Lettre …..FICTIVE ….mais….


  Voici l’histoire d’un petit garçon qui s’appelait Ivan. Il avait 7 ans. Voici quelques lignes de son journal intime

   Je m’appelle Ivan et j’ai 7 ans. J’aime ma maman et mon papa, mais ils me font très peur. Ils me battent souvent et je ne sais pas pourquoi. Ce matin, je me suis levé et suis allé à l’école. Je suis plutôt bon élève et je sais que mon professeur m’aime bien. Moi aussi je l’aime bien, et j’aime beaucoup lui parler. Mais je ne lui dis pas ce qu’il se passe à la maison
   J’aime bien mes camarades aussi, mais je n’ai pas d’amis. Pendant la récréation je reste à l’intérieur. Les autres enfants disent que je suis dégoûtant et moche. Ils se moquent de moi car je porte toujours le même jean et parce que mes baskets sont trouées. Maman ne veut pas m’en racheter. Elle dit que je ne le mérite pas. Un jour à l’école, j’ai volé une veste qui était sur le porte manteau depuis des mois. Personne n’était venu la récupérer et j’avais froid et il neigeait. Ce jour là, un élève de ma classe m’a poussé sur le chemin de l’école et je suis tombé dans la neige. Il m’a dit « personne ne t’aime débile »

  Un jour, après l’école, j’ai été dans le vestiaire et j’ai volé une veste qui était là depuis longtemps et qui avait l’air de manquer à personne. Je suis ensuite rentré à la maison. J’avais froid et c’était dur de marcher contre le vent. Quelqu’un m’a poussé et je suis tombé dans la neige, puis quelqu’un a appuyé mon visage au sol, avant de dire : « personne ne t’aime tu es stupide et moche ».

  Je suis rentré à la maison en larmes et trempé. Maman était très en colère que je sois tout mouillé, elle m’a envoyé au lit sans manger et sans me doucher. J’ai pleuré toute la nuit dans mon lit.

  Mes notes ont commencé à baisser en classe et mon professeur me grondait. Mais le pire c’était papa qui me frappait à chaque fois que je ramenais une mauvaise note. Un jour il a frappé trop fort et depuis, un de mes doigts ne pouvait plus bouger. Tous les élèves se moquaient de moi pour ça à l’école.

Un jour, j’ai eu mal à la poitrine. Très mal. Mais maman a dit que je faisais la comédie. Je ne voulais pas l’ennuyer alors je ne lui en ai plus parlé.

 

   À l’école, on nous a demandé de dessiner notre plus grand rêve. Tous les enfants ont dessiné des voitures, des fusées et des poupées.

   Pas moi. J’ai dessiné une famille qui s’aime et qui se fait des câlins, qui joue ensemble qui rigole. Quand j’ai présenté mon dessin à la classe, tout le monde s’est moqué de moi. ils riaient fort et me traitaient d’imbécile. Le professeur a séché mes larmes et leur a demandé de cesser de rire. Mais certains ont continué à se moquer de moi pendant des jours.

  Quelques jours après, je suis rentrée de l’école avec une mauvaise note. Maman m’a frappé, papa aussi. Très fort. Je ne me souviens de rien d’autre. Je me suis réveillé à l’hôpital. Je ne pouvais plus bouger mes doigts. Puis en regardant par la fenêtre, j’ai pleuré. J’ai vu des familles, des parents, des enfants qui jouaient, souriaient et se faisaient des câlins. Puis on est rentré à la maison et ça a continué. Un jour, j’ai renversé du thé, et ils m’ont encore frappé. D’un coup, j’ai eu mal à la poitrine. Maman s’en fichait. Alors je suis allé à l’hôpital mais sans mes parents, personne ne voulait m’ausculter su je n’étais pas avec mes parents.

