Attraction touristique du 19eme siècle :


La morgue de Paris,!

En 1868 Haussmann a fait construire la morgue de Paris sur l’île de la Cité, quai de l’Archevêché, un lieu devenu rapidement une attraction touristique prisée.!

Un bâtiment avec une allure de temple grec où étaient exposés sur des dalles de marbre les corps à identifier par la famille ou les amis.

La réfrigération n’étant arrivée qu’en 1882, de l’eau froide coulait en permanence du plafond afin de conservé les corps, leur donnant un aspect gonflé. Les cadavres devaient généralement être enlevés au bout de 3 jours à cause de la décomposition et une photo ou un moulage venait prendre la place du corps.
Une exposition publique où parfois plus de 50 personnes simultanément se pressaient contre les grandes vitres pour regarder et commenter les cadavres. Les journaux de l’époque spéculaient sur les identités des morts et certains corps sont ainsi devenus célèbres, attirant plus de 40000 visiteurs par jour.
Bien sûr les jeunes femmes nues connaissaient un franc succès et la police n’hésitait pas à confronter publiquement un meurtrier présumé au corps de la victime.
Il faut dire que le rapport avec la mort à l’époque était bien différent de celui d’aujourd’hui
Nadar faisait même des catacombes un lieu touristique ….
Exposition publique des cadavres !
Morgue de Paris =  » lieu touristique  » ?
Arrivée à la morgue ( constat décès ? )
Tri ? Reconnaissance des vêtements

La morgue de Paris a finalement été fermée au public par le préfet Lépine en 1907, au grand dam des commerces locaux, des vendeurs de rue et des journalistes.

Elle deviendra par la suite Institut Médico Légal et déménagera dans un nouveau bâtiment de brique au quai de la râpée en 1923.

C’était il y a environ 110 ans :


9 mars 1911 : La France adopte le méridien de Greenwich

La France, par une loi du 9 mars 1911 renonce à imposer le méridien de Paris comme référence temporelle et point de départ des fuseaux horaires . Comme le reste du monde , elle se rallie au méridien de Greenwich, ville proche de Londres, où se situe l’observatoire royal anglais.

observatoire anglais

Ce méridien ( comme chacun sait ) passe à proximité du Havre, de Caen et du Mans.

Résultat d’images pour images carte méridien de greenwich en france
???????

Dans la nuit du 18 au 19 mars 1911, toutes les horloges de France s’arrêtent à minuit pour repartir 9 minutes et 21 secondes plus tard afin de se mettre en concordance avec le temps universel (Greenwich Mean Time, ou  » temps moyen à Greenwich  »en abrégé  » GMT  »). Du coup ,c’en est bel et bien fini de la rivalité franco-anglaise, en astronomie comme dans en politique.

C’était il y a environ…..


111 ans , en 1910 : Paris inondé !

La crue de la Seine de 1910 a été ( parait-il ) , la plus importante qu’ait connu Paris au XX ème siècle . Près de 500 hectares du centre-ville ,des centaines de rues et plus de 20 000 immeubles furent inondés ,sinistrant ainsi près de 200 000 parisiens !

Tout a commencé fin 1909 .La fin de l’automne avait connu de fortes pluies / précipitations et dès novembre, les sols étaient saturés d’eau .Fin décembre survinrent à nouveau de très fortes averses de pluie et de neige qui touchèrent non seulement la seine , mais aussi ses affluents .Quand , du 18 au 20 janvier 1910 , se produisirent de nouvelles fortes précipitations , ce fut l’inondation ! Pendant 9 jours ,la crue envahit Paris et sa banlieue .

Le 20 janvier ,naviguer sur la Seine est interdit ; le 22 janvier le métro est envahi par les eaux ( le 27 cinq lignes de métro sur six sont touchées )….Les députés doivent aller en barque à la Chambre où on travaille à la lumière des lampes à gaz et à pétrole .Le 28 janvier, le niveau d’eau atteint son maximum : la hauteur officiellement mesurée est de 8,60 à Paris . Le Zouave du pont de l’alma , sur lequel les parisiens ont l’habitude de mesurer la montée de la Seine , a de l’eau jusqu’aux épaules ! Alors que la décrue s’amorce, de nouvelles pluies surviennent pendant la première quinzaine de février ! Il faudra attendre mars pour que la crue soit vraiment finie …..

