Souvenir….


Paroles :

Moi untel
Sous tous les cieux en toutes saisons
Quand s’allument les premiers néons
Je vais r’trouver mon grand patron
Le cirque
Moi untel
Perdu dans le flot des passants
Qui va vers lui je sens mon sang
Qui se réveille en le voyant
Le cirque

J’ai
Taille moyenne nez moyen
Signe distinctif néant
Et
Pour tous ces gens je ne suis rien
Et rien pour les petits enfants
Moi untel
On me regarde sans me voir
On ne rit pas de mes histoires
On s’en moque on est venu voir
Le cirque

Une table de maquillage
De l’or du rouge et puis du bleu
Il ne m’en faut pas d’avantage
Un’ ritournelle et les pleins feux
Et je deviens
Moi le clown
Dans mon costume de diamant
Sous le tonnerre étourdissant
De mille bravos je bondis dans
Le cirque
Moi le clown
Je joue du violon du saxo
Je fais des bonds je fais des sauts
A en crever le chapiteau
Du cirque


Je jongle avec dix mille étoiles
Signe distinctif géant
Et
Je vois briller toutes ces étoiles
Dans les yeux des petits enfants
Moi le clown
Je suis celui qui peut dev’nir
Le plus beau de leurs souvenirs
Un demi-dieu sur son navire
Le cirque

A minuit fini le miracle
Quand je regagne mon hôtel
Je suis redevenu untel
Untel jusqu’au prochain spectacle
Oui mais demain
Moi le clown
Dans mon costume de diamant
Sous le tonnerre étourdissant
De mille bravos j’entrerai dans
Le cirque

(ah les p’tits enfants vous êtes là)

Résultat d’images pour clown images

Pas de commentaire depuis plus de 5 jours : Je les bloque ….marin-francis08@outlook.com

Encore en pensant à…..


….ma grand-mère ( qui a eu 7 enfants ..)

La vidéo est le témoignage poignant d’une mère de famille ayant eu 10 enfants dans une société qui ne lui permettait pas alors de choisir sa vie. Elle parle de la difficulté de ses grossesses, de la pauvreté, de la mesquinerie des gens du village, de l’éternelle suite des tâches ménagères et de la joie que lui procure ses enfants

Nutella : Histoire de la…


…….pâte aux 7 ingrédients qui régale des millions de personnes à travers le monde. J’ai lu / vu qu’en seulement un an Nutella vend suffisamment de bocaux pour couvrir la grande muraille de Chine 8x ? Mais comment cette friandise aux noisettes

est devenu un véritable incontournable dans le monde entier ? ( perso , je ne suis pas vraiment un  » fan  » mais mes petites fille si ! )

Nutella et Ferrero : L’histoire incroyable de la pâte à tartinée née pendant la guerre !

Je n’ai pas trouvé  » grand chose  » sauf cette vidéo :

Et ceci qui est plus …..important ( à mon avis ) :

Tous les enfants aiment-ils le Nutella?

Oui, sûrement…sauf ceux qui sont réduits en esclavage pour le produire. !

Nous sommes en 2016 et pour accroître ses bénéfices, Ferrero ( le géant du chocolat propriétaire de Nutella ) va jusqu’à tirer profit de l’asservissement de pauvres enfants.

Arrachés à leurs familles et vendus aux plus offrants dans le pire des cas, ces enfants travaillent gratuitement dans des conditions extrêmement dangereuses. Le plaisir pris à déguster les tablettes de chocolat Ferrero a un prix : celui de leurs vies.

Si plusieurs entreprises ont déjà pris des mesures pour lutter contre ce fléau, Ferrero ne semble pas s’émouvoir du sort de ces jeunes enfants.

Il en sera ainsi tant que ses énormes bénéfices ne seront pas menacés.

Il faudrait  » boy -cotter  » Ferrero pour qu’il mette fin à l’exploitation des enfants dans les plantations de cacao , tirer des bénéfices sur le travail d’enfants est intolérable!

______________________________________

Ferrero possède 8,8% du marché mondial du cacao. Avec les quatre autres plus grands groupes du monde, ils se partagent jusqu’à 100 milliards de dollars par an. C’est énorme! Mais au lieu de se servir de cet argent pour payer convenablement les producteurs locaux, Ferrero s’en met plein les poches.

Au lieu d’aller à l’école et de profiter de leur enfance, nombre d’enfants travaillent dans les plantations de cacao où il doivent manipuler des machettes et appliquer des produits chimiques qui dégradent leur santé. Pire: des trafiquants vont même jusqu’à arracher certains enfants à leurs familles et à les réduire en esclavage. 

