Tricolore ?


drapeau français 

    Le 15 février 1794, la Convention décrète que  » le pavillon sera formé des trois couleurs nationales disposées en trois bandes égales posées verticalement…  »

   Le peintre David suggère que le bleu soit  » fixé à la hampe  ».

<= (  tableau de Monnet  » fête nationale du 30 juin ) La couleur rouge vient de ce que les rois de France, dans les heures de grand péril, brandissaient la bannière de Saint-Denis, rouge du sang du martyr. Cette tradition a été reprise par les Parisiens insurgés contre le roi Louis XVI, de sorte que le drapeau rouge est devenu le symbole mondial des luttes ouvrières !

  Le blanc est la couleur d’une écharpe que les chefs des armées et le roi en personne arboraient au combat, sous l’Ancien Régime, pour signaler leur grade. Ce n’est qu’ en 1815, sous la Restauration, qu’il est devenu le symbole de la monarchie.

    Le bleu était dans les couleurs des bourgeois de Paris, au Moyen Âge, associé avec le rouge.

    Alphonse de Lamartine dut insister , parait il ,  pour les conserver :

    Le 26 février 1848, à l’Hôtel de ville de Paris, le poète (58 ans) s’adressa en ces termes aux socialistes :  » … le drapeau rouge, que vous-même rapportez, n’a jamais fait que le tour du Champ-de-Mars, traîné dans le sang du peuple en 1791 et 1793, et le drapeau tricolore a fait le tour du monde avec le nom, la gloire et la liberté de la patrie  ».

—————————————————–

Les rois de France, jusqu’à la Révolution, changent d’emblème à leur gré et personne ne se soucie de  » vénérer  » leurs couleurs. Les couleurs bleu, blanc et rouge commencent à  » émerger  » sous le règne du roi Henri IV . Le  » Vert-Galant  »  recommande ces trois couleurs aux ambassadeurs hollandais qui en font aussitôt  l’emblème de leur marine. Ce serait pour cela , qu’aujourd’hui, le bleu-blanc-rouge se retrouve sur le drapeau des Pays-Bas comme sur celui du Luxembourg (ancienne possession néerlandaise).

Le tsar Pierre Ier le Grand, de passage à Amsterdam au début du XVIIIe siècle, adopte les mêmes couleurs pour ses navires ! = > elles se retrouvent aussi sur le drapeau de la Russie impériale et de la Russie actuelle. Et ce n’est pas tout : Les Serbes les adoptent à leur tour. Elles sont transférées sur le drapeau de la Yougoslavie et celui de l’actuelle Serbie.

En France, les gardes françaises avaient adopté les trois couleurs sur leur uniforme et l’emblème de leur régiment. Elles les conservèrent lors du passage  du côté de la Révolution sous le nom de Garde nationale.

  Vers la mi- juillet 1789, peu après la prise de la Bastille, Louis XVI est accueilli à l’Hôtel de Ville par une foule arborant sur la tête une cocarde ou des rubans aux couleurs de Paris, le bleu et le rouge.

D’après  »  les souvenirs de La Fayette  », publiés bien après la Révolution, ce  » populaire  »  général aurait alors remis au roi une cocarde semblable et l’aurait associée à la cocarde blanche du roi. Devenu chef de la Garde nationale le 31 juillet 1789, La Fayette aurait officialisé la cocarde tricolore en la remettant solennellement à la municipalité de Paris avec ces  » belles paroles  » :  » Je vous apporte une cocarde qui fera le tour du monde  ».

Mais , il semblerait que  sa démarche ait aussi été revendiquée par le maire de Paris Jean Bailly tandis que selon d’autres sources, c’est le roi en personne qui, de sa propre initiative, aurait associé les rubans bleu et rouge de la Garde nationale à sa cocarde blanche. ?

A l’époque ,  les trois couleurs bleu, blanc et rouge étaient déjà très populaires à Paris, en particulier chez les libéraux. Elles rappelaient notamment le drapeau des jeunes États-Unis d’Amérique pour lesquels ils avaient la plus grande admiration, ( à l’image de La Fayette, le  » héros des deux mondes  ») . La France révolutionnaire a tout à fait pu les adopter en référence au précédent américain… 

Qu’est ce que ce drapeau ?


drapeau bretondrapeau breton 1

Et bien c’est le drapeau breton ! ( Celui de mon ami Yan lol )

Le  »Gwenn ha Du  », qui se traduit par   » blanc et noir  »  en breton, est composé de queues d’hermines et de bandes horizontales, évoquant les armoiries du duché de Bretagne.

