Ma Maison ……….


( d’après un texte de Léo Ferré jamais chanté )

 

Je t’aimais parce que tu es de pierre  , je t’aimais parce que la table sur la quelle j’écrivais est posée sur des carreaux ….

Aujourd’hui , j’ai le sentiment de la bête traquée , le sens de la tanière . Les hauts murs ,ce n’est pas fait que pour les prisons …Tu étais Ma prison ….

Quand je te lavais et te  » raccommodais  » Il me plaisait de t’entendre chanter sous mon chiffon et geindre sous mon rabot …..Quand je  » te  » plantais un clou , j’avais l’impression de te crucifier  tout en te redonnant vie ………Résultat de recherche d'images pour "images ,photos vieilles maisons de pierres"

Aujourd’hui , tu n’es plus MA maison , » elle » t’a souillée  , avec un autre partagée ……

Dire que tu ne me manques pas serait mentir : Comment t’effacer de mes souvenirs  ?  Avec le temps peut-être vais je y parvenir …………

Pensée  » parodique  » ( excuses à Mr Brel )


Chez ces  » gens là « …….

photos Camille et famille(A ne pas prendre au sérieux lol)

Chez ces gens là on ne fume pas

Pas à l’intérieur en tous cas…

Non , on n’fume pas m’sieur

Ou il faut sortir pour çà !

C’est Lise et Manu qui disent çà .

Et ils font comme çà,ne fument pas :

Pour eux, fumer,c’est mourir à petit feu.

Alors, chez eux , je fais comme eux ..

Quand on aime , une clop en moins , c’est peu …

Et je les aime ,oui, je les aime monsieur

Chez « ces gens là  » y a des chiens ,y en a deux …

Je n’aime pas beaucoup les chiens , mais eux

Ben ils m’aiment ;même qu’ils dorment avec moi !

Puis il y a Camille , Camille ma petite fille !

Joli bébé au beau sourire, dont les yeux brillent

Camille que j’aime comme j’ai aimé et aime mon fils

Dites m’sieur,vous croyez qu’elle m’aimera aussi Camille ?

Quand je serais vieux , encore plus vieux …

Quand ils seront gris mes longs cheveux .

Quand elle sera une femme , belle et radieuse

Sera- t- elle comme ses parents heureuse ?

Mais là je suis chez moi ,seul mais bien

Pour être heureux , il suffit d’un rien …

Quelques jours dans une maison avec deux chiens

Mais ces jours chez  » eux  » ce n’est pas  » rien « 

Nostalgie……Le poing et la rose…..


Les paroles :

Tous, nous voulons vivre
Vivre libres nous voulons
Qui peut dire je suis libre ?
Dans le monde où nous vivons
Dans le monde où nous vivons
Dans le monde où nous vivons

Qui peut dire je suis libre ?
Quand je sais une prison
Un innocent doit y vivre
Tant que durent les saisons
Tant que durent les saisons
Tant que durent les saisons

Il n’y a pas d’homme libre
Un innocent meurt en prison
Un innocent meurt en prison
Un innocent meurt en prison

Car nous voulons, car nous voulons
La liberté qui nous fait envie
Et nous prendrons, et nous prendrons
Et nous prendrons pour changer la vie
Le poing et la rose, la rose et le poing
Le poing et la rose, la rose et le poing

Tous, nous voulons dire
En entrant dans la cité
En échange d’un sourire
J’ai connu la dignité
J’ai connu la dignité
J’ai connu la dignité

Que rien ne soit immobile
Dans notre vie de demain
Nos enfants vers l’impossible
Nous montreraient le chemin
Nous montreraient le chemin
Nous montreraient le chemin
Et je voudrais que leurs rêves
Viennent un peu bousculer les miens
Viennent un peu bousculer les miens
Viennent un peu bousculer les miens

Car ils voudront, car ils voudront
La liberté qui leur fait envie
Et ils prendront et ils prendront
Et ils prendront pour changer la vie

Le poing et la rose, la rose et le poing
Le poing et la rose, la rose et le poing

