Elections européennes…Mais…


  Tout le monde ( ou persque ) semble avoir  oublié que ce dimanche , c’était aussi la fête des mères ….. J’ai appelé mes parents et …..c’est mon père qui m’a répondu : Ma mère est très malade ( les explications de mon père ont été confuses => Je ne sais pas de quoi elle souffre excatement …….) Toujours est il qu’elle était couchée , et n’ai pas pu lui parler ….Je suis réellement inquiet ….Je re – téléphonrais ce lundi …..

Peut-être repasserais je sur le net plus tard …Pour débiter des trucs que personne ne lira …..

P.S : Dans l’Allier ( chez moi ) : Elections , résultat = Les résultats dans l’Allier :
. Prenez le pouvoir, liste soutenue par Marine Le Pen (conduite par Jordan Bardella) : 25,43%=> Majorité ! 

 

J’irais voter mais après??????


Votation des crimes contre l’humanité
1 Mai 2017 , Rédigé par Patrice Faubert

C’est rigolo
Des résultats électoraux
Souvent connus
Depuis des semaines
Même si parfois le sondage fait des siennes
Il s’agit d’élire des bourreaux
Qui prennent les gens pour des idiots
Il faut pourtant être sous-informé
Pour encore vouloir voter
De plus, ma foi
Il n’y a là, comme ailleurs, aucun choix
Sinon le choix du capital
Les lois du marché, c’est fatal
L’on vote
Pour qui pense comme soi
L’on vote
Pour que force reste à la loi
Pour ses petits intérêts personnels
Pour que se taisent tous et toutes, les rebelles
Voter est contre-révolutionnaire
Voter c’est complètement réactionnaire
Et puis
Toutes les droites sont représentées
Donner l’impression de la diversité
C’est pourtant une seule et même idée
Contre la liberté
Contre l’égalité
Contre la fraternité
La réaction rassure, la révolution fait peur
Pour les riches, une droite classique
Voire même catholique
Tout un faux bonheur
Pour les pauvres, une droite nationaliste
Voire catholique intégriste
Tout un vrai malheur !
L’électeur est un sacré rigolo
Même s’il fait le beau
L’électrice est une sacrée rigolote
Et elle sera toujours mauvaise la note
Le capital
Toujours, des élections, le seul vainqueur
Avec son personnel politique, actrices et acteurs
Toujours les mêmes têtes
Ne pas le croire, c’est être bête
Extrême gauche du capital
Gauche du capital
Extrême droite du capital
Droite du capital
Que voulez-vous
Au politique, le vote est son toutou
Et puis, il y a toujours plus fasciste que soi
Du capital, c’est la principale loi
C’est donc vous, c’est tout
Voter
C’est donc comme une complicité
Des crimes contre l’humanité
C’est si peu dit
Que de l’avoir dit ou écrit
L’on est comme la première ou comme le premier !
Les élections
Il fallait y penser
Aux esclaves, faire croire qu’ils vont participer
Esclaves salariés, esclaves chômés, esclaves retraités
Voilà qui va beaucoup en indigner
Nos vies sont pourtant d’une grande pauvreté
Comme les TGV OUIGO, bestiaux à transporter
Sous le capital
Il n’y a aucune gratuité
Sous le capital
D’une façon l’autre, il faut en chier
De temps à autre
Il y a encore, et je suis des vôtres
Malgré les interdictions, des manifestations antifascistes
Mais il y a différents antifascistes
Celui que je préfère est anarchiste
Car
C’est maintenant Vichy partout
Car
C’est maintenant Pétain partout
Le contexte est différent, c’est tout
Et donc
Il y a un antifascisme d’extrême gauche
Il y a un antifascisme de gauche
Il y a un antifascisme de droite
Il y a un antifascisme d’extrême droite
Mais néanmoins pour le capital, c’est fou !
Forcément
Une révolution vraiment aboutie
Et qui de fait, ne serait jamais finie
Serait une frangine de l’anarchie
Plus besoin d’argent
Il n’y aurait plus d’argent
Plus besoin de travail
Il n’y aurait plus de travail
Mais seulement des activités
Nécessaires au fonctionnement de la cité
Par bourgade, par commune, par ville, indépendantes mais reliées
Selon les goûts et les envies
Tout est si vite appris
Plus de truands, plus de voleurs
Pas besoin de policiers, pas besoin d’armée et de maréchaussée
Une autre conception de la vie
Personne ne voulant échapper à cette harmonie
Et puis pour en revenir aux élections
C’est voter pour toute une corruption
D’ailleurs, tout résultat non souhaité, serait en annulation
Réfléchissez bien à cela, apôtres de la votation
Le capital vous prend comme couillonnes et couillons
La moindre des choses, à la moindre élection
Est dans l’abstention
Déjà un acte d’insoumission
Comme gueuler dans une manifestation
L’antifascisme libertaire bien sûr en interdiction
Comme autocoller des slogans de subversion
Tout acte de résistance contre la résignation !

