Quand les souvenirs……..


  reviennent :Parfois , ils sont agréables ou amènent une certaine nostalgie , il est bon de les revivre dans le présents …..Par contre , il arrive que ce soit le contraire ….

    Quand j’étais enfant , les fins de mois n’étaient pas  » gaies  » financièrement……Alors , il restait le crédit  » charitable  » des commerçants : Chez moi , ce dernier  » jouait  » beaucoup . Alors, ma mère préparait une liste de course  et j’étais chargé de passer chez l’épicier du village épicerie ( C’était toujours à moi d’y aller ! ) …..Peut-être parceque j’était ami avec le fils de l’épicier ?…..

   Alors , pas vraiment gêné  ( on ne l’ est que rarement étant enfant ) , j’entrais dans la boutique  et , si il y avait d’autres clients , j’attendais qu’ils soient sortis …Puis j’avançais jusqu’au comptoir , donnait la liste à la dame en lui disant  » bonjour madame Leduc , maman a demandé si vous voulez bien me donner çà et  le  » marquer  » (  » marquer  » c’était bien le verbe qu’on employait , pas  » noter  » ! ? )…..épicièreLa dame prenait ma liste, et mettait les courses sur le comptoir …Puis elle les notait sur un cahier ( cahier qui comportait une page par client ayant un crédit en cours ) , ensuite , elle les mettait dans mon sac ( en osier )  qu’elle me rendait …Souvent , elle y ajoutait même une friandise ! 

  Puis je quittais le magasin avec un  » au revoir madame , merci  » , auquel la brave dame répondait toujours  » au revoir mon grand , dit bonjour à ta maman  » 

   Aujourd’hui , je vis pratiquement le même  » scénario  » : Depuis fin avril , mon compte est largement à découvert ( rien ne  » rentrera  » avant 3 ou 4 jours ) . Je n’ai plus RIEN du tout comme finance ! Evidemment, je consomme le moins possible en nourriture , n’achète pas de cigarette ( çà = dur nerveusement ) ……

  Cependant , il faut bien que je mange un peu , ne serait ce que du pain …Pain que je suis allé acheter tout à l’heure  heuuu non , pas acheter : Demander au boulanger de me le donner  » à crédit  » , idem pour mon ancienne épicerie : Il a accepté de me donner quelques boites de conserves que je lui paierais quand je pourrais. ! ( j’avais prévu de prendre du café , mais  j’ai oublié ! )

Finalement , la vie est un éternel recommencement , je revis ce que j’ai vécu étant enfant ? Mais cette vie est loin d’être toujours drôle ….

Dans ces cas , je comprends mieux comment on peut devenir S.D.F ….

Déballage sans intérêt  sauf pour moi 

Comme çà…


Souvenirs ,pour mon plaisir…

  1. Béranger

Les paroles :

Combien d’entre nous ont vu
Le vieux qui passe dans la rue
Épouvantail tout gris

Que la cité a exclu
La rue et les gens et le monde
Vont bien trop vite pour lui
Dans ses yeux absents d’enfant
Ne passe que l’effroi du tempsPour descendre et remonter

Six étages d’escaliers
Il faut l’éternité
Quelle faute a-t-il pu commettre
Le vieux tout gris qui traîne
Ses vieux membres rassis ?

Combien d’entre nous ont fait
Quoi que ce soit de palpable
Un geste, un mot, un sourire
Pour le raccrocher à nous ?
La vieillesse nous fait frémir
On ne veut pas croire au pire
Nos yeux ne retiennent d’elle
Qu’une image irréelle

Mon vieux à moi, tous les mois
Va à tout petits pas
Empocher sa pension
Il se ménage au retour
Un détour insolite
Chez le glacier du coin

Quand je serai vieux et tout seul
Demain ou après demain
Je voudrais comme celui-là,
Au moins une fois par mois
Avec mes sous, si j’en ai
M’acheter une glace à deux boules
Et rêver sur leur saveur
A un monde rempli d’enfants

Mais peut-être que pour nous
Nous les vieux de demain
La vie aura changé
En s’y prenant maintenant
Nous-mêmes et sans attendre
A refaire le présent

Je donne à ceux qui sourient
Et qu’ont bien l’droit de sourire
Rendez-vous dans vingt, trente ans,
Pour reparler du bon temps

2) S.Reggianni

L’ absence : ( en pensant à…….