Une autre : La grande farce :

Les paroles :

« Enfin, je vais être ce que tu as voulu
Voici le jour des jours, une autre humanité
Ils vont enfin savoir pourquoi ils sont venus
Et le prix de la vie et de l’éternité

Je vais marcher la tête haute, me tenir droit
Tu peux me regarder tu seras fier de moi
Je vais chanter ton nom tout au long du chemin
Pour leur apprendre à vivre, leur montrer le divin

Ils peuvent me frapper et me jeter des pierres
Ils peuvent rire de moi, de ma bouche tordue
C’est vrai que ça fait mal sur les reins la lanière
C’est vrai que ça fait mal qu’ils me crachent dessus

Mais surtout n’aie pas peur, aie confiance en moi
Je sais je vais tenir parce qu’il faut que je tienne
Et chasser le désordre pour que ton ordre vienne
Pour qu’ils sachent enfin qu’ils ont besoin de toi

Mais ça fait mal tu sais, ça tourne dans ma tête
Mais ils frappent trop fort, je n’en peux plus déjà
Et ils chantent, ils rient, ils se croient à la fête
Parce qu’ils ne savent pas, parce qu’ils ne savent pas

Je ne sais pas non plus et je ne comprends pas
Mais je ne renie rien, j’ai accepté le rôle
Mais je ne savais pas le prix de chaque pas
Ton dessein est trop grand, trop grand pour mes épaules

Arrêtons maintenant et dis-leur s’il te plait
Oui dis-leur qu’ils me laissent m’en retourner chez moi
Surtout ne m’en veux pas, j’ai essayé tu sais
Le chemin est trop long et trop lourde la croix

Oh, viens je t’en supplie, viens pour que tout s’arrête
Et dis-leur maintenant ce qu’ils doivent savoir
Dis-leur tout si tu veux, mais maintenant arrête !
Je vais pleurer, je vais crier, j’ai peur du noir

Mais dis-leur maintenant, dis-leur que tu es Dieu
Dis-leur que tu es bon, généreux et puissant
Garde pitié de moi et regarde mes yeux
Deux trous d’éternité et de larmes de sang

Mais tu n’écoutes rien du haut de ton empire
Mais je suis à leurs pieds et je vais te maudire
Arrête maintenant ! Arrête, je n’en peux plus !
Je vais te faire honte et me pisser dessus

Non ça n’est pas Judas qui m’a trahi le plus
Même trente deniers, la pauvreté est garce
Judas criait famine, Judas marchait pieds nus
Mais toi, dis, toi, c’est pour la sainte farce !

Je voudrais maintenant, je voudrais qu’une femme
Me fasse enfin crier, tout comme au premier jour
Et tant pis pour l’enfer et tant pis pour mon âme
Mais avant de mourir, mourir aussi d’amour

Tu m’as fait fils de Dieu, sur l’épaule une croix
Et moi, je voulais vivre et avoir des enfants
Et vieillir près d’une femme qui me dirait parfois
«Tu t’en souviens dis, tu t’en souviens d’avant ?»

Enfin tu as gagné, enfin je me résigne
Je vais dire les mots, tous les mots que tu veux
Je vais jouer le jeu, je vais faire le signe
Pour que le feu enfin me délivre du feu

Je vais parler d’espoir et de miséricorde
Dire qu’il n’y a que toi quand on parle d’amour
Oui, mais je t’en supplie qu’ils tirent sur la corde
Et qu’ils frappent plus fort et qu’ils frappent plus lourd

Je sais que c’est la fin, que tu ne viendras pas
Moi je suis jeune encore et je suis vieux déjà
La parole donnée, c’est vrai j’ai cru en toi
Mais tu veux qu’on te craigne et tu ne m’aimes pas

Regarde-moi mon père, j’ai rempli mon office
Je t’ai suivi en tout, jusqu’au dernier supplice
Mais je crie maintenant, mais je crie maintenant
Sois maudit, sois maudit jusqu’à la fin des temps !

