Gironde : un enfant de 7 ans privé de cantine …..


……pour cause d’impayés et raccompagné chez lui par la police municipale !!!

Sa mère n’avait pas payé les derniers mois de cantine et devait 900 euros à l’école. 

Un petit garçon de 7 ans a été raccompagné par la police municipale au domicile de ses parents !!!!!!!!alors qu’il se trouvait à la cantine de son école lors de la pause-déjeuner. « Une scène d’humiliation », raconte la mère de l’enfant. Même si cette dernière n’a pas réglé les frais de cantine depuis de nombreux mois, elle estime qu’il n’est pas acceptable que son fils subisse ce genre de traitement devant tous les élèves de l’école. « Mettez les sirènes, va en prison »!!!!!!, criaient les enfants selon la mère. 

Une scène traumatisante pour les parents d’élèves 

Elle assure qu’elle comptait payer les frais dans les prochains jours au Trésor public, qui s’accumulaient depuis 2019. « Je n’ai pas eu d’autres choix pour récupérer l’enfant. Soit j’appelais la police, soit j’appelais les services sociaux », explique la maire du village de Saint-Médard-de-Guizières (Gironde). Les parents d’élèves interrogés devant l’école par les journalistes de France Télévisions sont « révoltés par ce geste qui aurait pu traumatiser l’enfant ». ( Moi aussi !!! ) Ce dernier aura l’autorisation de retourner à la cantine lorsque les dettes seront remboursées.

Seul pour son anniversaire,…..


…un enfant finit par fêter ses 6 ans… avec 30 000 internautes !!!!!

Alors qu’il avait invité 22 autres enfants, un petit garçon de 6 ans s’est retrouvé tout seul pour fêter son anniversaire aux États-Unis. Attristée par la solitude de son fils, sa mère a posté une vidéo sur le réseau social TikTok. Plusieurs milliers d’internautes ont réagi dans un formidable élan de solidarité.

JJ ne s’imaginait sans doute jamais fêter son anniversaire avec plus de 30 000 personnes. Sa maman non plus d’ailleurs. Dimanche 20 juin, aux États-Unis, le petit garçon avait organisé un goûter, dans un parc, et invité quelques personnes.

Mais sur les 22 enfants attendus, aucun n’est venu. Une triste situation racontée par la mère de l’enfant, sur le réseau social TikTok. Une vidéo qui a ému de nombreux internautes, qui ont décidé d’agir pour offrir un bel anniversaire au petit garçon, comme le rapporte le média en ligne…….

 »Nous voilà au parc pour l’anniversaire de JJ, tout est prêt, sa fête a commencé il y a une demi-heure. Absolument personne n’est venu…  », commente tristement la maman du petit JJ dans la vidéo. À l’image : des ballons, des bougies, des gobelets et des muffins, n’attendant que d’être utilisés. JJ, lui, s’amuse comme il peut, seul, avec les jeux du parc pour enfants. Personne ne le rejoindra.

Mais la vidéo publiée sur TikTok par la maman, elle, a rassemblé de très nombreuses personnes. Elle a fait un véritable carton sur le réseau social et a été visionnée plus de 4 millions de fois.

Des cadeaux envoyés par des internautes :

Les internautes ont en effet été touchés par la détresse de la maman. Celle-ci précise que le contexte pandémique   ne justifie en rien l’abandon de son fils en son jour anniversaire, les restrictions et mesures sanitaires ayant été levées dans leur secteur.

Au total, plus de 25 000 personnes ont commenté la publication. Des témoignages, des messages de soutien, mais aussi de nombreuses personnes souhaitant envoyer des cadeaux au petit JJ. Un fort élan de solidarité que la mère de l’enfant a continué de commenter sur le réseau social.

Face au nombre d’inconnus qui voulaient faire parvenir leurs présents à l’enfant, ce dernier a indiqué qu’il préférait voir les jouets aller à l’hôpital, plutôt que dans sa chambre.  »  !!! JJ a déjà des jouets, il voulait simplement passer du temps avec des amis  » , déclare la maman dans une autre vidéo.

Parole tenue, de nombreux internautes ont décidé d’envoyer des jouets à l’hôpital le plus proche de chez eux, demandant à la mère de JJ ce qu’il aurait lui-même envoyé :  » des dinosaures, des puzzles, des livres et des crayons de couleur  ».

En réponse à ces milliers de réactions, le petit garçon a également souhaité remercier les personnes qui lui ont souhaité un bon anniversaire, ainsi que tous ceux qui ont envoyé des cadeaux aux enfants dans les hôpitaux.

Sa mère a alors organisé une vidéo en direct sur TikTok, dans lequel JJ a pu s’adresser directement aux spectateurs, encore une fois très nombreux : 30 000. Des remerciements qui ont fait office de fête d’anniversaire virtuelle.