Le travail forcé des enfants est l’une des conséquences les plus graves générées par la filière du cacao.  Ils sont 2,1 millions d’enfants à y travailler ( en Afrique de l’Ouest ) selon le Département étasuniens du Travail. Pour sensibiliser les consommateurs, une ONG étasunienne ( Green America ) propose chaque année un classement des efforts fournis par les 6 plus grandes marques de chocolat pour régler ce problème. En 2016, l’entreprise Ferrero était encore la dernière de la classe…( En 2021 ? Je n’ai pas trouvé )


Grâce à la mobilisation de plusieurs ONG et de plus de 100 000 membres de SumOfUs, le géant Nestlé tenait lui le peloton de tête.
 Interpellée il y a plusieurs années sur le sujet, l’entreprise s’était en effet engagée à prendre des mesures fermes contre le travail des enfants sur ses plantations de cacao. Et Ferrero ?!

Manger du chocolat produit par des enfants qui devraient être à l’école est intolérable !.( là non plus , je ne sais pas ce qu’il en est en 2021 )

____________________________________________________

Est ceci :

Les enfants et…le travail …


Pendant des siècles, la plupart des enfants ont travaillé dès leur plus jeune âge.

A la campagne, ils sont employés aux travaux des champs et à la ville, ils aident leurs parents artisans ou deviennent ouvriers. A cause l’exploitation des enfants , le XIXe siècle est souvent qualifié de  » siècle noir  » . Dans les usines, les enfants sont employés de treize à quinze heures par jour, à des fonctions qu’aucune machine ne peut exécuter …..

L’apparition de nouvelles techniques, le développement de la mécanisation industrielle, la production concentrée en usine, des tâches de plus en plus ciblées, entraînent des mutations très importantes dans le monde du travail en France et en Europe occidentale.

Fillette ramassant des pommes de terre, Long Island, USA ; photo Lewis Hine, 1912. © incollect.

Fillette ramassant des pommes de terre, Long Island, USA , 1912. ( J’ai vu  »çà  » quand j’étais gosse , vers 1960 /65 dans  »ma  » campagne ardennaise ….)

Les grands pôles industriels, surtout le secteur textile, la métallurgie et les mines, font appel à une main-d’œuvre très nombreuse et exploitable à volonté : Celle des enfants.!

"Petites dentellières" par Mary Lancaster Lucas, vers 1874. © RMN - Grand Palais / F. Vizzanova / M. El Garby.

« Petites dentellières » par Mary Lancaster Lucas, vers 1874.

Le travail en usine :

Depuis la deuxième moitié du XVIIIe siècle, les enfants constituent une grande partie de la main d’œuvre  »non qualifiée  » des entreprises textiles, notamment les manufactures d’impression sur étoffes .( Depuis 1686, la France interdit la fabrication de toiles peintes ) Dès l’âge de huit ans et parfois moins, les enfants sont employés à des travaux qui demandent leur habilité et leur petite taille, indispensables pour certaines tâches. Un adulte effectue le même travail avec un salaire quatre fois supérieur !! (mais les revenus insuffisants des parents les incitent à faire également embaucher leurs enfants ).

Détail d'un tableau sur la manufacture d'impression sur étoffes des frères Wetter, à Orange (Vaucluse) ; atelier d'impression : "garçons tireurs" préparant les couleurs pour les imprimeurs. Joseph Rosetti, 1764. © Hervé Champollion / akg-images.

Détail d’un tableau sur la manufacture d’impression sur étoffes des frères Wetter, à Orange (Vaucluse) ; atelier d’impression : « garçons tireurs » préparant les couleurs pour les imprimeurs.

A Mulhouse , grand pôle industriel textile en 1835, lorsqu’un ouvrier gagne deux francs par jour, une ouvrière reçoit plutôt un franc et un enfant de moins de douze ans, 45 centimes et 75 centimes s’il a entre 13 et 16 ans.

A titre de comparaison, le pain coûte de 12 à 15 centimes (la livre), la viande 45 centimes (la livre) et le lait 15 centimes (le litre). L’obligation pour les parents d’envoyer leurs enfants au travail dès leur plus jeune âge est expliquée par le fait qu’un salaire d’appoint est nécessaire à la survie de la famille

Au début du XIXe siècle, dans les filatures, les enfants sont sollicités pour rattacher les fils brisés sous les métiers à tisser en fonctionnement et nettoyer les bobines encrassées. Ils peuvent être chargés de surveiller les machines, durant des journées qui atteignent  » aisément  » quinze heures. Les mines accueillent également des enfants manœuvres qui poussent des chariots et descendent dans les galeries les plus étroites, où un adulte peut difficilement se tenir debout. ( Dans les petites industries (moins de vingt ouvriers), les enfants échappent à la législation ; leur exploitation y est donc encore plus intensive!.)

