6 juillet 1819…..


brouillion à revoir ….peu-être…..

.…… décès de
Sophie Blanchard, première femme
aéronaute professionnelle

Épouse du célèbre aéronaute Jean-Pierre Blanchard ( qui effectua la première traversée de la Manche en ballon, le 7 janvier 1785 ), Sophie Blanchard naquit Marie-Madeleine-Sophie Armant le 24 mars 1778, à Trois-Canons, près de La Rochelle. On raconte que sa mère étant enceinte, vit un voyageur qui lui promit d’épouser l’enfant dont elle devait accoucher, si c’était une fille. Ce voyageur était Blanchard, avec qui la jeune Armant fut mariée dans son adolescence.

Femme d’aéronaute, madame Blanchard devait se familiariser de bonne heure avec les dangers inséparables des voyages dans les régions de l’air ; mais quoique la vivacité de ses désirs égalât celle de son imagination, elle différa son début dans cette carrière jusqu’à ce qu’elle eut acquis la certitude que le ciel lui refusant les douceurs de la maternité, elle serait dispensée d’en remplir les devoirs.

Elle avait 26 ans lorsqu’elle fit avec son mari ( qu’elle épousa en 1804 ) sa première et probablement sa seconde ascension aérostatique ; mais ce fut au mois de mars 1805, qu’ayant fait seule la troisième à Toulouse, elle descendit à Lux, près de Caraman, en ligne directe du lieu de son départ.

Tel était le dénuement où devait la réduire la mort de son mari (le 7 mars 1809, il tombe de son ballon suite à une crise cardiaque), qui lui disait quelque temps auparavant :  » Tu n’auras après moi, ma chère amie, d’autre ressource que de te noyer ou de te pendre.  » Mais, loin de se livrer au désespoir, Sophie Blanchard fonda son existence sur les produits du métier d’aéronaute. Elle multiplia ses voyages aériens, et acquit une telle intrépidité qu’il lui arrivait souvent de s’endormir pendant la nuit dans sa frêle et étroite nacelle, et d’attendre ainsi le lever de l’aurore pour opérer sa descente avec sécurité.

Sophie Blanchard lors de son vol à Turin, le 26 avril 1812
Sophie Blanchard lors de son vol à Turin, le 26 avril 1812

Il s’en fallait beaucoup qu’elle montrât le même courage dans les voitures terrestres. Ses ascensions à Rome et à Naples, en 1811, furent aussi brillantes que lucratives. Dans celle qu’elle fit à Turin, le 26 avril 1812, elle éprouva un froid glacial et une forte hémorragie par le nez ; les glaçons s’attachaient à ses mains et à son visage en pointes de diamants. Ces accidents, loin de la décourager, redoublèrent son ardeur et son activité, que vint stimuler la concurrence de mademoiselle Garnerin.

Ses voyages furent plus fréquents ; il n’y eut pas de fête publique où l’une des deux rivales ne jouât le principal rôle avec son ballon. L’ascension que madame Blanchard fit à Nantes, le 21 septembre 1817, était la cinquante-troisième ; ayant voulu descendre à quatre lieues de cette ville, dans ce qui lui paraissait être une prairie, entre Couëron et Saint-Etienne de Montluc, elle se trouva sur un marais où son ballon, accroché à un arbre, tomba sur le côté, de telle manière qu’elle aurait eu beaucoup de peine à se dégager si l’on ne fût venu à son secours. Cet accident n’était que le précurseur de l’événement funeste qui mit fin a ses jours.

Après s’être montrée dans les principales villes de France et dans quelques capitales de l’Europe, elle fit, à l’ancien Tivoli de Paris, sa soixante-septième ascension, le 6 juillet 1819, à dix heures et demie du soir, dans une nacelle pavoisée, brillamment illuminée et supportant un artifice. Son ballon, trop chargé peut être, s’étant accroché aux arbres qui bordaient l’enceinte, elle le dégagea en jetant du lest, et renversa en s’élevant quelques cassolettes d’esprit de vin.

A une certaine hauteur elle lança des fusées romaines ; mais bientôt, soit que l’une de ces fusées eût percé le ballon, soit que l’aéronaute, voulant descendre à une distance très rapprochée, n’eût pas fermé l’appendice par où le gaz hydrogène avait été introduit, et qu’en mettant le feu à une autre pièce d’artifice, adaptée au petit parachute qu’elle devait lancer, la mèche eût enflammé le gaz qui sortait par l’appendice, une vive lumière annonça l’incendie du ballon et le malheur qui arrivait.

Un cri d’effroi s’éleva spontanément de toutes parts ; plusieurs femmes s’évanouirent, et la fête fut interrompue. L’infortunée tomba avec sa nacelle sur une maison dont elle enfonça le toit, au coin des rues Chauchat et de Provence. Son corps, enveloppé dans les restes des cordages et de la nacelle, fut porté à Tivoli, où tous les secours lui furent vainement prodigués. Comme il n’était pas défiguré, quoique fracassé, et que la tête et les jambes étaient entières, on a supposé que l’asphyxie avait d’abord occasionné la mort.

On fit une collecte à Tivoli pour ses héritiers ; mais comme madame Blanchard n’avait eu qu’une fille adoptive ou naturelle qui était morte, les 100 louis que produisit la quête furent employés à ses funérailles et au monument que ses amis lui firent ériger au cimetière du Père Lachaise

Elle nous a quittés ….


