Avec le temps…..


   Difficile de croire que le mignon petit bébé qu’il était est devenu dictateur… Et dire qu’il songeait à devenir prêtre étant enfant ! Comment cet enfant de cœur s’est-il reconverti en monstre sanguinaire ?

Hitler

. Oussama ben Laden
Issu d’une famille riche, le terroriste a eu une enfance privilégiée. Sa famille était d’ailleurs en étroite relation avec la famille royale d’Arabie Saoudite. Il est mondialement reconnu pour avoir commandité les attentats terroristes du 11 septembre 2001 en étant le leader et fondateur d’Al-Qaïda.

B.Laden

Et il y en a beaucoup d’autres sur le Net !

Publicités

Honte !


Tous les enfants aiment-ils le Nutella? Oui, sûrement…sauf ceux qui sont réduits en esclavage pour le produire. illustration-chocolat

Nous sommes en 2016 et pour accroître ses bénéfices, Ferrero — le géant du chocolat propriétaire de Nutella — va jusqu’à tirer profit de l’asservissement de pauvres enfants.

Arrachés à leurs familles et vendus aux plus offrants dans le pire des cas, ces enfants travaillent gratuitement dans des conditions extrêmement dangereuses. Le plaisir que nous prenons à déguster les tablettes de chocolat Ferrero a un prix : celui de leurs vies.

Si plusieurs entreprises ont déjà pris des mesures pour lutter contre ce fléau, Ferrero ne semble pas s’émouvoir du sort de ces jeunes enfants.esclaves-enfants

Il en sera ainsi tant que ses énormes bénéfices ne seront pas menacés.

Et si nous profitions de la période de fêtes qui approche pour demander des comptes au géant du chocolat ? À la veille de Noël, Ferrero souhaite éviter au maximum un scandale autour du travail des enfants. C’est une occasion rêvée pour demander à l’entreprise de mettre un terme à ces pratiques.

Dites à Ferrero de mettre fin à l’exploitation des enfants dans les plantations de cacao — tirer des bénéfices sur le travail d’enfants est intolérable!

Ferrero possède 8,8% du marché mondial du cacao. Avec les quatre autres plus grands groupes du monde, ils se partagent jusqu’à 100 milliards de dollars par an. C’est énorme! Mais au lieu de se servir de cet argent pour payer convenablement les producteurs locaux, Ferrero s’en met plein les poches.

Au lieu d’aller à l’école et de profiter de leur enfance, nombre d’enfants travaillent dans les plantations de cacao où il doivent manipuler des machettes et appliquer des produits chimiques qui dégradent leur santé. Pire: des trafiquants vont même jusqu’à arracher certains enfants à leurs familles et à les réduire en esclavage. 

Le travail forcé des enfants est l’une des conséquences les plus graves générées par la filière du cacao.  Ils sont 2,1 millions d’enfants à y travailler — en Afrique de l’Ouest — selon le Département étasuniens du Travail. Pour sensibiliser les consommateurs, une ONG étasunienne – Green America – propose chaque année un classement des efforts fournis par les 6 plus grandes marques de chocolat pour régler ce problème. En 2016, l’entreprise Ferrero était encore la dernière de la classe…


Grâce à la mobilisation de plusieurs ONG et de plus de 100 000 membres de SumOfUs, le géant Nestlé tenait lui le peloton de tête. Interpellée il y a plusieurs mois sur le sujet, l’entreprise s’était en effet engagée à prendre des mesures fermes contre le travail des enfants sur ses plantations de cacao. Au tour de Ferrero!

Dites à Ferrero que vous refusez de manger du chocolat produit par des enfants qui devraient être à l’école.

 

Encore…..


Parce que  Tous les enfants n’ont pas la visite du même père Noël ………..

