père Noël grâce à son  » nez rouge lumineux  ». L’histoire fut traduite en plusieurs langues et diffusée dans le monde entier.

La  »naissance » du Père Noël :

thomas_nast_257x257

En 1863  » Harper’s Illustrated weekly  », journal New-Yorkais, imagina Santa Claus d’un costume garni de fourrure blanche et portant un large ceinturon de cuir. Le dessinateur Thomas NAST en fut l’auteur.
Pendant près de 30 ans, Thomas NAST

représenta, dans ce journal, Santa Claus ventru et jovial, à la barbe blanche et accompagné de rennes.

by Thomas Nast


En 1885 l’illustrateur de ce journal dessina le parcours du Santa Claus qui va du pôle Nord aux Etats-Unis ; sa résidence était ainsi officiellement établie
Un an plus tard, l’écrivain Georges P. WEBSTER précisa que la manufacture de jouets ainsi que la maison du père Noël  » étaient cachées dans la glace et la neige du Pôle Nord  » confirmant par cette affirmation les dessins de NAST.

santa fatigué endormi près de sapin de noël - maison père noel photos et images de collection

Il aura fallu attendre 1931 … et Coca Cola !

pere-noel-coca-cola

La firme Américaine a eu le génie de demander à Haddon SUNDBLOM

de dessiner ce vieux bonhomme (dont la renommée grandissait là-bas) en train de boire du Coca Cola pour reprendre des forces pendant la distribution de jouets. Ainsi les enfants seraient incités à en boire durant l’hiver.!!!!
Le dessinateur l’habilla aux couleurs de la célèbre bouteille de Coca Cola : rouge et blanc. Ce nouveau look et la renommée que lui valut la publicité, firent du vieux bonhomme le maître planétaire de la nuit magique, le Père Noël.
Il y eu bien quelques mouvements de protestation de la part des Catholiques contre cette envahissante popularité, la nuit du 24 au 25 décembre étant à l’origine celle de l’enfant Jésus. Certaines manifestations allèrent même jusqu’à brûler l’effigie du Père Noël !! , mais tout rentra dans l’ordre au fil du temps.

Il n’en reste pas moins que l’arrivée du Père Noël reste magique pour tous et symbolise tout notre attachement à notre famille et à nos proches …

Un lien d’affection en quelque sorte …

ça s’est passé un 7 décembre……


7 décembre 1877

Thomas Edison fait la première démonstration de son phonographe.

phonographe edison
T. Edison .

En août 1889, l’inventeur et industriel américain Thomas Alva Edison (1847-1931) se rend à Paris afin de présenter ses dernières innovations technologiques dans le cadre de l’Exposition universelle. Après avoir travaillé aux problèmes de l’éclairage électrique et à la fabrication de la lampe à incandescence, Edison a repris ses recherches sur le phonographe, dont il avait proposé un premier modèle 11 ans avant (en 1878 ). Des brevets sont déposés en janvier 1888, et le 16 juin 1888, le nouvel appareil est présenté aux Etats-Unis à grands renforts de publicité. Le 23 avril 1889, l’Académie des Sciences assiste à la présentation française de ce phonographe amélioré. Avant même l’arrivée d’Edison à Paris, les journaux et les revues ont déjà relayé l’événement, tant l’enregistrement de la musique et de la voix amuse et intrigue le public. Le phonographe fut l’une des attractions principales de l’Exposition universelle de 1889

Résultat d’images pour exposition universelle de 1889 images


Résultat d’images pour exposition universelle de 1889 imagesEntrée …

, où les compagnies portant le nom d’Edison occupent le quart de la superficie du stand américain.

C’était aussi un 7 décembre , mais plus tard :

7 décembre 1936 : Mermoz décolle de Dakar pour le Brésil

Le 7 décembre 1936,Jean Mermoz

Résultat d’images pour Jean Mermoz

décolle de Dakar en direction de Natal, au Brésil, sur un hydravion Laté 300 baptisé Croix-du-Sud.

Résultat d’images pour hydravion 'laté'' images

À 10h47, l’hydravion émet un signal :  » Coupons moteur arrière droit  » avant de disparaître dans l’Atlantique Sud avec son équipage ( dont on parle rarement ) : Pichodou, Ezan, Lavidallie et Cruveilher. Le 30 décembre, ils auront tous droit à des funérailles nationales.