Patrice Faubert ( 2017 )

Elections obligent……


Emmanuel ( encore lui ! ) m’a envoyé un SMS tout à l’heure pour  » m’inciter  » à aller  aux urnes ce dimanche : C’est important m’a -t -il dit , tu dois y aller ! ( Il connait mon aversion pour tous ces politiques qui nous abreuvent de belles paroles, promesses qu’ils ne tiennent jamais une fois élus  )…..Je lui ai promis que j’irais ….et je compte bien y allerbureau de vote ….Mais voter pour qui ?  ( Idem , lui me dit savoir pour qui je vais voter ! ) ?????

Je me demandais aussi comment çà se passe pour les Français vivant à l’étranger….

Si on habite à l’étranger, on peut  participer aux élections organisées en France, à condition d’être inscrit sur une liste électorale. On peut  choisir de voter dans son  pays de résidence (ambassade ou consulat) en s’ inscrivant sur les listes consulaires. Pour les élections locales, on peut  seulement voter en France (personnellement ou en donnant procuration).

  Inscrits au registre des Français établis hors de France, vous êtes inscrits automatiquement sur la LEC sauf opposition de votre part.

   Votre inscription sur la liste électorale consulaire détermine le lieu où vous devrez voter pour les différentes élections nationales : soit en personne, soit par procuration, sous certaines conditions.

 

Et bien entendu , pour finir , pour mon plaisir :

Enregistrer

Enregistrer

Le 21 avril ….


Quelle importance me direz vous ….Aucune si ce n’est que c’est un jour anniversaire …Et c’est l’anniversaire du mon  » cher  » père …

  Là encore , rien de plus banal …Mais j’ai un problème : Je ne connais pas son âge ! Pas plus que je ne connais celui de ma mère d’ailleurs .

 Bahh , je ferais tout de même l’effort et lui téléphonerais ……et trouverais ( comme toujours ) le moyen de ne pas aborder l’âge . Pour çà , j’ai un atout : Ce sera le jour des élections présidentielles : Sur que je vais subir ses commentaires , inepties sur les différents candidats et autres  » bla bla  » .Mais ce sera une  » diversion  » convenable … 

Voilà passionnant n’est ce pas ? 

Ils ont voté ……mais….pas moi..


La liste du Front national menée par Florian Philippot (35 à 40%) est en tête au premier tour des élections régionales 2015 en Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne (ma région d’origine  = la 1ère fois ! ), ce dimanche 6 décembre. Elle devance les listes Les Républicains-UDI-MoDem menée par Philippe Richert (23 à 26 %) et du Parti socialiste mené par Jean-Pierre Masseret (16 à 17 %). Ces trois listes s’affronteront donc au second tour dans le cadre d’une triangulaire, le 13 décembre prochain. 

