çà s’est passé un….


Premier janvier:

 

  Le 1er janvier 1777, publication du premier quotidien en France. Il s’agit d’un journal de 4 pages composé de faits divers et d’actualités culturelles, édité par Cadet de Vaux, Coranrez et Dussieux sous le nom de « Le journal de Paris ».

 Le 1er janvier 1863, le président Abraham Lincoln Lincoln proclame la fin de l’esclavage en émancipant plus de trois millions d’esclaves aux États-Unis.

 Le 1er janvier 1880, l’ingénieur Ferdinand de Lesseps expose le projet du canal de Panama permettant de relier l’Océan Atlantique à l’Océan Pacifique. Les travaux débuteront 2 ans plus tard, en 1882.

 Le 1er janvier 1916, après la Grande-Bretagne en 1842 et la Prusse en 1893, la France met en place l’impôt sur le revenu. Un premier projet de loi date de 1907.

 Le 1er janvier 1948, inauguration de l’aéroport d’Orly (Paris).

 Le 1er janvier 1959, Fidel Castro prend le pouvoir à Cuba en chassant Fulgencio Batista. Il est accompagné de fidèles, dont Ernesto Guevara, surnommé le Che.

 Le 1er janvier 1986, le Marché commun européen accueille deux nouveaux entrants, l’Espagne et le Portugal. L’Europe passe de 10 à 12 pays.

  Le 1er janvier 1995, l’Europe accueille 3 nouveaux membres et passe à 15 membres : l’Autriche, la Suède et la Finlande, la Norvège aurait dû être le 4ème mais les Norvégiens ont dit non par référendum.

  Le 1er janvier 1999, adoption de la monnaie unique, de l’euro euro, qui doit remplacer les monnaies nationales en 2002.

  Le 1er janvier 2000, la peur du bug informatique au passage à l’an 2000.

  Le 1er janvier 2002, l’euro est mis en circulation et remplace les monnaies de 12 pays : France, Allemagne, Espagne, Portugal, Irlande, Italie, Autriche, Pays-Bas, Belgique, Luxembourg, Finlande, Grèce. Pour la France, 1 euro vaut 6,55957.

1986 – L’Espagne et le Portugal entrent dans le Marché commun, qui devient l’Europe des 12.

 Le 1er janvier 1999, adoption de la monnaie unique, de l’euro, qui doit remplacer les monnaies nationales en 2002.

  

 Et…….depuis ???jours, Moi lol je suis toujours de garde chez Manu et Bérénice ! 

Et plus…sérieux  » socialement « 


18 décembre 1865
Abolition de l’esclavage aux États-Unis
   Le treizième amendement à la Constitution des États-Unis prend effet le 18 décembre 1865 :

   « Ni esclavage, ni aucune forme de servitude involontaire ne pourront exister aux États-Unis, ni en aucun lieu soumis à leur juridiction », énonce cet amendement ….
   La Guerre de Sécession  vient juste de se terminer quand le Congrès tranche sur ce qui en fut la cause directe : l’esclavage dans les plantations de coton du Sud. La mésentente entre les planteurs distingués du Sud et les industriels frustes du Nord ayant fait le reste.
L’abolition de l’esclavage comme arme de guerre :
  Dans les premiers temps de la guerre civile, le président Abraham Lincoln s’était refusé à abolir brutalement l’esclavage pour ne pas enfreindre l’autonomie garantie aux États par la Constitution fédérale de 1787.
   Mais à mesure que se creuse le fossé entre le nord et le sud , le président se résigne à franchir le pas vers l’abolition et à l’utiliser comme arme de guerre.
  C’est ainsi que le 22 septembre 1862, quelques jours après le premier succès nordiste à la bataille d’Antietam, Lincoln annonce l’émancipation des esclaves dans les États du sud conquis ….
  Cette émancipation sera immédiate et sans indemnité d’aucune sorte dans ces États où vivent 80% des 4 millions d’esclaves noirs des États-Unis de l’époque. Par contre, dans les États  » intermédiaires  » , esclavagistes et néanmoins fidèles à l’Union nordiste, elle sera progressive, négociée et indemnisée.
  Dès le 8 avril 1864, le Sénat vote le texte du futur amendement, qui doit étendre et pérenniser l’abolition de l’esclavage mais il n’est pas encore question de l’inscrire dans la Constitution, faute d’une majorité suffisante à la Chambre des Représentants.
   Le 31 janvier 1865, tandis que la victoire se rapproche et que le Sud, ruiné et défait, n’est plus en état de négocier quoi que ce soit, Lincoln peut enfin le présenter au vote de la Chambre des Représentants. Il obtient la majorité requise des deux tiers au terme d’une intense bataille parlementaire…………