Oh non, je te le jure, je n’ai pas dit cela
Oh non, je t’aime, je t’aime et je n’aime que toi
Mais j’ai si peur, mais j’ai si peur et j’ai si froid ! »
Ainsi parlait Jésus sur son chemin de croix.

Objet = émotions


Cet après-midi , je me suis mis à l’ouvrage : Comme j’avais réussi à trier et ranger mes papiers , factures etc…J’ai décidé de continuer en triant le fatras d’objets devenus inutiles donc encombrants ( çà va des vêtements à la vaisselle en passants par quelques bibelots ) ….Quoiqu’on en dise , un objet représente souvent une foule de souvenirs  : En effet , parmi ces divers ustensiles j’eus la surprise de trouver une cafetière ….Une cafetière me direz vous , rien d’extraordinaire , mais là !!!! Cette cafetière me vient de ma grand-mère ,d’où sa valeur pour moi ….Ce n’est pas une cafetière électrique comme j’en ai une , non , c’est une cafetière à l’ancienne …de celles qui ne nécessitent pas de filtre papier et qui demandent à ce qu’on verse l’eau chaude ( très chaude ) directement sur le café moulu ( que ma grand-mère moulait avec un vieux moulin )….Je l’ai bien nettoyée , elle brille comme un sou neuf  ! Un de ces jours je me ferais un café comme elle savait le faire  hummm!

Rien …..Car..


  Ce soir , exceptionnellement , je ne pense pas passer sur le Net : Non pas que je sois mal , mais je retourne en enfance  !!! lol

  En fait je regarde la télé où passe  » robin des bois  » !!!! Et oui , idiot peut-être , mais ne pas penser , rêver c’est bon …

 

Portez vous bien

De qui est ce texte ?


Je retrouve ce texte dans mes vieux papiers  mais je n’y ai pas noté l’auteur …..Je ne l’ai pas écrit , mais j’aurais pu car…..

 

Il y a des jours,
Où je vis loin du monde
Où tous les jours
Où mon cœur est trop lourd
Tant de souvenirs qui me lassent
Il y a des nuits
Où pour retrouver la paix
J’entends sa voix qui me disait
Tout doucement, cette phrase

Et le passé, le passé
Envolé, le passé
Traverser,traverser,
Eviter tout ses orages

Et le passé, le passé
Envolé, le passé
Avancer,
Pour trouver en moi,
tout les courages

Il y a des jours où la vie en demande beaucoup
Des jours où je ne comprends pas tout
Je suis perdu entre sourires et larmes
Il y a des nuits où je voudrais oublier
Où mon cœur est prisonnier
D’anciennes images qui m’assaillent
Suite a voir,
Sans détour, aller simple sans retour
Réveilles toi,
le futur te tend les bras

Et le passé, le passé
Envoler, le passé
Traverser,traverser
Eviter tout ses orages

Et le passé, le passé
Envoler, le passé
Avancer,
Pour trouver en moi,
Tout les courages

J’ai fini par refermer
Les blessures de mon passé
Appris à tourner,
Appris à tourner la page
J’ai fini par oublier
Tous ce qui c’était passé
Appris à tourner,
Appris à tourner la page

Et le passé, le passé
Envolé, le passé
Traverser,traverser
Eviter tout ses orages

Et le passé, le passé
Envolé, le passé
Avancer,
Pour trouver en moi,
Tout les courages

Et le passé, le passé
Envolé, le passé
Traverser,traverser
Eviter tout les orages

Et le passé, le passé
Envoler, le passé
Avancer,
Pour trouver en moi,
Tout les courages

L’amitié vraie ignore le temps passé et la distance…..


        Ce vendredi aurait pu être une journée banale , mais le téléphone a sonné cet après – midi……Et , encore une fois ,l’émotion m’envahit en entendant la voix à l’autre bout du fil……Enfin ,  » en entendant « , c’est beaucoup dire car la personne qui m’appelait utilisait un téléphone portable et la communication passait mal…Puis au moment où j’allais raccroché en disant  « désolé ,je ne vous comprends pas ,je raccroche  essayez plus tard…. »  , là j’ai compris clairement les mots que me disait cette personne …,qui c’était….