 

Les paroles:

C’est un volet qui bat, c’est une déchirure, légère,
Sur le drap où, naguère, tu as posé ton bras,
Cependant qu’en bas la rue parle toute seule,
Quelqu’un vend des mandarines,
Une dame bleu-marine promène sa fillette.

« [Refrain] » :
L’absence, la voilà.
L’absence d’un enfant, d’un amour,
L’absence est la même,
Quand on a dit « Je t’aime » un jour,
Le silence est le même.

C’est une nuit qui tombe, c’est une poésie, aussi,
Où passaient les colombes un soir de jalousie,
Un livre est ouvert, tu as touché cette page,
Tu avais fêlé ce verre, au retour d’un grand voyage,
Il reste les bagages.

« [Refrain] »

C’est un volet qui bat, c’est sur un agenda, la croix,
D’un ancien rendez-vous où l’on se disait « Vous »,
Les vases sont vides, où l’on mettait des bouquets
Et le miroir prend des rides, où le passé fait le guet,
J’entends le bruit d’un pas.

« [Refrain)

Les paroles:

Madame Nostalgie
Depuis le temps que tu radotes
Et que tu vas de porte en porte
Répandre ta mélancolie
Madame Nostalgie
Avec tes yeux noyés de brume
Et tes rancœurs et tes rancunes
Et tes douceâtres litanies
Madame Nostalgie
Tu causes, tu causes, tu causes, tu causes
De la fragilité des roses
Je n’entends plus ce que tu dis
Madame Nostalgie
Depuis le temps que tu m’accables
J’ai envie d’envoyer au diable
Ton mal d’amour si mal guéri
Madame Nostalgie
Tu pleures sur un nom de ville
Et tu confonds, pauvre imbécile
L’amour et la géographie
Madame Nostalgie
Tu rêves, tu rêves, tu rêves, tu rêves
Mais tes arbres n’ont plus de sève
Et tes branches n’ont plus de fruits
Madame Nostalgie
Pardonne-moi si j’en ai marre
De tes dentelles grises et noires
Il fait
Madame Nostalgie
Pardonne-moi si j’en ai marre
De tes dentelles grises et noires
Il fait trop triste par ici
Madame Nostalgie
Je veux entendre des orages
Respirer des jardins sauvages
Voir le soleil et la pluie
Madame Nostalgie
Tu pleures, tu pleures, tu pleures, tu pleures
Mais ce soir je n’ai plus le cœur
De partager tes insomnies
Madame j’ai envie
Ce soir d’être infidèle
Dans les bras d’une belle
Qui ressemble à la vie

 

Et …..!!Le TOP !!! ( Souvenirs persos…)

Les paroles:

