Je voudrais qu’on le fasse pour moi ….


Dans les colonnes de L’Obs, le comédien et réalisateur Nicolas Bedos affirme qu’il a aidé son père Guy à mourir, car il voulait respecter la volonté de son père qui vivait des derniers instants insupportables.

C’est un témoignage émouvant et éprouvant .Nicolas Bedos  et ses proches ont aidé le comédien à mourir. C’est le sens du récit qu’il livre dans les colonnes de L’Obs, ce mercredi 12 mai.

Officiellement mort à 85 ans des suites de la maladie d’Alzheimer  Guy Bedos

G. Bedos

avait eu droit à d’émouvantes obsèques le 4 juin 2020, à l’église Saint-Germain-des-Prés. Sa fille Victoria -( fruit de son union avec Joëlle Bercot, qui jetait néanmoins un premier trouble sur les circonstances exactes du décès, puisqu’elle affirmait qu’il avait « fait une grève de la faim pour que ça s’arrête, que cette confusion mentale cesse » ). Mais, son frère aîné confesse aujourd’hui une version un peu différente. Il dit avoir avoir cherché des solutions pour aider le célèbre comédien et humoriste à s’en aller. Première tentative, un ami médecin de sa mère lui prescrit à son nom du Rivotril

Rivotril

(j’en prends tous les jours ! ) , afin de couvrir ce qui serait bel et bien une euthanasie . Ce médicament est un antiépileptique « couramment utilisé, dans ces cas-là », explique Nicolas Bedos en se remémorant les explications du médecin. « Et s’il y a une enquête », lui a demandé le comédien. Réponse du médecin :  » Il n’y en aura pas. Croyez-moi. Votre père est en fin de vie, il y a une tolérance tacite. Par contre, pensez bien à vider entièrement le flacon dans sa bouche.  »

« Acheter la mort de l’homme que j’aime le plus au monde »

« Je me revois sur mon scooter, me rendant à la pharmacie pour acheter la mort de l’homme que j’aime le plus au monde », lâche Nicolas Bedos

N. Bedos

. Mais il n’en aura pas besoin. Entre temps, le Docteur T., un ami de son père et un professionnel réputé pour aider les familles qui souhaite aider un proche à partir, a répondu à l’appel que la famille Bedos lui avait passé quelques jours plus tôt. Le praticien se rend au chevet de l’humoriste, l’examine. « La conversation que j’aurai ce jour-là avec lui est la parfaite illustration des limites de la loi actuelle, observe Nicolas Bedos. Elle laisse nos soignants dans un flou d’interprétation qui les plonge eux-mêmes dans des dilemmes éthiques. (…) Il convient parfaitement de l’issue inexorable et  » désagréable  » de la situation, mais aurait  » préféré  » , pour intervenir , que mon père soit dans un état plus somnolent,  » davantage coupé du monde  ».Ils conviennent alors d’une nouvelle visite le lendemain. Ce sera le jour des adieux.

La dernière nuit :

Nicolas Bedos se souvient des derniers moments passés avec son père : « La nuit suivante sera la dernière. Longue. Bouleversante. Le lendemain, le flacon est plein. Mon père n’en a pas eu besoin pour offrir à son médecin l’état somnolent apparemment nécessaire à une intervention ( qui eut lieu vers 17 heures ) . » Une fin qui le mène a dressé un constat cruel : « Il aura donc fallu qu’il baisse entièrement le rideau et ne pèse plus que quelques kilos pour que la société daigne choisir  » le jour et l’heure  ». » Guy Bedos et son fils avaient souvent discuté d’une fin assistée entre eux.  » Epicuriens assumés  » , ils s’étaient jurés ne pas vouloir se voir dépérir. Nicolas Bedos confie encore à L’Obs : « Il y a des pères qui partagent la passion du football ou de la guitare avec leur fils, mon père et moi avons toujours eu en commun une relation étroite avec  »l’envie de débrancher la machine  », faisant de cette idée une sorte de compagne presque réconfortante en cas de désespoir, de déroute affective ou intellectuelle ».

Emotion…


Comme mes lecteurs , abonnés le savent ( je les rase assez avec mes problèmes ), ces derniers temps , ce n’est pas la joie ; particulièrement du point de vue financier : Les dettes , impayés s’accumulent ( par exemple , je n’ai plus qu’un blog , pour combien de temps ? ) car l’autre était payant ...Mais j’ai une personne qui m’aide , m’aide beaucoup : Mon fils !

