Liberté, égalité , fraternité


  Il y a environ 230 ans …

Le 26 août 1789  était adoptée  »  la déclaration de droits de l’homme de du citoyen  » par l’Assemblée nationale constituante , aussitôt après la Révolution française.. Texte  » fondateur  »  qui définit les droits naturels des individus énonce :  » les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits  » . Par sa vocation universelle , cette déclaration vaut à la france le titre de patrie des droits de l’homme , la déclaration inspire aussi la devise  » Liberté , Egalité , Fraternité  »

déclaration droit homme

Le Texte :

Article premier
  Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune.
Article 2
  Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l’oppression.
Article 3
  Le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d’autorité qui n’en émane expressément.
Article 4
   La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l’exercice des droits naturels de chaque homme n’a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la société la jouissance de ces mêmes droits Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la loi.
Article 5
  La loi n’a le droit de défendre que les actions nuisibles à la société. Tout ce qui n’est pas défendu par la loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu’elle n’ordonne pas.
Article 6
   La loi est l’expression de la volonté générale. Tous les citoyens ont droit de concourir personnellement ou par leurs représentants à sa formation. Elle doit être la même pour tous, soit qu’elle protège, soit qu’elle punisse. Tous les citoyens, étant égaux à ses yeux, sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents.

Article 7
  Nul homme ne peut être accusé, arrêté ou détenu que dans les cas déterminés par la loi et selon les formes qu’elle a prescrites. Ceux qui sollicitent, expédient, exécutent ou font exécuter des ordres arbitraires doivent être punis ; mais tout citoyen appelé ou saisi en vertu de la loi doit obéir à l’instant ; il se rend coupable par la résistance.
Article 8
  La loi ne doit établir que des peines strictement et évidemment nécessaires, et nul ne peut être puni qu’en vertu d’une loi établie et promulguée antérieurement au délit, et légalement appliquée.
Article 9
  Tout homme étant présumé innocent jusqu’à ce qu’il ait été déclaré coupable, s’il est jugé indispensable de l’arrêter, toute rigueur qui ne serait pas nécessaire pour s’assurer de sa personne doit être sévèrement réprimée par la loi.
Article 10
  Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi.
Article 11
  La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme ; tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi.
Article 12
   La garantie des droits de l’homme et du citoyen nécessite une force publique ; cette force est donc instituée pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de ceux à qui elle est confiée.
Article 13
    Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable ; elle doit être également répartie entre les citoyens, en raison de leurs facultés.
Article 14
   Les citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d’en suivre l’emploi, et d’en déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée.

Article 15
   La société a le droit de demander compte à tout agent public de son administration.
Article 16
   Toute société dans laquelle la garantie des droits n’est pas assurée ni la séparation des pouvoirs déterminée, n’a point de Constitution.
Article 17
   La propriété étant un droit inviolable et sacré, nul ne peut en être privé, si ce n’est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l’exige évidemment, et sous la condition d’une juste et préalable indemnité.

 

 

booooofffffffff………..


Si j’écris quelque chose sur ce blog cette nuit , çà confirmera vraiment son intitulé :  » Sur l’écran NOIR de mes nuits blanches  »   !

J’ai mal ,je suis mal.. Impossible de me débarasser ,de sortir de mon esprit les mots de mon frère…..Je ne fais que penser à çà depuis  ce matin ….Même mon petit Fripon voit que je ne suis pas bien :Il ne cesse de me donner des câlins !

Pourquoi est ce que je ne parviens pas à être « méchant  » ? Qu’est ce que je peux être c… ,nul! 

Je ne parviens pas à le comprendre , nous étions pourtant unis depuis l’enfance  ,pour protéger notre mère ,l’aider par exemple……Quand le père était violent…

Désolé….de vous « imposer  » çà ,mais ….en « parler » à Fripon…ne suffit pas lol

  Tous (les gens ,les commerçants ) parlent du 1er mai ,du muguet  pfffff!  Tu parles ,où est le temps où nous allions « lui » et moi en cueillir dans les bois pour le vendre ensuite ,récoltant quelques pièces ….

Il est venu….tout fut comme j’avais prévu !


Oufff! Je parviens enfin à me connecter!!!!  Il fallait que je vous parle un peu de ma journée tout de même! Comme « çà » ramait sérieux,je me disais que Alain avait raison tout à l’heure quand il disait que pour lui internet était un mystère et « le bordel »….

Donc ce lundi:Levé extrèmement tôt  :9h30 environ !!!!!Après le petit déjeuner habituel,la toilette faite .Je suis allé bien sur acheter pains et cigarettes …Puis de retour à l’appartement je me mis en position « attente »….Le téléphone a sonné vers 11h…C’était lui,bien sur qui me disait être devant chez moi mais ne pas me trouver??????  .Moi: » Bahhh Je suis là « du con » puisque je réponds ….Attends,je descends! »…Et là…..Evidemment,il ne pouvait pas me trouver:Il était devant la porte de mon ancien appartement!!!!

   Donc,comme précvu,j’eu droit à la gentille réflexion habituelle sur mes cheveux: « Il n’y a plus de coiffeur dans ton patelin? « …..Moi: » Si,mais quand j’y vais,elles ne veulent jamais me faire une coupe aussi « rasibus » que la tienne….C’est aussi bien car j’ai moins de « bidon » que toi çà compense: A moi les cheveux et à toi la bedaine « …Bref,les plaisanteries habituelles ..Et j’en passe quelques unes sur mes « amies » ,ses « maitresses » ,sans compter  celles sur nos « divergences d’idées » en voyant mes quelques  illustrations affichées près de mon ordi (anticléricales et autres….)Et le nombre de livres dans ma bibliothèque. Bref ,nous sommes allés au restaurant ,comme prévu.Ici ,à Lurcy,il se souvenait de l’endroit où nous étions déjà allés…. Le repas…boofff..sans commentaire….(Je mange mieux chez moi lol )….La seule anecdote c’est que commandant les appéritifs,il savait d’office ce que je prenais!!!!(Lui = bière,bière aussi lors du repas…)=> Nouvelle remarque de ma part sur son « bidon » lol ….

     Ensuite,les souvenirs revinrent à l’appel (la pelle ):L’enfance bien sur….avec tout ce que celà comporte pour nous…Les bons et les mauvais moments…Il m’a confirmé que le père était de plus en plus c…Mais que maman « résistait » mieux , et que lui (Alain) ne se génait plus pour lui dire ce qu’il pensait de ses réflexions idiotes voir méchantes…Bref…Je passe…Nous avons aussi beaucoup parlé de nos enfants,Manu et Virginie (dont c’est l’anniversaire aujourd’hui 1/05) et qui vit aux Antilles….Chacun déclarant être fier d’eux….Après une dernière bière bue ici pendant que je buvais un café,il m’a quitté m’invitant à aller passer quelques jours chez lui et me confirmant  sa venue au mariage de Manu….Comme tout ce qui est rare avec ceux qu’on aime,ce fut une bonne journée,même si les paroles échangées concernant notre « géniteur » et le mari de ma soeur (celui qui ne viendra pas au mariage « à cause de ses vaches » ) ne furent pas très flatteuses…..