"Galibots", jeunes garçons envoyés dans les galeries trop étroites pour les adultes, vers 1910. Blog d'André de Marles. © blogspot.com.

« Galibots », jeunes garçons envoyés dans les galeries trop étroites pour les adultes, vers 1910.

Premiers débats contre le travail des enfants :

En 1840, les résultats d’enquêtes menées à travers la France, dans l’industrie textile ,déclenchent les premiers débats sur le travail des enfants et sont à l’origine d’un projet de loi présenté par le sénateur Charles Dupin

Ch. Dupin ??

. Peut-on faire entrer des enfants de moins de huit ans dans une filature ? Faut-il veiller à ce qu’ils travaillent moins de quarante-huit heures par semaine, pour leur permettre d’avoir deux heures d’enseignement primaire par jour ?!

Ecole de filles, classe manuelle, Finistère, Bretagne, par Richard Hall en 1889. Musée des Beaux-Arts de Rennes. © RMN - Grand Palais / Adélaïde Beaudoin.

Ecole de filles, classe manuelle, Finistère, Bretagne, en 1889.

Les partisans de la réforme évoquent les rapports accablants du médecin Louis – René Villermé 

Résultat d’images pour médecin Louis-René Villermé

, qui a longuement visité les manufactures françaises dans les années 1830. Ses comptes-rendus dépeignent les  » misérables créatures hébétées par un inconcevable excès de travail et réduites à l’état des machines dont elles ne sont plus que les accessoires obligés  ». Les statistiques effectuées au moment du service militaire  , montrent que les jeunes gens arrivant de départements fortement industrialisés, sont en très mauvaise santé : deux fois plus de jeunes hommes souffrent de déficience physique que ceux qui arrivent de départements ruraux. L’opinion publique ne semble pas encore concernée par la situation : lorsque le philosophe et homme politique Jules Simon

Jules Simon ?

écrit « L’ouvrier de huit ans »

 » l’ouvrier de huit ans  » livre ( image du net )

, il est accusé de vouloir ruiner l’industrie textile française, où l’on estime qu’il est impossible de réduire le temps de travail des enfants, puisqu’il vient en soutien de celui des adultes. Cette résistance  à toute amélioration est mise en évidence par la succession de textes législatifs de faible portée sociale.

Jeune garçon vendeur de journaux : Ferris, sept ans ; Mobile, Alabama, USA. Photo Lewis Hine, 1914. © rarehistoricalphotos.com.

Jeune garçon vendeur de journaux , 1914. 

C’est la question de la scolarisation des enfants qui va faire évoluer celle du travail des jeunes : la gratuité de l’école primaire  publique est votée le 16 juin 1881 et le 28 mars 1882, la deuxième loi Jules Ferry rend l’enseignement primaire obligatoire. 10 ans après, en 1892, les enfants ne peuvent plus être admis au travail avant douze ou treize ans, âge du certificat d’études. La limite de la scolarité obligatoire est fixée à seize ans en 1959 mais l’ordonnance entre seulement en vigueur le 1er juillet 1967 !

Ecole primaire supérieure de Brignoles (Var), préparation au certificat d'études primaires, début XXe siècle. © Wikimedia Commons, domaine public.

Ecole primaire supérieure de Brignoles (Var), préparation au certificat d’études primaires, début XXe siècle.

Les textes de loi sur le travail des enfants :

Le 22 mars 1841, est votée la loi limitant l’âge d’admission dans les entreprises à huit ans, mais uniquement dans celles qui emploient plus de vingt ouvriers. A Mulhouse, en 1845, les enfants de moins de douze ans ont disparu des filatures de coton mais ceux de douze à seize ans travaillent douze à treize heures par jour. Dans d’autres manufactures, on constate que des enfants de huit à neuf ans travaillent sur des machines à dévider (on leur donne des tabourets trop hauts pour qu’ils ne relâchent pas leurs efforts). Dans l’impression sur étoffes, les enfants travaillent neuf à onze heures par jour, dès l’âge de huit ans.

Enfants travaillant dans une filature, Macon, Géorgie, USA ; photo Lewis Hine, 1909. © Wikimedia Commons, domaine public.