.……il y a déjà 2 ans 1/2 ! Et je ne cesse encore de penser à elle , à tout ce que je lui ai dit mais n’aurais pas du lui dire ,aussi à ce que je ne lui ai PAS dit mais que j’aurais du lui dire …..Elle qui était croyante , j’espère pour elle qu’elle avait raison , qu’elle est heureuse maintenant , elle ne l’a pas été beaucoup de son vivant …..

Maman je t’aime . Tu me manques ( comme je ne pensais pas que ce serait à ce point )

Ma mère il y a ???

Jacques Brel « Ne nous quitte pas » – 1974 


ça s’est passé il y a environ 93 ans : Le 8 avril 1929 : Mr Brel naissait …

Décès de Mr J.Brel :Le 9/10/1978 ( âgé de 49 ans)

 » Le plus grand Belge de tous les temps  »

 » La qualité d’un homme se calcule à sa démesure ; tentez, essayez, échouez même, ce sera votre réussite.  »

Oui, Jacques Brel avait fait de l’interprétation intense sa manière de chanter. C’était sa signature. Et même plus de trente ans après sa mort, cette générosité se ressent toujours, ces chansons restant un élément majeur du patrimoine de la chanson française. Pourtant, Jacques Brel est le  » plus grand Belge de tous les temps  », selon un sondage de la RTBF réalisé en 2005. C’est en effet dans la banlieue bruxelloise qu’il voit le jour le 8 avril 1929. Après une enfance assez austère et avec une famille peu réceptive à ses vocations artistiques, Jacques Brel tue l’ennui du quotidien en composant ses premiers morceaux. Déjà, la violence des textes et l’intensité de l’interprétation sont remarquables mais pas du goût de sa famille, son premier public. Jacques Brel décide alors de quitter la Belgique, pour vivre de sa passion, la scène.

Le temps de l’  » Abbé Brel  »

Dès 1953, le jeune artiste tente alors sa chance à Paris, mais l’accueil réservé à ses chansons enflammées n’est guère plus encourageant. Il chante pour des organisations chrétiennes !!!, ce qui lui vaudra le surnom d’  » Abbé Brel  ». Il sort aussi un premier 33 tours, mais c’est en 1956, lorsqu’il rencontre deux musiciens que sa carrière prend un réel tournant musical. François Reuber (son orchestrateur attitré) et le pianiste Gérard Jouannest (son accompagnateur scénique et second parolier) l’accompagneront toute sa carrière. Ainsi, petit à petit, Jacques Brel trouve son public. Son deuxième 33 tours,  » Quand on a que l’amour », est celui de la révélation ! Il reçoit le Grand prix de l’Académie Charles Cros et l’année suivante, son concert à l’Olympia est un triomphe.

Le marathonien des tournées

Jacques Brel devient alors l’homme des tournées. Elles se succèdent à un rythme infernal et, le succès grandissant, Jacques Brel est engagé à la fin de l’année 1959 en tête d’affiche à Bobino. Le succès est au rendez-vous. Sur scène, Jacques Brel abandonne la guitare. Il a beaucoup travaillé son chant et sa voix : il chante en maîtrisant totalement son art, ainsi que sa forte personnalité. Il habite ses personnages, il gesticule, il exprime ses rages avec sincérité et gravité. Il enflamme les salles, qu’elles soient parisiennes, londoniennes ou new-yorkaises.!!!

Une fin au sommet de la gloire

Ce rythme de vie effréné (Jacques Brel sombre dans tous les excès : femmes, alcool , tabac, nuits blanches) ne cesse de s’accélérer. Le chanteur est au sommet de sa gloire et, pourtant, c’est le moment qu’il choisit pour arrêter sa carrière. En 1966, il décrète qu’il n’a plus rien à dire et qu’il se sent las des tournées sans fin. Et puis il a d’autres projets, comme l’adaptation française de  » L’Homme de la Mancha  », spectacle musical de Broadway basé sur l’œuvre de Cervantes. Une performance qui sera saluée par tous. Jacques Brel s’essaie également au cinéma, en jouant dans  » Les Risques du métier  », d’André Cayatte,  » Les Assassins de l’ordre  » de Marcel Carné en 1971 ou encore  » L’Aventure, c’est l’aventure  » de Claude Lelouch en 1972. Il réalisera même deux films,  » Franz  » (1971) et le  » Far West  » (1972).

Il était aussi pilote d’avion

Mais Jacques Brel n’aura jamais complètement abandonné la chanson. En 1977, alors qu’il habite aux îles Marquises et a choisi de se consacrer au pilotage d’avion, il accepte d’enregistrer un nouvel album. Ce sera un véritable événement ! Les pré-commandes du disque atteignent le million sans aucune publicité. Jacques Brel bénéficie toujours de l’affection de son public. Aussi, lorsqu’il décède le 9 octobre 1978 des suites d’un cancer, la chanson française perd l’un de ses piliers. Le répertoire de Jacques Brel devient alors un héritage que se partagent les plus grands, de Nina Simone à David Bowie.

