» La saint Glin Glin  » ?


   L’expression  » Reporter à la Saint Glin-Glin  »  ( comme chacun sait ) , c’est le repousser à une date indéterminée ou à jamais, la Saint-Glinglin n’appartenant pas au calendrier des saints.

     La première mention officielle de cette expression date de 1897. Un article de presse relate alors une décision du tribunal de police de Paris : après avoir promis à son créancier de le rembourser à la Saint-Glinglin, un débiteur aurait été condamné à le payer à la Toussaint (le 1er novembre).
Un jeu de mot savant
L’expression  » la Saint-Glinglin  » serait un jeu de mots un peu savant, qui joue sur l’homophonie entre seing ( » signal  » ou  » signature  ») et saint, et la déformation de l’onomatopée  » glin ». La Saint-Glinglin, c’est donc à proprement parler  »le signal qui fait gling gling  » , c’est-à-dire la sonnerie de la cloche… Et pourquoi les juges ont-ils choisi le jour de la Toussaint ? Car c’est la fête de tous les saints qui n’ont pas de jour dédié dans le calendrier et, ce matin-là, les cloches des églises sonnent bel et bien à toute volée !

 

 

Le principal…


Pour moi , c’est que ce soit un jour férié / chômé !

   Sinon : La Toussaint ? C’est quoi ?

    Le premier jour du mois de novembre est chaque année férié. Il correspond à la fête catholique de la Toussaint, qui célèbre tous les saints.
  Les plus chanceux auront fait le pont, d’autres pas. Mais nombreux sont les Français qui ne travailleront pas ce mardi. En France, comme dans plusieurs pays européens, le 1er novembre est un jour férié.
    La Toussaint tombe tous les ans le premier jour du mois de novembre. Il correspond à la fête catholique de la Toussaint, qui célèbre tous les saints. A ne pas confondre avec le Jour des morts, le 2 novembre, qui honore les morts.!?
   On considère que les origines de la Toussaint remontent à la fin du IIe siècle, quand ceux qui se réclamaient du christianisme ont commencé à rendre hommage à ceux qui étaient morts en martyrs. C’est le pape Boniface IV Pape B.qui met en place la commémoration régulière des saints, en 610. Et un peu plus d’un siècle plus tard, le pape Grégoire III arrêta la date du 1er novembre pour cette fête.