Ce soir mon petit garçon mon enfant mon amour
Il pleut sur la maison mon garçon, mon amour
Comme tu lui ressembles
On reste tous les deux
On va bien jouer ensemble
On est là tous les deux seuls
Ce soir elle ne rentre pas, je n’sais plus, je n’sais pas
Elle écrira demain peut-être nous aurons une lettre
Il pleut sur le jardin
Je vais faire du feu
Je n’ai pas de chagrin
On est là tous les deux, seuls
Attends, je sais des histoires
Il était une fois
Il pleut dans ma mémoire
Je crois ne pleure pas
Attends, je sais des histoires
Mais il fait un peu froid ce soir
Une histoire de gens qui s’aiment
Une histoire de gens qui s’aiment
Tu vas voir
Ne t’en va pas
Ne me laisse pas
Je ne sais plus faire de feu mon enfant, mon amour
Je ne
Je ne sais plus faire de feu mon enfant, mon amour
Je ne peux plus grand-chose mon garçon, mon amour
Comme tu lui ressembles
On est là tous les deux
Perdus parmi les choses
Dans cette grande chambre, seuls
On va jouer à la guerre et tu t’endormiras
Ce soir elle ne s’ra pas là, je n’sais plus, je n’sais pas
Je n’aime pas l’hiver
Il n’y a plus de feu
Il n’y a plus rien à faire
Qu’à jouer tous les deux, seuls
Attends, je sais des histoires
Il était une fois
Je n’ai plus de mémoire
Je crois, ne pleure pas,
Attends, je sais des histoires
Mais il est un peu tard ce soir
L’histoire de gens qui s’aimèrent
Et qui jouèrent à la guerre
Ecoute-moi
Elle n’est plus là
Non; ne pleure pas.

 

 

 

 

Souvenir……..


Merci à Gavroche….

Les paroles :

Jadis, avec Pierre et Gladys
On les voyait passer en robe blanche
Au ruisseau qui traînait nos rêves
Vers un écrin de joie
Nous suivions la trace des fées
C’était au mois de mai

Vole, blonde tête folle,
On les voyait quitter leur robe blanche
Un torrent de cheveux dorés
Léchait nos yeux de soie
Nous étions sur la trace des fées
C’était au mois de mai

J’étais le prince sur son carrosse
Ma muse pleurait aux étoiles
Puis je redevins le chien.

Jadis, cachées sous les fleurs de lys
On les voyait flâner en robe blanche
Au pays où la bise enlace les gens aux mille pleurs
Nous suivions la trace des fées
C’était au mois de mai

Vole, vole, blonde nympholle
On les entendait rire en robe blanche
Et le gazon du parc s’imbibait à nos pieds d’enfant
Nous étions sur la trace des fées
C’était au mois de mai

J’étais le prince sur son carrosse
Ma muse pleurait aux étoiles
Puis je redevins le chien.

 

Quelques mots sur le groupe  » Ange  » :

  Le groupe naît, au quatrième trimestre 1969, de la fusion de l’orchestre de bal de Christian Décamps, « Les Anges », et du groupe de son frère Francis, « Évolution ». Christian a déjà plusieurs années de pratique de « groupe pop et de bal » et Francis tend plutôt vers le rock.

     Le 31 janvier 1970, Ange se fait connaître à Belfort, au centre culturel de La Pépinière, avec un très long opéra de trois heures, La fantastique épopée du général Machin, composé par Christian sur son tout nouvel orgue Hammond. Des extraits live de ce concert se trouvent sur le double album publié par RCA en 1978, sans l’accord du groupe, 1970-1971 – En concert. Après plusieurs passages à Paris, au Golf Drouot, le groupe finit par remporter le Tremplin et signe chez Philips, enregistrant immédiatement son premier single, Tout feu, tout flamme, à la fin de 1971.

  Soutenu par le magazine Best, notamment par le journaliste Hervé Picart et par Jean-Bernard Hebey sur RTL, Ange sort son premier album, Caricatures, en 1972. Sur leur rock théâtral et poétique, Christian Décamps, le leader et chanteur du groupe, utilise des mots et des tournures de phrases rares dans le milieu musical rock, donnant au groupe une originalité qui le démarque des autres formations françaises de l’époque. Pendant l’été 1972, le groupe tourne en première partie de Johnny Hallyday et de son Johnny Circus. Leur premier succès vient par leur reprise de Ces gens-là de Jacques Brel, sur l’album Le Cimetière des Arlequins, paru en 1973.

 Le 26 août 1973, Ange joue devant trente mille spectateurs au Reading Festival, au même programme que Genesis, The Spencer Davis Group et John Martyn. Le groupe est ovationné après un show très enlevé de quarante minutes1.

 

 

 

Souvenirs….