___________________________________

Un 7 décembre aussi , mais à une autre époque et événement différent ….:

Il y a 79 ans : Le 7/12/1941:

Au matin du dimanche 7 décembre 1941, de nombreux avions japonais attaquent par surprise la flotte de guerre américaine à Pearl Harbor, ( dans l’archipel des Hawaï ).

Dès 7h40, la base américaine sur l’île d’Oahu, à Hawaï est attaquée, DR
image du Net …

Pout permettre au Japon de continuer la conquête de l’Asie , l’amiral Yamamoto

Résultat d’images pour Isoroku Yamamoto

avait décidé de détruire d’abord la flotte U.S

.

Les navires en rang dans la rade de Pearl Harbor

Ses pilotes ont été entraînés en secret et leurs avions équipés de torpilles spéciales capables de plonger dans les eaux très peu profondes de la rade américaine.

Le jour venu, la flotte nippone : = 6 porte-avions, 423 avions et 27 sous-marins, s’approche à 500 km de l’archipel sans être repérée par les radars.

Le cuirassé Arizona

Vers 7h 30, une première vague d’assaut pique vers les navires rangés dans la rade (90 au total!).

Une deuxième vague frappe la base à 9h 45. En deux heures, les Japonais détruisent ou endommagent huit cuirassés ainsi que 3 croiseurs, 3 destroyers et 4 navires auxiliaires.! 120 avions environ sont détruits .

Au total 2400 marins américains sont tués. Du côté des assaillants, les pertes sont évaluées à 55 tués et 29 avions détruits.

Avec l’attaque de Pearl Harbor, la guerre qui avait éclaté en Europe deux ans plus tôt  » grâce  » à Hitler devient un conflit véritablement mondial . Roosevelt , d’autre part , essayait depuis plusieurs mois , de rallier les pacifistes et  » isolationnistes  » U.S (dont , parait – il Ch. Lindbergh pour une guerre contre les nazis et leurs alliés ( Italie et Japon )

Depuis plusieurs mois déjà, le le président Roosevelt soutenait activement les Anglais et les Soviétiques, toujours seuls en lutte contre Hitler.( Il multipliait , parait il ,aussi les provocations contre les Allemands mais Hitler se gardait bien d’y répondre ).

Aussitôt après Pearl Harbor, une union sacrée se forme aux États-Unis et le Congrès déclare la guerre au Japon. Trois jours plus tard, l’Allemagne et l’Italie, alliées du Japon, déclarent à leur tour ( mais à contrecœur ) la guerre aux États-Unis.

Les États-Unis sont entraînés à leur corps défendant dans une guerre sur deux fronts, en Europe contre l’Allemagne et dans le Pacifique contre le Japon. Roosevelt sait que les Japonais n’ont pas les moyens de résister longtemps et sont voués à perdre la guerre. Mais , ce n’est pas la même situation pour les Allemands …. Dès le début de 1942, le président américain choisit de porter l’essentiel de ses efforts sur le front européen, au grand soulagement de Churchill et de Staline.

Que boit -on dans cette laverie ? …


Si quelqu’un qui habite Paris lit ce billet, j’aimerais qu’il m’écrive si c’est vrai !

Impossible de s’en douter, de la rue, ce véritable bar caché a tout l’air d’une laverie ordinaire. Bien que Lavomatic commence à avoir une petite notoriété à Paris, le concept est toujours aussi surprenant et pour les petits nouveaux une drôle de découverte.si ils sont prêts à passer de l’autre côté d’une machine à laver pour boire un cocktail …..

Un bar caché dans une laverie en plein Paris

Les laveries ne sont pas rares à Paris, mais il en existe qu’une seule comme celle-ci. Nichée à deux pas de République, cette mystérieuse laverie accueille un bar à cocktails parait il plutôt sympathique. Vu de l’avant, tout semble ordinaire : les machines à laver sont là, les chaises pour l’attente aussi, les tarifs affichés sur la devanture augmentent l’illusion. Pourtant, après avoir fouillé quelques instants, on s’aperçoit qu’une machine à laver factice dissimule une très discrète porte d’entrée menant tout droit au bar unique, situé à l’étage.

Une fois entré , l’ambiance laverie fait place à un bar très cosy. Grandes banquettes, poufs, comptoir en volets persiennes, parquet, tapis et poutres apparentes, Lavomatic ( nom du bar ) prend , parait il ,place dans un charmant appartement, intimiste.

bar caché paris lavomatic laverie bar caché
Cette porte permet d’accéder à l’étage !