  Deux jours plus tard, Ivan est mort de ses blessures. Les médecins ont trouvé une lettre dans sa main.
« Maman, Papa
J’ai peur parce que je suis moche, dégoûtant et stupide. Je suis désolé parce que vous ne pouvez pas m’aimer. Je n’ai jamais voulu vous embêter. Tout ce que je voulais c’était d’avoir un câlin de maman et entendre qu’elle m’aime. Papa, je voulais seulement que tu joues avec moi ou qu’on fasse du vélo tous les deux. Je sais que je suis une honte pour vous. Je ne serai jamais ce que vous voulez. »

Ce petit récit fictif a été dévoilé en Allemagne dans le cadre d’une campagne de sensibilisation contre les maltraitances infantiles. Cela doit nous faire prendre conscience de l’enfer des enfants maltraités. Nous devons être vigilants et apprendre à reconnaître les enfants en souffrance autour de nous pour mieux leur venir en aide…

Publicités

Avec le temps…..


   Difficile de croire que le mignon petit bébé qu’il était est devenu dictateur… Et dire qu’il songeait à devenir prêtre étant enfant ! Comment cet enfant de cœur s’est-il reconverti en monstre sanguinaire ?

Hitler

. Oussama ben Laden
Issu d’une famille riche, le terroriste a eu une enfance privilégiée. Sa famille était d’ailleurs en étroite relation avec la famille royale d’Arabie Saoudite. Il est mondialement reconnu pour avoir commandité les attentats terroristes du 11 septembre 2001 en étant le leader et fondateur d’Al-Qaïda.

B.Laden

Et il y en a beaucoup d’autres sur le Net !

?


img_20150427_094216Un grand-père est quelqu’un avec de l’argent dans ses cheveux et de l’or dans son cœur
Anonyme

Ils disent que les gènes sautent des générations. Voila peut être pourquoi les grands-parents trouvent leurs petits-enfants si sympathiques.
Joan McIntosh

Honte !


Tous les enfants aiment-ils le Nutella? Oui, sûrement…sauf ceux qui sont réduits en esclavage pour le produire. illustration-chocolat

Nous sommes en 2016 et pour accroître ses bénéfices, Ferrero — le géant du chocolat propriétaire de Nutella — va jusqu’à tirer profit de l’asservissement de pauvres enfants.

Arrachés à leurs familles et vendus aux plus offrants dans le pire des cas, ces enfants travaillent gratuitement dans des conditions extrêmement dangereuses. Le plaisir que nous prenons à déguster les tablettes de chocolat Ferrero a un prix : celui de leurs vies.

Si plusieurs entreprises ont déjà pris des mesures pour lutter contre ce fléau, Ferrero ne semble pas s’émouvoir du sort de ces jeunes enfants.esclaves-enfants

Il en sera ainsi tant que ses énormes bénéfices ne seront pas menacés.

Et si nous profitions de la période de fêtes qui approche pour demander des comptes au géant du chocolat ? À la veille de Noël, Ferrero souhaite éviter au maximum un scandale autour du travail des enfants. C’est une occasion rêvée pour demander à l’entreprise de mettre un terme à ces pratiques.

Dites à Ferrero de mettre fin à l’exploitation des enfants dans les plantations de cacao — tirer des bénéfices sur le travail d’enfants est intolérable!

Ferrero possède 8,8% du marché mondial du cacao. Avec les quatre autres plus grands groupes du monde, ils se partagent jusqu’à 100 milliards de dollars par an. C’est énorme! Mais au lieu de se servir de cet argent pour payer convenablement les producteurs locaux, Ferrero s’en met plein les poches.

Au lieu d’aller à l’école et de profiter de leur enfance, nombre d’enfants travaillent dans les plantations de cacao où il doivent manipuler des machettes et appliquer des produits chimiques qui dégradent leur santé. Pire: des trafiquants vont même jusqu’à arracher certains enfants à leurs familles et à les réduire en esclavage. 

Le travail forcé des enfants est l’une des conséquences les plus graves générées par la filière du cacao.  Ils sont 2,1 millions d’enfants à y travailler — en Afrique de l’Ouest — selon le Département étasuniens du Travail. Pour sensibiliser les consommateurs, une ONG étasunienne – Green America – propose chaque année un classement des efforts fournis par les 6 plus grandes marques de chocolat pour régler ce problème. En 2016, l’entreprise Ferrero était encore la dernière de la classe…


Grâce à la mobilisation de plusieurs ONG et de plus de 100 000 membres de SumOfUs, le géant Nestlé tenait lui le peloton de tête. Interpellée il y a plusieurs mois sur le sujet, l’entreprise s’était en effet engagée à prendre des mesures fermes contre le travail des enfants sur ses plantations de cacao. Au tour de Ferrero!