L’eau a paralysé la ville et sa banlieue , de très nombreuses usines ont été arrêtées, le métro et les liaisons ferroviaires coupées …. Au total , la crue aura duré 45 jours et provoqué des dégâts d’un montant de 400 millions de franc-or . De nombreuses cartes postales de Paris et de ses environs ont été édités pour témoigner de l’ampleur de l’évènement. Les statisticiens estiment qu’une crue semblable pourrait se produire en moyenne tous les 100 ans .? ( La précédente presqu’aussi importante datait se 1658 )

_______________________________

Quelques images / photos trouvées sur le net :

La place de l’Hôtel de Ville, complètement inondée
Des passerelles mises en place sur l’avenue Ledru-Rollin
L’avenue Daumesnil  »transformée en affluent de la Seine  »
 »La Gare Saint-Lazare se noie »
 À la station de métro Odéon, on circule en barque
Des Parisiens sur leur radeau de fortune
L’effondrement d’un égout sur le boulevard Haussmann
 La Seine à un niveau record sous le pont du Concorde

 

Trouver le moyen de garder les pieds au sec !
Face aux invalides
Le Quai d’Orsay complètement inondé
Les parisiens  » à la queue leu leu  »
Paris comme à Venise…

Le Zouave du pont de l’Alma :

Résultat d’images pour zouave du pont de l'alma images
Sans inondation….
Résultat d’images pour zouave du pont de l'alma images
Avec inondation

Que boit -on dans cette laverie ? …


Si quelqu’un qui habite Paris lit ce billet, j’aimerais qu’il m’écrive si c’est vrai !

Impossible de s’en douter, de la rue, ce véritable bar caché a tout l’air d’une laverie ordinaire. Bien que Lavomatic commence à avoir une petite notoriété à Paris, le concept est toujours aussi surprenant et pour les petits nouveaux une drôle de découverte.si ils sont prêts à passer de l’autre côté d’une machine à laver pour boire un cocktail …..

Un bar caché dans une laverie en plein Paris

Les laveries ne sont pas rares à Paris, mais il en existe qu’une seule comme celle-ci. Nichée à deux pas de République, cette mystérieuse laverie accueille un bar à cocktails parait il plutôt sympathique. Vu de l’avant, tout semble ordinaire : les machines à laver sont là, les chaises pour l’attente aussi, les tarifs affichés sur la devanture augmentent l’illusion. Pourtant, après avoir fouillé quelques instants, on s’aperçoit qu’une machine à laver factice dissimule une très discrète porte d’entrée menant tout droit au bar unique, situé à l’étage.

Une fois entré , l’ambiance laverie fait place à un bar très cosy. Grandes banquettes, poufs, comptoir en volets persiennes, parquet, tapis et poutres apparentes, Lavomatic ( nom du bar ) prend , parait il ,place dans un charmant appartement, intimiste.

bar caché paris lavomatic laverie bar caché
Cette porte permet d’accéder à l’étage !

L’intérieur ..

Côté carte, l’équipe de barmaids propose de délicieux cocktails aux noms comiques élaborés à partir de produits de saison à partir de 9€ .

Quelques noms des cocktails :  »La vérité si je mangue  »,  »Detoxomatic  », » Monkey TeaTime  » ou encore leur recette phare : le Basilic Instinct (11€). A la carte toujours, des bouteilles de vin nature à partir de 24€, ou 5,5€ le verre.

Lavomatic est , d’après ce que j’ai lu , un bar original pour sortir entre amis et en surprendre plus d’un en leur indiquant l’adresse d’une laverie comme point de rendez-vous. Cocktails travaillés et ambiance sympathique, on paye surtout la fantaisie du speakeasy, qui vaut le détour.

Où ? 30 rue René Boulanger, Paris 10e.

Combien ? Dès 9€ le cocktail, 5.5€ le verre de vin et petites assiettes de tapas à partir de 8€. ( adresse et prix trouvés sur le net . )

____________________________________________________

En fait , ce concept s’inspire des  » speakeasy  » , des bars clandestins qui existaient aux Etats – Unis pendant la prohibition ….

Petit rappel lol . La prohibition : En 1920 les lobbies protestants U.S accusant l’alcool de tous les maux de la société fient voter le 18ème amendement de la constitution , qui interdit la production , la vente ou le transport de boissons alcoolisées ..Du coup , les distilleries ferment et les saloons se transforment en marchands de glaces …et bien entendu , pendant ce temps un trafic s’organise .L’alcool de contrebande ( souvent de mauvaise qualité ) continue ses ravages . L’amendement est finalement abrogé en 1933 ( après la crise de 1929 , l’état avait besoin des taxes pour renflouer ses caisses .