Les plus belles chanson de Jacques Brel :

Les paroles:

Ami, remplis mon verre
Encore un et je vas
Encore un et je vais
Non, je ne pleure pas
Je chante et je suis gai
Mais j’ai mal d’être moi
Ami, remplis mon verre
Ami, remplis mon verre

Buvons à ta santé
Toi qui sais si bien dire
Que tout peut s’arranger
Qu’elle va revenir
Tant pis si tu es menteur
Tavernier sans tendresse
Je serai saoul dans une heure

Je serai sans tristesse
Buvons à la santé
Des amis et des rires
Que je vais retrouver
Qui vont me revenir
Tant pis si ces seigneurs
Me laissent à terre
Je serai saoul dans une heure
Je serai sans colère

Ami, remplis mon verre
Encore un et je vas
Encore un et je vais
Non, je ne pleure pas
Je chante et je suis gai
Mais j’ai mal d’être moi
Ami, remplis mon verre
Ami, remplis mon verre

Buvons à ma santé
Que l’on boive avec moi
Que l’on vienne danser
Qu’on partage ma joie
Tant pis si les danseurs
Me laissent sous la lune
Je serai saoul dans une heure
Je serai sans rancune
Buvons aux jeunes filles
Qu’il me reste à aimer
Buvons déjà aux filles
Que je vais faire pleurer
Et tant pis pour les fleurs
Qu’elles me refuseront
Je serai saoul dans une heure
Je serai sans passion

Ami, remplis mon verre
Encore un et je vas
Encore un et je vais

Non, je ne pleure pas
Je chante et je suis gai
Mais j’ai mal d’être moi
Ami, remplis mon verre
Ami, remplis mon verre

Buvons à la putain
Qui m’a tordu le cœur
Buvons à plein chagrin
Buvons à pleines pleurs
Et tant pis pour les pleurs
Qui me pleuvent ce soir
Je serai saoul dans une heure
Je serai sans mémoire
Buvons nuit après nuit

Puisque je serai trop laid
Pour la moindre Sylvie
Pour le moindre regret
Buvons puisqu’il est l’heure
Buvons rien que pour boire
Je serai bien dans une heure
Je serai sans espoir

Ami, remplis mon verre
Encore un et je vas

Encore un et je vais
Non, je ne pleure pas
Je chante et je suis gai
Tout s’arrange déjà
Ami, remplis mon verre
Ami, remplis mon verre
Ami, remplis mon verre

J’aime cette chanson, car même si je ne bois plus d’alcool, quand le moral n’est plus là ……J’y pense parfois……

_____________________________________

Les paroles :

D’abord, d’abord, y a l’aîné
Lui qui est comme un melon
Lui qui a un gros nez
Lui qui sait plus son nom
Monsieur tellement qu´y boit
Tellement qu´il a bu
Qui fait rien de ses dix doigts
Mais lui qui n´en peut plus
Lui qui est complètement cuit
Et qui s´prend pour le roi
Qui se saoule toutes les nuits
Avec du mauvais vin
Mais qu´on retrouve matin
Dans l´église qui roupille
Raide comme une saillie
Blanc comme un cierge de Pâques
Et puis qui balbutie
Et qui a l´œil qui divague
Faut vous dire, Monsieur
Que chez ces gens-là
On ne pense pas, Monsieur
On ne pense pas, on prie

Et puis, y a l´autre
Des carottes dans les cheveux
Qu´a jamais vu un peigne
Qu´est méchant comme une teigne
Même qu´il donnerait sa chemise
A des pauvres gens heureux
Qui a marié la Denise
Une fille de la ville
Enfin d´une autre ville
Et que c´est pas fini
Qui fait ses p´tites affaires
Avec son p´tit chapeau
Avec son p´tit manteau
Avec sa p´tite auto
Qu´aimerait bien avoir l´air
Mais qui a pas l´air du tout
Faut pas jouer les riches
Quand on n´a pas le sou
Faut vous dire, Monsieur
Que chez ces gens-là
On n´vit pas, Monsieur
On n´vit pas, on triche

Et puis, il y a les autres
La mère qui ne dit rien
Ou bien n´importe quoi
Et du soir au matin
Sous sa belle gueule d´apôtre
Et dans son cadre en bois
Y a la moustache du père
Qui est mort d´une glissade
Et qui r´garde son troupeau
Bouffer la soupe froide
Et ça fait des grands slurp
Et ça fait des grands slurp
Et puis y a la toute vieille
Qu´en finit pas d´vibrer
Et qu´on attend qu´elle crève
Vu qu´c´est elle qu´a l´oseille
Et qu´on n´écoute même pas
C´que ses pauvres mains racontent
Faut vous dire, Monsieur
Que chez ces gens-là
On n´cause pas, Monsieur
On n´cause pas, on compte

Et puis et puis
Et puis il y a Frida
Qui est belle comme un soleil
Et qui m´aime pareil
Que moi j´aime Frida
Même qu´on se dit souvent
Qu´on aura une maison
Avec des tas de fenêtres
Avec presque pas de murs
Et qu´on vivra dedans
Et qu´il fera bon y être
Et que si c´est pas sûr
C´est quand même peut-être
Parce que les autres veulent pas
Parce que les autres veulent pas
Les autres ils disent comme ça
Qu´elle est trop belle pour moi
Que je suis tout juste bon
A égorger les chats
J´ai jamais tué de chats
Ou alors y a longtemps
Ou bien j´ai oublié
Ou ils sentaient pas bon
Enfin ils ne veulent pas
Parfois quand on se voit
Semblant que c´est pas exprès
Avec ses yeux mouillants
Elle dit qu´elle partira
Elle dit qu´elle me suivra
Alors pour un instant
Pour un instant seulement
Alors moi je la crois, Monsieur
Pour un instant
Pour un instant seulement
Parce que chez ces gens-là
Monsieur, on ne s´en va pas
On ne s´en va pas, Monsieur
On ne s´en va pas
Mais il est tard, Monsieur
Il faut que je rentre chez moi

____________________________________

Les paroles :

