Ce blog est NOIR

Articles tagués “mort

???


C’est une macabre découverte qui a été faite sur les berges de l’Allier, sur la commune de Mariol. Alerté via Facebook, Gérard Marsoni, le maire de Mariol, s’est rendu sur place. « Ses pattes étaient attachées avec du fil électrique. Il y avait un câble en acier en forme de boucle autour de l’animal comme si on l’avait tracté » explique-t-il encore sous le choc.

« C’est impressionnant. L’animal a-t-il subi cela de son vivant ? » s’interroge le maire qui a porté plainte contre X pour barbarie. « L’animal était ligoté, entravé » insiste-t-il. Une enquête de gendarmerie est en cours et les services vétérinaires sont attendus sur place mardi matin. Objectif : tenter d’identifier l’animal, la date du décès ainsi que l’origine de la mort de l’animal.

ane


« On se rencontrera  » …..


Un jour , on se rencontrera..

Quand, où ? Je ne sais pas !

Comment ? Je ne sais pas…

Alors que je serais dans mon canapé , à l’aise ?

 » gobant  » une débilité sur l’écran de la télé ?

Alors que surviendra soudain  un malaise ?

Lors d’une journée ordinaire , ici  solitaire ?

Ou chez mon fils, entouré d’amis « ordinaires « 

Possible que ce soit dans mon lit en plein sommeil …..

Il se pourrait que ce soit lors d’une période d’éveil ?

Sera – ce sous la pluie ou  sous un beau soleil  ?

Est ce que ce sera un matin , un soir …….

Le coeur empli d’espoir ou de désespoir ?

Ici ? à l’instant où je pianote sur ce clavier ?

Une chose est sure : Je ne pourrais y échapper….

Elle m’attend , nous attend c’est la destinée ..

Lors d’une période heureuse , malheureuse ?

Elle passe toujours la mort, la  » faucheuse « ……la-mort

 

Je ne survivrais que quelques temps dans le souvenir de moi que garderons les gens …Et encore…pas longtemps.


En vrac….nullités


Histoire de dire que je suis toujours en vie ……je crois….

  En fait , je suis dans les vaps depuis mon réveil  ( tardif çà va de soi ) ….Peut-être suite au temps  » bizarre  » pour la saison ( orage , puis vent froid plus pluie …pffff..) le début de malaise y est peut-être aussi pour quelque chose ? .Bien entendu , je ne suis pas monté au super marché  ( le temps est une bonne excuse ) …..Un ras le bol s’insinue  chez moi encore une fois ….( ce n’est pas une nouveauté ! )….

  Donc , revenons en à nos moutons , même si le 1er avril étant là depuis plus de deux heures déjà , pas  » à nos poissons  » ……..Ce jeudi fut d’une banalité presque quotidienne : Ne suis sorti que pour acheter le pain et ma dose de nicotine quotidienne ….Ha si , mon buraliste m’a accueilli par un  » j’ai quelque chose de nouveau pour vous ! » …..Devant mon air étonné , il m’a présenté un paquet de 25 cigarettes brunes sans filtre le paquet bleu ressemble à s’y méprendre au paquet de gauloises ……Mais ce sont des  » Che  »  ( Che – Guevara  ) ….Le prix ( pour 25 clops ) est « modeste  » ….Bien entendu , j’en ai acheté et lui m’a dit qu’il était sur que çà me plairait …Pourquoi ? …Est ce que mon aspect , ma façon de vivre amènent à penser que je suis un nostalgique de l’époque du  » Ché  » ?  Che

Alors ma chère gitane vais-je te laisser choir ?

De toute façon che ou gitane diminuent l’espoir ….

  Et moi , l’espoir..peu m’en reste il faut le savoir

De vivre encore longtemps , ne plus voir tout en noir..

Alors , fumons , survivons , mourrons….mais de mort lente……

Résultat de recherche d'images pour "paquets de cigarettes images"

 


 » çà ne devrait jamais mourir un enfant « 


Après avoir entendu cette phrase dans une série télé et…..parce que je pense que c’est vrai…..

 

 

Résultat de recherche d'images pour "enfant poignardé illustrations"( photo ne correspond pas ; seulement  comme symbole )

 

L’innocente victime, au terrestre séjour,
N’a vu que le printemps qui lui donna le jour.
Rien n’est resté de lui qu’un nom, un vain nuage,
Un souvenir, un songe, une invisible image.
Adieu, fragile enfant échappé de nos bras ;
Adieu, dans la maison d’où l’on ne revient pas.
Nous ne te verrons plus, quand de moissons couverte
La campagne d’été rend la ville déserte ;
Dans l’enclos paternel nous ne te verrons plus,
De tes pieds, de tes mains, de tes flancs demi-nus,
Presser l’herbe et les fleurs dont les nymphes de Seine
Couronnent tous les ans les coteaux de Lucienne.
L’axe de l’humble char à tes jeux destiné,
Par de fidèles mains avec toi promené,
Ne sillonnera plus les prés et le rivage.
Tes regards, ton murmure, obscur et doux langage,
N’inquiéteront plus nos soins officieux ;
Nous ne recevrons plus avec des cris joyeux
Les efforts impuissants de ta bouche vermeille
A bégayer les sons offerts à ton oreille.
Adieu, dans la demeure où nous nous suivrons tous,
Où ta mère déjà tourne ses yeux jaloux.

