En vrac….nullités


Histoire de dire que je suis toujours en vie ……je crois….

  En fait , je suis dans les vaps depuis mon réveil  ( tardif çà va de soi ) ….Peut-être suite au temps  » bizarre  » pour la saison ( orage , puis vent froid plus pluie …pffff..) le début de malaise y est peut-être aussi pour quelque chose ? .Bien entendu , je ne suis pas monté au super marché  ( le temps est une bonne excuse ) …..Un ras le bol s’insinue  chez moi encore une fois ….( ce n’est pas une nouveauté ! )….

  Donc , revenons en à nos moutons , même si le 1er avril étant là depuis plus de deux heures déjà , pas  » à nos poissons  » ……..Ce jeudi fut d’une banalité presque quotidienne : Ne suis sorti que pour acheter le pain et ma dose de nicotine quotidienne ….Ha si , mon buraliste m’a accueilli par un  » j’ai quelque chose de nouveau pour vous ! » …..Devant mon air étonné , il m’a présenté un paquet de 25 cigarettes brunes sans filtre le paquet bleu ressemble à s’y méprendre au paquet de gauloises ……Mais ce sont des  » Che  »  ( Che – Guevara  ) ….Le prix ( pour 25 clops ) est « modeste  » ….Bien entendu , j’en ai acheté et lui m’a dit qu’il était sur que çà me plairait …Pourquoi ? …Est ce que mon aspect , ma façon de vivre amènent à penser que je suis un nostalgique de l’époque du  » Ché  » ?  Che

Alors ma chère gitane vais-je te laisser choir ?

De toute façon che ou gitane diminuent l’espoir ….

  Et moi , l’espoir..peu m’en reste il faut le savoir

De vivre encore longtemps , ne plus voir tout en noir..

Alors , fumons , survivons , mourrons….mais de mort lente……

Résultat de recherche d'images pour "paquets de cigarettes images"

 

Publicités

Encourageant….Près de chez moi


Deux cents musulmans et chrétiens fraternisent à Nevers

 

Quelques gourmandises pour “alimenter” le dialogue et l’échange.

Quelques gourmandises pour “alimenter” le dialogue et l’échange.

Deux cents personnes se sont retrouvées, dimanche après-midi, à l’initiative du Groupe d’Amitié entre musulmans et chrétiens de Nevers. Dans le cadre annuel d’une semaine de plus forte ferveur dans l’échange et la réflexion.

Les Groupes d’Amitié islamo-chrétien se réunissent régulièrement. Mais, chaque année, vers mi-novembre, ils décident, pendant une semaine, de donner encore plus de relief et de ferveur aux échanges.

C’était le cas, dimanche après-midi, salle des Éduens, où le Groupe d’Amitié entre musulmans et chrétiens neversois a réuni environ 200 personnes. Pour l’occasion, il avait été décidé de la projection du film de la pièce de théâtre, imaginée par Adrien Candiard, pour le Festival d’Avignon, Pierre et Mohamed. Un très beau dialogue entre Pierre Claverie, alors évêque d’Oran en Algérie, et son chauffeur musulman, Mohamed Bouchikhi, tous les deux assassinés.

Des “tables rondes” de réflexion et d’échanges

 

« Ces moments de partage sont pour nous des moments importants du vivre ensemble », a précisé Mahmood Zuhair, directeur de l’Institut européen des Sciences humaines de Saint-Léger-de-Fougeret.

Après la projection, le père Jean Baffier a convié tous les membres de l’assistance à former des “tables rondes” de réflexion et d’échanges, le tout s’accompagnant de pâtisseries et gourmandises diverses.

Thierry Brac de La Perrière, évêque de Nevers, était également présent, déclarant : « Ces moments de dialogues sont d’autant plus importants qu’ils ne sont actuellement hélas pas les plus nombreux ».

çà ira mieux demain………..