Quand on a que l’amour
A s’offrir en partage
Au jour du grand voyage
Qu’est notre grand amour
Quand on a que l’amour
Mon amour toi et moi
Pour qu’éclatent de joie
Chaque heure et chaque jour
Quand on a que l’amour
Pour vivre nos promesses
Sans nulle autre richesse
Que d’y croire toujours
Quand on a que l’amour
Pour meubler de merveilles
Et couvrir de soleil
La laideur des faubourgs

Quand on a que l’amour
Pour unique raison
Pour unique chanson
Et unique secours
Quand on a que l’amour
Pour habiller matin
Pauvres et malandrins
De manteaux de velours
Quand on a que l’amour
A offrir en prière
Pour les maux de la terre
En simple troubadour
Quand on a que l’amour
A offrir à ceux là
Dont l’unique combat
Est de chercher le jour

Quand on a que l’amour
Pour tracer un chemin

Et forcer le destin
A chaque carrefour
Quand on a que l’amour
Pour parler aux canons
Et rien qu’une chanson
Pour convaincre un tambour
Alors sans avoir rien
Que la force d’aimer
Nous aurons dans nos mains
Amis le monde entier

_________________________________________________

La fin….

Les Marquises est le treizième et dernier album de jacques Brel, sorti en 1977 chez Barclay . Sans titre à l’origine (sinon le simple nom de Brel), il est désormais identifié par celui de la chanson qui clôt le disque.

Les marquises : le paradis au bout du monde de Jacques Brel

Survol de l'île de Nuku Hiva en 2018. Un passage qu'effectuait régulièrement Brel.
Survol de l’île de Nuku Hiva en 2018. Un passage qu’effectuait régulièrement Brel.

Jacques Brel avait choisi cet archipel du Pacifique Sud comme ultime retraite. Un éden époustouflant, où le temps s’immobilise. Escale sur ces îles où le souvenir du chanteur, après sa mort, reste toujours vivant pour les habitants.

C’est un archipel perdu au milieu des mers du Sud. Et c’est bien ce que Jacques Brel était venu chercher. Un endroit beau à en mourir. Lui qui traînait  » une grippe qui ne se soigne pas  », disait-il à son copain Fiston Amaru, postier sur l’île, quand celui-ci l’a vu débarquer en 1975.  » Ici, personne ne savait qui il était. Et les rares qui connaissaient le chanteur s’en fichaient complètement. Il adorait ça ! L’inverse le rendait fou. Une fois, un instituteur venu de métropole avait organisé une petite fête pour son arrivée. Il avait invité Brel. Quand ce dernier a débarqué, l’autre avait mis un de ses disques sur l’électrophone. Ça l’a rendu dingue, Jacques ! Il s’est dirigé vers la platine, a saisi le disque et l’a brisé en mille morceaux. Sans dire un mot.  »

Jacques Brel ne voulait pas que sa maison devienne un mausolée avec des « zozos qui viennent s’y recueillir »

Sur l’île d’Hiva Oa, il faut grimper le chemin qui serpente à travers le village d’Atuona pour retrouver la trace de sa maison. Qui n’existe plus… Jean-Baptiste Teapuateani, qui la lui avait louée il y a quarante ans, raconte pourquoi il a décidé de la détruire et d’en construire une autre, au même endroit.  » Quelque temps avant de mourir, Jacques était venu voir ma femme et lui avait dit :  »Promets-moi que, quand je serai parti, tu foutras la maison par terre. Tu me le promets hein ! J’ai pas envie que ça devienne un mausolée avec des zozos qui viennent s’y recueillir.” Alors, on a respecté la promesse.  » En arpentant ce qui était son jardin, on comprend vite ce qui lui avait plu ici. Une végétation éblouissante en contrebas, une vue imprenable sur une mer qui s’enfuit vers l’horizon et, face à sa chambre, un piton déchiré toisant le ciel. Evoquez ici l’ » impatience  » et on vous regardera avec des yeux ronds ! Mais Brel n’était pas marquisien, et ne le deviendra jamais. Il n’en a pas eu le temps.

En contrebas de la maison, l’école Sainte-Anne du couvent d’Hiva Oa

école Sainte-Anne du couvent d’Hiva Oa ?

est toujours là.  » Il était anticlérical comme personne mais, dans le fond, ils s’aimaient bien avec les sœurs. Parfois, il emmenait les plus téméraires faire un tour en avion avec lui. Et ne se privait pas de les “secouer” un peu là-haut, histoire de les rapprocher de Dieu…  » se souvient son grand copain sur l’île, Serge Lecordier.  » Jacques aimait organiser en fin de journée ce qu’il appelait des “apéros-piscine” autour de la sienne, un grand bac en plastique en réalité.! Un jour, alors que la chorale des sœurs battait son plein un peu plus bas, et c’est vrai que ça faisait un sacré bruit, il s’est levé d’un bond, s’est planté au bout de son jardin et s’est mis à chanter à gorge déployée une chanson paillarde pas piquée des hannetons. Jusqu’au bout. A la fin, les sœurs s’étaient arrêtées de chanter et il n’y avait plus un bruit.  »

Victorine Matuaiti

Victorine Matuaiti ?( âgée)

