Parce que j’ai  » fait  » ….


…….un malaise épileptique assez important dans l’après midi ( perdu connaissance quelques temps ). Pas dramatique , j’ai l’habitude mais çà m’a amené à me poser la question : Est ce que j’étais dans le coma , qu’est ce que désigne ce mot etc….. Et :

Je n’ai trouvé que ce qui suit ( différence entre coma ,  » mort clinique  » et  » mort cérébrale  » ) :

Ces mots différents sont parfois utilisés pour rendre compte de l’état ou du décès d’une personne. Cette pluralité de termes peut prêter à confusion . Alors quelle sont les définitions exactes des expressions  » coma » , » mort clinique  » et mort cérébrale  »?

Le coma :

Si un patient tombe dans le coma , suite à un accident ou une maladie , il ne répond plus aux sollicitations extérieures !Son état de conscience est donc altéré

Cependant , les fonctions vitales sont conservées , éventuellement grâce à l’aide de dispositifs médicaux adaptés. Le coma peut durer quelque heures ou ….plusieurs années ! Il connait plusieurs stades , qui varient selon la gravité de l’état du patient .

Plongé dans un coma  » léger  », le malade peut ainsi ressentir la douleur , alors que le coma dépassé est un état voisin de celui de la mort cérébrale ..

La mort clinique :

Au contraire du coma , la mort clinique se caractérise par l’arrêt des fonctions vitales .Le patient ne respire plus , son cœur ne bat plus et les médecins ne constatent aucune activité musculaire spontanée ni aucun réflexe .

A ce stade , la personne peut cependant être maintenue en vie grâce à une assistance respiratoire . Ainsi , la circulation sanguine est assurée , et alimente les principaux organes .

Une autre particularité de la mort clinique est qu’il ne s’agit pas forcément d’un état irréversible . Grâce à l’amélioration constante des techniques médicales , il est , dans certains cas , possible de ranimer le malade .

La mort cérébrale :

Dans le cas de la mort cérébrale ,le cerveau ne fonctionne plus du tout !!! Cet arrêt de toute activité du cerveau entraîne celle des fonctions vitales , parfois maintenue par une assistance médicale ..

Elle se justifie notamment par la nécessité de maintenir des organes que la personne en état de mort cérébrale est susceptible de donner ( ce qui sera mon cas , si çà m’arrive / Manu le sait ) .

Il n’est pas possible , dans ces conditions , de ranimer le patient .Les médecins constatent l’état de mort cérébrale de plusieurs manières : Deux encéphalogrammes plats , séparés par un certain laps de temps sont les signes les plus tangibles de la mort cérébrale .

Les médecins s’assurent également de l’absence de réflexe laryngé , et de l’absence de réaction des yeux à la lumière .

PS : Quand je  » subis  » une crise épileptique avec perte de conscience prolongée ( si quelqu’un est près de moi , bien sur et qu’il appelle un médecin ) , je suis envoyé à l’hôpital où on me fait passer les examens prévus en cas de mort clinique décrits ci-dessus . Plus , durant mon hospitalisation , un I.R.M ( image à résonnance magnétique )

Petits exemples de crises :

Ce qu’il faut faire devant quelqu’un qui fait une crises + une vidéo qui explique un peu les différentes formes d’épilepsie :



1) Explication des symptômes ,des différentes sortes de malaises…..




2) Exemple d’enfant faisant une crise :

Sans oublier qu’un(e) épileptique ne doit ( devrait ) pas être sujet au stress , pas boire d’alcool , pas se droguer etc… ( la joie quoi ! )

Et pour finir : Vidéo d’ I.R.M

Encore un déballage perso ! Mais celui – ci pourrait être utile ?

KLIK …..

La journée internationale de….


…….l’épilepsie !

Moi qui suis épileptique , je ne connaissais même pas !

La Journée Internationale de l’Épilepsie ( »International Epilepsy Day » ) est une journée célébrée chaque année le deuxième lundi du mois de février dans plus de 130 pays dans le monde .Lancée en 2015 ( pas très longtemps ) à l’initiative de l’International Bureau for Epilepsy (IBE) et de l’International League Against Epilepsy (ILAE) elle constitue un moment privilégié pour informer et attirer l’attention du grand-public sur l’épilepsie, maladie neurologique chronique qui touche 50 millions de personnes dans le monde (source OMS) dont près de 700 000 en France et qui reste encore insuffisamment connue .