     En 1213, le chevalier Pierre de Dreuxpierre de Dreux devient duc de la région. Il choisit comme emblème la queue d’hermine, qui, à l’époque, est un symbole du clergé. En effet, avant de se lancer en politique, Pierre de Dreux avait démarré une carrière de prêtre, très vite abandonnée.
   Du noir et du blanc pour le gallo et le breton
  Le drapeau définitif n’apparaîtra qu’en 1923. Le Mouvement breton, un courant régionaliste, connaît alors un grand essor. Fervent militant, l’architecte breton Morvan Marchal M.Marchal dessine le drapeau actuel. Il conserve les queues d’hermine hermineet s’inspire des drapeaux américain et grec pour les bandes horizontales, qui symbolisent  les neuf pays bretons : Cornouaille, Léon, Trégor, Vannetais, Pays de Dol, Pays de Saint-Brieuc, Pays de Saint-Malo, Pays nantais et Pays rennais. Le noir et le blanc symbolisent les deux langues  » indigènes  » parlées en Bretagne : le gallo et le breton.carte Bretagne

Les paroles :

GILLES SERVAT

Paroles:
J’ai rencontré ce matin devant la haie de mon champ
Une troupe de marins, d’ouvriers, de paysans
Où allez-vous camarades avec vos fusils chargés
Nous tendrons des embuscades viens rejoindre notre armée

La voilà la Blanche Hermine vive la mouette et l’ajonc
La voilà la Blanche Hermine vive Fougères et Clisson

Où allez-vous camarades avec vos fusils chargés
Nous tendrons des embuscades viens rejoindre notre armée
Ma mie dit que c’est folie d’aller faire la guerre aux Francs
Moi je dis que c’est folie d’être enchaîné plus longtemps

La voilà la Blanche Hermine vive la mouette et l’ajonc
La voilà la Blanche Hermine vive Fougères et Clisson

Ma mie dit que c’est folie d’aller faire la guerre aux Francs
Moi je dis que c’est folie d’être enchaîné plus longtemps
Elle aura bien de la peine pour élever les enfants
Elle aura bien de la peine car je m’en vais pour longtemps

La voilà la Blanche Hermine vive la mouette et l’ajonc
La voilà la Blanche Hermine vive Fougères et Clisson

Elle aura bien de la peine pour élever les enfants
Elle aura bien de la peine car je m’en vais pour longtemps
Je viendrai à la nuit noire tant que la guerre durera
Comme les femmes en noir triste et seule elle m’attendra

La voilà la Blanche Hermine vive la mouette et l’ajonc
La voilà la Blanche Hermine vive Fougères et Clisson

Je viendrai à la nuit noire tant que la guerre durera
Comme les femmes en noir triste et seule elle m’attendra
Et sans doute pense-t-elle que je suis en déraison
De la voir mon cœur se serre là-bas devant la maison

La voilà la Blanche Hermine vive la mouette et l’ajonc
La voilà la Blanche Hermine vive Fougères et Clisson

Et sans doute pense-t-elle que je suis en déraison
De la voir mon cœur se serre là-bas devant la maison
Et si je meurs à la guerre pourra-t-elle me pardonner
D’avoir préféré ma terre à l’amour qu’elle me donnait

La voilà la Blanche Hermine vive la mouette et l’ajonc
La voilà la Blanche Hermine vive Fougères et Clisson

Et si je meurs à la guerre pourra-t-elle me pardonner
D’avoir préféré ma terre à l’amour qu’elle me donnait
J’ai rencontré ce matin devant la haie de mon champ
Une troupe de marins, d’ouvriers, de paysans

La voilà la Blanche Hermine vive la mouette et l’ajonc
La voilà la Blanche Hermine vive Fougères et Clisson…

c’était il y a environ….


55 ans
15 décembre 1964 : Une feuille d’érable pour le Canada

Le Red Ensign de la marine britannique avec l'écu des armoiries canadiennesLe 15 décembre 1964, le Premier ministre libéral du Canada, Leaster B. Pearson, propose au Parlement d’adopter un drapeau unifolié à la feuille d’érable pour remplacer la  » Red Ensign  » de la marine britannique assortie de l’écu des armoiries du Canada (lions anglais, lion écossais, harpe d’Irlande, lys de France et feuilles d’érable canadiennes).

    La feuille d’érable se réfère à l‘arbre mythique du pays, dont la sève a nourri les habitants au printemps et continue de les régaler. En 1834 déjà, la Société Saint-Jean-Baptiste l’avait adopté pour emblème.

Tandis que montent les revendications autonomistes au Québec, le nouveau drapeau offre l’avantage de ne plus rappeler l’occupation britannique à la minorité francophone du pays. Il est officiellement adopté par la Chambre des Communes d’Ottawa le 15 février 1965.

    La Fédération canadienne   continue  cependant à faire partie du Commonwealth, avec la reine Elizabeth II pour chef d’État.