était jeune infirmière quand elle fut affectée sur l’île d’Hiva Oa.  “Alors c’est toi qui vas t’occuper de mes fesses ma jolie !” C’est la première phrase qu’il m’a dite quand on s’est rencontrés. Je venais deux fois par semaine chez lui pour lui faire des piqûres. Jamais il ne m’a dit ce qu’il avait, et je ne lui ai jamais posé de questions. A tel point que, quelques jours avant sa mort, j’ai reçu une lettre de lui, de Paris. Il me racontait ce qu’il faisait là-bas, qu’il avait hâte de rentrer “chez lui” et il plaisantait sur le fait qu’ici au moins ils aimaient bien ses chansons. Car je le taquinais toujours en disant que je ne les aimais pas, moi, ses chansons. “Mais pourquoi tu ne les aimes pas ?” me demandait-il. “Oh j’y comprends rien. Tu ne peux pas faire des phrases plus simples ?” je lui disais ! Ça le faisait rire. Quand j’ai appris sa mort, trois jours après avoir reçu sa lettre, je n’ai pas compris.  »

Aussitôt après son décès, le corps de Jacques Brel fut rapatrié à Hiva Oa. A quelques centaines de mètres de là où il habitait, quelqu’un a maladroitement écrit sur la route :  »Gauguin, Brel  », avec une petite flèche en direction du cimetière. Surplombant l’île, sa petite tombe est idéalement placée : sous les frangipaniers qui, naturellement, ornent sa stèle à mesure que les fleurs se détachent au gré des vents. Tant mieux. Hiva Oa est si loin de tout. Ici, pas de défilés de pleureuses ni de fans transis. De toute façon,  » gémir n’est pas de mise, aux Marquises  ».

La tombe de Mr Brel

 » Jojo  » l’avion sauvé

Brel était arrivé aux Marquises en bateau, à l’occasion d’un tour du monde qu’il avait effectué avec sa dernière compagne, Maddly. Mais c’est en avion qu’il s’en échappait pour aller d’île en île (les Marquises en comptent 12 dont 6 habitées). Il avait acheté ce Twin Bonanza de 1956 après son arrivée, comprenant l’utilité qu’il aurait au sein de cet archipel si isolé. Après sa mort, revendu, il sert pendant dix ans avant de pourrir sur l’aéroport de Tahiti-Faaa. C’est grâce à l’intervention de son ami Serge Lecordier et à la bienveillance de quelques ingénieurs de chez Dassault Aviation qu’on parvient à sauver  » Jojo  », baptisé ainsi en souvenir du meilleur ami du chanteur, mort avant que celui-ci ne s’installe aux Marquises. C’est aujourd’hui le clou d’un musée Jacques-Brel un peu poussiéreux mais émouvant.

 » Jojo » dans un musé

stop :Il y aurais encore beaucoup à écrire , mais ça ME suffit ( d’autant plus que personne ne lira ce billet )

Le premier patient au monde….


…….à avoir reçu une greffe de cœur d’un porc est décédé

David Bennett, le premier patient au monde à avoir reçu une greffe de cœur d’un porc génétiquement modifié, est décédé deux mois après son opération.

Les chirurgiens de l'Université du Maryland lors de la xénotransplantation.

Les chirurgiens de l’Université du Maryland lors de la xénotransplantation (Le but de la xénotransplantation est de permettre la transplantation d’organes ou de cellules d’origine animale chez l’humain. )

Le premier patient au monde à avoir reçu une greffe de cœur d’un porc

cœur de porc
cœur humain

génétiquement modifié est décédé deux mois après son opération, a annoncé mercredi 9 mars 2022 l’hôpital où il était pris en charge. David Bennett, 57 ans, est décédé après que son état a commencé à se détériorer il y a plusieurs jours. Lorsqu’il est devenu clair qu’il ne se remettrait pas, des soins palliatifs ? lui ont été prodigués. 

« Je sais que c’est assez hasardeux, mais c’était ma dernière option »

L’opération devait permettre de montrer pour la première fois qu’un cœur d’animal pouvait continuer à fonctionner à l’intérieur d’un humain sans rejet immédiat. « C’était soit la mort, soit cette greffe. Je veux vivre. Je sais que c’est assez hasardeux, mais c’était ma dernière option », avait déclaré ce résident du Maryland un jour avant son opération, selon l’école de médecine. « Le cœur a très bien fonctionné durant plusieurs semaines, sans aucun signe de rejet », a déclaré l’hôpital. Après l’opération, « le patient a pu passer du temps avec sa famille et participer à des activités de physiothérapie pour l’aider à reprendre des forces ».

« Nous avons obtenu des informations de grandes valeurs »

« Nous avons obtenu des informations de grandes valeurs, et appris qu’un cœur de porc génétiquement modifié peut correctement fonctionner à l’intérieur d’un corps humain », a déclaré le Pr Muhammad Mohiuddin, directeur du programme de Xénotransplantation cardiaque à l’Université du Maryland. « Nous restons optimistes et prévoyons de continuer notre travail lors de futurs essais cliniques. » 

Cette après-midi j’ai vu une vieille dame dans le  » parc  » près de chez moi ….


 »La vieille  »

Elle est ici  » La vieille  »
Assise sur ce banc
Là, au fond du parc
Comme hier, comme toujours
Comme demain.
Des pigeons pour seuls amis
Lui font la conversation
Comme hier, comme toujours
Comme demain.
Elle est bien seule
  » La vieille  »,
Personne ne pense à elle
  » La vieille  ».
Elle pourrait bien
Mourir demain
Qui sera là pour lui tenir
La main?
Elle est si seule
  » La vieille  ».

Elle pense et repense
Au bon vieux temps
A l’insouciance, aux fleurs des champs
A son enfance,
Comme hier, comme toujours
Comme demain.
Le soleil s’est éteint
Les pigeons se sont fait la malle
Elle n’est plus là
  » La vieille  »
Elle n’a plus mal…

Auteur: Sandrine Davin

Sandrine Davin?