En France, à l’occasion de la Journée Internationale de l’Épilepsie, l’association Épilepsie-France  coordonne un  »grand nombre  » d’actions : campagne de communication dans les médias, webinaires, concours, animations en régions… En 2021, elle a incité les mairies de France à soutenir la cause de l’épilepsie en s’illuminant de violet, ( le violet couleur symbolise l’épilepsie.)

D’ ailleurs , il existe une journée nommée  »’ Purple Day  » qui chaque 26 mars, commémore traditionnellement l’initiative d’une jeune Canadienne épileptique nommée Cassidy Megan

Résultat d’images pour cassidy megan

, qui en 2008, après avoir rencontré de l’incompréhension vis à vis de sa maladie, avait voulu la promouvoir. A cette date, chaque année, le violet est mis à l’honneur en signe de soutien aux personnes épileptiques…..

La maladie :

L’épilepsie est une affection chronique du cerveau qui touche toutes les populations du monde. Elle se caractérise par des crises récurrentes se manifestant par de brefs épisodes de tremblements involontaires touchant une partie du corps (crises partielles) ou l’ensemble du corps (crises généralisées). Elles s’accompagnent parfois d’une perte de conscience et du contrôle de la vessie et de l’évacuation intestinale. Ces crises résultent de décharges électriques excessives dans un groupe de cellules cérébrales.

On peut souffrir de cette maladie à n’importe quel âge.

Dans le monde, environ 50 millions de personnes en sont atteintes, ce qui en fait l’une des affections neurologiques les plus fréquentes.

Si on en croit les estimations, 70 % des personnes vivant avec l’épilepsie pourraient ne pas subir de crises si leur état était correctement diagnostiqué et traité.

Le risque de décès prématuré chez les personnes atteintes d’épilepsie est près de trois fois plus élevé que dans la population générale.

____________________

ça ne m’arrive plus que très rarement …

En fait , je n’ai rien trouvé de plus , mais il y a plusieurs formes d’épilepsie ; celle dont je  » souffre  » est la moins  » forte  » : On me dit que c’est l’épilepsie  » essentielle  » ….Le principal  » avantage  » est que je suis  » averti  » quand la crise va venir ( un scintillement apparait au dessus d’ un œil ) => je peux prendre un comprimé et , si ça ne se passe pas , m’allonger ( si je suis chez moi ) en attendant que ça se passe ….

Bref , je vis avec sans problème , avec quelques précautions….et examens réguliers . ( de moins en moins pour cause d’économie de la sécu ! )

Examens comme des électro- encéphalogrammes par exemple :

OUT !……….


   Le temps extrêmement chaud a viré à l’orage ……Je ne sais si je l’ai déjà écrit ici ( certainement )  , mais l’orage a un effet néfaste pour  » mon  » épilepsie : J’ai subi un début de malaise et il m’en reste un mal de tête lancinant …..

Bref , ce déballage pour dire que je n’écris rien sur les blogs cette nuit ( ni sur les blogs que j’aime visiter ) …..

Vous qui passeriez , soyez bien………….

 

Spleen…..


BeaudelaireCharles BAUDELAIRE   (1821-1867)

Spleen :

Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle
Sur l’esprit gémissant en proie aux longs ennuis,
Et que de l’horizon embrassant tout le cercle
Il nous verse un jour noir plus triste que les nuits ;

Quand la terre est changée en un cachot humide,
Où l’Espérance, comme une chauve-souris,
S’en va battant les murs de son aile timide
Et se cognant la tête à des plafonds pourris ;

Quand la pluie étalant ses immenses traînées
D’une vaste prison imite les barreaux,
Et qu’un peuple muet d’infâmes araignées
Vient tendre ses filets au fond de nos cerveaux,

Des cloches tout à coup sautent avec furie
Et lancent vers le ciel un affreux hurlement,
Ainsi que des esprits errants et sans patrie
Qui se mettent à geindre opiniâtrement.

– Et de longs corbillards, sans tambours ni musique,
Défilent lentement dans mon âme ; l’Espoir,
Vaincu, pleure, et l’Angoisse atroce, despotique,
Sur mon crâne incliné plante son drapeau noir.

Epilepsie……epilepsie

Quand l’émotion est plus forte que tout

Sans pouvoir exprimer ses sentiments

Le voltage explose et dans ma tête, je court-circuite tout

C’est comme l’éruption d’un volcan

Mon corps s’exprime comme un tremblement de terre

Je n’ai plus de son

Et la lumière est éteinte, malgré les yeux grands ouverts

Je me réveille inconsciemment sans vraiment voir à l’horizon

Doucement mes idées se remettent en place

Et je fais comme si de rien n’était

Lorsque je reviens à la surface

Je découvre un paysage qui n’est plus ce qu’il était

A l’extérieur je fuis, et à l’intérieur je me replie

La bête noire arrive avec un grand H, comme honte

Je continue dans un grand silence, comme si…

Avec un bête regard et un beau sourire, comme la Joconde

Mourir n’est rien à côté de souffrir

Car la souffrance, on la vit au quotidien

Et la mort n’est qu’un moment de transition pour partir

Et la société, sans comprendre, pour des banalités se plaint.

