USA : On enseigne  » l’art » de se droguer ?


Une enseignante américaine a été surprise en train de snifer de la cocaïne après sa classe.
La vidéo fait scandale aux Etats-Unis. On peut y voir une professeure filmée en train de snifer de la cocaïne. Ce sont ses élèves qui ont filmé la scène. Samantha Cox a 24 ans et est une jeune professeure d’anglais. Sur la vidéo, on peut la voir se cacher dans un coin de la classe, pensant être bien cachée. L’enseignante commence par préparer ses rails, puis se tourne pour snifer.

 

La vidéo : 

 

//www.ultimedia.com/deliver/generic/iframe/mdtk/01241244/src/vspxrr/zone/17/showtitle/1/

Publicités

Correspondance …aérienne !


Un ballon lancé dans l’Ain… et retrouvé à Chicago 648x415_ballon-lache-ain-retrouve-chicago <!–

Le tour du monde (ou presque) en 108 jours. Le 2 juillet dernier, Florian, 8 ans, avait inscrit son prénom et son adresse sur une vignette attachée à un ballon gonflé à l’hélium et lâché avec 150 autres lors de la kermesse de son école dans l’Ain . Il ne s’attendait sans doute pas à ce que son ballon parcourt quelques milliers de kilomètres… jusqu’au Etats-Unis….

Le petit garçon a en effet eu la surprise, ce 18 octobre, de voir arriver une lettre de Chicago émanant d’une certaine « Stephany » qui avait trouvé le ballon « dans un endroit cher à [son] cœur ». Une lettre pour le moins mystérieuse d’autant que le réceptrice du ballon ne donne ni nom de famille ni adresse.

La mère de Florian désespère « Nous souhaiterions la connaître, mais c’est comme chercher une aiguille dans une botte de foin », raconte-elle ainsi à l’AFP. Toutefois, elle garde espoir « une amie de mes collègues habite à Chicago. Elle doit faire paraître l’histoire de Florian et Stephany dans un journal local. Et puis, il y a les réseaux sociaux. Peut-être, alors, aurons-nous une réponse… ».

L’origine de ce 1er mai, fête du travail, est à chercher outre-Atlantique!!!!!


La journée des travailleurs, célébrée le 1er mai dans la plupart des pays industrialisés, est en fait née à Chicago en 1886 pour réclamer la journée de travail de huit heures et a été officialisée en France sous l’appellation « Fête du Travail » par le régime de Vichy. C’est en 1886 que les syndicalistes de l’American Federation of Labor choisissent de consacrer le 1er mai – jour de renouvellement des contrats de travail – à la revendication des huit heures de travail quotidien. Plus de 300.000 ouvriers quittent leurs usines et une gigantesque manifestation se déroule dans le calme à Chicago.

Anarchy in the USA

Le 3 mai, des incidents éclatent entre grévistes et policiers, six grévistes sont tués. Le lendemain, à la fin d’un meeting de protestation organisé par les anarchistes, une bombe éclate au milieu des policiers et provoque une panique gigantesque. Sept policiers et une dizaine de manifestants sont tués. Huit militants anarchistes sont condamnés à mort. Quatre d’entre eux sont pendus en novembre 1887, un cinquième se suicide en prison. Les trois autres condamnés sont graciés en 1893 et les cinq morts réhabilités à titre posthume.

Manifestation internationale des travailleurs

En 1889, le congrès constitutif de la deuxième Internationale des partis socialistes et ouvriers, réuni à Paris, décide d’organiser à date fixe, à partir du 1er mai 1890, une manifestation internationale des travailleurs pour demander la journée de huit heures et honorer les morts de Chicago.

L’armée tire sur les ouvriers

Jusque dans les années 1920, le 1er mai est marqué par la violence. Ainsi, en 1891, neuf personnes sont tuées par l’armée à Fourmies (Nord). En France, la journée de huit heures est accordée en 1919, mais le 1er mai demeure non chômé et les manifestations sont durement réprimées.

De Pétain à Le Pen

Mais en 1941, le régime de Vichy fait du 1er mai une fête légale, qu’il la baptise « fête du travail ». En 1947, elle devient chômée. En 1988, où le 1er mai survient entre les deux tours de la présidentielle, Jean-Marie Le Pen, alors président du Front national, organise pour la première fois ce qui deviendra un rassemblement parisien régulier en l’honneur de Jeanne d’Arc. Les manifestations syndicales ont une forte connotation anti-FN.