»Le train de ma vie  »


    » A la naissance , on monte dans un train et on rencontre nos parents , on croit qu’ils voyageront toujours avec nous . Pourtant, à une station , nos parents descendront du train nous laissant seul continuer le vaoyage . Au fur et à mesure que le temps passe , d’autres personnes montent dans le train ; elles seront importantantes : Notre  » fratrie  » ,nos amis ,nos enfants , même l’amour de notre vie .Beaucoup démissionneront ( même , éventuellement , l’Amour de notre vie ) , et laisseront un vide plus ou moins grand .

    D’autres seront si discrets qu’on ne réalisera pas qu’ils ont quitté leurs sièges .

 Ce voyage en train sera plein de joie , de peines, d’attentes , de bonjour , d’au -revoir et d’adieux …train

    Le  » succès  » est d’avoir de bonnes relations avec tous les passagers pourvu qu’on donne le meilleur de nous – même . Nous ne savons pas à quelle station nous descendrons , donc vivons heureux , aimons et pardonnons . Il est important de le faire car lorsque nous descendrons du train , nous ne devrons laisser que de bons souvenirs à ceux qui continueront leur voyage . Soyons heureux avec ce que nous avons et remercions le ciel de ce voyage fantastique . 

   Aussi , merci d’être un des passagers de mon train . Et si je dois descendre à la prochaine station , je suis content d’avoir fait un bout de chemin avec vous . Je veux direà chaque personne qui lira ce texte , que je vous remercie d’être dans ma vie et de  » voyager  » dans mon train …..

Jean d’Ormesson ( je crois ) ………Mais j’aimerais l’avoir écrit ……

la vie..rtuelle…


LA VIE VIRTUELLE ( en pensant à une amie/ amour  passée )

 

 

 

Il passe d’un rêve à l’autre
Il sait qu’il en viendra d’autres
Et de toutes sortes
Y’a tellement d’internautes

Il se dit souvent
Que la vie virtuelle
Est vraiment
La moins cruelle
Il se dit souvent
Que la vie virtuelle
Est celle
Où le piment
Survient le plus souvent

Il a dressé une barrière
Se cache derrière une frontière
Avant d’se voir en vrai
Faut savoir si on se plaît

Il se dit souvent
Que la vie virtuelle
Est vraiment
La moins cruelle
Il se dit souvent
Que la vie virtuelle
Est celle
Où le piment
Survient le plus souvent

On le dit déconnecté
De c’qu’on appelle réalité
Il se croit en avance
D’une conception de l’existence

I se dit souvent
Que la vie virtuelle
Est vraiment
La moins cruelle
Il se dit souvent
Que la vie virtuelle
Est celle
Où le piment
Survient le plus souvent

 

 

un peu d’optimisme avant de dormir…


Merci à la vie

Merci à la vie, qui m’a tant donné,
elle m’a donné deux étoiles que, lorsque je les ouvre,
parfaitement je distingue le noir du blanc,
et dans le haut ciel son fond étoilé
et dans les foules l’homme que j’aime.

Merci à la vie qui m’a tant donné,
elle m’a donné l’ouïe que dans toute sa longueur
enregistre jour et nuit, des grillons et des canaris,
des marteaux, des turbines, des aboiements, des averses,
et al voix si tendre de mon bien aimé.

Merci à la vie qui m’a tant donné,
elle m’a donné le son et l’alphabet,
avec lui les mots que je pense et déclare,
mère, ami, frère, et lumière allumée,
la route de l’âme de celui que j’suis en train d’aimer.

Merci à la vie qui m’a tant donné,
elle m’a donné la marche de mes pieds fatigués,
avec eux j’ai marché des cités et flaques d’eau,
des plages et des déserts, des montagnes et des plats,
et ta maison, ta rue et ton patio.

Merci à la vie qui m’a tant donné,
elle m’a donné le coeur qui mouve ton bateau,
quand je regarde le fruit du cerveau humain,
quand je regarde le bon si loin du mauvais,
quand je regarde au fond de tes yeux clairs.

Merci à la vie qui m’a tant donné,
elle m’a donné le rire et m’a donné les larmes,
comme ça je distingue bonheur de malheur,
les deux matériels qui forment mon chant,
et le chant de tous, qui est mon propre chant.
Merci à la vie qui m’a tant donné.