Il s’agit d’une amie « de longue date »  (je crois l’avoir déjà citée ici ou sur mon autre blog.)….Nous nous  sommes connus quand je vivais dans le Nord , alors que je vivais seul avec Emmanuel …C’est le malheur qui nous avait rapprochés moi  ,elle et son mari : En effet , « Nono » (c’est son surnom ) est la soeur de mon meilleur ami de l’époque : Gérard ,qui était mécano dans le garage où je travaillais….Gérard est décédé d’un cancer dans les années 80 (si je me souviens bien ) .Ce décès fut le premier malheur qui a frappé Nono ,depuis le destin ne l’a jamais épargnée : Ce fut son mari (le parrain d’Emmanuel )  qui décéda ensuite de cette même saloperie ….

     Quelques temps après , je me remariais et vins ici  =>nous nous sommes perdus de vue …

Il y a peu ,j’eus la joie de la « retrouver » via internet….Evidemment ,l’amitié est toujours présente ,l’amitié vraie ne connait pas le temps …..Quand je l’ai  » retrouvée  »  ,elle m’apprit avoir un nouveau compagnon boulanger dans un village de l’ Aube je crois ….Nous nous sommes souvenus des moments de bonheur vécus dans le Nord ,quand nous nous voyions deux fois par semaine  avec nos enfants (elle a une fille Gaëlle ) ,…Des moments de bonheur vrai ,intense …

  Bref son dernier compagnon lui aussi est décédé il y peu ,la laissant désemparée devant les problèmes posés par la boulangerie et diverses tracasseries administratives ,familiales etc…Tout à l’heure ,au téléphone elle était en pleurs  posant l’éternelle question : Pourquoi certaines personnes ne trouvent elles jamais le bonheur ,comme si le sort s’acharnait sur elles ……Je ne savais que lui dire ,j’avoue avoir eu mal ,mal au fond de moi ,mal d’être impuissant ….J’essayais de changer de sujet en parlant de nos enfants ( elle m’a dit être chez sa fille pour l’instant ,jouant son rôle de grand-mère ) …

Quand j’eus  raccroché après lui avoir dit de m’appeler quand elle voulait ,aurait besoin de parler ; les larmes me venaient aux yeux  ,tristesse et colère mélangées …La justice  pffff il n’y a pas de justice ! Nono n’a jamais rien fait de mal ,de méchant et pour elle ,le bonheur est « inaccessible » ..

 Désolé…Me suis encore laissé aller….

Tendresse !!!!


 Bien entendu , Emmanuel est venu manger ce midi ….(Je sais ,vous savez !)  Mais…..Nous avons reparlé du fait que je devais aller chez eux pendant leur absence le week-end du 23 juin ,ceci pour prendre soin des chiens …..J’ai confirmé que , sauf incident imprévu comme hôpital ….Je serais là ..

  Mais j’ai ajouté que je préfèrerais y aller pour prendre soin d’un bébé…Et là ! pffff! : Emotion

En effet ,il m’a dit qu’ils y pensaient ,mais avaient un peu peur…Moi :  » peur de quoi ? « 

Lui : Peur de ne pas savoir s’y prendre ,que c’est compliqué ,stressant , plein d’emmerdes finissant par  » c’est angoissant  quoi  » !!!  

   Et là où je fut surpris,touché ….ému (qu’est ce que je peu être …..con . ) C’est quand je lui ai dit que  » çà  » venait tout seul  ,il suffit d’Amour et de tendresse et le bébé comprend…..

  Il m’a alors répondu :  » Oui ,mais toi tu est exceptionnel ,tu m’as donné tout çà , je n’ai pas oublié tes câlins et tout le reste  tu sais  »

Je n’ai pas su que répondre : La gorge serrée , les larmes aux yeux  (très viril n’est ce pas  ?)

Voilà !