« Ça va la claque? »: un écolier interroge Emmanuel Macron sur l’épisode de la gifle

Le président de la République est en déplacement dans la Somme ce jeudi, où il a rencontré des classes primaires de la commune de Poix-de-Picardie. L’un d’eux l’a interrogé sur la gifle reçue dans la Drôme mardi dernier.

Lors d’un déplacement dans la Somme ce jeudi, Emmanuel Macron s’est rendu dans une école primaire de Poix-de-Picardie. L’un des enfants n’a pas hésité à prendre des nouvelles du président de la République après la gifle reçue par le chef de l’Etat dans la Drôme, mardi dernier.

« Il ne faut jamais faire ça »

À la mi-journée, le chef d’État était en train de rencontrer plusieurs classes de jeunes enfants dans la cour de récré de l’école, lorsque l’un d’eux a levé la main pour lui poser une question: 

– « Dis-moi », lui répond Emmanuel Macron.

– « Ca va la claque que tu t’es prise? », l’interroge l’enfant. 

– « Oh bah oui ça va, mais ce n’est pas agréable hein. Et c’est pas bien hein, il ne faut jamais faire ça, même dans la cour », lui répond le chef de l’Etat

Lors de cette visite, Emmanuel Macron s’est aussi entretenu avec d’anciens élèves de sa grand-mère maternelle, Germaine Noguès, qui a dirigé l’école élémentaire de Poix-de-Picardie, ainsi qu’avec avec des parents d’élèves, « pour échanger sur l’impact de la crise sur les enfants » selon l’Elysée.

Emmanuel Macron doit ensuite se rendre dans la commune de Château-Thierry, dans l’Aisne, ( près de là où je suis né ) en compagnie de Brigitte Macron et de l’acteur Fabrice Lucchini.

!!!!!????Il y échangera avec des élèves de primaire, collège et lycée, autour des fables de Jean de La Fontaine

Lafontaine

, né il y a 400 ans, le 8 juillet 1621, dans cette ville.

 » La soupe aux cailloux  » ….


En Sibérie, au nord de la Russie, vivait une vieille babouchka qui connaissait le secret du bonheur

secret du bonheur

Depuis de nombreuses années, cette babouchka allait de ville en ville pour dévoiler son secret à ceux qui voulaient bien l’écouter.

Alors qu’elle traversait un village qu’elle ne connaissait pas, elle frappa à toutes les portes afin de trouver un lit pour la nuit. Mais personne ne lui ouvrit.

–  »Ces gens restent chez eux, ils ne savent pas être heureux  », se dit-elle.  »Voilà un endroit pour moi !  »

La babouchka commença par ramasser du petit bois pour allumer un feu.

Puis elle alla remplir sa gamelle au puits et la posa sur le feu .

Un petit garçon s’approcha d’elle :

 » Que faites-vous ?  »

 » Je fais une soupe aux cailloux  » , répondit-elle.  »D’ailleurs j’aurais besoin de trois grosses pierres rondes . Sais- tu où en trouver ?  »

Le petit garçon fila chercher trois belles pierres, qu’il lui tendit.

 » Ces pierres feront une excellente soupe  », dit-elle en les plongeant dans l’eau. » Dommage qu’on ne puisse pas en faire beaucoup dans cette gamelle  »…

–  Ma mère a une grosse marmite ! dit le garçon. Je vais la chercher ! 

Alors qu’il prenait la marmite, sa mère lui demanda ce qu’il faisait.

–  Il y a une » babouchka  » sur la place du village. Elle fait une soupe aux cailloux…

–  Une soupe aux cailloux ? songea-t-elle. J’aimerais bien voir ça !

La mère suivit son fils sur la place du village. Puis, intrigués par la scène, les villageois sortirent un à un de chez eux.

–  Évidemment, précisa la babouchka, la vraie soupe aux cailloux doit être assaisonnée avec du sel et du poivre, mais je n’en ai pas…

–  Moi, j’en ai ! dit un villageois.

Et il disparut avant de revenir avec du sel, du poivre et d’autres épices de la région.

La babouchka goûta la soupe :

–  La dernière fois que j’ai eu des pierres de cette forme, j’y ai ajouté quelques carottes, c’était délicieux !

–  Des carottes ? demanda une autre femme. Je crois que j’en ai une ou deux chez moi. Je vais voir…

Et la femme revint avec un panier rempli de carottes… ainsi que deux beaux choux, qu’elle se pressa de jeter dans la marmite.

–  Hum, soupira la babouchka. Quel dommage que je n’aie pas d’oignons, ce serait si bon !

–  Oh oui ! dit un fermier. Je cours en chercher !