( Photo ci-dessus )= Enfants travaillant dans une filature, Macon, Géorgie, USA

En 1851, une nouvelle loi limite la durée de travail journalier à dix heures au-dessous de quatorze ans et à douze heures entre quatorze et seize ans. En 1874, la limitation de l’âge d’embauche est fixée à douze ans ; le travail de nuit est interdit et le repos du dimanche devient obligatoire pour les ouvriers âgés de moins de seize ans. Cette protection est insuffisante mais c’est un premier pas vers une lente évolution de la législation du travail, qui va commencer à concerner les adultes dans les années 1890 !! En novembre 1892, la durée maximale de travail est ramenée à dix heures à 13 ans et à 60 heures hebdomadaires entre 16 et 18 ans. Des  »mesures efficaces  » concernant la protection des enfants au travail, sont promulguées à partir de 1905 ; la loi du 7 décembre 1926 interdit l’affectation des enfants aux travaux dangereux et insalubres. La liste des travaux interdits aux enfants (et aux femmes) a déjà fait l’objet d’un décret en mars 1914, modifié en 1926, 1930 et 1945. Le décret du 19 juillet 1958, relatif aux travaux dangereux pour les enfants et les femmes, ne fait que confirmer les dispositions précédentes.

Enfants travaillant dans une manufacture de tabac, USA ; photo Lewis Hine, début XXe siècle. Musée d'Orsay, Paris. © RMN - Grand Palais / J.G. Berizzi / Lewis Hine.

Photo ci-dessus = Enfants travaillant dans une manufacture de tabac, USA au début XXe siècle.

Le nombre d’enfants au travail au XIXe siècle :

Certains historiens estiment que les enquêtes réalisées au XIXe siècle amplifient le phénomène, d’autres pensent évidemment le contraire. Entre 1840 et 1850, selon la  » Statistique générale de France  » , il y a 143.665 enfants travaillant dans la grande industrie dont 93.000 dans le secteur textile, pour une main d’œuvre totale de 1.055.000 ouvriers. En 1868, un nouveau recensement présente 99.212 enfants concernés par la loi de 1841 : 5.005 entre 8 et 10 ans, 17.471 entre 10 et 12 ans, 77.000 entre 12 et 16 ans, auxquels il faut ajouter 26.503 enfants non concernés par la loi parce qu’ils sont employés dans des ateliers de moins de vingt ouvriers. Total : 125.715 enfants au travail pour 1,1 million d’ouvriers ; le nombre d’enfants employés dans l’industrie commence à diminuer. Cette diminution peut s’expliquer par la mécanisation de plus en plus importante, les lois sociales (pas toujours appliquées) et la dépression économique de fin de siècle.

Jeune garçon travaillant dans une verrerie, USA, par Jacob Riis vers 1890. Museum of the City of New York. © monovisions.com.

Photo ci-dessus = Jeune garçon travaillant dans une verrerie, USA vers 1890

J’ai eu l’idée d’écrire ce billet après avoir été servi par la petite fille de la boulangerie tout à l’heure ……

Les conditions , lois sur le travail ont bien changé heureusement ? !

KLIK !

Pâques …….


Le païen que je suis ne peut tout de même pas éviter de  »parler  » de cette fête religieuse …

fête qui commémore la résurrection de Jésus . Il semblerait que le mot  » Pâques  » vienne de l’hébreu  » Pessa ‘h  » ( = le passage ) ,devenu par la suite  » Pascha  » en latin ….? Cette fête célèbre la fuite d’Egypte du peuple juif et le passage de la mer rouge ….Les juifs fêtent Pâques le jour de la pleine lune de printemps .. Or ,selon les évangiles , c’est la veille du Sabbat , pendant la préparation de Pessa’ h que Jésus fut crucifié ,sa résurrection ( 3 jours plus tard ) est célébrée par Pâques . Juive ou chrétienne , la fête porte le même nom , sauf que Pâques se dit au pluriel chez les chrétiens depuis le 16 ème siècle pour se démarquer de la fête juive et pour évoquer à la fois , la  »passion , la crucifixion et la résurrection de Jésus ?

Mais Pâques n’est pas seulement une fête religieuse : C’est aussi une fête païenne qui représentait autrefois la fête du printemps , du retour de la lumières ,

de la  » renaissance  » après les longs ,tristes mois de l’hiver

Image du net .

Déjà , dans l’antiquité , plusieurs légendes illustraient cette joie du renouveau souvent symbolisée par le retour sur terre ou le réveil d’un dieu ou d’une déesse .

