Certains sont pire que des fauves !


  Il y a quelques jours de cela, un homme vivant en Californie a été arrêté pour avoir torturé un chat noir et blanc.
  D’après le rapport de police, l’homme âgé de 34 ans a découvert le chat chez lui dans la nuit et est devenu furieux. Pour le punir, il a décidé d’enfermer le matou dans son congélateur pour l’en sortir quelques minutes plus tard. Mais le pire était encore à venir. Une fois le chat sorti du congélateur, l’homme a commencé à l’étrangler, le chat s’est alors mis à crier. Encore plus agacé par l’animal, il a alors décidé de le jeter du balcon situé au 2e étage. Le chat est alors tombé directement sur du béton…
   Selon la police, le chat a miraculeusement survécu à sa chute du deuxième étage même s’il souffre d’importantes blessures et la poitrine et d’une patte cassée. Transporté aux urgences vétérinaires, le chat se porte relativement bien mais aura besoin de chirurgie.chat
De son côté l’homme a tenté de fuir, mais il a finalement été arrêté et devra prochainement répondre de ses actes face à la justice et s’expliquer sur ce comportement.

Je quitte le Net ……Pourvu……..


Surement déjà mise…..Mais…

 

Les paroles:

L’HOMME DANS LA CITÉ1958

Pourvu que nous vienne un homme
Aux portes de la cité
Que l’amour soit son royaume
Et l’espoir son invité
Et qu’il soit pareil aux arbres
Que mon père avait plantés
Fiers et nobles comme soir d’été
Et que les rires d’enfants
Qui lui tintent dans la tête
L’éclaboussent de reflets de fête

Pourvu que nous vienne un homme
Aux portes de la cité
Que son regard soit un psaume
Fait de soleils éclatés
Qu’il ne s’agenouille pas
Devant tout l’or d’un seigneur
Mais parfois pour cueillir une fleur
Et qu’il chasse de la main
A jamais et pour toujours
Les solutions qui seraient sans amour

Pourvu que nous vienne un homme
Aux portes de la cité
Et qui ne soit pas un baume
Mais une force une clarté
Et que sa colère soit juste
Jeune et belle comme l’orage
Qu’il ne soit jamais ni vieux ni sage
Et qu’il rechasse du temple
L’écrivain sans opinion
Marchand de rien marchand d’émotion

Pourvu que nous vienne un homme
Aux portes de la cité
Avant que les autres hommes
Qui vivent dans la cité
Humiliés d’espoirs meurtris
Et lourds de leur colère froide
Ne dressent aux creux des nuits
De nouvelles barricades.