 

çà s’est passé un 11novembre….


    Nat TurnerN.Turner, mena en 1831 une insurrection d’esclaves aux États-Unis comparable à la révolte de Stono.
   Il est né esclave en 1800 en Virginie, sur la plantation de Benjamin Turner, dans le comté de Southampton.
    Très croyant, il pensait être investi d’une mission divine contre l’esclavage. Voyant une éclipse se produire en février 1831, il prépara un projet de soulèvement qui fut mis à exécution le 21 août 1831.
   Avec un petit groupe, Nat Turner, tente de soulever les plantations environnantes et de libérer les esclaves, exécutant tous les colons qu’il rencontre. Le commando, grossi par les esclaves libérés, forme rapidement une petite troupe de 70 hommes.
     Une milice est organisée et la rébellion est vaincue en deux jours.
    Turner est pris au mois d’octobre et jugé avec 44 autres compagnons. Le tribunal prononce 18 condamnations à mort, dont celle de Turner.
  Avant d’être exécuté, sa confession est recueillie par Thomas Gray, un avocat local, qui la fera publier.
  Turner est pendu à Jérusalem le 11 novembre 1831 ( à environ 31 ans ) ! avec ses 17 camarades. (il y a 87 ans )
Son corps est sauvagement mutilé par la foule après l’exécution.
L’histoire de Nat Turner a inspiré The Birth of a Nation le 1er film produit et réalisé par l’Afro-Américain Nate Parker, sorti en France le 11 janvier 2017

:Bande annonce du film :

Honte !


Tous les enfants aiment-ils le Nutella? Oui, sûrement…sauf ceux qui sont réduits en esclavage pour le produire. illustration-chocolat

Nous sommes en 2016 et pour accroître ses bénéfices, Ferrero — le géant du chocolat propriétaire de Nutella — va jusqu’à tirer profit de l’asservissement de pauvres enfants.

Arrachés à leurs familles et vendus aux plus offrants dans le pire des cas, ces enfants travaillent gratuitement dans des conditions extrêmement dangereuses. Le plaisir que nous prenons à déguster les tablettes de chocolat Ferrero a un prix : celui de leurs vies.

Si plusieurs entreprises ont déjà pris des mesures pour lutter contre ce fléau, Ferrero ne semble pas s’émouvoir du sort de ces jeunes enfants.esclaves-enfants

Il en sera ainsi tant que ses énormes bénéfices ne seront pas menacés.

Et si nous profitions de la période de fêtes qui approche pour demander des comptes au géant du chocolat ? À la veille de Noël, Ferrero souhaite éviter au maximum un scandale autour du travail des enfants. C’est une occasion rêvée pour demander à l’entreprise de mettre un terme à ces pratiques.

Dites à Ferrero de mettre fin à l’exploitation des enfants dans les plantations de cacao — tirer des bénéfices sur le travail d’enfants est intolérable!

Ferrero possède 8,8% du marché mondial du cacao. Avec les quatre autres plus grands groupes du monde, ils se partagent jusqu’à 100 milliards de dollars par an. C’est énorme! Mais au lieu de se servir de cet argent pour payer convenablement les producteurs locaux, Ferrero s’en met plein les poches.