Parceque je ne vois pas bien la diffèrence…..lol


Démocrates et républicains aux États-Unis, quelle différence ?

Message

Le Parti Républicain fut fondé le 28 février 1854 par des dissidents nordistes du Parti whig et du Parti démocrate, hostiles au statu quo sur l’esclavage, aux revendications souverainistes des États fédérés et favorables au protectionnisme.

Le Parti Démocrate, quant à lui, est issu du Parti démocrate-républicain fondé par Thomas Jefferson en 1798. C’était à l’origine un parti anti-fédéraliste défendant la liberté des états face à l’union, et celle des propriétaires individuels face aux intérêts bancaires et industriels.

Évoluant, du moins nationalement, vers une vision moins conservatrice et moins libertarienne dès les années 1890 et plus nettement dans les années 1930, avec le président Franklin Roosevelt, il s’inscrit à gauche dans l’échiquier politique américain dans les années 1960 et 70 sous l’impulsion des sénateurs Hubert Humphrey, George McGovern ou Edward Kennedy, avant de se replacer nettement vers le centre sous le mandat de Jimmy Carter et, dans les années 1990 sous Bill Clinton.

Localement, le parti démocrate reste souvent beaucoup plus conservateur et proche de son adversaire républicain, notamment dans l’ouest, le centre et le sud du pays où il a aussi longtemps disposé du soutien des Dixiecrats, les ségrégationnistes des États du Sud qui avaient notamment fait obstruction en 1964, tant au Congrès qu’au niveau des états de l’ancienne confédération, pour empêcher l’adoption de la loi sur les droits civiques. Au contraire, certaines branches du parti Démocrate, principalement dans la région de la baie de San Francisco en Californie, dans le Puget Sound (Seattle et le comté de King dans l’État de Washington, le centre de l’Oregon) et l’Ouest des Grands Lacs (Minnesota et Wisconsin) se situent plus à gauche.

Ils ont votés et….


Je ne peux résister!!!

 

Le texte:

À porter ma vie sur mon dos, j’ai déjà mis cinquante berges
Sans être un saint ni un salaud, je ne vaux pas le moindre cierge
Marie, maman, voilà ton fils qu’on crucifie sur des affiches
Un doigt de scotch et un gin-fizz et tout le reste je m’en fiche!
Ils ont voté et puis, après?

J’ai la mémoire hémiplégique et les souvenirs éborgnés
Quand je me souviens de la trique, il ne m’en vient que la moitié
Et vous voudriez que je cherche la moitié d’un cul à botter?
En ces temps on ne voit pas lerche
Ils n’ont même plus de cul, les Français!
Ils ont voté et puis, après?

C’est un pays qui me débecte, pas moyen de se faire Anglais
Ou Suisse ou con ou bien insecte, partout ils sont confédérés
Faut les voir à la télé-urne avec le général Frappard
Et leur bulletin dans les burnes, et le mépris dans un placard!
Ils ont voté et puis, après?

Dans une France socialiste, je mettrais ces fumiers debout
À fumer le scrutin de liste jusqu’au mégot de mon dégoût
Et puis assis sur une chaise, un ordinateur dans le gosier
Ils chanteraient La Marseillaise, avec des cartes perforées
Le jour de gloire est arrivé.

Ils ont voté et….pour qui? pour quoi?


Statut du député, législatives


Élu pour représenter la Nation, le député participe à l’exercice de la souveraineté nationale. Il vote la loi et contrôle l’action du Gouvernement. Il bénéficie, comme le sénateur, d’un statut protecteur, conçu non comme un privilège mais comme un moyen destiné à lui assurer l’indépendance et la liberté d’expression nécessaires à l’exercice de son mandat. Cette protection spécifique est consacrée par le principe des immunités parlementaires, qui trouvent leur fondement dans la Constitution elle-même.