P.S : La résurrection du christ est aussi célébrée chez les orthodoxes à l’occasion de Pâques . Des processions sont organisées pendant la  » semaine sainte  » et le jeûne débute le lundi et se termine le dimanche suivant avec la dégustation de  » l’agneau pascal  » ( l’agneau serait synonyme d’innocence et d’obéissance ) .

Même dans l’Islam , l’agneau est  » porteur de signification  » : La fête de l’Aid- al- Adhâ ( la grande fête ) qui commémore le sacrifice d’Abraham prêt à offrir son fils à Allah qui l’épargna contre une offrande de grande valeur ! ( Allah / Dieu faisait du  » troc  » ? ) .Pour les musulmans, cette offrande consiste à sacrifier un agneau le dixième jour du mois sacré ( douzième mois du calendrier musulman )

Les cloches :

En bronze ou en chocolat , elles rythment les évènements de la fête : Lors de la messe du jeudi saint , elles carillonnent et reste ensuite silencieuses jusqu’au samedi saint , pour respecter le souvenir du christ mort sur la croix ( je crois ??? ) ….

Elles profitent de ces quelques jours pour se rendre à Rome d’où elles reviennent laissant tomber sur leur passage quelques friandises, sucreries dans les jardins .…( pour le grand plaisir des enfants et…des parents qui s’amusent à les regarder chercher ces sucreries )

Enfin ,elles carillonnent le dimanches de Pâques pour fêter le Christ ressuscité …..

__________________________

Mais il y a d’autres symboles que les cloches :

Le lièvre / lapin sont considérés dans quelques pays ( Allemagne ,U.S.A ) comme messagers de Pâques ..

Il parait que, depuis l’antiquité , le lièvre considéré comme le symbole de la fécondité serait associé à la fête de Pâques depuis le XVIII ème siècle …

Et il y a aussi les œufs : Symbole de vie , de renaissance , l’œuf serait associé à Pâques depuis l’antiquité . Autrefois , pendant la période du carême , il était interdit de manger des œufs .…Mais ; les poules continuaient à pondre lol …Alors, on conservait les œufs, on les faisait bénir le jour de Pâques , puis après les avoir peint , on les donnait aux enfants ….

Œufs peints

Bien qu’il y ait des œufs  » sophistiqués  » (même en or ! ) , comme , par exemple ceux créés par Peter Carl Fabergé ,

Œufs de Fabergé
Etc…..

…..beaucoup de personnes se contentent d’œufs en chocolat , moins précieux , mais beaucoup plus savoureux …

Traditionnellement ,des chasses aux œufs sont organisées dans les cours d’écoles ou dans les jardins familiaux ( Perso , j’adorais voir Manu les chercher en suivant les  » indices  » que je lui donnais ) …Mais , j’ai lu que certains lieux en France tel que le labyrinthe géant des monts de Guéret ( Labyrinthe – Accueil (labyrinthe-gueret.fr) (<= kliker pour voir le labyrinthe ) ou de la cité fortifiée de Provins entr’autres proposent aujourd’hui , des chasses aux œufs de Pâques sous forme d’itinéraires pédagogiques et ludiques .

Pas trouvé le  » labyrinthe  » ……
Le labyrinthe de Guéret (pas loin de chez moi )

Ces gamines ……


.…qui commencent à peine leur vie dans un monde si dur portent déjà toute leur désillusion sur leurs petits visages

Les écaillère d’huitres :

  · Les écaillères : Ces petites filles commençaient à ouvrir les huîtres à 4 h du matin. Elles travaillaient jusqu’à 12 heures par jour, avant et après l’école.

De gauche à droite : Josie, Bertha, et Sophie, 10 ans.

Aujourd’hui : Des machines !

Je redécouvre…..


Les paroles :

ils ne savent plus.

ils ne savent plus le nom des fontaines
ils ne savent plus la saveur de l’eau
ils ne savent plus le cri de la chaine
aux portes des puits à la mérienne

sauront-ils encore
un jour nos enfants
parler aux chevaux
compter les étoiles

ils ne savent plus quand le feu s’éveille
les matins blottis dans la gelée blanche
ils ne savent plus lire dans couchant
la course des vents pour le lendemain

ils ne savent plus écouter le vent
dire à la moisson la beauté du grain
ils ne savent plus regarder la pluie
quand le ciel vient faire l’amour à la terre

ils ne savent plus marcher sur la terre
d’un pas rassuré aux temps des labours
ils ne savent plus écouter les mots
résonner longtemps au cœur du silence

L’autisme ?


