»Avoir besoin de deux grains d’ellébore »


Je découvre cette expression qui signifie :  » taxé de folie ou du moins qui n’a pas tout son bon sens  »

C’est un peu mon cas : Continuer ce blog ,c’est débile !

Ellébore noire
Ellébore noire

L’ellébore était autrefois renommé pour la guérison de la démence. On pulvérisait la racine de cette plante qui est noire et l’on y mêlait du lait.

Ellébore noire
image = Ellèbore

Voici une anecdote qui se rapporte à ce proverbe :

 » Deux jeunes gens de Paris se moquaient en sortant du Palais-Royal, d’un homme d’un certain âge, vêtu d’un habit noir et portant perruque qui passait auprès d’eux. L’un de ces plaisants dit à l’autre : Je parie que cet homme est apothicaire ; il faut lui demander s’il ne pourrait pas nous vendre de l’ellébore  ?

–  »Je suis fâché, repartit le monsieur âgé qui avait entendu les paroles dites à son adresse, de ne pouvoir vous satisfaire, car votre propos me prouve que vous avez besoin du remède.  »

G. de Nerval…..Il y a environ 212 ans..


Pas de commentaires depuis plus de 5 jours: Com bloqués .

marin-francis08@outlook.com

fralurcy085903@gmail.com

Gérard de Nerval

Né le 22 mai 1808 à Paris  ( il y a environ 212 ans ) -Mort le  26 janvier 1855 à Paris

Biographie Gérard de Nerval

Gérard Labrunie, plus connu sous son nom de poète, Gérard de Nerval, est l’une des figures les plus émouvantes de la poésie française. Naviguant entre réalité et rêve, il a évoqué en des mots immortels les troubles de l’adolescence… et les charmes du Valois.       Mais il souffrait de troubles mentaux et, à l’aube du 26 janvier 1855, on l’a retrouvé pendu dans la rue de la Vieille-Lanterne, dans le quartier du Châtelet, à Paris. Il avait 46 ans. La plus belle part du romantisme s’est éteinte avec lui.

Il a vécu tantôt gai comme un sansonnet,
Tour à tour amoureux insouciant et tendre,
Tantôt sombre et rêveur comme un triste Clitandre.
Un jour il entendit qu’à sa porte on sonnait.

C’était la Mort ! Alors il la pria d’attendre
Qu’il eût posé le point à son dernier sonnet ;
Et puis sans s’émouvoir, il s’en alla s’étendre
Au fond du coffre froid où son corps frissonnait.

Il était paresseux, à ce que dit l’histoire,
Il laissait trop sécher l’encre dans l’écritoire.
Il voulait tout savoir mais il n’a rien connu.

Et quand vint le moment où, las de cette vie,
Un soir d’hiver, enfin l’âme lui fut ravie,
Il s’en alla disant :  »Pourquoi suis-je venu ? »   ( Question que JE me pose aussi )

(Gérard de Nerval, Épitaphe)

Il y a environ…..


 119 ans : Le 23 mai 1901 , découverte de  » la séquestrée de Poitiers  »

    Ce jour-là, un commissaire, accompagné de trois policiers, pénètre dans une maison bourgeoise de Poitiers. Ils y découvrent Blanche Monnier, 52 ans. Elle est ligotée sur son lit et dans un état de faiblesse extrême : Blanche Résultat d’images pour '' la séquestrée de poitiers images, photosest squelettique et ne pèse que 25 kilos ! L’odeur est pestilentielle. Il faut vous dire que personne n’avait plus entendu parler d’elle depuis 25 ans

Elle était séquestrée ? Mais par qui ?
    Par sa propre mère, qui cachait Blanche dans une chambre du second étage aux fenêtres condamnées pour, semble-t-il, dissimuler les troubles mentaux de sa fille, en proie à des crises d’hystérie et qui s’était entichée d’un républicain, quand la famille Monnier était royaliste.

Blanche Monnier : la Séquestrée de Poitiers

Blanche Monnier : la Séquestrée de Poitiers

Et personne n’était au courant ?
     Si ! Et c’est tout le scandale de l’affaire. Le frère de Blanche, Marcel, vivait dans la maison et n’a rien dit. Deux bonnes aussi étaient dans le secret, puisqu’elles nourrissaient Blanche. Tous seront acquittés au procès, la notion de  » non-assistance à personne en danger  » n’existant pas encore dans le droit de l’époque. La mère, quant à elle, est morte quelques jours après son arrestation. On ne saura jamais vraiment pourquoi elle avait séquestré sa fille.