Dites à Ferrero que vous refusez de manger du chocolat produit par des enfants qui devraient être à l’école.

 

Encore…..


Parce que  Tous les enfants n’ont pas la visite du même père Noël ………..

 

Les paroles :

 

Dis Papa, quand c’est qu’y passe
Le marchand d’ cailloux
J’en voudrais dans mes godasses
A la place des joujoux
Avec mes copines en classe
On comprend pas tout
Pourquoi des gros dégueulasses
Font du mal partout
Pourquoi les enfants de Belfast
Et d’ tous les ghettos
Quand y balancent un caillasse
On leur fait la peau
J’ croyais qu’ David et Goliath
Ca marchait encore
Les plus p’tits pouvaient s’ débattrent
Sans être les plus morts

Dis Papa, quand c’est qu’y passe
Le marchand d’ liberté
Il en a oublié un max
En f’sant sa tournée
Pourquoi des mômes crèvent de faim
Pendant qu’on étouffe
D’vant nos télés, comme des crétins
Sous des tonnes de bouffe

Dis Papa, quand c’est qu’y passe
Le marchand d’ tendresse
S’il est sur l’ trottoir d’en face
Dis-y qu’y traverse
J’ peux lui en r’filer un peu
Pour ceux qu’en ont b’soin
J’en ai r’çu tellement mon vieux
Qu’ j’ peux en donner tout plein
J’ veux partager mon Mac Do
Avec ceux qui ont faim
J’ veux donner d’amour bien chaud
A ceux qu’on plus rien
Est-ce que c’est ça être coco
Ou être un vrai chrétien
Moi j’ me fous de tous ces mots
J’ veux être un vrai humain

Dis Papa, tous ces discours
Me font mal aux oreilles
Même ceux qui sont plein d’amour
C’est kif-kif-pareil
Ca m’ fais comme des trous dans la tête
Ca m’ pollue la vie et tout
Ca fait qu’ je vois sur ma planète
Des ‘Inti Fada’ partout

Dis Papa, quand c’est qu’y passe
Le marchand d’ cailloux
J’en voudrais dans mes godasses
A la place des joujoux

« Qu’est ce que ….Camille voudra faire quand elle sera  » grande « ?


Logan Laplante est un jeune garçon âgé de 13 ans. Il aime apprendre et pourtant, il a décidé d’arrêter l’école pour devenir un « hacker de l’école ». Effectivement, Logan a laissé le système scolaire traditionnel de côté pour la scolarisation à domicile. Non seulement il peut apprendre avec sa famille mais il peut aussi choisir ce qu’il veut apprendre en fonction de ses centres d’intérêts et ce qui le passionne le plus. C’est un peu un programme personnalisé, sur-mesure. Il explique en quoi le fait d’avoir quitté le système scolaire traditionnel l’aide à avancer.

Correspondance …aérienne !


Un ballon lancé dans l’Ain… et retrouvé à Chicago 648x415_ballon-lache-ain-retrouve-chicago <!–

Le tour du monde (ou presque) en 108 jours. Le 2 juillet dernier, Florian, 8 ans, avait inscrit son prénom et son adresse sur une vignette attachée à un ballon gonflé à l’hélium et lâché avec 150 autres lors de la kermesse de son école dans l’Ain . Il ne s’attendait sans doute pas à ce que son ballon parcourt quelques milliers de kilomètres… jusqu’au Etats-Unis….

Le petit garçon a en effet eu la surprise, ce 18 octobre, de voir arriver une lettre de Chicago émanant d’une certaine « Stephany » qui avait trouvé le ballon « dans un endroit cher à [son] cœur ». Une lettre pour le moins mystérieuse d’autant que le réceptrice du ballon ne donne ni nom de famille ni adresse.

La mère de Florian désespère « Nous souhaiterions la connaître, mais c’est comme chercher une aiguille dans une botte de foin », raconte-elle ainsi à l’AFP. Toutefois, elle garde espoir « une amie de mes collègues habite à Chicago. Elle doit faire paraître l’histoire de Florian et Stephany dans un journal local. Et puis, il y a les réseaux sociaux. Peut-être, alors, aurons-nous une réponse… ».