C’était il y a environ ….


76 ans……

La Libération de Paris

Le vendredi 25 août 1944, à 15h 30, le général Philipe Leclerc de Hauteclocque 

Résultat d’images pour Philippe Leclerc de Hauteclocque

(43 ans) reçoit à Paris, devant la gare Montparnasse, la capitulation des troupes d’occupation de la capitale.

Le document est signé par le général Dietrich von Choltitz

Résultat d’images pour Dietrich von Choltitz

, commandant du 84e corps d’armée. Il est aussi contresigné par le colonel Henri Rol-Tanguy,

Résultat d’images pour Henri Rol-Tanguy

chef régional des FTP-FFI (Francs-tireurs et partisans des Forces Françaises de l’Intérieur).

De Gaulle, Leclerc et Chaban-Delmas (de dos) à la gare Montparnasse, le 25 août 1944Une heure plus tard, le général Charles de Gaulle  lui-même arrive à la gare et Leclerc lui remet l’acte de capitulation.……

Il se rend ensuite à l’Hôtel de Ville où il est reçu par Georges Bidault

Résultat d’images pour Georges Bidault

, président du Conseil national de la Résistance. Comme celui-ci lui demande de proclamer le rétablissement de la République, de Gaulle rétorque qu’elle n’a jamais cessé d’exister.!

Sur le perron, devant une foule enthousiaste et joyeuse, sous un beau soleil , il célèbre en des  » termes flamboyants  » la Libération de Paris : Le fameux   » Paris martyrisé ! mais Paris libéré  » . Aussitôt ,son discours improvisé est retransmis à la radio.

Le soir, de Gaulle s’installe au ministère de la Guerre en qualité de chef du gouvernement provisoire de la République française et le lendemain, le chef de la France libre descend en triomphe les Champs-Élysées, suivi de Leclerc et de ses fidèles de la première heure auxquels il a recommandé de se tenir derrière lui.….? !

Dans une joyeuse pagaille, acclamé par deux millions de Parisiens, il arrive à la Concorde. Là éclatent des coups de feu sporadiques. Puis le général gagne Notre-Dame pour un Te Deum passionné.???

S’insurger ou attendre ?

La Libération de Paris avait débuté le 10 août 1944 avec la grève des cheminots, tandis que les troupes allemandes commençaient de plier bagage.

Le général Pierre Koenig, chef d’état-major des Forces Françaises de l’Intérieur, souhaite qu’un soulèvement populaire précède l’arrivée des troupes alliées dans la capitale mais il est conscient des risques qu’il représente.

En effet, quelques jours plus tôt, le 1er août, les résistants de Varsovie ayant fait le même choix ont subi une répression d’une extrême violence. D’autre part, le risque existe d’un affrontement entre les gaullistes pilotés par Jacques Chaban-Delmas

Résultat d’images pour Jacques Chaban-Delmas

et les communistes sous les ordres du colonel Rol-Tanguy.

Des combats sporadiques éclatent un peu partout. Le 19 août 3.000 policiers de Paris rejoignent la Préfecture de police de l’île de la Cité, au cœur de la capitale, en tenue civile et avec leur arme de service et le drapeau tricolore est hissé au sommet du bâtiment. Mais les Alliés n’étant pas attendus dans la capitale avant le 1er septembre, les gaullistes jugent l’insurrection prématurée. Ils le font savoir à Rol-Tanguy par le biais d’une note transmise par l’intermédiaire de Jacques Chaban-Delmas…

Après une violente discussion, les représentants du Comité national de la Résistance décident de négocier une trêve avec l’occupant. ( Dans les faits, elle ne sera appliquée que de façon sporadique puis plus du tout.)

Lourd bilan :

Entre le 10 août et l’entrée des troupes du général Leclerc le 25 août suivant, la Libération de la capitale aura causé la mort de 76 soldats de la 2e division blindée ainsi que de 901 résistants des FFI et de 3.200 Allemands (12.800 soldats allemands sont aussi faits prisonniers).

Parmi les drames les plus désolants : 35 garçons et filles qui avaient maladroitement confié à un agent double leur désir de combattre. Dans la nuit du 16 au 17 août, ils sont livrés par celui-ci à la Gestapo  qui les fusille sans délai près de la cascade du bois de Boulogne.

Ville lumière?


.
       De nombreux surnoms et périphrases existent  pour désigner la capitale française, Paris. Par exemple : Paname, La capitale de la mode, ou encore le plein de modestie  » La plus belle ville du monde  ».