La reconnaissance d’un statut spécifique impose des contreparties, le mandat devant être préservé de toute influence pouvant en contrarier le libre exercice. Aussi les parlementaires sont-ils soumis à diverses obligations et interdictions.

Au-delà des droits et obligations liés au mandat parlementaire, le député peut également exercer diverses responsabilités au sein et en dehors de l’Assemblée nationale.image01010[1]

Le N.P.A : « Nouveau Parti Anticapitaliste »


Comme chacun (enfin ceux et celles qui me perçoivent via mes écrits posés ici) ,je suis « politiquement incorrect  » :Je ne vote plus depuis plusieurs années,pour les raisons  simples:Tous sont pourris,ne cherchent que pouvoir et profit se moquant bien des français….. Hors,grace à une amie,je viens d’entendre parler d’un candidat nommé Philippe Poutou qui se prèsente avec l’étiquette du parti « N.P.A »(Nouveau Parti Anti capitaliste)….

   Bien sur,il est pratiquement certain qu’il ne passera pas le cap (trop utopiste surement) ,mais je crois que beaucoup d’abstentionnistes iront voter pour lui…..

    Si vous êtes interessés, j’essaie de vous mettre l’adresse du site Wikipedia avec des renseignements sur ce parti :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Nouveau_Parti_anticapitaliste

7570_image.jpg

Le NPA est un mouvement politique qui a tenu son congrès de fondation en févier 2009. Plus que jamais, au moment où la triple crise économique, sociale et écologique s’approfondit et s’accélère, notre but est de rassembler toutes les forces qui veulent sortir de l’ère du profit, rompre avec le capitalisme, pour ouvrir la voie à une société inédite, démocratique et égalitaire, féministe et écologiste.

Cette société capitaliste est à bout de souffle. Les gouvernements successifs remettent en cause l’ensemble de nos acquis sociaux et démocratiques. Le MEDEF licencie à tour de bras. Les services publics sont sacrifiés. Nos conditions de vie se dégradent. Les riches se gavent de profits pendant que nos salaires, nos pensions de retraites, nos minima sociaux stagnent ou régressent, notre pouvoir d’achat diminue. La crise financière que les grands actionnaires, le patronat et le gouvernement veulent nous faire payer aggrave chaque jour les conditions de vie de la majorité de la population. Le racisme et les discriminations augmentent. La planète est menacée de destruction.

Face à ces attaques, la gauche institutionelle ne résiste pas. Quand elle se trouve au pouvoir, elle mène des politiques qui tournent le dos aux aspirations populaires. Nous avons besoin d’une gauche de combat, fière de ses couleurs, qui n’a pas peur de s’affronter à une minorité d’actionnaires qui détient la majorité des richesses.

Nous construisons un nouveau parti pour résister à Sarkozy et au Medef, lutter contre ceux qui exploitent, précarisent, détruisent l’environnement. Un parti qui permette d’en finir avec le racisme, le sexisme… Un parti qui défende un projet de transformation révolutionnaire de la société, pour une rupture radicale avec ce système dont nous n’avons rien à attendre.

La politique n’est pas réservée à une minorité de spécialistes. Elle est l’affaire de tous. Par milliers, nous avons commencé à nous organiser le plus largement possible, dans des comités de quartiers ou d’entreprises, dans les villes et les villages.

 
 

Philippe Poutou égratigne (presque) tous ses adversaires – Le Parisien
Pour chaque candidat, quelques mots. Philippe Poutou, candidat à la présidentielle du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) a répondu à une "interview rafale" sur ses neufs concurrents engagés dans la course à l’Elysée. "Dégage", "guignol", … Très en verve, l’ouvrier de l’automobile n’épargne personne.

Philippe Poutou égratigne (presque) tous ses adversaires – Le Parisien
Pour chaque candidat, quelques mots. Philippe Poutou, candidat à la présidentielle du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) a répondu à une "interview rafale" sur ses neufs concurrents engagés dans la course à l’Elysée. "Dégage", "guignol", … Très en verve, l’ouvrier de l’automobile n’épargne personne.