Parce Que….


……..Je veux être incinéré …..

La crémation, l’incinération ?

Une pratique devenue courante lors de la fin de vie, l’incinération, ou le processus de crémation, est une véritable alternative à l’inhumation pour la génération actuelle. L’IFOP précise même qu’un Français sur deux souhaiterait se faire incinérer lors de ses funérailles. Nombreux sont donc ceux qui souhaitent être réduits en poussière, mais, finalement, la crémation détruit-elle tout notre squelette ? Que reste-t-il après ? Quelles sont les motivations qui poussent à prendre cette décision ?

La crémation d’un corps le réduit en cendres par le feu, une pratique répandue qui n’est pourtant pas sans intriguer. Contrairement à d’autres pays où l’on brûle les défunts en public, comme en Inde, le système de vigueur en France empêche les proches d’assister au processus de crémation, parfois cachés derrière une vitre. Mais alors, comment un four crématoire peut-il transformer un corps en fines cendres ? Que se passe-t-il concrètement ?

La crémation : le processus technique :

Le corps de la personne défunte est transporté par une société de pompes funèbres

Volvo Corbillard
Corbillard
corbillard

. Le transport du défunt vers le lieu de crémation a lieu après la cérémonie funéraire. Lorsque le corps entre dans le four, la température est à 600-650 degrés. Le corps du défunt va s’y loger pendant 1 h 30 (à 2 h, selon la corpulence) et la température va ensuite progresser. Le four atteindra au minimum 850 °C et pourra même aller jusqu’à 1 000 °C grâce aux flammes.

Cependant, le résultat de cette combustion ne sera pas simplement poussière. On y trouvera des métaux, comme ceux utilisés pour les prothèses, les couronnes dentaires et autres plombages. Aussi, les os sont fragmentés, mais pas complètement en cendres. Auparavant, ils étaient remis aux proches de cette façon pour qu’ils les mettent directement dans une urne. Aujourd’hui, et ce depuis le décret de 1976, les os doivent être  » pulvérisés  » et réduit en  » poudre fine  », avec un objet similaire à une houe de paysan

Résultat d’images pour images houe de paysan
Houe
houe

puis avec une autre machine à la fin de la crémation. La famille reçoit ensuite une urne avec les cendres funéraires, souvent le jour même.

N.B : Une chambre crématoire ne brûlera qu’un seul corps à la fois, ne pouvant en supporter davantage. De rares exceptions peuvent être faites, notamment en cas de décès d’une mère avec un enfant mort-né. Concernant les métaux, un aimant les récupérera après la crémation. Par ailleurs, certains crématoriums revendaient l’or récupéré, notamment en Suisse où l’argent était ensuite réutilisé pour financer les cimetières. (Cette pratique fait débat).

La crémation : une pratique  » générationnelle  »

En une génération seulement, la crémation est devenue un phénomène de masse. Alors qu’elle intéressait moins de 1 % de la population en 1980, elle a concerné plus de 30 % des obsèques depuis 2010 et même plus selon la taille des villes. Il s’agit d’une pratique funéraire plus appréciée dans les villes plus denses.

bougies deuil processus cremation

Mais pourquoi faire le choix de brûler son corps ?

Selon François Michaud Nérard, auteur d’Une révolution rituelle, accompagner la crémation, faire le choix de la crémation c’est  » rester dans la lignée d’un corps idéal,  »bodybuildé  » ? Épilé. Les cendres, c’est stérile. Propre. » Une pratique qui irait dans la lignée que toute la génération actuelle connaît, notamment dans son lien avec le milieu médical ainsi que dans son propre rapport au corps. Aussi, elle serait liée à l’envie de  » ne pas être un fardeau  » pour ses proches, d’éviter l’entretien d’une tombe, la première raison selon une étude du  » Crédoc  », à 35 %.

Quoi qu’il en soit, l’essentiel reste de respecter la volonté du défunt. Nous avons effectivement le choix de choisir entre l’inhumation et la crémation, ainsi qu’une sépulture. Les proches peuvent conserver l’urne funéraire

Résultat d’images pour images urnes funéraires
Urne funéraire
urne funéraire simple

, l’inhumer, la placer dans un columbarium ou opter pour la dispersion des cendres.

Anecdote: Mark Gruenwald,

Résultat d’images pour Mark Gruenwald

l’éditeur exécutif de Captain America et Iron Man, a demandé à ce que ses cendres soient mélangées à l’encre utilisée dans l’impression de ses bandes dessinées ? Et vous, que demanderiez-vous si vous choisissiez le processus de crémation ? lol

_______________________________________________

Peut-on faire disperser ses cendres partout ?

La dispersion des cendres peut se faire au jardin du souvenir, à la mer, ou encore dans un bois. Les pompes funèbres sont dans l’obligation de préciser le lieu de dispersion sur un formulaire qui sera donné à la mairie.

En cas de dispersion des cendres en pleine nature, conformément à l’article L2223-18-3 du Code général des collectivités territoriales, une déclaration au maire de la commune du lieu de naissance du défunt est nécessaire ..

De plus, seuls les cimetières publics ou les lieux de dépôt ou de sépulture autorisés destinés au dépôt des urnes ou à la dispersion ces cendres sont habilitées à entreposer les cendres, tout organisme ou personne gardant donc des cendres en dehors de ceux spécifiquement prévus par le code général des collectivités territoriales s’exposent à des sanctions 

Décès de Georges Brassens :( Il y a 40ans)


Georges Brassens décédé à l’âge de 60 ans ( 22 oct. 1921 – 29 oct. 1981)

Les raisons du décès de Georges Brassens

Une interview posthume de Georges Brassens, produite par VERTIGO, circule sur Internet. C’est une vidéo satirique qui dévoilerait les raisons de la mort du chanteur. Elle n’a pas du tout fait l’unanimité. 