   Cependant  la formule la plus célèbre ou peut-être la plus mystérieuse est  »La ville lumière ».

   Cette appellation  daterait  du 17e siècle et n’aurait , curieusement , aucun lien avec les philosophes des Lumières  apparus un siècle plus tard. Ce sont tout bêtement les visiteurs de la capitale qui l’ont nommée de cette façon, impressionnés alors par la lumière de la ville. Non pas la lumière naturelle mais celle de l’éclairage public qui était tout nouveau à l’époque et qui constituait même une première dans le monde.

    En effet, un nombre considérable de lanternes à bougie et de torches se trouvaient dans les rues et sur les façades des immeubles, conformément au souhait de Nicolas De La Reynie, alors premier lieutenant général de la police de Paris. En place sur ordre de Louis XIV il avait pour mission de renforcer la sécurité dans les espaces publics pendant la nuit, dans le but de faire diminuer le nombre de crimes commis sur les passants.

  On dit même qu’il aurait été demandé aux habitants d’allumer des bougies sur leurs fenêtres pour éclairer les rues!

   Une autre explication existe : Selon celle-ci, l’inventeur de l’éclairage au gaz, Philippe Lebon, qui a promu et développé son invention à Paris dans les années 1820 aurait conduit une dizaine d’années plus tard à nommer Paris  » La ville des Lumières  » , face au magnifique éclairage de la ville.

                                  _____________________________________________

    Pourquoi Marseille est  » La cité phocéenne  » ? Cela viendrait du fait qu’il y a 2 600 ans, des colons grecs venus de Phocée (aujourd’hui en Turquie) découvrirent les côtes françaises. Leur chef épousa la fille du roi de la cité qu’ils nommèrent alors Phocéa. Seulement plusieurs centaines d’années après les Romains, la renommèrent Massilia qui devint Marseille.

Les maisons de Paris  » numérotées  » ………


   Le 4 février 1805 , était institué un  décret : Ce décret  précise que dans les rues perpendiculaires ou obliques au cours de la rivière, le numérotage sera exécuté en noir sur un fond d’ocre ; dans les rues parallèles, il le sera en rouge sur le même fond. En outre, ce numérotage sera exécuté à l’huile, et, pour la première fois, à la charge de la commune de Paris.

   Le texte du décret rendu le 15 pluviôse an XIII (4 février 1805), sur le rapport du Ministre de l’intérieur :

Art. 1er. Il sera procédé, dans le délai de trois mois, au numérotage des maisons de Paris, d’après les ordres et instructions du ministre de l’Intérieur.

   2 ) Ce numérotage sera établi par une même suite de numéros pour la même rue, lors même qu’elle dépendrait de plusieurs arrondissements communaux, et par un seul numéro qui sera placé sur la porte principale de l’habitation. Ce numéro pourra être répété sur les autres portes de la même maison, lorsqu’elles s’ouvriront sur la même rue que la porte principale ; dans le cas où elles s’ouvriraient sur une rue différente, elles prendront le numéro de la série appartenant à cette rue.

Numéro conforme à la réglementation de 1805 (chiffre noir sur fond ocre dans une rue perpendiculaire à la Seine)

Numéro conforme à la réglementation de 1805 (chiffre noir
sur fond ocre dans une rue perpendiculaire à la Seine)

3 ) Les rues dites des faubourgs, quoique formant continuation à une rue du même nom, prendront une nouvelle suite de numéros.

   4) La série des numéros sera formée des nombres pairs pour le côté droit de la rue, et des nombres impairs pour le côté gauche.

  5) Le côté droit d’une rue sera déterminé, dans les rues perpendiculaires ou obliques au cours de la Seine, par la droite du passant se dirigeant vers la rivière, et dans celles parallèles, par la droite du passant marchant dans le sens du cours de la rivière.

  6 ) Dans les îles, le grand canal de la rivière coulant au nord déterminera seul la position des rues.

  7 ) Le premier numéro de la série, soit paire, soit impaire, commencera, dans les rues perpendiculaires ou obliques au cours de la Seine, à l’entrée de la rue prise au point le plus rapproché de la rivière, et, dans les rues parallèles, à l’entrée prise en remontant le cours de la rivière ; de manière que, dans les premières, les nombres croissent en s’éloignant de la rivière, et dans les secondes, en la descendant.