Elections:Abstention…..Diverses explications


Faute de candidat qui emporte leur adhésion, par déception, voire par idéologie, des internautes du Monde.fr racontent pourquoi ils ne voteront pas:

 AFP/KENZO TRIBOUILLARD Faute de candidat qui emporte leur adhésion, par déception, voire par idéologie, des internautes du Monde.fr ne voteront pas pour un candidat à l’élection présidentielle. Ils expliquent pourquoi:

« Le seul moyen de faire entendre son désaccord », par Emmanuelle, 28 ans, Paris, architecte Le vote blanc n’est pas pris en compte. S’il l’était, je voterais blanc afin de manifester mon désaccord avec le système politique français. Le seul moyen de faire entendre son désaccord en France est de s’abstenir. (…) Si toutes les personnes qui s’abstenaient volontairement votaient blanc, alors on se rendrait compte de l’illégitimité de la plupart des candidats, pour ne pas dire de la totalité. Ne pas prendre en compte les votes blancs est le comble de l’anti-démocratie.

« Le seul vote ‘contestataire’ qui vaille », par Sonia , 40 ans, cadre supérieur L’abstention, dans notre pays, est le seul vote « contestataire » qui vaille… Si on fait son devoir civique en souhaitant envoyer un message de ras-le-bol de la politique politicienne et démago qui est pratiquée dans notre pays par toute la classe polique et que l’on vote blanc… Ça passe totalement inapercu. Et c’est vraiment à contre-cœur que je me résigne à m’abstenir parce que, si je vote blanc, je voterai transparent.

■ »Mon bulletin blanc n’a pas été pris en compte », par Tony, 34 ans Voter blanc, en France, est identique à s’abstenir; alors je ne me bouge même plus, vu que cela revient au même. Je sais qu’il serait compliqué de prendre en compte les bulletins blancs et de réorganiser des élections en cas de non-élection d’un des candidats. Mais je vois la démocratie comme cela aussi, car choisir ni l’un ni l’autre est un choix en soi et devrait être pris en compte… Je voterai à nouveau dans une vraie démocratie uniquement. AUCUN CANDIDAT NE DONNE SATISFACTION ■

« Je ne veux aucun des candidats qui se présentent », par Antonin, 26 ans Je ne vais pas m’abstenir. J’irai voter et je voterai blanc. Ce qui est considéré tout de même comme une abstention. Alors, pourquoi y aller ? Eh bien, justement, parce que ce n’en est pas une. Je me considère comme politiquement investi et je suis de près les actualités. J’ai mon propre avis et mes idées, qui peuvent parfois se rapprocher de quelques courants. Mais, dans leur globalité, je n’adhère vraiment à aucun parti politique. Donc, je vote blanc. Car je n’ai aucune envie de voter « utile ». Ni de voter « contre » quelqu’un. Ou encore pour « le moins pire ». Je ne veux d’aucun des candidats qui se présentent. Et surtout pas, des seuls « crédibles » dont on voudrait nous faire croire que le sort est déjà joué. Mon vote blanc est un véto, et il devrait être considéré comme tel. Il devrait être craint, et non pas critiqué. Mon souhait ? Que cette élection engendre un taux record d' »abstention », afin qu’on ne puisse plus feindre d’ignorer cette question. ■

« Aucun candidat ne me satisfait », par Benjamin, 21 ans, qui étudie à Montréal et travaille à Shenzhen Pour cette présidentielle, qui pourrait être ma première dans le rôle de citoyen français, je ne vais pas voter. Deux raisons à cela. La première est que je ne souhaite pas, pour mon premier vote, élire un candidat par non-choix. Aujourd’hui, pour moi, aucun candidat n’a véritablement la carrure ou la crédibilité pour être président. Entre les faux programmes de certains, la mollesse des autres et les illusions des derniers – certains correspondent même à tout cela à la fois -, je préfère ne pas voter que de ne pas croire en celui à qui je donne ma voix.