 

Les paroles :

 

Dis Papa, quand c’est qu’y passe
Le marchand d’ cailloux
J’en voudrais dans mes godasses
A la place des joujoux
Avec mes copines en classe
On comprend pas tout
Pourquoi des gros dégueulasses
Font du mal partout
Pourquoi les enfants de Belfast
Et d’ tous les ghettos
Quand y balancent un caillasse
On leur fait la peau
J’ croyais qu’ David et Goliath
Ca marchait encore
Les plus p’tits pouvaient s’ débattrent
Sans être les plus morts

Dis Papa, quand c’est qu’y passe
Le marchand d’ liberté
Il en a oublié un max
En f’sant sa tournée
Pourquoi des mômes crèvent de faim
Pendant qu’on étouffe
D’vant nos télés, comme des crétins
Sous des tonnes de bouffe

Dis Papa, quand c’est qu’y passe
Le marchand d’ tendresse
S’il est sur l’ trottoir d’en face
Dis-y qu’y traverse
J’ peux lui en r’filer un peu
Pour ceux qu’en ont b’soin
J’en ai r’çu tellement mon vieux
Qu’ j’ peux en donner tout plein
J’ veux partager mon Mac Do
Avec ceux qui ont faim
J’ veux donner d’amour bien chaud
A ceux qu’on plus rien
Est-ce que c’est ça être coco
Ou être un vrai chrétien
Moi j’ me fous de tous ces mots
J’ veux être un vrai humain

Dis Papa, tous ces discours
Me font mal aux oreilles
Même ceux qui sont plein d’amour
C’est kif-kif-pareil
Ca m’ fais comme des trous dans la tête
Ca m’ pollue la vie et tout
Ca fait qu’ je vois sur ma planète
Des ‘Inti Fada’ partout

Dis Papa, quand c’est qu’y passe
Le marchand d’ cailloux
J’en voudrais dans mes godasses
A la place des joujoux

« Qu’est ce que ….Camille voudra faire quand elle sera  » grande « ?


Logan Laplante est un jeune garçon âgé de 13 ans. Il aime apprendre et pourtant, il a décidé d’arrêter l’école pour devenir un « hacker de l’école ». Effectivement, Logan a laissé le système scolaire traditionnel de côté pour la scolarisation à domicile. Non seulement il peut apprendre avec sa famille mais il peut aussi choisir ce qu’il veut apprendre en fonction de ses centres d’intérêts et ce qui le passionne le plus. C’est un peu un programme personnalisé, sur-mesure. Il explique en quoi le fait d’avoir quitté le système scolaire traditionnel l’aide à avancer.

Correspondance …aérienne !


Un ballon lancé dans l’Ain… et retrouvé à Chicago 648x415_ballon-lache-ain-retrouve-chicago <!–

Le tour du monde (ou presque) en 108 jours. Le 2 juillet dernier, Florian, 8 ans, avait inscrit son prénom et son adresse sur une vignette attachée à un ballon gonflé à l’hélium et lâché avec 150 autres lors de la kermesse de son école dans l’Ain . Il ne s’attendait sans doute pas à ce que son ballon parcourt quelques milliers de kilomètres… jusqu’au Etats-Unis….

Le petit garçon a en effet eu la surprise, ce 18 octobre, de voir arriver une lettre de Chicago émanant d’une certaine « Stephany » qui avait trouvé le ballon « dans un endroit cher à [son] cœur ». Une lettre pour le moins mystérieuse d’autant que le réceptrice du ballon ne donne ni nom de famille ni adresse.

La mère de Florian désespère « Nous souhaiterions la connaître, mais c’est comme chercher une aiguille dans une botte de foin », raconte-elle ainsi à l’AFP. Toutefois, elle garde espoir « une amie de mes collègues habite à Chicago. Elle doit faire paraître l’histoire de Florian et Stephany dans un journal local. Et puis, il y a les réseaux sociaux. Peut-être, alors, aurons-nous une réponse… ».

En vrac…


 » En vrac  » parce que ce billet sera un bref résumé de ma journée mais aussi parce que avec tous ces jours fériés , à mon réveil , j’ai eu des difficultés pour m’y retrouver  avant de m’apercevoir que nous étions samedi ….Ce qui impliquait acheter pain et cigarettes ..( il me reste encore quelques nourritures pour survivre jusqu’à lundi ..)

