Samedi…..


   La nuit de vendredi , j’ai très mal dormi ( aucun intérêt penserez vous ) , effectivement sauf que j’ai  » fait  » des cauchemars …..Autrefois , çà m’arrivait très souvent , mais , plus depuis longtemps : Ma mère morte ! Et Léone, ma grand-mère me tenant la main devant le cercueil ouvert cercueil….( surement dus à la lettre et aux photos jointes  reçu de maman hier  ) ….Je me suis réveillé en sueur ne parvenant pas à me débarrasser de ces  » images  » ………….

   Comme prévu , cet après-midi , j’ai téléphoné pour prendre des nouvelles , j’ai eu mon père qui m’a dit que ma mère se reposait , dormait ….Lui ai dit que je rappellerais dans la semaine…..( je suis angoissé , ai peur ) …..Je suis bien conscient qu’il faudra que çà arrive un jour, la mort nous attend tous mais…..

   Les photos reçues , mes problèmes  » financiers  » actuels m’ont rappelé mon enfance : Toutes les fins de mois , l’argent manquait à la maison : Alors il fallait tout de même acheter de quoi manger  ( et picoler pour le père ) ….évidemment, c’est nous les enfants qui étions envoyés chez les petits commerces du villages ( SPAR , Familistère )SPAR . Alain ( le militaire et moi en étions chargés )…..La liste de course en main, nous entrions dans le magasin , attendions qu’il n’y ait plus de client , puis présentions la liste à la dame en disant :  » Maman demande que vous le marquez s’il vous plait  » (  » marquer = noter sur la liste des achats dus )…..

Devant notre air ….pitoyable , elle nous servait  en disant à chaque fois :  » vous direz à vos parents que c’est la dernière fois  »  ( je me souviens encore du  visage de cette femme dont le fils était un de mes amis )……Bref , c’est la joie , çà  » baigne  » ( mais dans quoi ?)

Publicités

Lettre d’une jeune fille …..


Dans celle-ci, l’Australienne écrit que c’est « une chose étrange » que d’accepter de mourir si jeune. Elle implore les gens d’arrêter de porter autant d’attention au « stress insignifiant de la vie », de se plaindre moins et « d’apprécier leur bonne santé ».

Voici quelques passages traduits de sa lettre:
« C’est une chose étrange que de réaliser et d’accepter votre mortalité à 26 ans. C’est simplement l’une de ces choses que l’on ignore. Les jours passent et on s’attend à ce qu’ils continuent passer, jusqu’à ce que l’inattendu se produise. Je m’imaginais toujours vieillir, ridée et grise, probablement à cause de ma grande famille (beaucoup de gamins) que je projetais de construire avec l’amour de ma vie. J’en ai tellement envie que ça fait mal.
C’est la vie, c’est fragile, précieux et imprévisible et chaque jour est un cadeau, pas un droit donné.

J’ai 27 ans maintenant. Je ne veux pas y aller. J’aime ma vie. Je suis heureuse… Je le dois à mes proches. Mais le contrôle est hors de ma portée (…)
Je veux juste que les gens cessent de porter autant d’attention au stress insignifiant de la vie, et qu’ils essayent de se rappeler que nous avons tous le même destin à la fin. Alors faites ce que vous pouvez pour que votre temps en vaille la peine (…)
Toutes ces fois où vous vous plaignez de choses ridicules (je l’ai beaucoup remarqué ces derniers mois), pensez à quelqu’un qui est vraiment confronté à un problème. Soyez reconnaissant que ce ne soit qu’un problème mineur et surmontez-le. C’est une chose de reconnaître qu’un problème est agaçant, mais essayez de ne pas vous enfoncer et d’avoir un impact négatif sur les autres (…)
Une fois que vous avez fait cela, sortez et prenez une grande respiration de cet air frais, inspirez profondément, regardez à quel point le ciel est bleu et à quel point les arbres sont verts. C’est tellement beau. Pensez à quel point vous êtes chanceux de pouvoir le faire – respirez (…)
« Rappelez-vous que la santé ce n’est pas que le physique. Faites aussi en sorte de trouver votre bonheur mental, émotionnel et spirituel (…) »
Holly Butcher termine sa lettre en demandant à ceux qui la lisent de faire don de leur sang: « c’est ce qui m’a aidée à rester vivante une année de plus, une année que je serai éternellement reconnaissante d’avoir passée sur Terre avec ma famille, mes amis et mon chien. Une année à travers laquelle j’ai vécu quelques uns des meilleurs moments de ma vie. »