 8 ) Dans les rues perpendiculaires ou obliques au cours de la rivière, le numérotage sera exécuté en noir sur un fond d’ocre ; dans les rues parallèles, il le sera en rouge sur le même fond.

  9 )Le numérotage sera exécuté à l’huile, et, pour la première fois, à la charge de la commune de Paris.

 10 )A cet effet, il sera passé, par-devant le préfet du département de la Seine, une adjudication au rabais de l’entreprise du numérotage exécuté à l’huile, à tant par numéro, de grandeur, de forme et couleur déterminées par le cahier des charges.

  11)  L’entretien du numérotage est à la charge des propriétaires ; ils pourront, en conséquence, le faire exécuter à leurs frais, d’une manière plus durable, soit en tôle vernissée, soit en faïence ou terre à poêle émaillée, en se conformant cependant aux autres dispositions du présent décret, sur la couleur des numéros et la hauteur à laquelle ils doivent être placés.

  12) Le ministre de l’Intérieur est chargé de l’exécution du présent décret.

—————————————————————————————–

   Vidéo Paris un peu plus tard :

Commerce  » sanglant  » …..


    narrée avec une  » pointe  » d’humour 

  Tim Burton a pu s’inspirer d’une légende médiévale pour son film « Sweeney Todd » ? Sweeney Todd, c’est le barbier (Johnny Depp) qui découpe ses clients pour offrir de la bonne chair fraîche à sa femme (Helena Bonham Carter), lui permettant ainsi de faire les meilleures tourtes de Londres. Cette histoire prend racine autour de la légende d’un barbier et d’un pâtissier célèbres de l’île de la Cité au XIVe siècle.

Extrait du film ? 

 

Un commerce florissant :
   En 1387, à Paris, celui qui  veut manger les meilleures tourtes de la ville, il lui faut se rendre à l’angle de la rue des Marmousets Rue marmousets et de la rue des Deux-Hermites, dans une petite pâtisserie qui ne paie pas de mine.      La réputation de l’artisan n’est plus à faire. C’est bon, c’est même excellent, et il faut venir bien tôt le matin pour pouvoir espérer manger une tourte tourte à midi. Avec  »un verre de pinard  » vin, ça passe nickel ! On raconte que même le roi Charles VI en est très friand. La bonne nouvelle ! Ça ne fait qu’augmenter les ventes. Eh oui, du moment qu’un membre de la famille royale apprécie quelque chose, la cour se rue dessus, et le menu peuple tente de suivre.

    D’ailleurs, deux chanoines chanoinedu chapitre de Notre-Dame se décident un jour à aller acheter deux de ces célèbres tourtes. C’est pas tellement respectueux des règles, mais bon, y’a pas de mal à se faire du bien, ils iront se confesser  lol .
  La disparition de Gunthar  : (rassurez-vous, on le retrouve)  Parfois, nommé Alaric
   De bon matin, les deux hommes se retrouvent face à la devanture, mais ils ne sont pas seuls. Il y a un chien qui aboie. Genre  » pas qu’un peu  ». Il est vraiment méchant et aboie, grogne et pleure depuis des heures. Le voisin barbier lui jette des pierres pour le faire fuir, et le pâtissier a bien essayé de le chasser avec un bâton.      En vain. Les chanoines tentent bien de le calmer en lui donnant un morceau de pain, mais rien n’y fait. Aussi, Frère Martin semble-il reconnaître l’animal. C’est celui d’un jeune homme qu’ils accueillent depuis plusieurs mois, Gunthar. Un  » mec  » à l’accent germanique, pas méchant pour un sou. Les moines vont hâter le pas afin de retrouver Gunthar et lui demander de récupérer son chien, qu’ils pensent tous possédé. Arrivés à Notre-Dame, pas de Gunthar. À midi, toujours pas. En fin d’après-midi personne. Début de soirée non plus. Les deux compères décident alors de partir à sa recherche.
  En passant dans la rue des Marmousets, le chien est toujours là, il couine, il geint, bref, il  » emmerde  » tout le monde. Frère Martin s’arrête lui donner une caresse et aperçoit une lumière dans la pâtisserie. Quelqu’un a dû oublier d’éteindre la cave.    Il frappe à la porte. Personne ne répond. Et puis il entre.  Dans un climat pareil de chien qui hurle, de mec qui disparaît subitement et en pleine nuit dans une petite rue au XIVe siècle,  la majorité des gens serait  rentrée chez eux. Direct. Mais à chacun sa dose de témérité.