La vidéo ?

La Vie…..


 

 
Le texte :

Il a tourné sa vie dans tous les sens
Pour savoir si ça avait un sens l’existence
Il a demandé leur avis à des tas de gens ravis
Ravis, ravis, de donner leur avis sur la vie
Il a traversé les vapeurs des derviches tourneurs
Des haschich fumeurs et il a dit

La vie ne vaut rien, rien, rien, la vie ne vaut rien
Mais moi quand je tiens, tiens,
Là dans mes mains éblouies,
Les deux jolis petits seins de mon amie,
Là je dis rien, rien, rien, rien ne vaut la vie,

Il a vu l’espace qui passe
Entre la jet set les fastes, les palaces
Et puis les techniciens de surface,
D’autres espèrent dans les clochers, les monastères
Voir le vieux sergent pépère mais ce n’est que Richard Gere,
Il est entré comme un insecte sur site d’Internet
Voir les gens des sectes et il a dit

La vie ne vaut rien, rien, rien, la vie ne vaut rien
Mais moi quand je tiens, tiens,
Là dans mes mains éblouies,
Les deux jolis petits seins de mon amie,
Là je dis rien, rien, rien, rien ne vaut la vie

Il a vu manque d’amour, manque d’argent
Comme la vie c’est détergeant
Et comme ça nettoie les gens,
Il a joué jeux interdit pour des amis endormis,
Et il a dit

La vie ne vaut rien, rien, rien, la vie ne vaut rien
Mais moi quand je tiens, tiens,
Là dans mes mains éblouies,
Les deux jolis petits seins de mon amie,
Là je dis rien, rien, rien, rien ne vaut la vie.

La vie ne vaut rien mais…..


 

Les paroles:

Il a tourné sa vie dans tous les sens
Pour savoir si ça avait un sens l’existence
Il a demandé leur avis à des tas de gens ravis
Ravis, ravis, de donner leur avis sur la vie
Il a traversé les vapeurs des derviches tourneurs
Des haschich fumeurs et il a dit

La vie ne vaut rien, rien, rien, la vie ne vaut rien
Mais moi quand je tiens, tiens,
Là dans mes mains éblouies,
Les deux jolis petits seins de mon amie,
Là je dis rien, rien, rien, rien ne vaut la vie,

Il a vu l’espace qui passe
Entre la jet set les fastes, les palaces
Et puis les techniciens de surface,
D’autres espèrent dans les clochers, les monastères
Voir le vieux sergent pépère mais ce n’est que Richard Gere,
Il est entré comme un insecte sur site d’Internet
Voir les gens des sectes et il a dit

La vie ne vaut rien, rien, rien, la vie ne vaut rien
Mais moi quand je tiens, tiens,
Là dans mes mains éblouies,
Les deux jolis petits seins de mon amie,
Là je dis rien, rien, rien, rien ne vaut la vie

Il a vu manque d’amour, manque d’argent
Comme la vie c’est détergeant
Et comme ça nettoie les gens,
Il a joué jeux interdit pour des amis endormis,
Et il a dit

La vie ne vaut rien, rien, rien, la vie ne vaut rien
Mais moi quand je tiens, tiens,
Là dans mes mains éblouies,
Les deux jolis petits seins de mon amie,
Là je dis rien, rien, rien, rien ne vaut la vie.

Chef-d’oeuvre!?


Encore une fois:Ne croyez pas que je sois triste ! Simplement je trouve que e texte est magnifique!

Pas fan de Lalanne, mais là!!! On dirait du Ferré et c’est vrai au fond ce que dit la chanson…..Voici le texte:

Je sais pas ce qui m’arrive ce soir
T’es là et j’ai peur dans le noir
Comme ces nuits où tu es pas là
Où je suis seul sans toi
Tu sais être seul c’est la mort
C’est comme un cancer qui te mord
Tu te sens mourir chaque instant
Sans pouvoir dormir pour autant
Et tu fais le tour de ta chambre
Et tu sens ton coeur qui se cambre
Et qui cherche un recoin d’amour
Ton corps fermé à double tour
Et tu sors tu vas dans la rue
Tu cours après ta vie perdue
Tu vas sans savoir où tu vas
Tu bois sans savoir quoi tu bois

