C’était il y a ….


Environ 203 ans :

  Dans la nuit du 16 juin 1816, les poètes Lord Byron  et Percy Shelley discutent avec leurs compagnes respectives, Claire C. Byron et Mary M.Shelley  , ainsi qu’un ami, le docteur John Polidori Polidori, dans une belle villa des bords du lac Léman, la villa Diodati , près de Genève.
  En raison d’un été exceptionnellement pourri, consécutif à l’éruption du volcan Tambora en Indonésie, cela fait plusieurs jours qu’ils ne peuvent sortir.

   Pour passer le temps, Les jeunes Anglais à la réputation sulfureuse commencent  un concours d’histoires macabres sur une suggestion de Lord Byron :  ( » Nous allons chacun écrire une histoire de fantôme  »).
   C’est alors  que la maîtresse de Shelley, Mary Godwin (19 ans), raconte l’histoire du docteur suisse Victor Frankenstein, qui tenta de créer la vie à l’égal de Dieu.
   À partir de quelques cadavres, Frankenstein crée un monstre de grande taille et lui  » insuffle  »  la vie. Mais sa créature ne tarde pas à échapper à son emprise : Le monstre  lui réclame une compagne. Le docteur ayant refusé , sa créature  se révolte, commet des méfaits et s’enfuit jusqu’au-delà du cercle arctique…

Frankenstein
   L’histoire lui est inspirée par la vie d’un alchimiste allemand du siècle précédent, Konrad Dippel et par les expériences du physicien Luigi Galvani sur la réanimation électrique des cadavres…..Elle prend forme dans les jours qui suivent, après quelques nuits cauchemardesques aggravées par le deuil de la jeune femme, qui a peu avant perdu son bébé.
Elle débouche sur la publication à Londres le 11 mars 1818 de trois petits volumes tirés à 500 exemplaires sous le titre Frankenstein ou le Prométhée moderne.

    Ce roman va inspirer un nouveau genre littéraire, la fiction scientifique, et devenir l’un des grands mythes de l’Occident contemporain et une mine intarissable pour les scénaristes du cinéma .
Moins inspiré par la pluie du lac Léman, Byron livre quant à lui une petite histoire de vampires qu’il réemploiera plus tard dans son poème Mazeppa. Shelley déclare forfait.
Et le plus inattendu est le docteur Polidori,  » souffre-douleur  » de Byron, qui produit une histoire de femme à tête de mort qui va déboucher en 1819 sur le roman Vampire et inspirera beaucoup plus tard, en 1897, à Bram Stoker le roman Dracula, autre mythe moderne. 

   La suite est obscurcie par des drames en série :

     Harriet, la femme légitime de Percy Shelley, se suicide, n’en pouvant plus des frasques de son génie de mari.
   Le poète se remarie avec Mary Godwin fin  novembre 1816 et part avec elle en Italie. Ils ont un deuxième et un troisième enfants qui meurent en bas âge, enfin un quatrième, un garçon, qui seul leur survivra.
   Percy lui , meurt en mer le 8 juillet 1822, à 30 ans, au large de La Spezia. Il est incinéré sur la plage, d’une   » manière très romantique  » , en présence de son ami Lord Byron. Ses cendres seront inhumées à Rome. Lord Byron,  lui, mourra de maladie le 19 avril 1824, à 36 ans, en participant à la défense de Missolonghi, aux côtés des Grecs.
    Mary Shelley décédera beaucoup plus tard, le 1er février 1851, à 54 ans, à Londres, d’une tumeur au cerveau,  laissant en héritage le monstre du docteur Frankestein.

Extraits film :

Lycanthrope….mythe?


  Quand j’étais enfant,je faisais souvent des cauchemars….Ce soir un film à la télé me les a rappelés : C’était un film (très moyen) dont le sujet principal était le « loup-garou » ….Celà m’a donné envie de chercher un peu d’où vient ce mythe….(qui se rapproche de celui des vampires) …

     Méconnu et craint, le loup a pendant longtemps terrorisé nos ancêtres, et notamment au Moyen Âge. Quand ce loup devenait un homme loup, baptisé loup-garou, l’effroi redoublait. Des légendes concernant des hommes qui se transforment en loups sont connues dès l’Antiquité. Le terme même de « lycanthropie » vient du nom d’un roi grec, Lycaon, souverain d’Arcadie, transformé par Zeus en loup parce qu’il avait osé servir, lors d’un banquet, de la chair humaine.
Ce que le vampire est à la Transylvanie, le loup-garou l’est à l’Europe du Nord et de l’Ouest.
Des dizaines d’hommes ont été condamnés parce qu’ils avaient été reconnus comme loups-garous par leurs contemporains.

Beaucoup de récits liés au loup-garou prennent leurs racines dans la réalité. La difficulté est surtout de faire la part entre les faits réels et les affabulations.
Histoire et légende se mêlent étroitement.

Le mythe du loup-garou est fort ancien et commun à de nombreux peuples. Déjà au Ve siècle avant notre ère, Hérodote relate que les Grecs qui s’établirent sur les bords de la mer Noire considéraient les habitants de ces contrées comme des magiciens capables de se métamorphoser en loups.

La rigueur des hivers à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne , la crainte du loup, encore très présent dans les forêts d’Europe au XVe et au XVIe siècle, peuvent expliquer l’ »épidémie » de loups-garous qui se produit à cette époque.Oliver Reed en loup-garou

 Bien entendu:

Un homme ne peut en aucun cas se transformer en loup, pas plus qu’en tout autre animal. Par contre, certains malades se croient capables d’une telle métamorphose.
Le terme lycanthropie désigne en psychanalyse une affection dans laquelle le patient s’imagine être un loup.
Ce n’est qu’une hallucination car le malade ne présente bien sûr aucune métamorphose. Mais cette maladie explique les aveux dans certains procès.

  L’histoire du « Petit -Chaperon Rouge  » que l’on raconte aux enfants vient certainement de cette légende