L’intérieur ..

Côté carte, l’équipe de barmaids propose de délicieux cocktails aux noms comiques élaborés à partir de produits de saison à partir de 9€ .

Quelques noms des cocktails :  »La vérité si je mangue  »,  »Detoxomatic  », » Monkey TeaTime  » ou encore leur recette phare : le Basilic Instinct (11€). A la carte toujours, des bouteilles de vin nature à partir de 24€, ou 5,5€ le verre.

Lavomatic est , d’après ce que j’ai lu , un bar original pour sortir entre amis et en surprendre plus d’un en leur indiquant l’adresse d’une laverie comme point de rendez-vous. Cocktails travaillés et ambiance sympathique, on paye surtout la fantaisie du speakeasy, qui vaut le détour.

Où ? 30 rue René Boulanger, Paris 10e.

Combien ? Dès 9€ le cocktail, 5.5€ le verre de vin et petites assiettes de tapas à partir de 8€. ( adresse et prix trouvés sur le net . )

____________________________________________________

En fait , ce concept s’inspire des  » speakeasy  » , des bars clandestins qui existaient aux Etats – Unis pendant la prohibition ….

Petit rappel lol . La prohibition : En 1920 les lobbies protestants U.S accusant l’alcool de tous les maux de la société fient voter le 18ème amendement de la constitution , qui interdit la production , la vente ou le transport de boissons alcoolisées ..Du coup , les distilleries ferment et les saloons se transforment en marchands de glaces …et bien entendu , pendant ce temps un trafic s’organise .L’alcool de contrebande ( souvent de mauvaise qualité ) continue ses ravages . L’amendement est finalement abrogé en 1933 ( après la crise de 1929 , l’état avait besoin des taxes pour renflouer ses caisses .

Pourquoi les américains ….


…ont-ils transmis sciemment la syphilis ?!

syphillis

Une expérimentation pour le moins subversive, l’inoculation de la syphilis a été effectuée de manière volontaire chez divers cobayes humains guatémaltèques, de 1946 à 1948. Bien qu’étant dangereux, ce programme pensé par l’administration Truman s’est déroulé avec l’accord et la collaboration du président du Guatemala d’alors, Juan José Arévalo.Résultat d’images pour Juan José Arévalo

Une scabreuse expérience :

 C’est un fait historique méconnu mais, malheureusement, bien réel.

   En effet, alors que des chercheurs américains souhaitaient développer des traitements contre la syphilis, la possibilité de mener des expériences médicales sur des humains est progressivement apparue comme étant indispensable, peu après la fin de la Seconde Guerre mondiale.

    C’est à ce titre qu’une commission d’experts, en relation avec l’administration TrumanTruman , décida d’inoculer volontairement ( et secrètement ) des maladies sexuellement transmissibles à 5500 personnes ! (principalement des soldats, des prostituées et des malades mentaux) choisies pour leur vulnérabilité (sur une période allant de l’année 1946 à l’année 1948).

   Ces dernières étaient exclusivement guatémaltèques, à la faveur d’un accord passé avec président du Guatemala, Juan José Arévalo.!

    L’objectif était alors très simple : il s’agissait de savoir si la pénicilline permettait de guérir ( mais aussi de prévenir ) les maladies sexuellement transmissibles.

De douloureuses séquelles :

  Malheureusement pour les malades, la molécule en question se révéla inefficace pour contrer les effets des maladies qui les affectaient. De ce fait, 83 de ces cobayes humains décédèrent, sans même savoir ce qui leur était arrivé.

   Toutefois, plus de 60 ans après les faits, la sombre affaire a refait surface, sous l’impulsion du président guatémaltèque Alvàro Colom Résultat d’images pour Álvaro Colom(en 2011).

   Soucieux de mener une enquête sur cet événement, le chef d’État dirigea, ainsi, une commission spéciale pour éclaircir les zones d’ombre de ces expérimentations et honorer les victimes encore vivantes.

  De son côté, Barack Obama Obama(alors président des États-Unis d’Amérique) prit pour résolution d’analyser les plus de 125 000 documents d’archives, avant de délivrer des conclusions définitives sur cette affaire.
  Des excuses officielles furent également prononcées, en compagnie de promesses certifiant que de telles expériences ne surviendraient plus.

  Une  » bien bonne résolution  », puisque mener des tests médicaux sans le moindre consentement des sujets infectés peut, en effet, être assimilé à un crime contre l’Humanité.!!