Puissance du  » subconscient « ?


Cela  se passe dans les années 50. Sur un bateau anglais.

    Un homme entre dans une chambre froide. Et quelques secondes plus tard, « CLAC ! » La porte s’est refermée.

   L’homme se retourne. Il essaye d’ouvrir la porte, tape, hurle. Mais personne ne lui répond. Il est coincé dans la chambre froide !ch congélation

  Il sait deux choses : en quelques heures, avec cette température, il va mourir de froid. Et personne n’ouvrira la porte avant plusieurs jours.

  Il trouve alors un petit bout de métal grâce auquel il va écrire ce qu’il ressentira heure par heure.

  Quelques jours plus tard, ses collègues ouvrent le réfrigérateur et le trouvent mort de froid.

À côté de lui, le récit détaillé de son agonie.

  Il est emmené à la morgue, où il présente tous les signes d’une personne morte de froid.

 Jusqu’ici, l’histoire n’est pas extraordinaire. Un détail avait cependant échappé au défunt : le système de réfrigération de la chambre froide n’était pas en marche !

L’homme était tellement persuadé qu’il allait geler qu’il en est mort.

 » pompes funèbres  » ….


Sourire….

La légende veut que le terme  » croque mort  » vient du fait qu’autrefois , pour s’assurer que le défunt était bien mort , un employé des pompes funèbre mordait l’orteil de défunt afin de constater que ce dernier ne réagissait pas à la douleur ….Mais ?

L’ histoire qui suit (quelque peu  » osée  » ) expliquerait plus l’origine de l’expression  » pompe funèbre  » :

Il faut savoir que cette fonction de croque-mort, qui était considérée comme une vraie charge, au même titre que celle de bourreau, se transmettait de père en fils. Mais, il advint un jour dans un hameau que le croque mort du lieu mourût sans progéniture mâle. Sa fille ainée reprit donc sa charge, après réunion et aval favorable du conseil des sages du hameau.
Le premier présumé mort, dont on lui demanda de vérifier le décès, avait était atteint d’une grave maladie des membres inférieurs puis d’une gangrène, ce qui avait conduit les barbiers-chirurgiens de l’époque à l’amputer des deux jambes jusqu’à mi-cuisse. La jeune fille examina cette situation nouvelle sans se démonter pour autant et mordit avec précaution le premier membre inférieur qu’elle put trouver.
Ce fut à cette époque et dans ces circonstances très précisément qu’on abandonna le terme de croque mort pour le remplacer par celui de pompe funèbre.

 

???


C’est une macabre découverte qui a été faite sur les berges de l’Allier, sur la commune de Mariol. Alerté via Facebook, Gérard Marsoni, le maire de Mariol, s’est rendu sur place. « Ses pattes étaient attachées avec du fil électrique. Il y avait un câble en acier en forme de boucle autour de l’animal comme si on l’avait tracté » explique-t-il encore sous le choc.

« C’est impressionnant. L’animal a-t-il subi cela de son vivant ? » s’interroge le maire qui a porté plainte contre X pour barbarie. « L’animal était ligoté, entravé » insiste-t-il. Une enquête de gendarmerie est en cours et les services vétérinaires sont attendus sur place mardi matin. Objectif : tenter d’identifier l’animal, la date du décès ainsi que l’origine de la mort de l’animal.

ane

« On se rencontrera  » …..