( après avoir vu , revu le film  » Code Mercury  »

Code Mercury Poster

ce soir ) :

L’autisme est un trouble du développemental débutant avant l’âge de 3 ans. Il touche simultanément : Les interactions sociales , la communication ( verbale et non verbale ) . Le comportement avec les gestes stéréotypés , des rituels et des comportements / actions répétitifs .

D’autres troubles existent pour ce qu’il est de la cognition, de la motricité, de la sensorialité, des capacités adaptatives, mais ils ne sont pas retenus dans les critères diagnostiques. Dans les classifications internationales actuelles, l’autisme fait partie d’un groupe plus large de troubles appelés Troubles Envahissants du Développement (TED). (  »Envahissants  » signifie que plusieurs secteurs du développement sont touchés (interactions sociales, langage, comportements…). L’autisme est la forme la plus typique et la plus complète de TED connue à ce jour …

La description du  » trouble  » l’autisme est relativement récente : En effet, ce n’est qu’en 1943 que le psychiatre américain d’origine autrichienne Leo Kanner

décrit sous le nom d’autisme infantile des particularités de comportement de certains enfants : tendance à l’isolement, besoin d’immuabilité et retard de langage.

Dans les années 50-70 les conceptions psychanalytiques ont fortement marqué la psychiatrie française et la compréhension de l’autisme. L’autisme était alors relié aux  » psychoses infantiles  », ( terme employé dans les classifications officielles jusqu’en 1980 )…..Plus tard ,d’autres courants de recherche théorique ont pris une importance croissante dans l’étude du développement normal et pathologique de l’enfant : biologie, psychologie développementale, sciences cognitives… La compréhension des troubles autistiques a été fortement modifiée par ces contributions, et continue d’être enrichie par les recherches actuelles. 

En 1980 le concept de psychose infantile a été abandonné au plan international, en même temps qu’est apparu le terme de Trouble Envahissant du Développement.
L’autisme est conçu actuellement comme un trouble neuro-développemental aux origines multifactorielles, notamment génétiques. 

Description :

L’autisme apparaît au cours des 36 premiers mois de la vie. Parfois, des signes sont présents dès les premiers mois de la vie, parfois les signes apparaissent après une période plus ou moins longue de développement apparemment normal.

L’autisme est réputé durer toute la vie ,  » joue un rôle  » dans le développement et les apprentissages de tous ordres. L’hétérogénéité du développement est caractéristique de l’autisme et des TED, c’est-à-dire que certains domaines de développement vont être très atteints, d’autres beaucoup plus légèrement ou pas du tout. Des facultés d’apprentissage, de compréhension particulières ,exceptionnelles sont également fréquemment retrouvées chez les personnes avec autisme !

Il n’existe pas de moyen objectif (pas de tests sanguins, radiographiques…) pour faire le diagnostic d’autisme. Les examens complémentaires très importants à réaliser ont surtout pour but de rechercher les fréquents troubles associés……Dans tous les cas, le  diagnostic basé sur l’observation de : L’altération des interactions sociales ,  de la communication et du caractère restreint, répétitif et stéréotypé du comportement, des intérêts et des activités…..

 Pour poser le diagnostiquer l’autisme ou le TED, un certain nombre de symptômes doivent être associés. J’ai lu que différentes classifications  ont été mises au point pour permettre ces diagnostics :

Altération des interactions sociales : Les personnes autistes ont une mauvaise appréciation des signaux sociaux ou émotionnels, comme l’intonation de la voix ou les expressions faciales. Elles ont beaucoup de mal à interpréter ce que les autres pensent ou ressentent, elles manquent d’empathie. Les enfants autistes ne savent pas comment jouer de façon interactive avec les autres enfants, ils ont tendance à s’isoler, ne répondent pas à l’appel de leur prénom, fuient le regard.

Altérations qualitatives de la communication :

Les troubles du langage sont constants : Beaucoup d’enfants autistes n’accèdent pas au langage oral, ou lorsque celui-ci est acquis, souvent avec retard, un grand nombre de difficultés restent. Pour le langage verbal : Sur le plan expressif : Le langage reste très concret, autour des besoins de la vie quotidienne (nourriture, famille, toilette…). Le  » je  » n’est pas utilisé. L’intonation est étrange, la voix peu modulée,  » haut perchée  ». Sur le pan réceptif : on constate un manque de réaction émotionnelle aux sollicitations verbales, la compréhension du second degré est difficile d’accès .

Quand le langage oral est acquis, une faible synchronisation, un manque de réciprocité dans les échanges  » parlés » restent présents et entravent plus ou moins la communication.