Comme je n’ai plus de VRAIE carte bancaire

Résultat d’images pour illustration carte bancaire

( seulement une pour retirer de l’argent à un distributeur , encore faut il en avoir des euros ….! ) : Une carte de retrait permet de retirer de l’argent dans les distributeurs automatiques mais pas de payer ses achats. Le montant des retraits est plafonné.

Bref , pourquoi  » émotion  » ?

Cette après-midi , je regardais mes factures à payer , et j’ai tenté d’en régler une via internet ……La réponse fut :  » Cette facture a été payée le…..etc….. » Surpris !

Presque aussitôt : Un appel de Manu à ce sujet ( comment il sait ? ) ….

Il me dit ,  » tu as encore essayé de payer quelque chose ! ?  »

Moi :  » Heu….ben oui , comment tu le sais ?  »

Sa réponse fut :  » t’inquiètes , ne t’en fais pas , ne t’occupe plus de tout ça , je gère  »

Après , je lui dis :  » je sais , tu me l’as assez dit , mais c’est  »ch..nt  » .,gênant .

Et l’émotion dans tout cela , c’est à la fin de notre conversation : Il m’a dit  » je te dois bien ça , je t’aime papa  ».…..C’est le  » je t’aime papa  » qui m’a touché ….Bien sur je sais qu’il m’aime comme je l’aime , mais je ne sais pas pourquoi , l’entendre m’a touché , ému ……

Retour …..?


   Après 24 jours d’absence  ( pour cause de non paiement  entr’autre ) , avec l’aide technique et financière de mon  » bonhomme  » , je retrouve toutes mes données, connexions internet …

   Durant ces 3 semaines , je pensais trouver des mails , des commentaires sur mes blogs etc…..Mais non ! Je me faisais encore des illusions : RIEN ! Personne ne s’est posé la question de savoir pourquoi j’avais disparu => Je suis vraiment un imbécile ,  » rêveur  » 

Comme mon fils a dépensé du fric pour que je retrouve l’accès à internet / mes blogs , je vais encore mettre quelques billets pendant la durée de cet abonnement , puis STOP ! Basta !

Léger sourire….


Pour finir :

Deux fermiers discutent : 

–  » Qu’est ce qu’il devient ton fils ?  »

 –  » Il est agriculteur à Paris  »

–  » Mais enfin , ce n’est pas possible !  »

–  » Bah faut croire que si …Il m’a dit qu’il vendait de l’herbe et récoltait pas mal d’oseille  »…..

 

 

 

çà s’est passé il y a 25 ans


 

Moins personnel que mon billet précédent  lol :

    Le 14 août 1994, le terroriste international le plus célèbre de l’époque était arrêté au Soudan , par la D.S.T avec la  » complicité  » de la C.I A , après des années de cavale. Le Vénézuélien Ilich Ramirez Sanchez,carlosCarlos 2

  Il avait été capturé alors qu’il était endormi sur le fauteuil d’un esthétique  pour cacher son identité ! ( à voir les différente photos , ce n’est pas étonnant ! )

surnommé « Carlos » ou « Le Chacal », fut extradé le lendemain vers la France où il avait été condamné par contumace à la réclusion à perpétuité, en 1992.
    Recherché par la France,  » persona non grata  » dans presque tous les pays – même ses soutiens d’hier tels que la Syrie et la Libye – Carlos s’était réfugié clandestinement au Soudan, apparemment muni d’un faux passeport diplomatique.
     Le refuge pouvait paraître logique au premier abord, puisque le pays était inscrit depuis 1993 sur la liste américaine des États soutenant le terrorisme. Mais le Soudan, soumis à un embargo international depuis le coup d’État par une junte à tendance islamiste en 1989, avait certainement la volonté de blanchir sa réputation en livrant Carlos à la France.
   Relatant l’arrestation du terroriste international âgé de 44 ans, plusieurs journalistes précisent qu’elle n’aurait pas été possible sans l’aide des autorités soudanaises. Le ministère de l’Intérieur français Charles Pasqua, qui travaillait depuis des mois à cette arrestation, a d’ailleurs félicité le Soudan pour sa volonté de « rompre de manière éclatante avec le terrorisme ou le soutien au terrorisme », lors de sa conférence de presse du 14 août 1994.

Carlos 2011 (Le »  terroriste  » en 2011 )

____________________________________________________________________

Pourquoi cet   »enfant de bonne famille  »  est devenu un terroriste international ?