  Ces derniers jours ( comme si c’étaient les derniers de ma vie ….) ; je range , trie , jette , garde …Des objets devenus inutiles ( inutilisables ) , j’en garde certains car ils sont importants pour moi ,même si inutiles ( comme la cafetière ancienne de ma chère grand- mère ) , mais j’en jette beaucoup …..c’est ainsi que je retrouve dans le fouillis de papiers gardés de vieux écrits , souvent semblants de poésies de mon  » cru  » . La naïveté était déjà bien ancrée en moi  à cette époque . La preuve 😦 je devais avoir 14 / 15 ans !)

    » Ma fiancée  » 

 Au tout début de la semaine ,

Elle arrive comme une aubaine .

Il fait très beau, c’est merveilleux 

Le ciel est bleu comme ses yeux.

La vie est rose en ce dimanche 

Et sur ses lèvres , je me penche .

Lui donnant un tendre baiser 

Qui la fait presque chavirer …

C’est évident, elle est très belle 

Et tous les autres sont fous d’elle ,

Mais je suis son premier Amour 

Et le resterai pour toujours.

C’est de moi qu’elle s’est éprise ,

De sa présence je me grise ,

Quand j’entends son rire joyeux

Près d’elle enfin je suis heureux .

Et lorsque nous sommes ensemble,

Bouleversé, parfois , j’en tremble ,

C’est merveilleux ,tout ce bonheur ,

Tout le plaisir est dans mon cœur .

écoliersenfant écrivant

 

 

 

Prise de conscience….


  Il y a quelques temps , quand je passais chez mes parents , il y avait ( y a encore ) des photos partout ; accrochées aux murs, posées sur les meubles etc…Photos encadrées de nous, les enfants puis des petits enfants et même d’eux les parents …..Je trouvais çà ridicule …..Ces derniers temps , je prends conscience que j’en suis au même point : Camille  » trône  » en grand sur le mur du salon , et aussi en petit sur un meuble -étagère  » fourre tout  » , bien sur il y a aussi des photos de Manu seul ou avec Lise  sans compter différents  » posters  » de Brassens ,Brel et Ferré …..Et un mini calendrier avec en tête de chaque mois une photo de Camille .

Ma grand-mère aussi a droit à une photo , une seule , dans ma chambre …..Plus bien sur des albums photos et même quelques unes ( mais pas  » visibles par tous  » ) d’un Amour passé …

Là je prends conscience que je vieillis ………..

Vieillir?


Camille joueQuand j’étais jeune ….Si j’allais chez ma grand-mère , même chez mes parents , il y avait des photos  » de famille » partout ; sur les meubles , accrochées aux murs dans pratiquement toutes les pièces de la maison ….De vieilles photos en noir et blanc , des parents , de mes grands-parents ( mariages ,enfants à tous les âges  etc…..) . Je trouvais çà inutile ,voir absurde : Pourquoi étaler ainsi ces photos  jaunies , instants éphémères de vies passés ???? 

  Aujourd’hui , je prends conscience que c’est la même chose chez moi ! En priorité des photos de Camille ma petite fille dans tous ses états , puis ses parents aussi trônent ici et làdsc_0090

…Il y en a même une , une seule de Léone ma grand-mèreComme si il fallait un jour particulier!.......  dans ma chambre

 chez mes parents il y à longtemps..Là : Mes parents,moi et Manu ! Chez les parents ……

….Et je ne parle pas des albums emplis de photos de mon passé ( Moi et Manu bébé , Jaquies et Nono mes amis du Nord , même quelques unes du lycée !)

Est que c’est çà vieillir ? 

P.S : Seules manquent celles où apparait mon frère militaire , fasciste / raciste !

Enregistrer

Enregistrer

Vieillir……..


   En prenant de l’âge , regardant mon  » environnement » , l’appartement où je vis , je comprends mieux mes parents et ma grand- mère :Comme si il fallait un jour particulier!.......