Donc , après un petit déjeuner / déjeuner tardif  , je suis sorti sous un ciel bleu et ensoleillé  qui m’a inciter à faire un petit tour dans le village ….

Sur la place il y avait foule ( rare ici  ) , mais j’en ai compris la raison quand je me suis aperçu qu’il s’y tenait une brocante / « marché aux puces  » …..( dans le Nord , on dit marché aux puces  » …Bref , il n’y avait pas beaucoup de vendeurs , mais pas mal de badauds / acheteurs potentiels  qui marchandaient ,discutaient le prix d’objets insignifiants ..Une maman tenait un ours en peluche alors que ses deux enfants ( un garçon et une fille )  la  » harcelaient  » pour avoir le  » nounours  » …..Finalement , elle en a acheté deux et tout le monde est parti contents : Le vendeur et les deux enfants …..J’aime voir deux enfants comme ceux ci heureux pour peu de chose …..çà me rappelle Manu ….( hé oui encore lui ! ) .

 Voilà , ce fut donc un samedi banal , mais bien agréable…..

bonjour l’angoisse pour les bébés devenus adultes !


Vouloir trouver un prénom original à son enfant pour le différencier et lui donner du caractère, c’est bien. Mais à vouloir faire trop original, certains parents en viennent à affubler leur marmaille de prénoms tellement bizarres et déroutants qu’on ne peut s’empêcher de s’esclaffer ou de froncer les sourcils quand on les entend.

Fourchette & Bikini a dressé un petit palmarès des 10 prénoms les plus insolites qui ont été donnés ces dernières années. Bon courage pour les enfants…

1. Excel

Quand un geek passionné de comptabilité rencontre une fan de Pack Office, c’est tout naturellement qu’ils décident d’appeler leur fiston Excel. Excellente idée non (ha ha ha!) ?

2. Paprika

Les seules personnes au monde qui trouvent qu’appeler sa fille Paprika c’est vraiment de bon goût, ce sont sans doute les parents qui ont voulu appeler leur fille Nutella. Et ça, c’est pas vraiment bon signe…

3. Aristote

Bon, c’est vrai qu’appeler son fils comme l’un des plus grands philosophes grecs du monde, ça en jette un max. Mais bon, Aristote, il a surtout fondé une secte connue sous le nom de « secte des péripatéticiens ». On dit ça comme ça nous…

4. Privilège

Des parents qui appellent leur fille Privilège, ce sont soit des sadiques qui ont envie que leur fille se fasse huer à la récré, soit des parents qui avaient perdu un pari. Dans les deux cas, c’est ballot pour la petite Privilège !

5. Oasis

On est d’accord : l’Oasis, c’est une boisson délicieuse, et les pubs avec les fruits rigolos sont trop drôles. Mais n’empêche, appeler son fils Oasis, c’est lui faire signer un abonnement à vie à la blague « Hé, Oasis, tu nous montres ton jus ? ».

6. Cyprine

Si l’on s’en réfère à des dictionnaires médicaux, la cyprine est « un liquide lubrifiant transparent sécrété chez la femme par les glandes de Bartholin, en cas d’excitation sexuelle ». Avec tout ça, il ne nous reste plus qu’à souhaiter bon courage à toutes les Cyprine du monde, ou à commencer à se cotiser pour ses séances de psy.

7. Bleue-Marine

Les parents qui ont appelé leur fille Bleue-Marine se sont sans doute dit  « Bah, vu qu’on va lui faire la blague du bleu marine tout le temps, autant prendre les devants ! ». Un point de vue qu’ils se feront une joie d’expliquer à leur fille d’ici quelques années quand elle leur demandera, des larmes plein les yeux, « pourquoi ? »…

8. Jedi

La seule chose qu’on a envie de dire à un garçon qui s’appelle Jedi, c’est que pour supporter ce prénom toute sa vie il vaudrait mieux que la force soit avec lui…

9. Nivea

Grâce à ce prénom, il n’y a pas à douter que la petite Nivea aura une peau éclatante et bien hydratée durant toute sa vie. Et aussi que ses années collège risquent d’être spécialement sympathiques…

10. Chia

Appeler son enfant Chia, il n’y a pas à dire, c’est vraiment une idée de m**** ! Ça pue le changement de prénom à 18 ans d’ailleurs ! Alissa Brissat

Le père Noël est reparti , d’où venait il?