Au lieu d’aller à l’école et de profiter de leur enfance, nombre d’enfants travaillent dans les plantations de cacao où il doivent manipuler des machettes et appliquer des produits chimiques qui dégradent leur santé. Pire: des trafiquants vont même jusqu’à arracher certains enfants à leurs familles et à les réduire en esclavage. 

Le travail forcé des enfants est l’une des conséquences les plus graves générées par la filière du cacao.  Ils sont 2,1 millions d’enfants à y travailler — en Afrique de l’Ouest — selon le Département étasuniens du Travail. Pour sensibiliser les consommateurs, une ONG étasunienne – Green America – propose chaque année un classement des efforts fournis par les 6 plus grandes marques de chocolat pour régler ce problème. En 2016, l’entreprise Ferrero était encore la dernière de la classe…


Grâce à la mobilisation de plusieurs ONG et de plus de 100 000 membres de SumOfUs, le géant Nestlé tenait lui le peloton de tête. Interpellée il y a plusieurs mois sur le sujet, l’entreprise s’était en effet engagée à prendre des mesures fermes contre le travail des enfants sur ses plantations de cacao. Au tour de Ferrero!

Dites à Ferrero que vous refusez de manger du chocolat produit par des enfants qui devraient être à l’école.

 

L’esclavage…


  Parce que j’ai vu un film sur le sujet de l’esclavage moderne aujourd’hui …Surtout les enfants !

N.B: L’esclavage n’est reconnu comme un crime que depuis juillet 2007 en France !!!!!!!

 

  Le Parlement a introduit  le crime d’esclavage dans le droit pénal français, palliant ainsi une faille sanctionnée à deux reprises par la Cour européenne des Droits de l’homme.

Un vide juridique enfin comblé. Mardi 23 juillet2007, les députés ont adopté un article du projet de loi instaurant un nouveau crime de «réduction en esclavage» puni de vingt années de réclusion et défini comme «le fait d’exercer à l’encontre d’une personne l’un des attributs du droit de propriété». Jusqu’à présent ce crime n’était pas qualifié dans le cadre législatif français, ce qui avait conduit la Cour européenne des droits de l’homme à condamner la France plusieurs fois sur le fondement de l’article 4 de la Convention européenne des droits de l’homme, qui prévoit que «Nul ne peut être tenu en esclavage ni en servitude. L’esclavage et la traite des esclaves sont interdites sous toutes leurs formes». La France se met ainsi en accord avec la réglementation communautaire. En France, selon la députée PS Axelle Lemaire, entre 3.000 et 5.000 personnes seraient victimes d’esclavage. Les peines encourues prévoient sept ans de prison en cas de «travail forcé», dix ans de détention pour «réduction en servitude», quand le travail est imposé à une personne vulnérable, vingt ans pour «réduction en esclavage» à proprement parler, voire trente si la servitude est imposée à un mineur ou s’il s’accompagne de tortures. Le Comité contre l’esclavage moderne, qui lutte contre toutes les formes d’esclavage, de servitude et de traite des êtres humains «se félicite de cette importante décision et salue le courage des élus qui l’ont adoptée». Un groupe de travail commun à l’Assemblée nationale et au Sénat avait été mis en place pour donner une définition juridique à l’esclavage et mener une série d’auditions de magistrats, avocats, chercheurs, et associations de défense des victimes et esclaves domestiques. Le texte a été adopté à l’unanimité à l’Assemblée.

Les victimes et les bourreaux

   Selon le Comité contre l’esclavage moderne, en France, l’esclavage domestique touche surtout des enfants, des jeunes filles et des femmes. Ils viennent pour la plupart de l’étranger, d’Asie et d’Afrique principalement. On ne peut dénombrer les victimes, à huis clos. Ces tragédies existent dans tous les milieux. On pense souvent  au monde diplomatique ou aux beaux quartiers, mais ces drames sont aussi présents dans les pavillons de banlieue ou les grands ensembles des quartiers défavorisés. Les personnes, vulnérables et clandestines, ignorent souvent la langue française et leurs droits fondamentaux.

Une autre forme d’esclavage moderne :