Comment a-t-elle découverte ?
    Il y a avait quelques rumeurs qui circulaient dans ce quartier de Poitiers, et une lettre anonyme a alerté les autorités. Malheureusement, il était bien trop tard. Blanche Monnier fut placée dans un hôpital où elle finira ses jours sans retrouver la raison. C’est André Gide qui a popularisé cette affaire, à travers un livre intitulé :  »La séquestrée de Poitiers  ». Cette affaire n’est pas sans en rappeler d’autres, plus récentes, comme l’affaire Fritzl ou celle de Natascha Kampusch. Mais enfin, ça, ce sont d’autres terribles histoires…

Alcatraz…


Tout à l’heure j’ai regardé un film à la télé , film dur tiré d’un fait réel :  » Meurtre à Alcatraz  »

 

     Henri Young (Kevin Bacon), âgé de 17 ans, est arrêté pour avoir volé cinq dollars dans une épicerie, afin de nourrir sa sœur qu’il avait à charge depuis la mort de leurs parents. Comme cette épicerie est également un bureau du United States Postal Service, son crime est d’ordre fédéral. Young est alors emprisonné sur l’Île d’Alcatraz.

   Après quelques années, Henri tente de s’échapper, mais la tentative se solde par un échec. Il est alors placé en isolement pendant trois ans (la durée légale maximum étant de 19 jours), avec pour seule sortie, une balade d’une demi-heure le jour de Noël. En plus de ce mauvais traitement moral, il est maltraité physiquement. Finalement replacé en régime général avec les autres prisonniers, il est pris d’une crise de folie, déclenchée par le murmure d’un codétenu, et assassine à l’aide d’une cuillère le prisonnier qui avait dénoncé sa tentative d’évasion. Il est alors jugé, et défendu par un jeune avocat déterminé à faire éclater la vérité et à démontrer qu’Henri Young ne fut que l’arme d’un crime perpétré en réalité par les tortionnaires qui l’ont rendu fou, et donc par l’administration pénitentiaire.

 

130 chats dans un appartement de 25 m2!


  C’est une bien curieuse découverte faite par la police du commissariat du 14e arrondissement de Paris : 130 chats retenus de force dans un studio de 25 m2.

La propriétaire des chats a été placée en garde à vue. 
Maltraitance caractérisée
Mais qu’est-ce qui a bien pu passer par la tête de cette femme d’une soixantaine d’années ? Dans son studio de 25 m2, elle retenait prisonniers 130 chats. Selon  le journal  Le Parisien qui rapporte cette information, les policiers du quartier ont été appelés par un voisin qui souhaitait dénoncer le comportement de cette femme, qui avait jeté violemment un chaton depuis sa fenêtre du 3e étage.

« Quand les policiers sont entrés dans le studio, ils ont eu une vision saisissante », raconte une source proche du dossier, dans les colonnes du quotidien. « Des chats partout, cadavériques, sous-alimentés, ça sentait mauvais ! Comme déco, poursuit cette source, on avait un matelas effroyable de saleté, un frigo, deux litières pour 130 chats, des crottes partout et aucune nourriture. » Une scène d’horreur.

pièce chats

 

 

La femme a été hospitalisée
La propriétaire des lieux a donc été interpellée et placée en garde à vue puis hospitalisée en psychiatrie à l’hôpital Sainte-Anne, dans le 14 e arrondissement. Elle avait été retrouvée « pieds nus et en guenilles ». De son côté, la fondation 30 millions d’amis a été mobilisée pour prendre en charge les chats, qui étaient pour la plupart terrorisés. La maltraitance de ces bêtes ne faisait en effet aucun doute.

   La fondation est donc à présent à la recherche de familles d’accueil pour tous ces chats, qui ont besoin de beaucoup d’affection. Quant au chaton qui avait été jeté du 3e étage, il a été retrouvé « polytraumatisé et en sang », selon un haut fonctionnaire de police. Il a été transporté aux urgences vétérinaires mais son état était trop grave, il n’a pas survécu.