« Des candidats insipides », par Hervé, 35 ans, Montréal, consultant Voilà pourquoi je n’irai pas voter : aucun candidat ne dit que la France n’est que la Grèce en plus grand. Aucun candidat ne dit qu’il va nous simplifier la vie, tous les règlements, lois, etc., qui pourrissent la vie des particuliers et des entreprises. Et je ne parle pas de baisser les impôts. Juste nous éviter de perdre du temps à comprendre les lois,de devoir faire appel à des avocats ou des spécialistes fiscalistes. A 6 000 km de Paris, on se fout de la façon dont sera ruinée la france lors des cinq prochaines années. D’ailleurs, on ne serait pas parti si on pensait qu’il y avait un espoir pour la France. On se dit aussi que, dans cinq ans, il y a des chances qu’on soit déja binationaux, sauf si on nous colle une étiquette d’exilé fiscal ou autre, auquel cas : « Adieu le passeport français ! » Bref, démerdez vous,avec vos candidats insipides, aux discours riches en jolis concepts, mais vides de sens et totalement déconnectés de la réalité. Ouverture d’une urne à Souffelweyersheim, près de Strasbourg, après la fermeture officielle du bureau de vote à 18 heures, le 6 mai. | REUTERS/VINCENT KESSLER ■ »Aucun des candidats en lice n’aborde les véritables sujets », par Pascal, 50 ans, Alpes-Maritimes, technicien Les Français sont tentés par l’abstention ? Comment ne pas l’être ? Aucun des candidats en lice n’aborde les véritables sujets. La seule chose que nous voyons ? Une stratégie de communication qui n’a qu’un but : arriver au pouvoir ! Le chômage ? Ignoré. Le logement ? Zappé. Le coût de la vie en général ? Connais pas. Nos hommes politiques promettent beaucoup de choses, mais ils ne feront rien, que ce soit par manque de moyens financiers ou de volonté. Au soir du second tour, le candidat élu balayera d’un revers de la main toutes ses belles promesses. Il ne restera qu’une chose : des taxes et des impôts nouveaux, afin de « payer la dette »… et ça ne donne pas envie de voter.

■ »Je m’abstiendrai au second tour », par Catherine, 40 ans, Bordeaux Je vais aller voter au premier tour, qui me semble être la seule ouverture de choix démocratique qui nous soit offerte en réalité. Mais je m’abstiendrai pour le second, parce que les jeux semblent faits et que les deux têtes de liste, que les médias contribuent à rendre incontournables, semblent appelés à se retrouver l’un en face de l’autre. Et aucun de ces deux hommes ne me représente; ou, encore mieux, je ne veux surtout pas avoir à choisir entre l’un et l’autre, la peste et le choléra, vous voyez l’idée. Mon abstention sera vraiment le reflet de mon refus absolu de ce qui me semble être un non-choix ! Bien sûr, ce sera sous réserve d’une surprise éventuelle de dernière minute.