André Chénier, Elégies

 

Un enfant a été violemment poignardé ce jeudi après-midi en pleine rue à Joeuf (Meurthe-et-Moselle) avant que son agresseur ne se rende à la police. L’information a été confirmée par la suite par le commissariat de Briey.

Le pronostic vital du petit garçon, rapidement héliporté par les secours à l’hôpital de Nancy pour y être opéré, est engagé, indique BFM TV. «L’enfant a été agressé au pied de son immeuble, a raconté André Corzani, le maire communiste de Jœuf. Le beau-père de l’enfant, alerté, est descendu immédiatement avec un de ses voisins, qui se trouve être un policier. Il a utilisé sa matraque pour désarmer l’individu.»

Le garçon âgé de 7 ans a été poignardé vers 16 heures alors qu’il rentrait de l’école, a précisé Yves Le Clair, le procureur de la République de Briey. Son agresseur lui aurait porté 6 coups de couteau à l’abdomen, avant d’être mis en fuite par le policier.


Coma !!!!!


 çà aurait pu être une journée ordinaire  avec , à la limite un malaise épileptique vite passé avec ou sans comprimé , mais là !!!!!

Pourquoi ? Je ne sais pas , rien ne semblait le présager : Vers 17 heures , en rentrant de ma petite sortie habituelle , les signes précurseurs du malaise sont apparus => J’ai pris un valium et me suis assis essayant de me décontracter …..Soudain : Plus rien , le trou noir . J’avais perdu connaissance !!!! Je ne sais pas depuis combien de temps cela ne m’était pas arrivé …

  J’ai repris connaissance vers 19h30 environ ….Fripon était blotti contre moi et miaulait comme si il pleurait ….Quant à moi , j’avais un très fort mal de tête ( comme toujours après un malaise ) .

 Un jour , çà m’arrivera et je ne me réveillerais pas : La mort m’aura emporté ….Ma carcasse pourra rester là pendant plusieurs jours sans que personne ne s’en aperçoive ….(Peut-être ma boulangère ou le gars du bureau de tabac ? )……Et mes amis  du Net aussi ? 

Bahhh, n’y pensons plus , ce ne sera qu’une anecdote ajoutée à la routine de mes jours…..

Vidéo crise :

 

 

 


Quand la camarde viendra………….=> à Manu


Néant..........

Écoute ! si je meurs, je veux mourir en homme !
Je veux mourir couché dans ma sérénité,
Calme et fier, le regard brillant de plaisir, comme
Un travailleur qui cherche un peu d’ombre, l’été.

Je parlerai tout haut, proclamant ma pensée ;
La liberté sera jusqu’à la fin sans Dieu !
Et je ferai rougir cette foule insensée
Qui ne sent pas l’amour épars dans le ciel bleu !

L’homme souvent pâlit devant l’heure suprême ;
Moi, faible, en ce moment je veux devenir fort !
Dans un râle je veux chanter les vers que j’aime ;
Je veux être de ceux que fait vivre leur mort.

Toi, tu me pleureras quelquefois si tu restes !
Mais, pauvre enfant, sans moi s’il te fallait partir,
Si tu m’abandonnais pour tes frères célestes,
Ah ! je ne saurais plus ni vivre,… ni mourir !

Jean Aicard ( avec mes excuses pour une modification )


…….Vrai…..