 

 

  • Saint Nicolas
  • L’origine du Père Noël Le Père Noël aurait pour origine Saint Nicolas. On retrouve dans sa représentation toute la symbolique de St Nicolas (barbe blanche, manteau rouge…).
    Le père Noël voyage dans un traîneau tiré par des rennes, Saint Nicolas voyageait sur le dos d’un âne. Malgré la réforme protestante du XVIe siècle qui supprima la fête de St Nicolas dans des pays d’Europe, les Hollandais gardèrent leur Sinter Klaas (nom hollandais pour Saint Nicolas) et sa distribution de jouets. Lorsqu’ils s’installèrent aux États-Unis, Sinter Klass devint Santa Claus. Santa Claus subit des transformations vestimentaires et culturelles pour se transformer en un Père Noël plus convivial.
  • Clement Clarke MOORE
  • Clement Clarke MOORE Clement Clarke MOORE écrivit en 1821 un conte de Noël pour ses enfants intitulé « The night before Christmas » (La nuit d’avant Noël ) dans lequel le Père Noël apparaît dans son traîneau tiré par des rennes. Ce même auteur rédigea un texte intitulé « A Visit From St Nicholas » (la visite de St Nicolas) qui parut dans le journal « Sentinel » de New York le 23 décembre 1823. Ce texte parlait de lutins qui distribuaient des cadeaux aux enfants par la cheminée et se déplaçaient dans une carriole tirée par 8 rennes (répondant aux noms de Blitzen, Dasher, Dancer, Comet, Cupid, Donder, Prancer et Vixen). Un neuvième renne fut rajouté en 1939 : Rudolf, qui fut chargé d’éclairer le chemin du père Noël grâce à son « nez rouge lumineux ». Le récit fut traduit en plusieurs langues et diffusé dans le monde entier.
  • Thomas NAST
  • La ‘naissance’ du Père Noël En 1863 « Harper’s Illustrated weekly », le journal New-Yorkais, rêva Santa Claus d’un costume garni de fourrure blanche et portant un large ceinturon de cuir. Le dessinateur Thomas NAST en fut l’auteur.
    Pendant près de 30 ans, Thomas NAST représenta, dans ce journal, Santa Claus ventru et jovial, à la barbe blanche et accompagné de rennes. C’est en 1885 que l’illustrateur de ce journal dessina le parcours du Santa Claus qui va du pôle Nord aux Etats-Unis; sa résidence était ainsi officiellement établie …
    Un an plus tard, l’écrivain Georges P. WEBSTER précisa que la manufacture de jouets ainsi que la maison du père Noël « étaient cachées dans la glace et la neige du Pôle Nord » confirmant par cette affirmation les dessins de NAST.
  • Le Père Noël de Coca Cola
  • Il aura fallu attendre 1931 … et Coca Cola ! La firme Américaine a eu le génie de demander à Haddon SUNDBLOM de dessiner ce vieux bonhomme (dont la renommée grandissait la-bàs) en train de boire du Coca Cola pour reprendre des forces pendant la distribution de jouets. Ainsi les enfants seraient incités à en boire durant l’hiver.Le dessinateur l’habilla aux couleurs de la célèbre bouteille de Coca Cola : rouge et blanc. Ce nouveau look et la renommée que lui valut la publicité, firent du vieux bonhomme le maître planétaire de la nuit magique, le Père Noël. Il y eu bien quelques mouvements de protestation de la part des Catholiques contre cette envahissante popularité, la nuit du 24 au 25 décembre étant à l’origine celle de l’enfant Jésus. Certaines manifestations allèrent même jusqu’à brûler l’effigie du Père Noël, mais tout rentra dans l’ordre au fil du temps.

Passe – t-il encore dans les écoles comme autrefois ?