Un jour , on se rencontrera..

Quand, où ? Je ne sais pas !

Comment ? Je ne sais pas…

Alors que je serais dans mon canapé , à l’aise ?

 » gobant  » une débilité sur l’écran de la télé ?

Alors que surviendra soudain  un malaise ?

Lors d’une journée ordinaire , ici  solitaire ?

Ou chez mon fils, entouré d’amis « ordinaires « 

Possible que ce soit dans mon lit en plein sommeil …..

Il se pourrait que ce soit lors d’une période d’éveil ?

Sera – ce sous la pluie ou  sous un beau soleil  ?

Est ce que ce sera un matin , un soir …….

Le coeur empli d’espoir ou de désespoir ?

Ici ? à l’instant où je pianote sur ce clavier ?

Une chose est sure : Je ne pourrais y échapper….

Elle m’attend , nous attend c’est la destinée ..

Lors d’une période heureuse , malheureuse ?

Elle passe toujours la mort, la  » faucheuse « ……la-mort

 

Je ne survivrais que quelques temps dans le souvenir de moi que garderons les gens …Et encore…pas longtemps.

En vrac….nullités


Histoire de dire que je suis toujours en vie ……je crois….

  En fait , je suis dans les vaps depuis mon réveil  ( tardif çà va de soi ) ….Peut-être suite au temps  » bizarre  » pour la saison ( orage , puis vent froid plus pluie …pffff..) le début de malaise y est peut-être aussi pour quelque chose ? .Bien entendu , je ne suis pas monté au super marché  ( le temps est une bonne excuse ) …..Un ras le bol s’insinue  chez moi encore une fois ….( ce n’est pas une nouveauté ! )….

  Donc , revenons en à nos moutons , même si le 1er avril étant là depuis plus de deux heures déjà , pas  » à nos poissons  » ……..Ce jeudi fut d’une banalité presque quotidienne : Ne suis sorti que pour acheter le pain et ma dose de nicotine quotidienne ….Ha si , mon buraliste m’a accueilli par un  » j’ai quelque chose de nouveau pour vous ! » …..Devant mon air étonné , il m’a présenté un paquet de 25 cigarettes brunes sans filtre le paquet bleu ressemble à s’y méprendre au paquet de gauloises ……Mais ce sont des  » Che  »  ( Che – Guevara  ) ….Le prix ( pour 25 clops ) est « modeste  » ….Bien entendu , j’en ai acheté et lui m’a dit qu’il était sur que çà me plairait …Pourquoi ? …Est ce que mon aspect , ma façon de vivre amènent à penser que je suis un nostalgique de l’époque du  » Ché  » ?  Che

Alors ma chère gitane vais-je te laisser choir ?

De toute façon che ou gitane diminuent l’espoir ….

  Et moi , l’espoir..peu m’en reste il faut le savoir

De vivre encore longtemps , ne plus voir tout en noir..

Alors , fumons , survivons , mourrons….mais de mort lente……

Résultat de recherche d'images pour "paquets de cigarettes images"

 

 » çà ne devrait jamais mourir un enfant « 


Après avoir entendu cette phrase dans une série télé et…..parce que je pense que c’est vrai…..

 

 

Résultat de recherche d'images pour "enfant poignardé illustrations"( photo ne correspond pas ; seulement  comme symbole )

 