L’apprentissage du terrorisme :
    S’il est un criminel parmi les plus recherchés du xxe siècle, Ilich Ramirez Sanchez, dit  » Carlos  » ou  » Chacal  » , est de ceux-là. Redoutable terroriste international, il a été recherché par toutes les polices européennes pour les vols et les attentats commis sur le vieux continent.

     Pourtant, rien dans l’enfance ne destine vraiment Carlos à devenir ce clandestin insaisissable, l’un des plus grands terroristes internationaux, capable de frapper là où il souhaite. Né en 1949, il est le fils d’un riche avocat communiste vénézuelien, mais qui reste dans la légalité et n’emprunte aucunement les chemins de la subversion. Son père lui donne l’un des prénoms de Lénine. Adolescent, le futur Carlos décide pourtant d’apprendre la clandestinité en partant à Cuba.
    En 1968, il  se rend à Moscou où le KGB lui permet de poursuivre des études à l’université Patrice-Lumumba. Cet établissement sert à former les cadres des pays du tiers-monde. Mais il ne reste pas longtemps car il est considéré comme un étudiant débauché. Sans doute au début des années 1970, il entre au Front populaire de libération de la Palestine. En 1973, à Londres, il commence son parcours de terroriste en tirant sur le frère, juif, du président de la chaîne de grands magasins anglais Marks and Spencer.       Peu  après, Carlos fait exploser une bombe devant une banque londonienne qu’il juge  » sioniste  ». L’antisémitisme est au fondement de ses premières actions terroristes.
   En 1974, il est l’auteur de plusieurs attentats à Paris : il fait exploser une voiture devant les locaux de plusieurs journaux français, mais surtout, le 15 septembre, il commet un attentat contre le drugstore Publicis Saint-Germain faisant deux morts et trente-quatre blessés. Fin juin 1975, la DST l’a enfin repéré ; deux policiers sont tués par balles au moment de l’arrêter ; un troisième policier du contre-espionnage est gravement blessé. Carlos parvient à s’enfuir.
    » L’apogée criminel  » de Carlos :
    En décembre 1975, il prend en otage et séquestre pendant vingt-quatre heures onze ministres de l’OPEP à Vienne. Il est le cerveau d’une opération de commando qui fait trois morts. La même année, il se convertit à l’islam et part vivre à Beyrouth jusqu’en 1982. Puis, il cavale dans plusieurs pays du Moyen-Orient où il est protégé, essentiellement en Syrie. Les polices du monde occidental le considèrent comme un terroriste sans pitié à arrêter à tout prix. Au début des années 1980, beaucoup le croyaient mort.

    Il s’est fait oublier jusqu’au jour où il envoie une lettre à l’ambassade de France de La Haye dans laquelle il exige la libération de proches complices, dont sa compagne, Magdalena Kopp. ( Ils détenaient alors des kilos d’explosifs ). Carlos n’est donc pas mort.    Les enquêteurs ont identifié l’origine de la lettre grâce à des empreintes digitales. En 1982, Carlos est accusé d’être responsable de l’attentat du train Le Capitole (cinq morts), puis en 1983, de celui de la gare Saint-Charles de Marseille (deux morts). Entre-temps, il aurait fait exploser une voiture piégée devant le journal Al-Watan al-Arabi à Paris (un mort, soixante-trois blessés). Il n’a jamais revendiqué l’attentat.
    En 1985, Carlos est vu à Damas avec sa compagne. Mais très vite, le président syrien reçoit des pressions internationales qui le somment de livrer Carlos. Cela permettrait aux Syriens de sortir de leur isolement diplomatique. En 1991, Carlos est jugé indésirable en Syrie et se rend au Soudan. L’année suivante, la France le condamne par contumace à la prison à vie pour la mort des policiers de la DST. En 1994, celle-ci le capture à Khartoum et le fait extrader vers la France où il purge toujours la peine à perpétuité prononcée en 1992.
   En 2004, il a publié une autobiographie. Il est alors défendu par Jacques Vergès et Isabelle Coutant- Peyre, qu’il a d’ailleurs épousée. Carlos est donc devenu une véritable  » légende  » du terrorisme international. Des surnoms nombreux lui ont été donnés dont celui d’  »Insaisissable  ». Les photographies de lui sont très rares ; les plus connues le montrent avec des lunettes noires. Aujourd’hui, chacun de ses gestes est observé dans sa cellule. Chacun de ses déplacements vers un juge ou le tribunal est l’objet d’une surveillance policière sans précédent en France, à la hauteur de la réputation du  »Chacal  » .