Les personnes autistes sont également gênées dans leur communication non verbale : elles utilisent peu de gestes sociaux ( » au revoir  »,  » bravo  »…), peu de gestes interactifs, peu ou pas d’imitation. La communication parlée n’est pas accompagnée de gestes, les mimiques faciales sont peu expressives. Chez les enfants, on note aussi des anomalies dans le jeu du  » faire semblant  ». Les intérêts des enfants autistes sont restreints, leurs activités sont souvent stéréotypées et répétitives. Ils peuvent être fascinés par des objets inhabituels (bouts de ficelle, plumes, miettes…), ou utiliser de façon inhabituelle des objets ou des jouets (faire tourner indéfiniment une roue de petite voiture…). Souvent ils ont besoin de rituels plus ou moins complexes et supportent très mal les changements dans le quotidien. On note des  » stéréotypies  » : gestes répétitifs comme se balancer ou tourner sur soi-même. Les personnes autistes peuvent également présenter des comportements auto-agressifs et des automutilations. Ces comportements sont plus ou moins envahissants, et peuvent persister ou au contraire s’atténuer. Ils peuvent également être renforcés ou réapparaître à certaines périodes de la vie.

D’autres symptômes sont souvent associés à l’autisme :

Des compétences cognitives particulières : très bonnes capacités visuo-spatiales, mémoire très développée dans certains domaines…

Des particularités sensorielles : Celles – ci peuvent concerner toutes les modalités sensorielles : Ouïe, vision, odorat, toucher,  »vestibulaire  » (c’est-à-dire sens de la position dans l’espace), et être caractérisées par une hypo, une hypersensibilité, ou la recherche de stimulations sensorielles souvent inhabituelles (sensibilité à certains sons, odeurs ou textures, coexistant parfois avec une apparente indifférence à d’autres, perception différente de la douleur…).

Des troubles de la motricité et de la posture : difficultés de coordination droite-gauche ou haut-bas du corps, raideur et utilisation de la posture pour réguler les émotions, atteinte de la  » motricité fine  »…

Les anomalies, troubles ou maladies associés à l’autisme sont fréquents :

Le retard mental : Dans une majorité de cas (environ 70%), l’autisme s’accompagne d’un retard mental plus ou moins sévère. ( Les autres 30% sont appelés  » autistes de haut niveau  » ).

Les déficits sensoriels, auditifs ou visuels sont beaucoup plus importants que dans la population générale .

L’épilepsie !!!: environ 1/3 des personnes autistes présentent des manifestations épileptiques plus ou moins graves . ( décidément, je retrouve cette  » saleté  » d’épilepsie partout !)

Epidémiologie ? Non, l’autisme n’est pas contagieux .

L’autisme touche 4 fois plus de garçons que de filles .

Causes de l’autisme : ?

Il n’a pas encore été trouvé de cause unique à l’autisme et il est probable que plusieurs causes différentes peuvent entraîner le développement des signes de l’autisme. Cependant , les recherchent suggèrent fortement qu’il existe des bases neurologiques et génétiques. L’idée selon laquelle l’autisme trouverait son origine dans des troubles de la relation parent-enfant ????? doit être maintenant totalement abandonnée . (Le risque d’apparition de l’autisme ne dépend pas du niveau social ou éducatif de la famille ni de l’origine ethnique ).

Les recherches sur les causes de l’autisme font appel à des spécialités scientifiques différentes et à des approches variées, sans doute complémentaires : 1) Neuropsychologique : Qui cherche à comprendre le fonctionnement cognitif des personnes autistes. Trois modèles principaux ont été étudiés : Un déficit des fonctions exécutives

Une  » faiblesse de la cohérence centrale  »

Un déficit de la  » théorie de l’esprit  » 

Les données neurobiologiques  :

Ces recherches se basent sur l’étude de la morphologie du cerveau, et l’étude de son fonctionnement avec les nouvelles techniques d’imagerie, sur des mesures biologiques. 

Ces études ont permis de mettre en évidence des différences de morphologie du cerveau des personnes autistes, des différences dans leur cinétique développementale, des anomalies du traitement de l’information révélées par des anomalies dans l’activation des différentes zones et des différents circuits cérébraux, des anomalies biologiques significatives.

Les données génétiques :

L’intervention de facteurs génétiques parmi les causes de l’autisme est maintenant reconnue. Il s’agirait d’une transmission multigénique complexe.