Je viens de découvrir …et….ma vie  » sentimentale  » me l’a prouvé…


Ma nuit funêbre


     Hier soir , j’étais très fatigué pourtant j’ai eu beaucoup de mal pour m’endormir : Une foule de choses , de questions se bousculaient dans mon esprit….( Inutile de raconter ces trucs qui allaient de Fripon à Camille en passant par mon père , mon frère ….ma vie..) . Finalement , le sommeil est enfin venu ….Mais quelque chose qui ne m’était plus arrivé depuis de nombreuses années est survenu : Un cauchemar !!!!! Cauchemar dont il ne me reste que quelques bribes de souvenir : Mon père ( encore !! ) qui était sur son lit de mort ….et m’avait demandé de me parler seul à seul …..Là il me demandait de lui pardonner ce qu’il m’avait fait dans le passé et aussi ce qu’il avait fait subir à ma mère …..Les mots ne sortait pas de ma bouche , j’essayais mais…..je ne réussis qu’à le serrer dans mes bras en pleurant…….Puis , toujours dans ce rêve/ cauchemar , je sortis de la chambre sous le regard de mon frère ( il était en uniforme  , une canette de bière à la main ! ) avec sa gueule , son rictus habituel ….Il me demanda ce que le père m’avait dit ….je ne lui ai pas répondu ….Puis , revenus dans le salon , il dit  » alors qu’est qu’on mange »? …..!!!!!!Maman était effondrée , allait d’un coin à l’autre de la maison complètement perdue ……n’écoutant personne ….Résultat de recherche d'images pour "homme mort dans son lit entouré de ses proches"

Manu me serra contre lui et m’emmena dehors , m’alluma un cigarette sans dire un mot …..

Je me suis éveillé tout d’un coup en sueur et……les larmes aux yeux ….Il y a très longtemps que je n’avais pas fait de cauchemars ( j’en faisais souvent autrefois ) ….Je suis descendu , j’avais froid ,très froid …..J’ai bu un café , fumé une gitane …..et suis remonté me glisser sous la couette avec un mal de tête intense …..Là encore , j’ai eu des difficultés  pour me rendormir  (comme si j’avais peur de replonger dans ce cauchemar ) …..

Bien sur tout cela vient des conversations de ces derniers jours avec le père Marin , des questions que je me pose …..

Pourquoi est ce que j’écris çà ici encore !!! ???? pffffff …..C’est débile , à quoi çà sert….Désolé…

Ne commentez pas….

 


Condamnés à mort et…..Dernières volontés….


Même en phase terminal à l’hôpital encore soumis à des règles « morales » !!!!Plaisir ultime interdit !

-L’hôpital qui soigne… au whisky !

Depuis septembre 2014, le CHU (centre hospitalier universitaire, autrement dit l’énorme hôpital) de Clermont-Ferrand ( j’y ai déjà été hospitalisé plusieurs fois ), a décidé d’autoriser ses patients en fin de vie à boire du whisky .

Et non seulement ça, mais l’hôpital a décidé de créer un bar à vin, dans lequel pourraient bientôt être servis des grands crus, c’est-à-dire des vins issus d’une vigne reconnue pour son exceptionnelle qualité, dans une atmosphère conviviale.

Moins bien traité qu’un condamné à mort

Il est vrai que la situation actuelle était grotesque : sous prétexte qu’on était à l’hôpital, les « patients » en soins palliatifs (fin de vie) étaient privés de la plupart des petits plaisirs de l’existence.

Mais à quoi bon, on se le demande, priver une personne dont le décès à court terme est médicalement certain, de boire un verre du whisky si ça lui fait plaisir ?

Au nom de quoi vouloir empêcher un patient en fin de vie de manger ce qu’il aime, même si c’est « mauvais pour la santé », comme :

– manger du poulet rôti avec la peau grillée, avec des frites et de la mayonnaise (avec les doigts), du steak saignant au barbecue avec plein de béarnaise, se bourrer de « banana split » (avec double crème chantilly) fumer une cigarette, ou même… des cigarettes, si le patient aime ça, et s’il le peut bien sûr ? Et voir des films drôles !

  Encore plus loin : il faut le faire – si on en a la force. Car lorsqu’un patient est « condamné » par la médecine, il y a toujours un espoir de guérison. Mais encore faut-il que le patient ait en lui les forces spirituelles de vouloir guérir.

Le corps étant à bout, ce sont les forces de l’esprit qui pourront faire la différence. Les guérisons « miraculeuses » ont souvent lieu dans un contexte de reprise d’espoir, de redécouverte du sens de la vie, chez le patient qui trouve une excellente raison de guérir… et guérit. Il est donc capital de tout miser sur le moral du patient. Son environnement, son entourage humain sont alors déterminants, et n’est il pas envisageable  que si l’on créait dans tous les centres de soins palliatifs des endroits où l’on prend du bon temps, on assisterait plus souvent à des miracles.

Beaucoup y travaillent activement, comme le Centre Jeanne Garnier à Paris, et c’est tout à leur honneur.

Certains s’offusqueront du coût, mais un séjour en soins palliatifs coûte en moyenne 6529 euros . Un verre de whisky coûte 3 euros. Un verre tiré d’une très bonne bouteille coûte 5 euros. Un paquet de cigarettes coûte 4 euros.