   Martin entre et soulève une petite trappe qui mène au sous-sol. Oups !. Il tombe nez à nez avec le pâtissier et le barbier d’à côté. Couverts de sang. Il sont en train de dépecer une carcasse. Une carcasse humaine. L’horreur. Ni une ni deux, le courage disparaît et les frères  »se cassent rapidos » se mettre à l’abri. Ils interpellent ensuite une patrouille de guet. Le barbier et le pâtissier vont être arrêtés et vont être jugés. Enfin jugés, c’est vite dit. Ils sont coupables, alors ça va vite. Faut pas chipoter. On les met dans des cages en fer, et on les brûle sur la place de Grève (l’actuelle place de l’Hôtel de ville). Oui oui, on leur met le feu.
Le duo de choc :

    Les deux voisins avaient trouvé une bonne combine, le barbier (à forte tendance  » serial killer  » ) sélectionnait un de ses clients de passage, le rasait de près, encaissait son argent. Et puis… Il l’égorgeait dans sa cave. Ensuite, les deux  » copains  » s’organisaient des  » petites soirées découpage de chair fraîche  » et le pâtissier pouvait faire les meilleures tourtes de la ville. Faut dire que la viande était bien tendre. C’est une chanson populaire qui a rendu l’histoire si célèbre :

  « Et rue des  » Deux-ermites  »,

   proche des Marmousets,

 fut deux âmes maudites,

par leurs affreux forfaits,

l’un barbier sanguinaire,

pâtissier téméraire,

découverts par un chien,

faisant manger au monde,

par cruauté féconde,

de la chair de chrétien. »
  Depuis la fermeture des deux commerces, le quartier est plus tranquille mais on mange moins bien à Paris…lol

  Si lors d’une promenade sur l’île de la cité, vous cherchez à retrouver le lieu du crime, il vous faudra aller  » rue Chanoinesse  » . Au XIXe siècle, Haussmann a fait  » sauter  » la rue des Marmousets, trop étroite, trop insalubre.? Trop de mauvais souvenirs peut-être???

107 ans ?


 » Attendre cent sept ans  » : Je ne sais si cette expression est employée dans toutes les régions de France , ici et dans ma région d’origine elle est courante …..Elle signifie attendre très longtemps , très longtemps quelqu’un ( ou quelque chose  ) ….

Alors , j’ai cherché à savoir d’où venait cette expression  ( çà devient une manie ! )..

Il semblerait qu’elle fasse référence à la construction de la cathédrale Notre- Dame de Paris Nore Dame cathédrale

En effet , celle ci a nécessité plusieurs générations d’ouvriers car, entre la pose de la première pierre en 1163 et la fin des travaux en 1270 , 107 ans se sont écoulés !

____________________________________________________

Ce n’est pas pour rien que le point zéro des routes de France se situe devant son portail. Mariages, actions de grâce, hommages, sacres ou encore funérailles…

Après avoir pâti de la Révolution et été longtemps délaissée, Notre-Dame a retrouvé une seconde vie par la grâce d’un roman, Notre-Dame de Paris (Victor Hugo, 1832) au succès planétaire. Elle a été jusqu’au 15 avril 2019 le monument le plus visité en Europe (13 millions de visiteurs chaque année)

 

L’histoire de Notre-Dame en 10 dates :

 1163 : début de la construction de Notre-Dame
 1239 : saint Louis dépose la couronne d’épines du Christ couronneduchrist(achetée une fortune par Louis IX, futur Saint Louis, à des banquiers vénitiens qui la possédaient en gage.)
 1302 : Philippe le Bel réunit les premiers états généraux
 1572 : un mariage en prélude au massacre de la Saint-Barthélemy
 1793 : la cathédrale devient Temple de l’Être Suprême
 1804 : Napoléon est sacré empereur
 1918 : le Te Deum de l’Armistice
 1945 : le Te Deum de la Libération
 1970 :  une messe et un Te Deum  furent célébrés pour le décès du  général De Gaulle ( qui fut inhumé à Colombey-les-Deux-Eglises. )
 2019 : un incendie ravage la cathédrale ( 856 ans après les prémices de sa construction) 

_____________________________________________________________________

 

 

 

Léger sourire….


Pour finir :

Deux fermiers discutent : 

–  » Qu’est ce qu’il devient ton fils ?  »

 –  » Il est agriculteur à Paris  »

–  » Mais enfin , ce n’est pas possible !  »

–  » Bah faut croire que si …Il m’a dit qu’il vendait de l’herbe et récoltait pas mal d’oseille  »…..