L’innocente victime, au terrestre séjour,
N’a vu que le printemps qui lui donna le jour.
Rien n’est resté de lui qu’un nom, un vain nuage,
Un souvenir, un songe, une invisible image.
Adieu, fragile enfant échappé de nos bras ;
Adieu, dans la maison d’où l’on ne revient pas.
Nous ne te verrons plus, quand de moissons couverte
La campagne d’été rend la ville déserte ;
Dans l’enclos paternel nous ne te verrons plus,
De tes pieds, de tes mains, de tes flancs demi-nus,
Presser l’herbe et les fleurs dont les nymphes de Seine
Couronnent tous les ans les coteaux de Lucienne.
L’axe de l’humble char à tes jeux destiné,
Par de fidèles mains avec toi promené,
Ne sillonnera plus les prés et le rivage.
Tes regards, ton murmure, obscur et doux langage,
N’inquiéteront plus nos soins officieux ;
Nous ne recevrons plus avec des cris joyeux
Les efforts impuissants de ta bouche vermeille
A bégayer les sons offerts à ton oreille.
Adieu, dans la demeure où nous nous suivrons tous,
Où ta mère déjà tourne ses yeux jaloux.

André Chénier, Elégies

 

Un enfant a été violemment poignardé ce jeudi après-midi en pleine rue à Joeuf (Meurthe-et-Moselle) avant que son agresseur ne se rende à la police. L’information a été confirmée par la suite par le commissariat de Briey.

Le pronostic vital du petit garçon, rapidement héliporté par les secours à l’hôpital de Nancy pour y être opéré, est engagé, indique BFM TV. «L’enfant a été agressé au pied de son immeuble, a raconté André Corzani, le maire communiste de Jœuf. Le beau-père de l’enfant, alerté, est descendu immédiatement avec un de ses voisins, qui se trouve être un policier. Il a utilisé sa matraque pour désarmer l’individu.»

Le garçon âgé de 7 ans a été poignardé vers 16 heures alors qu’il rentrait de l’école, a précisé Yves Le Clair, le procureur de la République de Briey. Son agresseur lui aurait porté 6 coups de couteau à l’abdomen, avant d’être mis en fuite par le policier.

Coma !!!!!


 çà aurait pu être une journée ordinaire  avec , à la limite un malaise épileptique vite passé avec ou sans comprimé , mais là !!!!!

Pourquoi ? Je ne sais pas , rien ne semblait le présager : Vers 17 heures , en rentrant de ma petite sortie habituelle , les signes précurseurs du malaise sont apparus => J’ai pris un valium et me suis assis essayant de me décontracter …..Soudain : Plus rien , le trou noir . J’avais perdu connaissance !!!! Je ne sais pas depuis combien de temps cela ne m’était pas arrivé …

  J’ai repris connaissance vers 19h30 environ ….Fripon était blotti contre moi et miaulait comme si il pleurait ….Quant à moi , j’avais un très fort mal de tête ( comme toujours après un malaise ) .

 Un jour , çà m’arrivera et je ne me réveillerais pas : La mort m’aura emporté ….Ma carcasse pourra rester là pendant plusieurs jours sans que personne ne s’en aperçoive ….(Peut-être ma boulangère ou le gars du bureau de tabac ? )……Et mes amis  du Net aussi ? 

Bahhh, n’y pensons plus , ce ne sera qu’une anecdote ajoutée à la routine de mes jours…..

Vidéo crise :

 

 

 

Quand la camarde viendra………….=> à Manu


Néant..........

Écoute ! si je meurs, je veux mourir en homme !
Je veux mourir couché dans ma sérénité,
Calme et fier, le regard brillant de plaisir, comme
Un travailleur qui cherche un peu d’ombre, l’été.

Je parlerai tout haut, proclamant ma pensée ;
La liberté sera jusqu’à la fin sans Dieu !
Et je ferai rougir cette foule insensée
Qui ne sent pas l’amour épars dans le ciel bleu !

L’homme souvent pâlit devant l’heure suprême ;
Moi, faible, en ce moment je veux devenir fort !
Dans un râle je veux chanter les vers que j’aime ;
Je veux être de ceux que fait vivre leur mort.

Toi, tu me pleureras quelquefois si tu restes !
Mais, pauvre enfant, sans moi s’il te fallait partir,
Si tu m’abandonnais pour tes frères célestes,
Ah ! je ne saurais plus ni vivre,… ni mourir !

Jean Aicard ( avec mes excuses pour une modification )