■ »Les candidats sont tellement loin de mon quotidien », par Henriane, Anzin (Nord), 61 ans, ancienne assistante sociale Étant handicapée, j’ai beaucoup de difficultés à avoir la procuration. D’autre part, les candidats sont tellement loin de mon quotidien, avec ma misérable retraite, un loyer important. Comment pourrais-je croire en leurs promesses? Et j’éprouve vraiment trop de lassitude à me battre pour quelques euros par jour. Je constates que DSK n’a pas ces problèmes, lorsqu’il a réglé 50 000 euros de loyer pour son appartement aux USA lors d’un de ces pitoyables scandales! Et dire qu’il aurait pu être candidat, ces gens-là, comment peuvent-ils comprendre ce que nous vivons chaque jour avec nos 1 200 euros et 800 euros de charges? ■ »Cette élection est une farce », par Eric, 40 ans Pour la première fois de ma vie, je n’irai pas voter. La mort dans l’âme, car je sais que des milliards d’hommes et de femmes aimeraient pouvoir le faire dans des conditions aussi transparentes, mais c’est un vrai choix politique. Le vote blanc n’est pas reconnu. L’abstention est dans les statistiques et est scrutée par les médias. Alors oui, je m’abstiendrai, car cette election est une farce. Entre deux extrêmes aussi démagos et populistes l’un que l’autre, déversant leur fiel l’un sur les riches, l’autre sur les étrangers ; entre deux candidats qui ne se focalisent que sur de l’accessoire, le halal ou la race dans la Constitution. Ce serait risible si la France n’etait pas au bord du gouffre ; mais, là, c’est non seulement pitoyable, mais criminel envers le pays. Alors oui, face à cette campagne indigne et ces candidats indignes du vote des Français, je n’irai pas voter. ■

« Cette classe politique semble si loin de nous », par Maylis, Paris Heureuse d’avoir un droit de vote, c’est un droit que j’entends exercer chaque fois que je le peux. Cette année, cependant, je pense ne pas voter. J’ai pourtant bien lu les programmes des candidats et je reste sur ma faim. (…) Cette classe politique semble si loin de nous! Les choses semblent empirer pour tous les Français et, eux, ils s’étripent à coups de petites phrases, de tacles. Le niveau est bas, bas, bas… Quelle tristesse! Quelle démocratie? Quelle République? J’ai le sentiment que les conditions d’une belle révolution sont réunies, mais qui saura porter la rupture nécessaire à notre société? Je n’ai pas la réponse, et je n’ai pas mon vote. Je ne pense pas d’ailleurs que celui-ci amènera notre pays vers un mieux. ■

« Aucun candidat ne m’a donné envie de croire en lui », par Eve Jégou, 24 ans, Nantes, étudiante Il y a encore quelques semaines, m’abstenir ne m’avait même pas effleuré l’esprit. Il n’en était pas question, puisque j’étais fière de pouvoir jouir du droit de vote. Cela fait des semaines que je me retrouve dans un choix cornélien, partagé par un grand nombre de Français. J’ai 24 ans, je suis étudiante et bien que, depuis longtemps, j’aie compris que je ne grandissais pas dans le monde des Bisounours, j’ai quand même envie de croire en des temps meilleurs. Mais, aujourd’hui, quand j’allume la télévision, que j’écoute la radio et que je lis la presse, tout ce que je vois, c’est la grande bataille des « gesticulators ». Le 6 mai ce sera la consécration de celui qui aura le mieux manipulé le peuple. Mais de quoi sera fait le 7 ? Je prends cette présidentielle de 2012 très au sérieux; j’ai comme l’impression d’y jouer gros, et c’est pourquoi, à quinze jours de l’appel aux urnes, je doute. Voter pour quel candidat ? Aucun ne m’a convaincu, aucun ne m’a donné envie de croire en lui. Le vote blanc n’est pas comptabilisé – dommage -, alors pourquoi pas m’abstenir ?Je l’envisage, mais je vous avouerai que, le 22 avril, ça risque de me démanger !

■ »Aucun n’apparaît crédible », par François, 62 ans, médecin Malgre la multiplicité des candidats, aucun n’apparaît crédible. Le candidat sortant est marqué par ses comportements inadaptés de début de mandat, même si son attitude récente dans la crise européenne à été remarquable. Son principal adversaire manque cruellement de charisme et d’expérience. Il sera forcé de faire alliance, au second tour, avec un candidat d’extrême gauche qui a repris les bottes de Georges Marchais. Aucun des candidats de gauche n’a pris la mesure des enjeux internationaux qui, pourtant, conditionnent beaucoup d’enjeux hexagonaux.