Et nous parlons de personnes qui, généralement, n’en ont plus que pour 2 semaines à vivre ! À quoi bon prétendre leur faire la morale ? Leur imposer des privations jusqu’au dernier moment ? Autrefois, le condamné à mort lui-même, quel que soit son crime, avait droit à une dernière cigarette. Aujourd’hui, des innocents sont condamnés à mourir intubés de partout, mais n’auraient pas le droit de boire un dernier verre, ni de fumer une dernière cigarette, parce que le règlement de l’hôpital l’interdit. Quel scandale. Quel manque d’humanité.

Mais ne nous voilons pas la face : si cela n’a pas été fait plus tôt, ce n’était pas à cause du coût, mais à cause de réglementations tatillonnes et imbéciles.

Alors bravo au Dr Virginie Guastella, du CHU de Clermont-Ferrand, qui a su dire « m*** » au règlement et aux ronchons.

À votre santé !

-Une dernière faveur ? C’est non !

Thérèse H. avait presque cent ans. La vie lui adressait un dernier sourire, une embellie fugitive, le dernier soleil avant la nuit. Et avant de partir, sans drame, il lui restait juste une dernière envie, une dernière faveur à demander.

Il fallait que ce soit bien important pour qu’elle ose ! Thérèse avait toujours eu scrupule à déranger, à réclamer quoi que ce soit… Elle était discrète comme une souris ! Pourtant, ce matin-là, quand le directeur de l’établissement passe la voir, et bien, pour une fois, elle a une requête à lui présenter…

Elle voulait juste un œuf à 30 centimes !

Oh, pas grand chose ! Thérèse, qu’on ne nourrit plus que par perfusion, voulait simplement manger un œuf à la coque !

– Avec une pincée de sel, ajoute-t-elle, et une mouillette, une bonne mouillette de pain frais, bien beurrée.

Le directeur s’empresse d’accepter. Il est heureux de pouvoir donner satisfaction, ému aussi. Car il a bien compris, lui : ce que demande Thérèse, c’est en somme sa dernière volonté.

Sans se douter de ce qui l’attend, le directeur file à la cuisine pour passer commande de son œuf.

Surprise, stupéfaction ! Le cuisinier lui oppose un refus catégorique. Pas question de faire entrer dans l’établissement un œuf dans sa coquille – même de première fraîcheur. Le règlement l’interdit, question de sécurité alimentaire ! L’œuf autorisé, l’œuf réglementaire, c’est un produit en Tetra Brick, un point c’est tout. Ceci pour préserver la santé des pensionnaires.

Le directeur tente vainement de vaincre la résistance de son maître cuisinier, qui ne veut pas se mettre dans son tort. Il s’efforce ensuite de convaincre la diététicienne, mais il est confronté à un argument sans réplique : le règlement, c’est le règlement !

Alors il se tourne vers les associés actionnaires de l’établissement, qui refusent eux aussi toute entorse à la règle ! Il est vrai qu’on risque gros, l’interdiction, la fermeture, si la « faute » commise venait à s’ébruiter et arriver aux grandes oreilles de l’autorité administrative.

Voilà pourquoi Thérèse a attendu son œuf. Elle s’est étonnée de ne pas le voir arriver. Elle s’est demandé pourquoi on lui refusait ce dernier petit plaisir… Puis elle est morte, le lendemain, en silence.


Déjà chasseur berkkk ; mais là !!!!!!


Il faut vraiment être débile pour emmener son fils à la chasse  et le prendre pour un sanglier …….Pauvre  » gars « 

Un chasseur tue accidentellement son fils en le prenant pour un sanglier !Un chasseur tue accidentellement son fils en le prenant pour un sanglier

Terrible accident en Ardèche. Un chasseur de 61 ans a tué accidentellement son fils jeudi soir, lors d’une partie de chasse, en croyant apercevoir un sanglier. Les faits se sont déroulés dans le sud du département, entre les communes de Vagnas et Labastide de Virac.

Selon les premiers éléments de l’enquête, le père a vu une ombre passer en pesant que c’était un sanglier avant de tirer avec fusil. Selon le parquet, « plusieurs tentatives de réanimation » ont été pratiquées sur la victime, âgée de 35 ans. « Effondré », le père a été « placé en garde à vue hospitalière » à cause de son état.

L’Association pour la protection des animaux sauvages (Aspas) a réagi dans un communiqué : « Ce nouveau drame vient s’inscrire dans une liste d’accidents déjà bien trop longue », souligne l’organisation. Mercredi, c’est un garçonnet de 6 ans qui a été tué dans un accident de chasse près d’ Amiens, dans la Somme. Selon les premiers éléments de l’enquête, un chasseur aurait posé son fusil au sol « pour aller soulager un besoin urgent ». Il aurait alors pris soin d’enlever ses cartouches. Mais une deuxième personne serait passé derrière lui et aurait remis les cartouches. Un chien aurait ensuite fait tomber l’arme, ce qui a déclenché le tir en direction de l’enfant.