Les données psychanalytiques :

Les particularités perceptives, sensorielles et motrices des personnes autistes entraîneraient des troubles dans la constitution du psychisme, et notamment concernant la constitution de l’image du corps et des  » enveloppes corporelles  ». Ces difficultés entraîneraient un débordement émotionnel lui-même responsable de difficultés ajoutées dans le développement et l’organisation des perceptions sensorielles et de la cognition.

Les recherches psychanalytiques actuelles s’appuient sur des éléments de concordance apparus ces dernières années entre les données fournies par les neurosciences, les travaux du courant de la psychologie du développement et les théorisations élaborées à partir de l’observation des bébés notamment, des ressentis des patients et des observations empathiques recueillies dans les traitements ….

Prise en charge de l’autisme :

Il n’y a pas à ce jour de traitement capable de guérir l’autisme, et il est très difficile de ne pas se perdre devant les multiples modes de prises en charge proposées pour répondre aux difficultés des personnes autistes.

Cependant, un accord existe :

  Souvent il est  » recommandé  » ? que la prise en charge des personnes autistes repose sur trois grands volets :

Educatif, avec pour objectif l’autonomie du sujet

Pédagogique, avec pour objectif les apprentissages

Thérapeutique, avec pour objectif la santé mentale et physique du sujet

L’intérêt d’une prise en charge précoce est reconnu. Mais, il faut savoir qu’une personne autiste peut continuer de progresser toute sa vie, y compris à l’âge adulte.

La prise en charge devrait être suffisamment intensive , être individualisée, adaptée aux particularités de chaque personne et régulièrement réévaluée en fonction de l’évolution.

Donc , il n’existe pas de prise en charge de l’autisme mais des modalités différentes qui peuvent être plus indiquées pour certaines personnes, pour certaines difficultés, ou à certains moments de l’évolution de la personne autiste. ( Des modèles souples, ouverts, coordonnant plusieurs modalités de prise en charge seraient à privilégier selon certains spécialistes . )

L’utilisation de médicaments peut-être indiquée. Il faut savoir que les traitements pharmacologiques sont toujours symptomatiques c’est-à-dire qu’ils visent à réduire certains symptômes (comme l’agitation, l’anxiété, des stéréotypies ou rituels envahissants, les troubles du sommeil…), sans traiter la cause de l’autisme .( en plus , ils ont souvent des  » effets secondaires  »)

Evolution :

L’autisme joue un rôle dans les apprentissages de tous ordres et entraîne un développement très hétérogène. Cependant , la plupart des symptômes s’améliore avec le temps. Le pronostic dépend notamment de l’existence et de l’importance d’un retard mental associé, de la présence d’une épilepsie, de l’apparition du langage avant 6 ans. Une aggravation pendant la puberté est fréquente, qui peut durer un à deux ans, avec retour à l’état antérieur. 

L’évolution est très variable d’une personne autiste à une autre. Certaines d’entre elles restent très handicapées toute leur vie, n’accèdent pas au langage, alors que d’autres vont arriver à une autonomie personnelle relativement bonne. La très grande majorité des personnes atteintes d’autisme a besoin d’un accompagnement important tout au long de la vie.

Comme une prière …..


…..mais d’un athée : D’actualité en ce jours de Noël .

Toujours d’actualité malheureusement  est ce que çà finira un jour ???????,

Les paroles :

Pourra-t-on un jour vivre sur la terre
Sans colère, sans mépris
Sans chercher ailleurs qu’au fond de son cœur
La réponse au mystère de la vie?
Dans le ventre de l’univers
Des milliards d’étoiles
Naissent et meurent à chaque instant
Où l’homme apprend la guerre à ses enfants

J’suis trop petit pour me prendre au sérieux
Trop sérieux pour faire le jeu des grands
Assez grand pour affronter la vie
Trop petit pour être malheureux

Verra-t-on enfin les êtres humains
Rire aux larmes de leurs peurs
Enterrer les armes, écouter leur cœur
Qui se bat, qui se bat pour la vie?

J’suis trop petit pour me prendre au sérieux
Trop sérieux pour faire le jeu des grands
Assez grand pour affronter la vie
Trop petit pour être malheureux

Trop petit
Pour les grands
Assez grand
Pour la vie

J’suis trop petit pour me prendre au sérieux
Trop sérieux pour faire le jeu des grands
Assez grand pour affronter la vie
Trop petit pour être malheureux

J’suis trop petit pour me prendre au sérieux
Trop sérieux pour faire le jeu des grands
Assez grand pour affronter la vie
Trop petit pour être malheureux

J’suis trop petit pour me prendre au sérieux
Trop sérieux pour faire le jeu des grands
Assez grand pour affronter la vie
Trop petit pour être malheureux