Encore la télé !


Hier ( je crois ) , j’ai regardé un magnifique film ( à mon avis ) avec M.Serrault dans un rôle inhabituel :  « Monsieur Léon  » :

Résumé de Monsieur Léon
  Pendant l’occupation. Yvon, jeune Parisien de 10 ans, part avec sa mère Irène voir son grand-père Léon qui vit dans une petite ville de province. Léon n’a pas vu son petit-fils depuis plusieurs années car depuis le décès de son fils, mort sur le front, il ne porte pas Irène dans son coeur ; il la tient pour responsable de l’engagement de son fils dans l’aviation alors qu’il aurait aimé qu’il devienne médecin comme lui. Yvon appréhende de rester chez Léon et lorsqu’il voit le portrait de Pétain dans le bureau, il lui semble encore plus étranger.

  Sous des dehors de notable pétainiste, Monsieur Léon est en réalité un chef local de la Résistance 

Indépendance…s


Ces jours derniers :4 et 6 juillet  sont marquants pour la notion de liberté …

Le 4 juillet est le jour de  » l’indépendance day » pour les américains  qui acquirent leur liberté en se libérant de l’occupation  anglaiseIndépendance : deux dollar projet de loi détail

Le 6 juillet,lui est le jour anniversaire de l’indépendance de l’Algérie « colonie » française….Comme toute liberté,ces deux nations ne l’obtinrent que difficilement ,par la résistance ,la violence ….

A ce sujet,la France vus les moyens employés (tortures entr’autres ) n’a pas à être fière …Savoir,connaitre les atrocités commises par des personnages comme Massu sont loin de ME plaire en tout cas….Quand on pense que ces gens reproduisaient ce que les nazis avaient fait subir aux résistants français une vingtaine d’années avant est répugnant.

Bientôt ce sera le 14 juillet :Fête nationale française . On dirait que juillet amène un « vent de liberté »

Hommage aux résistants de l’ombre:


« Monsieur Léon » avec Michel Serrault dans le rôle d’un médecin « collabo » alors qu’il est chef d’un réseau de résistant ……

Monsieur Léon

: L’histoire

1942. Yvon est un petit parisien âgé de dix ans. Sa mère, Irène, l’emmène à Ribérac chez son grand-père car elle doit partir travailler à Bordeaux. Léon n’a pas vu son petit-fils depuis plusieurs années. Depuis le décès de son fils, mort sur le front, il ne porte pas Irène dans son coeur. Il la tient pour responsable de l’engagement de son fils dans l’aviation alors qu’il aurait aimé qu’il devienne médecin, comme lui. S’il avait fait ce choix, il serait sûrement encore en vie… Yvon sent bien les tensions entre sa mère et son grand-père et appréhende de rester chez cet homme qu’il ne connaît pas. Lorsqu’il voit le portrait de Pétain dans le bureau de ce dernier, il lui semble encore plus étranger. Ce ne sont pas les idées dans lesquelles Yvon a été élevé. Mais le garçon doit se résigner à rester dans cette maison et, la mort dans l’âme, il doit dire au revoir à sa mère. En réalité, Irène est Résistante et si elle a laissé son fils chez son grand-père, c’est parce qu’elle a une mission à Bordeaux. Bien sûr, elle n’en n’a rien dit à Léon. Elle est, en effet, certaine qu’il n’hésiterait pas à la dénoncer. Léon est connu et très respecté dans la région, particulièrement par les Allemands. Il les soigne et a ses entrées à la Kommandantur où il se rend régulièrement…En fait,il est chef d’un réseau de résistance et ni sa fille ,ni son petit fils Yvon ne le savent,tout le monde croit que c’est un « collabo » ….Quand son petit fils lui fait des reproche sur ce fait ,çà réponse est: »Les allemends sont là alors,il faut bien faire avec »,le petit garçon ne comprend pas,et ceci jusqu’à la fin du film……