Dans le malheur……


On  » remet  les pendules à l’heure « …….

  Tout à l’heure , j’ai appelé mon père pour avoir des nouvelles de ma mère qui est toujours à l’hôpital ….

D’après lui , elle va  » un peu  » mieux ….Mais , nous n’en sommes pas restés là , nous avons beaucoup parlé  ( surtout du passé , de notre passé )  , et c’est là que j’ai ressenti quelque chose difficile à décrire , à exprimer : Il avait une voix bizarre , comme si il pleurait en me parlant….Nous avons beaucoup parlé de l’époque  et il a reconnu ( ce sont ses mots)   » qu’il nous en avait fait baver  » ,avait été un mauvais père et même qu’il avait été violent envers nous et ma mère …..A reconnu son alcoolisme de l’époque ….Je n’ai pas su quoi lui répondre , puis lui ai trouvé quelques  » excuses  »  : Il avait un travail très dur ( employé dans une fonderie ) évoquant des faits de ces années de galère ( par exemple , je lui ai dit me souvenir que quand il rentrait du travail , il était tellement épuisé et sale , c’est ma mère qui l’aidait à se laver . Evidemment : Pas de salle de bain à l’époque  )….Mais , çà ne s’est pas arrêté là , il a dit que ce n’ était pas une excuse , qu’il n’avait pas à être violent , à ME mépriser parce que j’aimais lire par exemple . Bref , un déballage incroyable de sa part  qui m’a laissé  ébahi et ….ému …..

Nous nous sommes quittés après qu’il m’ait donné le No de portable de maman ( je ne savais même pas qu’elle en a un ! )  , pour que je puisse l’appeler , mais de préférence en fin d’après-midi  car mon frère ( le fasciste ) passe la voir tous les jours et……Pas envie de  » tomber  » sur lui ….Donc je téléphonerais à ma mère ce vendredi ……

 Désolé pour ce déballage « personnel » qui n’intéresse personne  , mais …..il fallait que  » çà sorte  » 

Encore une journée  » pas…passionnante »


  Bien entendu , mercredi oblige, Manu est venu manger ce midi ….Enfin , manger …Le repas n’était déjà pas au top ; mais lui , toujours sympa avec son vieux père a prétendu que c’était bon  . Je craignais une remarque sur la longueur de mes cheveux mais….ouf , il n’en a pas parlé !

Par contre il s’est intéressé à mes finances ! Et s’est permis d’effectuer des opérations sur mes comptesRésultat de recherche d'images pour "illustrations relevés de banque" via internet ! Et …..Comme il était devant mon P.C , il a revu mes adresses mails m’a donné des consignes sur le mode d’emploi etc……Dans ce domaine , il est  » au top  » et moi….je me sens vieux , frustré pffff ! 

Comme il connaissait tous mes mots de passe , après son départ , je me suis efforcé de les changer.

   Bref , ce fut une journée banale , mais il n’en reste pas moins que ce soir, je suis fatigué sans raison si ce n’est que je me suis éveillé et levé plus tôt que d’habitude . De ce fait , je vais me déconnecter , regarder un peu la télé et…….essayer de dormir pour avoir le courage de monter au super-marché faire quelques achats ce jeudi ….

 

Quelques mots rapides ….


  D’abord , internet : Au cas où un( e) de mes contacts , amis voudrait m’envoyer un mail  » personnel  » , l’adresse francis.marin 03@outlook.fr  est à bannir ! Remplacée par fralurcy@sfr.fr  !

  Sinon , sauf imprévu , je pars ce vendredi en fin de journée pour….Une semaine ou deux ??? Chez Emmanuel => Pas de passage sur le net  ( chez eux , je me connecte rarement ) .

  Bien entendu , j’ai déjà tout préparé pour mon départ : Mes médicaments  médicamentsen priorité  , des cigarettescigarette ( bien que fumer soit interdit chez Lise et Manu , mais si il continue à faire beau temps , je sors pour fumer lol ) , puis , bien entendu la trousse de toilette etc……index

  J’ai aussi glissé un petit billet sous la porte de la boulangère pour qu’elle ne me mette pas à la porte pendant mon absence …( Et oui ….c’est idiot , mais…..)

Voilà , si ce n’est que je  » patauge  » toujours dans les papiers, documents documentsnécessaires à l’obtention de la pension / retraite , c’est tout …..

 Soyez bien …

 F.