La chaîne suisse RTS, en collaboration avec Vertigo productions, a lancé sur son compte YouTube une série de vidéos avec un concept assez singulier. C’est une chronique de l’au-delà intitulée “Entrevue de la mort qui tue”, dont le contenu sont des interviews  » posthumes  » de célébrités d’antan. 

Les internautes ont notamment pu découvrir parmi les  »invités » principalement des artistes français(es) tels que Gainsbourg, Dalida, Arletty ou encore Jean Gabin. Le 13 mars 2017, c’était au tour de Georges Brassens d’être mis à l’honneur. Ils sont notamment revenus sur les raisons de sa mort Portrait de Georges Brassens, auteur-compositeur-interprète français, en France, circa 1950.  | Photo : Getty Images

Portrait de Georges Brassens, auteur-compositeur-interprète français, en France, 1950.

UN HUMOUR QUI NE PASSE PAS

Dès les premières minutes de la vidéo, Pierre Philip Cadert s’adresse à Georges Brassens en le comparant à une poule. En effet, celui-ci, apparemment atteint de » pica », mangerait comme l’animal, “des choses non comestibles comme des cailloux et des graviers”. 

Sur sa lancée, l’animateur revient également sur la consommation d’opium du chanteur, de sa réputation de glandeur et sur sa maladie. Tout cela bien entendu avec dérision. 

Mais cette vidéo produite sur le ton de l’humour n’a pas fait l’unanimité. En effet, quand on voit la réaction des gens dans la section commentaires, cela nous rappelle que, finalement, peut-être qu’on peut rire de tout, mais qu’on ne peut pas tout dire sous prétexte de vouloir faire rire. Georges Brassens chante dans l'émission "" TV Paris "" | Photo : Getty Images

Georges Brassens chante dans l’émission  » TV Paris « 

“Grotesque”, “Lamentable”, “Absurde”, “Insupportable même”, “Insultant”, “Inutile”, tous des adjectifs avec lesquels les internautes ont qualifié cette vidéo. 

“La douleur pouvait durer un mois”

La terrible maladie qui a tué Georges Brassens n’est définitivement pas ‘le pica  », comme l’a laissé entendre Pierre Philip Cadert dans cette interview posthume. L’artiste souffrait de coliques néphrétiques récurrentes, une maladie beaucoup plus sérieuse et qui, malheureusement, avait totalement gâché son quotidien.

« Ses souffrances étaient terribles. La douleur pouvait durer un mois, jusqu’à ce que la pierre s’évacue »,

avait avoué sa femme, Johanna Heiman, en 1990 au magazine VSD.Un portrait du chanteur Georges Brassens, en novembre 1968. | Photo : Getty Images

Un portrait du chanteur Georges Brassens, en novembre 1968.

Mais en plus de cette maladie, il a également dû se battre contre un cancer de l’intestin généralisé. Avec un mental qui ne lâchait rien, mais un corps qui n’arrivait plus à suivre, Georges Brassens, non sans se battre, rendit son dernier souffle le 29 octobre 1981, à l’âge de 60 ans. 

À part la souffrance qu’il a dû endurer, son épouse se rappelle ce qu’il lui avait dit quelques jours avant sa mort, lorsque celle-ci lui avait demandé « s’il n’aurait pas aimé vivre comme tout un chacun et n’avoir pas souffert“. Georges Brassens lui aurait répondu :

« Non, je préfère avoir souffert et laisser quelque chose derrière moi. »

Portrait de Georges Brassens, vers 1970, en France. | Photo : Getty Images

Portrait de Georges Brassens, vers 1970,

UN MONSTRE SACRÉ DE LA CHANSON FRANÇAISE

Georges Brassens était plus qu’une voix et une guitare. C’était un grand Monsieur, qui, par ses œuvres, avait changé la vie de plein de gens et en avait inspiré tant d’autres. L’homme, qui disait démissionner si Dieu lui avait attribué la mission de refaire le monde, l’a finalement changé, sans le savoir, grâce à sa poésie intemporelle.

Georges Brassens, un homme de lettres, un homme de cœur, un homme du monde, qui, malgré sa souffrance, a laissé quelque chose derrière lui https://www.youtube.com/embed/02Qob6gRZXs

DES FANS VISITENT SA TOMBE

Chacun, à sa façon, avait essayé de rendre hommage à l’un des plus grands poètes français. 

Tandis que des stars de cinéma telles que Pierre Richard, Audrey Tautou ou encore Karin Viard avaient décidé de le faire à travers un album hommage à l’œuvre du maestro, quarante ans après sa mort, des gens ont choisi de parcourir des kilomètres pour venir se recueillir devant sa tombe.

Anniversaire….triste :


Ce 28 juin ,çà aurait été l’anniversaire de ma mère …..Elle aurait eu 88 ans …..

Mais…Elle nous a quitté le 8/ 03/2020……

Maman

écrit le  

Mon père m’a téléphoné tout à l’heure : Maman est à l’hôpital , les médecins disent qu’il n’y a plus rien à faire : Ce sont ces derniers jours / heures  de vie ……….Elle serait  » usée   » ….

  mon père m’a conseillé de ne pas trop y penser ( facile à dire) , pour que je ne tombe pas malade à mon tour ( épilepsie )…Et que remonter est inutile pour l’instant ….