Ce n’est pas le mal de vivre, non ça c’est réservé aux esthètes à la dérive, qui jugent la déprime démodée. Je n’ai pas la gourmandise qui consiste à tout détester, c’est pas pour moi le mal de vivre, c’est beaucoup trop raffiné.

Ça ira mieux demain, du moins je l’espère, parce que c’est déjà ce que je me suis dit hier.

La larme à l’oeil en automne parce qu’elles sont mortes les feuilles, alors qu’j’les connaissais à peine, elles étaient même pas d’ma famille. Ce n’est pas par désespoir, il faudrait vaille que vaille souffrir du matin au soir, c’est beaucoup trop de travail.

Ça ira mieux demain, du moins je l’espère, parce que c’est déjà ce que je me suis dit hier.

Ce n’est pas non plus du spleen pourtant c’est toujours à la mode, mais c’est de la déprime qui frime le spleen, c’est beaucoup trop snob. Et c’est pas de la mélancolie, c’est dommage ça m’aurait plu, mais les chanteurs ont déjà tout pris, y’en avait plus. Ce n’est qu’une triste compagne, une peste qui murmure, « N’oublie pas que tout s’éloigne et ne restent que les pleurs ».

Je l’espère ,je veux y croire……….

Parceque j’avais envie de l’entendre……


Etant bien entendu que je suis plus pour un « chiffon noir  » (après avoir vu ce que le rouge du communisme à amené! )

Les paroles:

Accroche à ton coeur
un morceau de chiffon rouge
Une fleur couleur de sang
Si tu veux vraiment
que ça change et que ça bouge
Lève-toi car il est temps
Allons droit devant vers la lumière
En levant le poing et en serrant les dents
Nous réveillerons la terre entière
Et demain, nos matins chanteront
Compagnon de colère, compagnon de combat
Toi que l’on faisait taire, toi qui ne comptais pas
Tu vas pouvoir enfin le porter
Le chiffon rouge de la liberté
Car le monde sera ce que tu le feras
Plein d’amour de justice et de joie
Accroche à ton coeur
un morceau de chiffon rouge
Une fleur couleur de sang
Si tu veux vraiment
que ça change et que ça bouge
Lève-toi car il est temps
Tu crevais de faim dans ta misère
Tu vendais tes bras pour un morceau de pain
Mais ne crains plus rien,
le jour se lève Il fera bon vivre demain
Compagnon de colère, compagnon de combat
Toi que l’on faisait taire,
toi qui ne comptais pas
Tu vas pouvoir enfin le porter
Le chiffon rouge de la liberté
Car le monde sera ce que tu le feras
Plein d’amour de justice et de joie

Je quitte le Net ……Pourvu……..


Surement déjà mise…..Mais…

 

Les paroles:

L’HOMME DANS LA CITÉ1958

Pourvu que nous vienne un homme
Aux portes de la cité
Que l’amour soit son royaume
Et l’espoir son invité
Et qu’il soit pareil aux arbres
Que mon père avait plantés
Fiers et nobles comme soir d’été
Et que les rires d’enfants
Qui lui tintent dans la tête
L’éclaboussent de reflets de fête

Pourvu que nous vienne un homme
Aux portes de la cité
Que son regard soit un psaume
Fait de soleils éclatés
Qu’il ne s’agenouille pas
Devant tout l’or d’un seigneur
Mais parfois pour cueillir une fleur
Et qu’il chasse de la main
A jamais et pour toujours
Les solutions qui seraient sans amour

Pourvu que nous vienne un homme
Aux portes de la cité
Et qui ne soit pas un baume
Mais une force une clarté
Et que sa colère soit juste
Jeune et belle comme l’orage
Qu’il ne soit jamais ni vieux ni sage
Et qu’il rechasse du temple
L’écrivain sans opinion
Marchand de rien marchand d’émotion

Pourvu que nous vienne un homme
Aux portes de la cité
Avant que les autres hommes
Qui vivent dans la cité
Humiliés d’espoirs meurtris
Et lourds de leur colère froide
Ne dressent aux creux des nuits
De nouvelles barricades.