Et petit à petit, chacun apporta de quoi enrichir la soupe. Quand l’un avait à cœur de donner, le suivant donnait plus encore. Poireaux, tomates, saucisses, lard fumé…. La soupe dégageait à présent une délicieuse odeur. Enfin, la babouchka déclara :

– La soupe est prête !

Tous se réunirent alors autour d’une grande table, apportant avec eux pains et boissons. Quel festin ! Au village, on n’avait jamais vu ça !

Après le repas, chants et danses se prolongèrent jusque tard dans la nuit.

Le village avait retrouvé le bonheur et la joie, grâce à trois cailloux et une vieille, très vieille babouchka.

N.B :  » grand-mère « , une babouchka désigne une vieille femme d ‘ origine Russe

Mon fils….( Manu , lui , a grandi , mais je ne le regrette pas ! )


Ne grandis pas, mon fils,
Ne me fais pas devenir vieux

Toi, tu sais les voyages
Que j’avais oubliés
Mes rêves étaient en cage
Tu les as relâchés
De ta petite main
Tu m’as montré la route
Loin des sombres matins
Présages de déroutes

Toi, mon petit prince, mon grand frère
Tu fais de moi un enfant-père
Et, n’en déplaise à mes trente ans,
Viens, réapprends-moi dans ta lumière
La vérité de source claire
De ton rire de printemps

Ne grandis pas mon fils,
Ne me fais pas devenir vieux

Je sais ce qui t’attend
Au sortir de l’enfance
Regarde, je suis grand
Et je suis sans défense
Du noir de ma prison
Viens me sauver, viens vite
Viens, mes ongles s’effritent
Aux murs de la raison

Ne grandis pas, mon fils,
Ne me fais pas devenir vieux

On me voudrait adulte
J’en ai déjà quelques rides
La vie et son tumulte
Me poussent vers le vide
Mais tu m’as hébergé
Là-haut sur ta planète
Et j’y ai retrouvé
Mes trésors et mes fêtes

Toi, mon petit prince, mon grand frère
Tu fais de moi un enfant-père
Et, n’en déplaise à mes trente ans,
Viens, réapprends-moi dans ta lumière
La vérité de source claire
De ton rire de printemps

Des likes ,toujours de likes ! Ras le bol ! => Commentaires bloqués !

marin-francis08@outlook.com

L’homme et L’Enfant..


(L’enfant:)
Dis monsieur, bon monsieur est-ce que la terre est ronde ?
Si c’est vrai l’oiseau bleu où est-il dans le monde ?
Tous les jours je suis là et pleure en l’attendant
Pleurais-tu comme moi quand tu étais enfant ?
Que devient le soleil quand il tombe à la mer ?
Et pourquoi le matin le ciel est si clair ?
Pourquoi donc je ne peux m’envoler dans le vent ?
Et pourquoi, dis monsieur tu pleures en m’écoutant ?

[l’homme ]
Mon enfant, mon enfant, c’est vrai la terre est ronde
Et longtemps j’ai cherché l’oiseau bleu dans le monde
Comme toi j’ai pleuré en tendant mes deux bras
Mais pour toi j’en suis sûr un beau jour il viendra
N’ait pas peur le soleil ne meure pas sous les dunes
Il s’en va pour t’offrir un beau clair de lune
Et pourquoi voudrais-tu t’envoler dans le vent
J’ai voulu moi aussi et j’ai des cheveux blancs

[l’enfant]
Ne pleure plus, bon monsieur, puisque la terre est ronde
Pour t’offrir l’oiseau bleu je vais courir le monde

[l’homme.]
Mon enfant ne pars pas, ne pars pas pour ailleurs
L’oiseau bleu il est là cherche bien dans ton cœur

[l’enfant]
Si c’est vrai, dis monsieur, j’irai dans le soleil
Pour cueillir avec lui un morceau de ciel

[l’homme.]
Mon enfant tu iras bien plus loin que le jour
L’oiseau bleu c’est l’amour, l’amour.

La  » vidéo  » ( très ancien ) :

ENFANCE………..


Merci à Marie  (  » marie des vignes  »  = dans mes  » contacts  ) , pour m’avoir permis de  » rebloguer  » 

Baby boy feeding sparrows

Le père a dit:<< Sois fort mon fils,tu es un homme.>>

La mère a dit:<< mais oui tu peux pleurer lorsque ta peine est trop amère.>>

Et l’enfant serrant les dents a souri à travers ses larmes.

Le père a dit:<< Tu es mon sang.>>

La mère a dit:<< Je souffre dans ma chair quand tu souffres.>>

Et l’enfant étonné a compris sa faiblesse.

Le père a dit:<< je suis fier de toi.>>

La mère a dit:<< Je t’aime.>>

Et l’enfant a senti sa force.

L’enfant  a dit:< Père repose-toi, je suis grand.>>