   C’est dur , difficile …….( Elle a eu 87 ans le 28 juin  ) 

chez mes parents il y à longtemps..

En famille il y a longtemps ……( Manu à droite ,moi et ma mère , mon père )

A ma mère ….


……qui vient de mourir :

Tachan  » dit  » qu’elle ne l’a pas aimé : Moi SI !! Nounous sommes aimés !!!!!

Les paroles :

Ma mère,
Pourquoi ne m´as-tu jamais donné
Le câlin chaud, le gros baiser
Qui vient du fin fond des entrailles?
Pourquoi, d´un air paisible et doux,
N´as-tu pas demandé au loup,
Au croquemitaine, qu´ils s´en aillent?
Tu sais, je me r´trouve aujourd´hui,
A trent´ -sept ans, toutes les nuits,
Encore privé de tes caresses,
J´ai pas d´mandé à voir le jour
C´est les parents qui font l´amour
Et les mères qui font les grossesses…

Ma mère,
Tu ne m´as sûr´ment pas voulu
Mais j´étais là, fragile et nu,
Les bras tendus comme des branches,
Un enfant a besoin de tout,
De feuilles mortes et de toutous,
Et de tendresse et de dimanches…
Ah! ces dimanches, auprès de toi,
A mon retour de l´internat,
Dieu! Que la semaine était lente
J´aurais voulu que tu me serres
Tout contre toi, tu sais, ma mère,
Et qu´on rie tous deux, et qu´on chante!

Ma mère,
Comm´ d´autr´s, tu avais tes problèmes,
Ça doit pas empêcher qu´on s´aime,
Qu´on ait de l´amour à revendre,
De l´amour, j´en avais des tonnes
Bloquées au niveau du sternum,

Et puis des envies de me pendre
Tu sais, je me r´trouve aujourd´hui
Devant les gens, devant la vie,
Recroquevillé dans ma peur
,
Er quand on s´rencontre un instant, (Moi = Dans mes rêves maintenant )
On parl´ de la pluie et du temps
Avec, entre nous, la pudeur!

Ma mère, Si j´ai fait cett´ petit´ chanson
C´est que ça ne tournait pas rond
Dans ma poitrine, c´est que je t´aime,
Le prochain jour que l´on se voit
Approche-toi plus près de moi :
Tu sais, je ne mords pas quand même…
Il nous reste si peu de temps
Pour rattraper les heures d´antan,
Avant que la mort ne nous prenne,
Pourquoi ne pas boire tous les deux
Là où boivent les gens heureux,
Ensemble à la même fontaine?

Pourquoi ne pas boire tous les deux
Là où boivent les gens heureux,
Ensemble à la même fontaine?

26 avril 1558 :


Mort du médecin Jean Fernel :

Jean Fernel, le plus célèbre des médecins français au seizième siècle, naquit à Clermont, près de Beauvais, en 1497. II termina ses études à Paris, au collège de Sainte-Barbe, où il professa ensuite la philosophie, en même temps qu’il cultivait la médecine. Aussitôt après sa réception, il abandonna les mathématiques et l’astrologie, auxquelles il avait consacré jusqu’alors son temps et sa fortune, pour ne plus s’occuper que de la pratique et de l’enseignement de l’art de guérir.

Nommé, en 1556, médecin de Henri II , il suivit ce prince au siège de Calais, et succomba bientôt après au chagrin que lui causa la perte d’une compagne qu’il avait choisie pour l’aider à supporter la vie. Ses ouvrages ont exercé une influence puissante en donnant l’exemple d’un langage élégant et purgé de toute obscurité, qui permettait par conséquent de distinguer le vrai d’avec le faux. Aucun de ceux qui ont paru depuis ne peut leur être comparé sous le point de vue littéraire, quoique beaucoup l’emportent sous le rapport de la doctrine, en raison des progrès immenses que la science de l’homme sain et malade a faits depuis le temps où l’auteur écrivait.

Il ne se borna pas au rôle de commentateur, et à faire un corps élégant d’une lourde et fastidieuse doctrine, et l’on doit sans hésiter le mettre au nombre de ceux qui ont le plus contribué à renverser l’autorité despotique du galénisme, en ramenant les esprits à la seule méthode, qui puisse conduire à la vérité, celle de l’observation, aidée d’une sage induction.

Jean Fernel
Jean Fernel

‘ Fernel, dit un de ses biographes, était d’un caractère mélancolique, peu communicatif, défiant, mais plein de bonté et de libéralité. Son visage, habituellement sévère et même triste, devenait riant et agréable lorsqu’il s’approchait d’un malade : il l’interrogeait avec douceur et avec beaucoup de soin, afin de ne rien laisser échapper de tout ce qui pouvait éclairer le diagnostic. Jamais il ne porta la terreur et le désespoir dans l’âme de ses malades lorsqu’il prévoyait que ses soins pourraient être inutiles. Il fut plus jaloux de servir l’humanité que d’augmenter sa réputation par des pronostics funèbres durement prononcés devant les malheureux qui attendent du médecin des consolations quand il ne peut plus rien pour leur guérison.  »

Aux dons brillants de l’esprit, Fernel joignait donc les qualités du cœur, plus précieuses encore. Il ne fut point créateur, ni réformateur, mais, auteur élégant et judicieux, il embellit des grâces d’un style digne du beau siècle de la latinité une science que déparaient alors les inutilités obscures de la dialectique.