Quand j’allais chez eux , j’étais toujours surpris , parfois critiquais  leurs  » manies  » , habitude d’accumuler, exposer dans toutes les pièces de la maison une foule d’objets inutiles et surtout des photos ( accrochées aux murs dans leurs cadres ou dans des albums ) : Photos des enfants et petits enfantsCamille joue et même de leurs parents dsc_0090…Puis des objets : Vieille cafetière  » à l’ancienne  » ( bien qu’ils en ai une électrique ) , bref une foule de choses hétéroclites et souvent inutiles …..

Aujourd’hui , je prends conscience que chez moi , c’est la même chose : Une photo de Camille trône accrochée au mur du salon face à mon canapé,  d’autres de ma petite fille accompagnée de ses parents dont les cadres se trouvent un peu partout dans l’appartement ( même dans ma chambre ) , il y a aussi la vieille cafetière de ma chère grand mère

posée là près d’une lampe  » de chevet  » , elle aussi inutilisable …….Et je ne parle pas des petits objets , des lettres /cartes postales d’ami(e)s /Amour perdus de vue……..

.Est çà vieillir ? ????????

 

Violence conjugale………


Ma mère……..çà aurait pu………quand il avait bu ……..
J’ai reçu des fleurs aujourd’hui

Ce n’était pas mon anniversaire ni un autre jour spécial.
Nous avons eu notre première dispute hier dans la nuit
et il m’a dit beaucoup de choses cruellescouple-dispute
qui m’ont vraiment blessées.
Je sais qu’il est désolé et qu’il n’a pas voulu
dire les choses qu’il a dites,
parce qu’il m’a envoyé des fleurs aujourd’hui.

J’ai reçu des fleurs aujourd’hui..

Ce n’était pas notre anniversaire, ni un autre jour spécial.
Hier, dans la nuit,
il m’a poussé contre un mur et a commencé à m’étrangler.hpmme-etrangle-f
Ça ressemblait à un cauchemar,
je ne pouvais croire que c’était réel.
Je me suis réveillée ce matin le corps douloureux et meurtri.
Je sais qu’il doit être désolé parce
qu’il m’a envoyé des fleurs aujourd’hui.

J’ai reçu des fleurs aujourd’hui et ce n’était pas la fête des mères
ni un autre jour spécial.

Hier, dans la nuit, il m’a de nouveau battu,
c’était beaucoup plus violent que les autres fois.femme-battue

Si je le quitte, que deviendrais-je?
Comment prendre soin de mes enfants?enfant
Et les problèmes financiers?
J’ai peur de lui mais je suis effrayée de partir.

Mais je sais qu’il doit être désolé parce qu’il m’a envoyé des fleurs aujourd’hui.

Aujourd’hui c’était un jour très spécial,
c’était le jour de mes funérailles…

Hier dans la nuit, il m’a finalement tué.
Il m’a battu à mort.
Si seulement j’avais trouvé assez de courage
pour le quitter, je n’aurais pas reçu de
fleurs aujourd’hui………..images-tombe

Ma Maison ……….


( d’après un texte de Léo Ferré jamais chanté )

 

Je t’aimais parce que tu es de pierre  , je t’aimais parce que la table sur la quelle j’écrivais est posée sur des carreaux ….

Aujourd’hui , j’ai le sentiment de la bête traquée , le sens de la tanière . Les hauts murs ,ce n’est pas fait que pour les prisons …Tu étais Ma prison ….

Quand je te lavais et te  » raccommodais  » Il me plaisait de t’entendre chanter sous mon chiffon et geindre sous mon rabot …..Quand je  » te  » plantais un clou , j’avais l’impression de te crucifier  tout en te redonnant vie ………Résultat de recherche d'images pour "images ,photos vieilles maisons de pierres"

Aujourd’hui , tu n’es plus MA maison , » elle » t’a souillée  , avec un autre partagée ……

Dire que tu ne me manques pas serait mentir : Comment t’effacer de mes souvenirs  ?  Avec le temps peut-être vais je y parvenir …………