Pour info…


Et parce que je suis épileptique ( encore hier : un début de malaise ;il m’en reste un mal de tête ) …….On ( je ) peut vivre avec , mais ……Il y a des contraintes .

P.S : Perso , j’ai la chance de  » voir  » venir la crise => si je suis chez moi , je prends un comprimé et m’allonge en attendant …..que çà se passe ou….que la crise vienne avec tout ce que çà implique ……….

Coma !!!!!


 çà aurait pu être une journée ordinaire  avec , à la limite un malaise épileptique vite passé avec ou sans comprimé , mais là !!!!!

Pourquoi ? Je ne sais pas , rien ne semblait le présager : Vers 17 heures , en rentrant de ma petite sortie habituelle , les signes précurseurs du malaise sont apparus => J’ai pris un valium et me suis assis essayant de me décontracter …..Soudain : Plus rien , le trou noir . J’avais perdu connaissance !!!! Je ne sais pas depuis combien de temps cela ne m’était pas arrivé …

  J’ai repris connaissance vers 19h30 environ ….Fripon était blotti contre moi et miaulait comme si il pleurait ….Quant à moi , j’avais un très fort mal de tête ( comme toujours après un malaise ) .

 Un jour , çà m’arrivera et je ne me réveillerais pas : La mort m’aura emporté ….Ma carcasse pourra rester là pendant plusieurs jours sans que personne ne s’en aperçoive ….(Peut-être ma boulangère ou le gars du bureau de tabac ? )……Et mes amis  du Net aussi ? 

Bahhh, n’y pensons plus , ce ne sera qu’une anecdote ajoutée à la routine de mes jours…..

Vidéo crise :

 

 

 

Il y avait longtemps …


  Cet après midi , j’étais bien , suis allé faire mon petit tour habituel ….J’ai même fait de la couture lol ( un pantalon trop long pour moi ) ….Bref , sans raison apparente, un malaise s’est déclaré .J’ai cru qu’ il allait s’arrêter sans que je ne prenne de médicament , mais ……J’ai du prendre le comprimé prévu en cas de crise , crise qui   » a suivi son cours  » :En effet , là , j’ai perdu connaissance pendant plus d’une heure ….(C’est Fripon qui était  » à mes côtés »  , miaulant qui semble m’avoir  » réveillé ») …..Evidemment le reste de la journée fut agrémenté d’un mal de tête ..Bahhh il suffit d’être habitué …

Ensuite, j’ai regardé un excellent ( pour une fois ) film à la télé :  » cellular »  , magnifique par le suspens et en quelque sorte l’idée originale de  » rendre hommage  » aux cellulaires  » , téléphones portables ….

  Maintenant , après vous avoir fait partager les petits riens de la journée d’un solitaire épileptique , je vais me retourner vers la télé , puis……selon mon état , reviendrais ou non…

Désolé

Paradis…..artificiel…..?


Le malaise épileptique entraine la prise d’un valium ,et tel l’opium……on vit ce que Mr Beaudelaire décrit……L’esprit quitte le corps et……..

 

Au-dessus des étangs, au-dessus des vallées,

Des montagnes, des bois, des nuages, des mers,

Par-delà le soleil, par-delà les éthers,

Par-delà les confins des sphères étoilées,

Mon esprit, tu te meus avec agilité,

Et, comme un bon nageur qui se pâme dans l’onde,

Tu sillonnes gaîment l’immensité profonde

Avec une indicible et mâle volupté.

Envole-toi bien loin de ces miasmes morbides ;

Va te purifier dans l’air supérieur,

Et bois, comme une pure et divine liqueur,

Le feu clair qui remplit les espaces limpides.

Derrière les ennuis et les sombres chagrins

Qui chargent de leur poids l’existence brumeuse,

Heureux celui qui peut d’une aile vigoureuse

S’élancer vers les champs lumineux et sereins ;

Celui dont les pensées, comme des alouettes,

Vers les cieux le matin prennent un libre essor,

— Qui plane sur la vie, et comprend sans effort

Le langage des fleurs et des choses muettes !