Que la vie est triste mon amour mon amour
Que la vie est triste mon amour mon amour

T’as beau dire que la vie est belle
Quand tu regardes autour de toi
Le ciel au-dessus des poubelles
Y’a de la suie sur les toits
T’as beau te dire que le monde est beau
Quand tu te sens bien dans ta peau
Mais suffit que t’ailles y faire un tour
Pour avoir mal dans tes beaux jours
Et tu vois les gens qui ont mal
Et tu te dis que c’est pas normal
Alors pour pas être malheureux
Comme un con tu fermes les yeux
Et puis le soir seul dans ton lit
Tu cauchemardes à la folie
Tu revois tous ces coeurs blessés
Tu panses tes rêves gercés

Que la vie est triste mon amour mon amour
Que la vie est triste mon amour mon amour

C’est dingue ce qui peut arriver
Comme histoires tristes à en crever
Souvent tu perds dans le malheur
Le vrai sens des valeurs
C’est comme ça partout sur la terre
Plus rien ne va plus ou laisse faire
Des fois je voudrais tout changer
Mais je suis coincé j’ose pas bouger
Y’a plus de mal y’a plus de bien
Y’a que des gens qui vivent comme des chiens
Le monde est plein de gens comme ça
Qui vivent et qui savent pas pourquoi
Tu rêves et tu traverses la rue
Une bagnole passe et te passe dessus
Les gens s’en tapent un maximum
Ça pèse pas lourd la vie d’un homme

Que la vie est triste mon amour mon amour
Que la vie est triste mon amour mon amour

Dis-moi quelque chose à part le cul
Qui vaille la peine d’être vécu
Si peut-être se faire un ventre rond
À la santé dans sans un rond
Vive la médaille en chocolat
Si les autres la loupent attrape-la
L’argent c’est fait pour être heureux
Ceux qu’en ont pas tant pis pour eux
Oublie ceux qu’habitent rue de l’oubli
Les vieux qui meurent seuls dans leur lit
Parce qu’ils ont personne à parler
Et pas d’autre parent que la télé
Moi ça me donne envie de pas être né
Comme l’enfant que t’as pas pu me donner
J’ai pleuré quand tu l’as perdu
Mais peut-être bien que j’aurais pas dû

Que la vie est triste mon amour mon amour
Que la vie est triste mon amour mon amour

La souffrance chancre immobile
Qui t’attend comme une araignée
Tisse sa toile sur la ville
Et remplit son panier
Sex-shop et panier à salade
Les détraqués et les malades
Ces coeurs qui se pendent aux néons
L’aveugle et son accordéon
Ses yeux qui se cognent à l’espace
Tous les maquereaux tous les rapaces
Le chien qui a perdu son maître
La vieille pute qui peut plus se faire mettre
Qu’a les seins comme du beurre fondu
Qui dégouline et qu’en peut plus
Toutes ces vies qui vont pas bien
Toutes ces nuits qui crient pour rien

Que la vie est triste mon amour mon amour
Que la vie est triste mon amour mon amour

Ce monde qui gonfle et qui craque
Qui se détruit qui se détraque
Tu sais plus quoi faire de ton coeur
Tu te méprends par coeur
Tu sais plus quoi faire de tes bras
Tu ronges ta vie comme un rat
T’as mal de vivre pour souffrir
Et pourtant tu veux pas mourir
À quoi tu veux croire nom de Dieu
Lorsque tu crois plus au Bon Dieu
Dans ma tête je cherche comme un fou
Pourtant je trouve rien du tout
La vie la mort et tout le bastringue
Plus j’y pense et plus je trouve ça dingue
Faut accepter de pas comprendre
Et c’est pas plus mal à tout prendre
Mais que la vie est triste mon amour mon amour

Que la vie est triste mon amour mon amour
Mon amour
Mais te t’ennuie mon coeur
Mon amour ma lumière
Peut-être que pour calmer ma fièvre
Faudrait que je t’aime un peu mieux
Que j’apprenne à lire sur tes lèvres
Que j’apprenne à voir dans tes yeux
Et comme dit un prof que j’aime bien
Faut savoir cerner les problèmes
C’est toi que j’aime
Et c’est très bien
Alors viens-la mon coeur
Mon amour ma chaumière
J’ai trop parlé pardonne-moi
Et serre-moi fort contre toi...